tarik rammadan , integriste ou pas ?

Tout ce qui ne rentre pas dans les autres subdivisions du forum - Exprimez vous et débattez entre vous - dans le respect de l'autre.
Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 19266
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re : Tarik Ramadan et son moratoire

Message non lupar yacoub » mar. 5 févr. 2008 20:22

Dernier message de la page précédente :

Tiens, le lien pour voir la vidéo de la discussion entre Meddeb ( auteur de "sortir de la malediction " et Tarik Ramadan.

http://www.dailymotion.com/video/x484ns ... b_politics

Attention ce n'est que la première, il y en a d'autres 6 en tout.


torabora
Caporal Virtuel
Caporal Virtuel
Messages : 184
Enregistré le : lun. 14 janv. 2008 08:00
Gender : None specified
Status : Hors ligne

Re: Re : Tarik Ramadan et son moratoire

Message non lupar torabora » mar. 5 févr. 2008 20:45

Yacoub a écrit :Tiens, le lien pour voir la vidéo de la discussion entre Meddeb ( auteur de "sortir de la malediction " et Tarik Ramadan.

http://www.dailymotion.com/video/x484ns ... b_politics

Attention ce n'est que la première, il y en a d'autres 6 en tout.


Boof, j'ai vu l'émission :oops: :oops: , Merci comme même :wink:


Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 19266
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re : Tarik Ramadan et son moratoire

Message non lupar yacoub » ven. 29 févr. 2008 21:03

Israël, le sens d'un boycottage, par Tariq Ramadan
LE MONDE | 28.02.08 | 13h59 • Mis à jour le 28.02.08 | 13h59


epuis des semaines, les médias italiens se sont mobilisés autour de la question du boycottage de la Foire du livre de Turin, qui célèbre Israël à l'occasion de son soixantième anniversaire. Nous avons tout entendu, des contre-vérités et des déclarations qui ont semé la confusion sur les termes du débat et les positions respectives.


Je ne suis pas l'initiateur de cet appel au boycottage et, lorsque j'ai été appelé par un journaliste de l'agence ATIC, j'ai effectivement soutenu cette action en affirmant que cette célébration était une provocation et que l'on ne pouvait pas tout accepter de l'Etat d'Israël (je n'ai jamais dit : qu'"on ne pouvait rien accepter d'Israël" : cette mauvaise traduction de la langue arabe est due à l'ATIC, qui a reconnu son erreur).

Le boycottage ne signifie pas nier l'existence d'Israël : je ne nie pas cette dernière, mais je m'oppose à la politique d'occupation et de répression des gouvernements israéliens successifs. J'ai combattu et je continuerai à combattre l'antisémitisme et le racisme : je participe à des cercles de réflexion judéo-musulmans, mais je n'accepte pas le chantage auquel des politiciens, des intellectuels et certains médias nous soumettent.

Confondre la critique de la politique d'Israël avec l'antisémitisme est une imposture. Une injure à la conscience humaine et à la dignité des Palestiniens qui consiste à se mettre aveuglément du côté des plus forts en considérant que la vie des plus faibles n'a pas de valeur. La célébration des 60 ans d'un Etat, sauf à nous prendre pour des imbéciles, est éminemment politique.

S'y opposer ne veut pas dire nier la culture et la liberté d'expression des écrivains israéliens. Leur invitation est légitime même si l'absence d'invitation aux auteurs israéliens arabes, chrétiens ou musulmans, est bien étrange : quelle idée les organisateurs de la Foire se font-ils de la composition de la société israélienne ? On a affirmé que mon soutien s'apparentait à une fatwa ! Non content d'avoir déformé ma position, voilà que l'on veut y ajouter le scandale et la frayeur en utilisant le mot "fatwa", qui rappelle la triste "affaire Salman Rushdie".

Outre le fait que j'ai condamné dès le début la fatwa contre ce dernier, il faut préciser que ce soutien au boycottage n'a rien d'un avis religieux. En panne d'arguments, mes adversaires veulent me diaboliser : "Tariq Ramadan est un antisémite qui a lancé une fatwa !" Un tel propos est indigne de gens qui disent respecter la culture et le dialogue. Je n'ai rien à ajouter sur ce point.

Le boycottage est le moyen que les défenseurs des droits des Palestiniens ont choisi, en Italie, pour faire entendre une voix de protestation dans l'hymne d'une célébration d'Israël qui cache la sombre réalité des territoires occupés.

J'ai appris récemment que les organisations de défense des Palestiniens avaient, en France, fait un choix inverse : elles ont décidé de s'installer fermement au prochain Salon du livre (du 14 au 19 mars), d'y commémorer les soixante années de l'autre réalité, celle de la Nakba (catastrophe) des Palestiniens, et d'inviter des intellectuels et des auteurs arabes, palestiniens et israéliens à en débattre. Je soutiens cette initiative sans aucune réserve : il s'agit, ici aussi, de défendre la dignité des Palestiniens et de ne pas permettre que la célébration des 60 ans d'Israël puisse faire l'impasse sur le sort d'un peuple réprimé et sacrifié.

Boycottage à Turin, présence critique à Paris, il n'y a rien là de contradictoire. Ce qui compte aujourd'hui, au-delà des stratégies employées, c'est de rompre le silence, de faire entendre des voix qui refusent les manipulations politiques et exigent que la politique des gouvernements israéliens successifs soit jugée comme toutes les autres quand elle est indigne et qu'elle ne respecte pas les résolutions de l'ONU et le droit international.

Il s'agit de rappeler les soixante années de colonisation, de déplacement de populations, d'exil et de morts palestiniens qui sont le miroir négatif de la célébration d'Israël. Contrairement à ce qu'affirme Marek Halter (Le Monde du 15 février), je n'ai jamais appelé à la destruction d'Israël et je ne suis l'idéologue d'aucun Etat ni d'aucune organisation dont ce serait le programme. Ces propos sont consternants et malhonnêtes.

Je continue de penser que le choix d'Israël comme invité d'honneur, au moment où le peuple palestinien se meurt à Gaza, est une maladresse et une faute. Ce geste est exactement à l'image du positionnement politique de l'Europe : on célèbre Israël, on maintient constamment la confusion entre critique politique et antisémitisme et, surtout, on entretient une "conspiration du silence" vis-à-vis de la politique d'apartheid d'Israël. Ce choix "culturel" fait écho au silence "politique" en contribuant à déplacer le problème comme les partisans aveugles de la politique de l'Etat d'Israël savent si bien le faire.

