qui me dit le vrais nom de tarik ibn ziad

Toutes les cultures - les dialectes et les langues du monde - se rencontrer et découvrir les autres - proposer ses services. Annuaires et liens - blogs et forums à découvrir ou à dénoncer.
yor
Sergent-chef Virtuel
Sergent-chef Virtuel
Messages : 988
Enregistré le : dim. 5 juin 2005 08:00
Localisation : terre amazigh
Gender : None specified
Status : Hors ligne

qui me dit le vrais nom de tarik ibn ziad

Message non lupar yor » dim. 5 juin 2005 20:45

..cette question est pour les algeriens arabes muslimines...donner moi le vrais nom de tarik ibn ziad




jacqueline
Adjudant Virtuel
Adjudant Virtuel
Messages : 1296
Enregistré le : mer. 7 sept. 2005 09:57
Localisation : Paris
Gender : None specified
Status : Hors ligne

Message non lupar jacqueline » dim. 5 juin 2005 20:58

je ne sais pas si il y a beaucoup d'arabes musulmans qui te répondons ici car c'est le site fermé pour les athées, les apostats et les agnostics et il faut montrer patte blanche pour rentrer.

Mais c'est quoi son nom et il a fait quoi cet argaz agui ?



yor
Sergent-chef Virtuel
Sergent-chef Virtuel
Messages : 988
Enregistré le : dim. 5 juin 2005 08:00
Localisation : terre amazigh
Gender : None specified
Status : Hors ligne

a jacqueline

Message non lupar yor » jeu. 9 juin 2005 16:56

...azul fellak... c'est tu veus vraiment le nom de tarik ibn ziad cet homme libre qui ouvre les portes de l'espagne pour les arabes au nom de l'islam. le passage de gibraltar est a son nom (passage jabel tarak)
mais ces musilmans et arabes reffuse de lui donne son vrais histoire...
avec un mp je te donne le vrais nom.



Avatar du membre
lola
Caporal Virtuel
Caporal Virtuel
Messages : 193
Enregistré le : mer. 6 avr. 2005 08:00
Localisation : tunisie
Gender : None specified
Status : Hors ligne

Re: a jacqueline

Message non lupar lola » sam. 11 juin 2005 20:30

yor a écrit :...azul fellak... c'est tu veus vraiment le nom de tarik ibn ziad cet homme libre qui ouvre les portes de l'espagne pour les arabes au nom de l'islam. le passage de gibraltar est a son nom (passage jabel tarak)
mais ces musilmans et arabes reffuse de lui donne son vrais histoire...
avec un mp je te donne le vrais nom.
je peux aussi avoir le vrais nom, j'ai entendu parlé de tarek ibn zied on a même étudié dans les cour d'histoire sur lui, mais je pense que c'était un combattant musulmans qui a aidé a la propagation de l'islam non????


LOLA:"faut être esprit et ouvert dans la vie...."


yor
Sergent-chef Virtuel
Sergent-chef Virtuel
Messages : 988
Enregistré le : dim. 5 juin 2005 08:00
Localisation : terre amazigh
Gender : None specified
Status : Hors ligne

le vrais non de tarik ibn ziad

Message non lupar yor » sam. 11 juin 2005 23:49

salut lola je suis aussi comme toi dans les cours de l'histoire je trouve le nom de tarik.mais ces livres ne dit pas que c'est un berbere.



Alice
Mort virtuellement
Mort virtuellement
Messages : 563
Enregistré le : dim. 17 avr. 2005 08:00
Gender : None specified
Status : Hors ligne

Message non lupar Alice » dim. 12 juin 2005 00:09

Lkm avait évoqué sur AIME un type d'études qui permettait de savoir, par le nom de famille, si un nord-africain était un berbère ou un arabisé.
Où qu'il est le lkm ?

