Défendre les ex-musulmans

Expériences et témoignages des apostats de l'islam mais aussi des convertis à une autre religion - leur histoire - les problèmes rencontrés dans leur vie de tous les jours - Soutien et aide. Pour les tous "mécréants" qui subissent les attaques des musulmans orthodoxes - Racontez nous votre expérience...
Avatar du membre
islamla
Police Militaire Virtuel
Police Militaire Virtuel
Messages : 283
Enregistré le : sam. 5 nov. 2005 08:00
Localisation : Pays Bas
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Défendre les ex-musulmans

Message non lupar islamla » mar. 14 janv. 2014 16:59

C’est en 2007 qu’a été fondé, en Allemagne, le premier conseil central des ex-musulmans. Il était dirigé par deux femmes : Mina Ahadi, chassée de l’université de Téhéran pour avoir refusé de se voiler et Arzu Toker, née en Turquie, qui vient de publier un essai au titre en forme de proclamation : « Kein Schritt zurück ». Traduction : « pas un pas en arrière ».

Dans les mois qui ont suivi, de telles associations ont été créées dans plusieurs pays d’Europe : le centraal Comité voo Ex-moslims néerlandais, présidée par Ehsan Jami, politicien exclu du parti travailliste pour avoir comparé Mahomet à Hitler, et Afshin Ellian, un brillant universitaire et éditorialiste, qui a fui l’Iran. Aujourd’hui, il existe de tels conseils dans la plupart des pays d’Europe occidentale, en particulier, en Grande-Bretagne et maintenant, en France.

Mais force est de reconnaître que leur présence dans le débat public en Europe est des plus discrètes. D’abord, parce qu’ils ont essuyé des menaces, quand ce ne furent pas des agressions physiques directes : il n’est pas bon de se proclamer ouvertement apostat quand on est né dans l’islam, en Iran, bien sûr, mais même en Grande-Bretagne... ou en France. Martine Gozlan relève que « la plupart des Françaises qui témoignent à la tribune du conseil des ex-musulmans demandent l’anonymat par peur des représailles. » (103) En plein Paris !

L’opprobre tombe sur toute la famille, car comme le dit un jeune homme interviewé par vice.com, « souvenez-vous que les familles viennent en premier et que l’abandon de l’islam est autant un problème pour elles que pour vous ». Plus que la peur d’être persécuté, ce qui dissuade de nombreuses personnes de confesser publiquement la perte de leur foi musulmane, c’est l’argument de la trahison des siens, de sa famille, de sa communauté.

Paradoxalement, comme en témoigne un essayiste britannique d’origine immigrée, Kenan Malik, les autorités politiques, dans de nombreux pays européens, aggravent ce phénomène, par préjugé culturaliste. En tout immigré venu d’un pays dominé par l’islam, ils veulent voir un musulman, l’assignant ainsi à sa supposée « communauté » d’appartenance, comme s’il ne désirait pas être reconnu d’abord comme un individu, comme un citoyen, libre de faire son chemin dans la société d’accueil.

L’institut de sondage Pew Research Center a procédé, l’an dernier, à un sondage sur la question de l’apostasie dans les pays musulmans. A la question : croyez-vous que le fait de quitter l’islam doive justifier la peine de mort, 78 % des Afghans ont répondu : oui, ainsi que 64 % des Egyptiens et des Pakistanais. Les chiffres sont encore de 53 % en Malaisie, et de 36 % au Bengladesh. Et tout récemment, le Conseil des Oulémas du Maroc a recommandé l’application de la peine de mort pour les musulmans tentés de quitter l’islam. Il a fait savoir – je cite – que « les Marocains musulmans ne sont pas concernés par la liberté de conscience, qui ne peut être reconnue qu’aux croyants des autres religions monothéistes ». C’est trop gentil.

Certains témoignages de musulmans qui ont eu l’audace de vouloir se convertir à une autre religion ont subi des persécutions inouïes. Le récit Mohammed Moussaoui, converti au catholicisme sous le nom de Joseph Fadelle, et désormais réfugié en France, « Le prix à payer », en témoigne. Lire aussi « Ma vie à contre-Coran » de Djemila Benhabib, qui raconte comment elle a échappé à la tyrannie islamiste en Algérie ; elle vit désormais au Canada.

