Michel Onfray veut financer l'Islam sur argent public !

Actualités dans le monde, Débats politiques et économiques intérieurs et internationaux - Opposition - Partis politiques - Leaders politique - Pouvoirs économiques.


Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20337
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Michel Onfray veut financer l'Islam sur argent public !

Message non lupar yacoub » jeu. 24 mars 2016 16:35

Michel Onfray est devenu fou ou il est amoureux d'une mahométane ou d'un mahométan. Le mahométisme n'a pas sa place dans un pays civilisé. Il doit être considéré comme une secte dangereuse. La lecture du Saint Coran doit être interdite aux mineurs.



Avatar du membre
yaoull
Soldat Virtuel 1ere
Soldat Virtuel 1ere
Messages : 75
Enregistré le : mer. 17 févr. 2016 16:35
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Michel Onfray veut financer l'Islam sur argent public !

Message non lupar yaoull » jeu. 24 mars 2016 18:08

Rien d'étonnant vue la malhonnêteté habituelle de cet homme. Ces mecs sont les premier responsables, et bien sur personne pour les couper (vous avez lu le coran? oui.. biensur !.... ET BIEN ON VA VÉRIFIER CA !!)

Donc comme d'hab on nous sert les 2 même versets, preuve de la rareté ambiante... et on se fout bien de remettre le verset dans son contexte : citation d'Onfray :
"sourate qui NOUS dit: (...)si tu tue un homme tu tue toute l'humanité, si tu sauve un homme tu sauves toute l'humanité (...)"

Prenons le texte entier maintenant :

Sourate5.32
32. C'est pourquoi Nous avons prescrit pour les Enfants d'Israël que quiconque tuerait une personne non coupable d'un meurtre ou d'une corruption sur la terre, c'est comme s'il avait tué tous les hommes. Et quiconque lui fait don de la vie, c'est comme s'il faisait don de la vie à tous les hommes. En effet Nos messagers sont venus à eux avec les preuves. Et puis voilà, qu'en dépit de cela, beaucoup d'entre eux se mettent à commettre des excès sur la terre.


1) la citation ne s'applique pas aux musulmans... La maxime est montré comme adressée à Israël.
2) le coran annulant les textes précédents, rien n'indique que le principe est d'actualité
3) le verset suivant élimine toute ambiguïté : le muslim quand à lui est invité à tuer les juifs infidèles à la maxime:

33. La récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et Son messager, et qui s'efforcent de semer la corruption sur la terre, c'est qu'ils soient tués, ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou qu'ils soient expulsés du pays. Ce sera pour eux l'ignominie ici-bas; et dans l'au-delà, il y aura pour eux un énorme châtiment.

4) Le commentaire du Coran d'Ibn Kathir précise ce qu'il faut entendre par “mener la guerre contre Allah et ses messagers”. Sous ce lien est écrit : "Mener la guerre comme mentionné ici signifie contredire et contrecarrer, et implique : incrédulité, blocage des routes et répandre la terreur". Ça comprend entre autre s’opposer à l’Islam.

Moralité, la sourate 5.32 utilisée pour s'indigner des attentats et la même utilisé pour justifier les meurtres des dessinateurs de CharlieHebdo... Tout dépend si on étudie sa religion où si on cherche des punchlines pour ne pas à voir à le faire et risquer de tout remettre en question.




Et c'est la même chose "nulle contrainte en religion" .. qui non seulement se fait abroger par moulte verset (à commencer par la dhimmitude) mais n'a pas du tout le sens que lui prête l'entendement occidentaux.

Comme l'illustre ce conte musulman sur la miséricorde et l'ingéniosité :
https://www.youtube.com/watch?v=a9vY0GK8YcU


Image

Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20337
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Michel Onfray veut financer l'Islam sur argent public !

