Femmes obeissantes

Tout ce qui ne rentre pas dans les autres subdivisions du forum - Exprimez vous et débattez entre vous - dans le respect de l'autre.
Avatar du membre
BASLESVOILES
Caporal Virtuel
Caporal Virtuel
Messages : 188
Enregistré le : sam. 24 sept. 2011 22:25
Gender : None specified
Status : Hors ligne

Re: Femmes obeissantes

Message non lupar BASLESVOILES » lun. 30 mai 2016 20:42

Dernier message de la page précédente :

Tout a fait ! ..mais les femmes arabes entre elles , on firait trop jalouse ou en competition entre elles "!




Avatar du membre
Neverime
Sergent Virtuel
Sergent Virtuel
Messages : 432
Enregistré le : ven. 1 mai 2015 22:18
Localisation : Entre ce monde ténébreux et celui de la lumière...
Gender : Male
Status : Hors ligne

Re: Femmes obeissantes

Message non lupar Neverime » dim. 5 juin 2016 19:50

La religion ne peut pas changer, le mal est dans sa nature intrinsèque tout comme la destruction et l'asservissement des femmes.


"Il y a cent mille ans, une grande et puissante civilisation existait... et comme d'autres, elle a connu un évènement qui lui a été fatal. C'était quelque chose qu'ils n'attendaient pas, l'arrivée d'une force obscure et destructrice qui n'avait aucune limite dans sa soif insatiable de possessions et de domination. Ils nommèrent cet ennemi: les Destructeurs.

Tous les mondes qu'ils prenaient portaient la vie et ils ne laissaient derrière que des terres stériles hautement toxiques, vidées de toutes leurs ressources...

Avatar du membre
omar
Sergent Virtuel
Sergent Virtuel
Messages : 504
Enregistré le : mar. 4 mars 2014 12:02
Gender : Male
Status : Hors ligne

Re: Femmes obeissantes

Message non lupar omar » dim. 5 juin 2016 19:53

Neverime a écrit :La religion ne peut pas changer, le mal est dans sa nature intrinsèque tout comme la destruction et l'asservissement des femmes.
Bonsoir Neverime, toutes les religions méprisent les femmes même le bouddhisme, le christianisme un peu moins, mais quand même.


«L'Occident n'oppose aucune idéologie à l'islamisme, sinon celle de l'argent»

Avatar du membre
aland
Soldat Virtuel 1ere
Soldat Virtuel 1ere
Messages : 81
Enregistré le : jeu. 30 juil. 2015 14:02
Gender : Female
Status : Hors ligne

Re: Femmes obeissantes

Message non lupar aland » lun. 6 juin 2016 12:35

omar a écrit :
Neverime a écrit :La religion ne peut pas changer, le mal est dans sa nature intrinsèque tout comme la destruction et l'asservissement des femmes.
Bonsoir Neverime, toutes les religions méprisent les femmes même le bouddhisme, le christianisme un peu moins, mais quand même.



On tape souvent que sur l islma or toutes les religions la femme a tjrs été LE problème..

De toute manière à partir du moment où dieu l'a créée que pr tenir compagnie à L Homme. Et de sa faute on se retrouve ici bas en guise de punition.... Ca sent la grosse douille

Enfin moi ce qui est sûre aucune religion m attire aujourd'hui




Avatar du membre
Innana
Lieutenant Virtuel
Lieutenant Virtuel
Messages : 3377
Enregistré le : mar. 27 août 2013 18:09
Gender : Female
Status : Hors ligne

Re: Femmes obeissantes

Message non lupar Innana » lun. 6 juin 2016 12:47

Les religions dans C leur écrasante majorité sont écrites par des hommes.

Pour les hommes, parfois pour les femmes...


"La liberté, c'est la liberté de dire que 2 et 2 font 4. Lorsque cela est accordé, le reste suit." George Orwell, 1984

DOM JUAN: Je crois que deux et deux sont quatre, Sganarelle, et que quatre et quatre sont huit.
TARTUFFE :Couvrez ce sein que je ne saurais voir:
Par de pareils objets les âmes sont blessées,
Et cela fait venir de coupables pensées.
DORINE:Vous êtes donc bien tendre à la tentation,
Et la chair sur vos sens fait grande impression!
Certes je ne sais pas quelle chaleur vous monte:
Mais à convoiter, moi, je ne suis pas si prompte,
Et je vous verrais nu du haut jusques en bas
Toujours Molière ! :

Avatar du membre
Neverime
Sergent Virtuel
Sergent Virtuel
Messages : 432
Enregistré le : ven. 1 mai 2015 22:18
Localisation : Entre ce monde ténébreux et celui de la lumière...
Gender : Male
Status : Hors ligne

Re: Femmes obeissantes

Message non lupar Neverime » lun. 6 juin 2016 13:30

Sachant que la sexualité des femme est toujours criminalisé, attaqué, dénigrée, niée en bloc.