Alice



jacqueline
Adjudant Virtuel
Adjudant Virtuel
Messages : 1296
Enregistré le : mer. 7 sept. 2005 09:57
Localisation : Paris
Gender : None specified
Status : Hors ligne

Message non lupar jacqueline » dim. 12 juin 2005 19:27

Bonjour à tous, voilà ce que j'ai trouvé :

De Paul Balta, Ecrivain, Directeur du Centre d'Etudes de l'Orient contemporain
Napoléon disait : « La géographie dicte la politique d'un pays ». C'est particulièrement vrai du Maroc qui, en arabe, se dit Maghreb, le « couchant», l' «occident». Les historiens musulmans du Moyen Age appelaient le Nord de l'Afrique, au delà de l'Egypte, « Geziret el Maghreb», « l'île du couchant », et, aujourd'hui pour éviter de confondre le Maroc avec cet ensemble on utilise pour désigner ce dernier les expressions « Maghreb arabe » ou « Grand Maghreb ».Par sa position géographique et son enracinement dans l'histoire, le Royaume occupe une place particulière au nord-ouest du continent africain. Protégé par ses montagnes et ses deux façades atlantique et méditerranéenne il a, tout au long de l'histoire, généralement bien conservé son indépendance. Rappelons quelques jalons qui éclairent les relations complexes que le Maroc a toujours entretenues avec les riverains de la Méditerranée. Avant l'avènement de l'islam, au VII siècle, il a su préserver son identité amazigh ou berbère face aux conquérants venus par la mer : Phéniciens, Romains, Byzantins...Arrivés, eux, par les hauts plateaux, les Arabes ont durablement marqué, de sorte qu'au fil du temps un équilibre s'est établi entre les deux communautés. Il convient néanmoins de rappeler que c'est un Berbère islamisé, Tarik Ben Ziyad, qui, en 711, a franchi le détroit de Gibraltar (déformation de Jebel Tarik, la montagne de Tarik) et que les Ahmoravides (1050-1147) et les Almohades (1147-1269), deux grandes dynasties berbères, ont joué un rôle majeur en Espagne et plus particulièrement en Andalousie. Après la chute de Grenade (1492), Portugais et Espagnols ont fait plusieurs incursions en territoire marocain mais leur implantation ne sera pas durable sauf dans les présides de Ceuta (1640) et de Melilla (1497), où Madrid exerce toujours sa souveraineté. En outre, les Marocains sont très fiers de rappeler qu'ils ont opposé une vive résistance aux Ottomans et les ont empêché de conquérir le Royaume. On ne peut ignorer non plus la perception que les Marocains ont d'eux-mêmes : ils se sentent arabo-berbères, africains, musulmans (ils conservent aussi la plus forte communauté juive au sein du monde arabe) tout autant que méditerranéens, et n'oublient pas que leurs ancêtres ont vécu sept siècles en Espagne. Ils savent également que Madrid, Marseille, Paris et me sont plus près de Rabat que Damas, Bagdad et Riyàd. Dès lors, au regard de l'histoire, que pèsent le demi-siècle de protectorat français (1912-1956) et les quelque soixante-quinze ans de présence espagnole dans le Rio de Oro et la Saguiet el Hamra, le Sahara espagnol ?



YANADAM
Recrue pour la Paix
Recrue pour la Paix
Messages : 6
Enregistré le : jeu. 12 janv. 2006 08:00
Gender : None specified
Status : Hors ligne

