Daesh / Etat islamique

Actualités dans le monde, Débats politiques et économiques intérieurs et internationaux - Opposition - Partis politiques - Leaders politique - Pouvoirs économiques.
Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20339
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Daesh / Etat islamique

Message non lupar yacoub » jeu. 28 juil. 2016 12:16

Dernier message de la page précédente :

DAESH en France





Avatar du membre
Innana
Lieutenant Virtuel
Lieutenant Virtuel
Messages : 3377
Enregistré le : mar. 27 août 2013 18:09
Gender : Female
Status : Hors ligne

Re: Daesh / Etat islamique

Message non lupar Innana » ven. 29 juil. 2016 23:37

Excellent...
Je l'ai déjà entendu sur Facebook.

Pourquoi les USA ne font ils pas pression sur leurs amis saoudiens et quataris ???
Sans l'Occident, ils ne sont rien.
Ils ont le pétrole et pas d'idée.
Ils ont aussi La Mecque.
Mane financière ou les saoudiens etranglent leurs correligionnaires.


"La liberté, c'est la liberté de dire que 2 et 2 font 4. Lorsque cela est accordé, le reste suit." George Orwell, 1984

DOM JUAN: Je crois que deux et deux sont quatre, Sganarelle, et que quatre et quatre sont huit.
TARTUFFE :Couvrez ce sein que je ne saurais voir:
Par de pareils objets les âmes sont blessées,
Et cela fait venir de coupables pensées.
DORINE:Vous êtes donc bien tendre à la tentation,
Et la chair sur vos sens fait grande impression!
Certes je ne sais pas quelle chaleur vous monte:
Mais à convoiter, moi, je ne suis pas si prompte,
Et je vous verrais nu du haut jusques en bas
Toujours Molière ! :

Avatar du membre
Maried
Colonel Virtuel
Colonel Virtuel
Messages : 5860
Enregistré le : mer. 2 sept. 2009 15:19
Gender : Female
Status : Hors ligne

Re: Daesh / Etat islamique

Message non lupar Maried » sam. 30 juil. 2016 16:18

Les USA soutiennent l'Arabie Saoudite

"Lettre ouverte aux candidats au Djihad"

par Zineb El Rhazoui in Le Figaro du 25 juillet 2016.

Avant ton grand départ, je voulais t’écrire comme on jette une bouteille à la mer, car je sais que tu ne lis pas. Je ne te connais pas, mais je sais beaucoup de choses sur toi. Je sais par exemple que tu n’es pas allé t’attabler ce matin avec ton Figaro Magazine sous le bras pour prendre ton café et saluer ceux de ton quartier. Tu me liras probablement en tapant djihad sur ton clavier, car c’est ainsi que tu procèdes. Ton moteur de recherche te proposera peut-être ma lettre parmi la longue liste de sites qui t’ont appris que le crime de masse était ton identité, que pour aimer ton Dieu, il fallait haïr les hommes.

Ton identité supposée, celle que tu penses avoir perdue et qui t’a fait entreprendre cette quête, c’est aussi la mienne. Lorsque nous étions enfants, puisque nous avons le même âge, je m’étonnais que tu m’appelles «cousine» quand je venais du bled pour passer mes vacances en France. Je trouvais alors que tu avais beaucoup de chance de vivre ici. Tu avais des droits que je n’avais pas, tu allais à l’école républicaine pendant que je vomissais les cours de religion obligatoires. Tu faisais du sport, alors que le terrain de handball de mon collège était un vaste champ de boue, et que la moitié de mes camarades de classe avaient renoncé aux cours d’éducation physique parce qu’ils ne possédaient qu’une paire de sandales en plastique. Toi, tu venais frimer en été avec tes baskets dernier cri, tu te soignais gratuitement dans des hôpitaux équipés, alors que seuls les plus nantis parmi nous pouvaient se payer des médicaments. Aujourd’hui, tu prônes la médecine mahométane dans des conférences en France, pays de l’hôpital public, tu conseilles de se soigner au Coran, au miel et à l’urine de chameau. Demande à tes cousins du bled, ils ont déjà essayé, ça ne marche pas.

Pourtant, tu te sentais exclu. Tu disais que tu n’avais pas eu les mêmes chances que les autres, et tu as oublié que nous, ceux du bled, n’avions jamais eu les mêmes chances que toi. Tu nous as donné beaucoup d’espérance, lorsque enfants, nous t’avons vu t’élever contre le racisme, revendiquer ton droit à l’égalité et à l’intégration. L’antiracisme est devenu un étendard d’espoir, nous avions alors cru à des lendemains républicains meilleurs, à une France qui serait enfin fière de sa diversité. Certains de tes «cousins» ont saisi l’air du temps, ils sont devenus fonctionnaires, enseignants, ministres, avocats ou policiers.

Lorsque tu as sombré dans la petite criminalité, ils t’ont trouvé des excuses pour mieux s’attirer le vote de tes pères. Pas moi.