Aucun respect de leur corps, de leur dignité, de leur intimité ou leur intégrité.

Le christianisme est faussement "mieux" car aucun avortement, aucune contraception "multipliez-vous" la femme est la cible, la victime...

Dès qu'il arrive un truc à une femme, on peut légitimement soupçonné le domaine religieux derrière car presque toujours c'est lié de près ou de loin, d'une manière ou d'une autre, directement ou indirectement, aux religions.

Même des non croyants sont imprégnés de "ça" du machisme, de la misogynie dans les religions.

Donc après ces religieux (ou même d'autres moutons utiles) sont toujours à répéter bêtement avec leur certitudes absurdes et insensées, les même débilités, les même idioties afin de prétendre que le mal c'est le bien sous les faux prétextes de "paix" "d'amour" de "tolérance" de "compassion" qui en réalité sont inexistantes dedans.

Ce ne sont que des prétentions et ils peuvent nous avancer leur Jésus ou qui ils veulent ça n'y changera rien. C'est a facilité parce que leur doctrine n'enseigne jamais à réfléchir et sont toujours ce qu'il y a de plus facile.

C'est très facile d'être autant prétentieux et orgueilleux, de tout nier en bloc avec parfois pour conséquences des horreur en masse tout en continuant de nier leurs responsabilités, celles de leur doctrines et de rejeter la faute sur les autres (souvent sur les femmes d'ailleurs.)


"Il y a cent mille ans, une grande et puissante civilisation existait... et comme d'autres, elle a connu un évènement qui lui a été fatal. C'était quelque chose qu'ils n'attendaient pas, l'arrivée d'une force obscure et destructrice qui n'avait aucune limite dans sa soif insatiable de possessions et de domination. Ils nommèrent cet ennemi: les Destructeurs.

Tous les mondes qu'ils prenaient portaient la vie et ils ne laissaient derrière que des terres stériles hautement toxiques, vidées de toutes leurs ressources...

Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20335
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Femmes obeissantes

Message non lupar yacoub » lun. 6 juin 2016 19:14

Élisabeth Badinter : « La gauche n’a jamais été aussi soumise aux injonctions religieuses… »

Entretien réalisé par Valérie Toranian, à retrouver en intégralité dans notre nouveau numéro.
par Valérie Toranian


Élisabeth Badinter est la grande figure française du féminisme universaliste. De Condorcet à Lévi-Strauss, de la loi de 1905 à l’émergence de l’islam politique, la philosophe retrace ici l’histoire des femmes au sein de la République et dénonce le dévoiement de l’antiracisme qui s’est transformé en défense du religieux.

Revue des Deux Mondes – Commençons par nous pencher sur le lien entre la laïcité et le féminisme. Comment appréhender la loi de 1905 ? Est-ce une simple mise à distance de l’Église catholique, si influente à l’époque, ou peut-on déjà y déceler une défense du droit des femmes ?

Élisabeth Badinter – La loi de 1905 est incontestablement le résultat d’une lutte de la République contre le pouvoir de l’Église ; c’est le résultat d’une grande bataille livrée entre le civil et le religieux. Il y eut, après coup, une prise de conscience de son utilité pour le féminisme et l’égalité des sexes. La laïcité est la condition sine qua non de la libération des femmes car elle les soustrait à l’oppression qui pèse sur elles dans les trois religions monothéistes. Le poids de l’Église sur les femmes au XIXe était très fort ; sous la IIIe République, on pensait que si on donnait le droit de vote aux femmes, elles voteraient comme leur curé…

Revue des Deux Mondes – Comment s’explique cette proximité entre les femmes et l’Église ?

Élisabeth Badinter – Il faut lier cette relation à la solitude des femmes, à un besoin de contacts sociaux et amicaux. Le curé écoute, prodigue des conseils ; il considère la femme comme un individu. L’Église est un lieu et le prêtre un interlocuteur. À cela s’ajoute la différence d’instruction entre les hommes et les femmes : la loi Camille Sée, qui promeut l’enseignement secondaire des jeunes filles, date de 1880. Il faut reconnaître à cet homme politique une vision des femmes différente : s’il n’utilise pas la formule « vote des femmes », Camille Sée souhaite que celles-ci aient une action plus visible dans la vie civile, qu’elles aient une reconnaissante citoyenne alors inexistante.

Revue des Deux Mondes – Quel était le statut des femmes depuis la révolution française ?