Message non lupar YANADAM » ven. 13 janv. 2006 01:41

Je voudrais dire au SUJET DE TARIK que surement on a délibèrement jouer avec son nom... Très difficile de découvrir son NOM ORIGINAL, surement amazigh...
Mais je peux déjà dire que l'histoire raconté par les arabes ne tient pas lorsqu'on ramarque:
- Il y avait un héritier du trône d'Ibéria qui vivait à Ceutta et qui devînt ami de TARIK... La fille de ce prince était tenue ôtage en Ibérie par le vainqueur qui y trônait... TARIK en avait assez de MOUSSA et voulait échapper avec ses hommes à l'emprise de l'emprise Arabe... Le prince voulant reconquérire son trône et TARIK voulant un échappatoire de l'aliénation arabe se mirent à préparer la conquête de l'Espagne... NOUSSAYR était rappelé au MACHRIQ où les inrigues et les guerres intestines n'ont jamais cessé malgré les conquêtes... TARIK et LE PRINCE IBERIEN décidèrent dabord d'envoyer TARIF inspecter la côte Nord du détroit... Puis on décida de passer à l'action... TARIK et Ses hommes avaient donc une mission... Celle de rendre à César ce qui appartient à César... Non sans contre partie... Le prince devait payer à la victoire... Imazighen de TARIK et de toujours, sauf après l'aliènation, n'iront jamais faire une guerre du genre uniquement pour "la gueule" d'un ALLAH que même TARIK n'as pas évoqué lors de son allocution de lancement des opérations au pied de la montagne portant son nom... Imazighen pouvaient s'offrire en guerrier comme alliés et amis ou encore plus surement comme mercenaires à la solde de quelqu'un, mais jamais pour une idée comme celle que les arabes veulent nous faire croire...
- La preuve irréfutable qui dévoile le mensonge arabe réside dans le fait que TARIK avait ordonné de bruler les bateaux... Car, TARIK, ce général loin d'être stupide comme les narateurs arabes, n'aurait jamais ordonné un tel gachis s'il était à la solde des arabes de NOUSSAYR... Il auarait tout simplement renvoyé les bateaux à Ceuta pour être utils à NOUSSAYR pour sa propre traversée... NON ! Il devait les bruler comme il comptait rester longtemps aux service de son ami qu'il va aider à reconquérire son trône...
- La façon dont fut traité TARIK lorsque les arabes arrivèrent en Espagne lorsque les bélligérants (Tarik et son ami contre Le Roi en place) étaient tous épuisés... Tarik fut très mal traité et perdra même certains de ses membres... Ensuite le pauvre disparu on ne sait comment au juste... Les arabes ont été impitoyables avec lui...
CONCLUSION: Pour moi une chose est sure: TARIK BEN ZYAD est belle et bien L'ITERNEL ROI DES HARRAGAS... L'UNION EUROPEEN DOIT DONC CONSIDERE QUE L'UNE DES CAUSES DE l'immigration clandestine et massive du Nord d'Afrique vers l'Europe est la présence des arabes... Ils devra aussi rappeler à la france que le fait de remmettre les clefs des lieux au panarabistes sera la plus grosse gaffe que l'Europe payera chère... Car IMAZIGHEN, maîtres des lieux depuis l'antiquité sont l'AVANT GARDE PROTECTRICE DE L'OCCIDENT CONTRE LA BARBARIE DE L'ORIENT....



Avatar du membre
lkm
Adjudant-chef Virtuel
Adjudant-chef Virtuel
Messages : 1839
Enregistré le : mar. 5 avr. 2005 08:00
Localisation : Pays Bas
Gender : None specified
Contact :
Status : Hors ligne

Message non lupar lkm » sam. 14 janv. 2006 16:54

Salut YANADAM
Tu es le bienvenu parmi nous, c’est intéressant ce que tu as écrit, c’est vrai que je n’ai jamais pensé sur ce que pouvait être le vrai nom de Tarek, j’ai peu d’infos sur lui mais je vais effectuer des recherches, je trouve que son sujet est très important… merci pour les informations… en tous cas le nom qu’on connaît est Tarek Ibn Zied, c’est un nom arabe, cela est bien clair, et ce que je sais c’est que Tarek était un esclave d’un arabe qu’on nommait Zied, et quand il a embrassé l’islam il a prit le nom de Ibn Zied, mais je dois revoir ce sujet….



YANADAM
Recrue pour la Paix
Recrue pour la Paix
Messages : 6
Enregistré le : jeu. 12 janv. 2006 08:00
Gender : None specified
Status : Hors ligne

Message non lupar YANADAM » mer. 23 août 2006 07:16

MES AMIS ! Salut à tous...
Désolé de cette longue absence qui ne signifie aucunement l'oubli de ce site et de ses gens... Surtout mon ami IKM...
J'espère qu'il n'y est pas d'autres absences du genre...

