tarik rammadan , integriste ou pas ?

Tout ce qui ne rentre pas dans les autres subdivisions du forum - Exprimez vous et débattez entre vous - dans le respect de l'autre.
Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20140
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: tarik rammadan , integriste ou pas ?

Message non lupar yacoub » sam. 20 mai 2017 13:59

Dernier message de la page précédente :

L’appel au Jihâd
Posted by: Tariq Ramadan

Que n’a-t-on pas entendu à propos de la « guerre sainte », de la mobilisation fanatique des « fous de Dieu »… de ce « nouveau fléau de l’intégrisme rampant ». Le monde de l’Islam, dernièrement habité par la gangrène du jihâd, fait peur et terrorise les intelligences.

Comment donc l’une des notions les plus fondamentales de l’islam en est-elle venue à exprimer une de ses caractéristiques les plus sombres ? Comment un concept fort de la plus intense des spiritualités est-il devenu le symbole le plus négatif de l’expression religieuse ? La lecture des événements de l’histoire récente a sa part de responsabilité certes, mais la distorsion remonte à une date avancée du Moyen-Âge. La compréhension d’un certain nombre de notions islamiques s’est bornée, très tôt, à l’exercice de la pure comparaison : il y a eu les croisades, il y a eu l’expansion musulmane ; il y a eu les saintes croisades, il y a donc eu « les guerres saintes », le fameux jihâd. Et si l’Occident a heureusement dépassé le stade primitif de la guerre religieuse, de la croisade, le spectateur est bien forcé de constater que le monde musulman est bien en retard aujourd’hui puisque partout l’on voit des groupes, des mouvements, des partis et des gouvernements en appeler au jihâd, à la lutte armée, à la violence politique. L’arsenal symbolique paraît moyenâgeux et obscurantiste. L’islam évoluera-t-il ?

La question paraît légitime, son expression révèle pourtant un autre malentendu dont on peut douter qu’il ne soit pas volontairement entretenu aujourd’hui. Il faut revenir à la source de cette notion et chercher à mieux comprendre sa portée spirituelle et dynamique. Le jihâd, c’est l’expression la plus réalisée d’une foi qui cherche à exprimer l’équilibre et l’harmonie : il nous faut dire un mot ici de sa portée individuelle, de sa dimension littéralement « inter-nationale » et, enfin, puisque c’est le sujet qui nous occupe ici, de son actualisation sociale.

A) La paix du cœur

Quel être humain pourrait affirmer, au cœur de son intimité, ne pas connaître la violence : parfois l’agressivité, parfois la haine, parfois l’excitation d’un instinct destructeur, parfois la colère. La maîtrise de soi, la sérénité, le respect de l’autre, la douceur ne sont pas naturels, mais s’acquièrent au prix d’un effort personnel permanent. Tel est le lot des hommes : ils abordent les rivages de leur humanité par un long travail sur soi, pensé et mesuré. Chacun le sait, chaque cœur le sent.

Toutes les littératures sont pleines, depuis toujours, de la traduction de cette tension qui tantôt s’apaise, tantôt agite, tantôt déchire l’intimité des hommes. De la Baghavad Gita à la Thora et aux Évangiles, de Dostoievski à Baudelaire, l’horizon humain reste le même. Le Coran confirme la plus quotidienne des expériences :

« Par une (l’) âme et ce qui l’a équilibrée et lui a inspiré son libertinage ou sa piété. Il sera certes heureux celui qui la purifie, il sera certainement perdu celui qui la corrompt. » Coran 91/7-10

Les deux voies sont explicites et elles s’appréhendent de façon à la fois plus vive et plus morale avec le souvenir de la vie de l’au-delà. La vie est cette épreuve de l’équilibre pour les hommes capables du meilleur comme du pire.

Nous sommes ici à proximité de l’essence de la notion de jihâd qui ne peut se comprendre qu’en regard de la conception de l’homme qui la sous-tend. La tension est naturelle, le conflit de l’intimité est proprement humain et l’homme chemine et se réalise dans et par l’effort qu’il fournit pour donner force et présence à l’inclination de son être la moins violente, la moins colérique, la moins agressive. Il lutte, au quotidien, contre les forces les plus négatives de son être : il sait que son humanité sera au prix de leur maîtrise. Cet effort intime, cette lutte entre les « postulations » de l’intériorité est la traduction – littérale et figurée – la mieux appropriée du mot jihâd.

Il ne s’agit pas ici de réduire le jihâd à la dimension personnelle (jihâd an-nafs), mais très clairement de revenir à l’expression de sa réalité la plus immédiate : le jihâd est à l’humanité de l’homme ce que l’instinct est au comportement de l’animal. Être pour l’homme, c’est être responsable et cette responsabilité est liée au choix qui devrait toujours chercher à exprimer la bonté et le respect de soi et d’autrui. Choisir c’est, dans la réalité des conflits intérieurs, se déterminer pour la paix du cœur.

On connaît le propos du Prophète (PBSL) dans un hadîth dont la chaîne de transmission est reconnue comme faible (da’îf), mais dont on peut tirer un enseignement tant son sens et sa portée sont confirmés par d’autres traditions. Au retour d’une expédition qui avait opposé les musulmans à leurs ennemis, le Prophète (PBSL) aurait caractérisé la guerre comme étant un « petit jihâd » en comparaison du « grand jihâd » qu’est l’effort de purification intérieure, de spiritualisation de l’être devant le Créateur. Plus que la comparaison, ce qu’il faut retenir ici, c’est l’association de la foi à l’expérience de l’effort pour atteindre l’harmonie et la sérénité. La vie est cette épreuve et la force spirituelle est signifiée par le choix du bien, de la bonne action pour soi et pour autrui :

« C’est Lui (Dieu) qui a créé la mort et la vie pour vous éprouver et connaître celui d’entre vous qui agit le mieux […] » Coran 67/2

Réformer l’espace de son intériorité, apaiser son cœur au chevet de la reconnaissance du Créateur et dans la densité d’une action humaine et généreuse, aimer dans la transparence et vivre dans la lumière, tel est le sens de la spiritualité islamique. Elle rejoint l’horizon de toutes les spiritualités qui exigent de l’homme de se doter d’une force d’être plutôt que de subir l’acharnement despotique d’une vie réduite aux seuls instincts. Cette tension vers la maîtrise de soi se traduit en arabe par le mot jihâd… comprendre cette dimension est l’étape obligée d’une discussion plus large sur le sens du conflit armé qu’elle peut recouvrir. Ce qu’il faut retenir, au premier chef, sur le plan individuel comme sur le plan inter-national, c’est que Dieu a voulu la tension et qu’il a fait de sa gestion l’une des conditions d’accès à la foi et à l’humanité.

« Le Prophète (PBSL) demanda un jour : “Qui est donc le plus fort parmi vous ?” – Les compagnons répondirent : “Celui qui terrasse son ennemi.” et le Prophète de répondre : “Non, le plus fort est celui qui maîtrise sa colère.” »[1]

[1]. Rapporté par Bukhâri et Muslim.