Et toi, regarde-toi. Tu as fait de l’antiracisme non pas un combat pour l’universalité des droits, pour gommer les différences entre les citoyens d’un même pays, mais une petite lutte pour faire valoir ta portion congrue. A ta décharge, je reconnais que tu n’y serais jamais arrivé sans l’aide de certains politiques, pour qui l’antiracisme n’était qu’un slogan électoral. Ils ont fait de toi leur chasse gardée, leur fonds de commerce. Ils t’ont expliqué que toi, né en France, tu étais différent et que tu le serais toujours, car c’est ainsi qu’ils te voient, pas moi. Moi qui fus ta cousine, je sais que tu n’es pas exclu ipso facto, mais que tu te complais dans cette posture pour mieux haïr. Ils t’ont appris que ce n’était pas la peine d’apprendre à l’école, car tu ne trouverais jamais de travail. Pendant ce temps, chaque jour, de nouveaux arrivants en France s’élevaient par le savoir. Ils t’ont ôté toute notion de mérite en te consacrant des quotas, convaincus que c’était le seul moyen pour toi d’intégrer les grandes écoles. Lorsque tu as sombré dans la petite criminalité, ils t’ont trouvé des excuses pour mieux s’attirer le vote de tes pères. Pas moi. Car je sais que si tous les hommes sont égaux en droits, ils le sont aussi en devoirs. Les politiques de ce pays t’ont expliqué que ta religion prônait la paix et l’amour, alors que ton imam t’expliquait qu’il fallait battre ta femme. Que dis-je? Tes femmes! Lorsque tu as arboré un accoutrement afghan pour revendiquer ton identité de Nord-Africain, ces mêmes politiques t’ont expliqué que tu avais le droit de te ridiculiser dans l’espace public, car il s’agissait de ta «culture». Moi, je sais que ce n’est pas l’habit qui fait l’Arabo-Berbère, l’Amazigh, qui dans la langue de Jugurtha, veut dire l’homme libre.

Tes droits, tu les as toujours obtenus en français, et pourtant, tu hais cette patrie.
Sais-tu au moins ce que le mot djihad veut dire avant d’y aller? Toi qui baragouines l’arabe depuis que tu appliques à la lettre la foi de Mahomet? Je gagerais que non. Ton arabe, celui que j’ai tété du sein de ma mère, ce dialecte que parlent tes parents et que tu n’as jamais appris, ne connaît pas ce mot. Tu n’as jamais eu à défendre tes droits en arabe. Tu n’as jamais eu à répondre à ton agresseur parce que tu es une femme, tu n’as pas eu à corrompre un fonctionnaire pour te délivrer ton acte de naissance, ni à expliquer à un policier ce que tu fais avec ta petite amie, ni à chanter les louanges d’un dictateur, ni à supplier à l’entrée d’un dispensaire pour que l’on daigne te soigner. Tes droits, tu les as toujours obtenus en français, et pourtant, tu hais cette patrie. Djihad veut dire effort, mais quel effort as-tu déjà fait avant de te résoudre à faire celui de la guerre? Ton islam à toi, celui que tu penses être ton identité retrouvée, n’est qu’une maladie mentale, une nécrose de la raison, une défaite de ton humanité. Lorsque tu cesseras de te faire passer pour une victime alors que tu es ton propre persécuteur, lorsque tu accepteras d’être enfin ton seul maître, et non le mercenaire et l’esclave d’une idéologie qui te méprise tout autant que ces politiques qui ont fait de toi le parent pauvre de la République, je pourrais te dire, moi ta lointaine «cousine» du bled, comment faire pour t’intégrer en France tout en retrouvant enfin ton identité. Pour l’y avoir étudiée, je pourrai te démontrer que ta langue, l’arabe, est remarquablement enseignée dans notre pays. Je t’apprendrai que Paris est la capitale de la culture arabe, celle qui n’a pas droit de cité sous les cieux de nos dictatures. Je t’emmènerai voir des spectacles d’artistes arabes qui ne peuvent plus se produire dans leur pays à cause de tes idéologues. Je te montrerai que la France est aussi la Mecque de ceux parmi nous qui défendent les droits humains dans des pays qui les violent allègrement. Si tu es encore parmi nous, tu verras qu’il est possible de renouer avec ton identité perdue, tout en étant plus français que jamais.


