Conférence de Sami Aldeeb – 17 avril à Paris

Tout ce qui ne rentre pas dans les autres subdivisions du forum - Exprimez vous et débattez entre vous - dans le respect de l'autre.
Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 19516
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Conférence de Sami Aldeeb – 17 avril à Paris

Message non lupar yacoub » mar. 26 avr. 2016 14:26

Dernier message de la page précédente :

23 avril 2016: SOS, Orient-Occident, Libertés en péril — vidéos
Minorités


Source L’AISCE (Association Internationale Solidarité Copte Europe) a organisé un colloque le samedi 23 Avril 2016 de14h à18h, au 6 rue Albert de Lapparent 75007 Paris salle de l’ASIEM, sur le thème suivant : SOS, orient-Occident, Libertés en péril.

https://youtu.be/j5G42Z8mmso
https://youtu.be/j5G42Z8mmso

https://youtu.be/ezZHoajcXcc

https://youtu.be/ezZHoajcXcc




Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 19516
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Conférence de Sami Aldeeb – 17 avril à Paris

Message non lupar yacoub » lun. 9 mai 2016 10:32

Le Coran par ordre chronologique : la meilleure traduction française disponible
Publié le 8 mai 2016 - par Alain Jean-Mairet - 4 commentaires
Image Cette traduction du Coran est exceptionnelle à de nombreux titres. L’auteur livre ici une édition très richement annotée (notes de bas de page comptant près de 60.000 mots, sans compter l’introduction, les observations générales, la description des méthodes de traduction, la bibliographie, les index, les tableaux, etc.) qui permet de comprendre l’ouvrage mieux et plus rapidement que toutes celles que j’ai pu consulter. Mais l’aspect le plus crucial réside dans le classement des chapitres dans l’ordre de la révélation. Cette présentation décuple l’ampleur et la rapidité de la compréhension du lecteur. C’est une clé absolument essentielle de l’étude du message coranique.

En effet, selon la tradition musulmane, le coran a été révélé progressivement, en l’espace de 22 à 23 ans, parallèlement au parcours de vie du prophète de l’islam. Mais le Coran classique ne reproduit pas cette chronologie – ses chapitres sont classés selon un ordre qui échappe à toute logique reconnaissable. Or, dans la mesure où il s’agit d’un discours, celui de «Dieu» (le Coran entier est censé être la parole de Dieu, selon le dogme musulman), sa chronologie constitue un élément primordial pour en comprendre le message. Comment, par exemple, comprendre le message de la Bible chrétienne sans savoir que le personnage de Jésus vient *après* les prophètes juifs? Comment comprendre un quelconque discours prononcé dans le désordre, comment en résoudre les contradictions apparentes, comment en saisir le développement, l’argumentation, comment en faire une synthèse correcte?

D’autre part, lu dans l’ordre chronologique, le Coran révèle au lecteur le message global que tous les musulmans savants y ont toujours trouvé. Car eux en étudiaient et en étudient la chronologie, à travers les biographies de Mahomet, les collections de hadiths et les exégèses. Lire le coran sous sa forme classique et sans ces autres ouvrages équivaut à examiner les pièces d’un puzzle, éparses, avant sa réalisation – seuls des esprits d’une sagacité très supérieure à la moyenne peuvent y trouver un message à la fois cohérent et pertinent. En revanche, ce message est à la portée de tous les lecteurs lorsque la chronologie des chapitres est respectée.

En bref, les deux premiers tiers du Coran dans l’ordre chronologique sont constitués de rappels, d’avertissements, de mises en garde, de promesse de châtiment éternel (le Coran insiste lourdement sur cet aspect) et de paradis luxurieux, le tout illustré de manière fort répétitive par des récits bibliques (mais dont on ne retrouve souvent les détails que dans des légendes et des apocryphes). C’est également dans cette partie, pendant laquelle Mahomet faisait uniquement œuvre de prédicateur, sans grand succès, dans un environnement d’abord indifférent puis hostile, qu’on retrouve les quelques versets régulièrement utilisés par les apologistes pour démontrer le caractère pacifique de l’islam. À noter toutefois que dans cette partie déjà, le dieu Allah promet aux récalcitrants des châtiments non seulement dans l’au-delà, mais aussi dans cette vie.

Ensuite, avec l’émigration de Mahomet à Médine, le Coran devient normatif et surtout guerrier. Si le Mahomet des premiers temps est tenu d’avertir sans combattre, celui de l’après-Hégire se voit alors autorisé à, puis obligé de faire la guerre, pour se défendre, puis également pour conquérir. Le crescendo chronologique est absolument univoque et débouche sur un ordre de marche sans date limite. Pour plus de détails sur ces aspects, le lecteur peut consulter le recueil, également réalisé par Sami Aldeeb, de l’ensemble des exégèses coraniques sur les versets du jihad: «Le jihad dans l’islam: Interprétation des versets coraniques relatifs au jihad à travers les siècles» On y découvre que les savants classiques, dans leur quasi-totalité et jusqu’à des auteurs tels qu’Averroès, ont compris les choses ainsi: la communauté musulmane a le devoir de faire régner l’islam sur la terre entière et d’y éliminer toute mécréance, par la violence.

Ce Coran dans l’ordre chronologique permet de comprendre très aisément cet aspect, sinon difficile à discerner lors d’une lecture standard du Coran classique. Et c’est probablement son plus grand mérite, à l’heure où le jihad prend des proportions que personne ne peut plus ignorer.
Sinon, l’auteur a choisi de nous montrer une traduction du texte coranique aussi proche que possible de la compréhension qu’en tire un lecteur arabophone attentif aux aspects sémantiques. Ainsi, il utilise autant que possible les mêmes termes pour traduire les expressions identiques dans l’arabe. Il respecte les constructions de phrase originales, jusqu’à conserver les éléments étranges que seul le besoin de créer des rimes justifie dans la version arabe. Il s’en explique longuement et précisément dans une introduction qui vaut à elle seule très largement d’être lue et conservée en guise de référence.
Le texte coranique est présenté sous forme de tableau, avec son équivalent arabe directement en regard. Chaque verset est désigné par une lettre (M ou H) indiquant la période (mecquoise ou hégirienne), le numéro du chapitre dans l’ordre chronologique, le numéro du chapitre dans l’ordre standard et le numéro du verset. Les notes de bas de page indiquent les variantes (autres lectures possibles de l’arabe en modifiant les diacritiques et les voyelles courtes), les traductions divergentes d’autres auteurs, les sources, les abrogations et les explications utiles des termes ambigus.
Outre une bibliographie (qui comprend aussi de nombreuses sources en ligne), l’ouvrage propose un index des noms et notions et des tables séparées des chapitres dans l’ordre chronologique et dans l’ordre classique. Je pense que c’est de très loin la meilleure traduction du Coran disponible pour des lecteurs intéressés par le contenu sémantique de cet ouvrage.
Alain Jean-Mairet


https://www.youtube.com/watch?v=BBcKQbGscEc

https://www.youtube.com/watch?v=BBcKQbGscEc



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 19516
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Conférence de Sami Aldeeb – 17 avril à Paris