L’appel au Jihâd 2/3

B- La réalité des conflits
Nous avons rappelé plus haut que la Révélation présente la diversité comme un choix du Créateur : « […] Si Dieu l’avait voulu, Il aurait fait de vous une seule communauté mais il en est ainsi afin de vous éprouver en ce qu’Il vous a donné. Rivalisez donc de bonté […] » Coran 5/48
Ainsi, en même temps qu’elle est le fait d’un choix, la diversité s’avère être une épreuve pour les hommes : la gestion des différences est présentée comme un défi qu’ils doivent relever de la même façon d’ailleurs que chacun doit relever le défi de ses tensions intérieures. La grandeur des hommes sera fonction de leur choix et le Coran oriente ce dernier par l’aspiration à une rivalité dans le bien (on trouve dans un autre verset l’idée que la finalité de la diversité des nations et des tribus trouve son sens dans le fait de chercher à s’entre-connaître). La diversité, la pluralité peuvent être le moyen d’une élévation de l’homme – elles devraient l’être – mais il serait naïf de ne pas tenir compte de la réalité des conflits. Ils existent, et la Révélation nous informe qu’ils sont nécessaires à la préservation de l’harmonie et de la justice parmi les hommes : « […] Si Dieu ne repoussait pas certains hommes par d’autres, la terre serait corrompue. Mais Dieu est celui qui dispense la grâce aux mondes. »Coran 2/251
Ainsi la diversité et les conflits qui en résultent sont inhérents à la création : l’homme relève le défi de son humanité, non pas dans le refus de la pluralité et des divergences mais bien dans leur gestion. C’est sa conscience, nourrie par les principes de justice et d’éthique, qui doit le guider pour défendre les droits de chaque communauté comme de chaque individu. C’est bien ce qu’ajoute ce verset au sens du précédent : « […] Si Dieu ne repoussait point certains hommes par d’autres, les ermitages seraient démolis ainsi que les synagogues, les oratoires et les mosquées où le nom de Dieu est fréquemment invoqué […] » Coran 22/40
On notera avec intérêt que les ermitages, les synagogues et les oratoires sont mentionnés avant les mosquées et qu’il s’agit très clairement de l’expression de leur inviolabilité en même temps que du respect dû aux adeptes des différentes religions. La formulation est on ne peut plus explicite : « Si ton Seigneur l’avait voulu, tous ceux qui sont sur terre croiraient. Est-ce à toi de contraindre les gens jusqu’à ce qu’ils soient croyants ? » Coran 10/99
La différence des croyances, comme celle des couleurs et des langues, sont des faits avec lesquels il nous faut vivre. Nous l’avons exprimé plus haut, il convient de le rappeler ici avec force, le principe premier de la coexistence dans la diversité est celui du respect et de la justice. Encore une fois le Coran est clair : « Ô vous les porteurs de la foi ! Tenez-vous fermes comme témoins, devant Dieu, en pratiquant la justice. Que la haine envers un peuple ne vous incite pas à commettre des injustices. Soyez justes ! La justice est proche de la piété. Craignez Dieu ; Dieu est bien informé de ce que vous faites. » Coran 5/8
Face aux inévitables conflits d’intérêt et aux volontés de puissance, le vrai témoignage de la foi est dans le respect du droit de chacun. Si ce dernier est bafoué et si l’injustice se répand, alors il devient de la responsabilité des hommes de s’opposer à cet état de fait. C’est très exactement dans ces conditions qu’a été révélé le premier verset appelant au devoir du jihâd, à la résistance armée : « Autorisation est donnée aux victimes d’agressions (de se défendre), car elles ont été injustement traitées et Dieu est capable vraiment de les secourir.
(L’autorisation est donnée à) ceux qui ont été expulsés injustement de leurs foyers pour avoir seulement dit : “Notre Seigneur est Dieu.” […] » Coran 22/39-40
Après treize ans de vie à la Mecque et presque autant d’années de persécution violente, après avoir dû s’exiler à Médine, le verset permet aux musulmans de se défendre au nom du respect de leur foi et de la justice. Abû Bakr comprit d’emblée la portée du message et il affirmera qu’avec la révélation de ce verset « nous comprîmes qu’il allait s’agir de lutte armée ». On trouve ici une expression explicite de ce que recouvre le jihâd sur le plan inter-communautaire ou inter-national. Comme nous l’avons relevé sur le plan intime, où il s’agissait de lutter contre toutes les forces d’agressivité et de violence inhérentes aux êtres humains, il convient ici, de la même façon, de s’opposer à tout agresseur, à toute volonté de pouvoir et d’exploitation qui se manifestent naturellement dans toutes les communautés humaines et qui font fi des droits fondamentaux.
Tout, dans le message de l’islam, appelle à la paix et à la coexistence entre les hommes et les nations. En toutes circonstances, il faudra préférer le dialogue au silence et la paix à la guerre. À l’exception d’une seule situation qui fait de la lutte un devoir et de l’opposition un témoignage de fidélité au sens de la foi : le jihâd est l’expression du refus de toute injustice et la nécessaire affirmation de l’équilibre et de l’harmonie dans l’équité. On souhaiterait que ce fût une lutte non-violente, éloignée de l’horreur des armes ; on aimerait que les hommes aient cette maturité d’âme qui permette une gestion moins sanglante des affaires du monde ; mais l’histoire nous prouve que l’être humain est par nature belliqueux et que la guerre n’est rien d’autre qu’une des façons qu’il a de s’exprimer. La résistance à l’expression trop violente de ce penchant, le nécessaire équilibre des forces paraissent être les conditions d’un ordre à visage humain : c’est le seul cas où la violence se voit légitimée… très exactement dans les situations où la violence subie, où la répression imposée, où le déni de droit sont tels que ce serait perdre sa dignité humaine que de s’y soumettre : « Dieu vous commande la justice […] » Coran 16/90
Le verset exprime clairement le sens de l’action des hommes : lutter pour le bien et refuser l’injustice de toute la force de son être. Porter la foi, c’est porter le témoignage de cette dignité dans la résistance : elle est à la communauté ce que la maîtrise de la colère est à l’intimité de chacun.
On peut constater aujourd’hui une effervescence dans le monde musulman et beaucoup condamnent la violence qui accompagne le réveil d’un « islam fanatique, radical et intégriste ». On doit comprendre cette inquiétude et il faut dénoncer la violence politique qui s’exprime par des assassinats de touristes, de prêtres, de femmes et d’enfants, par des bombes aveugles et des carnages sanglants. Ces actions ne sont pas défendables et ne respectent en rien le message coranique. Encore faut-il condamner la violence qui s’exprime en amont, et qui est le fait des pouvoirs dictatoriaux qui très souvent sont soutenus par les grandes puissances. Chaque jour qui passe, des peuples entiers subissent la répression, l’abus de pouvoir, et les viols des droits les plus inhumains. Jusqu’à quand faudra-t-il qu’ils se taisent et qu’ils se voient jugés « dangereux » par l’Occident s’ils osent exprimer leur refus ? Il ne s’agit pas ici de justifier la violence mais bien de comprendre dans quelles circonstances elle prend corps : les déséquilibres Nord-Sud, les exploitations des hommes et des matières premières produisent, conjugués avec les démissions des peuples du Nord, une violence bien plus dévastatrice que celle, si spectaculaire, des groupes armés. Pourrions-nous appeler les hommes, en cette fin de xxe siècle, à se mobiliser pour plus de justice tant sociale que politique et économique parce qu’il nous paraît que c’est là la seule façon de rendre aux hommes les droits qui feront taire les armes ? Cet effort serait la traduction littérale du mot jihâd… il est témoignage d’un cœur qu’illumine la foi et d’une conscience que façonne la responsabilité.




Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20140
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: tarik rammadan , integriste ou pas ?

