la liberté d' expression !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Tout ce qui ne rentre pas dans les autres subdivisions du forum - Exprimez vous et débattez entre vous - dans le respect de l'autre.
Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 19564
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: la liberté d' expression !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Message non lupar yacoub » lun. 8 févr. 2016 12:08

Dernier message de la page précédente :

https://www.facebook.com/notes/248061155271260/

L'idéal musulman ostracisant les femmes et les non-musulmans, n'est pas humaniste, il est nazi .
6 février 2012, 10:06




Le grand précurseur de la sociologie moderne Ibn Khaldoun disait des arabes par où ils passent la civilisation trépasse.


Détruisant tout sur leur passage tels des sauterelles dévastatrices comme celles des Banu Hilal, laissant derrière eux un fleuve de larmes et de sang et un désert de ruine et désolation peuplé de charognards infâmes.

Ce qu'on observe aujourd'hui dans les pays arabisés malgré eux ne fait hélas que conforter ce constat amer. Dire cela n'est pas de l'arabophobie. On ne va pas se voiler la face à l'image de certaines femmes ou se déguiser en pieux musulman juste pour esquiver la vérité et l'occulter.


Là où le monde progresse, les pays arabes et musulmans régressent. Le tableau cette autre vérité implacable en témoigne. Les droits de la femme, de l'homme, du citoyen, la protection des droits de l'enfance, la liberté de conscience, la liberté d'association, la liberté syndicale, la démocratie, l'égalité d'accès au droit, la justice sociale, le développement humain, l'accès aux soins, la lutte contre l'analphabétisme, etc... autant de valeurs universelles jugées par les fondamentalistes comme étant des sacrilèges et par conséquent contraires aux dogmes de l'islam à cause de leur caractère judéo-chrétien ou maçonniques. Un subterfuge pernicieux pour ne pas arrimer le train du monde musulman à celui de l'humanité.



En quoi est-ce une hérésie quand on revendique une égalité absolue en droits et devoirs entre les hommes indépendamment de leur origine ethnique, leur sexe, leurs système de croyance ou non-croyance ? En quoi est-ce un crime de rejeter les valeurs rétrogrades et désuètes ?


La vraie démocratie comme disait A. Camus est celle qui protège les droits des minorités contre le pouvoir hégémonique de la majorité. Mais quand une minorité s'arroge le droit d'imposer sa volonté à la majorité au nom d'un prétendu pouvoir dont elle se considère investie par Dieu, cela conduit immanquablement à la dictature religieuse à l'instar des pays dits arabes.


La religion devient ainsi un atout majeur pour verrouiller et censurer tous les modes d'expression et de liberté.


Hitler voulait créer sans succès une nouvelle religion pour les allemands en étant son apôtre pour les enchaîner aux dogmes du nazisme, mais les imposteurs musulmans sont en train de le réussir non seulement en créant une nouvelle religion mais parce qu'ils ont su tirer profit des quintessences théologiques de l'islam lui-même qui fait de la violence un devoir un de ses piliers essentiels.



En effet, plus que toutes les autres religions, l'islam se veut Etat, culte et cité, ce qui leur permet d'instaurer un ordre politique et social où le sacré et le profane se confondent en conformité avec les prescrits de l'islam.



Dans un environnement où la religion est le seul mode de gouvernance politique de la vie des hommes, il est impossible d'envisager un jour l'émergence d'un Etat démocratique.



Elle ne saurait elle-même ouvrir les portes à des valeurs importées fécondatrices de droits fondamentaux et qui risquent de lui faire de l'ombre et de restreindre son champ de pouvoir.


Ainsi, sous prétexte de la préserver de la prétendue pollution desdites valeurs, qui présentent en réalité un réel danger pour leur pouvoir hégémonique, les castes théocratiques musulmanes, usent et abusent d'artifices et de manoeuvres tous frappés du sceau du sacré, afin de frapper de figer les musulmans dans un ultra conservatisme dont la seule préservation est garante de leur propre survie et la sauvegarde de leurs privilèges exorbitants.



L'islam leur offre une opportunité exceptionnelle pour quadriller la vie des hommes, la façonner, la moduler et la diluer dans la bain d'acide sulfurique du despotisme théocratique.


Surfant sur les peurs des musulmans de rater la dernière marche du paradis et sur les mécanisme d'auto-culpubilisation, ils ont toute la latitude pour les enfermer dans un sarcophage aussi hermétique que celui de Tchernobyl sous prétexte de les immuniser des irradiations extérieures.