Au moyen du boycottage, ou en organisant une autre célébration, un "autre Salon" au coeur du Salon du livre, l'objectif est le même : dénoncer l'injustice ! Qui donc pourrait aujourd'hui nous reprocher d'utiliser tous les moyens pacifiques que nous avons à notre disposition ? Les excès des réactions verbales auxquelles nous avons eu affaire prouvent que la violence n'est pas du côté que l'on croit.

Notre silence, dans les pays majoritairement musulmans comme en Occident, est l'une des causes de la violence au Moyen-Orient ! Nous sommes nombreux, et parmi nous des Israéliens et des juifs, à avoir décidé de ne pas nous taire à l'heure où l'on célèbre l'anniversaire d'un Etat qui pratique les assassinats politiques ciblés et affame tout un peuple. Je participerais sans aucune hésitation à des panels de discussions et de débats avec des auteurs israéliens sur des questions littéraires et philosophiques ou encore, par exemple, sur le sens et le droit de critiquer Israël.

Je serais le premier à répondre à une telle invitation et à encourager les auteurs arabes, palestiniens, chrétiens et musulmans à y répondre positivement. Néanmoins, de toute la force de ma conscience et de mon intelligence je m'opposerai aux manipulations politiciennes quand certains célèbrent de façon festive et que d'autres se meurent en silence et sans dignité.


--------------------------------------------------------------------------------


Tariq Ramadan, islamologue, professeur à l'université d'Oxford, Saint Antony's College




Article paru dans l'édition du 29.02.08


Avatar du membre
Georges
Général de brigade Virtuel
Général de brigade Virtuel
Messages : 6698
Enregistré le : lun. 1 mai 2006 08:00
Gender : Male
Status : Hors ligne

Re : Tarik Ramadan et son moratoire

Message non lupar Georges » mar. 4 mars 2008 17:11

Tariq Ramadan doit s’excuser publiquement encore une fois pour propos mensongers
mardi 4 mars 2008, par Marc Lebuis



Pour les Européens, Tariq Ramadan, l’intellectuel islamiste suisse - et le maître à penser de Présence musulmane au Québec - commence à devenir un personnage embarrassant. Sous la menace d’une poursuite, l’hebdomadaire islamiste Muslim Weekly a dû publier des excuses publiques pour avoir rapporté des propos mensongers tenus par Tariq Ramadan au sujet du professeur américain Daniel Pipes.


Tariq Ramadan n’en est pas à sa première controverse pour propos mensongers à l’endroit de ceux qui ne partagent pas ses opinions. Ainsi, un site qui avait repris des accusations mensongères de Tariq Ramadan au sujet de Jean-Charles Brisard, expert international sur les questions de financement du terrorisme, a retiré des passages de son article après que Brisard l’ait menacé de poursuites.

Tariq Ramadan est persona non grata aux États-Unis. Un visa d’entrée lui a été refusé par les autorités, décision qui a été confirmée par un tribunal américain.

Nous reproduisons plus bas des articles affichés sur le site de Alain Jean-Mairet qui permettent de suivre la saga Tariq Ramadan. Mais d’abord, un portrait de l’influence du personnage chez nous.

Tariq Ramadan, maître à penser de « Présence musulmane » au Canada

Tariq Ramadan est le maître à penser du groupe Présence musulmane au Québec et au Canada. Nous vous invitons à lire notre commentaire sur le mémoire présenté par Présence musulmane à la Commission Bouchard-Taylor : Le mémoire de « Présence musulmane » vise l’imposition du programme islamiste. Ce mémoire fait partie d’une longue série de mémoires insultants présentés à la Commission par des groupes islamistes du Québec, et que notre collaborateur Helios d’Alexandrie a commentés au nom de Point de BASCULE dans son article : Le Québec est un havre de paix : protégeons-le de l’obscurantisme islamique.

Voyez aussi notre commentaire sur l’initiative d’Ottawa d’envoyer Présence musulmane Canada au sommet de l’Organisation de la conférence islamique qui se tient ce mois-ci au Sénégal. L’OCI fait la promotion d’une Charte islamique des droits de l’Homme soumise à la charia qui est incompatible avec la Déclaration universelle des droits de l’Homme. C’est le déploiement du programme islamiste tout azimut. Doit-on y voir un signe de l’influence des lobbies musulmans à qui le Ministère des affaires étrangères du Canada a accordé en exclusivité l’incompréhensible privilège de former une sorte de ministère fantôme façonnant ses politiques ?

Tariq Ramadan devient embarrassant, par Alain Jean-Mairet, le 4 mars 2008

L’an passé, l’intellectuel islamiste suisse Tariq Ramadan, qui fait maintenant son oeuvre en Angleterre (avec des passages sur le continent), avait accusé publiquement Daniel Pipes de mentir. Un hebdomadaire islamiste, le Muslim Weekly, trouva judicieux de se faire l’écho de ses propos :

Le professeur Daniel Pipes parla de Musulmans modérés et, à ce propos, il a qualifié un Égyptien de Musulman modéré dans son débat. Le professeur Ramadan a dit : « Ce qu’il a dit était faux, Il mentait. C’est un Copte. C’est un Chrétien égyptien. Mais il a un nom arabe. »

En fait, Daniel Pipes n’avait même pas mentionné la religion de la personne en question, Magdi Allam, un politicien italien, qui se présente d’ailleurs lui-même comme musulman laïque.

Ainsi, dans son édition du 29 février dernier, l’hebdomadaire qui a relaté les propos de Tariq Ramadan se voit contraint de publier une rétractation et de présenter des excuses à Daniel Pipes, tant dans sa version imprimée qu’en ligne :

Le 9 février 2007, (…) nous avons indiqué que [Tariq Ramadan] avait accusé le professeur Daniel Pipes, un expert américain du Moyen-Orient, d’avoir menti dans son exposé (…) à propos de la religion d’un Musulman égyptien. Nous admettons aujourd’hui que les déclarations du professeur Pipes étaient exactes et qu’il n’a pas menti. Nous retirons ce que nous avons écrit à son sujet et présentons nos excuses au professeur Pipes pour les désagréments causés par notre article .

Très bien. Mais quelqu’un, certainement, a menti, dans cette histoire. Non ? Non ?

Daniel Pipes : Tariq Ramadan ment-il ? À votre avis ?

Tariq Ramadan m’accuse de mentir, une charge que je prends au sérieux. Mais, comme c’est si souvent le cas avec les islamistes et autres totalitaristes, les faits accusent l’accusateur.

