pétitions

Tout ce qui ne rentre pas dans les autres subdivisions du forum - Exprimez vous et débattez entre vous - dans le respect de l'autre.
Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 19500
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: pétitions

Message non lupar yacoub » mar. 13 sept. 2016 19:35

Dernier message de la page précédente :

C'est fait




Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 19500
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: pétitions

Message non lupar yacoub » ven. 16 sept. 2016 13:19

Défendez le droit de critiquer l’islam en Europe

Image


En Autriche, une conférencière a été condamnée pour avoir mis en cause publiquement les mœurs de Mahomet. Les juges autrichiens ont sacrifié la liberté d’expression à l’interdiction du « blasphème », pour protéger la « sensibilité religieuse » des fidèles musulmans et « la paix religieuse ». Cela revient à appliquer la sharia ! L’affaire est à présent devant la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), à Strasbourg.

L’ECLJ intervient dans cette affaire pour défendre la liberté d’expression en matière religieuse. Signez cette pétition pour vous associer au mémoire remis par l’ECLJ à la CEDH et soutenir ainsi la liberté d’expression.

La conférencière qui a saisi la Cour de Strasbourg en souhaitant conserver l'anonymat, a été condamnée pour avoir publiquement « dénigré une personne qui est un objet de vénération », à savoir Mahomet, d’une manière « susceptible de susciter une indignation justifiée ». Il lui a été reproché d’avoir déclaré que Mahomet « aimait le faire avec des enfants » car celui-ci s’était marié avec une fille de six ans et avait consommé ce mariage lorsqu’elle n’avait que neuf ans. La conférencière notait que cela posait problème dans la mesure où « le plus haut commandement pour un homme musulman est d’imiter Mahomet », ajoutant plus généralement que « les musulmans entrent en conflit avec la démocratie et notre système de valeurs ».

La conférencière s’exprimait devant une trentaine de participants lors d’une conférence intitulée « Connaissances élémentaires de l’Islam ».

Elle a été condamnée à payer 480 euros ou à purger une peine de soixante jours d’emprisonnement, alors même que ses propos reposent sur des faits que la tradition musulmane elle-même estime avérés et dont la diffusion, dans un contexte politique, participe au débat public.

L’affaire est à présent devant la Cour européenne des droits de l’homme qui devra choisir entre la liberté d’expression et la répression du blasphème.

L’ECLJ agit depuis plus de dix ans auprès des Nations unies et du Conseil de l’Europe contre la tentative de l’Organisation de la Conférence Islamique d’imposer en droit international un délit de blasphème, aussi appelé délit de « diffamation de l’islam ».

Pour l’ECLJ, les libertés de religion et d’expression sont complémentaires, et il n’existe pas de droit, pour les croyants et les non-croyants, à ne pas faire l’objet de critiques. Seules les insultes, calomnies et obscénités gratuitement offensantes ainsi que les propos incitant à une violence immédiate peuvent être restreints. Tout autre propos – surtout lorsqu’il s’appuie sur des faits réels – doit pouvoir être librement exprimé.

Soutenez la liberté d’expression, signez la pétition !



Avatar du membre
spin
Adjudant-chef Virtuel
Adjudant-chef Virtuel
Messages : 1768
Enregistré le : jeu. 7 janv. 2010 13:51
Localisation : France, sud-est
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: pétitions

Message non lupar spin » ven. 16 sept. 2016 14:54

Fait et répercuté.


De quel droit refuserions-nous de faire usage du plus grand don de Dieu ? N'est-ce pas un formidable blasphème que de croire contre la raison ? (Vivekananda)
http://daruc.pagesperso-orange.fr/divers/islamp.htm
http://bouquinsblog.blog4ever.com/blog/ ... ique_.html

Avatar du membre
omar
Sergent Virtuel
Sergent Virtuel
Messages : 500
Enregistré le : mar. 4 mars 2014 12:02
Gender : Male
Status : Hors ligne

Re: pétitions

Message non lupar omar » ven. 16 sept. 2016 21:21

J'ai signé


«L'Occident n'oppose aucune idéologie à l'islamisme, sinon celle de l'argent»


Avatar du membre
yaoull
Soldat Virtuel 1ere
Soldat Virtuel 1ere
Messages : 64
Enregistré le : mer. 17 févr. 2016 16:35
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: pétitions

Message non lupar yaoull » sam. 17 sept. 2016 14:25

Pour le droit de critiquer l'islam : à diffuser largement.
Image

En Autriche, une conférencière a été condamnée pour avoir mis en cause publiquement les mœurs de Mahomet. Les juges autrichiens ont sacrifié la liberté d’expression à l’interdiction du « blasphème », pour protéger la « sensibilité religieuse » des fidèles musulmans et « la paix religieuse ». Cela revient à appliquer la sharia ! L’affaire est à présent devant la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), à Strasbourg.