Leur seul leitmotiv est de garder leurs sujets censés être dépourvus de tout discernement propre ans un état d'enfermement mental permanent, dont on ne sort jamais vivant. Purger sa peine ici-bas, vivre sa condition de vie de bagnard ce quoi sont condamnés les musulmans avant se présenter devant leur Grand Juge.


L'islam est pour eux leur seule sève vitale, le cordon ombilical qui les relie à Dieu, ne pas s'y abreuver est un sacrilège, un pêché mortel, une apostasie. Pour preuve, ils sont les seuls au nom du régime d'exception dont jouit leur religion à ne pas adhérer à la Déclaration Universelle des Droits de l'homme et du Citoyen.



Comme ils ont été les seuls à manifester leur hostilité à l'égard de la Résolution des Nations Unies sur l'égalité des droits entre les hommes et la femme, jugées comme offensantes à l'islam.

,

Dans un contexte négationniste d'égalité de droits entre les hommes et les femmes, des droits des minorités, liberticide et ethnocentrique et réfractaire au changement au nom de l'immuabilté des valeurs de l'islam, seuls les naïfs et les islamos collabos continuent à croire aux vertus humanistes de l'islam et de sa capacité à s'adapter aux exigences de la modernité et des lois universelles.


L'islam sait que sa seule chance de survie est son repli sur soi et toute ouverture sur le monde peut signifier son propre arrêt de mort. En existant par la terreur et la violence exercée tout aussi bien sur ses fidèles comme sur les non-musulmans, il croit ainsi obtenir sous la contrainte des concessions de la part du reste du monde qui lui permettent de propager son virus létal de par le monde.



L'islam exige des autres ce que les autres n'exigent pas de lui. Il se sert de son particularisme identitaire, oubliant que cela n'est pas spécifique à l'islam, mais qui est surtout symptomatique de son refus de vivre en bonne harmonie avec le reste du monde, il s'emploie à oeuvrer pour créer en son sein des garde-fous aux valeurs universelles fondamentales, conditions sine qua bon pour mériter sa place à part entière dans la communauté international. Faire oeuvre de paix est pour lui un sacrilège.

Il est utopique de l'imaginer adopter un jour un comportement paisible et humaniste.


Lui qui poursuit des desseins cosmiques et impériaux et qui se veut un nouveau gouvernement mondial pour le monde, ne va pas souscrire à des valeurs incompatibles avec les siennes et contre lesquelles il mène une croisade comme en Tunisie : laïcité, démocratie, république, égalité de droits entre les hommes et les femmes, justice, équité, liberté et dignité.



Le monde doit imposer à l'islam les règles du jeu internationales et non pas les aménager pour ménager la susceptibilité à fleur de peau de cette religion.


Lui faire comprendre qu'il n'est pas au-dessus des lois universelles. Le nazisme a péri de sa propre mort en voulant s'imposer au monde, l'islam n'y échappera pas non plus s'il persiste dans sa voie d'ignorer et de violer les principes fondamentaux du droit international qui s'imposent à toutes les civilisations quelles qu'elles soient et notamment celles qui veulent se prévaloir de l'exception religieuse.


Le sectarisme inhérent à cette civilisation, qui est n'est pas le terme approprié, ne peut pas être une source de pensée universaliste qui de surcroît est loin de constituer un facteur de citoyenneté, de paix, de sécurité, d'égalité entre les hommes et les femmes.

Une pensée qui n'est pas non plus un modèle du bien vivre ensemble et de tolérance.


Clivant les hommes en purs (musulmans) et impurs (non-musulmans). Comme si être né musulman est une chance, une bénédiction divine et de ne pas l'être est une malédiction.


Ainsi pour l'islam il y a les musulmans et les autres. Plaçant les siens au sommet de la hiérarchie humaine, reléguant ceux qui n'ont pas son caractère au rang d'intouchables, de dhimmis, avec lesquels il est interdit d'entretenir la moindre relation sauf s'ils adhèrent à sa loi afin de faire part de la communauté des croyants jamais envoyée sur cette terre.



L'idéal musulman est plutôt un idéal nazi. Il porte en lui tous les germes du racisme, du sexisme, de l'esclavagisme, de l'ostracisme, de la discrimination et de l'inhumanisme.


Quant à son soi-disant égalitarisme, il est fondé sur le seul critère de la piété. Pour l'islam les hommes ne sont pas nés égaux et encore moins les femmes jugées comme déficientes en raison et en foi.


J.J. Rousseau disait que tous les hommes sont nés égaux en droit. Ce qui constitue le fondement même de l'idéal humain universel.