Message non lupar yacoub » ven. 25 mars 2016 12:37

http://www.bvoltaire.fr/pierredelacoste ... eux,246858
Michel Onfray, le prêt-à-penser religieux

Onfray est piégé.
Pierre de La Coste
Essayiste, cadre du secteur du numérique


Depuis trente ans, Michel Onfray est le philosophe officiel du matérialisme, symptôme plus que cause efficiente de la déchristianisation de la France par ses élites. En 2005, il écrivait dans son Traité d’athéologie : « Les trois monothéismes, animés par une même pulsion de mort généalogique, partagent une série de mépris identiques : haine de la raison et de l’intelligence ; haine de la liberté ; haine de tous les livres au nom d’un seul ; haine de la vie ; haine de la sexualité, des femmes et du plaisir… »

Depuis quelques années, néanmoins – actualité oblige -, Michel Onfray se sent obligé d’insister sur la « pulsion de mort généalogique » de l’islam, nettement plus visible dans les médias que celle du christianisme. Ses prises de bec sur les plateaux télévisés, ses propos acerbes sur le Coran (qu’il a lu, contrairement à Alain Juppé) lui ont valu de solides inimitiés au sein d’une gauche française qui reste majoritairement islamophile.

Le psychodrame a été tel qu’il a voulu y répondre par une vraie-fausse grève médiatique, que plus personne ne comprend aujourd’hui, puisqu’elle a consisté à abandonner la France pour la publication de son livre Penser l’islam, finalement publié, avec quelques mois d’un suspense insupportable, par Grasset.

L’essentiel de ce livre est un long entretien avec une journaliste visiblement musulmane, ce qui est censé lui apporter une caution d’objectivité. Onfray y rappelle, de manière assez scolaire, tous les versets violents et misogynes du Coran. Ils sont déjà disponibles sur de nombreux sites Internet spécialisés. Est-ce cela que l’on attend d’un philosophe ?

Sans doute plus intéressante est la description des déchirures internes à la gauche sur le sujet de l’islam. Onfray a subi les anathèmes et les procès staliniens qu’il a l’air de découvrir.

Mais Onfray est piégé. Tout ce qu’il dit contre l’islam doit obligatoirement se retrouver dans les deux autres monothéismes, s’il veut rester fidèle à la stricte symétrie qu’il édicte dans le Traité d’athéologie cité plus haut. Il n’a pas le choix : il y a un islam pacifique et un islam violent, donc il y a un christianisme pacifique et un violent. Il y a une lecture modérée du Coran et une lecture extrémiste du même livre, donc il doit en être de même pour les Évangiles. Le résultat est stupéfiant. Le christianisme permet, certes, dit-il, la charité, la paix, l’amour…

« … ou permet l’inverse, si l’on se réclame du Jésus qui chasse les marchands du temple avec un fouet (le moment qu’Hitler préférait dans les Évangiles) ou qui dit “Je ne suis pas venu apporter la paix mais le glaive”, un glaive qui deviendra le symbole de saint Paul, avec lequel le christianisme officiel a construit son idéologie plus qu’avec le Jésus de paix, de tolérance et d’amour, qui n’aurait jamais, lui, jamais rendu possibles les croisades, l’Inquisition, l’Index, la colonisation et le génocide des peuples d’Amérique ».

La seule violence physique du Christ – quelques coups de corde – pour équilibrer tous les crimes de Mahomet ; Hitler à la rescousse dans une citation fielleuse et sans références, alors que le dictateur a toujours manifesté sa préférence pour l’islam ; le glaive, évoquant les martyres des premiers chrétiens, dont celui de saint Paul lui-même, équilibrant le « verset du sabre » qui appelle au massacre des mécréants dans le Coran ; les croisades, dont on oublie de dire qu’elles sont une reconquête et non une conquête du tombeau du Christ sur l’islam ; la colonisation et les génocides occidentaux jetés sans explication pour faire pendant aux conquêtes sanglantes d’immenses empires par Mahomet et les califes, ses successeurs…

À la consigne discréditée du « surtout pas d’amalgame », Onfray voudrait substituer la philosophie du « faites des amalgames, mais entre les religions ».




Avatar du membre
yaoull
Soldat Virtuel 1ere
Soldat Virtuel 1ere
Messages : 75
Enregistré le : mer. 17 févr. 2016 16:35
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Michel Onfray veut financer l'Islam sur argent public !