Message non lupar yacoub » sam. 21 oct. 2017 14:20

Tariq Ramadan dans l'eau chaude

La nouvelle vient de tomber en France. L’islamologue suisse Tariq Ramadan, rock star internationale de l’islamisme, petit-fils du fondateur des Frères musulmans, professeur à Oxford et spécialiste du double discours Islam-occident, est visé par une plainte « pour des faits criminels de viol, d’agressions sexuelles, de violences volontaires, de harcèlement et d’intimidation ».

La plainte vient de Henda Avari, une ex-islamiste qui milite aujourd’hui pour la laïcité et les droits des femmes.

Elle avait raconté une agression sexuelle aux mains d’un certain Zoubeyr dans son livre J’ai choisi d’être libre. Elle dévoile aujourd’hui sa véritable identité.

Le journal Le Monde rapporte les paroles d’un de ses avocats, Jonas Haddad: ‘ Henda Ayari n’avait pas envie de communiquer sur ce sujet, par peur. Avec la libération de la parole à laquelle on assiste depuis quelques jours, elle a décidé de dire ce qu’elle a subi et d’en tirer les conséquences judiciaires ».

Le mouvement de dénonciations a traversé l’Atlantique.

Face à ce tsunami d'allégations, je mettrais ma main au feu que bien des hommes connaissent des problèmes de sommeil ces jours-ci.



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20140
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: tarik rammadan , integriste ou pas ?

Message non lupar yacoub » sam. 21 oct. 2017 18:01

Accusé de viol , Tariq Ramadan porte plainte pour “dénonciation calomnieuse”


Face aux accusations de viol et d’agression sexuelle proférées contre lui par Henda Ayari, 40 ans, une ancienne salafiste devenue présidente de l’association Libératrices, Tariq Ramadan a réagi par le biais de son avocat, Me Yassine Bouzrou, un ténor du barreau de Paris. Selon Le Parisien, il compte riposter en déposant plainte à son tour. Dans un communiqué, Me Bouzrou, affirme qu’une « plainte pour dénonciation calomnieuse sera transmise au procureur de la République de Rouen dès lundi. »

Rappelons qu’une plainte pour viol a été déposée par Henda Ayari, vendredi 20 octobre, contre Tariq Ramadan, auprès du parquet de Rouen



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20140
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: tarik rammadan , integriste ou pas ?

Message non lupar yacoub » mar. 24 oct. 2017 13:34

Un livre explosif sur les tartufferies de Tariq Ramadan

Image
Cette fois, ce n'est plus une plainte pour un seul viol, mais tout un livre accablant sur la vie de nuit de Tariq, prédateur des femmes. Terrible coup porté à un moment où il n'avait surtout pas besoin de ça !
“Quand j’ai publié mon livre « La vérité sur Tariq Ramadan » en 2007 (1), l’intéressé a fait savoir qu’il ne l’aimait pas du tout. Ce qui était son droit le plus strict. Mais il a prétendu qu’il ne m’avait jamais parlé, ce qui était un mensonge, d’autant plus grossier que je l’avais interviewé à plusieurs reprises dans la presse française et suisse. A la suite de la publication de cet ouvrage, de nombreuses jeunes femmes sont entrées en contact avec moi. Elles tenaient toutes le même discours : Tariq Ramadan n’était qu’un Tartuffe, qui tenait un discours rigoriste et puritain, alors qu’il menait joyeuse vie.

Image

Loin de s’enfermer des heures dans des bibliothèques universitaires, il passait le plus clair de son temps en bonne compagnie. Toutes le décrivaient comme se moquant de l’islam en privé. L’une d’entre elles, Majda, m’avait rencontré à Paris en compagnie de Nicolas Beau, alors rédacteur en chef du site Bakchich aujourd’hui disparu. « Alors qu’il est marié et père de quatre enfants, il m’a demandé de m’épouser en me jurant qu’il était divorcé devant dieu et devant les hommes. Autrement, je ne l’ai jamais vu prier. Manger hallal ? “Hallal ou pas, ce n’est qu’un détail“, répétait-il », nous avait raconté cette jeune femme d’origine marocaine.

Avant de publier mon livre, je connaissais, bien évidemment, la réputation de dragueur de Tariq Ramadan, alors qu’il enseignait dans un collège à Genève les valeurs religieuses les plus réactionnaires. Mais je n’avais pas franchi la ligne jaune de mettre en contradiction sa vie privée avec ses préceptes publics.


Lucia Canovi,
Image
une agrégée de lettres qui vit à Alger, prend ce risque en publiant très prochainement un livre sur les incohérences et les duplicités de ce prédicateur doué dont l’écho est réel dans les banlieues françaises.

Ian Hamel
Source : https://mondafrique.com/livre-explosif- ... q-ramadan/




Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20140
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: tarik rammadan , integriste ou pas ?

Message non lupar yacoub » sam. 28 oct. 2017 11:42

Tariq Ramadan, la chute annoncée d'un tartufe islamiste

C'était en 2009, à la veille de mon fameux débat avec Tariq Ramadan chez Frédéric Taddeï. La presse l'avait annoncé. Une première femme m'a contactée pour me dire ce qu'elle avait vécu. Je me méfiais. Un faux témoignage pour me pousser à la faute ? Avec Tariq Ramadan, il faut toujours s'attendre à tout. Au début, je n'ai pas répondu. Ses écrits devenaient précis. Pour en avoir le cœur net, j'ai fini par la voir. Elle m'a montré des SMS puis des photos édifiantes. Elle m'a également mise en relation avec d'autres filles. Toutes avaient vécu à peu près la même histoire. Une demande de conseil religieux transformé en relation sexuelle compulsive, parfois consentie, souvent violente et très humiliante, avant de finir en menaces. L'une d'elles avait subi un traitement pouvant faire l'objet d'une plainte. Je l'ai présentée à un juge.

Mais Tariq Ramadan lui faisait trop peur. Elle se sentait suivie. Elle était clairement trop fragile pour persévérer. Ma conscience refusait de la pousser sur un chemin dont je craignais qu'elle ne sorte déchiquetée. Je suis bien placée pour connaître la violence des réseaux des Frères musulmans quand on tient tête à « frère Tariq ». J'entends des donneurs de leçons se gausser sur le mode « tout le monde savait et n'a rien dit ». Ils sont loin d'imaginer la tornade qui se serait abattue sur cette jeune femme si elle avait osé briser l'omerta à l'époque. Maintenant que Henda Ayari a eu ce courage, c'est différent. Mon devoir est d'inviter toutes celles qui le peuvent à témoigner. Dans la presse ou à son procès. Pour ne pas l'abandonner, seule, face à la meute"

Caroline Fourest
https://youtu.be/jn23PsKS-Kw




Avatar du membre
marmhonie
Caporal-chef Virtuel
Caporal-chef Virtuel
Messages : 255
Enregistré le : dim. 29 janv. 2017 22:30
Gender : Male
Status : Hors ligne

Re: tarik rammadan , integriste ou pas ?

Message non lupar marmhonie » dim. 29 oct. 2017 05:48

Affaire Tariq Ramadan: Une nouvelle plainte pour viol déposée contre lui



Image

Ça va mal pour lui et ça faisait mal pour elles
Les faits dénoncés auraient eu lieu dans un grand hôtel en province, courant automne 2009" et auraient été d’une "grande violence".
Image

Qui se plaint le plus ?
Une nouvelle plainte pour viol a été déposée jeudi à Paris contre Tariq Ramadan. Elle survient trois jours après l’ouverture d’une enquête sur des accusations similaires contre l’islamologue et théologien suisse, a-t-on appris ce vendredi auprès de l’avocat de la plaignante.