Ramadan se trouvait dans le public lors de mon débat du 20 janvier dernier avec Ken Livingstone, le maire de Londres, et a pu m’entendre appeler les Occidentaux à contribuer à l’instauration d’un Islam modéré. En m’adressant au maire, j’ai suggéré (comme on peut le lire dans la transcription, « L’Islam radical contre la civilisation ») que l’établissement d’un Islam modéré

« peut être atteint non pas via le multiculturalisme consensuel que vous prônez, mais par une ferme solidarité avec tous nos alliés civilisés de par le monde. Particulièrement avec les voix libérales du Royaume d’Arabie Saoudite, avec les dissidents iraniens et les réformateurs d’Afghanistan.

Je propose aussi de soutenir leurs homologues en Occident, soit des personnalités telles que […] Magdi Allam, un Égyptien devenu un journaliste italien de premier plan ; Naser Khader, un parlementaire au Danemark ; Salim Mansur, un professeur et auteur au Canada, et Irfan Al-Alawi, ici en Grande-Bretagne ».

Lors d’un débat ultérieur, le même jour, intitulé « Is There an Islamic Threat ? » (Existe-t-il une menace islamique ?), auquel je n’ai pas pris part, mais dont deux personnes m’ont parlé et qui a été décrit par Carol Gould, Ramadan m’attaqua pour avoir mentionné Magdi Allam. Mozammel Haque confirma cela par la suite dans un article intitulé « Professor Tariq Ramadan on Islamic Threat, » (Le professeur Tariq Ramadan à propos de la menace islamique) paru dans l’édition du 9 février du Muslim Weekly, une publication islamiste.

Voici le passage en question :

Le professeur Daniel Pipes parla de Musulmans modérés et, à ce propos, il a qualifié un Égyptien copte de Musulman modéré dans son débat. Le professeur Ramadan a dit : « Ce qu’il a dit était faux, Il mentait. C’est un Copte. C’est un Chrétien égyptien. Mais il a un nom arabe. »

À cette étape, il faut relever deux éléments : (1) Ramadan ne dit pas que je me trompais en désignant Allam comme un Musulman, mais que je « mentais ». Cela implique que je saurais qu’Allam est chrétien, mais que je le qualifie fallacieusement de Musulman. Voilà un langage bien cru de la part de Ramadan. (2) Ce sont des mots étranges, en fait, vu que je n’ai identifié Allam comme un Musulman ni dans le passage susmentionné, ni à aucun autre moment de mon discours de Londres – je ne l’ai qualifié que d’« allié civilisé » parmi plusieurs autres. Ramadan m’implique ainsi sans aucune raison valable dans une sombre dispute sur l’affiliation religieuse d’Allam.

Et Magdi Allam lui-même, une personnalité de premier plan du quotidien italien Corriere della Sera, que dit-il sur sa foi (je remercie Lorenzo Vidino pour son aide dans la recherche d’informations à ce sujet). Allam a publié une autobiographie – Vincere la paura. La mia vita contro il terrorismo islamico e l’incoscienza dell’Occidente (Vaincre la peur : ma vie contre le terrorisme islamique et l’inconscience de l’Occident ») – en 2005 dans laquelle il décrit longuement (p. 18–52) son enfance en Égypte, où il est né de parents qui se qualifiaient tous deux de Musulmans et où il a été élevé en tant que Musulman. Voici quelques extraits qui éclairent bien cet aspect :

« L’Islam que j’ai vécu, l’Islam dans lequel je suis né et j’ai grandi […] » (« L’islam che ho vissuto, l’islam in cui sono nato e cresciuto […] »), p. 27.

« Ma mère, qui a toujours été une Musulmane pratiquante, […] » (« Mia madre, che e’ sempre stata una musulmana praticante, […] »), p. 32.

« Mes parents étaient tous deux musulmans, ils croyaient en le même Dieu et partageaient les mêmes valeurs et la même culture » (« I miei genitori erano entrambi musulmani, credevano nello stesso Dio e condividevano il medesimo sistema di valori e culturale »), p. 37.

Allam admet avoir pensé à se convertir au Christianisme en s’installant en Italie, afin de mieux s’intégrer, mais il n’a jamais franchi le pas. Il n’a aucun lien avec les Coptes. La note de l’éditeur de son livre Vincere la paura résume ainsi la présentation d’Allam : « Magdi Allam se décrit lui-même comme un Musulman laïque né et élevé dans l’Égypte de Nasser » (« Magdi Allam racconta se stesso, musulmano laico nato e cresciuto nell’Egitto di Nasser »).

D’où sort donc la calomnie de Ramadan sur l’identité copte d’Allam ? D’une antipathie entre les deux hommes, tous deux Européens d’origine égyptienne. Par exemple, l’autobiographie d’Allam contient une « lettre ouverte à Tariq Ramadan » (« Lettera aperta a Tariq Ramadan ») qui présente Ramadan comme un extrémiste, et à la suite du refus d’Allam d’apparaître avec lui, le PEN American Center a refusé d’octroyer un prix à Ramadan.

Ramadan n’est pas seul à répandre cette version des choses ; il est assisté de l’Unione delle Comunità ed Organizzazioni Islamiche in Italia (Union des communautés et organisations musulmanes en Italie) et d’un certain Miguel Martinez, un polémiste qui mène une campagne prolongée de calomnie et de discrédit contre Allam.

Qualifier Allam de copte a au moins pour effet d’émousser sa forte voix anti-islamiste. Au pire, le faire passer pour un apostat met sa vie en danger. Ce n’est pas un secret qu’Allam ne peut plus se déplacer sans une escorte permanente de plusieurs gardes du corps fournie par l’État. En participant ainsi à la mise en danger d’un penseur musulman courageux, Ramadan se déshonore définitivement.

Donc, pour résumer : Magdi Allam est né musulman, a grandi musulman et se présente aujourd’hui encore comme un Musulman. Mais Ramadan le dit chrétien. J’ai appelé à soutenir Allam. Ramadan dit que j’ai « menti ». Chère lectrice, cher lecteur : qui est le menteur ici, à votre avis ? Un dernier indice : ce n’est pas le premier démêlé public de Ramadan avec la vérité. Voici deux autres cas :

1. Il justifia le meurtre d’Israéliens, prétendit ne pas l’avoir fait puis a été confondu par un enregistrement de ses paroles.

2. Il déclara par deux fois, erronément, que j’étais à l’origine de son exclusion des États-Unis, puis il nia avoir jamais dit cela.

Encore Ramadan, encore une affaire de mensonges

Cette fois contre Jean-Charles Brisard, qui suit l’évolution de l’islamisme depuis plusieurs années. Ainsi, dans le cadre d’un article visant à jeter le discrédit sur cet expert, Ian Hamel, grand spécialiste du parcours de Tariq Ramadan s’il en est, a recueilli cette déclaration de l’islamiste genevois :

Mêmes accusations de la part de Tariq Ramadan, joint par téléphone à Londres. « Brisard ne se trompe pas. Il colporte sciemment des faits mensongers contre moi depuis plusieurs années ».