"Qui n'empêche pas le mal le favorise"
Cicéron
_________________________________________________
ImageImageImage
ImageImage


Avatar du membre
omar
Sergent Virtuel
Sergent Virtuel
Messages : 504
Enregistré le : mar. 4 mars 2014 12:02
Gender : Male
Status : Hors ligne

Re: Daesh / Etat islamique

Message non lupar omar » sam. 30 juil. 2016 21:13

Les djihadistes ne doivent pas pouvoir entrer en France, qu'ils retournent chez eux


«L'Occident n'oppose aucune idéologie à l'islamisme, sinon celle de l'argent»

Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20339
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Daesh / Etat islamique

Message non lupar yacoub » lun. 1 août 2016 11:35

L’État islamique, abrégé en EI (arabe : الدولة الإسلامية, « ad-dawla al-islāmiyya »), est une organisation terroriste, militaire et politique, d’idéologie salafiste djihadiste, qui a proclamé le 29 juin 2014 l’instauration d’un califat sur les territoires qu’il contrôle, et souvent considéré comme un proto-État à partir de 2015. Son essor est notamment lié aux déstabilisations géopolitiques causées par les guerres en Irak puis en Syrie.

Sa création remonte à 2006, lorsqu’Al-Qaïda en Irak forme avec cinq autres groupes djihadistes le Conseil consultatif des moudjahidines en Irak. Le 13 octobre 2006, le Conseil consultatif proclame l’État islamique d’Irak (en abrégé EII ; en arabe دولة العراق الإسلامية, dawlat al-ʿirāq al-islāmiyya), lequel se considère à partir de cette date comme le véritable État irakien.

En 2012, l’EII commence à s’étendre en Syrie et le 9 avril 2013, il devient l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL) (en arabe الدولة الاسلامية في العراق والشام, ad-dawla al-islāmiyya fi-l-ʿirāq wa-š-šām, littéralement « État islamique en Irak et dans le Cham »), en anglais ISIS (Islamic State of Iraq and Sham), parfois désigné par l’acronyme arabe Daech (en arabe داعش, Dāʿiš [ˈdaːʕiʃ ], en anglais Daesh) utilisé par ses opposants.

Le 29 juin 2014, l’EIIL annonce le rétablissement du califat sous le nom d’État islamique dans les territoires sous son contrôle et Abou Bakr al-Baghdadi se proclame calife, successeur de Mahomet, sous le nom d’Ibrahim. Il entre alors en conflit avec Al-Qaïda et son influence s’étend à une grande part du monde musulman avec l’allégeance de plusieurs groupes djihadistes, les plus importants étant Boko Haram dans le Nord-Est du Nigeria, Ansar Bait al-Maqdis dans le Sinaï égyptien et le Majilis Choura Chabab al-Islam en Libye. À partir de 2015, l’État islamique mène également des attentats en Europe.


<iframe width="640" height="360" src="https://www.youtube.com/embed/bUKkCb1OKh8" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>
https://www.youtube.com/embed/bUKkCb1OKh8
https://www.youtube.com/embed/bUKkCb1OKh8



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20339
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Daesh / Etat islamique

Message non lupar yacoub » lun. 1 août 2016 15:48

«Daech n’a pas d’avenir. Pas plus que la démocrature de Poutine»
Francis Fukuyama Pour l’historien américain, célèbre pour sa thèse sur la «fin de l’histoire», ce sont nos propres peurs qui font le lit du populisme.
Image


«Si nous faisons l’erreur d’envoyer des troupes contre Daech, nous sommes finis. Il attend un affrontement et nous devons le lui refuser.» Immense historien et chercheur contemporain en sciences politiques, l’Américain Francis Fukuyama est le père de la thèse de la «Fin de l’histoire», esquissée par Hegel et Marx: la fameuse «prophétie» des années 90, selon laquelle l’histoire politique de l’humanité toucherait bientôt à une fin rassurante avec la démocratie libérale. Le mur de Berlin venait à peine de tomber. Mais le mythe de la démocratie exportable à tout va est tombé, lui aussi, dans le sillage de la deuxième guerre contre Saddam Hussein. Aujourd’hui, les nouveaux totalitarismes, comme celui de Daech, ou les gouvernements autoritaires prolifèrent. L’ancien élève de Samuel Huntington, détesté de Dahrendorf («La «fin de l’histoire» est son quart d’heure de gloire») n’a pourtant rien perdu de son optimisme: «L’Etat islamique n’a pas d’avenir, pas plus que les démocratures de Poutine et Erdogan.» Et ce partisan repenti de George W. Bush d’ajouter: «Nous ne sommes pas en guerre contre le califat.»

Les attentats sont de plus en plus fréquents. Ne s’agit-il pas d’une guerre?

Non. La vraie menace serait de réagir avec excès. C’est là l’objectif du terrorisme, et surtout de Daech. Ne répétons pas l’échec retentissant de la guerre en Irak en 2003. Les citoyens exigent, à juste titre, un retour rapide à la normale. Mais il n’existe pas de solution, soyons honnêtes. Les petits attentats tragiques qui sont le fait d’individus instables, comme ceux commis récemment, et comme il y en a toujours eu aux Etats-Unis, sont par essence imprévisibles. Protéger tous les citoyens est impossible. Mais en même temps, il est hors de question de priver une partie de la population de ses droits et ses libertés, comme le prônent les courants xénophobes et racistes. C’est cela, et pas le terrorisme, qui saperait les fondements de notre démocratie.