Le silence crie dans ses actes barbares
Image
Pauvre Tariq : cette plainte s’ajoute à celle déposée le 20 octobre par une ancienne salafiste devenue militante féministe et laïque. Ce jour-là, Henda Ayari, 40 ans, avait également publié ses accusations sur sa page Facebook, en plein débat autour du harcèlement sexuel dans la société. Mardi, elle a été entendue pendant six heures par la police à Rouen, selon son avocat, au lendemain de l’ouverture d’une enquête par le parquet de Paris pour "viol, agression sexuelle, violences et menaces de mort".
Image

En somme, une vie selon Mahomet son beau modèle !

Image
Marmhonie tel qu'en lui-même



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20140
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: tarik rammadan , integriste ou pas ?

Message non lupar yacoub » dim. 29 oct. 2017 13:12

Affaire Tariq Ramadan et ce qu'elle dit de la communauté musulmane française

Cette vidéo dresse le cruel constat des réactions des thuriféraires de Tariq Ramadan, ce qui en dit long sur l'état de dépravation et de dégénérescence de la "communauté" musulmane française, si communauté il y a ! 30 ans de prêches pour en arriver à lire des commentaires de soutien grossiers et vulgaires de racailles mal élevées, qui font honte. La réaction des pom-poms girls de Tariq Ramadan est encore plus humiliante que les accusations portées contre lui, car elle touche des milliers de jeunes totalement perdus, sans repères et sans aucune éducation. Il sera également question des origines occultes de la fraternité crypto-maçonnique des Frères Musulmans, de leurs liens avec la CIA, les loges maçonniques, ainsi que du sabbataïsme... Nous évoquerons enfin la stratégie actuelle de Tariq Ramadan qui n'est rien d'autre qu'une volonté clairement affirmée de sécularisation de l'islam puisqu'il est pour le gender, la laïcité, l'euthanasie, l'avortement, les banques... On parlera aussi des scandales sexuels des années 40 au sein de la fraternité musulmane égyptienne qui avaient fait grand scandale ! Pour plus d'infos, lisez le livre de Ian Johnson, "Une mosquée à Munich - Les nazis, la CIA et la montée des Frères Musulmans en Occident" (2010). Éditions JC Lattès, 22€90.

https://youtu.be/dZBfs77bDfY https://youtu.be/dZBfs77bDfY




Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20140
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: tarik rammadan , integriste ou pas ?

Message non lupar yacoub » mer. 1 nov. 2017 17:46

3 éme plainte contre Tarik Ramadan

Une Belge accuse Tariq Ramadan de violences sexuelles

Les langues se délient de plus en plus après les révélations concernant le producteur américain Harvey Weinstein. C'est désormais l'islamologue Tariq Ramadan qui fait l'objet d'au moins deux plaintes pour viol. La RTBF a recueilli le témoignage d'une Belge qui a accepté de s'exprimer pour la première fois au sujet de sa relation avec Tariq Ramadan.


Islamologue, conférencier, professeur à Oxford et régulièrement au cœur de controverses, Tariq Ramadan est visé par au moins deux plaintes pour viol et agression sexuelle en France. Mais il aurait aussi sévi en Belgique.
Cette femme belge, que l'on appellera Sara, explique avoir été contactée par Tariq Ramadan via Facebook, alors qu'elle était en situation de détresse. "C'est une relation qui débute en confiance, doucement, et au fur et à mesure, des demandes perverses, qu'il peut même imposer comme conditions à la suite de la relation, explique-t-elle. Il peut être très, très violent, vous agripper très violemment, attendre de vous n'importe quelle pratique sexuelle et le demande assez agressivement. Et puis ça redescend, mais ces moments là sont très difficiles à vivre".

J'ai eu peur pour ma vie


Sarah explique avoir ensuite souhaité rompre après plusieurs mois de relation. Mais d'après la jeune femme, cela n'a pas été simple: "Il promet de vous détruire, de faire de votre vie un cauchemar, il est très menaçant, et à ce moment là on prend peur. Moi j'ai eu peur pour ma vie". Aujourd'hui, Sarah réfléchit à porter plainte. Jusqu'à présent, elle n'a pas été entendue par son entourage musulman.
Une autre femme a quant à elle gardé le silence pendant cinq ans, avant de porter plainte il y a quelques jours. Mariée très jeune à un islamiste radical, Henda Ayari avait décidé fin 2011 de quitter ce mari qui, dit-elle, la retenait prisonnière. Elle abandonne le voile, et se met en contact avec Tariq Ramadan pour lui demander conseil. L'islamologue lui donne rendez-vous dans un hôtel parisien.
"La situation que je pensais être très agréable et sympathique s'est transformée en cauchemar, raconte-telle. Il m'a littéralement sauté dessus. Je l'ai repoussé mais comme il est plus fort que moi, il m'a forcé puis il m'a frappé. Il m'a ensuite étranglé, j'ai vraiment cru mourir ce soir-là. Ensuite, il m'a violée. J'ai pleuré et il s'est moqué de moi en me disant: "pauvre petite fille! Tu ne savais pas ce qu'était un homme, et bien maintenant tu sais. C'est ce que tu voulais, non?". Il m'a insulté et m'a dit qu'une femme qui n'est pas voilée mérite d'être violée".
S'estimant la cible d'une campagne de calomnie, Tariq Ramadan annonce sur sa page facebook qu'il va déposer plainte pour dénonciation calomnieuse.



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20140
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: tarik rammadan , integriste ou pas ?

Message non lupar yacoub » ven. 3 nov. 2017 15:57

Une sur Tariq Ramadan : Charlie Hebdo croule sous les menaces de mort
Image
Par Bruno Rieth
Publié le 03/11/2017 à 11:55

Depuis leur Une sur l'affaire Tariq Ramadan, le rédaction de "Charlie Hedo" subit une campagne d'insultes mais également des menaces de mort. Des messages à ne pas prendre à la légère.


Depuis ce mercredi 1er novembre, le journal Charlie Hebdo est victime d'une campagne d'insultes et, plus grave, de menaces de mort. En cause leur Une sur l'affaire Tariq Ramadan, affaire déclenchée par les témoignages de femmes qui accusent l'"universitaire" d'agressions sexuelles. On y voit un Tariq Ramadan, tout sourire, le braquemard en étendard, déclamant pour sa "défense" : "Je suis le 6e pilier de l'islam". Un humour typique de Charlie Hedbo.


Demain dans #CharlieHebdo #tariq #ramadan #6epilier #islam #viol pic.twitter.com/vA6CDYVu94
— Corinne (@cocoboer) October 31, 2017



Dans la journée, le mot-dièse #CharlieHebdo se hisse dans les tendances du jour sur Twitter rapporte le journal 20minutes évoquant une couverture qui a "suscité de vives réactions et a divisé les internautes". On y retrouve les débats habituels qui tournent autour de la supposée obsession de Charlie Hebdo contre l'islam. Certains tentent tout de même de rappeler que le journal tape sur toutes les chapelles et préfèrent les sujets politiques plutôt que religieux...


"Horrible la une de Charlie Hebdo sur Tariq Ramadan, ils sont vraiment obsédés par l'Islam !!!"