Élisabeth Badinter – 1793 a été un grand échec pour les femmes. Condorcet et Romme, les deux porte-parole de l’égalité des sexes au XVIIIe siècle, n’ont pas été entendus par les révolutionnaires. Quelques figures féminines, parmi lesquelles Olympe de Gouge ou Anne-Josèphe Théroigne de Méricourt, prennent la parole en public pour revendiquer l’égalité, ce qui choque terriblement la bourgeoisie de l’époque. Quand cette dernière prend le pouvoir en 1793, les femmes se voient renvoyées à la maison. C’est alors l’affirmation, à l’Assemblée nationale, qu’elles sont aussi mineures que les enfants et les fous. La bourgeoisie française révolutionnaire symbolise le triomphe de Rousseau contre Condorcet.

J’appelle cela la théorisation de la complémentarité des rôles : dans l’ordre de la nature, la femme est le complément opposé de l’homme ; à lui les droits, à elle les devoirs. Rousseau dresse un portrait affligeant de la femme à travers le portrait de Sophie dans l’Émile. Son modèle féminin a connu, étrangement, un immense succès auprès des femmes de la classe bourgeoise.

Revue des Deux Mondes – Qu’aiment-elles chez Rousseau ?

Élisabeth Badinter – La Nouvelle Héloïse d’abord, succès inouï, sans équivalent à l’époque. Et dans l’Émile, Rousseau propose aux femmes un contrat : la société a besoin de vous, explique-t-il ; vous avez d’immenses responsabilités à prendre en son sein, à savoir élever les enfants pour en faire de bons citoyens. Jamais aucun homme, aucun philosophe ne s’était adressé directement aux femmes pour leur attribuer un rôle. C’est une illumination et c’est à partir de ce moment que commence une autre histoire de la maternité. L’image de la mère dévouée, de l’éducatrice, émerge. Les femmes mordent à l’hameçon et se font avoir. Dans l’Émile, Rousseau tient ce propos sur Sophie : « Sophie devra être dans sa maison comme une nonne dans un couvent. » C’est l’enfermement de la femme. Ne pas accepter ce rôle, c’est défier la nature.

Revue des Deux Mondes – Pourquoi cette fibre « féministe » chez Condorcet ?

Élisabeth Badinter – Condorcet est dans la lignée des hommes des Lumières. Voltaire, féministe sans le savoir, prend position contre les pièces misogynes de Molière ; D’Alembert et Diderot sont infiniment respectueux des femmes ; chez eux aucun discours de domination. Condorcet théorise dans les années 1780 la nécessaire égalité des sexes ; il prône une instruction identique aux filles et aux garçons. Ses idées ne sont jamais mises à l’ordre du jour de l’Assemblée pendant la Révolution ; on en ricane. Condorcet s’exprime sur le vote des femmes au nom de l’universalisme : quand on vote, c’est l’humanité en nous qui l’emporte ; ce qui unit homme et femme est plus important que ce qui les distingue ; ils ont les mêmes droits, les mêmes libertés. Tant que le schéma du primat de la nature domine, les rôles et les droits sont attribués en fonction de la physiologie des sexes et du discours religieux. Ce discours emprisonne.

Quand on casse le modèle, le féminisme peut naître et se répandre. Ce n’est pas un hasard si le féminisme, qui a soulevé des générations de femmes dans le monde entier, est né en France, avec Simone de Beauvoir. « On ne naît pas femme, on le devient » : elle fait prendre conscience des stéréotypes […]



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20335
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Femmes obeissantes

Message non lupar yacoub » lun. 20 juin 2016 18:54

« Au paradis, la femme redevient vierge après chaque rapport sexuel »


Au paradis, la femme redevient vierge après chaque rapport sexuel. Et l’homme aura des «houris», soit des femmes créées à la perfection par Allah uniquement pour le paradis. Il y aura aussi de jeunes garçons très beaux prêts à servir en tout temps. Tel est le paradis qu’Allah réserve aux pieux, selon Nader Abou Anas.

A partir de 1h07m10s :

https://www.youtube.com/watch?v=j9ap24U8ol8



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20335
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Femmes obeissantes

Message non lupar yacoub » lun. 20 juin 2016 19:36

Nous femmes, sur nos terres d’islam

Image

La féministe franco-égyptienne Sérénade Chafik dépeint en quelques touches crues le sort des femmes sur les terres où elle est née.

Image

Nous ne sommes pas des femmes mais des « sabaya » (esclaves butins de guerre), des marchandises vouées au service des désirs des hommes.