Message non lupar yacoub » lun. 13 juin 2016 19:00

Sami Aldeeb : La signification du verset coranique « Nulle contrainte en religion » ; « aucun exégète ne laisse la liberté de choix aux polythéistes »


Dans un article mis en ligne le 17 mai 2016 sur son blog « Savoir ou se faire avoir », Sami Aldeeb, Suisse palestinien professeur des universités et auteur d’une traduction du Coran dans l’ordre chronologique, évoque, dans le style caustique qui lui est propre, le verset coranique bien connu : « Nulle contrainte en religion (…) », revenant sur sa signification réelle, et sur l’ouvrage entier qu’il consacre à ce verset. Aldeeb rapporte dans ce contexte des articles du Code pénal arabe uniforme, puis des articles de la Déclaration des droits de l’Homme, avec lesquels le Code arabe entre en conflit. Extraits : (1)

« Nulle contrainte dans la religion ! »

« (…) Dans chaque colloque les musulmans nous cassent les oreilles avec le verset coranique suivant : ‘Nulle contrainte dans la religion ! La bonne direction s’est distinguée du fourvoiement. Quiconque mécroit aux idoles et croit en Dieu, tient à l’attache la plus sûre et imbrisable. Dieu est écouteur, connaisseur’(2:256).

Pour comprendre le véritable sens de ce verset, j’ai examiné toutes les exégèses musulmanes du Coran, depuis le début de l’Islam jusqu’à ce jour-ci, et je les ai publiées dans un ouvrage sorti en français, en anglais et en arabe, intitulé Nulle contrainte dans la religion: interprétation du verset coranique 2:256 à travers les siècles. Ce livre, avec d’autres recueils d’exégèses de versets coraniques problématiques, est disponible sur Amazon : Nulle contrainte dans la religion: Interprétation du verset coranique 2:256 à travers les siècles, Createspace (Amazon), Charleston, 2015, 201 pages : Amazon.fr

Mahomet : “Celui qui change sa religion, tuez-le” ; la mise à mort de l’apostat confirmée par le Code pénal arabe uniforme

Les musulmans recourent au verset cité plus haut pour démontrer que l’Islam est tolérant et admet la liberté religieuse. Mais ce verset entre en conflit avec un récit de Mahomet qui dit : “Celui qui change sa religion, tuez-le”.

La mise à mort de l’apostat, celui qui quitte l’islam, est confirmée, à titre d’exemple, par le Code pénal arabe uniforme adopté à l’unanimité par le Conseil des ministres arabes de la justice en 1996 (http://carjj.org/node/237). Voici la traduction française de l’extrait pertinent :

Article 162 – L’apostat est le musulman, homme ou femme, qui abandonne la religion islamique par une parole explicite ou un fait dont le sens est indiscutable, insulte Dieu, ses apôtres ou la religion musulmane, ou falsifie sciemment le Coran.

Article 163 – L’apostat est puni de la peine de mort s’il est prouvé qu’il a apostasié volontairement et s’y maintient après avoir été invité à se repentir dans un délai de trois jours.

Article 164 – Le repentir de l’apostat se réalise par le renoncement à ce qui a constitué sa mécréance ; son repentir est inacceptable s’il apostasie plus de deux fois.

Article 165 – Tous les actes de l’apostat après son apostasie sont considérés comme nuls de nullité absolue, et tous ses biens acquis par ces actes reviennent à la caisse de l’État.

La Déclaration universelle des droits de l’homme confirme la liberté religieuse : un défi pour l’islam

La liberté religieuse a d’ailleurs posé des problèmes à toutes les religions. Ses contours sont affirmés par l’article 2 alinéa 1 et l’article 18 de la Déclaration universelle des droits de l’homme :

Article 2.1 – Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.

Article 18 – Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion : ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction, seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites.

La clause de ce dernier article, qui parle de la liberté de changer de religion ou de conviction, a provoqué une réaction très vive de la part des pays musulmans. Cette question constitue probablement le plus important défi posé aux musulmans, conscients du fait que la liberté religieuse peut signifier la disparition de l’islam, comme l’affirme Al-Qaradawi : “Si l’islam ne tuait pas les apostats, il aurait disparu à la mort de Muhammad” (voir la vidéo sous-titrée: http://goo.gl/bu1PcG), dit-il en citant le verset coranique 5:33 pour justifier la mise à mort des apostats :

La rétribution de ceux qui guerroient contre Dieu et son envoyé, et qui s’empressent de corrompre sur la terre, c’est qu’ils soient tués, ou crucifiés, ou que soient coupés leurs mains et leurs pieds opposés, ou qu’ils soient bannis de la terre. Ils auront l’ignominie dans la vie ici-bas, et dans la vie dernière un très grand châtiment.

Résumé des exégèses du Coran concernant ce verset

Le sens du verset 2:256 donné par les exégèses publiées dans la présente étude peut être résumé comme suit:

1) Les polythéistes arabes, n’ayant pas de livre révélé, ne sont pas tolérés. Ils n’ont le choix qu’entre l’islam et l’épée. Souvent, les exégèses parlent d’Arabes, sans faire usage du qualificatif “polythéistes”. Les polythéistes sont souvent appelés “associateurs”, c’est-à-dire ceux qui associent d’autres divinités à Allah.

2) Les gens du livre, à savoir les juifs et les chrétiens, ont le choix entre se convertir à l’islam, conserver leur religion en payant le tribut, ou (mourir par) l’épée. Cette norme s’applique aussi aux sabéens et aux zoroastriens. On ne les contraint donc pas à changer de religion, comme les polythéistes. Mais ceux qui refusent de payer le tribut et de se convertir à l’islam doivent être tués.

3) Les polythéistes qui se convertissent au judaïsme ou au christianisme sont traités comme les polythéistes ; ils n’ont le choix qu’entre l’islam et l’épée.

4) Les captives et captifs juifs et chrétiens devenus esclaves ne sont pas contraints à devenir musulmans. Mais les captives et captifs polythéistes, sabéens et zoroastriens doivent devenir musulmans, car leur maître ne peut épouser leurs femmes ni manger de la viande d’animaux saignés par eux. Les enfants en revanche sont convertis de force, afin qu’ils n’adoptent pas une religion erronée.

