Vrais et faux ennemis de l'islam

Tout ce qui ne rentre pas dans les autres subdivisions du forum - Exprimez vous et débattez entre vous - dans le respect de l'autre.
dany
Soldat Virtuel 2eme
Soldat Virtuel 2eme
Messages : 43
Enregistré le : jeu. 30 mars 2006 09:00
Localisation : France
Gender : None specified
Status : Hors ligne

Vrais et faux ennemis de l'islam

Message non lupar dany » mar. 26 sept. 2006 15:49

http://www.liberation.fr/opinions/rebonds/206709.FR.php



La colère contre les propos du pape révèle une profonde ignorance qui fait le jeu des intégristes.
Vrais et faux ennemis de l'islam
Par Mezri HADDAD
QUOTIDIEN : Mardi 26 septembre 2006 - 06:00
Mezri HADDAD philosophe tunisien, spécialiste de théologie comparative. Dernier ouvrage paru : Dialogue des religions d'Abraham pour la tolérance et la paix (collectif, sous la direction de H. Fantar), éd. Université de Tunis El-Manar, 2006.

Il ne se passe pas un mois sans que l'islam ne soit au coeur d'une polémique mondiale et sans que les musulmans ne manifestent leur colère contre des «ennemis» qui «blasphèment» leur religion et «fustigent» leur prophète. Mais, cette fois-ci, il ne s'agit ni d'un caricaturiste ni d'un écrivain, mais de la plus haute autorité morale et spirituelle de l'Eglise catholique, le pape Benoît XVI.
Pourtant, en dehors de ces réactions invariablement hystériques, il n'y a aucun rapprochement à établir entre l'affaire des caricatures, celle de tel ou tel écrivain à la littérature irrévérencieuse à l'égard du sacro-saint islam et celle de la conférence philosophique et théologique que le pape a prononcée. Réduire cette conférence magistrale, principalement consacrée à la problématique très complexe et typiquement «averroïste» des rapports entre foi et raison, la réduire à une vulgaire stigmatisation de l'islam ­ c'est plutôt l'Occident hédoniste et déchristianisé qui était la cible du pape ­, c'est faire preuve d'une affligeante ignorance. Pis, c'est donner raison aux ennemis de la raison, ces intégristes qui voient dans toute critique la manifestation d'un fantasmagorique complot de l'Occident contre le monde islamique. On ne le dira jamais assez, l'ennemi mortel de l'islam, c'est le fanatisme, et le mal qui le ronge depuis des années, c'est l'intolérance. En moins de dix ans, nul n'a autant discrédité l'islam que l'islamisme lui-même, cette souillure de l'islam, cette nécrose de la civilisation islamique. Des horreurs commises par les égorgeurs du FIS et du GIA en Algérie, y compris le supplice des pauvres moines de Tibérine, aux multiples massacres ordonnés par Ben Laden et ses acolytes, en passant par les faits et méfaits des talibans en Afghanistan, que de chemin parcouru sur la voie de la décadence et de la barbarie.
Ceux qui crient aujourd'hui au complot, où étaient-ils lorsque tant d'atrocités étaient (et sont toujours) commises au nom du Coran ? Qu'est-ce qui est plus dommageable pour l'islam, le fait de citer ­ sans y souscrire ­ un manuscrit du XIVe siècle, ou le fait de tuer indistinctement hommes, femmes et enfants au nom d'une conception dévoyée du jihad ? Le prophète de l'islam ne disait-il pas que «l'encre du savant est plus sacrée que le sang du martyr» ?