Ils nous considèrent comme des marchandises, ils négocient notre prix pour nous passer d’un propriétaire à un autre, de la propriété de nos pères à ceux qu’ils disent être nos maris.
Sinon que signifieraient la dot et les présents que doivent offrir les futurs prétendants à nos pères ?
Des présents et des sommes qui figurent dans des contrats de mariages qui ne sont que des contrats de vente.

Ils nous collectionnent comme s’ils collectionnaient des timbres ou des œuvres d’art.

Ils nous achètent comme s’ils achetaient des voitures ou tout autre objet.

À leurs yeux, nous ne sommes pas des êtres humains mais des choses à acquérir. Plus ils en acquièrent plus ils estiment faire la preuve de leur richesse.

Nous sommes des « Aourat » (des hontes impudiques) qu’il convient de cacher, derrières nos voiles ; ils nous ordonnent de baisser nos yeux, car ne sommes-nous pas des fetna (tentatrices de l’illicite), n’avons-nous pas fait alliance avec Satan ?

Et ils prétendent que ces conditions dégradantes pour notre dignité, c’est ce que Allah a voulu.

Et ils prétendent que nous collectionner n’est que lui obéir.
C’est la loi de Dieu.

Ils nous condamnent en nous jugeant selon une religion qui n’a pas daigné nous donner des droits.

Une religion qui nous a considérées comme des moitiés.

N’est-il pas vrai qu’il faille deux d’entre nous comme témoins pour que notre parole vaille celle d’un seul homme ?

N’avons-nous pas le droit qu’à la moitié d’un héritage ?

Et comment calculent-ils notre héritage quand nous n’avons mis au monde que des femelles, des moitiés à notre image ?

Ils accourent vers les cheiks pour légitimer les coups qu’ils nous portent.

Ils disent défendre leur honneur quand ils nous tuent, eux qui ont placé l’honneur des nations entre nos cuisses.

Et dans un pays comme l’Egypte, quand ils nous amputent de notre organe sexuel, n’appellent-ils pas cet acte de torture purification, ne sommes-nous pas des « negssa » (impurs) qu’il convient de purifier ?

Ils nous demandent de les craindre et d’être obéissantes, à la maison ils s’appellent « rab » (Dieu) de la famille, nous devons alors nous agenouiller.

En même temps, ils nous demandent d’être les princesses de leurs fantasmes, consentantes dans leur lit, soumises à leurs désirs.

Ils remplissent nos utérus d’une progéniture sur laquelle nous n’avons pas l’autorité, ils nous ont rendues sans issue face à notre sort amer.

Ils prétendent que le paradis est aux pieds des mères, mais, à leurs yeux, nous ne sommes que des vagins sans esprit.

Ils considèrent que nos corps sont des champs qu’ils labourent comme bon leur semble.
Ils nous ordonnent de les satisfaire et estiment que nous n’avons aucun désir.

Ils nous spolient de nos droits les plus élémentaires, et quand nous nous rebellons, ils nous accusent d’apostasie, de mécréance pour avoir enfreint les lois d’Allah.

Ils nous ont soumises à leurs lois de statut personnel, à leur code de la famille, qui ne sont que le miroir de leur déviance.

Leur blasphème envers nous, leur mépris envers la moitié de l’humanité a fait couler les nations ; ils nous ont jetées en des ères obscures.

Et le tout sans enfreindre la Charia (loi) d’Allah.



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20335
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Femmes obeissantes

Message non lupar yacoub » jeu. 26 janv. 2017 12:25

Des femmes arabes subissent une discrimination ! Chez les arabes la femme est valeureuse , pas comme nous en occident la femme est devenu un objet pour décorer les salon de l'automobile ou un outil de plaisir animalesque , alors que dieu a donné une grande importance a la femme ( l exemple c est marie vierge , la femme c est la sœur , c est la mère , et c est l épouse point final.
:shock:
Tu es de ceux qui confondent arabes et musulmans.

Il y a des arabes chrétiens qui ne voilent pas leurs femmes et qui sont monogames. 20% des arabes.

L'islam ne respecte pas les femmes puisqu'il leur coupe le clitoris, les voile et même demande leur claustration.
Un Noble Proverbe mahométan dit qu'une bonne musulmane ne doit sortir que trois fois:
-du ventre de sa mère pour venir dans la maison de son père
-de la maison de son père pour aller à la maison de son mari
-de la maison de son mari pour aller dans la tombe



Avatar du membre
Proust
Major Virtuel
Major Virtuel
Messages : 2067
Enregistré le : lun. 2 juil. 2012 14:06
Gender : Male
Status : Hors ligne

Re: Femmes obeissantes

Message non lupar Proust » ven. 24 févr. 2017 14:43

Proposition de Chahdortt Djavann dans son livre "comment lutter contre l'idéologie islamique ":

"Tout nouvel immigré signera un "contrat de laïcité", il s'engagera à respecter une stricte laïcité:
La foi, comme la sexualité, relève de l'intimité et de la vie privée.
Les immigrés s'engageront à ne pratiquer aucune forme de prosélytisme religieux, à n'avoir aucune revendication religieuse publique et ils élèveront leurs enfants dans le respect de la laïcité et des lois républicaines.
Le moindre manquement entraînera automatiquement le retrait de tous les droits.