Rappel ⬇️ pic.twitter.com/fHHqLiiPON

— Antoine Lévèque (@Antoine_Lvq) November 1, 2017





C'est au-delà de ce débat que d'autres utilisateurs se sont adonnés à un tout autre genre de messages :
"Moi fiché S ou pas, Charlie Hebdo ça va vite s'arrêter" ;
"C'est pour quand le prochain attentat chez Charlie Hebdo s'il vous plaît ???" ;
"Charlie Hebdo sont un tas de déchets, et s'il faut d'autres tueries pour le rappeler, je dis que ça ne nous ferait pas que du mal" ;
"Une erreur et on retiens (sic) la leçon mais vous voulez continuer à jouer venez pas pleurer quand y' aura vos corps en morceaux" ;
"Ils méritent un deuxième round Charlie Hedbo de mes couilles ça ne leurs (sic) a pas suffit"...
Voici ce qu'on peut lire, entre autres, sur les réseaux sociaux. Certains de ces messages ont depuis été supprimés, les autres sont toujours présents malgré les signalements.


C'est pour quand le prochain attentat chez Charlie Hebdo s'il vous plaît ???
Un internaute sous pseudonyme



Des appels aux meurtres que le politologue Laurent Bouvet et l'élu socialiste Amine Khatmi, tous les eux membres du Printemps Républicain, ont vivement dénoncés.



Les réseaux islamistes se déchainent à nouveau contre #CharlieHebdo dans une indifférence quasi-générale ! @toujourscharlie #Liberté pic.twitter.com/Pi3epl6XUp

— Laurent Bouvet (@laurentbouvet) November 2, 2017





La rédaction de Charlie Hebdo croule sous les menaces de mort dans le silence quasi général de la presse (sauf Marianne). Sérieusement ? pic.twitter.com/7GzTiLdUhA
— Amine EL-KHATMI (@Amk84000) November 2, 2017



Des messages qu'il est possible de signaler aux autorités compétentes, notamment la plateforme Pharos.

Ce n'est bien sûr pas la première fois que Charlie Hebdo subit ce type de campagne. Des menaces qui n'étaient pas forcément prises au sérieux avant le 7 janvier 2015, même si les locaux de Charlie avaient déjà été détruits aux cocktails molotov en 2011, obligeant l'équipe à aller squatter les couloirs de Libération. Leur site internet avait également été piraté et, depuis 2012, Charb vivait sous protection policière.
Jusqu'à ce qu'arrive ce mercredi 7 janvier, lorsque deux frangins armés de kalachnikovs ont interrompu une des conférences de rédaction de Charlie Hebdo. De leur visite inopinée, les Kouachi ont laissé derrière eux au tapis Charb, Cabu, Honoré, Tignous, Wolinski, Bernard Maris, Elsa Cayat, Michel Renaud, un invité de la rédaction, le correcteur Mustapha Ourrad, les deux policiers Franck Brinsolaro et Ahmed Merabet ainsi que l'agent de maintenance Frédéric Boisseau.

Il serait peut-être judicieux, cette fois, de ne pas prendre ces menaces à la légère.



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20140
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: tarik rammadan , integriste ou pas ?

Message non lupar yacoub » sam. 4 nov. 2017 10:36

Dites-moi Yacoub, lorsque vous mettez le lien d'une vidéo sur un forum, vous la visionnez avant?

Cette émission me rappelle un sketch de Coluche: "Lorsqu'on en sait si peu sur une affaire on ferait bien de se taire"!

Et dire que j'ai perdu 24'15'' pour cette nullité!

A part ce type en haut à droite qui a été invité pour parler et qui ne veut rien dire, il a au moins l'avantage de faire rire!
Promis,la prochaine fois que je vais mettre une vidéo, je te demanderai la permission avant.

On est en Europe, on n'est pas en pays d'islam, on est en Occident, ces femmes même aliénées par la RATP, témoigneront contre Tarik l'imposteur.

https://youtu.be/fXZPacXRqJo
https://youtu.be/fXZPacXRqJo On est en Europe, on n'est pas en pays d'islam, on est en Occident, ces femmes même aliénées par la RATP, témoigneront contre Tarik l'imposteur.

https://youtu.be/fXZPacXRqJo

<iframe width="200" height="200" src="https://www.youtube.com/embed/fXZPacXRqJo" frameborder="0" gesture="media"></iframe>

Tariq Ramadan et ses compagnons de route de l'islamisme

ANALYSE - Le silence pudique de Mediapart, et plus largement d'une certaine gauche sur cette affaire, témoigne de la complaisance, voire de la complicité idéologique de celle-ci avec Ramadan et ses thèses islamistes.
C'était le 17 janvier 2015 à Brétigny-sur-Orge. L'événement organisé par diverses associations communautaires et le duo d'invités improbable. Tout sourire, Edwy Plenel et Tariq Ramadan communient devant un public presque exclusivement musulman parmi lesquels de nombreuses femmes voilées et quelques barbus en baskets-djellaba. L'islamiste, proche des Frères musulmans, et le trotskiste, ancien membre de la Ligue communiste révolutionnaire, faisaient cause commune contre les «discriminations » et l'«islamophobie». Au même moment, les Français pleuraient encore leurs morts: ceux de Charlie Hebdo et de l'Hyper Cacher, la policière de Montrouge. Deux jours plus tôt, ils étaient des millions à s'être levés pour défendre la
Modifié en dernier par yacoub le sam. 4 nov. 2017 11:40, modifié 1 fois.



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20140
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: tarik rammadan , integriste ou pas ?

Message non lupar yacoub » sam. 4 nov. 2017 10:59

Salut UltraFiltre, mon ami, tu n'es pas sans savoir que pour une direction donnée d et un point O donné,
le lieu géométrique des points M tels que OM égale à la distance de M est forcément une conique, c'est à dire une parabole, une hyperbole une ellipse ou un cercle

Je vais sur le forum mathématiques développer ça. Ici, c'est plus un forum de religions.

http://www.forum-religion.org/general/c ... 58060.html



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20140
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: tarik rammadan , integriste ou pas ?

Message non lupar yacoub » sam. 4 nov. 2017 15:23

Samedi 4 novembre 2017
A Genève, le professeur Tariq Ramadan séduisait ses élèves mineures.

Enquête D’anciennes élèves du Genevois, qui a enseigné des années au cycle et au collège, révèlent avoir été harcelées et même avoir eu des relations sexuelles avec lui, sous son emprise.

Tarik Ramadan a suivi l'exemple du Beau Modèle qui à 49 ans a épousé la petite Aïcha de 6 ans.

=============================================================
Tariq Ramadan, le crépuscule d’une idole
Dissimulation, Femmes, média, Sexualité, Violence Add comments
Nov 032017


PORTRAIT Le prédicateur et islamologue suisse est accusé de viols en France. Retour sur un personnage extrêmement controversé qui déchaîne les passions depuis près de 30 ans.
Caroline HAYEK | OLJ 03/11/2017

Le Quintilien des Arabes. Tel aurait pu être son nom de scène, de plume ou de guerre. Comme autrefois ce savant perse du Khwarezm, près de la mer d’Aral, Serageddin al-Sekaki, ainsi baptisé par ses pairs en Europe et ailleurs. Par l’élégance de son style et sa maîtrise de la rhétorique, Tariq Ramadan s’est, au fil des ans, constitué une large audience européenne sensible aux charmes de son éloquence, alors qu’il demeure quasiment inconnu dans le monde arabe.