Or, un système idéologique qu'il soit religieux ou politique qui classifie les hommes, les hiérarchise dès la naissance, où les femmes et les hommes doivent s'inscrire dans une logique qui dépasse l'entendement humain, abstraite et irrationnelle, est fondamentalement raciste.


Il est difficile d'y voir un facteur de civilisation universelle alors qu'elle s'appuie sur une idéologie fondée sur un ordre réducteur, concentrationnaire, discriminatoire, désintégrateur et liberticide. Un modèle de société qui s'apparente au système de caste hindoue, à un régime d'apartheid ou le Reich nazi.


Chaque civilisation a ses caractéristique et spécificités propres, il est évident qu'il ne peut y avoir de hiérarchie entre elles, mais il n'en demeure pas moins que certaines sont plus différentes que d'autres et sources de rejet, de peur et de phobie.



Au nom de leurs spécificités culturelles qui se veulent elles-mêmes de portée universelle (c'est le paradoxe musulman), les sociétés musulmanes continuent à se prévaloir d'un mode de vie opprimant, inégalitaire et irrespectueux des droits humains les plus élémentaires, telle la liberté de circuler ou de voyager pour les femmes.


Au nom des traditions d'un autre temps sous couvert des dogmes religieux pour les rendre immuables et intemporelles, on refuse le paritarisme, on continue à exciser, reléguer, censurer, brimer, brider, ostraciser, lapider, opprimer, cloîtrer, infliger aux femmes un traitement humiliant et indigne de la condition humaine.


Une société qui se prive de la moitié de son humanité pour des considérations incompatibles avec la raison humaine ne saurait difficilement prétendre au statut de civilisation dans son sens universaliste, celui des valeurs unanimement reconnues et admises par tous les hommes et de toutes les cultures.


Une société à fort relent xénophobe et discriminatoire qui ne reconnaît pas à l'étranger ses droits humains les plus élémentaires surtout quand cet étranger, cet autre n'a pas de surcroît son caractère religieux, n'a pas les attributs d'une société véritablement humaine.



Il est difficile par conséquent d'y voir un symbole de civilisation humaine. Alors qu'elle ne souscrit guère aux principes fondamentaux des droits de l'homme et du citoyen, de la charte universelle de la protection de l'enfance, l'abolition de toutes formes de racisme et qu'elle ne transpose pas dans son droit interne la convention internationale contre la haine raciale, l'antisémitisme, le révisionnisme et le négationnisme des crimes contre l'humanité.


Une société où l'on continue à faire l'apologie du nazisme et d'appeler à la mort du Juif comme cela venait de se produire tout récemment en Tunisie sans que les auteurs de tels propos n'aient fait l'objet d'une quelconque procédure pénale.


De même quand des élus du peuple s'appuyant sur les prescrits de la religion se font les apôtres de la violence physique mutilatrice du corps humain pour châtier leurs concitoyens qui n'adhèrent à la pensée religieuse dominante.


Le climat de violence religieuse, l'intolérance, les menaces et dangers qui couvent sur les libertés individuelles, politiques, syndicales, associatives, les annonces inquiétantes et effrayantes sur le sort réservé aux femmes, l'abaissement de l'âge nubile du mariage, c'est-à-dire la légalisation de la pédophilie, l'excision, la marchandisation institutionnelle du corps de la femme sous couvert de la religion tels que les mariages coutumiers, la répudiation, l'homophobie, la haine de l'autre surtout du Juif, les pogroms et autodafés, les oukases de droit canonique pour légitimer des pratiques sexuelles morbides (nécrophilie), voire zoophilie etc...


Elles sont peut-être des valeurs pour les sociétés qui les pratiquent mais en aucun cas des valeurs de portée universelle, susceptibles de contribuer à l'épanouissement humain en faisant de l'homme un acteur de sa vie et non un simple disciple comme s'il était affilié à un ordre sectaire où il est dépossédé de son libre-arbitre.


Or, une société qui ne favorise pas la pensée-libre et qui au moyen des mécanismes obscurs, transcendantaux, dogmatiques et eschatologiques inhibe toute forme de progrès humain et d'indépendance d'esprit est une société plutôt liberticide.


Une telle société est mutilatrice et réductrice du phénomène civilisationnel. En effet, elle est certainement fidèle à ses dogmes religieux, mais cela ne fait pas d'elle forcément humaniste.