Si l’islam veut réussir son entrée dans la modernité, il lui faut reconnaître la pleine liberté de conscience et de parole et cesser de menacer ceux qui le critiquent, de l’intérieur ou de l’extérieur. Mais pour ce faire, il faudra que l’islam se résigne à devenir… une religion et seulement une religion. Aux yeux de certaines autorités, il est bien plus que cela – un système de vie entier, impliquant un droit, une morale, une organisation sociale.

Quant aux démocraties libérales, elles devraient protéger mieux qu’ils ne le font parfois, la liberté de conscience de leurs citoyens, plutôt que de se ranger peureusement derrière les entrepreneurs communautaires qui prétendent parler au nom de personnes qui ne les ont pas démocratiquement désignées. Un pays comme la Grande-Bretagne est en train de découvrir qu’il est tombé dans ce piège.

Défendre les ex-musulmans


Pas de liberté pour les ennemis de la liberté


Avatar du membre
Proust
Major Virtuel
Major Virtuel
Messages : 2067
Enregistré le : lun. 2 juil. 2012 14:06
Gender : Male
Status : Hors ligne

Re: Défendre les ex-musulmans

Message non lupar Proust » mar. 14 janv. 2014 18:14

France Culture semble très très préoccupée par l'islam puisqu'ils ont consacré déjà une émission
être athée dans les pays musulmans. Peut-on aujourd’hui revendiquer librement son athéisme dans les pays musulmans ?


Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n'est pas victime ! Il est complice.
George Orwell.


Avatar du membre
Angelotin
Lieutenant Virtuel
Lieutenant Virtuel
Messages : 3419
Enregistré le : dim. 19 févr. 2012 05:12
Gender : Male
Status : Hors ligne

Re: Défendre les ex-musulmans

Message non lupar Angelotin » mar. 14 janv. 2014 20:30



Ni Dieu, Ni Maitre. Athéisme naturaliste et humaniste. l'auto gestion comme forme politique. L'écologie pour nous sauver. La vie comme une romance gothique!.
"Vous n'avez pas besoin de religion pour justifier l'amour, mais c'est le meilleur outil jamais inventé pour justifier la haine."


Avatar du membre
sara
Mort virtuellement
Mort virtuellement
Messages : 857
Enregistré le : sam. 20 nov. 2010 18:04
Gender : None specified
Status : Hors ligne

Re: Défendre les ex-musulmans

Message non lupar sara » mar. 14 janv. 2014 21:09

Proust a écrit :France Culture semble très très préoccupée par l'islam puisqu'ils ont consacré déjà une émission
être athée dans les pays musulmans. Peut-on aujourd’hui revendiquer librement son athéisme dans les pays musulmans ?

C'est déjà assez risqué de le revendiquer en terres non "musulmanes", alors en pays islamisés...



Avatar du membre
Innana
Lieutenant Virtuel
Lieutenant Virtuel
Messages : 3377
Enregistré le : mar. 27 août 2013 18:09
Gender : Female
Status : Hors ligne

Re: Défendre les ex-musulmans

Message non lupar Innana » mar. 14 janv. 2014 22:21

Les gouvernements des pays occidentaux devraient arrêter de considérer que tout originaire de pays musulmans sont obligatoirement musulmans !
De faire l'amalgame.

Vive les apostats!


"La liberté, c'est la liberté de dire que 2 et 2 font 4. Lorsque cela est accordé, le reste suit." George Orwell, 1984

DOM JUAN: Je crois que deux et deux sont quatre, Sganarelle, et que quatre et quatre sont huit.
TARTUFFE :Couvrez ce sein que je ne saurais voir:
Par de pareils objets les âmes sont blessées,
Et cela fait venir de coupables pensées.
DORINE:Vous êtes donc bien tendre à la tentation,
Et la chair sur vos sens fait grande impression!
Certes je ne sais pas quelle chaleur vous monte:
Mais à convoiter, moi, je ne suis pas si prompte,
Et je vous verrais nu du haut jusques en bas
Toujours Molière ! :

Avatar du membre
Esperance
Recrue pour la Paix
Recrue pour la Paix
Messages : 29
Enregistré le : sam. 14 déc. 2013 03:15
Gender : None specified
Status : Hors ligne

Re: Défendre les ex-musulmans

Message non lupar Esperance » mar. 14 janv. 2014 23:14

C'est fou quand même, je n'ai jamais entendu parler des ces ex-musulmans aux infos en France, c'est honteux!!