Dans ce cas, comment se défendre de Daech?

Poursuivre les frappes chirurgicales parallèlement aux actions des troupes et des milices locales sur le terrain. Daech a récemment perdu une grande partie du territoire qu’il contrôlait et des villes aussi stratégiques que Falloujah. L’Etat islamique est en sursis; il mourra tôt ou tard. Envoyer nos soldats au Moyen-Orient ne ferait qu’empirer les choses.

Selon certains observateurs, le problème se situe au cœur même de l’islam, religion jamais réformée qui menacerait notre démocratie par la teneur politique de son credo. Partagez-vous ce point de vue?

Non. L’islam modéré n’a rien d’incompatible avec les institutions modernes, et la Malaisie et l’Indonésie en sont des cas d’école. La Turquie est à part, car selon moi, le régime d’Erdogan tient plus de l’autoritarisme que de l’islamisme. Et l’idéologie djihadiste n’a que peu d’adeptes. Certes, elle représente une menace à prendre au sérieux. Mais la principale menace pour la démocratie est ailleurs. Elle est en nous.

C’est-à-dire?

La défiance des citoyens, qui ont succombé par la peur, envers leurs institutions. Voilà ce qui fait le lit des populismes, dont les promesses cachent des mesures qui pourraient s’avérer dramatiques. Par ailleurs, à l’heure actuelle, ce qui fait cruellement défaut à l’Europe, c’est une figure d’autorité.

Par exemple?

Prenons l’Allemagne. Ce pays devrait s’afficher en meneur capable de guider l’Europe sur la voie de la paix et de la prospérité. Mais Angela Merkel s’arrête au consensus dans son pays. Sa prise de position sur la Grèce lors de la crise de l’euro en était emblématique. Et maintenant, la chancelière se répète avec les banques italiennes. Le problème est qu’aucun autre dirigeant européen n’a les épaules assez larges pour incarner cette figure d’autorité. Que ce soit Hollande ou le médiocre Cameron, qui a déjà démissionné, ces chefs d’Etat lamentables n’ont pas fait grand-chose pour l’Europe.

Sans oublier que la crise des migrants est loin d’être résolue, malgré l’accord avec la Turquie. Selon vous, comment l’Europe a-t-elle abordé cette question?

La politique de l’accueil est admirable. Mais aussi dangereuse. Elle peut bouleverser l’équilibre des communautés européennes. Il y a des limites à la capacité d’absorption de ces nouveaux arrivants. Et l’espace Schengen craque aux coutures, comme toute l’institution européenne, d’ailleurs.

C’est d’ailleurs pour cette raison que le Royaume-Uni a voté en faveur du Brexit…

Tout à fait. Mais si l’on prend du recul, le Brexit était surtout une sanction de la mondialisation. La classe ouvrière se sentait bâillonnée. Elle a retrouvé sa voix avec ce référendum.

La mondialisation rencontre une opposition toujours plus grande. Que pensez-vous de cet acharnement contre le libre-échange?

Le problème majeur est le rythme insoutenable des avancées technologiques, qui favorisent le travail au détriment des travailleurs, dont on viole les droits sociaux. Adopter le libre-échange sans réserve tout en supprimant les prestations sociales comme le firent Reagan et ses successeurs, en laissant les travailleurs sans protection, fut une erreur dont nous payons les conséquences aujourd’hui encore. Et c’est même pour cette raison que Trump pourrait bien être élu.

Que pensez-vous de lui?

Il représente une menace pour la démocratie américaine, avec ses anathèmes lancés contre les minorités. Je voterai probablement pour Hillary Clinton, sans conviction, comme bien des électeurs, pour arrêter son adversaire, mais aussi car elle mènera une politique étrangère plus active que celle d’Obama. Mais Trump est parvenu à redéfinir le paysage politique américain. Et, à l’instar du Brexit, il a su séduire les classes ouvrières et les travailleurs les plus pauvres. En matière de politique étrangère, l’isolationnisme qu’il prône fait le jeu de Poutine. Mais ce sont surtout ses velléités protectionnistes qui m’inquiètent. S’il était élu, il pourrait plonger le monde entier dans la dépression économique. Et qui sait où cela pourrait nous mener.

A la «Troisième Guerre mondiale» qu’entrevoit déjà le pape François?

N’exagérons pas. Depuis 1945, le monde s’est relevé de périodes plus chaotiques que maintenant, comme les conflits au Moyen-Orient ou les chocs pétroliers.

Mais le monde ressemble à une poudrière: terrorisme, populisme, conflits sectaires, guerres. On parle parfois d’un «choc des civilisations». Tandis que la «fin de l’histoire» tarde à venir…

Je ne crois pas au choc des civilisations. L’immense majorité de l’islam est pacifique et même la vendetta entre chiites et sunnites a des racines plus idéologiques et stratégiques que culturelles. Je ne peux pas voir l’avenir, mais ni un «Etat islamique» ni les régimes autoritaires comme la Russie ou la Chine ne vont dans le sens de l’histoire. La démocratie, la vraie, finira par les éliminer. Je le répète: j’en suis convaincu.