L’ECLJ intervient dans cette affaire pour défendre la liberté d’expression en matière religieuse. Signez cette pétition pour vous associer au mémoire remis par l’ECLJ à la CEDH et soutenir ainsi la liberté d’expression.

La conférencière qui a saisi la Cour de Strasbourg en souhaitant conserver l'anonymat, a été condamnée pour avoir publiquement « dénigré une personne qui est un objet de vénération », à savoir Mahomet, d’une manière « susceptible de susciter une indignation justifiée ». Il lui a été reproché d’avoir déclaré que Mahomet « aimait le faire avec des enfants » car celui-ci s’était marié avec une fille de six ans et avait consommé ce mariage lorsqu’elle n’avait que neuf ans. La conférencière notait que cela posait problème dans la mesure où « le plus haut commandement pour un homme musulman est d’imiter Mahomet », ajoutant plus généralement que « les musulmans entrent en conflit avec la démocratie et notre système de valeurs ».

La conférencière s’exprimait devant une trentaine de participants lors d’une conférence intitulée « Connaissances élémentaires de l’Islam ».

Elle a été condamnée à payer 480 euros ou à purger une peine de soixante jours d’emprisonnement, alors même que ses propos reposent sur des faits que la tradition musulmane elle-même estime avérés et dont la diffusion, dans un contexte politique, participe au débat public.

L’affaire est à présent devant la Cour européenne des droits de l’homme qui devra choisir entre la liberté d’expression et la répression du blasphème.

L’ECLJ agit depuis plus de dix ans auprès des Nations unies et du Conseil de l’Europe contre la tentative de l’Organisation de la Conférence Islamique d’imposer en droit international un délit de blasphème, aussi appelé délit de « diffamation de l’islam ».

Pour l’ECLJ, les libertés de religion et d’expression sont complémentaires, et il n’existe pas de droit, pour les croyants et les non-croyants, à ne pas faire l’objet de critiques. Seules les insultes, calomnies et obscénités gratuitement offensantes ainsi que les propos incitant à une violence immédiate peuvent être restreints. Tout autre propos – surtout lorsqu’il s’appuie sur des faits réels – doit pouvoir être librement exprimé.

Soutenez la liberté d’expression, signez la pétition !


Image

Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 19500
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: pétitions

Message non lupar yacoub » sam. 24 sept. 2016 19:30

L'islamisme n'est pas une Religion
Nasser FERRADJ France

https://www.youtube.com/watch?v=op2sthvElkg

https://www.youtube.com/watch?v=op2sthvElkg

Nous sommes ces Arabes, ces Berbères progressistes du monde musulman, ces hommes et ces femmes, assassiné-es et menacé-es pour avoir défié les islamistes dans leurs pays.

Mais notre force à nous c’est d’être Français-es et de vivre dans un pays laïc où la loi religieuse ne s’impose pas comme une évidence. Pourtant pas à pas, les islamistes se servent de nos libertés pour tous nous en priver comme ils le font toujours lorsqu’ils règnent sur un mètre carré de la surface de la terre.

Burkini, burka, nikab, voile, avec constance et patience ces stratèges politico-religieux ont avant tout imposé leur vision de la pudeur supposée des femmes en dictant leur norme et leurs nouveaux uniformes.

"Juifs, sionisme, impérialismes", les islamistes refaçonnent aussi l’antisémitisme. Nous ne faisons aucun tri dans les victimes de l’islamisme radical. Nous sommes toutes et tous frères et sœurs dans la douleur.

Nous ne lançons pas un énième Appel de principe, nous nous engageons à ne jamais nous taire sur le corpus idéologique qui nourrit les terroristes, dont nombreux d’entre eux font partie de notre communauté nationale.