Elle serait plutôt inhumaniste tel le modèle de société fasciste ou hitlérien. Une société civilisée et civile est celle qui place la dignité humaine au coeur de ses préoccupations, elle offre aux hommes d'aures substances que la religion à savoir l'art, la culture, la démocratie, les drois fondamentaux, l'éducation publique, la technologie, la science, la technique, la philosophie rationaliste.


Une société fondée sur la seule allégeance à une force supra-humaine au coeur de toutes choses au dépens de l'homme avec des règles de vie étrangères à la raison humaine universelle dans le sens kantien du concept a surtout les caractéristiques d'une organisation sectaire.



Ainsi, elle n'est ni civile ni civilisée surtout qu'il y a la racine civile dans civilisation en opposition au phénomène religieux. Une société n'est jamais préconçue, elle est le fruit de la réflexion humaine et correspond à l'idéal de vie commune guidé par des motifs dépollués de tout symbolisme irrationnel sans aucune cohérence avec les besoins essentiels des hommes. Une société est de par sa nature dédiée aux hommes avec des moyens d'organisation et des objectifs conçus, déterminés et adoptés par eux et au profit général, indépendammant des clivages religieux, sexuels, ethniques et idéologiques.



Si transcendance il y a elle est la résultante de leur volonté commune universaliste et non en vue de satisfaire la volonté abscons de dieu. La société dédiée à dieu est discriminatoire est désintégratrice des hommes contrairement à une société civilsée. Une société d'assujetissement et d'avilissement des hommes et qui cherchent à créer un goulag pour les femmes et tous ceux qui ne sont pas dans ses normes socio-religieuses s'inscrit dans le champ de la civilisation de la monstruosité humaine.


Quelles que soient cette force immatérielle à laquelle les hommes vouent un culte, elle ne peut pas être pacificatrice et civilisatrice du caractère de ses hommes tant qu'elle privilégie des conduites et des comportement et des pratiques d'un autre âge synonymes de barbarie humaine et de "féminicide" voire d'infanticides, coulées dans le moule de son système de croyance, est fidèle certes à sa propre conception de la civilisation mais elle n'est en aucun cas une société qui s'inscrit dans la voie de la modernité et du bien-être commun universel.









Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 19564
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: la liberté d' expression !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Message non lupar yacoub » lun. 15 févr. 2016 12:08

https://www.youtube.com/watch?v=W0wridzsUFs


C'est clair que les corans anciens dont le Coran moderne est un assemblage en grand désordre et très diminué, n'a strictement rien à voir avec la Bible qui est un recueil de Livres sur 1500 ans.
Image

Déjà le Coran n'est pas un Livre mais une proclamation orale dans un charabia de syriaque, de grec, d'araméen, d'hébreu, de divers dialectes du nord.

Quand on traduit le Coran moderne en grec ancien, on est surpris d'y trouver des structures naturelles. Et pourquoi les plus anciens corans sont si différents entre eux et réécrits ? Pour l'authenticité, tu repasseras !
Image

Quand on traduit le Nouveau Testament en arabe, on est surpris de voir les concordances avec les plus anciens corans. Voici un des plus anciens document en arabe d'un évangile Canonique :
Image

Quelle ressemblance extraordinaire avec la prédication originelle contenue dans les premiers corans ! Mais alors, pourquoi forcer le naturel ? Pourquoi ne pas se laisser glisser vers ce monothéisme qui reste intact, d'Abraham à Moise et avec Jésus ? Pourquoi forcer contre nature pour changer le sens unique du Dieu unique, el Eloah en hébreu, al Ilaha en araméen puis en arabe ? Le Coran régresse aux tous débuts du premier Livre de Moïse, la Genèse, on revient à Eloah, à la lapidation, et tout le reste a disparu !
Image

Pourquoi au VII siècle en Arabie où les juifs depuis 1000 ans et les chrétiens depuis 600 ans y proclamment à chaque endroit le monothéisme juif du Dieu Unique YHWH, arriverait un piêtre marchand s'étant marié avec une vieille fortunée, pour annoncer ce monothéisme alors qu'il ignore seulement que ce dieu al-ilah, allah en arabe de la rue contracté ? Dans n'importe quelle église ou synagogue vous en appreniez cent mille fois plus.
Image

Cette rustrerie et la maladresse des propos où, tour à tout, c'est parfois ce dieu qui parle, parfois Mahomet, parfois des seigneurs de guerre comme il est stipulé dans les plus vieux corans, donne une très mauvaise impression.
Image

Les islamistes qui ne respectent que le Coran sont les salafistes. Bonjour la barbarie, adieu toute forme de civilisation !