Message non lupar yaoull » dim. 27 mars 2016 01:29

yacoub a écrit :“Je ne suis pas venu apporter la paix mais le glaive”, un glaive qui deviendra le symbole de saint Paul, avec lequel le christianisme officiel a construit son idéologie plus qu’avec le Jésus de paix, de tolérance et d’amour, qui n’aurait jamais, lui, jamais rendu possibles les croisades, l’Inquisition, l’Index, la colonisation et le génocide des peuples d’Amérique ».
lolololololol..... Paul aurait donc construit l'idéologie christique avec le glaive (avec quelle armée, quelle diffamation lorsqu'on connait réellement le personnage!)... C'est pas comme s'il est l'auteur d'une dizaine d'épitres dont les dogmes se résument à exhorter inlassablement l'amour, le service et l'espérance aux premières églises en proie aux persécutions, aux divisions et à la religiosité... aux premières églises donc qui perduront 300ans avant que le mouvement populaire et expansif du christianisme soit phagocyté par la politique via Constantin. à partir de là oui, en effet il y aura le glaive "hors-codex".

Mais jamais avant. Et durant ces 300 ans (c'est pas rien pour une secte apolitique, aterritorial, non-marchande, dont les leadeurs sont tués tour à tour) le seul glaive qui était appliqué c'est celui dont parle Jésus dans cette citation à remettre dans son contexte limpide : je suis venu vous amener la persécution et non le confort, car en me suivant vous serez mis à mort par des membres de votre propre famille.


La malhonnêteté de cet homme me tue.
merci pour l'article, hélas la culture de l'histoire des religions en général est complétement dénigrée et reléguée à l'endoctrinement de ce genre de manipulateur d'opinion public..
C'est ainsi que l'islam fait son nid tranquillement pendant que le français moyen se désintéresse totalement de la construction de son voisin de palier en se disant que c'est comme "toute les religions" et que les "religions c'est pas pour lui"... Tout en ignorant complétement que sa civilisation l'a préservé des cultes de Baal, des sacrifices celtiques et autres ignominie fondamentalement sanguinaires qui ont toujours existé et qu'aujourd'hui seul l'islam perpétue dans la plus grand impunité (communisme et capitalisme ont la décence de dissimuler leurs immondices).
L'europe est en crise d'adolescence, préservé des réalités religieuses des culte à d'autres Dieu que celui d'amour, elle claque la porte à son tuteur pour faire face à des gens qui trainent par une corde des humains derrière des voitures, qui enseigne à leur enfants comment égorger ou se faire sauter etcetc....
Voilà le point de rupture ; l'humanisme qui a jarté Jésus et qui considère ne faut pas aimer ses ennemis car elle se persuade qu'il n'y a pas d'ennemi.. L'europe est une fille bourgeoise qui va se faire violer par son insolence... Et tout cela est biblique.

mais tout ça c'est des livres poussièreux n'est-ce pas...?


Image


Avatar du membre
Proust
Major Virtuel
Major Virtuel
Messages : 2067
Enregistré le : lun. 2 juil. 2012 14:06
Gender : Male
Status : Hors ligne

Re: Michel Onfray veut financer l'Islam sur argent public !

Message non lupar Proust » lun. 2 janv. 2017 16:20

Bonne année et bon anniversaire Samira Zemmour


Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n'est pas victime ! Il est complice.
George Orwell.

Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20337
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Michel Onfray veut financer l'Islam sur argent public !

Message non lupar yacoub » jeu. 9 févr. 2017 13:31

Le Grand Oral de Michel Onfray, philosophe et essayiste, auteur de "Décadence" - 11/01
Aujourd'hui, c'est au tour de Michel Onfray, philosophe et essayiste, auteur de "Décadence", de passer le Grand Oral des GG. - Avec : Claire O’Petit, commerçante. Johnny Blanc, fromager. Et Fatima Aït-Bounoua, professeur de Français. - Les Grandes Gueules, du mercredi 11 janvier 2017, présenté par Alain Marschall et Olivier Truchot, sur RMC et en simultané sur Numéro 23.