© «La Repubblica»



Avatar du membre
omar
Sergent Virtuel
Sergent Virtuel
Messages : 504
Enregistré le : mar. 4 mars 2014 12:02
Gender : Male
Status : Hors ligne

Re: Daesh / Etat islamique

Message non lupar omar » lun. 1 août 2016 21:17



«L'Occident n'oppose aucune idéologie à l'islamisme, sinon celle de l'argent»


Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20339
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Daesh / Etat islamique

Message non lupar yacoub » dim. 14 août 2016 16:03

Mais qui a donc créé AL QAEDA et DAESH ?
par François Asselineau (son site)

Une « question bête » qui préoccupe les Français : Mais qui a donc créé « AL QAEDA » et « DAESH » ?

La question sur le « terrorisme islamiste » que ni Hollande, ni Valls, ni Sarkozy, ni Juppé, ni Le Pen, ni Bayrou, ni consorts n’expliquent jamais au peuple français…

La tragique tuerie de Nice a conduit les habituels ténors de la politique française ayant le monopole d’accès aux grands médias (en particulier Hollande, Valls, Sarkozy, Juppé et Mme Le Pen) à prendre des airs martiaux.

C’est à qui s’indignera le plus fort que « les terroristes nous ont déclaré la guerre ».

C’est à qui fera la dernière surenchère dans la privation des libertés publiques et dans l’accroissement drastique de la surveillance des Français.

C’est à qui annoncera le plus vite qu’il faut passer de l’état d’urgence à l’état de siège, qu’il faut augmenter massivement les bombardements en Syrie, qu’il faut traquer toute trace de « radicalisation » à l’école, sur les réseaux sociaux, etc.

Mais, chose étonnante, il ne se trouve aucun responsable, parmi ceux conviés constamment sur les ondes, pour se poser et pour répondre à cette question toute bête qui est la première à venir à l’esprit de tout citoyen normalement constitué : au fait, qui a donc créé le « terrorisme » qui ravage les pays occidentaux, et tout spécialement la France ?

Qui est à l’origine de la création d’Al Qaeda et de Daesh ?

Soudain, les matamores de la « lutte contre le terrorisme » deviennent muets.

Tous les Lagarde, Lemaire, Fillon, Pécresse, Guaino, Leroux, Chatel, Kosciusko-Morizet, Cambadélis, Macron, Montebourg, Philippot, Collard, Cosse, Placé, et autres « lieutenants » sont également frappés de mutisme face à cette « question bête ».

Et les journalistes censés les interroger éludent également cette question !

Raison de plus pour appeler un chat un chat et pour rappeler ici qui est à l’origine de la création d’Al Qaeda et de Daesh, et de cette flambée de terrorisme qui ensanglante la France et d’autres pays occidentaux.

Pour éviter que les chiens de garde habituels (du type BHL, Rudy Reichstadt ou Ornella Guyet alias Marie-Anne Boutolleau) ne taxent l’UPR de « complotisme » ou de « conspirationnisme », je me limiterai à rappeler ci-dessous les déclarations et les analyses de quelques-uns des meilleurs spécialistes de la question, à commencer par certains des plus hauts dirigeants américains.

À la lecture de ce qui suit, on ne peut qu’être frappé par le mutisme complet de tous les responsables politiques français sur la VRAIE origine de ce « terrorisme » qu’ils prétendent combattre.

Hollande, Valls, Sarkozy, Juppé et Mme Le Pen jouent les fiers-à-bras, certains d’entre eux n’hésitant pas à verser dans l’amalgame et à montrer du doigt de façon générale tous les immigrés et tous les musulmans comme source de nos maux.

Mais ils sont en réalité terrorisés par ceux qui ont créé Al Qaeda et Daesh.

François ASSELINEAU

Site Internet :
http://www.upr.fr
Facebook :
http://www.facebook.com/upr.francoisasselineau
Twitter :
https://twitter.com/#%20!/UPR_Asselineau

———————–

NOTA : Par scrupule intellectuel, je distinguerai néanmoins Jean-Luc Mélenchon des autres car il est, à ma connaissance, le seul des responsables politiques français conviés dans les grands médias à avoir laissé percer – bien timidement cependant – un bout de la vérité. Ce fut le 7 octobre 2015 sur France 2.


Qui a créé AL QAEDA ?


Al Qaeda a été une création américaine, décidée par l’administration Reagan.

Cette information est de notoriété publique et a notamment été confirmée explicitement par Hillary Clinton en personne dans cette vidéo :

Ceci est confirmé entre autres par cet article (Al Qaïda a été établi sous l’autorité du président Reagan le 27 mars 1985 par la Directive de la sécurité nationale n°166.)