À ceux qui ont leur "Livre Unique et Sacré" sous le bras et veulent nous imposer ce qu'il faut faire et ne pas faire, ce qu'il faut manger et ne pas manger, ce qu'il faut construire et ne pas construire...on peut signifier très clairement qu'ils se trompent de pays, même s'ils viennent de pays en guerre, comme la Syrie.

S'ils sont pro Assad, ils peuvent aller en Iran où en Russie, et s'ils sont contre Assad, ils peuvent aller en Arabie Saoudite ou au Qatar, des pays immensément riches, la Terre est grande.

Dire et affirmer que la France n'est pas une civilisation islamique n'a rien de raciste.La France n'est pas non plus une civilisation bouddhiste.

Défendre, protéger la culture française, le mode de vie français, la langue française doit être l'honneur de ce pays....

Il faut arrêter aussi de rendre la France responsable de tous les malheurs de la Terre et d'utiliser des photos d'enfants noyés ou tués sous les décombres pour la culpabiliser.Dans toutes les guerres, il y a eu des victimes innocentes."


Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n'est pas victime ! Il est complice.
George Orwell.

Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20335
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Femmes obeissantes

Message non lupar yacoub » lun. 3 avr. 2017 16:03

Hirsi Ali : l’islamisme ne doit pas s’enraciner comme en Europe

Image

Avr 2, 2017
L’alerte d’Ayaan Hirsi Ali : on ne doit pas laisser l’idéologie radicale Islamiste s’enraciner aux Etats-Unis comme c’est le cas en Europe


Les autorités britanniques ont dû reconnaître que l’endoctrinement islamiste réalisé par des « extrémistes religieux non-violents » a été le déclencheur principal qui am is sous influence les terroristes ayant commis des attentats au Royaume-Uni


La militante et auteur(e) Ayaan Hirsi Ali, dans un article d’opinion sur le Washington Timesdu 28 mars, a écrit qu’il est crucial que les Etats-Unis s’attaquent à l’endoctrinement idéologique islamiste – la Dawa – avant qu’il ne prenne racine avec la même ampleur qu’il a pris en Europe ».
Ayaan Hirsi Ali

Cette militante née en Somalie souligne que « Depuis les attentats du 11 Septembre 2001, les responsables américains se sont focalisés sur le fait de contrer et de déjouer les actes individuels de violence commis par les extrémistes islamistes, mais qu’ils n’ont pas contré, jusqu’à présent, l’idéologie qui justifie et encourage de tels actes de violence et qui rejette intégralement l’assimilation aux idéaux civiques américains.

« En se focalisant sur la tactique du terrorisme, les administrations successives américaines ont massivement ignoré les organisations dont la fonction primordiale est la dissémination de l’idéologie radicale islamiste aux Etats-Unis ».

Ali poursuit : « Bien que de nombreux Américains ont entendu parler de djihad, peu ont entendu parler de Dawa. En théorie, la Dawa n’est qu’un simple appel à l’islam. Mais, de la façon dont les Islamistes mettent ce concept en pratique, la dawa va bien plus loin qu’une simple invitation.

« La dawa islamiste un processus d’endoctrinement méthodique – un lavage de cerveau, autrement dit – qui rejette l’assimilation et place les gens en opposition des idéaux civiques occidentaux. Si l’endoctrinement est suffisamment rigoriste, la dawa place les individus sur la voie du djihad, tel que le conçoit l’islam radical ».

Ali souligne que l’approche du terrorisme à la façon du Président Donald Trump marque « un virage bienvenu par rapport aux précédentes administrations ».

Au cours d’un discours de campagne datant d’août 2016, Trump a déclaré qu’il ferait en sorte de contrer l’idéologie islamiste dès qu’il serait élu Président. Selon ses termes, « On ne devrait pas « laisser se propager ni d’installer »… « l’idéologie haineuse de l’islam radical, par son oppression des femmes, des gays, des enfants et des -croyants ».

Hirsi Ali a déclaré que « c’est en endiguant l’islam radical den tant qu’idéologie que la nouvelle administration peut tirer des leçons de l’expérience européenne. Oui, les pays européens ont fait des erreurs, mais il y a aussi de bonnes mesures politiques que les Etats-Unis peuvent adopter ».