Nous nous élevons pour les combattre idéologiquement, au cœur même des organisations politiques, associatives et syndicales qui relativisent la responsabilité de l’islamisme dans les crimes commis dans notre pays et à travers le monde.

Les islamistes s’y infiltrent pour y infuser le doute et les divisions sur les fondements de la République Française.

Plus les réponses aux relégations sociales des formations politiques sont faibles et plus les tentations de connivences communautaristes et racialistes sont puissantes.

Plus la violence est barbare aussi, et plus ils trouvent audience dans les grands médias pour distiller leurs justifications, ces nouveaux inquisiteurs et leurs complices.

Les terroristes de Toulouse, de l’hyper cacher, de Charlie Hebdo, du Bataclan, de Saint-Denis, de Magnanville, de Nice, de Saint-Etienne du Rouvray n’ont pas attendu les arrêtés anti-burkini pour commettre leurs crimes, et quand ils se rendent en Syrie c’est pour opprimer le peuple et non pour le défendre contre une dictature sanguinaire.

Les islamistes s’amusent avec la France. Notre pays qu’ils convoquent même aux Nations Unies pour avoir voté démocratiquement des lois contre les signes religieux ostentatoires à l’école, et contre la possibilité de circuler le visage caché.

Ces visages de femmes qu’ils considèrent par essence comme impudiques. Quiconque est en désaccord avec eux est aussitôt accusé d’être « islamophobe ». Cette accusation est érigée tel un « procès de Moscou » contre laquelle ni un Etat, ni un simple citoyen ne peut se défendre.

Mais les surenchères musulmanophobes commises pour flatter les peurs et conforter les ignorances ne renforcent que les intégrismes et le lepénisme. Nous ne nous laisserons pas broyer ni par le racisme, ni par l’islamisme. En tout état de cause vous n’aurez pas nos silences complices.

Ne rien faire serait vous laisser dire, à vous journalistes et responsables politiques, que nous n’avons ni présent, ni avenir.

Que tous nos semblables qui au quotidien œuvrent pour les libertés et tous nos concitoyens se lèvent et se rejoignent, afin que nulle part dorénavant, ne s’exprime ce fascisme sans notre riposte démocratique et fraternelle.

Signatures par :

https://www.facebook.com/nasser.ferradj



Avatar du membre
spin
Adjudant-chef Virtuel
Adjudant-chef Virtuel
Messages : 1768
Enregistré le : jeu. 7 janv. 2010 13:51
Localisation : France, sud-est
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: pétitions

Message non lupar spin » jeu. 6 oct. 2016 18:45

Une de plus : http://www.mesopinions.com/petition/dro ... ants/25206

Au passage, je réfléchis à une nouvelle pétition : demander que les instances représentatives de l'Islam en France reconnaissent expressément le droit à l'apostasie, ou qu'elles cessent d'être considérées comme représentatives par les autorités.


De quel droit refuserions-nous de faire usage du plus grand don de Dieu ? N'est-ce pas un formidable blasphème que de croire contre la raison ? (Vivekananda)
http://daruc.pagesperso-orange.fr/divers/islamp.htm
http://bouquinsblog.blog4ever.com/blog/ ... ique_.html

Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 19500
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: pétitions

Message non lupar yacoub » jeu. 6 oct. 2016 20:08

Signé



Avatar du membre
spin
Adjudant-chef Virtuel
Adjudant-chef Virtuel
Messages : 1768
Enregistré le : jeu. 7 janv. 2010 13:51
Localisation : France, sud-est
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: pétitions

Message non lupar spin » ven. 25 nov. 2016 12:46

spin a écrit :Au passage, je réfléchis à une nouvelle pétition : demander que les instances représentatives de l'Islam en France reconnaissent expressément le droit à l'apostasie, ou qu'elles cessent d'être considérées comme représentatives par les autorités.
Et j'aimerais bien voir des réactions là-dessus. Si ce forum ne sert pas (aussi) à discuter de propositions d'actions, il y a comme un manque.