Lorsque Brisard a menacé de lancer une action en justice, le responsable du site a supprimé le passage en question de l’article, lequel est par ailleurs suffisamment contestable pour que Jean-Charles Brisard ait pu obtenir d’y faire ajouter une réponse formelle.

Le fait que Ramadan doive recourir à des déclarations aussi grossières, et ce de manière répétitive semble indiquer qu’il perd en ce moment la belle assurance qui était la sienne encore l’été dernier.


"La où l'islam passe, la civilisation trépasse" Ibn Khaldoun
"l' islam est une loi pour les pourceaux" Ibn Roshd
"Je suis le prophète du carnage. Je suis le rieur sanglant" Mahomet
"le paradis est à l' ombre des épées" Mahomet
Ali Sina explique son apostasie
Mahomet, ce criminel
Les peuples non civilisés sont condamnés à rester dans la dépendance de ceux qui le sont.
Et la civilisation, c'est l'Occident, le Monde Moderne, dont la Turquie doit faire partie si elle veut survivre.
Mustafa Kemal, discours de 1928
Avatar du membre
Georges
Général de brigade Virtuel
Général de brigade Virtuel
Messages : 6698
Enregistré le : lun. 1 mai 2006 08:00
Gender : Male
Status : Hors ligne

Re : Tarik Ramadan et son moratoire

Message non lupar Georges » jeu. 6 mars 2008 15:30

La tromperie pieuse » (taqqiya) de Tariq Ramadan, commentaire de Ibn Warraq sur Frère Tariq par Caroline Fourestmercredi 5 mars 2008, par Annie Lessard, Marc Lebuis



Selon Ibn Warraq, l’essayiste et journaliste française Caroline Fourest démontre avec beaucoup de compétence, dans son livre Frère Tariq, que Ramadan est un dangereux radical qui, loin de moderniser l’islam, essaie en fait d’islamiser la modernité.
D’une capacité et d’un charisme indéniables, mais sans aucun respect ou allégeance envers les valeurs occidentales de liberté,
Ramadan empoisonne l’esprit des jeunes musulmans en Occident.


Ibn Warraq commente de livre Frère Tariq dans un article paru le 29 février dernier dans City Journal sous le titre « The Pious Fraud, Tariq Ramadan, Islamist and equivocator ». L’expression « Pious fraud » (tromperie pieuse) réfère au concept de « taqqiya ». Nous avons ajouté ce terme à notre section glossaire, avec des explications tirées de l’excellent blog de Naibed.

En gros, la « taqqiya » est le principe islamique de la « tromperie religieuse ».
Ce principe encourage les musulmans à tromper des non-musulmans pour faire avancer la cause de l’Islam.

Des groupes musulmans aujourd’hui en occident utilisent délibérément la dissimulation, l’omission et la duperie pour donner l’impression que l’islam est une « religion de paix » et de « tolérance » qui promeut des « valeurs universelles » de liberté et qui « émancipe la femme », ce qui est une fiction totale.
D’autres feront appel aux institutions démocratiques, et aux Droits de l’Homme, tout en sachant très bien que s’ils en avaient le pouvoir ils aboliraient ces institutions et refuseraient ces droits aux autres. Lisez le reste de l’article Taqqiya dans notre section glossaire pour davantage d’explications.

Nous vous invitons à lire l’introduction de notre article Muslim Weekly doit s’excuser d’avoir rapporté des propos mensongers de Tariq Ramadan. Nous y rappelons que Tariq Ramadan est le maître à penser du groupe Présence musulmane au Québec et au Canada, et décrivons son influence chez nous.

Dans la foulée de la pensée de Tariq Ramadan, qui prône un nouveau genre humain supérieur, le « genre musulman », le groupe Présence musulmane, dans son mémoire à la Commission Bouchard-Taylor, parle le langage des imams salafistes et des islamistes présumés non-violents. Lisez l’analyse du mémoire par notre collaborateur Helios d’Alexandrie, pour qui Présence musulmane ne vise pas l’intégration harmonieuse et l’échange, mais l’imposition du programme islamiste. Alors que le Québec parle de valeurs, de droits et d’intégration, les islamistes pensent pouvoir et domination. S’ils ne souffraient pas d’une insécurité pathologique pourquoi chercheraient-ils à affirmer par ces moyens leur « présence musulmane » ?

Nous vous invitons aussi à écouter la video où Ibn Warraq lit avec beaucoup d’émotion la Déclaration de St-Petersburg, ainsi que d’autres articles par Ibn Warraq sur notre site, en cliquant ici et ici.

The Pious Fraud, Tariq Ramadan, Islamist and equivocator, par Ibn Warraw, City Journal, le 29 février 2008

Dans les années 1990, les libéraux occidentaux, alarmés par la présence de fondamentalistes islamiques parmi eux, se sont tournés en désespoir de cause vers des musulmans qu’ils ont surnommé « réformateurs » ou « modernistes ». Ils espéraient que ces musulmans auraient une influence modératrice sur les jeunes musulmans mécontents qui refusaient de s’intégrer dans la société occidentale.

L’un de ces « réformateurs » est Tariq Ramadan, un universitaire d’origine suisse. Ramadan a gagné la confiance de plusieurs personnes en Occident, y compris le gouvernement britannique qui lui a demandé de siéger sur son Groupe de travail sur la prévention de l’extrémisme islamique. Mais comme le montre Caroline Fourest dans son livre magnifiquement documenté, qui a paru en français en 2004, Ramadan n’est pas une figure valable.

Fourest révèle l’art de la duplicité de Ramadan, qui englobe un répertoire entier de subterfuges rhétoriques, du double langage équivoque à l’euphémisme et aux mensonges par omission. Ramadan affirme qu’il accepte la loi dans les démocraties occidentales, aussi longtemps que la loi « ne me force pas à faire quelque chose en contradiction avec ma religion ». Il appelle « interventions » les actes terroristes commis à New York, Madrid et Bali. Il prétend être un « réformiste », mais il définit le terme comme excluant la notion de « réformisme libéral ». Il a dit à un auditoire de télévision qu’il croit à la théorie de l’évolution, mais a négligé de mentionner que son livre L’homme descend-il du singe ? Un point de vue musulman sur la théorie de l’évolution plaide pour le créationnisme. Il critique l’Arabie saoudite comme « traditionaliste et réactionnaire », mais omet de mentionner que son propre père vénéré a aidé les Saoudiens à devenir les promoteurs du wahhabisme. Il n’est donc pas surprenant que, selon le Comité belge permanent pour le contrôle des services de renseignements, « les services de sécurité de l’État ont également indiqué que le discours modéré que Tariq Ramadan donne en public ne correspond pas toujours aux remarques qu’il fait dans un environnement islamiste confidentiel, où il est beaucoup plus critique de la société occidentale ».