Plutôt que de réagir passionnellement, anticipant et flattant ainsi l'instinct de la foule, les oulémas de l'islam ont-ils lu le texte intégral de la conférence en question ? Et, quand bien même l'auraient-ils fait, en ont-ils saisi le sens et l'essence ? J'en doute fort car, même si le mot «raison» est cité quarante-cinq fois dans le Coran et que celui-ci commence par l'injonction «Lis» (iqrâ), il y a bien longtemps que la raison philosophique et même théologique a déserté la terre d'islam. Au moins depuis les autodafés réservés aux livres d'Averroès. Celui-ci a, en effet, eu des disciples juifs dont le plus prestigieux est Maïmonide, des disciples chrétiens dont la plupart ont d'ailleurs été persécutés par l'Eglise (!), mais aucun disciple musulman. A cette époque, la Raison parlait arabe et l'Inquisition parlait latin. C'est ici, et seulement ici, que le propos du pape Benoît XVI doit être relativisé, car la rencontre féconde entre islam et pensée grecque a été déterminante dans l'émergence de la civilisation que certains appellent occidentale.
Malgré la confusion et les malentendus que peut induire l'exhumation d'un texte de l'empereur byzantin Manuel Paléologue, je doute fort que le souverain pontife adhère à la conclusion de l'incompatibilité ontologique entre islam et raison. Parce qu'il est érudit, il sait que le manuscrit en question n'exprime en rien la quintessence de l'islam mais traduit l'esprit de la controverse théologico-philosophique islamo-chrétienne se déployant à une époque d'antagonisme paroxystique entre le monde islamique et la chrétienté.
Quoi qu'il en soit, une bonne partie de la littérature philosophique ou théologique «antimahométane» a été manifestement influencée par une apologétique chrétienne médiévale, elle-même traumatisée par l'expansionnisme islamique qui, contrairement à la légende, issue de l'apologétique islamique cette fois-ci, n'impressionnait pas toujours par sa douceur spirituelle mais par la cruauté de son glaive. L'histoire en général, celle des religions en particulier, n'a pas toujours été sainte ; elle a été au contraire souvent violente et sanglante. Cela vaut aussi bien pour le christianisme que pour l'islam, même si les corpus fondateurs divergent complètement sur l'usage de la violence : «Remets ton glaive à sa place, ordonne Jésus, car tous ceux qui auront pris le glaive périront par le glaive» (Matthieu 26,53) ; «Permission est donnée à ceux qui combattent pour avoir subi l'iniquité» (sourate XXII, verset 39). Qu'importe si ce verset coranique est le premier autorisant la lutte défensive, après 70 autres proscrivant la violence. Le fait est que la position coranique est ici aux antipodes de la position néotestamentaire. Cet interdit clairement exprimé n'a du reste pas prémuni les ouailles de Jésus de la tentation belliqueuse puisque, de persécuté, le christianisme est devenu lui-même persécuteur après la conversion de Constantin, lorsque l'Empire romain a fait de l'enseignement évangélique une idéologie dominatrice et totalitaire.
Pour revenir dans l'histoire, pour s'inscrire dans la modernité, pour conjurer les démons de l'intégrisme, pour éviter le «choc des civilisations», l'islam doit subir cette défaite victorieuse infligée par les Lumières, comme jadis et naguère le christianisme. C'est à cette seule condition qu'il sortira du magma chaotique dans lequel les intégristes veulent le maintenir. C'est alors que sera possible un dialogue des religions et des civilisations authentique, sans concession et néanmoins fraternel, comme le suggère Benoît XVI, et non point syncrétique et vaguement oecuménique, comme c'est le cas depuis le concile de Vatican II.
Ce dialogue doit avoir pour vocation la tolérance, et pour fondement, la connaissance. C'est que l'ignorance de l'islam par les chrétiens et l'ignorance encore plus abyssale du christianisme et du judaïsme par les musulmans couvent des malentendus et même des conflits redoutables. D'où ce besoin urgent et vital de connaître les autres religions, besoin auquel appelait il y a déjà fort longtemps le grand théologien Max Müller : «Celui qui ne connaît qu'une religion n'en connaît aucune.»