« On entend par ‘contrainte’, en règle générale, la contrainte physique, ou plus concrètement la mise à mort » ; « Aucun exégète ne comprend le principe ‘Nulle contrainte en religion’ dans le sens du droit de quitter l’islam, ou du droit de ne pas pratiquer les obligations cultuelles »

5) On entend par contrainte, en règle générale, la contrainte physique, ou plus concrètement la mise à mort. Un seul exégète interprète la contrainte dans le sens de la mise à mort, de l’emprisonnement et de la privation des biens. Aucun exégète ne tient compte des restrictions imposées aux non-musulmans pour les inciter à se convertir l’islam, ni le paiement du tribut, ni les normes discriminatoires (comme l’interdiction du mariage avec une musulmane).

6) Aucun exégète ne comprend le principe “Nulle contrainte en religion” dans le sens du droit de quitter l’islam, ou du droit de ne pas pratiquer les obligations cultuelles telles que la prière ou le jeûne. Un exégète moderne dit expressément que le musulman qui refuse de prier ne peut invoquer le verset 2:256 – il doit être puni.

7) Certains exégètes, surtout modernes, rejettent l’accusation selon laquelle l’islam se serait propagé par l’épée, et estiment généralement que les guerres ont été entreprises pour se défendre ou pour pouvoir pratiquer le prosélytisme islamique. Mais aucun exégète n’envisage le droit des non-musulmans à convertir autrui.

8) Aucun exégète n’envisage le droit des enfants nés musulmans, et qui n’ont pas choisi la religion, de le faire une fois adulte. L’apostasie reste interdite. Celui qui est né musulman doit le rester.

« Aucun exégète ne laisse la liberté de choix aux polythéistes. Ceux-ci doivent être éliminés de la surface de la terre »

9) Les exégètes estiment que toute personne raisonnable devrait choisir l’islam, mais reste libre de ce choix. En même temps, ils estiment que la conversion à l’islam ne peut se faire qu’avec la volonté de Dieu. D’autre part, aucun exégète ne laisse la liberté de choix aux polythéistes. Ceux-ci doivent être éliminés de la surface de la terre, comme l’écrit un des exégètes modernes. Cela explique pourquoi les musulmans ne semblent pas émus par le massacre de plus de 80 millions d’hindouistes – ceux-ci sont considérés comme des polythéistes.

10) Les exégètes modernes estiment que l’Islam est la première et la seule religion qui admet le principe “Pas de contrainte en religion”, principe qui leurs semble correspondre à celui de la liberté religieuse des droits de l’homme. Aucun d’eux ne mentionne de contradiction entre la liberté religieuse prévue par les droits de l’homme et le principe islamique.

11) Il est souvent question d’abrogation en rapport avec le verset 2:256. Afin qu’on ne comprenne pas ce verset dans un sens général, applicable à toutes les situations, les exégètes ont estimé que le sens général en a été abrogé par les versets prescrivant le combat, et donc que le verset ne reste en vigueur que dans le sens restreint de non-imposition de la conversion aux gens du livre qui paient le tribut.

Antagonisme avec les normes constitutionnelles et internationales

Certes, le principe “Nulle contrainte en religion” peut être considéré comme une étape importante vers la reconnaissance de la liberté religieuse. Et sur ce plan, on ne peut nier que la reconnaissance de ce principe est un progrès par rapport au christianisme du VIIe siècle. Mais par rapport aux pratiques arabes rapportées par les sources musulmanes elles-mêmes, y compris dans les recueils des récits de Mahomet, la prescription coranique constitue une régression. La société arabe polythéiste reconnaît toutes les religions – sur ce plan, la morale polythéiste était supérieure aux prescriptions coraniques qui n’admettent que les gens du livre, dans certaines limites. Le fait que Mahomet ne donne aux polythéistes que le choix entre la conversion à l’islam et l’épée était en contradiction avec les normes admises par la société arabe de l’époque.

Si nous laissons de côté l’histoire arabe, le principe “Nulle contrainte en religion” ne peut en aucune manière être comparé au principe de la liberté religieuse prévue par les normes constitutionnelles modernes et les documents onusiens ou européens relatifs aux droits de l’homme.

Si nous nous limitons à la Suisse, on peut avancer que le droit musulman, basé sur le Coran et la sunnah, n’est pas compatible avec la conception de la liberté religieuse prévue par la constitution suisse. (…)








Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 19516
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Conférence de Sami Aldeeb – 17 avril à Paris

Message non lupar yacoub » mer. 6 juil. 2016 13:29

L’Arabie saoudite a semé le vent, et récolte les tempêtes
Coran Sunnah Mahomet, Sharia, Terrorisme
Juil 062016

Traduction d’un article paru en arabe

De la Péninsule arabique est sorti, il y a 14 siècles, un homme qui appelait à la haine. Sa religion s’est répandue dans le monde, dévastant toute civilisation sur son passage, semant les graines de la haine contre tout ce qui ne partage pas son point de vue.

Les musulmans récitent chaque jour à plusieurs reprises dans leurs prières la Fatiha, qui dit:

«Dirige-nous vers le chemin droit. Le chemin de ceux que tu as gratifiés, contre lesquels tu n’es pas en colère et qui ne sont pas égarés.»

Les exégètes musulmans sont quasiment unanimes à dire que ceux contre lesquels Dieu est en colère sont les juifs, et que les égarés sont les chrétiens.

Voici l’interprétation qui en est donnée par l’exégèse publiée par Centre coranique du roi Fahd http://goo.gl/d4Ovq4:

«Dirige-nous vers le chemin droit»: conduis-nous vers le chemin droit et maintiens-nous sur ce chemin jusqu’à ta rencontre, et ce chemin est l’islam, le chemin clair qui conduit à la satisfaction de Dieu et à son paradis qu’a indiqué le sceau de ses messagers et de ses prophètes Mahomet. Il n’existe aucun autre moyen pour atteindre le bonheur du serviteur qu’en y demeurant. «Le chemin de ceux que tu as gratifiés, contre lesquels tu n’es pas en colère et qui ne sont pas égarés»: le chemin de ceux que tu as gratifiés parmi les prophètes, les véridiques, les témoins et les vertueux (H-92/4:69). Ce sont eux les gens de la bonne direction et de la rectitude. Ne nous place pas parmi ceux qui suivent le chemin de ceux contre lesquels tu es en colère, qui ont connu la vérité mais n’ont pas agi en fonction d’elle, à savoir les juifs et ceux qui leurs ressemblent, ni le chemin de ceux qui n’ont pas été dans la bonne direction, à savoir les chrétiens et ceux qui suivent leurs lois.