Une de plus : https://www.amnesty.be/je-veux-agir/agi ... ne/yezidie


De quel droit refuserions-nous de faire usage du plus grand don de Dieu ? N'est-ce pas un formidable blasphème que de croire contre la raison ? (Vivekananda)
http://daruc.pagesperso-orange.fr/divers/islamp.htm
http://bouquinsblog.blog4ever.com/blog/ ... ique_.html

Avatar du membre
Proust
Major Virtuel
Major Virtuel
Messages : 2065
Enregistré le : lun. 2 juil. 2012 14:06
Gender : Male
Status : Hors ligne

Re: pétitions

Message non lupar Proust » ven. 25 nov. 2016 14:08

Bonjour Spin, c'est signé

En Irak, la minorité yézidie subit une vague de nettoyage ethnique initié par le groupe armé qui se fait appeler État islamique (EI). Les femmes et les jeunes filles sont particulièrement visées par les violences : des milliers d’entre elles ont été enlevées pour être vendues ou offertes comme esclaves sexuelles à des combattants de l’EI.

C’est le cas de Bassema Darwish, mère yézidie de trois enfants, enlevée par l’EI en 2014. Quelques mois plus tard, au lieu d’être libérée, elle été arrêtée par le Gouvernement régional du Kurdistan (GRK) lors d’une intervention dans la maison où elle était retenue captive. En plus des violences sexuelles qu’elle a subies, Bassema est aujourd’hui accusée par le GRK de complicité avec l’EI. Détenue depuis deux ans sans procès, elle n’a toujours pas eu le droit de rencontrer l’avocat de son choix. Bassema a besoin de soins médicaux et psychosociaux pour surmonter les épreuves qu’elle a subies.

À l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, agissez pour Bassema. Il faut que les autorités régionales kurdes la libèrent et lui donnent accès à l’aide médicale et psychosociale dont elle a besoin afin de surmonter l’épreuve de sa captivité.
Signer la pétition


Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n'est pas victime ! Il est complice.
George Orwell.

Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 19500
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: pétitions

Message non lupar yacoub » dim. 27 nov. 2016 17:23

Salut Spin c'est signé



Avatar du membre
spin
Adjudant-chef Virtuel
Adjudant-chef Virtuel
Messages : 1768
Enregistré le : jeu. 7 janv. 2010 13:51
Localisation : France, sud-est
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: pétitions

Message non lupar spin » dim. 8 janv. 2017 20:16

Pour ne pas perdre la main (in English) : https://www.walkfree.org/slaveryinconfl ... AT_08Jan17


De quel droit refuserions-nous de faire usage du plus grand don de Dieu ? N'est-ce pas un formidable blasphème que de croire contre la raison ? (Vivekananda)
http://daruc.pagesperso-orange.fr/divers/islamp.htm
http://bouquinsblog.blog4ever.com/blog/ ... ique_.html

Avatar du membre
Proust
Major Virtuel
Major Virtuel
Messages : 2065
Enregistré le : lun. 2 juil. 2012 14:06
Gender : Male
Status : Hors ligne

Re: pétitions

Message non lupar Proust » lun. 9 janv. 2017 17:46

C'est les femmes esclaves yazidis ? je signe


Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n'est pas victime ! Il est complice.
George Orwell.

Avatar du membre
Proust
Major Virtuel
Major Virtuel
Messages : 2065
Enregistré le : lun. 2 juil. 2012 14:06
Gender : Male
Status : Hors ligne

Re: pétitions

Message non lupar Proust » mer. 25 janv. 2017 16:26

Vague de flagellations, d’amputations et d’autres châtiments cruels



Le recours persistant en Iran, au cours de l’année écoulée, à des châtiments cruels et inhumains – notamment des peines de flagellation, d’amputation et d’aveuglement –, illustre la conception extrêmement brutale de la justice qu’ont les autorités de ce pays, a déclaré Amnesty International.

Chaque année, des centaines de personnes sont généralement flagellées en Iran, parfois en public. Dans le dernier cas de flagellation recensé par Amnesty International, un journaliste a reçu 40 coups de fouet le 5 janvier à Najafabad, dans la province d’Ispahan. Un tribunal l’avait déclaré coupable d’avoir communiqué des informations inexactes sur le nombre de motos saisies par la police dans cette ville.

« L’usage très fréquent que les autorités ont fait des châtiments corporels tout au long de l’année 2016, notamment des peines de flagellation, d’amputation et d’aveuglement, met en évidence le caractère inhumain d’un système judiciaire qui légalise la brutalité. Ces châtiments cruels et inhumains constituent une atteinte révoltante à la dignité humaine et sont contraires à l’interdiction absolue de la torture et des autres mauvais traitements », a déclaré Randa Habib, directrice régionale d’Amnesty International pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord.

