Propagande : Voltaire admirait l'islam !

Tout ce qui ne rentre pas dans les autres subdivisions du forum - Exprimez vous et débattez entre vous - dans le respect de l'autre.
Avatar du membre
Ouvalmonde
Sergent Virtuel
Sergent Virtuel
Messages : 435
Enregistré le : ven. 17 août 2012 17:57
Gender : None specified
Status : Hors ligne

Re: Propagande : Voltaire admirait l'islam !

Message non lupar Ouvalmonde » dim. 26 août 2012 15:16

Dernier message de la page précédente :

Ouf, ça y est j'ai analysé toutes les citations de l'article Wikipédia où on nous explique que Voltaire aime l'islam. Elles sont toutes issues d'un raisonnement fallacieux :) Avec un peu de logique et en toute objectivité, il suffisait d'aller lire les référence de l'article pour comprendre.
J'ai posté une réponse détaillée dans le débat sur Wikipédia, j'espère que ça les fera bouger !
http://fr.wikipedia.org/wiki/Discussion ... ralisation
Cherchez "mes maigres connaissances" pour trouver le début de mon intervention.
A la fin je propose un article "Voltaire et l'islam sur internet" pour démêler ce gros quiproquo qui semble durer depuis quelques années déjà.
J'en reviens pas que cette tâche me revienne, moi qui suis inculte, mais il faut bien que quelqu'un intervienne, il n'est question que de logique et d'honnêteté.


La religion existe depuis que le premier hypocrite a rencontré le premier imbécile ! - attribué à Voltaire

Je ne sais pas si Dieu existe. Mais s'il existe, j'espère qu'il a une bonne excuse. - Woody Allen


Krinou
Maréchal d'islamla virtuel
Maréchal d'islamla virtuel
Messages : 9715
Enregistré le : mer. 28 déc. 2011 23:18
Localisation : Loin de BAC et de sa bouche d'égout
Gender : None specified
Status : Hors ligne

Re: Propagande : Voltaire admirait l'islam !

Message non lupar Krinou » dim. 26 août 2012 15:21

Bonjour Ouvalmonde :)

En parlant de Wikipédia, tu arrives à y accéder ? Cela fait plusieurs heures que j'essaie... sans résultat. cry:


LES RAISONS DE MON DÉPART DÉFINITIF D'iSLAMLA :

Avant de vous forger une opinion défavorable sur ma personne, suite aux propos malveillants d'un membre mal intentionné, merci de bien vouloir prendre le temps de lire, même partiellement, le topic dont vous trouverez le lien ci-dessous :

cette-fois-vous-dis-vraiment-adieu-peux ... t8188.html

Avatar du membre
Ouvalmonde
Sergent Virtuel
Sergent Virtuel
Messages : 435
Enregistré le : ven. 17 août 2012 17:57
Gender : None specified
Status : Hors ligne

Re: Propagande : Voltaire admirait l'islam !

Message non lupar Ouvalmonde » dim. 26 août 2012 15:37

Ca doit être des hackers musulmans qui ont vu mon message :lollol
Non, sérieusement j'ai aucun problème maintenant pour y accéder.

Je vais copier ici mon argumentation, car j'en suis très sûr et elle montre comment même Wikipedia peut rester malgré lui mensonger pendant des années :

-------

Bonjour. Malgré mes maigres connaissances, j'aimerais faire avancer le débat, car j'ai quelques preuves que l'article dans son état actuel est mensonger. Il suffit de lire des références données par l'article, je commencerai par la plus flagrante :

1 - L'article dit :
La dernière phrase de Voltaire sur l’islam se situe en 1772 dans Il faut prendre un parti, où il décrit la religion musulmane comme « sage », « sévère », « chaste », « humaine » et « tolérante », mais où il affirme que Mahomet n’a pas accompli de miracles.
Cette affirmation se réfère au texte "Il faut prendre un parti", et la citation est disponible dans les références. Le problème, c'est que cette citation est issue du chapitre XXIII appelé "Discours d'un Turc" qui commence par :
Quand le Juif eut fini, un Turc, qui avait fumé pendant toute la séance, se lava la bouche, récita la formule Allaf Illah, et, s'adressant à moi, me dit :
Ce n'est donc pas Voltaire qui parle, mais un Turc musulman dont il rapporte les propos !