Voir à cet effet notre ouvrage: La Fatiha et la culture de la haine – 120 pages: Amazon ou gratuit

Dans la Mosquée du Prophète à Médine et dans toutes les mosquées du monde, les musulmans élèvent de façon répétée et récurrente cette invocation: «Rends veuves leurs femmes. Rends orphelins leurs enfants.»

Et en même temps, des musulmans affrontent les risques de la mer pour aller dans les pays de ceux contre lesquels Dieu est en colère et de ceux qui sont égarés, et bénéficier des bienfaits technologiques des infidèles japonais.

Les résultats de cette haine défilent devant nos yeux: les attentats à Bagdad et en Arabie Saoudite, dans les environs de la Mosquée du Prophète à Médine.

Chaque société qui transmet la haine à ses membres se détruit elle-même avant de détruire les autres.

Personne ne peut nier que l’Arabie saoudite est le principal bailleur de fonds du terrorisme dans le monde, diffusant son idéologie terroriste avec les moyens financiers colossaux dont elle dispose, et fermant la bouche des opposants… jusqu’au sein de l’université de Harvard, dont elle finance la chaire d’études islamiques. «Les pots-de-vin font baisser les pantalons», dit un proverbe arabe. Il suffit ici de rappeler que parmi les 19 terroristes qui ont commis les attentats du 11 Septembre 2001, 15 étaient de nationalité saoudienne. Des informations indiquent que 60% des Saoudiens soutiennent Daesh.

Le Ministère marocain de l’éducation s’est enfin rendu compte des dangers de la haine que diffuse le Coran, et a décidé de supprimer de l’enseignement religieux le chapitre Al-Fath. En cause, son contenu incitant les musulmans au jihad http://goo.gl/UaMuYa

Dans son discours pour la fin du mois de Ramadan, le Président égyptien Al-Sissi déclare: «Je l’ ai dit au Grand Imam (cheikh de l’Azhar): les premiers savants religieux de l’islam ont découvert que 600 000 des récits attribués à Mahomet étaient mensongers, et ils s’y sont attaqués, sans peur, et sans dire que ‹personne ne touche aux paroles du Prophète ou les examine›. Ils ont séparé ce qui est vrai de ce qui est faux. Les experts des récits de Mahomet ont joué ce rôle dans d’autres domaines aussi. Pourquoi ne pouvons-nous pas faire de même et dire: ceci convient, et ceci ne convient pas, et appliquer cette méthode dans d’autres domaines?» Il a demandé dans son discours que les concours du Coran ne se limitent pas à sa mémorisation, mais s’étendent aussi à sa compréhension: «Beaucoup d’entre nous ont appris le Coran par cœur, mais beaucoup de ceux qui ont appris le Coran par cœur nous tuent.» Voir la vidéo partielle de son discours en arabe ici: https://goo.gl/kqXAyN

L’ivresse s’en est allée, et la raison est de retour. Bon réveil. Mais il y a le risque que nous restions endormis au milieu du tunnel, tels les jeunes dans la légende de la Cave, pour nous réveiller trop tard, à la traîne des Nations… si nous nous réveillons jamais. J’ai présenté mes condoléances à une amie irakienne après ce qui est arrivé à Bagdad et je lui ai demandé: «Quand est-ce qu’ils deviendront humains?» Elle m’a répondu: «Lorsque nous serons tous tués.» Nous avons besoin de quelqu’un qui nous réveille. Le problème est que les penseurs qui doivent jouer ce rôle somnolent, craignant pour leur vie, se disant: «On ne vit qu’une seule fois. De quoi je me mêle? Après moi le déluge. Ce qui compte est de sauver ma propre tête.»

Vous voulez une solution à notre douleur?

Ô Roi du Maroc, il ne suffit pas de supprimer le chapitre Al-Fath. Il y a aussi le chapitre Al-Tawba et d’autres, pires encore. Supprimez le chapitre Al-Fatiha, qui incite à la haine, ainsi que l’ensemble du Coran médinois, et ne conservez que le Coran mecquois… comme l’avait préconisé le regretté Mahmoud Mohamed Taha, pendu à la demande insistante de l’Azhar. Nous payons tous le prix fort pour ce crime de l’Azhar… jour après jour… avec des monceaux de ruines et des rivières de sang.

Quant à vous, Président de l’Égypte assis sur le trône du grand Pharaon: interdisez la publication du Coran dans la forme actuelle et adoptez la forme chronologique comme je l’ai fait, afin de distinguer ce qui est bon et ce qui est mauvais dans le Coran. Je vous dédie mon édition du Coran par ordre chronologique, à vous et au gentil peuple d’Égypte. Je ne vous demande ni remerciement ni récompense.



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 19516
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Conférence de Sami Aldeeb – 17 avril à Paris

Message non lupar yacoub » ven. 8 juil. 2016 12:45

Comme mes sujets ont été supprimés, je les refaits

2.23. Si vous avez un doute sur ce que Nous avons révélé à Notre Serviteur, tâchez donc de produire une sourate semblable et appelez vos témoins,
2.24. Si vous n'y parvenez pas et, à coup sûr, vous n'y parviendrez jamais...

Le Coran est tellement sûr de lui

https://web.archive.org/web/20160303223 ... ikeit.com/
J'ai retrouvé ce site grâce au site d'archives, car suralikeit.com ne marche plus
Sami Aldeeb a montré sur son blog que les Nobles Sourates sont truffées de fautes de tout genre.



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 19516
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Conférence de Sami Aldeeb – 17 avril à Paris

Message non lupar yacoub » sam. 9 juil. 2016 15:07

http://www.blog.sami-aldeeb.com/contact/

Il est licite d’élargir l’anus par sodomie pour le jihad

Traduction française par Sami Aldeeb

Titre de la vidéo:

فتوى وهابية بتحليل اللواط بين المجاهدين من أجل توسيع مؤخرتهم لتتسع للمتفجرات

Fatwa wahhabite permettant la sodomie entre les jihadistes afin d’élargir l’anus pour contenir des explosifs

Je vous disais que je voulais vous trouver la fatwa produite dans le forum appelé “muntadayat ussud al-sunnah”.

Un wahhabite demanda à notre cheikh:

Que Dieu vous accorde le martyre et les houris au paradis. Je voudrais, que Dieu soit satisfait de vous, faire une opération pour mourir comme martyr. Je me suis adressé au cheikh Abu-Al-Dima’ Al-Qassab, lequel m’a dit: “Nous avons trouvé une nouvelle méthode sans précédent dans les opérations des martyrs. Il s’agit de mettre des capsules explosives dans ton anus. Mais pour t’entraîner à une telle opération, il est indispensable que tu acceptes de te faire sodomiser un certain temps afin que ton anus s’élargisse au point de recevoir la charge explosive”. Ma question à toi, que Dieu ait pitié de toi, est la suivante: “Est-il licite que j’autorise à un frère jihadiste de me sodomiser pour élargir mon anus si l’intention est bonne et que le but est de m’entraîner pour le jihad?”