« La flagellation récemment infligée à un journaliste laisse à craindre que les autorités aient l’intention de poursuivre en 2017 la série de châtiments cruels dont nous avons été témoins l’année dernière. »

En vertu du droit iranien, plus de 100 « infractions » sont passibles de flagellation. Il s’agit d’un large éventail d’actes allant du vol simple à l’agression en passant par le vandalisme, la diffamation et la fraude, et par des actes qui ne devraient absolument pas constituer des infractions tels que l’adultère, les relations intimes entre hommes et femmes non mariés, l’« atteinte à la moralité publique » et les relations sexuelles librement consenties entre personnes du même sexe.


plus de 100 « infractions » sont passibles de flagellation

Parmi les personnes flagellées en Iran figurent de nombreux jeunes de moins de 35 ans qui ont été arrêtés pour des activités pacifiques, par exemple pour avoir mangé en public pendant le Ramadan, eu des relations en dehors du mariage et participé à des soirées mixtes. Ces activités sont protégées car elles relèvent des droits à la liberté de conviction, de religion, d’expression et d’association ; elles ne doivent donc jamais être érigées en infraction.

En tant qu’État partie au Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), l’Iran est juridiquement tenu d’interdire la torture et les autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. Pourtant, le droit iranien autorise toujours des châtiments corporels internationalement interdits, notamment l’amputation, la lapidation et la flagellation, et les justifie au nom de la protection de la morale religieuse.

En avril dernier, un homme et une femme non mariés, déclarés coupables de « relation illégitime », ont été condamnés à 100 coups de fouet chacun. Un mois plus tard, 35 jeunes femmes et hommes arrêtés dans la province de Qazvin pour avoir dansé, s’être côtoyés et avoir consommé de l’alcool pendant une fête ont été condamnés à 99 coups de fouet chacun. Les peines ont été exécutées immédiatement. En mai 2016, des peines de flagellation ont également été appliquées à un groupe de 17 mineurs qui avaient protesté contre leurs conditions de travail et leurs licenciements dans la province de l’Azerbaïdjan de l’ouest.


35 jeunes femmes et hommes arrêtés dans la province de Qazvin pour avoir dansé, s’être côtoyés et avoir consommé de l’alcool pendant une fête ont été condamnés à 99 coups de fouet chacun.

Des journalistes et des blogueurs ont aussi été condamnés à des peines de flagellation en raison de leur travail. En juillet, une cour d’appel a condamné le journaliste Mohammad Reza Fathi à 459 coups de fouet pour avoir « publié des mensonges » et « éveillé des craintes dans l’opinion publique » par ses écrits.


une cour d’appel a condamné le journaliste Mohammad Reza Fathi à 459 coups de fouet pour avoir « publié des mensonges » et « éveillé des craintes dans l’opinion publique » par ses écrits

La très populaire page Facebook iranienne « Azadihayeh Yavashaki » (My Stealthy Freedom, « Ma liberté furtive »), gérée par Masih Alinejad, journaliste et militante des droits des femmes, a publié des témoignages détaillés de plusieurs femmes qui ont subi des flagellations pour avoir consommé de l’alcool et participé à des fêtes mixtes au cours desquelles la police des mœurs iranienne a fait des descentes. La page comporte également des photos de femmes de dos, sur lesquelles les graves lésions provoquées par ces flagellations sont visibles.

Dans l’un des témoignages, une femme de 28 ans, qui a reçu 80 coups de fouet pour avoir participé à une fête d’anniversaire, qualifie le jour où elle a été flagellée de « pire jour de [sa] vie ». Elle explique qu’après son arrestation, on l’a prise en photo et on a relevé ses empreintes digitales, puis on l’a conduite dans une pièce exigüe, où elle a été fouettée de façon répétée par une femme d’âge moyen, alors qu’elle avait les pieds enchaînés et les mains attachées.


80 coups de fouet pour avoir participé à une fête d’anniversaire

« Sous l’impact du premier coup, j’ai sauté de ma [chaise] sans [pouvoir m’en empêcher]. J’étais tellement choquée que mes larmes ne coulaient même pas. Je voulais crier mais je n’arrivais même plus à contrôler ma voix. Elle a frappé fort à chaque fois, elle me demandait de me repentir pour que Dieu me pardonne », a-t-elle indiqué.