Quand au défi d'écrire une plus belle poésie, il suffit de lire la très ancienne sourate 111 pour en rire, et en être horrifié par son degré de barbarie haineuse : c'est bien une fatwa de mort sur toute une famille d'inconnus qui est lancée.

Quand à la pseudo "civilisation mahométane", écrasée un siècle après Mahomet par les armées françaises de Charles Martel à la bataille de Poitiers, qu'en reste-t-il ? Les pays les plus tyranniques au monde en 2016, les plus terroristes, les plus sanguinaires et arriérés :

Image







Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 19564
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: la liberté d' expression !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Message non lupar yacoub » mar. 23 févr. 2016 11:43

L’islam est l’antithèse par excellence de la civilisation

On ne cesse de glorifier la civilisation arabo-musulmane qui sans elle le monde dans sa partie occidentale ne serait pas sorti de ses nuits ténébreuses.

N’est-il pas paradoxal que ladite civilisation qui n’a de surcroît aucun caractère civil qui est la racine du mot civilisation, et qui ne reconnaît pas à l’homme le droit à la citoyenneté, il est fidèle et jamais acteur des choix de sa vie, qui aurait éclairé l’Occident de tout son savoir, ses connaissances, sa richesse scientifique, sa sagesse, son esprit innovant, ses libertés, sa culture, son ingéniosité, sa modernité, ses progrès humains, son positivisme juridique, sa rupture avec la barbarie se veut elle-même une voie de retour en arrière et une machine à remonter le temps ?

En quoi l’est-elle alors au vu de l’obsession de ses fidèles de faire revivre les normes sociales, culturelles, religieuses, économiques, « juridiques », liberticides, qui prévalaient au temps de Mahomet ? Quand on sait que l’islam est d’abord un système global et pas seulement cultuel, est dogmatiquement allergique au changement. Et afin de perpétuer son pouvoir totalitaire et oppressant sur ses croyants,il a verrouillé au nom du sacré en multipliant les interdits toutes les possibilités pour les siens d’être des architectes de leur mode et choix vie de crainte de les voir s’affranchir de sa tutelle et par conséquent se détourner de lui.

Dans une culture de l’immuable, l’ultra-conservatisme, de l’irréformable et de l’exaltation du passé comme projet d’avenir, il ne peut véritablement être assimilé à un catalyseur de civilisation. C’est une anti-civilisation qui prône l’archaïsme, le passéisme et les résurgences des moeurs d’un autre temps immorales et inadaptées aux lois humaines.

L’islam est le chemin du retour vers un monde du règne de la barbarie humaine et la civilisation n’est qu’un masque pour camoufler les stigmates de son idéologie ultra-réactionnaire, mortifère et inhumaine.

Une civilisation qui se veut une contre-évolution de l’humanité ne peut être qu’un facteur de renaissance des lois de la jungle et porteuse de tous les germes de sa destruction et ne saurait être une civilisation dans le sens donné par Anatole France, sur la Pierre, 1905, :

« Ce que les hommes appellent civilisation, c’est l’état actuel des mœurs et ce qu’ils appellent barbarie, ce sont les états antérieurs. Les mœurs présentes, on les appellera barbares quand elles seront des mœurs passées. »

Et à supposer que cette civilisation réponde aux critères objectifs de ce que ce qu’on entend par civilisation et ses apports à l’humanité au fil des siècles, il est grand temps que ses partisans qui sont aujourd’hui aux avant-postes sur la scène des horreurs, un véritable remake en grande nature des moeurs passées, énumèrent tous ses apports au patrimoine commun universel et en quoi l’ont-ils enrichi ?