ça fait 2 ans que je ne vis plus en France, peut-être que depuis ils en on parlé.

Je vais essayer de pod caster l'émission de France Culture (me manque bcp cette radio..)



Avatar du membre
Maried
Colonel Virtuel
Colonel Virtuel
Messages : 5860
Enregistré le : mer. 2 sept. 2009 15:19
Gender : Female
Status : Hors ligne

Re: Défendre les ex-musulmans

Message non lupar Maried » mer. 15 janv. 2014 10:59

France Culture a consacré deux émissions aux apostats de l'islam mais la télévision rien du tout


"Qui n'empêche pas le mal le favorise"
Cicéron
_________________________________________________
ImageImageImage
ImageImage

Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20127
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Défendre les ex-musulmans

Message non lupar yacoub » sam. 28 mai 2016 18:57

Malaisie: prison avec sursis pour avoir mangé du porc

En 2013, Vivian Lee était présentée à un tribunal de Kuala Lumpur.

Une blogueuse malaisienne a été condamnée à six mois de prison avec sursis pour avoir posté sur Facebook une photo d’elle mangeant du porc.
Une façon bien étrange de fêter le Ramadan… En 2013, la blogueuse malaisienne avait choqué tout le pays en postant sur Facebook une photo d’elle mangeant du porc en guise de vœux pour le Ramadan. Un geste qui avait marqué en Malaisie, un pays à majorité musulmane. Ce vendredi, Vivian Lee a été condamnée à six mois de prison pour ce geste. La jeune femme avait été inculpée peu de temps après avoir publié la photo, en même temps que son compagnon d’alors Alvin Tan, en vertu de la loi sur la sédition. Lui n’était pas présent au tribunal, il est parti vivre aux Etats-Unis

Vivian Lee va faire appel de cette décision, et a été laissée en liberté en attendant. Elle a tout de même dû verser une caution de 20.000 ringgit, soit près de 4.400 euros. Ses avocats avaient entre temps obtenu la réduction de la peine à cinq mois et 22 jours, en ôtant les huit jours passés en détention préventive.

"Six mois, ce n’est pas une peine trop longue"
Free Malaysia Today a compilé quelques commentaires de Malaisiens choqués par la photo de Vivian Lee: «Je pense que six mois, ce n’est pas une peine trop longue, mais en même temps, beaucoup de racistes ne sont pas mis en examen. La loi doit s’appliquer à tous et pas seulement à un petit groupe», a écrit un internaute malaisien sur Facebook.
En 2012, Vivian Lee et Alvin Tan avaient déjà créé une polémique en Malaisie en créant un blog sur leur vie sexuelle, qu’ils agrémentaient de photos érotiques et de vidéos d’eux pendant leurs ébats. Ils avaient refusé de présenter leurs excuses publiques, estimant n’avoir rien fait de mal. C’était une nouvelle façon de tenir tête aux mœurs malaisiennes: dans le pays, la pornographie est illégale.



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20127
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Défendre les ex-musulmans

Message non lupar yacoub » mar. 28 juin 2016 16:00

Toute la rigueur républicaine contre l’islam radical
— 27 juin 2016 à 17:11
Refuser la stratégie de la peur et de l’intimidation, défendre le droit de critiquer les dogmes religieux, mettre en échec les guerres juridiques visant à bâillonner la libre parole, c’est ce que réaffirme le comité de soutien à l’essayiste Djemila Benhabib.

Toute la rigueur républicaine contre l’islam radical

Pierre angulaire de notre démocratie, la liberté d’expression et son corollaire, la liberté de critiquer, sont sérieusement remises en cause au nom d’une vision falsifiée de la lutte contre le racisme, qui assimile la critique de l’islam à une forme de racisme, en la qualifiant d’«islamophobie». Ce positionnement idéologique, qui relève de l’escroquerie sémantique, concourt à imposer l’idée que la liberté d’expression serait subordonnée aux diktats des religions en général et de l’islam en particulier.