Le double langage de Ramadan fait partie d’une stratégie de dissimulation à long terme soigneusement calibrée, parfaitement justifiée par la doctrine islamique de taqiyya, une doctrine de la « fraude pieuse » ou dissimulation religieuse. Que Ramadan soit un imposteur est évident même dans les titres qu’il s’accorde librement lui-même. Il affirme qu’il est Professeur d’études islamiques (Faculté de théologie à l’université d’Oxford), et la biographie à l’intérieur du rabat de son livre Les musulmans d’occident et l’avenir de l’islam le décrit comme « professeur de philosophie au Collège de Genève et Professeur d’études islamiques à l’Université de Fribourg en Suisse ». Mais en tant que journaliste Gudrun Eussner a montré que Ramadan est un simple chercheur au St. Anthony’s College, Oxford, où il n’a donné que trois conférences. De même, il n’est pas professeur à Genève, surtout pas à l’université. Il était professeur à un niveau pré-universitaire au Collège de Saussure, et il a servi comme « chercheur associé » à l’Université de Fribourg, enseignant un cours de deux heures toutes les deux semaines : « Introduction à l’islam ».

Que Ramadan soit le petit-fils de Hassan al-Banna, fondateur des Frères musulmans et fondamentaliste fanatique qui voulait imposer le totalitarisme islamique sur la planète - ne serait pas un reproche équitable à lui faire, si ce n’est pour ses écrits élogieux sur son grand-père. Dans des interviews télévisées, Ramadan affiche fièrement une photographie d’Al-Banna. « Je réclame cet héritage, car si aujourd’hui je suis un penseur, c’est parce que cet héritage m’a inspiré », a-t-il déclaré au Journal du Mardi belge en 2004. Il a été encore plus explicite dans son entretien avec Alain Gresh du Monde diplomatique : « J’ai étudié les idées de Hassan al-Banna avec le plus grand soin et il n’y a rien dans cet héritage que je rejette. Sa relation à Dieu, sa spiritualité, son mysticisme, sa personnalité, ainsi que ses réflexions critiques sur le droit, la politique, la société et le pluralisme, témoignent pour moi de ses qualités de cœur et d’esprit. . . . Son engagement est aussi une raison qui continue de susciter mon respect et mon admiration ». En fait, Ramadan a écrit une thèse universitaire proche de l’hagiographie (l’étude des saints) sur Al-Banna. Le jury à l’Université de Fribourg l’a rejetée comme étant trop partisane et non scientifique.

En novembre 2003, dans un débat télévisé avec Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur de la France, Ramadan s’est fait poser une question à propos de son frère Hani, qui avait justifié la lapidation à mort des femmes adultères. Au lieu de condamner purement et simplement cette coutume barbare, Ramadan a répondu : « Je suis en faveur d’un moratoire afin qu’ils arrêtent l’application de ces sortes de punitions dans le monde musulman. L’important, c’est que les mentalités évoluent. Ce qu’il faut, c’est une approche pédagogique ». En d’autres termes, Ramadan voulait, selon ce que m’informe le dictionnaire sous le mot « moratoire », un « report juridiquement autorisé de l’exécution d’une obligation » - une interdiction temporaire.

Fourest fournit de nombreux exemples des mensonges éhontés de Ramadan, mais il y en a un qui ressort. Il concerne la banque al-Taqwa - fondée par des dirigeants des Frères musulmans, et fermée par le gouvernement suisse en décembre 2001 pour son financement du terrorisme, ses liens avec le Hamas, Al-Qaida, et le GIA en Algérie.

Ramadan affirme que sa famille n’avait pas d’implication avec Al-Taqwa : « Nous n’avons jamais eu aucune sorte de contact avec la banque.
Le fait que notre nom figure dans son fichier d’adresses ne veut rien dire ».

Ceci est inexact ; Saïd Ramadan, le père de Tariq, a été l’un des fondateurs d’Al-Taqwa (d’autres fondateurs d’Al-Taqwa étaient d’actifs partisans d’Hitler durant la Seconde Guerre mondiale).

Est-ce que Ramadan condamne le terrorisme ? Là encore avec beaucoup d’ambiguïté, il affirme que les actes terroristes sont justifiés « contextuellement ». Au plus fort des émeutes par de jeunes Arabes en France en 2005, Ramadan a déclaré à la chaîne de télévision France 5, « La violence est légitime ». Bien que Ramadan ait toujours nié avoir des contacts avec les terroristes en Europe, Jean-Charles Brisard, un expert international sur le financement du terrorisme, a recueilli des preuves indiquant le contraire. Brisard cite par exemple un mémo de 1999 de la Direction générale de la police espagnole, qui indique que Ahmed Brahim (qui purge maintenant une peine de dix ans sous l’accusation d’incitation au terrorisme) a « maintenu des contacts réguliers avec des figures importantes de l’islam radical telles que Tariq Ramadan ».

Brisard mentionne aussi Djamel Beghal, qui dans sa première comparution devant le tribunal après sa mise en accusation par un juge français pour avoir participé à un complot terroriste déjoué contre l’ambassade américaine à Paris, a déclaré que, avant 1994, il a « participé à des cours donnés par Tariq Ramadan » - une indication de l’influence que l’enseignement de Ramadan a eue dans la formation de jeunes islamistes radicaux. Beghal a été condamné à dix ans de prison en mars 2005. Brisard cite des documents de la poursuite documentant l’interrogatoire de Beghal par les autorités des Émirats arabes unis dans lesquels Beghal affirme que son engagement religieux a commencé en 1994, quand il a été chargé de la rédaction des déclarations de Tariq Ramadan – par quoi il entendait, selon une traduction du quotidien suisse Le Temps, qu’il a aidé à préparer les discours de Ramadan.

Enfin, Brisard cite une note de 2001 des Services de renseignements suisses qui stipule que « les frères Hani et Tariq Ramadan ont coordonné une réunion qui s’est tenue en 1991 à Genève à laquelle ont assisté Ayman Al Zawahiri et Omar Abdel Rahman ». Al Zawahiri est un important dirigeant d’Al-Qaida et l’un des lieutenants d’Osama bin Laden ; Rahman était le planificateur de l’attaque de 1993 contre le World Trade Center, et purge maintenant une peine de réclusion à perpétuité aux États-Unis.