Concernant TARIK, rassure toi IKM, ni lui, ni aucun amazigh, n'a jamais été esclave d'un arabe... C'est un abaissement qu'aucun de ces HOMMES LIBRES Et NON ALIENES ne peut accepter... Les arabes ne racontent à ce sujet que des mensonges...
Oui, il y a l'esclavage dans les pays musulmans même de nos jours, Mais il est camouflé... Ces ROIS qui se fassent baiser la main et se disent être d'une essence plus élevée en se nommant CHORFAS (Nobles) et c'est le but déguisé des politiques politiciens-religieux le long de l'histoire arabe...
TARIK vécu et mouru en homme libre et digne...



vanityFair
Sergent Virtuel
Sergent Virtuel
Messages : 545
Enregistré le : sam. 7 oct. 2006 08:00
Gender : None specified
Status : Hors ligne

Message non lupar vanityFair » mer. 11 juil. 2007 03:38

YANADAM a écrit :MES AMIS ! Salut à tous...
Désolé de cette longue absence qui ne signifie aucunement l'oubli de ce site et de ses gens... Surtout mon ami IKM...
J'espère qu'il n'y est pas d'autres absences du genre...

Concernant TARIK, rassure toi IKM, ni lui, ni aucun amazigh, n'a jamais été esclave d'un arabe... C'est un abaissement qu'aucun de ces HOMMES LIBRES Et NON ALIENES ne peut accepter... Les arabes ne racontent à ce sujet que des mensonges...
Oui, il y a l'esclavage dans les pays musulmans même de nos jours, Mais il est camouflé... Ces ROIS qui se fassent baiser la main et se disent être d'une essence plus élevée en se nommant CHORFAS (Nobles) et c'est le but déguisé des politiques politiciens-religieux le long de l'histoire arabe...
TARIK vécu et mouru en homme libre et digne...
Je suis désolé cher ami, mais tout musulman pas encore arabisé complétement, est de fait un esclave des arabes... sans maitre particulier et personnel, mais un groupe humain esclaves d'un autre groupe humain.

Nous autres kabyles,par exemple, nous sommes des esclaves des arabes... on envois nos enfants cadres dans les entreprises de l'Etat algériens, dans l'administration ou les ministères au service de l'Etat algérien arabe et islamique, on envois nos sportif défendre ses couleurs, nos chanteurs "présenter une bonne image de l'Algérie" comme dirait cheb idir, nos chanteurs quand ils ne donnent pas leurs chansons, chantent eux même à leur gloire (ibn benguellet alias ait mobilette), nos redacteurs faire des livres d'histore complétement nuls et mensongés... et même, faire tenir l'armée pour lui éviter de se faire balayer par une bande de romains micheles à barbes...

Et echange de tout ça, qu'est ce qu'on reçois comme salaire? Des imams qui viennent nous dire qu'on est des connards pas assés esclaves, des coups, des balles, et des prostitués de je ne sais quel dechra miteuse de l'Orannie... à suivre, un écrit de mon ami Ariless sur ce fait... un best seller du net.



vanityFair
Sergent Virtuel
Sergent Virtuel
Messages : 545
Enregistré le : sam. 7 oct. 2006 08:00
Gender : None specified
Status : Hors ligne

Message non lupar vanityFair » mer. 11 juil. 2007 03:44

40 ans d’indépendance : Faisons le bilan et devenons sérieux !