© Libération | designed by BT France
Licence | Données personnelles | Charte d'édition




Avatar du membre
Avekha
Sergent-chef Virtuel
Sergent-chef Virtuel
Messages : 847
Enregistré le : ven. 25 août 2006 08:00
Gender : None specified
Status : Hors ligne

Re: Vrais et faux ennemis de l'islam

Message non lupar Avekha » mar. 26 sept. 2006 19:07

dany a écrit :http://www.liberation.fr/opinions/rebonds/206709.FR.php



[La colère contre les propos du pape révèle une profonde ignorance qui fait le jeu des intégristes.
Vrais et faux ennemis de l'islam
Par Mezri HADDAD
QUOTIDIEN : Mardi 26 septembre 2006 - 06:00
Mezri HADDAD philosophe tunisien, spécialiste de théologie comparative. Dernier ouvrage paru : Dialogue des religions d'Abraham pour la tolérance et la paix (collectif, sous la direction de H. Fantar), éd. Université de Tunis El-Manar, 2006.

Il ne se passe pas un mois sans que l'islam ne soit au coeur d'une polémique mondiale et sans que les musulmans ne manifestent leur colère contre des «ennemis» qui «blasphèment» leur religion et «fustigent» leur prophète. Mais, cette fois-ci, il ne s'agit ni d'un caricaturiste ni d'un écrivain, mais de la plus haute autorité morale et spirituelle de l'Eglise catholique, le pape Benoît XVI.
Pourtant, en dehors de ces réactions invariablement hystériques, il n'y a aucun rapprochement à établir entre l'affaire des caricatures, celle de tel ou tel écrivain à la littérature irrévérencieuse à l'égard du sacro-saint islam et celle de la conférence philosophique et théologique que le pape a prononcée. Réduire cette conférence magistrale, principalement consacrée à la problématique très complexe et typiquement «averroïste» des rapports entre foi et raison, la réduire à une vulgaire stigmatisation de l'islam ­ c'est plutôt l'Occident hédoniste et déchristianisé qui était la cible du pape ­, c'est faire preuve d'une affligeante ignorance. Pis, c'est donner raison aux ennemis de la raison, ces intégristes qui voient dans toute critique la manifestation d'un fantasmagorique complot de l'Occident contre le monde islamique. On ne le dira jamais assez, l'ennemi mortel de l'islam, c'est le fanatisme, et le mal qui le ronge depuis des années, c'est l'intolérance. En moins de dix ans, nul n'a autant discrédité l'islam que l'islamisme lui-même, cette souillure de l'islam, cette nécrose de la civilisation islamique. Des horreurs commises par les égorgeurs du FIS et du GIA en Algérie, y compris le supplice des pauvres moines de Tibérine, aux multiples massacres ordonnés par Ben Laden et ses acolytes, en passant par les faits et méfaits des talibans en Afghanistan, que de chemin parcouru sur la voie de la décadence et de la barbarie.
Ceux qui crient aujourd'hui au complot, où étaient-ils lorsque tant d'atrocités étaient (et sont toujours) commises au nom du Coran ? Qu'est-ce qui est plus dommageable pour l'islam, le fait de citer ­ sans y souscrire ­ un manuscrit du XIVe siècle, ou le fait de tuer indistinctement hommes, femmes et enfants au nom d'une conception dévoyée du jihad ? Le prophète de l'islam ne disait-il pas que «l'encre du savant est plus sacrée que le sang du martyr» ?
Plutôt que de réagir passionnellement, anticipant et flattant ainsi l'instinct de la foule, les oulémas de l'islam ont-ils lu le texte intégral de la conférence en question ? Et, quand bien même l'auraient-ils fait, en ont-ils saisi le sens et l'essence ? J'en doute fort car, même si le mot «raison» est cité quarante-cinq fois dans le Coran et que celui-ci commence par l'injonction «Lis» (iqrâ), il y a bien longtemps que la raison philosophique et même théologique a déserté la terre d'islam. Au moins depuis les autodafés réservés aux livres d'Averroès. Celui-ci a, en effet, eu des disciples juifs dont le plus prestigieux est Maïmonide, des disciples chrétiens dont la plupart ont d'ailleurs été persécutés par l'Eglise (!), mais aucun disciple musulman. A cette époque, la Raison parlait arabe et l'Inquisition parlait latin. C'est ici, et seulement ici, que le propos du pape Benoît XVI doit être relativisé, car la rencontre féconde entre islam et pensée grecque a été déterminante dans l'émergence de la civilisation que certains appellent occidentale.
Malgré la confusion et les malentendus que peut induire l'exhumation d'un texte de l'empereur byzantin Manuel Paléologue, je doute fort que le souverain pontife adhère à la conclusion de l'incompatibilité ontologique entre islam et raison. Parce qu'il est érudit, il sait que le manuscrit en question n'exprime en rien la quintessence de l'islam mais traduit l'esprit de la controverse théologico-philosophique islamo-chrétienne se déployant à une époque d'antagonisme paroxystique entre le monde islamique et la chrétienté.
Quoi qu'il en soit, une bonne partie de la littérature philosophique ou théologique «antimahométane» a été manifestement influencée par une apologétique chrétienne médiévale, elle-même traumatisée par l'expansionnisme islamique qui, contrairement à la légende, issue de l'apologétique islamique cette fois-ci, n'impressionnait pas toujours par sa douceur spirituelle mais par la cruauté de son glaive. L'histoire en général, celle des religions en particulier, n'a pas toujours été sainte ; elle a été au contraire souvent violente et sanglante. Cela vaut aussi bien pour le christianisme que pour l'islam, même si les corpus fondateurs divergent complètement sur l'usage de la violence : «Remets ton glaive à sa place, ordonne Jésus, car tous ceux qui auront pris le glaive périront par le glaive» (Matthieu 26,53) ; «Permission est donnée à ceux qui combattent pour avoir subi l'iniquité» (sourate XXII, verset 39). Qu'importe si ce verset coranique est le premier autorisant la lutte défensive, après 70 autres proscrivant la violence. Le fait est que la position coranique est ici aux antipodes de la position néotestamentaire. Cet interdit clairement exprimé n'a du reste pas prémuni les ouailles de Jésus de la tentation belliqueuse puisque, de persécuté, le christianisme est devenu lui-même persécuteur après la conversion de Constantin, lorsque l'Empire romain a fait de l'enseignement évangélique une idéologie dominatrice et totalitaire.
Pour revenir dans l'histoire, pour s'inscrire dans la modernité, pour conjurer les démons de l'intégrisme, pour éviter le «choc des civilisations», l'islam doit subir cette défaite victorieuse infligée par les Lumières, comme jadis et naguère le christianisme. C'est à cette seule condition qu'il sortira du magma chaotique dans lequel les intégristes veulent le maintenir. C'est alors que sera possible un dialogue des religions et des civilisations authentique, sans concession et néanmoins fraternel, comme le suggère Benoît XVI, et non point syncrétique et vaguement oecuménique, comme c'est le cas depuis le concile de Vatican II.
Ce dialogue doit avoir pour vocation la tolérance, et pour fondement, la connaissance. C'est que l'ignorance de l'islam par les chrétiens et l'ignorance encore plus abyssale du christianisme et du judaïsme par les musulmans couvent des malentendus et même des conflits redoutables. D'où ce besoin urgent et vital de connaître les autres religions, besoin auquel appelait il y a déjà fort longtemps le grand théologien Max Müller : «Celui qui ne connaît qu'une religion n'en connaît aucune.»