Le cheikh loua Dieu et répondit:

La sodomie est en principe illicite, et donc interdite. Mais le jihad a la priorité parce qu’il est le sommet [sanam] de l’islam. Si le sommet de l’islam ne se réalise que par la sodomie, rien de mal en cela, en vertu des règles juridiques selon lesquelles: “La nécessité rend licite ce qui est illicite”, et “Tout ce qui est nécessaire pour réaliser un devoir devient à son tour un devoir”. Or, nul devoir n’est supérieur au jihad. Toutefois, une fois que tu as été sodomisé, tu dois demander pardon à Dieu et le louer beaucoup. Sois certain, mon fils, que Dieu ressuscite les mujahids selon leurs intentions. Et ton intention, si Dieu le veut, est de secourir l’islam. Nous demandons à Dieu que tu sois parmi ceux qui écoutent le discours et en suivent ce qui est le mieux.

Le présentateur ajouta:

C’est cette fatwa qui a conduit une personne à commettre un attentat contre le ministre de l’intérieur Nayef Ibn Abd-al-Aziz, faisant usage d’explosifs dans son anus. Je me rappelle qu’au Koweït, des drogues étaient importées en contrebande de l’Afghanistan et du Pakistan, par des wahhabites de la Qaïda qui les plantaient en Afghanistan. Je lisais quotidiennement dans les journaux que des quantités de drogues étaient saisies, et ces drogues se trouvaient dans l’anus d’Afghans. Le Koweït en souffrait tellement que la première chose qu’on faisait était d’inspecter l’anus des Afghans et des Pakistanais. Ceci était une chose courante chez les wahhabites.

Texte arabe de la fatwa

Source

شيخنا رزقكم الله الشهادة والحور العين في الجنة. أردت رضي الله عنكم أن أقوم بعملية استشهادية، وتقدمت إلى الشيخ أبو الدماء القصاب. فقال لي إننا ابتكرنا طريقة جديدة وغير مسبوقة في العمليات الاستشهادية، وهو أن يُـلاك في دبرك كبسولات التفجير، ولكي تتدرب على هذه الطريقة الجهادية لا بد أن ترضى بأن يُلاط بك فترة كي يتسع دبرك، وتكون مؤخرتك قادرة على أن تتحمل عبوة التفجير، وسؤالي رحمك الله :

هل يجوز أن أبيح دبري لأحد الإخوة المجاهدين إذا كانت النية صالحة، والهدف الدربة على الجهاد، ليقوم بتوسيع دبري؟

فحمد الله الشيخ وأثنى عليه، وقال: الأصل أن اللواط محرم ولا يجوز .غير أن الجهاد أولى، فهو سنام الإسلام. وإذا كان سنام الإسلام لايتحقق إلا باللواط، فلا بأس فيه، فالقاعدة الفقهية تقول: الضرورات تبيح المحظورات وما لا يتحقق الواجب إلا به فهو واجب، وليس هناك أوجب من الجهاد. وعليك بعد أن يلاط بك أن تستغفر الله، وتكثر من الثناء عليه. وتأكد يا بني أن الله يبعث المجاهدين يوم القيامة حسب نياتهم، ونيتك إن شاء الله نصرة الإسلام. نسأل الله أن يجعلك ممن يستمعون القول ويتبعون أحسنه.




Avatar du membre
Innana
Lieutenant Virtuel
Lieutenant Virtuel
Messages : 3377
Enregistré le : mar. 27 août 2013 18:09
Gender : Female
Status : Hors ligne

Re: Conférence de Sami Aldeeb – 17 avril à Paris

Message non lupar Innana » sam. 16 juil. 2016 22:07

Merci yacoub!

ne peut-on pas écrire que les drames que nous vivons de l'Europe à l’Arabie , en passant par l'Inde et les USA sont aussi le reflet du combat millénaire sunnites contre chiites ?

Entre autre ?


"La liberté, c'est la liberté de dire que 2 et 2 font 4. Lorsque cela est accordé, le reste suit." George Orwell, 1984

DOM JUAN: Je crois que deux et deux sont quatre, Sganarelle, et que quatre et quatre sont huit.
TARTUFFE :Couvrez ce sein que je ne saurais voir:
Par de pareils objets les âmes sont blessées,
Et cela fait venir de coupables pensées.
DORINE:Vous êtes donc bien tendre à la tentation,
Et la chair sur vos sens fait grande impression!
Certes je ne sais pas quelle chaleur vous monte:
Mais à convoiter, moi, je ne suis pas si prompte,
Et je vous verrais nu du haut jusques en bas
Toujours Molière ! :

Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 19516
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Conférence de Sami Aldeeb – 17 avril à Paris

Message non lupar yacoub » jeu. 4 août 2016 11:26

UN ISLAMISTE SUISSE VOULAIT PRÉPARER DES BOMBES

La police a découvert plusieurs produits chimiques destinés à la fabrication de bombes chez un Bâlois de 31 ans radicalisé. Celui-ci est très fâché.
La Suisse a-t-elle échappé à un attentat à la bombe? Peut-être. En effet, la police a découvert chez un jeune Suisse radicalisé de 31 ans, habitant à Arlesheim (BL), plusieurs produits chimiques destinés à la fabrication de bombes, écrit le Blick jeudi.

L’homme, qui se fait appeler Abdullah, est connu pour ses sympathies islamistes. Il a en effet participé à la création du Conseil central islamique suisse (CCIS), explique le quotidien. Il a été responsable de l’information pour les troupes salafistes jusqu’en 2010, et serait encore l’un des proches du sulfureux Biennois Nicolas Blancho.

Message compromettant sur Facebook

La perquisition a été demandée par le Ministère public de la Confédération qui avait l’homme dans son viseur depuis une message privé posté sur Facebook. Un message dans lequel il écrivait, peu après les attentats de Paris de novembre dernier, que «la France l’avait bien mérité et qu’il devrait y avoir encore plus d’attaques dans ce sale pays.» C’est du moins ce que le jeune homme a expliqué au journal alémanique.

Résultat: un commando armé a débarqué à son appartement à 6h du matin, raconte-t-il. «Ils se sont précipités à l’intérieur en me braquant une torche sur le visage. Je dormais encore. C’était comme dans un film.» Une procédure a été ouverte pour violation de la loi fédérale interdisant les groupes terroristes AI-Qaïda et Etat islamique.

«Ils ont pris tous mes produits chimiques!»