2 - L'article dit aussi :
Dans son Essai sur les mœurs et l’esprit des Nations dans lequel il consacre, en historien cette fois, plusieurs chapitres à l’islam, Voltaire « porte un jugement presque entièrement favorable » sur Mahomet qu’il qualifie de « poète », de « grand homme » à l’image d’Alexandre le Grand qui a « changé la face d’une partie du monde » et qui « joua le plus grand rôle qu’on puisse jouer sur la terre aux yeux du commun des hommes » tout en nuançant la sincérité de Mahomet qui imposa sa foi par « des fourberies nécessaires ». Il considère que si « le législateur des musulmans, homme puissant et terrible, établit ses dogmes par son courage et par ses armes », sa religion devint cependant « indulgente et tolérante »
Ces affirmations sont accompagnées de multiples références. Le problème est cette fois un peu plus subtil, puisque ce sont des citations tronquées et sorties d'un contexte qui aurait clairement fait apparaître que Voltaire n'est pas revenu sur son opinion à l'égard des religions.

Voici quelques exemples :

2.1 - Citation du chapitre VII "De l'Alcoran, et de la loi musulmane" de "Essai sur les Mœurs et l’Esprit des Nations" :
Bornons-nous toujours à cette vérité historique: le législateur des musulmans, homme puissant et terrible, établit ses dogmes par son courage et par ses armes; cependant sa religion devint indulgente et tolérante. L’instituteur divin du christianisme, vivant dans l’humilité et dans la paix, prêcha le pardon des outrages; et sa sainte et douce religion est devenue, par nos fureurs, la plus intolérante de toutes, et la plus barbare.
Quand on ne se limite pas à la première partie, on voit qu'il s'agit d'une démonstration qu'une religion fondée pacifiquement peut mener à la barbarie et inversement. Il s'agit de dire que le christianisme ne vaut pas mieux que l'islam malgré Mahomet, et non grâce à lui. Ce texte n'est pas favorable à une religion, mais à ses pratiquants.

2.2 - Désignation de Mahomet en tant que poète, dans "Lettre civile et honnête à l’auteur malhonnête de la "Critique de l’histoire universelle de M. de Voltaire".
Avez-vous oublié que ce poète était astronome, et qu’il réforma le calendrier des Arabes ?
Dans ce texte, Voltaire soutient la thèse selon laquelle Mahomet était, contrairement à certaines croyances musulmanes, lettré. Malheureusement, je n'ai pas pu trouver la lettre à laquelle il répond, cependant je ne vois là aucun retournement de veste de la part de Voltaire. On peut reconnaître à un homme qu'il a changé la face du monde, qu'il a été intelligent, sans pour autant adhérer à ses idées et surtout aux moyens dont il a usé pour parvenir à sa grande réussite. Alors, Voltaire pensait effectivement que Mahomet était un poète, mais c'est anecdotique, et ça ne peut pas soutenir une thèse sur sa vision de l'islam.

2.3 - Citation du "Dîner du comte de Boulainvilliers" : "Mahomet avait le courage d'Alexandre".

Voici la citation complète, qui est une parole attribuée au Comte répondant à l'Abbé.
Le Compte. Eh ! Comment le Mahométisme s'est-il élevé encore plus haut ? Du moins ses mensonges ont été plus nobles, et son fanatisme plus généreux. Du moins Mahomet a écrit et combattu ; et Jésus n'a su ni écrire, ni se défendre. Mahomet avait le courage d'Alexandre avec l'esprit de Numa ; et votre Jésus a sué sang et eau dès qu'il a été condamné par des juges. Le Mahométisme n'a jamais changé, et vous autres avez changé vingt fois toute votre Religion. [...]
Ici encore, ce n'est pas Voltaire qui parle, mais le comte. De plus, il s'agit encore de prendre une religion pour taper sur une autre, en rappelant que toute religion se base sur le mensonge et le fanatisme.

2.4 - Citation des "Remarques pour servir de supplément à l'essai sur les mœurs et l'esprit des nations et sur les principaux faits de l'histoire...".