Dans les années 2000, le gouvernement britannique a été très embarrassé de découvrir que des groupes islamistes « non-violents » (Salafistes et Frères Musulmans) ne faisaient en fait rien d’autre que « d’épouser l’idéologie extrémiste », écrit Ali.

« Le Premier Ministre de l’époque, David Cameron avait décrit, de façon mémorable, la tentative de s’associer avec les Islamistes (non-violents) pour faire (soi-disant) barrage aux Islamistes violents, comme de se « tourner vers un parti fasciste d’extrême-droite afin de combattre un mouvement suprématiste blanc ».

« En reconnaissant les liens entre l’endoctrinement radical islamiste et la violence, M. Cameron soulignait que, parmi les individus condamnés pour crimes terroristes en Grande-Bretagne, « il est clair que beaucoup d’entre eux ont d’abord été influencés par ce que certains ont appelé »les extrémistes violents » (Salafistes, Frères Musulmans), et qu’ils ont ensuite, seulement, interprété ces croyances radicales dans un sens tenu pour plus « élevé », en adoptant la violence ».

A la suite des attentats du 11 Septembre 2001, les Sénateurs américains tels que Jon Kyl, Dianne Feinstein et Charles Schumer ont mené des auditions au Congrès sur « le rôle problématique de l’idéologie wahhabite aux Etats-Unis, écrit Ali. « Pourtant, les efforts pour repousser l’idéologie islamiste n’ont pas été menés jusqu’à leur terme, ni par l’administration Bush et encore moins l’Administration Obama.

« Aujourd’hui, les fondations et les donateurs islamistes du Qatar, de l’Arabie saoudite et du Koweit continuent à contribuer à la propagation de l’idéologie islamique radicale aux Etats-Unis et dans d’autres pays occidentaux. On devrait cartographier et interrompre ces flots de financement. Les Etats-Unis devraient employer tous les moyens de la diplomatie publique pour redonner la parole aux Musulmans Islamistes. Et ils devraient reconnaître, comme les Britanniques l’ont fait, que s’associer aux Islamistes non-violents n’est pas une voie viable à emprunter pour remporter la guerre (des cœurs et des esprits) contre l’Islam radical ».



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20335
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Femmes obeissantes

Message non lupar yacoub » mer. 29 nov. 2017 11:25

Ces moudjahidines du nikah françaises rappelées du Levant
par Stratediplo (son site)
mercredi 29 novembre 2017

La propagande pour tenter de faire passer pour français des enfants nés de parents inconnus dans les rangs de la guérilla islamiste en Syrie semble une priorité gouvernementale déjà présente dans tous les médias. On cite notamment Patrick Calvar, directeur de la Direction Générale de la Sécurité Intérieure, qui aurait déclaré devant le parlement qu'il y avait au moins 400 mineurs français, dont un tiers nés sur place, dans la zone de ce que le gouvernement appelle "Daech". D'autres citent des chiffres plus élevés mais concordent à qualifier de "français", donc ayant vocation à venir en France, des enfants nés à l'étranger et revendiqués par une Française incapable de présenter un acte de naissance ou de filiation même local, ni d'ailleurs le moindre justificatif valide de sa prétendue présence clandestine en Syrie ou en Irak. Or les articles 21-14-1 et suivants du code civil traitant de l'acquisition de la nationalité française par décision de l'autorité publique ne permettent pas n'importe quoi.

Evidemment le chiffre de 400 mineurs, plafonné depuis deux ans comme par une politique de numerus clausus des vocations ou de contrôle des naissances, ne tient pas plus que celui de 700 adultes si l'on compare avec les chiffres plus sérieusement établis par le gouvernement tunisien, qui a constaté sur une population du même ordre de grandeur que la population musulmane française un nombre de vocations féminines au djihad al-nikah guère inférieur à celui des vocations masculines au djihad tout court. Déjà en ce qui concerne le mercenariat masculin, en comparaison avec la Tunisie où la pratique religieuse est encore plus mal vue depuis le printemps vert qu'auparavant (alors qu'en France elle est encouragée et subventionnée) et où le départ pour le Levant est interdit et réprimé (alors qu'en France le gouvernement a officiellement autorisé l'appel au djihad), les chiffres annoncés par le gouvernement français semblent largement sous-estimés. Or de plus, en ce qui concerne les femmes, la Tunisie ne connaît pas le gros problème d'insertion communautaire, ou déséquilibre du marché matrimonial, bien connu des sociologues de France et de Navarre, à savoir que les jeunes françaises d'origine maghrébine ont des difficultés à trouver un mari dans leur communauté, où au-delà du flirt sans engagement on préfère retourner au bled épouser une cousine pas pervertie par l'école et les moeurs françaises et ravie d'être emmenée en France, ce qui ne peut d'ailleurs qu'encourager les jeunes musulmanes françaises dédaignées à affirmer et démontrer leur conviction mahométane et leur soumission à l'homme musulman.