© Libération | designed by BT France
Licence | Données personnelles | Charte d'édition
Au début ce n'etait pas le cas mais ces derniers depuis ces caricatures c'est vrai que ca devient frequent. Et vraiment soulant, un jour il va avoir une 3eme guerre mondiale=> cause=> Religions :roll:


« Allah est grand ! ». Ce cri du moueddin ressemble à une immense plainte.
Cinq fois par jour, est-ce la Terre qui gémit vers son créateur indifférent ?
Omar Khayyam

Berbère Chaoui de culture musulmane[/i:

Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 19436
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Message non lupar yacoub » mar. 26 sept. 2006 20:36

Par peur des islamistes, les allemands déprogramment un opéra.


http://www.20minutes.fr/articles/2006/0 ... -opera.php


Islamisme: Berlin contre l'"autocensure" après la déprogrammation d'un opéra
20Minutes.fr avec AFP | 26.09.06 | 19h07


Le ministre allemand de la Culture Bernd Neumann a critiqué mardi la déprogrammation à Berlin de l'opéra "Idomeneo" de Mozart par crainte de représailles islamistes, affirmant que l'"autocensure" menaçait la "culture démocratique".

"Si la peur de protestations éventuelles mène déjà à l'auto-censure, alors la culture démocratique de liberté d'expression est en danger", a dit le conservateur (CDU) Bernd Neumann. "Les problèmes ne se règlent pas par le silence", a-t-il ajouté.

Pour le ministre de l'Intérieur, également CDU, Wolfgang Schäuble, qui s'exprimait lundi soir à Washington, la déprogrammation est "inacceptable" et "folle".

Les représentations de novembre de cette mise en scène, pouvant être jugée provocatrice à l'égard de l'islam, ont été annulées après que la police eut fait état d'un "risque incalculable relatif à la sécurité du public et des collaborateurs de l'opéra", a précisé la directrice du Deutsche Oper, Kirsten Harms, lors d'une conférence de presse.

Précisant qu'il n'y avait pas de menace concrète, la police régionale de Berlin a indiqué avoir voulu sensibiliser l'opéra et renvoyé au conflit sur les caricatures de Mahomet parues dans la presse occidentale l'hiver dernier. "Nous avons indiqué qu'il pourrait y avoir des troubles lors de la représentation", a dit le porte-parole de la police Bernhard Schodrowski.

Cette annulation a été critiquée de toute part dans la classe politique.

Le maire social-démocrate de Berlin Klaus Wowereit a lui aussi décrié la déprogrammation, affirmant qu'il n'existait pas de risque concret. "Il faut vivre pleinement les idées que nous nous faisons de l'ouverture, de la tolérance et de la liberté", a affirmé le maire.

Le Conseil de l'islam, l'une des principales associations représentatives des quelque 3,2 musulmans d'Allemagne, a quant à lui salué la déprogrammation. "Je pense que nous devrions faire plus attention les uns aux autres, en respectant les sensibilités et en ne blessant pas une grande communauté religieuse".

Mais pour Kenan Kolat, le président de la Communauté turque en Allemagne, "il est dommage qu'avec cette déprogrammation, on ait reculé devant une discussion ouverte".


© 2006 AFP



Avatar du membre
Avekha
Sergent-chef Virtuel
Sergent-chef Virtuel
Messages : 847
Enregistré le : ven. 25 août 2006 08:00
Gender : None specified
Status : Hors ligne

Message non lupar Avekha » mer. 27 sept. 2006 08:17

Alala c'est chaud tout ca... on commence vraiment a les craindres en Europe


« Allah est grand ! ». Ce cri du moueddin ressemble à une immense plainte.
Cinq fois par jour, est-ce la Terre qui gémit vers son créateur indifférent ?
Omar Khayyam

Berbère Chaoui de culture musulmane[/i:


Balzac92
Caporal Virtuel
Caporal Virtuel
Messages : 201
Enregistré le : sam. 25 févr. 2006 08:00
Gender : None specified
Status : Hors ligne

Message non lupar Balzac92 » sam. 30 sept. 2006 00:05

Salut,

A propos du papier de M. Haddad : je l'ai lu en ligne dans le site de Libé puis, comme d'autres lecteurs, j'ai réagi en laissant un message.
Mon message est apparemment passé à la trappe. Le voici, de mémoire :