Mais le rhéteur musulman phare en Europe lors des années 90 a perdu en influence et se trouve aujourd’hui, plus que jamais, cloué au pilori. Visé en France par deux plaintes pour viol, l’islamologue suisse de 55 ans voit aujourd’hui son image de modèle de vertu fracassée. Pour la première fois depuis ses débuts, ce ne sont pas ses idées ni ses propos qui attisent la polémique, mais bel et bien ses supposés agissements. Visiblement portées par la récente affaire Weinstein, du nom du producteur de cinéma américain accusé d’agressions sexuelles et de viols, des femmes qui accusent Tariq Ramadan ont décrit des actes graves et extrêmement violents, pour lesquels il devra bientôt répondre devant la justice d’un pays où il s’était fait une place de choix, tantôt applaudi, tantôt honni. Qui mieux que Ramadan incarne certains tourments de la société française, notamment dans son rapport à l’islam ? Son parcours l’a hissé au rang de superstar de l’islam européen moderne, mais aussi, et surtout, il aura trouvé une résonance fulgurante auprès des musulmans en mal de représentation politique. « Son charisme opère auprès de beaucoup de musulmans, parce qu’il a formé une génération d’entre eux dans les années 90 », explique Haoues Seniguer, maître de conférences à Sciences Po Lyon.

Mais que nous dit l’affaire « Ramadan » de la société française ? En pleine bourrasque médiatique et judiciaire, ils sont nombreux à se montrer frileux quand il s’agit de s’exprimer sur le sujet. « C’est un personnage très clivant et il y a une manière passionnée d’analyser le phénomène Tariq Ramadan », souligne Samir Amghar, enseignant à la faculté de philosophie et sciences sociales de l’Université libre de Bruxelles. Tariq Ramadan s’est mué en monstre médiatique capable de salves verbales mémorables à la télévision face à ses nombreux détracteurs, brandissant son joker fétiche, celui de victime, lorsqu’il se trouve à court d’argument. S’il s’est toujours défendu d’être antisémite, Tariq Ramadan n’a jamais caché son profond antisionisme, appelant à « un seul État dans lequel tout le monde vit », comme solution au conflit israélo-palestinien.L’une des raisons de son succès est sans doute le fait qu’il ait compris, assez tôt, qu’il devait se poser en combattant de l’islamophobie alors prégnante en France. Et quiconque s’attaque à sa personne est en pratique automatiquement taxé d’être islamophobe.

(Lire aussi : Tariq Ramadan, personnalité influente et controversée de l’Islam européen)

Lourd héritage
Né dans la Suisse des années 60, dans une fratrie de six enfants, Tariq Ramadan est un enfant de l’exil. Celui de parents venus d’Égypte et à l’héritage lourd : il est le petit-fils du côté maternel du fondateur des Frères musulmans, Hassan el-Banna, dont l’héritier spirituel, Saïd Ramadan, deviendra le gendre. Avant de s’intéresser à la religion, le jeune Tariq se passionne pour le sport, et plus particulièrement le football. Il entame très rapidement des études de littérature française et d’islamologie, avant d’avancer sa thèse consacrée à son grand-père, présenté comme un grand penseur « réformiste » de l’islam. Des membres du jury jugent alors son contenu inacceptable et la rejette. Un second panel accepte finalement la soutenance d’une version amputée des passages trop tendancieux. Marié entre-temps à une Française convertie, Tariq Ramadan n’a eu de cesse de vouloir se rapprocher de ses racines, en allant parfaire ses connaissances de l’islam, mais aussi de sa langue, au Caire, notamment à l’université al-Azhar.

Très présent dans le paysage éducatif et culturel helvétique, il parvient à s’immiscer dans la sphère médiatique outre-Alpes lors de son premier passage à la télévision française, suite à la publication, en 1994, d’un ouvrage intitulé Les musulmans dans la laïcité. Bel homme, au français impeccable, Tariq Ramadan fait mouche et parvient à se faire le porte-voix des musulmans de France. « C’est peut-être la seule personnalité religieuse et intellectuelle qui puisse assurer une sorte de fonction tribunitienne auprès d’une large partie des musulmans qui regardent les émissions télévisées dans lesquelles il est invité, et qui soit capable, du point de vue du téléspectateur musulman, de tenir “la dragée haute” à ses contradicteurs », estime aujourd’hui Samir Amghar.



(Lire aussi : Nouvelle plainte pour viol contre Tariq Ramadan)



« Doué pour la dissimulation et la manipulation »
Les années 90 voient émerger un homme capable de représenter un islam moderne compatible avec les valeurs européennes. Ses livres et ses cassettes se vendent bien. Les journalistes se l’arrachent, le public en redemande. « Son public l’écoute et le suit comme un vrai chef de secte », estime Caroline Fourest, essayiste, journaliste et réalisatrice, auteure en 2004 de Frère Tariq, aux éditions Grasset. L’échange houleux en 2009 entre les deux protagonistes, sur le plateau de Frédéric Taddéï, est resté gravé dans les annales. « Cela fait vingt ans que je travaille sur les extrémistes religieux, qu’ils soient chrétiens, juifs ou musulmans. J’ai travaillé sur les prédicateurs américains extrêmement roublards, mais je n’ai jamais rencontré quelqu’un d’aussi doué pour la dissimulation et la manipulation que Tariq Ramadan », affirme Caroline Fourest.

Si le succès de Tariq Ramadan grandit, un antagonisme profond se forme aussi. Dans une société laïque telle que la France, l’apparition d’un personnage islamiste, de plus, extrêmement charismatique, dérange. Son discours à la fois politique et religieux trouve un écho auprès des citoyens musulmans, mais hérisse également le poil de l’establishment français. En 1995, au lendemain d’attentats islamistes en France, attribués au GIA algérien, le ministre de l’Intérieur Charles Pasqua lui interdit, sans justification précise, l’entrée sur le territoire français, le confondant très probablement avec son frère Hani qui avait justifié l’application de la charia et la lapidation des femmes dans une tribune publiée par Le Monde. En 2003, un débat entre Tariq Ramadan et Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, provoque une gêne lorsque, répondant à la question de son adversaire, l’islamologue appelle à un « moratoire » sur la lapidation des femmes dans les pays qui la pratiquent, au lieu de la condamner fermement. En 2004, alors qu’il s’apprête à prendre un poste à l’Université de Notre-Dame, dans l’Indiana, il est frappé d’une interdiction de visa de la part des États-Unis alors sous l’ère Bush fils.

Très vite, des voix s’élèvent contre Ramadan, l’accusant notamment de faire l’apologie d’un islam radical et d’user d’un double discours, en déphasage avec ce qu’il veut bien faire entendre aux non-musulmans. Un double langage « prouvé », selon Caroline Fourest, alors même que « l’on sait désormais aussi qu’il y a une double vie et qu’il y a des violences ». Tariq Ramadan se présente en figure de l’islam moderniste. Une aberration alors que, « pendant les années noires en Algérie, (il) a tenu des conférences où l’on soutenait le FIS (Front islamique du salut) et même le GIA, et qui dénonce, dans toutes ses cassettes, les modernistes comme étant de mauvais musulmans », poursuit Caroline Fourest. Il apparaîtrait davantage que le Genevois n’ait, sur le fond, qu’un seul discours, mais celui d’un militant plutôt que d’un universitaire. « Vous avez à faire à un homme religieux et à un homme politique », précise Samir Amghar.