Ont-ils construit des routes ? Ont-ils construit des voies ferrées ? Ont-ils créé des hôpitaux ? Ont-ils inventé le papier ? Ont-ils créé la roue ? Ont-ils construit des aqueducs ? Ont-ils développé l’agriculture ? Ont-ils rendu la justice plus humaine et juste ? ont-ils libéré la femme ? ont-ils interdit formellement l’esclavage ? Ont-ils créé l’école pour tous ? Ont-ils introduit les principes d’égalité entre les sexes et les hommes de tous bords et de toutes confessions ? Ont-ils créé la machine à vapeur ? Ont-ils inventé le feu ? Ont-ils inventé l’électricité ? Ont-ils innové dans les droits humains ? Ont-ils mis en valeur la richesse patrimoniale, archéologique et historique des peuples conquis ? Ont-ils fécondé une culture de liberté et d’épanouissement humain . Ont-ils respecté les droits des minorités religieuses et ethniques chez eux en leur reconnaissant les mêmes droits que la majorité dominante .? Ont-ils protégé les droits de la petite enfance ? Ont-ils interdit les mariages prépubères ? Ont-ils créé l’état civil ? Ont-ils aboli véritablement la prostitution ? Ont-ils donné ses droits à la femme ? Ont-ils été à l’origine des droits fondamentaux ? Ont-ils laissé le soin à leurs coreligionnaires d’exercer leur droit à la liberté de conscience ? Ont-ils ouvert la voie au pluralisme politique et la liberté de pensée et d’opinion ? Ont-ils encouragé la créativité dans tous ses modes d’expression ? Ont-ils été les catalyseurs des révolutions copernicienne, industrielle, technique, technologique, nanotechnologique, informatique, cybernétique, ? Ont-ils créé des médicaments ? Ont-ils respecté les milieux naturels des pays conquis ? Ont-ils libéré l’homme de la tutelle de la religion ? Ont-ils jeté les jalons du progrès humain ? Ont-ils donné à l’homme sa dignité ? Ont-ils aboli le racisme, l’antisémitisme, la violence et les crimes de guerre et contre l’humanité ? Ont-ils mis l’homme au coeur de la vie ? Ont-ils tourné le dos au passé ? Ont-ils le respect des cultures différentes des leurs ? Ont-ils le sens de l’humilité et de la modestie ? Ont-ils la volonté de vivre en harmonie avec le reste du monde ?

Des questions qui resteront lettre morte. Il ne suffit pas d’exalter la puissance créative et novatrice du divin, il faut les étayer par des preuves palpables et irréfutables sur son prétendu savoir-faire. Tant qu’on continue à préférer de servir la cause de la religion et tout donner pour elle jusqu’à lui sacrifier sa propre vie ce qui en dit sur l’esprit d’abandon et d’autodestruction des musulmans plutôt que la cause de l’homme et son bien-être, où l’on trouve de l’argent pour les mosquées et pas pour les hôpitaux et le transport par exemple, il n’y a guère d’espoir de les voir reprendre leur marche dans le sens de l’aiguille d’une montre pour rejoindre le train de l’humanité.



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 19564
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: la liberté d' expression !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Message non lupar yacoub » mar. 23 févr. 2016 14:42

http://linkis.com/wordpress.com/CG0Zd

Le voile est pour la femme musulmane comme les chaînes pour un esclave

22/02/2016 Salem Ben Ammar Laisser un commentaire

·

En scandant que le voile est l’expression de leur liberté, les femmes voilées ne se rendent pas qu’elles scandalisent la liberté. Elles n’ont pas compris et ne le comprendront certainement jamais point de liberté sans égalité, nulle égalité sans dignité et pas de dignité sans respect. L’honneur de l’être humain n’est pas dans l’exhibition de son état d’assujettissement.
Ces femmes vivant en Occident sont effectivement libres de porter leur voile en toute sécurité, mais elles ne sont pas libres dans le sens où elles l’entendent, car elles sont protégées par les lois humaines. Que répondraient-elles à leurs à la police religieuse, conjoints, pères, frères qui leur feraient obligation .de le porter si elles vivaient dans les pays où l’homme a autorité sur la femme ? Que penseraient-elles de cette compagne dans les mosquées salafistes en Algérie » voile ta mère, ta femme et tes filles si tu es un homme ?
La liberté n’a du sens que si la femme est l’égale de l’homme et décide pour elle-même et par elle-même. Le port du voile est comme les chaînes qui enferrent les chevilles d’un esclave.
Quand on s’installe dans les habitudes de son état de frustrée et d’aliénée on a toujours l’illusion de la liberté.
Une liberté voilée par le masque de la soumission aux dogmes et au patriarcat est une liberté violée.
De quelle liberté ces femmes voilées parlent-elles de celles codifiées par les sourates coraniques et les hadiths qui font de l’obéissance à l’homme une obligation religieuse essentielle si elles veulent être élues parmi les 72 houris ?
De quelle liberté parlent-elles de celle qui les assimile à un champ de labour où l’homme peut y aller quand bon lui semble ?
Peut-il y avoir de liberté sans droit sur son propre corps ?
La vertu de la femme n’est pas dans sa subordination à l’homme et sa résignation à son destin d’un humain à part dépourvu de foi et de raison, elle est l’expression de sa révolte contre les traditions liberticides et castratrices de la femme, négatrices de ses droits et attentatoire à sa dignité humaine.
Se voiler, c’est mettre un voile sur son existence et soustraire du regard de l’autre son état de détresse psychologique et sa condition de vie misérable. C’est le voile la honte de soi et la peur d’affirmer son identité féminine.
En Occident, elles peuvent clamer leur liberté de le porter mais là où son port s’impose chariatiquement, il est à douter qu’elles puissent le faire.
Une femme qui manifeste contre le port de voile est une impie, une débauchée, corrompue et perverse vouée à la lapidation et aux feux ardents de la géhenne qui fera partie de ces femmes que Mahomet aurait rencontrées en enfer, nues, dévêtues et dont les têtes ressemblent à des dos de chameaux ( hadith rapporté par Muslim).
Ces femmes voilées qui font du voile un ticket d’entrée au paradis sont-elles prêtes de faire porter en Occident la voix de leurs coreligionnaires qui veulent le faire tomber au nom de la liberté de ces femmes justement ?
Le port du voile n’est pas un acte volontaire et sans équivoque pour qu’il soit synonyme de liberté, il est conditionné religieusement et socialement.
Plus que le port du voile lui-même qui n’est pas une spécificité musulmane, mais approprié et surexploité idéologiquement par les marchands du temple religieux musulman, c’est la dignité de la femme qui est la première plaie de l’islam.