De nombreuses analyses corroborent cette information.
Par exemple :

cette analyse du journal le Monde, vraiment peu suspect de faire de « l’anti-américanisme primaire »…. : « Des fonds de la CIA ont servi à financer Al-Qaida ».
cette analyse de Tom Engelhardt, co-fondateur de l’American Empire Project et auteur de « The United States of Fear ».

Le 12 décembre 2012 à Marrakech, Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères affirme que « le Front al-Nosra fait du bon boulot », en Syrie alors qu’il s’agit d’un groupe d’assassins lié à Al Qaeda :


Qui a créé DAESH ?


Donald Trump, candidat officiel du Parti républicain à la prochaine élection présidentielle américaine affirme publiquement que « l’État islamique » (ÉI)– alias Daesh, alias ISIS – est une création d’Obama et d’Hillary Clinton.

Il a notamment déclaré qu’ « Obama et Clinton ont créé l’EI » et qu’« Hillary mériterait d’être en prison ».

Hillary Clinton candidate officielle du Parti démocrate à la prochaine élection présidentielle américaine, semble rejeter, quant à elle, la création de Daesh sur une décision de Barack Obama.

De nombreuses autres sources assurent que Daesh a été créée par les Américains, en relation plus ou moins étroite avec Israël, l’Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie :

On lira par exemple :

cette analyse du groupe Judicial Watch qui publie une sélection de documents, autrefois classifiés, obtenus du Département américain de la Défense et du Département d’État grâce à un procès fédéral.Judicial Watch a révélé notammentun document de la Defense Intelligence Agency (DIA) de 2012 qui reconnaît que « L’Occident a facilité la création d’État islamique afin d’isoler le régime syrien ».
cette analyse du général Wesley Clark, ancien commandant des forces armées de l’OTAN, qui a déclaré à la chaîne de télévision américaine CNN que l’Émirat islamique (Daesh) était une création américano-israélienne pour vaincre le Hezbollah.
ces informations qui font état d’une aide américaine à Daesh, sous forme d’hélicoptères Apaches chez les djihadistes.
cette analyse de Gregory R. Copley, analyste stratégique et éditeur de la revue Defense & Foreign Affairs, qui explique que Daesh ne peut survivre qu’avec l’aide de ses alliés : Turquie, Qatar, Arabie Saoudite, États-Unis.
cette analyse de Philippe Hugon, politologue spécialiste de la région. Interrogé il y a 2 ans sur la télévision iranienne, il déclarait que Daesh était « un monstre inventé par les États-Unis », qui allait « créer des vagues de terrorisme non seulement au Moyen-Orient mais aussi en Europe ».




Avatar du membre
omar
Sergent Virtuel
Sergent Virtuel
Messages : 504
Enregistré le : mar. 4 mars 2014 12:02
Gender : Male
Status : Hors ligne

Re: Daesh / Etat islamique

Message non lupar omar » dim. 11 sept. 2016 21:30

Hollande parle du terrorisme islamiste

https://youtu.be/xsEcD0jVmdA

https://youtu.be/xsEcD0jVmdA


«L'Occident n'oppose aucune idéologie à l'islamisme, sinon celle de l'argent»

Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20339
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Daesh / Etat islamique

Message non lupar yacoub » lun. 12 sept. 2016 12:15

Rachid Kassim, le djihadiste qui téléguide les attentats en France

Le Roannais de 29 ans, installé en zone irako-syrienne, était en contact avec le tueur de Magnanville, ceux de Saint-Étienne-du-Rouvray et le commando de femmes démantelé cette semaine. Voici ce que l'on sait de lui.

Son nom est bien connu des services antiterroristes. Il est apparu ces derniers mois au détour de plusieurs affaires. Selon les enquêteurs, il a téléguidé, de manière plus ou moins décisive, les attaques de Magnanville (Yvelines), où Larossi Abballa a tué un policier et sa compagne le 13 juin, de Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), où Adel Kermiche et Abdel Malik Petitjean ont tué un prêtre le 26 juillet, ainsi que le commando de femmes démantelé cette semaine.

Originaire de Roanne dans la Loire, Rachid Kassim, 29 ans, vivrait aujourd'hui en zone irako-syrienne, sur le territoire occupé par le groupe État islamique. Dernier fait d'arme connu: il aurait piloté un mineur de quinze ans vraisemblablement prêt à passer à l'acte. Ce dernier a été interpellé samedi dans le XIIe arrondissement de Paris. À en croire une source proche de l'enquête citée par l'AFP, il était en contact avec Kassim. Des liens ont donc également été établis avec Inès Madani, l'une des protagonistes du commando de femmes. Ces jeunes femmes étaient «téléguidées par des individus se trouvant en Syrie» et nouant leurs projets «de manière virtuelle» selon le procureur de Paris François Molins.

D'ailleurs, les modalités de l'attaque à la voiture piégée et au couteau correspondent aux consignes que Rachid Kassim dispense via Internet.