Et Abdullah se plaint: «ils ont pris tous mes produits chimiques!» proteste-t-il. En l’occurrence, 800 grammes de phosphore rouge, un produit hautement inflammable utilisé pour la fabrication de bombes mais aussi celle de feux d’artifice. Que le jeune Bâlois justifie ainsi: «J’ai commencé de m’intéresser aux bombes aux phosphore après avoir vu le film ‘Les larmes de Gaza’, sur le conflit israélo-palestinien. »

Du phosphore que le jeune homme a acheté légalement sur Internet et qu’il a entrepris déjà de tester en forêt, explique-t-il. «J’en ai utilisé une toute petite quantité, mais cela a brûlé plus d’une heure», confie-t-il, fasciné. Mais l’homme explique que ses expérimentations étaient surtout d’ordre scientifique. «Ma sympathie envers l’EI diminue de plus en plus», raconte-t-il.

Le Blick est allé demander des précisions auprès du Ministère public de la Confédération. Qui s’est contenté de confirmer une enquête pénale sur l’affaire et la saisie de produits chimiques, sans livrer davantage d’information.



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 19516
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Conférence de Sami Aldeeb – 17 avril à Paris

Message non lupar yacoub » lun. 8 août 2016 12:23

La presse française a fait largement écho du communiqué du CFCM (Conseil Français du Culte Musulman) que nous produisons ici.

Image

COMMUNIQUE DU CFCM

Communiqué de Presse

Suite à l’attaque dont a été l’objet l’Eglise de Saint-Etienne-du-Rouvray pendant laquelle un Prêtre a été lâchement assassiné alors qu’il célébrait la Messe, le Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) appelle l’ensemble des Mosquées de France à saisir l’occasion du Prêche de la Prière du Vendredi prochain, 29 Juillet, pour évoquer la place prépondérante qu’occupe dans la religion musulmane le respect des autres religions et ainsi que le respect des hommes de foi qui les portent.
A ce titre, le CFCM rappelle que le Prophète (Paix et Salut sur lui) disait dans un Hadith: «Celui qui fait du mal injustement à un juif ou à un chrétien me trouvera en adversaire le jour du jugement dernier.» (rapporté par Mouslim).
Le CFCM invite également les Responsables de Mosquées, les Imams et les fidèles à rendre visite aux Eglises qui leurs sont proches, notamment à l’occasion de la Messe du Dimanche matin, pour exprimer à nouveau à nos frères Chrétiens la solidarité et la compassion des Musulmans de France au lendemain de cette nouvelle tragédie qui a frappé notre Pays en s’attaquant à un lieu de culte et à des religieux.
Fait à Paris, le Jeudi 28 Juillet 2016
Le Bureau du CFCM
Vérification du récit cité

Ce communiqué cite un récit de Mahomet qui aurait dit: Celui qui fait du mal injustement à un juif ou à un chrétien me trouvera en adversaire le jour du jugement dernier.

Le communiqué en question ne nous donne pas la version arabe de ce récit, et se satisfait d’indiquer qu’il est rapporté par Mouslim. Ce Mouslim est l’auteur de l’un des six plus grands recueils de récits admis par les musulmans sunnites qui le considèrent comme le deuxième recueil le plus authentique après celui d’Al-Bukhari.

Aucun organe de presse français ne s’est donné la peine de vérifier ce récit ou son sens. Tous ceux qui ont fait écho à ce communiqué ont pris son contenu pour argent comptant. Or, si l’on cherche ce récit dans le recueil de Mouslim, on n’en trouve aucune trace. En revanche, on trouve dans des recueils de moindre importance des récits que certains considèrent comme faibles (da’if), voire sans fondement (la asl lah):

من آذى ذميا فأنا خصمه و من كنت خصمه خصمته يوم القيامة source

Celui qui lèse un dhimmi, je suis son adversaire, et celui dont je suis l’adversaire je le vaincrai le jour du jugement dernier.

من ظلم ذميا مؤديا الجزية مقرا بذلته ، فأنا خصمه يوم القيامة source

Celui qui opprime un dhimmi qui paie le tribut (jiyza) et reconnaît sa servilité je serai son adversaire le jour du jugement dernier.

من ظلم معاهدا مقرا بذمته موديا لجزيته كنت خصمه يوم القيامة source

Celui qui opprime un bénéficiaire d’un pacte qui reconnaît sa dhimmitude et paie son tribut (jiyza), je serai son adversaire le jour du jugement dernier.
Ce que nous dissimule le CFCM

Il est évident que la source du CFCM est fausse, à moins qu’il nous prouve le contraire en nous citant en langue arabe le texte du récit auquel il se réfère, et en nous donnant une référence précise, si possible avec un lien Internet, pour que tout le monde puisse le vérifier. En effet, l’écrasante majorité des recueils des récits de Mahomet se trouvent sur Internet, et une grande partie de ces recueils, notamment ceux d’Al-Bukhari et de Mouslim, sont disponibles aussi en français et en anglais.

Mais le plus grave est que le CFCM recourt ici à la dissimulation, en cachant le fait que le récit en question, quelle que soit sa source et sa formulation, concerne les dhimmis qui paient le tribut (jiyza) institué par le Coran dans le verset H-113/9:29:

Selon notre traduction:

Combattez ceux qui ne croient ni en Dieu ni au jour dernier, qui n’interdisent pas ce que Dieu et son envoyé ont interdit, et ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux auxquels le livre fut donné, jusqu’à ce qu’ils donnent le tribut (jizya) par une main, et en état de mépris (wa hum saghirun).

Selon la traduction saoudienne

Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation (jizya) par leurs propres mains, en état d’humiliation (wa hum saghirun).

Nous avons consacré un ouvrage à ce verset:

Le tribut (jizya) dans l’islam: Interprétation du verset coranique 113/9:29 relatif au tribut (jizya) à travers les siècles, 2016, 204 pages : Amazon

Cet ouvrage est complété par notre ouvrage:

Le jihad dans l’islam: Interprétation des versets coraniques relatifs au jihad à travers les siècles, 2016, 254 pages : Amazon

Dans ces deux ouvrages, nous avons produit et traduit sommairement ou à la lettre les textes arabes de 68 exégèses anciens et modernes, précédés d’une longue présentation en français du contenu de ces exégèse et des textes arabes modernes. Il en ressort, sans contestation possible, que l’islam doit mener une guerre totale contre tous afin de dominer le monde, dès qu’il en a les moyens. Mais en situation de faiblesse, les musulmans doivent recourir à la dissimulation (taqiya) en feignant l’amitié avec les mécréants, comme le dit le verset: «Que les croyants ne prennent pas les mécréants pour alliés hors des croyants. Quiconque fait cela n’a rien de Dieu, à moins que vous ne les craigniez» (H-89/3:28).