Rejoignez-nous sur "Michel Onfray Actualités" :
https://www.facebook.com/groups/4816754753/?fref=ts

Abonnez-vous à la Web TV de Michel Onfray et de l'Université Populaire de Caen : https://michelonfray.com/

https://youtu.be/Ch76wajC8hI




Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20337
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Michel Onfray veut financer l'Islam sur argent public !

Message non lupar yacoub » sam. 19 août 2017 14:54

Michel Onfray, Penser l’islam

Michel Onfray, Penser l'islam, avec la collaboration d'Asma Kouar pour l'entretien, Bernard Grasset et Fasquelle, Paris, 2016

Michel Onfray, né le 1er janvier 1959 à Argentan (Orne), est un philosophe et essayiste français qui défend une vision du monde hédoniste, épicurienne et athée. Sa pensée est principalement influencée par des philosophes tels que Nietzsche et Épicure, par l'école cynique, par le matérialisme français et par l'anarchisme proudhonien.

Table des matières :

Penser en post-République - Préface - Introduction : Ni rire ni pleurer mais comprendre - Entretien (avec Asma Kouar) - Conclusion : Pour ne pas conclure

Quatrième de couverture :

"Il est difficile, ces temps-ci, de penser librement et encore plus de penser en athée. Affirmer que les idéaux de la philosophie des Lumières sont toujours d'actualité fait paradoxalement passer pour un réactionnaire, un islamophobe, voire un compagnon de route du Front national assimilé au fascisme. Dans un pays qui clame haut et fort "Je suis Charlie", Voltaire revenu passerait pour un défenseur du fanatisme ! C'est le monde à l'envers."

"Dans ce livre, je me propose de réactiver la pensée des Lumières. Non pas en faveur ou en défaveur, ça n'est pas le propos, mais en philosophe. Je lis le Coran, j'examine les hadiths et croise le tout avec des biographies du Prophète pour montrer qu'il existe dans ce corpus matière au pire et au meilleur : le pire, ce que les minorités agissantes activent par la violence ; le meilleur, ce que les majorités silencieuses pratiquent de manière privée. Comment la République doit-elle considérer ces deux façons d'être musulman ? Y a-t-il des relations et des points de passage entre minorités agissantes et majorités silencieuses, sachant que l'Histoire est souvent faite par les premières, pas par les secondes ?"

Citations :

"L'indéniable retour du religieux a pris la forme de l'islam en Occident. Ce retour est à penser dans l'esprit de Spinoza : hors passion, sans haine et sans vénération, sans mépris et sans aveuglement, sans condamnation préalable et sans amour a priori, juste pour comprendre. Ces pages ne sont rien d'autre qu'une conversation sur ce sujet. J'ai tâché d'inscrire ma réflexion dans l'esprit des Lumières dont la flamme semble vaciller jour après jour." (p.49)

"Ce livre examine également ce qu'il est convenu d'appeler le terrorisme, avec la politique étrangère islamophobe menée par la France derrière l'OTAN depuis 1991. Nous nommons barbarie ce que nous ne voulons pas comprendre. L'islam terroriste a été partiellement crée par l'Occident belliqueux. Les choses ne sont pas aussi simples que ce que, de part et d'autre, on voudrait nous faire croire. D'où la nécessité de se remettre à penser. Sur ce sujet comme sur d'autres."

Notes de lecture :

Il faut commencer par désigner les choses par leur nom. Que cela plaise ou non, les attentats qui ont ensanglanté notre pays depuis le 7 janvier ont été commis au nom de l'islam : le 7 janvier, les terroristes ont bien crié : "Allahou Akbar !" (Allah est grand !) et : "On a vengé le prophète !"

Lorsque Marine Le Pen parle d'un "attentat terroriste commis par des fondamentalistes islamiste", elle fait preuve de "clarté sémantique" ; il serait souhaitable que les autres en fassent autant, notamment la gauche.