On cite ceci : "joua le plus grand rôle qu’on puisse jouer sur la terre aux yeux du commun des hommes".
Voici le paragraphe complet :
Il est vraisemblable que Mahomet fut d’abord fanatique, ainsi que Cromwell le fut dans le commencement de la guerre civile: tous deux employèrent leur esprit et leur courage à faire réussir leur fanatisme; mais Mahomet fit des choses infiniment plus grandes, parce qu’il vivait dans un temps et chez un peuple où l’on pouvait les faire. Ce fut certainement un très grand homme, et qui forma de grands hommes. Il fallait qu’il fût martyr ou conquérant, il n’y avait pas de milieu. Il vainquit toujours, et toutes ses victoires furent remportées par le petit nombre sur le grand. Conquérant, législateur, monarque et pontife, il joua le plus grand rôle qu’on puisse jouer sur la terre aux yeux du commun des hommes; mais les sages lui préféreront toujours Confutzée, précisément parce qu’il ne fut rien de tout cela, et qu’il se contenta d’enseigner la morale la plus pure à une nation plus ancienne, plus nombreuse, et plus policée que la nation arabe.
Ce "plus grand rôle qu'on puisse jouer sur la terre" n'est pas de son point de vue, mais de celui du "commun des hommes". La majorité de la population considère les prophètes comme les hommes les plus importants sur terre. Selon lui les sages préfèreront Confucius pour ne pas avoir joué ce rôle-là. Je doute que Voltaire se range au côté du "commun des hommes" plutôt qu'à celui des "sages".

2.5 - Autre citation de "Lettre civile et honnête à l’auteur malhonnête de la "Critique de l’histoire universelle de M. de Voltaire" :
J’ai dit qu’on reconnut Mahomet pour un grand homme ; rien n’est plus impie, dites-vous. Je vous répondrai que ce n’est pas ma faute si ce petit homme a changé la face d’une partie du monde, s’il a gagné des batailles contre des armées dix fois plus nombreuses que les siennes, s’il a fait trembler l’empire romain, s’il a donné les premiers coups à ce colosse que ses successeurs ont écrasé, et s’il a été législateur de l’Asie, de l’Afrique, et d’une partie de l’Europe.
Ici, il explique à son contradicteur qu'on ne peut nier le succès de Mahomet dans le registre de la guerre. Il n'est pas question ici de reconnaître la valeur d'une religion.

2.6 - Citation de "Lettre à M. Le Chevalier de La Motte-Gefrard"
Il y a je ne sais quoi dans ce Mahomet qui impose. Les religions sont comme les jeux du trictrac et des échecs : elles nous viennent de l’Asie. Il faut que ce soit un pays bien supérieur au nôtre, car nous n’avons jamais inventé que des pompons et des falbalas ; tout nous vient d’ailleurs jusqu’à l’inoculation
Et voici la même citation avec les 2 phrases qui précèdent :
Je vous avoue que je serais curieux de savoir les motifs de sa conversion à la foi musulmane. Apparemment qu'un brave guerrier comme lui a été plus touché des conquêtes de Mahomet que de l'humilité de Jésus-Christ. Il y a je ne sais quoi dans ce Mahomet qui impose. Les religions sont comme les jeux du trictrac et des échecs : elles nous viennent de l’Asie. Il faut que ce soit un pays bien supérieur au nôtre, car nous n’avons jamais inventé que des pompons et des falbalas ; tout nous vient d’ailleurs jusqu’à l’inoculation.
Voltaire critique ici le choix d'un homme converti à l'islam, en ironisant sur sa probable admiration du guerrier qu'a été Mahomet. Le terme "inoculation" indique que Voltaire considère que nous avons été contaminés par les religions, venues de ces pays "supérieurs" car capables de les avoir inventées. La notion de supériorité est évidemment ironique.

Voilà pour les preuves, indiscutables pour la plupart. Les gens ayant suffisamment lu Voltaire pourront vous citer, en toute objectivité cette fois, des dizaines de textes critiquant l'islam et son prophète.

Les citations mensongères ayant pris une place considérable sur internet, je suggère l'ajout d'un paragraphe ou même d'un article intitulé "Voltaire et l'islam sur internet", afin d'expliquer comment on en est arrivé à la "vérité de Google" que Voltaire aurait aimé l'islam.