La guerre contre les non-musulmans ne peut cesser contre les gens du livre (surtout les juifs et les chrétiens) que s’ils acceptent de se convertir à l’islam ou de payer le tribut en état d’humiliation, devant ainsi des dhimmis. S’ils refusent ces deux choix, les musulmans doivent les tuer, les asservir, distribuer leurs femmes comme captives de guerre aux combattants musulmans, et s’emparer de leurs biens, comme le fait aujourd’hui l’État islamique en Irak et en Syrie, et comme l’enseignent les écoles et les facultés de l’Azhar.

Quant aux autres groupes dont les musulmans n’acceptent pas le tribut (jizya), ils n’ont le choix qu’entre la conversion à l’islam ou la guerre. S’ils refusent de se convertir à l’islam, les musulmans doivent les tuer, les asservir, distribuer leurs femmes comme captives de guerre aux combattants musulmans, et s’emparer de leurs biens. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les musulmans ont massacré environ 80 millions d’hindous qui ne font pas partie du groupes des gens du livre. Ce qui constitue le plus grand génocide de l’histoire. Et c’est la raison pour laquelle les Yézidis en Irak ont été massacrés et leurs femmes vendues au marché comme du bétail… versets coraniques et récits de Mahomet à l’appui.

Ceux intéressés par la dissimulation dans l’islam, nous les renvoyons à notre ouvrage:

Alliance, désaveu et dissimulation : Interprétation des versets coraniques 3:28-29 à travers les siècles, 2015, 245 pages: Amazon
Conclusion: le mensonge n’a pas de pieds

On peut comprendre que le Conseil Français du Culte Musulman cherche à nous enfumer après les attentats meurtriers commis par des musulmans en France et ailleurs, notamment l’égorgement du Père Jacques Hamel qui avait accordé à la communauté musulmane un terrain pour construire une mosquée (devenue niche d’intégristes). Ces attentats ont été revendiqués et dûment justifiés par Daesh sur la base du Coran et des récits de Mahomet.

Mais, comme le dit le proverbe égyptien, le mensonge n’a pas de pieds. Ce qui signifie qu’avec le mensonge on ne va pas très loin. Si vraiment le CFCM est sincère et honnête, il doit faire un examen de conscience et confesser publiquement devant tous les Français, et avant tout les musulmans, que ce qui se passe aujourd’hui a pour origine le Coran et les récits de Mahomet, et que la seule manière d’y mettre fin est de remettre en question de façon radicale et sans état d’âme les enseignements de leur religion basés sur le Coran et les récits de Mahomet. Pour commencer, le CFCM doit éditer le Coran par ordre chronologique et rejeter la partie toxique du Coran révélée à Médine pour ne garder que le Coran mecquois, comme l’avait proposé le regretté Mahmoud Muhammad Taha, le penseur soudanais pendu sur instigation de l’Azhar en 1985.

Parions que le CFCM n’osera jamais mettre en question le Coran et les récits de Mahomet … et préparons-nous, donc, à de nouveaux attentats… et à de nouveaux mensonges et enfumages de la part du CFCM et des dirigeants français qui manquent de courage et de sérieux.

Il est minuit moins cinq… Bonne nuit… Dors bien douce France.

Dr Sami Aldeeb
Directeur du Centre de droit arabe et musulman
Auteur d’une édition arabe et d’une traduction française du Coran par ordre chronologique



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 19516
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Conférence de Sami Aldeeb – 17 avril à Paris

Message non lupar yacoub » jeu. 18 août 2016 13:43

Preuve que le Coran est écrit par un rabbin étourdi

ألم اقل لكم بأن القرآن من تأليف حاخام يهودي مسطول
Ne vous ai-je pas dit que le Coran a été écrit par un rabbin étourdi

Image

Image

Image

Image

Image

https://youtu.be/LWP5YgCIaAI

http://youtu.be/LWP5YgCIaAI



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 19516
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Conférence de Sami Aldeeb – 17 avril à Paris

Message non lupar yacoub » ven. 19 août 2016 19:43

Sami Aldeeb – Je décline un débat avec un musulman

Août 192016


Le 9 août 2016 j’ai reçu le message suivant d’un certain Karim Al Hanifi (français converti à l’islam) que je ne connais pas:

Bonjour Sami, je me présente, je m’appelle Karim Al Hanifi, je suis le fondateur du CRRC (le Centre de Recherches en Religions Comparées).

Je viens à vous pour organiser un débat islamo-chrétien puisque il semblerait que vous acceptiez d’en faire avec les musulmans selon vos dires.

J’ai déjà fait de nombreux débats publiques et filmés avec des gens connus comme Henri Blocher, Michael Langlois, David Wood, le père Guy Pagès, Morgan Priest, Olaf etc et prochainement avec Frère Rachid de la chaine al-hayat.

Tout se passe très bien à chaque fois.

Accepteriez-vous ? Si oui, nous définirions un thème, un lieu ouvert au public ou non selon vos envies, une séquence de débats avec les durées de chacun etc…j’ai un modérateur, celui qui fait chaque fois mes débats, il s’agit du pasteur Said Oujibou.

Dans l’attente de votre réponse, mes sincères salutations

Ma réponse

Je suis d’accord. Le mieux serait que vous me téléphoniez pour fixer les modalités et le contenu.

Bonne journée.

Réponse de Karim Al Hanifi

Ok très bien, merci à vous, je ferais cela semaine prochaine Dieu voulant.

Fraternellement

Il se presse alors par annoncer le débat sur sa page facebook en ces termes avec ma photo: https://goo.gl/FDD4hF

Nouveau débat prévu, cette fois avec Sami alDeeb, très connu, qui a accepté. Nous vous tiendrons informé de la date, du lieu et du thème

Je décline l’invitation

Cher Monsieur,

Après avoir vu plusieurs vidéos de vous, je dois malheureusement décliner le débat avec vous.

Bonne journée.

Réponse de Karim Al Hanifi

Ok pas de problème. Puis-je savoir le motif quand même? Un changement brusque si rapide doit avoir une raison?

Réponse de Sami Aldeeb

Je ne souhaite pas vous blesser.

Bonne journée.

Commentaires désobligeants des fans de Karim Al Hanifi

Après avoir décliné le débat, il y a eu des commentaires désobligeants des fans de Karim Al Hanifi sur sa page facebook, estimant que j’ai peur de ce débat et je me défile. Certains m’ont demandé poliment ou impoliment les raisons pour lesquelles j’ai décliné le débat. Je me permets ici de rapporter la discussion avec un poli parmi eux que je ne cite pas. Je l’appellerais XXX

XXX: C’est vraiment dommage. Au moins il nous reste Brother Rachid.