(Lire aussi : Une ex-salafiste porte plainte contre Tariq Ramadan pour viol et agressions sexuelles)

Idées conservatrices
« Il y a parfois une exagération dans l’espace public français quant à Ramadan, qu’on a eu tendance à caricaturer sur le plan des idées », estime en revanche Haoues Seniguer. Tariq Ramadan perçoit l’islam comme une pensée totalisante répondant à chaque besoin de l’individu. « Ramadan porte des idées conservatrices du point de vue de l’islam, mais ce n’est pas quelqu’un de dangereux », poursuit Haoues Seniguer. Une fois encore, dans le cadre d’une société laïque, le fait que l’islamologue suisse ne s’adresse qu’aux musulmans fait de lui le chantre d’un discours communautaire. Ses détracteurs lui reprochent en outre de nier le fait d’être un Frère musulman, alors même que son appartenance idéologique à la confrérie paraît évidente. « C’est quelqu’un qui peut être considéré comme un néo-Frère musulman autonome », explique Samir Amghar, qui précise que, bien que n’ayant jamais fait partie de la confrérie de manière organique, il s’inscrit dans une forme de filiation doctrinale des frères. « Il fait partie de cette tendance qui est prête à accepter un certain nombre de compromis et de révisions doctrinales. Les islamistes héritiers des Frères ont cette capacité à garder un socle de conservatisme religieux, tout en étant prêt à accepter des compromis avec la modernité », analyse Haoues Seniguer.

Après divers polémiques au début des années 2000, Tariq Ramadan tente de sortir la tête de l’eau. Le narcissique en lui est en quête de pouvoir et sait user de son charme. En 2005, il est invité à participer à un groupe de réflexion lancé par le Premier ministre Tony Blair sur le problème de l’extrémisme islamique au Royaume-Uni, suite aux attentats de Londres, avant de devenir titulaire de la chaire d’études islamiques contemporaines à Oxford. Une chaire financée par la Fondation du Qatar, alors qu’il dément toute proximité avec Doha. Présenté par le Sun comme « la face acceptable du terrorisme », Tariq Ramadan n’hésite pas à interpeller, cette année-là, ses coreligionnaires : « Les musulmans doivent sortir de leurs ghettos intellectuels et sociaux », assène-t-il. « Ce qui me paraît le plus déterminant aujourd’hui, c’est la non-intégration psychologique. On dit qu’on est “british”, mais on le dit avec sa tête, on ne le sent pas », déclare-t-il. Son expatriation en Angleterre va le déconnecter peu à peu des réalités des pays qui l’avaient auparavant « adoubé ». « C’est quelqu’un qui s’est mondialisé, en étant de moins en moins présent en France ou en Belgique, et donc moins ancré », rappelle Samir Amghar, qui ajoute que Tariq Ramadan n’a pas la même notoriété en Grande-Bretagne qu’en France, car « moins performant et moins charismatique ».
Malgré sa soif de se « mondialiser », Tariq Ramadan n’a jamais vraiment eu d’écho particulier dans les pays arabes, bien qu’il se rende dans certains d’entre eux, pour donner des conférences. « Pour le Proche et le Moyen-Orient, son discours impacte peu », estime Samir Amghar. « Ramadan est devenu une élite », renchérit Haoues Seniguer. « Avant, il était accessible, toujours prêt à intervenir dans des associations, alors qu’aujourd’hui il facture, sauf exceptions, ses interventions. Il y a une logistique derrière, parce que c’est un nom et qu’il ramène du monde », poursuit le chercheur.

Sédentarisation de l’islam en Europe
Un islam européen est alors, selon Tariq Ramadan, en train de naître, et rien ne saurait (à l’époque) arrêter sa course. « Il a en quelque sorte participé à la sédentarisation de l’islam en Europe et notamment en France », explique Samir Amghar. Mais ses déclarations ambiguës, lors de l’éclatement des printemps arabes d’abord, puis lors des attentats en France, met de l’eau au moulin de ses détracteurs. Le prédicateur suisse analyse les différentes situations à travers le prisme d’interventions occidentales ou de vastes complots qui n’auraient d’autres desseins que de discréditer les musulmans auprès du reste de la population. « Un urgent besoin d’enquêtes indépendantes pour tous les actes terroristes. Les Renseignements doivent être questionnés. Tant de zones d’ombre », écrit Tariq Ramadan sur Twitter le 24 mai 2013, au surlendemain d’un attentat islamiste dans le sud de Londres. « Cela fait depuis 1993 que Tariq Ramadan joue à ça (brandir le complot) », note Caroline Fourest. Ces polémiques dérangent dans les hautes sphères, mais séduisent certains musulmans européens adhérant totalement aux théories complotistes, très répandues dans le monde arabe. « Les avantage des théories du complot sont multiples. D’une part, vous n’avez pas nécessairement besoin d’argumenter. Ensuite, il y a une force de persuasion énorme dans la théorie du complot, et enfin ça conforte l’idée qu’il y a une force invisible qui est là pour dominer les musulmans », analyse Haoues Seniguer.

Tour à tour fascinant et répulsif, le phénomène Ramadan décline au fil des ans. Car « trop prévisible », d’où un « essoufflement naturel », estime le chercheur. « Les nouvelles générations ont de plus en plus de mal à se reconnaître en Tariq Ramadan, parce que le mode de la conférence est passée », appuie Samir Amghar. La « concurrence dans le champ islamique » a précipité sa perte de notoriété étant donné qu’il y a eu « de plus en plus de prédicateurs s’exprimant en français, avec la capacité de le concurrencer », poursuit Haoues Seniguer. Enfin, « l’installation du salafisme, comme offre religieuse rigoriste, fonctionne davantage dans le contexte actuel », précise le chercheur.

Cabale
La première réaction de Tariq Ramadan suite aux révélations récentes d’accusations d’agressions sexuelles a été de dire, sur son compte Facebook, qu’il s’agissait d’une « campagne de calomnie » enclenchée par « ses ennemis de toujours ». « C’est une vraie cabale ! Il faut détruire l’image de l’arabo-musulman intellectuel pour le ramener au bas de la ceinture. Mais de toutes ces histoires, on ne croit pas un traître mot », commente l’un de ses partisans. Sur le site web Oumma, destiné à la communauté musulmane francophone, les commentaires pro-Ramadan déferlent. « Alors que le pédophile Polanski qui fuit la justice est mis à l’honneur, Tariq Ramadan, lui, n’a pas droit à la présomption d’innocence. Mais de toute évidence, aujourd’hui, en France, il n’est pas bon d’être musulman », constate un internaute. Un #Jesuisramadan, bien que quelque peu timide, va même émerger sur la Toile. Ironique, quand l’on se souvient qu’après les attentats contre Charlie Hebdo, Tariq Ramadan avait déclaré n’être ni Charlie ni Paris, mais être « perquisitionnable », dans un message visant à dénoncer les perquisitions et assignations à résidence jugées abusives. Ses réseaux n’ont d’ailleurs, une fois encore, pas hésité à crier au complot sioniste face aux accusations de viol le visant. Des accusations qui entachent gravement la réputation de bon père de famille musulman et de moralisateur. « C’est quelqu’un de profondément intégriste et misogyne, et en même temps incroyablement hypocrite, parce que j’ai en tête les prêches sur les grands péchés où il donne des leçons sur la conception islamique de la sexualité et où il invite à une chasteté maladive », fustige Caroline Fourest, qui, dès 2009, a rencontré des femmes qui auraient subi des agressions semblables à celles décrites par Henda Ayari.