Enfin, des "voix" musulmanes s’élèvent pour dire non à la barbarie et à la bêtise.
Question à ces éminences : que comptent-elles faire pour que l’islam puisse s’exprimer autrement que par la violence ?
L’esprit des Lumières ? Certes et plus que jamais. Mais sur quoi cet esprit devrait-il s’exercer et à quoi devrait-il s’attaquer ? Aux institutions islamiques ainsi qu’aux textes islamiques, c’est du moins ce qui est sous-entendu par M. Haddad, dont la clarté des idées est à saluer.
Je pense qu’il faut aller à l’essentiel, directement et sans faux-semblants : par ses textes comme par ses institutions, l’islam produit de la violence.
Il est vain de se fabriquer un islam improbable, « sympa », tolérant et blablabla. Cet islam-là n’existe nulle part, ni dans les mosquées ni dans les universités islamiques, ne comptons pas le trouver, non plus, auprès des instances en charge de cette religion. En revanche, on le voit sévir sur les plateaux des télévisions occidentales et dans les média bien pensants, où il participe de la supercherie.

Balzac92, ex-musulman


Bon, je reconnais qu'il y a là quelques piques pour l'auteur et pour le journal qui a publié son article. Celui-ci est certes intéressant, mais il ment sur la nature de la religion islamique.



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 19436
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Message non lupar yacoub » sam. 7 oct. 2006 12:50

Effectivement, Malek Chebel, Medeb et les frères Bencheikh essayent de nous faire croire qu'il y a un islam paisible et tolérant et que la France ne doit pas avoir peur de l'islam qui est une religion comme les autres.


Tous les ex-musulmans le savent, l'islam est ultra-violent.L'Iran et l'Arabie Saoudite montrent tous les jours des décapitations, des tranchages de pied et de mains, au nom de la charia, des hommes fouéttés.

Hier sur France 3 il y a eu un reportage sur une iranienne de 16 ans pendue pour avoir eu des rapports sexuels hors mariage.

Comme le dit la députée hollandaise, le problème c'est le prophète et le coran il y a des graines de fachisme et de totalitarisme dans l'islam.
Mahomet préfigure Hitler.



Avatar du membre
Avekha
Sergent-chef Virtuel
Sergent-chef Virtuel
Messages : 847
Enregistré le : ven. 25 août 2006 08:00
Gender : None specified
Status : Hors ligne

Message non lupar Avekha » dim. 8 oct. 2006 13:35

Yacoub a écrit :Effectivement, Malek Chebel, Medeb et les frères Bencheikh essayent de nous faire croire qu'il y a un islam paisible et tolérant et que la France ne doit pas avoir peur de l'islam qui est une religion comme les autres.


Tous les ex-musulmans le savent, l'islam est ultra-violent.L'Iran et l'Arabie Saoudite montrent tous les jours des décapitations, des tranchages de pied et de mains, au nom de la charia, des hommes fouéttés.

Hier sur France 3 il y a eu un reportage sur une iranienne de 16 ans pendue pour avoir eu des rapports sexuels hors mariage.

Comme le dit la députée hollandaise, le problème c'est le prophète et le coran il y a des graines de fachisme et de totalitarisme dans l'islam.
Mahomet préfigure Hitler.
Pas que des graines...


« Allah est grand ! ». Ce cri du moueddin ressemble à une immense plainte.
Cinq fois par jour, est-ce la Terre qui gémit vers son créateur indifférent ?
Omar Khayyam

Berbère Chaoui de culture musulmane[/i:

caius
Caporal-chef Virtuel
Caporal-chef Virtuel
Messages : 253
Enregistré le : ven. 1 août 2008 08:00
Gender : None specified
Status : Hors ligne

124.000 faux prophètes de l’Islam

Message non lupar caius » jeu. 16 févr. 2012 11:28

124.000 faux prophètes de l’Islam

Par Mirza Ghalib

L'Islam prétend qu’Allah a envoyé 124.000 prophètes, alors qu'Allah affirme dans le Coran qu'Il a envoyé des prophètes à tous les peuples de la terre. Pourtant, Allah ne mentionne que les noms de 25 prophètes, certains d'entre eux les rois juifs et seigneurs de la guerre, et tous les a envoyés à des personnes seules ...


Etant né dans une famille très pieuse j'ai, dès l’âge de 7 ans, été forcé de prier par mon père. A cette époque, cela ne me pesait pas de le faire. J’aimais même cela parce que mon père me récompensait avec beaucoup de chocolats. C'est une fierté, pour un père qui vit dans une communauté musulmane, de montrer combien les membres de sa famille sont dévots et s’adonnent à des activités religieuses. Et, pour obtenir plus de faveurs et de récompenses de mon très religieux père, je passais beaucoup de temps à la mosquée par rapport à mes autres frères.