Sami Aldeeb: Merci de votre message. Après avoir vu ses vidéos et ses arguments qui tournent en rond, criant et tapant sur la table, je ne vois pas l’intérêt d’un débat avec Karim. Mes écrits sont publics, et souvent gratuitement, et j’ai environ 70 vidéos en différentes langues. De plus Karim n’est pas arabophone, donc je ne peux débattre avec lui sur mon principal ouvrage, à savoir l’édition arabe du Coran par ordre chronologique où j’ai relevé 2500 erreurs linguistiques et stylistiques. Et cet ouvrage est mis gratuitement sur mon site… et j’ai fait plusieurs vidéos et plus de 100 articles en arabe sur cette édition. S’ils contestent mes trouvailles qu’ils y répondent par d’autres vidéos et écrits. Me retrouver devant un enfant qui crie et tape sur la table n’est pas de mon niveau. Si on discute avec un idiot qui croit que le Coran est parole de Dieu, les gens ne vont pas savoir lequel des deux est idiot.

Ayant mis ce message sur la page de Karim Al Hanifi, celui-ci répond: “lol ^^ rien a ajouter…tout est faux dans son message”

XXX: Je semble désormais saisir et comprendre que vous n’êtes pas du même univers (arabophone / français). Cela dit je trouve que refuser de débattre parce que dans l’autre camps, on considère que le Coran est la parole de Dieu, n’est pas juste. Débattre avec un musulman, c’est débattre avec quelqu’un qui pense que le coran est la parole d’Allah.

Sami Aldeeb: Je peux débattre de physique ou de chimie avec un musulman. Mais débattre de dogmes c’est une perte de temps.

XXX: Je vois. Cependant ça se profilait très instructif. Mais je comprends votre choix. Où puis-je consulter vos articles gratuitement ?

Sami Aldeeb: mes livres http://goo.gl/0uFj8f; mes articles http://goo.gl/BtWUzn; mes vidéos: mes vidéos http://goo.gl/XxhCjZ et si vous comprenez l’arabe, vous trouvez 693 articles dans http://goo.gl/nsCwfX.

Savez-vous si Karim comprend et lit l’arabe?

XXX: Honnêtement, non je ne pense pas. Cela dit à travers une connaissance du Coran il doit avoir un niveau d’élocution.

Sami Aldeeb: Comment peut-il nier que le Coran comporte des erreurs linguistiques sinon en partant d’un dogme… sans faire usage de sa raison? Comment débattre avec une telle personne qui ne fait pas usage de son cerveau?

XXX: Donc en somme le débat n’est possible qu’avec une personne qui considère que le Coran est un livre “bien écrit” mais qui ne reconnaît pas son caractère divin ?

Sami Aldeeb: Si quelqu’un croit que le Coran est parole de Dieu, il est exclu qu’il admette l’existence d’erreurs. Par conséquence tout débat est impossible avec lui.

XXX: C’est pas faux et certains considéraient même que ces “erreurs” constituent le caractère noble de ce livre. C’est vrai qu’à ce stade, le débat ne pourra aboutir.

Sami Aldeeb: Je ne prétends pas que ce que j’ai trouvé est 100% exact, mais le croyant n’admettra aucune erreur… autrement il est tué. il fera tout pour tourner en rond. À quoi bon? Je ne cherche pas à convaincre, mais le débat doit se faire en dehors de la religion.

XXX: Vous êtes chrétien?

Sami Aldeeb: Oui, et fier de l’être, mais je crois que la révélation n’est pas la parole de Dieu à l’homme, mais le mensonge de l’homme sur Dieu.

XXX: C’est vrai que le Coran revêt un caractère particulier par rapport à la Bible.

Sami Aldeeb: Le Coran est un brouillon décousu écrit par un rabbin étourdi. Ce n’est même pas un livre, c’est un brouillon.

XXX: Au final, ce débat sera stérile. Vous êtes attaché à la culture chrétienne, vos locuteurs à la culture musulmane. C’est comme ça.

Sami Aldeeb: Je peux discuter du Coran en tant que texte humain… et c’est tout. je pense que la croyance est une expérience ou un héritage personnels à ne pas discuter. Vous ne pouvez pas enseigner à un cheval à grimper sur un arbre. À quoi bon débattre avec lui. Il est comme ça et c’est tout. Tout débat religieux est stupide. On peut par contre débattre des conséquences sociales contraires aux droits de l’homme des normes religieuses. J’ai vu deux débats de Karim sur la question de savoir si Mahomet est prophète ou pas. On s’en fout de cela. Moi aussi je me dis prophète… et mes articles arabes sont signés: Al-Nabi Sami.

XXX: Exactement, et au final, tout le monde restera sur ses positions.

Sami Aldeeb: Toute religion et toute civilisation a ses légendes. Le problème est lorsqu’on fait découler de ces légendes amusantes des normes qui abaissent l’être humain parce qu’il ne croit pas à telle ou telle autre légende amusante.

XXX: C’est vrai que le musulman n’est pas enclin au débat là-dessus.

Sami Aldeeb: C‘est pourtant l’essentiel… parce que cela touche la vie en commun. Si vous croyez que le Coran est parole de Dieu et exige de couper la main du voleur et de mettre les femmes dans des sacs poubelles… là la religion devient un danger public. Il faut donc exclure la croyance du débat… et parler de la vie en commun. Karim est un dogmatique…. et moi je refuse d’entrer dans un tel débat. Le débat avec Pagès et autres est une perte de temps. Ce débat est une foutaise: https://goo.gl/Bsosmm

XXX: Après avoir parlé un peu avec vous, je comprends votre point de vue désormais. C’est vrai que l’intervention de la transcendance dans un débat obstrue à débattre en profondeur. Déjà visionné et oui, tout le monde est retourné dans sa foi après.

Sami Aldeeb: Si j’étais à table avec Karim et il commence à dire “Dieu dit dans le Coran”, je quitterais la table immédiatement et je lui conseillerais un psychiatre. Pour moi, ne descend du ciel que la pluie, les météorites et les cacas des oiseaux. Remarquez que je refuserais de débattre avec l’Abbé Pagès ou le pasteur Said Oujibou. J’ai écrit environ 40 livres et j’ai plusieurs livres en chantier… je n’ai pas envie de perdre mon temps avec des débats stériles.

XXX: Décision tout à fait louable. Je finis l’ouvrage sur lequel je suis, et je vous lis.

Sami Aldeeb: Merci en tout cas d’avoir discuté avec moi. cela clarifie probablement mon refus du débat avec Karim

XXX: Oui vraiment, merci.





Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 18 invités