Certaines voix affirment avoir été au courant de la double vie menée par l’islamologue suisse, sans toutefois en soupçonner la gravité. « Cette affaire est révélatrice du point de vue sociologique de l’influence qu’a exercée Ramadan sur son public, auprès des musulmans », décrypte Haoues Seniguer. La sidération provoquée par le décalage avec l’image de Ramadan est telle, qu’il n’est pas surprenant que certains évoquent un complot, estime le chercheur.

Pour mémoire
“Il faut poser la question du racisme en France”, estime Tariq Ramadan

Des militantes Femen perturbent une conférence de Tariq Ramadan à Paris

Tariq Ramadan appelle les musulmans à tenir “un discours clair”



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20140
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: tarik rammadan , integriste ou pas ?

Message non lupar yacoub » sam. 4 nov. 2017 18:29

Le glaçant témoignage de quatre anciennes élèves de Tariq Ramadan
Par Auteur valeursactuelles.com
/ Vendredi 3 novembre 2017 à 23:59 22

Révélations. Dans un long article paru ce vendredi soir, Tribune de Genève relate les témoignages de quatre Genevoises, affirmant avoir été harcelées et avoir eu des relations sexuelles avec Tariq Ramadan dans les années 1980 et 1990, alors qu'elles étaient mineures.

Il ne se passe pas un jour sans qu’un nouveau témoignage ne vienne accabler de Tariq Ramadan. Ce vendredi soir, le média suisse La Tribune de Genève a publié un article dans lequel quatre Genevoises, aujourd’hui mères de famille, témoignent d’agissements répréhensibles de la part de Tariq Ramadan, quand il était leur professeur de français et de philosophie dans les années 1980 et 1990. Un récit édifiant.
“Il disait que c’était notre secret”

Le célèbre islamologue Tariq Ramadan est en situation délicate. Deux fois accusé de viol au cours du mois d’octobre, le petit-fils du fondateur des Frères musulmans est à nouveau pointé du doigt. La Tribune de Genève a notamment découvert qu’il avait tenté de séduire sans succès une de ses élèves de 14 ans, avant d’y parvenir auprès de trois autres, âgées de 15 et 18 ans. Quatre femmes originaires de Genève, non musulmanes, racontent ainsi sous couvert d’anonymat avoir eu des aventures plus ou moins consenties avec lui, il y a de longues années de cela, alors qu’elles étaient encore mineures. Toutes décrivent un professeur charismatique usant et abusant de son emprise psychologique sur elles.
Sur le même sujet
Charlie Hebdo pris à partie après sa Une choc sur Tariq Ramadan

L’une d’elles avait 15 ans lorsque Tariq Ramadan s’est rapproché d’elle pour la première fois. Il lui explique se sentir proche d’elle, il la flatte en lui assurant qu’il la trouve “mature” et “spéciale”. Elle finit par rester en classe avec lui après la fin des cours, puis par le fréquenter en dehors de l’établissement. “J’étais à l’aise et mal à l’aise. La confusion s’était installée dans ma tête. À deux ou trois reprises, nous avons eu des relations intimes. À l’arrière de sa voiture. Il disait que c’était notre secret”, se remémore celle qui n’avait alors pas encore la majorité sexuelle, qui s’obtient à 16 ans en Suisse. Elle en parle à sa meilleure amie, mais pas à ses parents.
“Il avait une telle emprise sur nous…”

Ce sera en revanche le cas d’une autre de ses victimes qui, alors âgée de 14 ans, subit les avances de Tariq Ramadan durant un trajet en voiture. “Il a mis sa main sur ma cuisse en me disant qu’il savait que je pensais à lui le soir avant de m’endormir. Ce qui était faux. C’était de la manipulation. Il disait qu’il pensait à moi, mais qu’il était marié. J’étais mal, mais je ne pouvais rien dire. C’était mon prof”, explique-t-elle. S’il n’y a pas eu de passage à l’acte, elle a subi le courroux de ce professeur “possessif et jaloux” qui la traitant d’aguicheuse. “Avant d’être ce leader musulman, il était un homme tordu, intimidant, qui usait de stratagèmes relationnels pervers et abusait de la confiance de ses élèves, décrit-elle. Il avait une telle emprise sur nous…”.
Sur le même sujet
Un Imam très influent apporte son soutien à Tariq Ramadan

Deux autres femmes témoignent d’agissements similaires. L’une d’entre elles avait 18 ans à l’époque des faits. “J’étais, comme d’autres élèves, captivée par le discours de ce professeur charismatique, contextualise-t-elle. Il m’a proposé des cafés en dehors des cours. Et puis j’ai eu des relations sexuelles avec lui. Il était marié et père de famille. Cela s’est passé trois fois, notamment dans sa voiture. C’était consenti, mais très violent. J’ai eu des bleus sur tout le corps. Il m’a toujours fait croire que je l’avais cherché. L’histoire s’est sue et il m’a menacée, en exigeant le silence de ma part, confie-t-elle. Moi, je n’avais rien compris ! Mais c’était de l’abus de pouvoir pur et simple !” Une autre évoque des rapports sexuels “très réguliers” avec Tariq Ramadan. “J’étais fascinée, sous son contrôle. Il me prenait, me jetait, instaurait une relation de dépendance. Il a créé les bases d’une relation malsaine”, raconte-t-elle. L’une de ces femmes interrogées explique avoir ressenti du “dégoût” et de la “honte” après coup, l'empêchant de porter plainte. Les faits sont aujourd’hui prescrits.
Source



Avatar du membre
marmhonie
Caporal-chef Virtuel
Caporal-chef Virtuel
Messages : 255
Enregistré le : dim. 29 janv. 2017 22:30
Gender : Male
Status : Hors ligne

Re: tarik rammadan , integriste ou pas ?

Message non lupar marmhonie » dim. 5 nov. 2017 11:19

"On a acheté la paix sociale" dans les quartiers, regrette Fadela Amara




Image
Dans de nombreuses cités françaises,ni les policiers ni les pompiers n'ont accès, c'est le caillassage systématique.
Et dans ces cités où, ni la police, ni les pompiers, ni le SAMU, ne viennent plus, que va faire la fille ou la jeune femme qui s'est faite violée dans une "tournante" ?
Image

Crois-tu vraiment qu'elle peut porter plainte, sans devoir s'enfuir ?
Cher Yacoub, rendu à l'évidence de la tolérance de façade par peur que la racaille ne casse tout, la justice tombe comme une feuille en automne !
Les insultes ou menaces arrivent, menaces qui vont du gentil "toi la meuf tu vas griller en enfer, Allah te punira" au "vas y donne ton adresse pour voir" dont tu n’arriveras jamais à savoir pourquoi toi, quand l’auteur n’est pas anonymisé. Alors ta perspicacité décodera comme une évidence que porter plainte pour s'être fait violée par ce Tariq ayant manifestement une difficulté a faire une mise au point sur internet, et ensuite que lui et ses "frères" semblnte préférer faire une mise au poing chez toi, dans l’amour sexuel sauvage, l'épée et la tolle errance, bien sûr, tu comprendras que l'omerta est un consensus social dans les cités françaises, avec la complicité des maires et des politiques.
Image
Dans l'enfer des tournantes de cités

Et encore une fois, je pense que tu rêves
La puissance des Frères Musulmans est une confrérie mondiale de type mafieuse. Personne d'autre ne portera plainte par peur, pour elle et sa famille.
Et en plus, Ramadan se payera les meilleurs avocats, le procès de la honte d'Abdelkader Merah vient de montrer que la République se met à genou devant l'islamisation salafiste. Même les juges ont peur !!!
Image
Le drame français





Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 10 invités