Qu'on ait décidé de rappeler coûte que coûte (et il en coûtera) les mercenaires français partis au Levant s'engager dans une organisation vouée aux crimes de guerre (massacres, tortures et armes prohibées) et aux crimes contre l'humanité (génocide et réduction en esclavage), comme expliqué dans l'article précédent (www.stratediplo.blogspot.com/2017/11/ce ... es-du.html), n'est pas tout. On a aussi décidé de rappeler les prostituées, ou moudjahidines du sexe (djihad al-nikah) engagées pour fournir leurs services à quatre combattants par jour, en plus de l'éventuel mari, selon les normes de l'Etat Islamique pour celles qui ne sont pas esclaves. Il y a peut-être aussi parmi ces femmes, membres d'une organisation coupable de crimes de guerre et contre l'humanité, de braves mères de famille monogames, mais aucun document légalement recevable en France ne permet de les différencier. Qu'ils soient de père connu ou pas, les enfants qu'elles amèneront en France auront bu l'islamisme depuis le sein d'une mère extrémiste et seront voués à jamais à cette idéologie puisque l'apostasie leur coûterait la vie. Les plus grands ont dû froidement assassiner des innocents et les plus jeunes ne sont pas français. Mais si l'impossibilité d'obtenir la nationalité française pour un enfant né clandestinement à l'étranger, de père inconnu et de mère déclarative, attristait suffisamment celle-ci pour qu'elle décidât de rester avec lui dans le pays (aujourd'hui en voie de pacification) où elle est allée risquer sa vie et celle de ses enfants, cet aveu de maternité ne saurait autoriser l'Etat à déroger, au profit de criminels, aux règles administratives et au droit de la nationalité imposés aux citoyens honnêtes, soumis pour leur part à de lourds parcours du combattant bureaucratiques.

Le gouvernement français a fermé son ambassade à Damas, service consulaire compris, début mars 2012 puisque la nouvelle pratique (du moins des pays de l'Alliance Atlantique) en matière de politique internationale, qu'on ne peut plus appeler diplomatie ou relations internationales, est de couper toutes les relations avec les pays qu'on attaque, d'ailleurs sans déclaration de guerre depuis quelques décennies. La communauté française légalement résidente en Syrie a été divisée par cinq ou six, passant de 3000 inscrits au consulat en 2010 à moins de 600 en 2016 et probablement 500 fin 2017. Il faut entendre par là bien sûr les personnes entrées légalement, avec un passeport français muni d'un visa syrien et une résidence légale dans le pays, c'est-à-dire les Français envers lesquels le gouvernement français applique une discrimination négative. Il leur est certes permis de solliciter les services consulaires de l'ambassade de France à Beyrouth ou de l'ambassade de France à Amman, s'ils peuvent y aller puisque la frontière avec la Jordanie est encore aux mains des forces supplétives de la coalition atlantico-islamiste et celle avec le Liban l'a été pendant plusieurs années.

D'après l'article 18 du code civil, est français l'enfant dont l'un des parents au moins est français. Si un Français résident en Syrie souhaite faire inscrire un nouveau-né à l'état-civil français, il lui faut présenter au consulat de France au Liban ou en Jordanie, pour transcription, un acte de naissance exécuté et délivré par l'officier d'état-civil d'une municipalité syrienne, ainsi que sa traduction en français effectuée par un traducteur syrien assermenté, certifiée par un notaire syrien, légalisée par le ministère syrien de la Justice et validée par le ministère syrien des Affaires Etrangères. Sauf erreur, avant la fermeture du consulat à Damas on pouvait se dispenser de l'acte de naissance de l'état-civil du pays, au moyen de l'inscription directe par le consulat de France dans les trente jours de la naissance, sur présentation d'un certificat hospitalier de naissance signé du médecin accoucheur, accompagné également de la traduction certifiée, légalisée et validée. Dans les deux cas, transcription postérieure ou inscription directe, on doit présenter aussi son livret de famille français et une copie intégrale d'acte de mariage ou, à défaut, son propre acte de naissance, sans oublier son passeport français (et une preuve de nationalité française) avec visa et tampon d'entrée en Syrie, mais aussi dans le pays du consulat (Liban ou Jordanie selon le cas) puisque la demande doit être présentée en personne par les deux parents (même si l'un est étranger) s'ils sont connus et veulent figurer sur l'acte.