Car l'homme est actif sur les réseaux sociaux, au point d'être considéré par certains comme un membre influent de la «djihadosphère». Il y apparaît à visage découvert sous sa véritable identité, ou alors sous le pseudo Ibn Qassim. Le djihadiste est plus particulièrement présent sur la messagerie chiffrée Telegram, prisée des djihadistes pour sa confidentialité. Il est ainsi l'administrateur d'une chaîne suivie par plus des centaines d'abonnés. Sur celle-ci, sont publiés quotidiennement des messages violents où il incite «les musulmans» à attaquer en France avec une insistance morbide. Il diffuse des listes de cibles potentielles et de scénarios d'attentats.

Derrière la tuerie de Saint-Étienne-du-Rouvray

D'après L'Express, Rachid Kassim était déjà, fin juillet, en lien avec les deux tueurs du père Hamel à Saint-Étienne-du-Rouvray. Il est suspecté par les enquêteurs d'avoir a minima exercé «une influence virtuelle dans le passage à l'acte» des deux jeunes tueurs, souligne l'hebdomadaire. Il serait encore l'auteur de l'enregistrement audio diffusé une semaine après la tuerie sur le compte Telegram de l'un des tueurs, Adel Kermiche. Il y félicite chaleureusement ses «frères» pour l'opération. Un peu plus tôt dans le mois, il est apparu dans une vidéo où il louait l'action du tueur de Nice, Mohamed Lahouaiej Bouhlel. «Telle est la rétribution du peuple criminel qu'est le peuple français», ajoutait-il, assassinant ensuite de ses mains un prisonnier syrien.

Le tueur de Magnanville faisait également partie de son groupe Telegram, et «Kassim a eu une véritable influence dans cette affaire», a indiqué à l'AFP une source proche de l'enquête.

Rachid Kassim, père de trois enfants, a quitté la France en 2012. Prétextant un déménagement en Égypte, il réapparaît finalement en Syrie. Selon Le Progrès, c'est lors d'un voyage en Algérie pendant l'été 2011 que cet animateur social se serait radicalisé. À Roanne, il était chargé d'accompagner les enfants d'un centre social à la cantine «À l'époque, des frères se sont mobilisés dès qu'ils ont senti une dérive dans ses paroles. Ils l'ont emmené à des séminaires. Il a prétendu qu'il était repenti et avait compris ses erreurs», confiait en août un membre d'une association locale interrogé par L'Express. Fin 2015, sous le nom de «Nicole Ambrosia», il avait créé une page Facebook faisant l'apologie du djihad auprès d'une quarantaine de lycéens de sa région d'origine.

Le Figaro



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20339
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Daesh / Etat islamique

Message non lupar yacoub » jeu. 15 sept. 2016 13:03

Quand Microsoft traduit "Daech" en... "Arabie saoudite"
Image
Un combattant du groupe État islamique tenant un drapeau de l'organisation jihadiste. Photo d'archives Reuters
Sur le net

Le géant de l'informatique s'excuse pour l'erreur commise par son service de traduction Bing.

Le service de traduction Bing, appartenant au géant de l'informatique Microsoft, n'avait pas la cote en Arabie saoudite, mardi. Et pour cause, il proposait "Arabie saoudite" comme traduction du mot "Daech" (ancien acronyme arabe du groupe État islamique).

Cette suggestion proposée par Bing a été vite repérée par de nombreux internautes saoudiens en colère. Plusieurs d'entre eux ont exprimé sur les réseaux sociaux leur mécontentement contre le service de traduction et Microsoft.

"Nous faisons face à quelques problèmes techniques. Rafraîchissez la page ou réessayez plus tard", peut-on lire sur ce message du service de traduction Bing, le 30 août, lorsqu'on saisit le mot "Daech" en arabe, et que l'on souhaite obtenir sa traduction en français ou en anglais. Capture d'écran de microsfottranslator.com

La traduction du mot "Daech" de l'arabe vers le français ou l'anglais n'était plus disponible mardi après-midi.


"Honte à vous Bing", peut-on lire sur le tweet d'un utilisateur.

"Le peuple saoudien dit d'une voix : Bing a été boycotté", peut-on lire sur le message d'un autre internaute.


Le Guardian rapporte que le vice-président de Microsoft en Arabie saoudite, Mamdouh Najjar, a présenté ses excuses suite à la polémique :

"Je m'excuse personnellement, en tant qu'employé de la compagnie (Microsoft), auprès du peuple saoudien honorable et de l'Arabie saoudite qui nous est très chère, pour cette erreur non-intentionnelle", a écrit M. Najjar sur sa page Twitter personnelle.


Le responsable de Microsoft explique au Huffington Post que l'erreur est lié au fait que Bing procède à partir de traductions disponibles sur la toile. Ainsi, si près d'un millier de personnes proposent une traduction, cette proposition est prise en compte par Bing. Pour la supprimer, il faudra une intervention manuelle du service de traduction.