La responsabilité de la France est engagée par ceux qui la dirigent dans la mesure où ils s'en prennent à des pays islamiques (Afghanistan, Libye, Mali, califat de l'Etat islamique) ; on ne peut pas prétendre qu'ils nous attaquent alors que nous ne leur avons rien fait. "Tant que la loi du talion primera, il n'y aura ni droit, ni paix. Augmenter les frappes, c'est augmenter le risque terroriste en retour - car nul personne sensée ne niera la liaison." (p.166)

L'expression "notre pays est en guerre est ambiguë : les guerres dans lesquelles les gouvernements français successifs ont engagé la France depuis 1991 (la première guerre du golf) et les attaques terroristes sur le sol français ; la décision de François Hollande d'envoyer un sous-marin en direction de la Syrie après l'attentat du 7 janvier contre les journalistes de Charlie Hebdo est une manoeuvre médiatique sans pertinence stratégique.

"De la guerre de Clausewitz a théorisé les conflits qui relevaient de ce qu'il appelait la grande guerre : celle qui oppose deux Etats, deux nations, deux peuples. Il a également parlé, mais beaucoup moins, de la petite guerre : celle qu'on peut appeler la guérilla." (p.37)

"Ce qui a eu lieu le mercredi 7 janvier illustre parfaitement que notre Etat s'évertue à penser contre vents de guerilla et marées terroristes en termes de grande guerre." (ibidem)

Ce ne sont pas les philosophes (Michel Onfray, Alain Fienkielkraut), les écrivains (Michel Houellebecq) ou les essayistes (Eric Zemour, Renaud Camus) qui sont responsables des attentats, pas plus que le médecin qui vous annonce que vous avez une tumeur.

L'islam n'est pas (uniquement) "une religion de paix et d'amour".

Michel Onfray relève des textes islamiques (sourates du Coran, extraits de la Sîra ou des hadith) qui vont dans le sens de la paix et de la tolérance et d'autres qui vont dans le sens contraire ; le Coran est un texte contradictoire qui contient le meilleur et le pire : "Il y a au moins deux façons d'être musulman suivant qu'on construit son islam sur ces sourates : "Exterminez les incrédules jusqu'au dernier" (VIII.7), ou sur ces propos extraits de la Sîra : "Tout juif qui vous tombe sous la main, tuez-le." (II.58-60), "Tuez les polythéistes partout où vous les trouverez" (XVII.58) ou suivant qu'on s'appuie sur celles-ci : "Pas de contrainte en matière de religion" (II.256) ou encore "Celui qui sauve un seul homme est considéré comme s'il avait sauvé tous les hommes (V.32) (...) Les seconds peuvent en effet dire de l'islam qu'il est une religion de paix, de tolérance et d'amour, mais au détriment des sourates des premiers qui, elles, rendent possible un islam de guerre, d'intolérance et de haine." (p.63)

"Oui ou non, ces sourates se trouvent-elles dans le Coran ? Si oui, que faut-il en faire ? (...) Est-ce être islamophobe que de dire ce qu'on trouve dans le Coran quand on le lit ? (p.83)

Notes :

Une sourate ou surate (en arabe : sūraʰ, سورة, pl. sūwār, سور, « sourate, rangée de pierres, mur » ; en araméen : śirţâ/śûrat : « ligne, écrit ») est une unité du Coran formée d'un ensemble de versets.

La sîra ou sîrah (arabe : سيرة, litt. « biographie »), ou au pluriel siyar (سير), est, dans le contexte de l'islam, la biographie de Mahomet, son dernier prophète.

Un hadith ou hadîth (en arabe : حديث / ḥadīṯ, prononcé : ħadí :θ, pluriel ʾaḥādīṯ أحاديث) est une communication orale du prophète de l'islam Mahomet et, par extension, un recueil qui comprend l'ensemble des traditions relatives aux actes et aux paroles de Mahomet et de ses compagnons, précédées chacune d'une chaîne de transmetteurs remontant jusqu'à Mahomet. Considérées comme des principes de gouvernance personnelle et collective pour les musulmans, on les désigne généralement sous le nom de « la tradition du Prophète ».