A plusieurs reprises ces dernières années, les démocraties ont rappelé que la liberté d’expression était un droit inaliénable. Pourtant, aujourd’hui nombre de penseurs, d’intellectuels, d’écrivains, de journalistes et de militant(e)s féministes et laïques font l’objet de graves persécutions, voire de menaces de mort en raison de leur détermination à user de ce droit. Cette tendance prend une orientation dramatique s’agissant du monde dit musulman où la séparation des pouvoirs politiques, religieux et judiciaires est un enjeu fondamental qui oppose, à l’heure actuelle, des démocrates aux islamistes et aux régimes autoritaires ou dictatoriaux.

C’est le 14 février 1989, avec la publication du roman de Salman Rushdie les Versets sataniques, que l’opposition frontale à la liberté d’expression prend une tournure des plus terrifiantes en se transposant sur la scène européenne. L’ayatollah Khomeiny appelle tous les musulmans à tuer le romancier anglo-indien accusé de blasphème. Désormais, la stratégie des islamistes consiste à éliminer par tous les moyens leurs opposants. C’est dans ce contexte qu’il faut situer la condamnation à mort de Taslima Nasreen (1993), l’assassinat de Theo van Gogh (2004), les tentatives visant le caricaturiste danois Kurt Westergaard (2005), ainsi que la tuerie à Charlie Hebdo le 7 janvier 2015.

La légitimité de la mise à mort des esprits libres est clairement revendiquée par l’islam politique. Leur élimination est programmée et se joue sur plusieurs niveaux. Le terrain juridique en est un et il n’est pas des moindres. Des poursuites judiciaires sont désormais intentées contre des militants laïques et féministes sous de faux prétextes. Cette nouvelle stratégie qui s’apparente à une «guerre juridique», s’est visiblement mise en place, afin de museler quiconque use de sa liberté de parole pour critiquer l’islam radical et tester la résistance des «cibles» et des institutions. En France, le procès des caricatures de Charlie Hebdo en a préfiguré le terrifiant engrenage. Le procès contre la crèche Baby Loup a suivi, avec ses interminables rebondissements judiciaires dont la directrice, Natalia Baleato, est sortie victorieuse, mais au prix d’un long combat.

Au Québec, Djemila Benhabib, journaliste et essayiste bien connue pour son combat contre l’islam politique en est déjà à son deuxième procès. En 2012, elle est poursuivie par une mère musulmane qui lui reproche d’avoir publié sur son blog les photos de ses deux enfants prises lors d’un concours de récitation coranique organisé à la mosquée al-Rawdah, un fief des Frères musulmans. Or, ces mêmes photos étaient déjà publiées sur le site de ladite mosquée. Djemila Benhabib a gagné ce procès sans réel objet, mais on peut imaginer ce que cela représente de pression morale et financière. Le 26 septembre prochain s’ouvrira à Montréal, un autre procès qui l’oppose, cette fois-ci, à une école islamique pourtant financée par le ministère de l’Education et qui fait du port du voile islamique une obligation à partir de la troisième année (c’est-à-dire pour des fillettes de 9 ans). Au Royaume-Uni, la militante féministe Maryam Namazie, qui mène une lutte acharnée contre les tribunaux de la charia est confrontée à des lobbies organisés au sein des campus universitaires qui viennent perturber violemment ses conférences. Cet insupportable harcèlement consiste toujours à faire passer des militants(e)s laïques pour des racistes.