Fourest a rendu un service inestimable.
Elle démontre avec beaucoup de compétence que Ramadan est un dangereux radical qui, loin de moderniser l’islam, essaie en fait d’islamiser la modernité. D’une capacité et d’un charisme indéniables, mais sans aucun respect ou allégeance envers les valeurs occidentales de liberté, Ramadan empoisonne l’esprit des jeunes musulmans en Occident. Il propage son message par le biais d’apparitions personnelles et la vente de dizaines de milliers de cassettes à travers Tawhid, une maison d’édition islamiste ayant des liens étroits avec les Frères musulmans. Sous l’influence de Ramadan, les jeunes islamistes développent une haine pour les valeurs occidentales et rêvent de la création d’une théocratie islamique totalitaire, non pas seulement dans le cœur de l’Europe, mais éventuellement pour le monde entier, jusqu’à ce que, selon les paroles d’Al-Banna, « la bannière islamique …flotte en suprême sur la race humaine ».

Depuis 1998, Ibn Warraq a publié plusieurs ouvrages de critiques coraniques et sur les origines de l’Islam, y compris Leaving Islam : Apostates Speak Out, Defending the West : A Critique of Edward Said’s Orientalism, et Which Koran (À paraître)


"La où l'islam passe, la civilisation trépasse" Ibn Khaldoun
"l' islam est une loi pour les pourceaux" Ibn Roshd
"Je suis le prophète du carnage. Je suis le rieur sanglant" Mahomet
"le paradis est à l' ombre des épées" Mahomet
Ali Sina explique son apostasie
Mahomet, ce criminel
Les peuples non civilisés sont condamnés à rester dans la dépendance de ceux qui le sont.
Et la civilisation, c'est l'Occident, le Monde Moderne, dont la Turquie doit faire partie si elle veut survivre.
Mustafa Kemal, discours de 1928
curtz
Caporal Virtuel
Caporal Virtuel
Messages : 188
Enregistré le : mer. 15 août 2007 08:00
Gender : None specified
Status : Hors ligne

spécialistes mon cul

Message non lupar curtz » lun. 10 mars 2008 10:58

bora bora et adorLL, si vous êtes des spécialistes, faites un islam-documents.org à votre façon. dévoilez vous, montrez votre doctrine et votre prophète.
et je vous préviens, la prochaine version, qui arrive dans qq jours, fait 2500 pages. il faudra TOUT lire avant d'en parler.
et d'ailleurs le texte du début n'en fait pas partie!
alors on attend les spécialistes qui vont publier tous les textes, nous les apporter, nous les expliquer. après, et après seulement, on dira merci.
pour IDO, faites des critiques précises. elles seront utilisées, si elles sont valables dans une version encore améliorée.


Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 19266
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re : Tarik Ramadan et son moratoire

Message non lupar yacoub » mar. 3 juin 2008 20:36

Ramadan l'avait rêvé, les juges l'ont fait
La décision du tribunal de Lille, dont Rachida Dati a finalement demandé au Parquet de faire appel, est plus qu'une régression : c'est une défaite de la République.




Le 1er avril dernier, le tribunal de Lille décidait l'annulation d'un mariage au motif que la jeune épousée n'était pas vierge. Les puristes diront que ça ne s'est pas tout à fait passé comme ça, qu'il était question de «qualités essentielles» des époux, etc. Mais en réalité, on est bel et bien face à une décision de justice qui tient compte du fait que pour les jeunes mariés, tous deux musulmans, la virginité était cruciale. Nadine Morano a beau jouer les candides en affirmant qu'il en aurait été de même si un couple de catholiques avait formulé cette demande, on ne trouve curieusement, dans notre époque, pas trace de mariage annulé à la demande de cathos intégristes sous prétexte que la mariée n'était pas vierge - et ce n'est certainement pas dû au fait que les jeunes filles catholiques sont moins portées sur la chose que leur copines musulmanes !

La femme musulmane n'est pucelle qu'on croit
Les belles âmes kantiennes, pour leur part, trouvent que ce jugement n'est pas condamnable car il a permis à la jeune femme d'échapper à un mariage apparemment arrangé, pour ne pas dire forcé. C'est ce qu'a expliqué Rachida Dati dans un premier temps, avant de demander (au bout de deux mois!) au Parquet de faire appel du jugement. Ainsi, la fin - sauver une pauvre femme - justifierait-elle les moyens - rendre une décision qui constitue une régression totale. On connaît ce discours. C'est le même que celui des idiot(e)s utiles du fascisme vert qui, en 2004, manifestaient contre la loi sur le voile à l'école, en affirmant que le foulard était une forme d'émancipation de la femme, parce qu'il lui permettait précisément d'aller à l'école. Tandis que la tête nue lui valait de rester cloîtrée à la maison. Que la scolarité soit, voilée ou pas, obligatoire jusqu'à 16 ans n'avait à l'évidence pas eu l'air d'effleurer les consciences féministes de ces jeunes militantes décidément bien obéissantes. Bref, la fin - scolariser les jeunes musulmanes voilées - justifiait les moyens - autoriser dans les écoles de la République le port du voile, en contradiction avec les principes républicains. Aujourd'hui, on nous sert exactement la même chose. Sauf que les prétendues féministes islamistes n'ont même pas eu à monter au créneau : c'est nous, nous les compassionnels idiots, qui sommes tombés dans le panneau tout seuls. Parce qu'aux yeux des journalistes émotionnés il n'y a rien de pire que le calvaire d'une jeune femme qui subit un mariage contre son gré.
Il y a pire, pourtant : les lois de la République qui subissent leur mariage forcé avec celles de l'islam radical. Nous assistons à la victoire des thèses de Tariq Ramadan. Lequel prédit, à mots couverts, depuis des années que dans le combat de l'islam contre la République, ces deux entités aux principes si contradictoires, c'est la République qui finira par plier car elle a pour vocation d'intégrer, tandis que l'islam cherche seulement à convertir.
Mais la décision du tribunal de Lille n'est pas un simple épisode de ce combat. C'est une victoire. Et en cela, c'est une honte.


Lundi 02 Juin 2008 - 23:33
Bénédicte Charles


Avatar du membre
Georges
Général de brigade Virtuel
Général de brigade Virtuel
Messages : 6698
Enregistré le : lun. 1 mai 2006 08:00
Gender : Male
Status : Hors ligne

Re : Tarik Ramadan et son moratoire

Message non lupar Georges » dim. 8 juin 2008 17:51

Tariq Ramadan vainqueur

Le 1er avril dernier, le tribunal de Lille décidait l'annulation d'un mariage au motif que la jeune épousée n'était pas vierge.