Ariless

Jusqu’à présent, la revendication culturelle ou linguistique amazigh a été un « mal » gérable par le pouvoir et la population algérienne tant qu’elle demeure intégrable dans la sphère civilisationnelle arabo-islamique, c’est à dire tant qu’elle s’exprime à la manière arabo-islamique et sous l’autorité morale et religieuse arabo-islamique.
Ainsi, les Kabyles ne sont en fait que de banals opposants politiques beaucoup plus soucieux de la démocratie en Algérie que de leur réelle condition de kabyles.
Au même titre que les islamistes revendiquent un état franchement islamique, les Kabyles revendiquent un état (le même) franchement démocratique.
La démocratie pour tous est plus importante à leurs yeux que leur propre existence en tant que peuple, ethnie et culture.
Ils sont encore convaincus d’appartenir à un grand peuple algérien, une grande nation héroïque et à un pays important et riche.
Un pays qui se cherche et qui se construit.
Un pays qui finira par dépasser ses querelles internes.
Un pays qui finira par virer les dictateurs.
Aucun kabyle ne pense que l’Algérie est accomplie.
Elle a accompli le projet de société qu’elle s’était donnée.
Les islamistes ne demandent que son perfectionnement.
Aucun kabyle ne pense que l’Algérie est dans son « état naturel de stabilité ».
Sa nature arabo-islamique fonctionne enfin à plein régime. Elle n’est perfectible que dans le sens islamique comme le proposent Ali Belhadj, Djaballah et Abbassi.
Seuls les Kabyles espèrent encore « un pet du cadavre étendu », selon l’adage kabyle justement.
La cupidité et la lâcheté des kabyles sont plus fortes que leur supposé « nnif ».
La réalité est que le peuple kabyle n’a pas grande estime de lui-même.
Il ne se juge pas assez méritant, ni assez important, ni même assez compétent pour jouir de la liberté d’être.
Totalement soumis à la civilisation arabo-islamique, il demande à la tutelle de le reconnaître comme partie « tolérable » par la civilisation la culture dominante uniquement parce qu’il la sert sans autre condition et parce qu’il se montre pacifique envers elle.
Le thème du pacifisme omniprésent dans le discours des élites kabyles est révélateur en cela.
Ce message de peuple pacifique, tolérant et coopératif aurait sa signification réelle et sincère s’il s’adressait à une culture, à une civilisation qui connaît et pratique ces valeurs.
De la bouche des kabyles, adressé au pouvoir et au peuple arabo-musulman algériens, cet appel incessant ne peut être interprété que comme un message de soumission.
C’est pour cela que, de temps en tant, un intellectuel, un politicard, un officiel arabo-musulman tâte le pouls de la rue kabyle et lance sa ligne, histoire de voir la réaction des ces « farouches combattants de l’amazighité ».
Ce contrôle régulier est perçu par les kabyles comme de la provocation ou du dénigrement, alors qu’en fait il s’agit pour la culture arabo-islamique, absente dans la société kabyle, de vérifier que le peuple kabyle est toujours sous son emprise.
L’élite kabyle les rassure toujours.
Le dialogue est permanent et prend parfois des allures burlesques :
* 1980, les kabyles manipulés par la France ont brûlé le « mas’haf » et le drapeau ! Écrivit un torchon gouvernemental arabo-islamique.
* Manipulation ! Protestèrent les élites kabyles. Nous aimons ce drapeau qui nous nie et nous respectons ce « mas’haf » qui nous soumet.
* Tant mieux, pensent les « arabo-machins », l’essentiel est sauf. Tout le reste, bah !
* Les kabyles veulent un état, murmure la rue arabe dans les bus et dans les hammams.
* Foutaises ! s’exclame l’élite kabyle, nous demeurons fidéles à l’État jacobin arabo-islamique.
* Les kabyles veulent tamazight qui est même pas une langue, hasarde un intellectuel officiel de la RADP.
* « Ji ti jire qu’ ci une langue », assurent les élites kabyles. Nous voulons aussi l’arabe et toutes les langues populaires. Et nous restons des « mizilmans ».
* Rien à craindre, se dit l’officiel, il jouent à pile et face croyant que leur pièce finira par tomber à la fois sur pile et sur face. Laissons les jouer. Ils seront occupés longtemps.
* Tel leader kabyle est un traître suppôt de l’occident, martèle un président hors service.
* « Non ! Non ! » S’écrient en chTAcirc;?ur les élites kabyles. « C’est un nationaliste, patriote qui aime son pays arabo-musulman et qui veut du bien à tous les algériens. Il a combattu la France, c’est un héros ! Nous avons donné des « chouhadas » plus que le reste de l’Algérie ! S’il vous plait, laissez nous encore être un peu des algériens kabyles ! Pitié, si vous plait !! »
* « Ok, ces idiots son encore idiots ! y a rien à craindre d’eux », se dit le provocateur dans sa sénilité profonde.
* « Les kabyles sont des « kouffars » qui boivent du vin en famille », dit la vox populi arabo-islamique.
* Non ! Non ! S’écrient les élites kabyles en chTAcirc;?ur. Nous sommes de bons musulmans. Nous avons une mosquée dans chaque village. Nous les construisons tous seuls, ces mosquées, avec nos sous, sans aucune subvention de l’état. Nous avons fourni les meilleurs théologiens de l’islam, les meilleurs prêcheurs, les meilleurs chouyoukhs, les meilleurs défenseurs de la langue arabe. Nous sommes des algériens ! Nous sommes des algériens ! Nous sommes des patriotes !
* Tant qu’ils ne contestent pas l’essentiel, laissons-les gesticuler, se dit la vox populi, rassurée.
* Les kabyles sont des juifs ! dit un arabiste, feignant l’énervement.
* Non ! Non ! rouspètent les élites kabyles. Nous n’avons rien à voir avec les juifs. C’est les arabes qui sont les cousins des juifs. Nous, on est de bons musulmans, plus musulmans que les arabes, qui sont d’ailleurs nos frères, même s’ils sont les demi-frères des juifs. On n’est pas raciste, nous !
* Tant mieux, se dit l’arabiste. Tant qu’ils ne balancent pas du coté de nos ennemis séculaires, y a rien à craindre dans la baraque.