Une autre femme, flagellée pour avoir participé à une soirée mixte organisée pour célébrer ses récentes fiançailles dans la ville de Robat Karim, près de Téhéran, a relaté comment, moins d’une heure après le début de la fête, les forces de sécurité avaient pris d’assaut la villa où la soirée avait lieu, saisissant les bouteilles d’alcool. Elles ont posé des questions à plusieurs des invités et frappé violemment plusieurs d’entre eux, puis les ont emmenés à un poste de police, où ils ont été insultés et soumis à des interrogatoires. Après avoir passé trois nuits en prison, ils ont été condamnés à recevoir 74 coups de fouet chacun.

« Je ne me souviens pas de combien de coups j’ai reçus mais j’en étais au stade où, engourdie de douleur, je me contentais de gémir. Quand je suis enfin rentrée chez moi, j’avais le corps envahi d’une douleur terrible et la tête saturée des sentiments d’humiliation et de peur accumulés pendant tout ce calvaire », a-t-elle témoigné.

Au-delà des flagellations, Amnesty International a également recueilli des informations sur le cas d’un homme rendu aveugle des deux yeux à Téhéran en novembre 2016, à titre de « réparation » pour avoir privé de la vue une fillette de quatre ans lors d’une attaque à l’acide, en juin 2009. Plusieurs autres prisonniers risquent toujours qu’une peine d’aveuglement leur soit appliquée.


le cas d’un homme rendu aveugle des deux yeux à Téhéran en novembre 2016, à titre de « réparation »

Il est inquiétant que les médecins de l’Organisation iranienne de médecine légale fournissent à la Cour suprême des avis d’« experts », déterminant si une peine d’aveuglement est médicalement réalisable et comment elle peut être appliquée, ce qui constitue une grave atteinte à l’éthique médicale.

« Il est clairement du devoir des professionnels de la santé d’éviter toute participation à des actes de torture et à d’autres mauvais traitements. Au lieu de se rendre complices d’actes de torture en fournissant des évaluations médicales préalables à l’application des peines d’aveuglement, les médecins iraniens doivent refuser de prendre part à des agissements d’une cruauté aussi délibérée », a ajouté Randa Habib.

Amnesty International a également recensé au moins quatre amputations pour vol qualifié en Iran, y compris des « amputations croisées » de plusieurs doigts et orteils sur les côtés opposés du corps de la victime.

« Le fait d’amputer des personnes, de les priver de la vue et de les soumettre à des flagellations brutales ne saurait être considéré comme l’expression de la justice. Les autorités iraniennes doivent de toute urgence abolir toutes les formes de châtiment corporel et prendre des mesures pour mettre en conformité le système pénal du pays, profondément déficient, avec le droit international relatif aux droits humains », a conclu Randa Habib.


https://www.amnesty.be/je-veux-m-inform ... uels-43931


Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n'est pas victime ! Il est complice.
George Orwell.

Avatar du membre
Maried
Colonel Virtuel
Colonel Virtuel
Messages : 5851
Enregistré le : mer. 2 sept. 2009 15:19
Gender : Female
Status : Hors ligne

Re: pétitions

Message non lupar Maried » mer. 25 janv. 2017 16:39

Bonjour, bonne année, je signe


"Qui n'empêche pas le mal le favorise"
Cicéron
_________________________________________________
ImageImageImage
ImageImage

Avatar du membre
spin
Adjudant-chef Virtuel
Adjudant-chef Virtuel
Messages : 1768
Enregistré le : jeu. 7 janv. 2010 13:51
Localisation : France, sud-est
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: pétitions

Message non lupar spin » jeu. 26 janv. 2017 23:24

Une de plus (sur une loi qui pourrait obligé des filles violées à épouser leurs violeurs au Bangladesh) : https://secure.avaaz.org/campaign/fr/ba ... riage_law/


De quel droit refuserions-nous de faire usage du plus grand don de Dieu ? N'est-ce pas un formidable blasphème que de croire contre la raison ? (Vivekananda)
http://daruc.pagesperso-orange.fr/divers/islamp.htm
http://bouquinsblog.blog4ever.com/blog/ ... ique_.html



Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 34 invités