Nous assistons à la victoire des thèses de Tariq Ramadan.
Lequel prédit, à mots couverts, depuis des années que dans le combat de l'islam contre la République, ces deux entités aux principes si contradictoires, c'est la République qui finira par plier car elle a pour vocation d'intégrer, tandis que l'islam cherche seulement à convertir.

Mais la décision du tribunal de Lille n'est pas un simple épisode de ce combat.
C'est une victoire.
Et en cela, c'est une honte.


Ramadan l'avait rêvé, les juges l'ont fait !
La décision du tribunal de Lille, dont Rachida Dati a finalement demandé au Parquet de faire appel, est plus qu'une régression : c'est une défaite de la République.

On connaît ce discours. C'est le même que celui des idiot(e)s utiles du fascisme vert qui, en 2004, manifestaient contre la loi sur le voile à l'école, en affirmant que le foulard était une forme d'émancipation de la femme, parce qu'il lui permettait précisément d'aller à l'école. Tandis que la tête nue lui valait de rester cloîtrée à la maison.

Il y a pire, pourtant : les lois de la République qui subissent leur mariage forcé avec celles de l'islam radical.


"La où l'islam passe, la civilisation trépasse" Ibn Khaldoun
"l' islam est une loi pour les pourceaux" Ibn Roshd
"Je suis le prophète du carnage. Je suis le rieur sanglant" Mahomet
"le paradis est à l' ombre des épées" Mahomet
Ali Sina explique son apostasie
Mahomet, ce criminel
Les peuples non civilisés sont condamnés à rester dans la dépendance de ceux qui le sont.
Et la civilisation, c'est l'Occident, le Monde Moderne, dont la Turquie doit faire partie si elle veut survivre.
Mustafa Kemal, discours de 1928
lulu278
Soldat Virtuel 2eme
Soldat Virtuel 2eme
Messages : 34
Enregistré le : lun. 24 mars 2008 07:00
Gender : None specified
Status : Hors ligne

Re : Tarik Ramadan et son moratoire

Message non lupar lulu278 » lun. 9 juin 2008 00:11

je vien de trouvé un forum sur l'islam!

un mec prétend répondre a toute les questions sur les hadiths et le coran :lol:

sa vaut le coup de lui répondre!!!quand pensé vous?

http://sabreislam.zikforum.com/index.htm


IBAR
Caporal-chef Virtuel
Caporal-chef Virtuel
Messages : 262
Enregistré le : mer. 16 avr. 2008 08:00
Gender : None specified
Status : Hors ligne

Re : Tarik Ramadan et son moratoire

Message non lupar IBAR » lun. 9 juin 2008 22:26

non,c'est un con,un mec d'une lourdeur atomique,il ne discute pas,il deverse toute les merdes dits par des savants-c'est incroyable,de considerer ce genre de vieux charlatans qui se font meme paye pour des preches comme des savants-il ne discute pas ce mec,il est plein de haine,c'est lui qui appelle jesus jessika,de toute façon y a qu'a regarder le forum,tous les sujets sont des questions auxquelles il repond,c'est un gamin,il fait son travail de missionnaire
il adore les juifs,il ne parle que de ça,il en dors pas.un genre de adorerkhra,sauf que lui il est moins hypocrite,de toute façon no en sait rien,il parle pas ce type,il nous a gave sur AIME,il le squatte parait-il toujours.
le seul qui etait capable de discuter, de toute la panoplie des musulmans qui a defile c'etait moustarchid,le seul supportable je crois.


nadjib
Caporal Virtuel
Caporal Virtuel
Messages : 225
Enregistré le : lun. 26 juin 2006 08:00
Gender : None specified
Status : Hors ligne

Re: Re : Tarik Ramadan et son moratoire

Message non lupar nadjib » mar. 10 juin 2008 15:38

Georges a écrit :Tariq Ramadan vainqueur

Le 1er avril dernier, le tribunal de Lille décidait l'annulation d'un mariage au motif que la jeune épousée n'était pas vierge.

Nous assistons à la victoire des thèses de Tariq Ramadan.
Lequel prédit, à mots couverts, depuis des années que dans le combat de l'islam contre la République, ces deux entités aux principes si contradictoires, c'est la République qui finira par plier car elle a pour vocation d'intégrer, tandis que l'islam cherche seulement à convertir.

Mais la décision du tribunal de Lille n'est pas un simple épisode de ce combat.
C'est une victoire.
Et en cela, c'est une honte.


Ramadan l'avait rêvé, les juges l'ont fait !
La décision du tribunal de Lille, dont Rachida Dati a finalement demandé au Parquet de faire appel, est plus qu'une régression : c'est une défaite de la République.

On connaît ce discours. C'est le même que celui des idiot(e)s utiles du fascisme vert qui, en 2004, manifestaient contre la loi sur le voile à l'école, en affirmant que le foulard était une forme d'émancipation de la femme, parce qu'il lui permettait précisément d'aller à l'école. Tandis que la tête nue lui valait de rester cloîtrée à la maison.

Il y a pire, pourtant : les lois de la République qui subissent leur mariage forcé avec celles de l'islam radical.



bjr Georges ,


pourquoi tu fait rentré Tariq ramadan dans cette affaire je ne comprend pas ....

De plus je ne voie pas ce qui a de si choquant dans cette affaire ...LE marie croyait que la marier etais viége ..et donc la marier avait mentie a son marie . ....L'annulation du mariage a étais conclue par les 2 partie :roll:


Avatar du membre
Georges
Général de brigade Virtuel
Général de brigade Virtuel
Messages : 6698
Enregistré le : lun. 1 mai 2006 08:00
Gender : Male
Status : Hors ligne

Re: Re : Tarik Ramadan et son moratoire

Message non lupar Georges » mar. 10 juin 2008 18:52

nadjib a écrit :
Georges a écrit :Tariq Ramadan vainqueur

Le 1er avril dernier, le tribunal de Lille décidait l'annulation d'un mariage au motif que la jeune épousée n'était pas vierge.

Nous assistons à la victoire des thèses de Tariq Ramadan.
Lequel prédit, à mots couverts, depuis des années que dans le combat de l'islam contre la République, ces deux entités aux principes si contradictoires, c'est la République qui finira par plier car elle a pour vocation d'intégrer, tandis que l'islam cherche seulement à convertir.

Mais la décision du tribunal de Lille n'est pas un simple épisode de ce combat.
C'est une victoire.
Et en cela, c'est une honte.


Ramadan l'avait rêvé, les juges l'ont fait !
La décision du tribunal de Lille, dont Rachida Dati a finalement demandé au Parquet de faire appel, est plus qu'une régression : c'est une défaite de la République.