* Tel chef kabyle est un chrétien croisé ! Crache un gourou islamiste.
* Quel scandale ! s’écrie le chef lui-même. Je suis un authentique musulman de père en fils depuis Okba et même bien avant, peut être depuis Massinissa. Je suis de famille musulmane honorable et je n’ai de leçon d’islamité à ne recevoir de personne.
* Nos vassaux sont entre de bonnes mains ! Nous avons encore de beaux jours devant nous ! Y a même pas besoin de leur faire payer la dhimma ni la djizia, pense le gourou, en se frottant les mains.
* Par allah ! S’écrient les électeurs arabo-musulmans lors d’un scrutin célèbre, nous instaurerons un état islamique où le coran sera seule constitution !
* Mais non ! Mais non ! Répliquent les élites kabyles ! Vous dites ça seulement sous l’effet de la colère ! Nous savons que vous êtes au fond de fervents démocrates ! Tenez, on va vous aider à construire un état de droit, démocratique et moderne, où la laïcité et l’islamisme cohabiteront, l’arabe et Tamazight se côtoieront, le qamis, la cravate et le hidjab se frôleront, la charia et le droit positif régneront, la nuit et le jour se superposeront...
* Vous ne perdez rien pour attendre, bande d’occidentalisés croisés ! Se disent les électeurs, dans leur barbe.
* Et par la volonté d’Allah, nous iront faire le djihad en Kabylie ! Vocifère un islamiste dans un stade bondé.
* « Hey ! Mollo ! » Répliquent les élites kabyles ! « On est des algériens, nous, des musulmans et des patriotes ! S’il vous plait, allez faire votre djihad ailleurs ! Allah n’a-t-il pas dit que le djihad contre les musulmans est illicite ? »
* Ouf ! Soupire l’islamiste de service, un moment j’ai eu peur qu’ils répondent : chiche ! Venez donc, on vous attend de pied ferme !
* « Les kabyles sont contre l’arabe, la langue sacrée du coran ! » Déclare un ambassadeur baâthiste.
* « Nous ne tolérons pas ce genre d’accusation ! » S’indignent les élites kabyles. « Nous défendons toutes les langues du peuple ! Regardez donc, les meilleurs arabisants sont des kabyles ! Les plus grands défenseurs sincères de l’arabe sont des kabyles. Nous ne permettons pas qu’on doute de nous. Nous voulons juste ajouter tamazight à coté de la vénérable langue arabe, dans un souci de justice et de droit. Nous sommes pour la totale symbiose entre l’arabe et tamazight. Tamazight et l’arabe appartiennent à tous les algériens. Nous sommes tous des imazighen, nous sommes tous des arabes, nous sommes tous des musulmans, nous sommes tous les enfants de cette terre sacrée, belle et riche, douce et accueillante. Vivons en paix dans la fraternité et la tolérance ! »
* « Ok, ok ! gentils toutous », note le plénipotentiaire de pacotille, « c’est bien, mais faudrait faire mieux la prochaine fois ».
* « Les kabyles portent atteinte à l’unité nationale ! » Se plaint le ministre de l’Unicité et de la Phagocytose.
* « Nous nous insurgeons », protestent les élites kabyles ! « Tant de fois nous avons mis en veilleuse nos timides revendications dans l’intérêt national. Nous vous assurons que nous protégeons les intérêts supérieurs de la nation arabo-islamique autant que vous, si ce n’est plus. »
* « Bien, bien ! On est presque arrivés au but », remarque le ministre de mes deux. « Si on met un peu plus de pression, ils mettront leurs revendications en veilleuse pour toujours ».
* « Les kabyles sont violents, méchants, terroristes et casseurs », accuse la demi portion de président.
* « Nous protestons vigoureusement », s’écrient les élites kabyles. « Nous sommes des pacifistes. Nous sommes des légalistes. Y a jamais eu de terroristes ni parmi nous, ni parmi nos honorables concitoyens d’ailleurs. On ne sait pas qui tue, mais c’est les services qui tuent. Pour la casse, c’est juste parce que nous, les élites, on était pas là. On était pris dans un embouteillage et on n’a pas eu le temps d’intervenir. De toute façon, nous présentons toutes nos excuses ».
* « C’est bien ce que je me disais », marmonne la demi portion de président, « ce sont que des nains et des chats miauleurs ».
* « Les kabyles sont de dangereux séparatistes, qui veulent diviser la patrie, le peuple et la rente », déclare solennellement un écrivain aux écrits vains.
* « Y a erreur ! » Répondent les élites kabyles. « Nous ne lâcherons pas un centimètre carré de notre chère patrie arabo-musulmane. Nous voulons juste décentraliser un coup, histoire de gérer nous même nos dividendes locaux et papoter un peu dans VOS tribunaux en tamazight. Dailleurs, nous réclamons cette régionalisation-refondation bienfaitrice pour toute l’Algérie, notre beau pays plein de soleil et d’amour, plein de richesses et d’hommes de valeur. »
* « Tiens, ils ont oublié leur litanie sur tamazight », s’étonne l’écrivain public arabophone. « Pour la décentralisation, ils auront que dalle, mais laissons les rêver ».
* « Les autonomistes sont les fossoyeurs de la fière Algérie héroique unie et indivisible », assène la classe politique pourrie.
* « N’écoutez pas ces énergumènes, conseillent les élites kabyles. Ils ne représentent que leurs personnes. Y a pas de danger de ce coté, mais si vous êtes quand même inquiets, on pourrait leur administrer une bastonnade, histoire de freiner leur ardeurs. Nous nous en occupons, et surtout, n’intervenez pas vous mêmes ».
* « Pas la peine de discourir autant », réplique la classe politique ripoux, « vous nous avez appris ce que nous voulions savoir, fermez-la maintenant ».
* « Oui Missiou, naâm sidi », rassurent les élites kabyles en faisant des courbettes.
Dites moi mes amis, qui donc prendra au sérieux, en ce monde qui n’écoute que les gens décidés et efficaces , les revendications des kabyles ?
L’histoire s’arrêtera-t-elle avec le MAK ? y-aura-t-il quelqu’un enfin pour répondre « ccah ! » à l’arabo-islamisme et le contrarier ?
Ariless