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 19564
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: la liberté d' expression !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Message non lupar yacoub » ven. 26 févr. 2016 10:52

Les musulmans et leurs délires mythomaniaques

Du même auteur:

Si l'arrogance et la vantardise avaient une religion ce serait l'islam. C'est fou combien les musulmans toisent le monde avec dédain et mépris.
La femme voilée est une sirène, un lingot d'or massif, un diamant dans son écrin, mille fois plus chaste et pieuse que l'occidentale.
Le Coran est le meilleur code militaire qui puisse exister.
Toutes les découvertes et inventions sont initiées par le Coran.
Le Coran est le plus grand traité scientifique et philosophique de toute l'histoire humaine.
Le Coran appelle les musulmans au respect absolu de la vie humaine. Notre prophète est un monument d'humanité et un apôtre de la non-violence. Notre prophète est le plus exemple d'amour de son prochain depuis que le monde est monde.
Notre prophète est un modèle pour l'humanité tout entière.
Notre prophète a mis la femme sur le même pied d'égalité que l'homme. Notre prophète est un féministe hors pair et c'est Allah qui l'a marié à ses femmes.
Mahomet n'a jamais massacré les tribus juives et les a expulsé de Yathreb, c'est eux qui l'avaient trahi et avaient fait le choix de rester dans la mauvaise voie.
L'islam a sorti l'humanité du monde des ténèbres et l'a éclairé de toutes ses lumières..
L'islam a libéré la femme et lui a donné sa dignité.
L'islam est une blanche colombe, une ode à la paix et un hymne à la vie. L'islam protège les droits de la petite enfance et de l'enfance.
L'islam ne fait pas de différence entre les hommes qui sont tous égaux devant Allah.
L'islam protège les juifs et les chrétiens qui n'ont jamais été maltraités et stigmatisés dans l'islam..
L'islam est une religion tolérante, respecte la liberté de conscience et n'a jamais imposé la moindre contrainte à ses fidèles.
L'islam ne s'est jamais propagé par la force de l'épée et les peuples sont venus spontanément vers lui et l'ont adopté dans la liesse..
L'islam n'a jamais stigmatisé les homosexuels.
L'islam est contre l'esclavage, le viol des femmes captives, le pillage, la destruction des vestiges archéologiques, le patrimoine culturel, les richesses scientifiques et littéraires et la mémoire historique.des peuples.
L'islam a créé les droits humains.
Vous ne rêvez pas moi non plus. Totalement déconnectés du monde réel. Ils sont tellement intoxiqués par les effets néfastes de la substance coranique qui altère leurs sens et leur fait voir les odeurs qu'ils prennent leurs désirs pour la réalité. Leurs délires de grandeur et mégalomanes sont à la hauteur de l'hypertrophie de leur ego.





Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 19564
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: la liberté d' expression !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Message non lupar yacoub » mar. 1 mars 2016 11:15

A défaut d’encourager le viol, l’islam ne le condamne pas pour autant

Rien ne permet de dire explicitement que le viol, « eghtissab » en arabe, est absolument prohibé par le Coran. Autant il condamne sans réserve l’adultère autant il reste muet en ce qui concerne le viol que certains assimilent à l’adultère, « zina » en arabe. Ce qui est un comble. L’adultère est un rapport consenti hors mariage, appelé fornication, entre les 2 partenaires, autant le viol est un rapport sexuel violent, contraint et forcé imposé de force à la femme. De même que les hadiths restent quelque peu flous en ce qui concerne le viol, assimilé selon Ibn Kathir dans son exégèse de la fameuse sourate [2 : 223] qui confère à la femme un statut de champ de labour en référence à l’abondance et à la fécondité, que son mari peut labourer quand et comme bon lui semble, il s’agit plutôt de position que l’homme doit adopter avec sa femme, c’est-à-dire la position désirée pour l’acte sexuel proprement dit, excluant la position verso, en l’occurrence la sodomie parce qu’elle n’a pas pour finalité la procréation.

Ainsi, et en toute évidence, quand bien même l’Islam condamne les rapports sexuels hors mariage, il reste très ambigu en ce qui concerne la notion du viol qu’il confond soit avec la fornication dans le Coran soit avec la sodomie dans les hadiths. Cette double confusion dans les sources de la foi musulmane entre le viol et la fornication d’une part et le viol et la sodomie d’autre part, à défaut d’être un signal d’encouragement à la toute puissance masculine maîtresse consacrée du corps de la femme, laisse la porte ouverte au viol, conférant une sorte d’impunité dogmatique aux violeurs potentiels.

Nul doute qu’il existe un véritable vide juridique de droit Canon qui ne peut que les immuniser contre toute forme de condamnation. Pourquoi, les sources du droit musulman se plaisent-elles à évoquer les rapports hors mariage, comme si tous les hommes étaient censés être père et époux, et pas tout simplement de l’homme non-marié, le célibataire ? A supposer que l’Islam prohibe le viol, pourquoi la femme n’a pas le statut de victime comme il transparaît à travers les innombrables cas de viol dans les pays musulmans où de victime est jugée coupable condamnée soit à la prison soit contrainte à épouser son violeur ? N’est-elle pas non plus considérée comme un butin, « ghanima » en arabe, au même titre que le bétail et les biens razziés à l’époque du prophète même, dotée du statut d’esclavage sexuel ? Ne dit-on pas qu’il était permis de dévoiler dans le sens violer les captives que le Coran est loin de désapprouver ? Il semble que l’on doit s’assurer du plein consentement de la captive pour entretenir une relation sexuelle avec elle, une espèce de viol par consentement.

Que vaut la parole d’une femme victime de rapports non-consentis alors que sa parole compte pour la moitié de celle de l’homme selon le droit musulman qui lui fait obligation de l’étayer par le témoignage de 4 hommes musulmans, et par extrapolation de 8 femmes ? L’Islam n’encourage pas le viol, mais ne l’interdit pas non plus ne serait-ce au regard de les « Sirats » du Prophète et de ses Compagnons que les nostalgiques pathétiques de la pureté originelle de l’Islam qui considérait la femme comme un être funeste et impure veulent en faire un nouveau mode de vie pour tous les musulmans. Ils oublient qu’en sacralisant et légitimant le viol au nom des valeurs sacrées de l’Islam, ils commettent un crime contre l’humanité.

Tant que la femme est considérée comme l’incarnation de l’esprit Malin, les violeurs continueront toujours à jouir d’un blanc seing canonique pour accomplir leurs forfaits de mise à mort de la dignité et de l’intégrité physique et psychique de la femme. Juger une femme victime de viol, en bande organisée bien souvent, ce qu’on appelle une tournante en Occident, qui n’est pas sans rappeler étrangement les tournantes dans les cités françaises, revient tout simplement à lui infliger un nouveau viol public avec la bénédiction de l’autorité politique et judiciaire du pays.

En conclusion, seul l’Etat de droit est garant du respect du corps de la femme contre les velléités sexuelles des prédateurs qui rôdent autour de leurs proies féminines. Un Etat régi par les lois de l’Islam, à savoir la Charia de la barbarie humaine, est une vraie aubaine pour les violeurs du monde entier à la recherche de cieux plus cléments pour labourer à leur guise et en toute impunité le corps des femmes que Dieu a offerts aux hommes pour assouvir leurs pulsions bestiales et incontrôlées. Quant au viol conjugal, il est dans l’ordre coranique des choses. Le dénoncer est assimilé à une apostasie. La femme qui doit une absolue soumission à l’homme dont il est le dépositaire devant dieu se doit d’accéder aux désirs sexuels de son mâle dominant en tout lieu et en toute circonstance même quand elle se trouve sur la selle d’un chameau.





Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 28 invités