Ne nous trompons pas sur les véritables motivations des auteurs de ces attaques d’un type nouveau. D’abord, il s’agit de faire régner la peur pour empêcher toute expression critique envers l’islam ou contre la façon dévoyée dont certains veulent l’imposer à d’autres. Ensuite, il s’agit de mettre une pression démesurée sur les personnes visées, pour les épuiser psychologiquement et financièrement, les ostraciser et les éliminer du débat public. Bref, les décourager de continuer à s’exprimer publiquement. C’est pourquoi nous réaffirmons avec force que les démocrates du monde entier refusent la stratégie de la peur et de l’intimidation. Il ne saurait être question de renoncer à la liberté d’expression, pas plus qu’à l’universalité des droits humains et à ceux des femmes en particulier, qui ne doivent souffrir aucune contestation ni restriction au nom de préceptes religieux ou de prétextes culturels. A nous de rassembler nos forces pour nous donner les moyens d’agir collectivement. C’est le premier objectif du comité de soutien qui vient de se constituer.

http://djemilabenhabib.com/ je-soutiens-djemila

PREMIÈRES ASSOCIATIONS SIGNATAIRES :

Association pour la mixité, l’égalité et la laïcité (Amel), Assemblée des femmes, Clara Magazine, Conseil national des associations familiales laïques (Cnafal), Coordination française pour le lobby européen des femmes (Clef), Comité Laïcité République, Egalité - Laïcité - Europe (Egale), Femmes pour le dire, Femmes pour agir, Femmes sans voile d’Aubervilliers, Femmes solidaires, Institut d’éthique contemporaine, Laïcité - Libertés, Libres MarianneS, Ligue du droit international des femmes, Marche mondiale des femmes - France, Ni putes ni soumises, Observatoire de la laïcité de Saint-Denis, Regards de femmes, Réseau féministe «Ruptures», Union des familles laïques (Ufal).

PREMIERS SIGNATAIRES INDIVIDUELS :

Waleed al-Husseini Blogueur, auteur, Elisabeth Badinter Philosophe, écrivaine, Gérard Biard Directeur de Charlie Hebdo, Danielle Bousquet Députée honoraire, Marika Bret DRH de Charlie Hebdo, Sérénade Chafik Militante féministe, Chahla Chafiq Sociologue, écrivaine, Nadia el-Fani Cinéaste, Caroline Fourest Journaliste, auteure, Pierre Gauthier Député au Parlement de Genève, Jean Glavany Ancien ministre, député ,des Hautes-Pyrénées, Shoukria Haidar Présidente de Negar - Soutien aux femmes d’Afghanistan, Marieme Helie Lucas Sociologue, fondatrice deSecularism is a Women’s Issue, Catherine Kintzler Philosophe, professeure émérite Lille-III, Françoise Laborde Sénatrice de Haute-Garonne, Guy Lengagne Ancien ministre, Corinne Lepage Ancienne ministre, présidente de CAP 21, Joseph Macé-Scaron Président du comité éditorial de Marianne, Laurence Marchand-Taillade Présidente de l’Observatoire de la laïcité du Val-d’Oise, Maryam NamaziéPorte-parole deOne Law for All, membre du Council of ex-muslims, Magali Orsini Députée au Parlement de Genève, Céline Pina Essayiste et militante laïque, Hubert Reeves Astrophysicien, auteur, Yvette Roudy Ancienne ministre, Boualem Sansal Ecrivain, Fatoumata Fathy Sidibé Eurodéputée, Mohammed Sifaoui Journaliste, Lisa-Marie Taylor Présidente de Feminism in London, Viviane Teitelbaum Eurodéputée, échevine, Fiammetta Venner Politologue, essayiste.

Image



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20127
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Défendre les ex-musulmans

Message non lupar yacoub » jeu. 7 juil. 2016 15:00

Image



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20127
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Défendre les ex-musulmans

Message non lupar yacoub » ven. 2 sept. 2016 20:02

Un important procès débutera le mois prochain. Il s'agit de la poursuite en diffamation intentée par l'École musulmane de Montréal, une école primaire privée subventionnée, contre l'essayiste et militante laïque Djemila Benhabib, suite à ses commentaires lors d'une émission de radio.

«Une école qui a pour modèle une autre société» - Djemila Benhabib

L'École musulmane de Montréal est la première école ouverte par des islamistes au Québec, et la première institution islamiste au Québec. Djemila Benhabib est l'une des importantes figures de la lutte contre la charia, à côté de Fatima Houda-Pepin.

Ce procès s'inscrit dans un contexte politique de jihad juridique visant à bâillonner les critiques de l'islamisme.