Passer du temps à la mosquée me donnait l'occasion d'écouter les prêches de plus en plus islamiques et les discussions. Parfois, j'entendais des choses qui étaient très difficiles à accepter pour une personne intelligente comme moi. Quand j’avais un doute, je ne manquais jamais de poser des questions aux imams qui faisaient de telles déclarations. Parfois, je recevais la réponse: "Allah sait mieux" mais à plusieurs reprises, je fus réduit au silence par une réprimande.

LE PROPHÈTE A LA VIE LA PLUS COURTE

On nous disait que Dieu avait créé Mahomet "Noor" (éclat ou la lumière) avant de créer Adam (Adam) et l’avait gardé à son côté, en toute sécurité, jusqu'à ce qu'Il ait envoyé l’ensemble de ses 124.000 prophètes de par le monde. Les lecteurs peuvent donc se faire une idée de l’âge de Mahomet, le Prophète préféré d'Allah, qui fut créé avant Adam et envoyé dans ce monde, en tant que dernier prophète, après l'envoi des 124.000 autres. Les oulémas ajoutaient en outre qu’Adam, Noé et quelques autres prophètes avaient vécu sur terre pendant des centaines d'années. Selon la croyance islamique, Jésus n'est d’ailleurs pas mort et est encore en vie ; Jésus est donc vraiment très vieux. Allah aurait dû permettre à son bien-aimé Prophète Mahomet, le meilleur de tous, de vivre dans ce monde plus que tous ses prédécesseurs. Mais Allah aimait tellement Mahomet qu'Il ne pouvait pas vivre sans lui et le rappela à Lui quand il eut à peine 63 ans. La réponse était de nouveau que « Allah savait mieux » les conséquences graves qui auraient pu s’ensuivre s'il avait permis à Mahomet, «le passionné», de vivre dans ce monde quelques années de plus.

ALLAH NE CONNAÎT QUE LES NOMS DE 25 PROPHÈTES BIBLIQUES

Sur 124.000 prophètes revendiqués par l'islam, Allah ne mentionne seulement que les noms de 25 d'entre eux dans son Coran. Lorsque j'ai interrogé mon imam à ce sujet, il répondit que citer les noms des 124.000 prophètes ne servirait à rien pour le peuple et alourdirait le Livre(le Coran). Allah veut rendre les choses plus faciles pour ses esclaves. Comme je n’étais qu’un petit garçon, je fus très satisfait de sa réponse. Je ne réalisais pas encore à quel point il était stupide de la part d’Allah d’envoyer 124.000 prophètes pour mettre sa propre création sur le droit chemin. Je n'étais pas assez mûr pour penser qu’au lieu de s'engager dans une telle sottise, Allah aurait pu le faire en claquant tout simplement des doigts, s’il était aussi omnipotent qu’il le dit dans son Coran,

" Ainsi, nous avons mandaté des envoyés avant toi. Certains, parmi eux,
Nous te les avons décrits. Nous ne t’avions rien dit de certains autres.
" (Al-Moomin 40:78)

Le mot "Certains" est faible. Allah ne mentionne que 0,02% des noms de ses envoyés et oublie de mentionner les noms de 99,98% d'entre eux.

" à chaque peuple un guide.." (Al-Raadh 13:7)

Si c'est le cas, qui sont-ils ? Quelles sont leurs écritures ? Où vivaient-ils ?

ALLAH N’EST PAS TRÈS CALÉ EN GÉOGRAPHIE

Il n’y a pas de réponse parce que ce n'est pas écrit dans la Bible, qui est la principale source du Coran de Mahomet. Bien que Mahomet ait fait des emprunts à plusieurs religions, il a particulièrement apprécié l'Ancien Testament dont il a copié de vastes portions avec de légères modifications dues à son ignorance. Les 25 noms de prophètes mentionnés dans le Coran de Mahomet sont, à l'exception du nom de Mahomet, les noms de dirigeants et de rois juifs mentionnés dans l'Ancien Testament. Allah aime Israël, les Israélites et leurs prophètes en raison de leur voisinage avec l'Arabie. C’est pour cela qu’il a envoyé les seuls prophètes connus en Israël plutôt qu’en Inde ou en Chine. A l’instar de celles d'un chamelier du désert, les connaissances géographiques d'Allah étaient si faibles qu'il ne pouvait pas se rappeler des terres qu'il avait créées en dehors des dunes de sable de l'Arabie saoudite et de sa périphérie.

ALLAH AIME PLAGIER LA BIBLE JUIVE

Allah dit: «à chaque peuple un guide (Prophète) ", mais omet de mentionner un seul de ces prophètes ou de ces peuples. Au lieu de cela, Il rabâche les noms de prophètes bibliques envoyés à un seul peuple, les Israélites. Il ressasse également leurs histoires à plusieurs reprises, ce qui rend la lecture du Coran ennuyeuse. Voici les noms de quelques-uns des prophètes bibliques dont les noms sont répétés des dizaines de fois dans le Coran de Mahomet: Adam (25 fois), Noé (43 fois), Ibrahim (69 fois), Lot (27 fois), Yusuf (27 fois), Aaron (20 fois), Jésus (25 fois) et Moïse (136 fois).