mystic2
Recrue pour la Paix
Recrue pour la Paix
Messages : 11
Enregistré le : mar. 31 juil. 2007 08:00
Gender : None specified
Status : Hors ligne

Message non lupar mystic2 » mer. 1 août 2007 13:58

le plus important est qu'il soit musulman, l'islam ne tient pas compte des origines ni de la couleur de peau des Hommes



vanityFair
Sergent Virtuel
Sergent Virtuel
Messages : 545
Enregistré le : sam. 7 oct. 2006 08:00
Gender : None specified
Status : Hors ligne

Message non lupar vanityFair » mer. 1 août 2007 23:25

Il a d'autres critères, en theories (parcequ'en pratique...), ce qui n'en fait pas un systeme plus sympa ou meilleur.



xenonphile
Recrue pour la Paix
Recrue pour la Paix
Messages : 27
Enregistré le : lun. 15 sept. 2008 05:12
Gender : None specified
Status : Hors ligne

Re: qui me dit le vrais nom de tarik ibn ziad

Message non lupar xenonphile » dim. 21 sept. 2008 19:41

Tariq Ibn Ziad est un amazigh, c'est une certitude. Le problème c'est l'allocution qu'on lui attribue n'est pas de lui puisque Tariq ne savait ni lire ni écrire l'arabe.





Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 14 invités