Onfray examine les spécificités de l'islam : la primeur de l"oummat" (la communauté musulmane), la dimension politique (la charia) : "Les musulmans ? Ils sont très hétérogènes. De plus, ils sont dispersés, mal représentés et ne parlent pas d'une seule et même voix. La question de la primeur de l'oummat, la communauté musulmane déterritorialisée, sur toute autre communauté est à examiner : la République est-elle possibe quand on relève d'une autre communauté, spirituelle et religieuse ? (...) La meilleure façon de lutter contre l'islamophobie est de construire un islam républicain." (p.72)

Note : L'oummat, ou ummat (arabe : أمّة [ummat], communauté ; nation —- même étymologie que أمّ [umm], mère est la communauté des musulmans, indépendamment de leur nationalité, de leurs liens sanguins et des pouvoirs politiques qui les gouvernent. Le terme est synonyme de ummat islamiyya, « la Nation Islamique » . Elle naît avec l'hégire en 622, quand les premiers fidèles renoncent à l'organisation clanique qui prévaut jusque-là, pour une communauté de foi, et fut définie dans la Constitution de Médine. De l'oumma découle une notion de solidarité entre les musulmans.

"Il n'y a pas d'erreur à dire ce qui se trouve dans le Coran. Et le Coran ne sépare jamais l'islam et la politique, la religion et l'Etat. La charia est d'ailleurs logiquement la loi coranique qui s'impose quand on veut vivre intégralement selon le Coran (p.73)

Il propose de prélever dans les textes fondateurs ce qui va dans le sens de la paix, de la tolérance, du respect. Cette démarche implique, selon lui, une nouvelle approche herméneutique quant à l'historicité des textes (la prise en compte des conditions historiques de leur production) et à leur rapport à la vérité (l'ouverture à l'interprétation et au dialogue). Autrement dit, admettre le fait que la vérité n'a pas été révélée d'un seul coup, à un seul homme, à un seul endroit.

Michel Onfray examine la question cruciale en raison des conséquences psychologiques, éthiques et politiques qui en découlent du statut du Coran : le Coran a-t-il été crée (thèse mutazilite) ou est-il incrée (thèse asharite). Dans la premier cas, "l'histoire et l'usage de la raison sont possibles", dans l'autre ni l'histoire ni la raison ne sont défendables : il faut juste croire (p.112)

Selon Michel Onfray, on doit s'entendre sur les conditions historiques de production du Coran et sur ce qui s'y trouve sans contestation possible et on doit pouvoir lire le Coran avec un oeil d'historien, ainsi que les textes sacrés de toutes les religions comme n'importe quel texte (p.86-87)

Onfray consacre plusieurs pages aux rapports de la gauche à l'islam. "La question des rapports entre la gauche et l'islam s'avère inséparable de la question juive." (p.101)... "Par anticapitalisme et anticolonialisme, la gauche islamophile s'est faite antisémite et antisioniste." (p.109)

"Etrange époque où la gauche islamophile se fait liberticide en défendant tout ce contre quoi la gauche historique a lutté. Une gauche antisémite, misogyne, phallocrate, homophobe, antilaïque, théocratique : qui aurait pu croire un jour que pareille série d'oxymores fût en passe de devenir crédible dans quelques cerveaux malades ? (p.111)

Onfray refuse de souscrire aussi bien au laïcisme qu'à l'islamolâtrie "ces deux religions qui toutes deux ignorent le réel" (p.125), "car d'une part, il existe une communauté musulmane qui, c'est légitime, revendique le droit de pratiquer dignement sa religion. D'autre part, il existe dans l'islam une fraction minoritaire mais active qui, certes, veut en finir avec le capitalisme (encore que...), mais qui veut aussi en finir avec les valeurs de la République : liberté, égalité, fraternité, laïcité, féminisme." (ibidem)

Il propose une révision de la Loi de 1905, qu'il juge inadaptée à la situation actuelle et un "contrat social avec l'islam en France pour qu'il y ait un islam de France" : l'islam de France doit prélever ce qui dans les textes se montre compatible avec les valeurs de la République ; en échange, la République fournirait une formation aux imams, elle les salarierait, elles surveillerait leurs prêches, elle financerait les lieux de prières ("le réel est celui-ci : l'islam en France est financé par des pays qui n'ont aucune raison d'aimer la France.") et assurerait la protection des musulmans. (p.126)





Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 11 invités