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20339
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Daesh / Etat islamique

Message non lupar yacoub » dim. 25 sept. 2016 11:47

Mohamed MONTEBOURG

Montebourg a du sang arabe dans les veines.

Sur le site » oumma.com « , (chercher « oumma montebourg » sur Google) très fréquenté par les Musulmans de France (très « instructif » aussi),
> Arnaud MONTEBOURG, Ministre de la République, évoque ses origines « métissées », et se glorifie auprès des internautes habitués de ce site, d’avoir eu un Grand-Père algérien, qui, après avoir Combattu dans les rangs de l’Armée française, a combattu la FRANCE dans les rangs du FLN.
> Et pour en rajouter une couche, il récuse l’étiquette de « PIED NOIR » qui, à ses yeux, est infamante, puisqu’il considère la « colonisation » comme une tache sombre sur notre Histoire.
> Sur le site cité en introduction, un correctif doit être apporté à sa relation de ce que furent les relations de sa famille avec la FRANCE.
> Car Arnaud MONTEBOURG ment par omission en ne citant que son Grand-Père. Arnaud MONTEBOURG est le fils de Michel MONTEBOURG, né en 1933 dans la région d’AUTUN, fonctionnaire des impôts, et de Leïla OULD CADI, universitaire, née à ORAN en 1939, professeur d’espagnol et essayiste issue, par son père, Khermiche OULD CADI, d’une famille de walis d’Algérie et d’une mère normande.> >
> Son aïeul Ahmed OULD CADI, Agha de Frendah (ORAN), qui combattit aux côtés de l’armée française lors de la conquête de l’Algérie, fut fait Chevalier de la Légion d’Honneur en 1842, officier en 1852, commandeur en 1860, puis grand officier dans cet ordre en 1867″ , ( cf.Wikipedia )> >
> Arnaud MONTEBOURG aurait donc dû préciser, dans cet entretien, pour être clair, que son aïeul n’était pas un simple fellah, mais était Ahmed OULD CADI, l’Agha de Frendah, un puissant et très riche seigneur rallié à la FRANCE.
> Il aurait pu préciser que, si son aïeul s’est rangé aux côtés de la FRANCE, c’était pour défendre les populations placées sous son autorité, contre d’incessantes et meurtrières razzias. Car c’était aussi cela l’Algérie, avant la « pacification » française : des luttes incessantes entre tribus rivales, et des « rezzous » meurtriers, des enlèvements de femmes et d’enfants, des pillages destructeurs.> >
Et pour être honnête jusqu’au bout, MONTEBOURG (qui aurait semble-t-il aimé s’appeler MONTAUDOUAR) aurait pu préciser que pour remercier les médecins français d’avoir éradiqué une épidémie ravageuse chez ses « sujets », son aïeul a offert à la FRANCE plusieurs milliers d’hectares sur lesquels a été construite la ville de LOURMEL.
> Car, n’en déplaise à ceux, nombreux, qui tentent de réécrire l’Histoire, si la colonisation de l’Algérie a fait couler, hélas, beaucoup de sang, par contre la pacification de ce beau pays n’a pu se réaliser que grâce au ralliement à la FRANCE de nombreux notables algériens, dont l’ancêtre de MONTEBOURG faisait partie, ce dont il ne devrait pas rougir de honte.
> De même que les plus de cent ans de vie commune et de destin partagés entre la FRANCE et l’Algérie n’auraient jamais été possibles sans les liens qui, au fil du temps, s’étaient tissés entre Algériens et Pieds Noirs, unis par un même amour de ce pays.
> Arnaud MONTEBOURG peut toujours aujourd’hui s’offusquer qu’on puisse le prendre pour un Pied-Noir. Si, dans cette interview accordé à » oumma.com « ,il déclare fièrement que son grand-père était du côté du FLN et a combattu pour la décolonisation,il ne peut donc nier, sans mentir, que son aïeul, l’Agha de Frenda, a été un ACTEUR MAJEUR DE LA COLONISATION

Monsieur « MENTEURBOURG « , les Pied Noirs ( et fiers de l’être ), qui connaissent leur Histoire, ne pouvaient vous laisser leurrer des lecteurs qui ignorent beaucoup de notre Histoire commune, en leur assénant des demi-vérités sur les origines dont vous vous flattez

Ce n’est pas beau de mentir par omission et encore moins de se flatter d’avoir un aïeul qui a combattu la France au côté du FLN et s’en flatter sans vergogne. Pour UN ANCIEN ministre (socialiste) de la France, c’est plus que honteux, c’est scandaleux.



Avatar du membre
Proust
Major Virtuel
Major Virtuel
Messages : 2067
Enregistré le : lun. 2 juil. 2012 14:06
Gender : Male
Status : Hors ligne

Re: Daesh / Etat islamique

Message non lupar Proust » mer. 26 oct. 2016 14:20



Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n'est pas victime ! Il est complice.
George Orwell.



Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 6 invités