On connaît ce discours. C'est le même que celui des idiot(e)s utiles du fascisme vert qui, en 2004, manifestaient contre la loi sur le voile à l'école, en affirmant que le foulard était une forme d'émancipation de la femme, parce qu'il lui permettait précisément d'aller à l'école. Tandis que la tête nue lui valait de rester cloîtrée à la maison.

Il y a pire, pourtant : les lois de la République qui subissent leur mariage forcé avec celles de l'islam radical.



bjr Georges ,


pourquoi tu fait rentré Tariq ramadan dans cette affaire je ne comprend pas ....

De plus je ne voie pas ce qui a de si choquant dans cette affaire ...LE marie croyait que la marier etais viége ..et donc la marier avait mentie a son marie . ....L'annulation du mariage a étais conclue par les 2 partie :roll:


Tarik Ramadan l'a déjà dit en cas de conflit entre l'islam et la republique
c'est l' islam qui s" applique comme au Maroc ou en Algerie.


"La où l'islam passe, la civilisation trépasse" Ibn Khaldoun
"l' islam est une loi pour les pourceaux" Ibn Roshd
"Je suis le prophète du carnage. Je suis le rieur sanglant" Mahomet
"le paradis est à l' ombre des épées" Mahomet
Ali Sina explique son apostasie
Mahomet, ce criminel
Les peuples non civilisés sont condamnés à rester dans la dépendance de ceux qui le sont.
Et la civilisation, c'est l'Occident, le Monde Moderne, dont la Turquie doit faire partie si elle veut survivre.
Mustafa Kemal, discours de 1928
Avatar du membre
Cré20Diou
Soldat Virtuel 2eme
Soldat Virtuel 2eme
Messages : 40
Enregistré le : dim. 2 nov. 2008 12:08
Gender : None specified
Status : Hors ligne

sarkozy contre tarik ramadan souvenirs souvenirs..

Message non lupar Cré20Diou » ven. 23 janv. 2009 20:44

2003
[youtube]http://www.youtube.com/v/cQFa4NDTTTE&hl=fr&fs=1[/youtube]
2003
[youtube]http://www.youtube.com/v/KeamZ3EfxKQ&hl=fr&fs=1[/youtube]

impossible de mettre les vidéos demande HELP au webmaster, MERCI :)
http://www.youtube.com/watch?v=cQFa4NDTTTE
http://www.youtube.com/watch?v=KeamZ3EfxKQ


le faux cul Tarik Ramadan et notre Président qui a tourné sa veste du mauvais côté..

si quelqu'un pouvait retrouver le discours de t ramadan à l'île Maurice..( rapport aux piscines mixtes) merci par avance :)


simplement humaine.
Avatar du membre
Georges
Général de brigade Virtuel
Général de brigade Virtuel
Messages : 6698
Enregistré le : lun. 1 mai 2006 08:00
Gender : Male
Status : Hors ligne

Re: sarkozy contre tarik ramadan souvenirs souvenirs..

Message non lupar Georges » sam. 24 janv. 2009 13:12

[youtube]<object width="425" height="344"><param name="movie" value="http://www.youtube.com/v/cQFa4NDTTTE&hl=fr&fs=1"></param><param name="allowFullScreen" value="true"></param><param name="allowscriptaccess" value="always"></param><embed src="http://www.youtube.com/v/cQFa4NDTTTE&hl=fr&fs=1" type="application/x-shockwave-flash" allowscriptaccess="always" allowfullscreen="true" width="425" height="344"></embed></object>[/youtube]


"La où l'islam passe, la civilisation trépasse" Ibn Khaldoun
"l' islam est une loi pour les pourceaux" Ibn Roshd
"Je suis le prophète du carnage. Je suis le rieur sanglant" Mahomet
"le paradis est à l' ombre des épées" Mahomet
Ali Sina explique son apostasie
Mahomet, ce criminel
Les peuples non civilisés sont condamnés à rester dans la dépendance de ceux qui le sont.
Et la civilisation, c'est l'Occident, le Monde Moderne, dont la Turquie doit faire partie si elle veut survivre.
Mustafa Kemal, discours de 1928
Avatar du membre
Georges
Général de brigade Virtuel
Général de brigade Virtuel
Messages : 6698
Enregistré le : lun. 1 mai 2006 08:00
Gender : Male
Status : Hors ligne

Re: sarkozy contre tarik ramadan souvenirs souvenirs..

Message non lupar Georges » sam. 24 janv. 2009 13:14

[youtube]<object width="425" height="344"><param name="movie" value="http://www.youtube.com/v/KeamZ3EfxKQ&hl=fr&fs=1"></param><param name="allowFullScreen" value="true"></param><param name="allowscriptaccess" value="always"></param><embed src="http://www.youtube.com/v/KeamZ3EfxKQ&hl=fr&fs=1" type="application/x-shockwave-flash" allowscriptaccess="always" allowfullscreen="true" width="425" height="344"></embed></object>[/youtube]


"La où l'islam passe, la civilisation trépasse" Ibn Khaldoun
"l' islam est une loi pour les pourceaux" Ibn Roshd
"Je suis le prophète du carnage. Je suis le rieur sanglant" Mahomet
"le paradis est à l' ombre des épées" Mahomet
Ali Sina explique son apostasie
Mahomet, ce criminel
Les peuples non civilisés sont condamnés à rester dans la dépendance de ceux qui le sont.
Et la civilisation, c'est l'Occident, le Monde Moderne, dont la Turquie doit faire partie si elle veut survivre.
Mustafa Kemal, discours de 1928
Avatar du membre
Georges
Général de brigade Virtuel
Général de brigade Virtuel
Messages : 6698
Enregistré le : lun. 1 mai 2006 08:00
Gender : Male
Status : Hors ligne

Re: sarkozy contre tarik ramadan souvenirs souvenirs..

Message non lupar Georges » dim. 25 janv. 2009 17:12

Sarkozy ami des dictateurs musulmans.

http://dailymotion.alice.it/video/x4csc ... s_politics


"La où l'islam passe, la civilisation trépasse" Ibn Khaldoun
"l' islam est une loi pour les pourceaux" Ibn Roshd
"Je suis le prophète du carnage. Je suis le rieur sanglant" Mahomet
"le paradis est à l' ombre des épées" Mahomet
Ali Sina explique son apostasie
Mahomet, ce criminel
Les peuples non civilisés sont condamnés à rester dans la dépendance de ceux qui le sont.
Et la civilisation, c'est l'Occident, le Monde Moderne, dont la Turquie doit faire partie si elle veut survivre.
Mustafa Kemal, discours de 1928

Retourner vers « Discussions générales »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 8 invités