Enfin, je voudrais signaler que Voltaire était un écrivain d'opinion, et qu'il n'est pas utile de citer un certain René Pomeau pour lui donner la parole, contentons-nous de citer Voltaire.

Merci pour votre lecture.
Modifié en dernier par Ouvalmonde le dim. 26 août 2012 17:16, modifié 3 fois.


La religion existe depuis que le premier hypocrite a rencontré le premier imbécile ! - attribué à Voltaire

Je ne sais pas si Dieu existe. Mais s'il existe, j'espère qu'il a une bonne excuse. - Woody Allen

Krinou
Maréchal d'islamla virtuel
Maréchal d'islamla virtuel
Messages : 9715
Enregistré le : mer. 28 déc. 2011 23:18
Localisation : Loin de BAC et de sa bouche d'égout
Gender : None specified
Status : Hors ligne

Re: Propagande : Voltaire admirait l'islam !

Message non lupar Krinou » dim. 26 août 2012 15:44

Heu... apparemment c'est rétabli.

Merci de nous faire partager ton argumentation, en espérant qu'elle aura un écho.


LES RAISONS DE MON DÉPART DÉFINITIF D'iSLAMLA :

Avant de vous forger une opinion défavorable sur ma personne, suite aux propos malveillants d'un membre mal intentionné, merci de bien vouloir prendre le temps de lire, même partiellement, le topic dont vous trouverez le lien ci-dessous :

cette-fois-vous-dis-vraiment-adieu-peux ... t8188.html


Avatar du membre
Maried
Colonel Virtuel
Colonel Virtuel
Messages : 5860
Enregistré le : mer. 2 sept. 2009 15:19
Gender : Female
Status : Hors ligne

Re: Propagande : Voltaire admirait l'islam !

Message non lupar Maried » sam. 13 oct. 2012 14:01

Ce n'est ni Montaigne, ni Locke, ni Bayle, ni Spinoza, ni Hobbes, ni milord Shaftesbury, ni M. Collins, ni M. Toland, etc. qui ont porté le flambeau de la discorde dans leur patrie; ce sont, pour la plupart, des théologiens, qui, ayant eu d'abord l'ambition d'être chefs de secte, ont eu bientôt celle d'être chefs de parti. Que dis-je! tous les livres des philosophes modernes mis ensemble ne feront jamais dans le monde autant de bruit seulement qu'en a fait autrefois la dispute des cordeliers sur la forme de leur manche et de leur capuchon.

Voltaire, Lettres philosophiques, 1734, Lettre XIII, «Sur M. Locke»

Ô vous! fanatiques actifs qui depuis longtemps troublez la terre par vos querelles raisonnées; et vous, fanatiques passifs, qui, sans raisonner, avez été mordus de ces enragés, et qui êtes malades de la même rage, tâchez de guérir si vous pouvez; essayez de cette recette que voici. Adorez Dieu sans vouloir le comprendre; aimez-le sans vous plaindre des maux qui sont mêlés sur la terre avec les biens; regardez comme vos frères le Japonais, le Siamois, l'Indien, l'Africain, le Persan, le Turc, le Russe, et même les habitants du petit pays de l'Occident méridional de l'Europe, qui tient si peu de place sur la carte.


"Qui n'empêche pas le mal le favorise"
Cicéron
_________________________________________________
ImageImageImage
ImageImage

Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20164
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : En ligne

Re: Propagande : Voltaire admirait l'islam !

Message non lupar yacoub » sam. 21 oct. 2017 10:32

Voltaire a écrit une pièce de théâtre Mahomet ou le fanatisme dirigé en réalité contre le catholicisme

Mahomet citoyen ne parut à vos yeux
qu' un novateur obscur, un vil séditieux : aujourd' hui, c' est un prince ; il triomphe, il domine ;
imposteur à la Mecque, et prophète à Médine,
il sait faire adorer à trente nations
tous ces mêmes forfaits qu' ici nous détestons.

Que dis-je ? En ces murs même une troupe égarée, des poisons de l' erreur avec zèle enivrée,
de ses miracles faux soutient l' illusion,
répand le fanatisme et la sédition,
appelle son armée, et croit qu' un dieu terrible
l' inspire, le conduit, et le rend invincible.





Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 28 invités