Vu que, pour la France depuis 2007 et pour le reste de l'Union Européenne depuis 2012, les mineurs ne peuvent plus être inscrits sur le passeport d'un parent et doivent avoir leur propre passeport, pour amener en France un enfant né à l'étranger il faut lui faire établir préalablement un passeport, ce que peuvent faire les consulats au Liban et en Jordanie sur double présentation obligatoire du bébé puisque mis à part la photographie il y a désormais la prise des empreintes digitales, et leur vérification au moment du retrait dudit passeport quelques semaines plus tard. En plus de l'acte de naissance français obtenu dans les conditions ci-dessus, il faut présenter des justificatifs de domicile légal en Syrie, évidemment traduits, certifiés, légalisés etc. Entre parenthèses et à titre anecdotique tout cela n'est rien comparé à une demande de certificat de nationalité française par filiation, pour laquelle il faut préciser les noms, prénoms, dates et lieux de naissance et de mariage des parents, grands-parents et arrière-grands-parents. Enfin, comme partout dans le monde les consulats français exigent illégalement la présentation d'une carte d'inscription consulaire pour prêter leurs services, et les expatriés doivent bien connaître le droit pour exiger du consul d'être servis sans être inscrits dans la circonscription correspondante. Mais c'est parfois tout simplement impossible, comme dans le cas des Français tentant de présenter un acte d'état-civil aux services consulaires de l'ambassade de France en Bosnie et Herzégovine à la fin des années quatre-vingt-dix, époque où les employées locales islamistes du consulat de France à Sarajevo refusaient illégalement tout document émanant des municipalités de Republika Srpska, partie légale et constitutive du pays (depuis les accords de Paris du 14 décembre 1995 et la constitution reconnue par la France), et où en conséquence le consul de France, plutôt que de faire obéir les employées de l'ambassade, préférait déclarer à ses administrés français être dans l'incapacité de leur fournir les services que seul ce consulat pouvait fournir, ses attributions n'ayant pas été déléguées à un consul honoraire local ni transférées à un consulat voisin comme dans le cas de la Syrie actuellement. En violation des droits élémentaires garantis par la Convention de Sauvegarde des Droits de l'Homme et des Libertés Fondamentales, l'administration française ignorait tout simplement les actes d'état-civil (mariages et naissances) concernant les Français, qui à l'époque étaient plus nombreux dans la région, en mission officielle, hors régiments disposant d'un officier d'état-civil, que les mercenaires et prostituées français aujourd'hui illégalement infiltrés dans l'est de la Syrie, si le principe d'égalité des Français devant la loi autorise la comparaison.

Le cas très médiatisé de Pacôme Dubois, né le 14 août 2015 à Tarragone, est exceptionnel de par la faveur illégale dont il a bénéficié. Le flou administratif généré par la fusion interétatique partielle au niveau uniopéen avait d'une part fait croire au personnel de l'hôpital de Tarragone que la naissance de l'enfant pourrait être déclarée directement en France, sur la foi du certificat de naissance délivré par l'hôpital (qui manifestement n'a pas de compétence d'état-civil contrairement à un vaisseau), et d'autre part fait croire à la mère que l'absence de contrôle aux frontières autorisait à les franchir (ou les faire franchir à un mineur) sans papiers d'identité, et aussi de déclarer la naissance d'un enfant n'importe où. Le problème n'était cependant qu'administratif et la filiation ne faisait pas de doute, puisque l'hôpital ayant procédé à l'accouchement avait certifié celle-ci, mais même dans ce cas il faut généralement aux Français administrativement diligents et habiles plusieurs années pour obtenir de la justice l'inscription de leur enfant à l'état-civil français. Si ce cas a été réglé en cinq mois c'est par l'intervention personnelle du ministre des Affaires Etrangères Laurent Fabius qui a fait déroger aux formalités administratives auxquelles la mère n'avait pas procédé, par un trafic d'influence qu'il avait annoncé à la mère en déclarant qu'il avait "le bras assez long".

Mais rien, pas même l'empressement du gouvernement français à convaincre des criminelles contre l'humanité de revenir en France, ne justifierait des centaines de naturalisations illicites et illégitimes. Même une reconnaissance tardive des diverses factions islamistes sans registre d'état-civil ne changerait rien à l'affaire. Dans l'impossibilité d'établir la date et le lieu de naissance, et surtout la filiation à commencer par la mère, d'un enfant né à l'étranger sans acte de naissance authentique ni même certificat de naissance recevable, il est légalement impossible de le déclarer français.

Le régime prépare manifestement plusieurs centaines de forfaitures contre l'Etat de droit et les peuples de France.





Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 48 invités