DÉFI AUX APOLOGISTES MUSULMANS

Les oulémas trompent les musulmans en disant que le Coran donne réponse à toutes nos questions. Mais le fait est que le Coran ne peut même pas résoudre ses propres problèmes, il susciterait plutôt beaucoup de doutes quant à sa véracité. Il est étonnant de constater que de nombreuses pratiques très importantes de l'Islam ne sont pas mentionnées dans le Coran.

Je mets donc au défi les apologistes musulmans de montrer à leurs victimes, les pauvres musulmans, les versets du Coran (justifiant) :

1. Le premier pilier de l'islam, la "Shahadaa" que tout nouveau converti à l'islam doit réciter, soit «Laa ilaahaa illallah; Mohammadour rasullallah", qui signifie «Il n'y a de Dieu qu'Allah et Mahomet est le messager d'Allah ", n'est mentionnée nulle part dans le Coran. La seule mention qui s’en approche est : «Il n'est de Dieu qu’Allah» (Coran 6:102, 6:106, 2:163), mais Mahomet n'y est jamais associé.

2. Le second pilier de l'islam énonçant que les musulmans doivent gâcher leur vie à se frotter la tête par terre "cinq fois par jour" pour prier n'est pas mentionné une seule fois dans le Coran

3. L’obligation pour tous les musulmans de faire circoncire leurs enfants mâles. Cette pratique n’est également jamais mentionnée dans le Coran, mais reprise de l'Ancien Testament.

QUI EST L’AUTEUR DU CORAN ? ALLAH ? MAHOMET ? OU SES SUCCESSEURS ?

Ce ne sont que quelques absurdités du coran sur des centaines. Si Allah est l'auteur du Coran, comment peut-il oublier de mentionner ces piliers si importants tout en rabâchant 136 fois des histoires inutiles sur Moïse ?

Si Mahomet a écrit le Coran, alors pourquoi s’est-il tant soucié tant de citer Abraham à 69 reprises tout en négligeant de réciter une seule fois la "Shahaadaa" ?

Si Allah et Mahomet, les deux auteurs présumés, ne connaissaient pas ces points si importants, qui a rédigé le Coran ? Qui a imposé les pratiques de la shahadaa, des 5 prières quotidiennes, de la circoncision, etc. aux malheureuses victimes de l'Islam (les musulmans) ? Les califes « bien guidés» ?

Source : http://www.islam-watch.org/index.php?op ... &Itemid=58



Avatar du membre
nexus
Colonel Virtuel
Colonel Virtuel
Messages : 5315
Enregistré le : dim. 4 sept. 2011 23:34
Localisation : france
Gender : Male
Status : Hors ligne

Re: 124.000 faux prophètes de l’Islam

Message non lupar nexus » jeu. 16 févr. 2012 21:06

Allah me donne l'impression d'avoir l'inculture d'un bédouin du 7émme siècle :ghee: ,quelle tristesse que des centaines de millions de personnes se soient laisser berner par toutes ces foutaises c'est triste.


L'islam n'est pas la révélation de dieu a l'homme mais celle de l'homme sur dieu.
La religion en tant que source de consolation est un obstacle à la véritable foi, et en ce sens l'athéisme est une purification
L'athéisme est une négation de Dieu, et par cette négation, il pose l'existence de l'homme.

Avatar du membre
Maried
Colonel Virtuel
Colonel Virtuel
Messages : 5851
Enregistré le : mer. 2 sept. 2009 15:19
Gender : Female
Status : Hors ligne

Re: 124.000 faux prophètes de l’Islam

Message non lupar Maried » jeu. 16 févr. 2012 21:44

nexus a écrit :Allah me donne l'impression d'avoir l'inculture d'un bédouin du 7émme siècle :ghee: ,quelle tristesse que des centaines de millions de personnes se soient laisser berner par toutes ces foutaises c'est triste.
:ghee:
Moi aussi mais ce qui est le plus désolant c'est le nombre de morts
qui augmente toujours à cause de l'islam


"Qui n'empêche pas le mal le favorise"
Cicéron
_________________________________________________
ImageImageImage
ImageImage

chatona
Recrue pour la Paix
Recrue pour la Paix
Messages : 4
Enregistré le : jeu. 16 févr. 2012 10:26
Gender : None specified
Status : Hors ligne

Re: 124.000 faux prophètes de l’Islam

Message non lupar chatona » ven. 17 févr. 2012 09:26

Quand je me suis reveiller sur la réalité de la religions musulemans je me suis sentis perdu donc j avais alors decider d aller dans des site islamique pour enrichir ma foie qui n avais vraiment plus de sens et plus je decouvrir la realité la verité sur la religions plus j avais de la colere et de la haine de nos jours je ne comprend pas comment peut on encore croire à ces anerie absurde



Avatar du membre
Maried
Colonel Virtuel
Colonel Virtuel
Messages : 5851
Enregistré le : mer. 2 sept. 2009 15:19
Gender : Female
Status : Hors ligne

Re: 124.000 faux prophètes de l’Islam

Message non lupar Maried » ven. 17 févr. 2012 13:08

Ce qui est fort c'est que l'islam se perpétue par les femmes
Si elles décidaient en majorité de ne plus y adhérer il tombera rapidement


"Qui n'empêche pas le mal le favorise"
Cicéron
_________________________________________________
ImageImageImage
ImageImage

Avatar du membre
Lilith
Mort virtuellement
Mort virtuellement
Messages : 2691
Enregistré le : mar. 9 août 2011 19:21
Gender : None specified
Status : Hors ligne

Re: 124.000 faux prophètes de l’Islam

Message non lupar Lilith » mar. 21 févr. 2012 19:02

maried a écrit :Ce qui est fort c'est que l'islam se perpétue par les femmes
Si elles décidaient en majorité de ne plus y adhérer il tombera rapidement
hommes et femmes... 1 milliard de personnes à désendoctriner...



Avatar du membre
Elementaire
Adjudant Virtuel
Adjudant Virtuel
Messages : 1031
Enregistré le : ven. 10 août 2012 21:11
Localisation : Je suis ici
Gender : Male
Status : Hors ligne

une nouvelle preuve que l'islam est faux

Message non lupar Elementaire » sam. 11 août 2012 20:20

Une preuve claire que le Coran est humain :

65. O gens du Livre, pourquoi disputez-vous au sujet d’Abraham, alors que la Thora et l’Evangile ne sont descendus qu’après lui? Ne raisonnez-vous donc pas?(23)

66. Vous avez bel et bien disputé à propos d’une chose dont vous avez connaissance. Mais pourquoi disputez-vous des choses dont vous n’avez pas connaissance? Or Allah sait, tandis que vous ne savez pas.

67. Abraham n’était ni Juif ni Chrétien. Il était entièrement soumis à Allah (Musulman). Et il n’était point du nombre des Associateurs(24).

preuve 1 :
Ce verset explique que les chétiens disaient que Abraham était chrétien. C'est faux ! Ils disent même que Jésus était juif, alors Abraham bien avant, n'en parlons pas !

preuve 2 :
Pour les juifs il était Hébreux (pas juif c'est autre chose). Les Hébreux ont été appelé Israel à partir de Jacob. Or Jacob est bien après Abraham ! Ils n'ont jamais dit qu'Abraham était juif...

Les chrétiens n'ont jamais dit que Abraham était chrétien et les juifs n'ont jamais dit qu'il était juif. Celui qui a écrit ce verset ne connait même pas leurs croyances et c'est ainsi qu'il s'est fait grillé !!! Al hamdoulillah !



ruccikadianswords
Caporal Virtuel
Caporal Virtuel
Messages : 133
Enregistré le : sam. 4 août 2012 23:27
Gender : None specified
Status : Hors ligne

Re: une nouvelle preuve que l'islam est faux

Message non lupar ruccikadianswords » dim. 12 août 2012 02:00

Elementaire a écrit :Une preuve claire que le Coran est humain :

65. O gens du Livre, pourquoi disputez-vous au sujet d’Abraham, alors que la Thora et l’Evangile ne sont descendus qu’après lui? Ne raisonnez-vous donc pas?(23)

66. Vous avez bel et bien disputé à propos d’une chose dont vous avez connaissance. Mais pourquoi disputez-vous des choses dont vous n’avez pas connaissance? Or Allah sait, tandis que vous ne savez pas.

67. Abraham n’était ni Juif ni Chrétien. Il était entièrement soumis à Allah (Musulman). Et il n’était point du nombre des Associateurs(24).

preuve 1 :
Ce verset explique que les chétiens disaient que Abraham était chrétien. C'est faux ! Ils disent même que Jésus était juif, alors Abraham bien avant, n'en parlons pas !

preuve 2 :
Pour les juifs il était Hébreux (pas juif c'est autre chose). Les Hébreux ont été appelé Israel à partir de Jacob. Or Jacob est bien après Abraham ! Ils n'ont jamais dit qu'Abraham était juif...

Les chrétiens n'ont jamais dit que Abraham était chrétien et les juifs n'ont jamais dit qu'il était juif. Celui qui a écrit ce verset ne connait même pas leurs croyances et c'est ainsi qu'il s'est fait grillé !!! Al hamdoulillah !

Ce verset explique juste que les juifs et les chrétiens se disputaient à propos d'Abraham. Le sujet de la dispute n'est pas précisé.


Aléa jacta EST \/



Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 17 invités