L'École musulmane de Montréal, une école primaire, a été ouverte en 1985 dans l'arrondissement Notre-Dame-de-Grâce. Elle est hébergée dans le même immeuble que la Mosquée de Montréal. Or, cet immeuble appartient à l'ISNA (Islamic Society of North America), dont la maison-mère américaine est une créature de la Confrérie internationale islamiste des Frères musulmans.

À son ouverture en 1985, l'École musulmane de Montréal était inscrite sous le signe de l'illégalité. Selon un reportage de Radio-Canada diffusé en 1992, ses administrateurs avaient «outrepassé les règlements de zonage pour loger dans une ancienne manufacture» de Notre-Dame-de-Grâce, sur la rue Chester.

Cette école s'est inscrite aussi d'emblée sous le signe de la charia. La moitié des enseignantes étaient des non musulmanes, mais elles devaient quand même porter le voile de la charia. Cette obligation figurait dans leur contrat de travail, jusqu'à ce que la Commission des droits de la personne y mette fin en 1995.

http://youtu.be/px2408jr5Vg

http://youtu.be/px2408jr5Vg

Poste de Veille



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20127
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Défendre les ex-musulmans

Message non lupar yacoub » mer. 11 janv. 2017 11:52

Image



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20127
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Défendre les ex-musulmans

Message non lupar yacoub » jeu. 8 juin 2017 15:55

Salman Rushdie sur l'islamisme : "Il faut arrêter cet aveuglement stupide" L'Obs , jeudi 8 juin 2017.

Salman Rushdie, qui vit toujours sous la menace d'une fatwa, s'inquiète de la montée des forces obscurantistes. Et lance un cri d'alarme en direction de l'Occident. "Cessons, dit-il, de refuser de voir la réalité des origines du djihadisme".

Après la France et la Belgique, la Grande-Bretagne, où vous avez vécu longtemps, est à nouveau prise pour cible par les terroristes. Selon vous, le djihadisme procède-t-il d'une radicalisation de l'islam ou d'une révolte nihiliste qui s'est cristallisée sur l'islam ?

Je suis en désaccord fondamental avec ces gens de gauche qui font tout pour dissocier le fondamentalisme de l'islam. Depuis cinquante ans, l'islam s'est radicalisé. Côté chiite, il y a eu l'imam Khomeini et sa révolution islamique. Dans le monde sunnite, il y a eu l'Arabie saoudite, qui a utilisé ses immenses ressources pour financer la diffusion de ce fanatisme qu'est le wahhabisme. Mais cette évolution historique a eu lieu au sein de l'islam et non à l'extérieur. Quand les gens de Daech se font sauter, ils le font en disant "Allahou Akbar", alors comment peut-on dès lors dire que cela n'a rien à voir avec l'islam ? Il faut arrêter cet aveuglement stupide.

Bien entendu, je comprends que la raison de ce déni est d'éviter la stigmatisation de l'islam. Mais, précisément, pour éviter cette stigmatisation, il est bien plus efficace de reconnaître la nature du problème et de le traiter. Ce que je trouve consternant, c'est d'entendre Marine Le Pen analyser l'islamisme avec plus de justesse que la gauche... C'est très inquiétant, vraiment, de voir que l'extrême droite est capable de prendre la mesure de la menace plus clairement que la gauche. C'est pour cela que je vous mets en garde, cela va poser un problème à l'avenir, à moins que nous ne changions notre façon d'appréhender les choses.

C'est très bien de rappeler que la plupart des musulmans ne sont pas des extrémistes. Il était également vrai que la plupart des Russes n'étaient pas des partisans du Goulag ou que la plupart des Allemands n'étaient pas des nazis. Pourtant, l'Union soviétique et l'Allemagne hitlérienne ont bien existé. Ainsi, lorsqu'une déviance grandit à l'intérieur d'un système, elle peut le dévorer, et tel est ce qui se passe avec le fondamentalisme en islam. Je me souviens d'ailleurs que, quand j'ai commencé à être la cible des attaques des islamistes, quelques journalistes américains de gauche avaient apporté leur soutien à l'imam Khomeini parce qu'il luttait contre le pouvoir hégémonique de l'Ouest. Le présupposé constant de la gauche, c'est que le monde occidental est mauvais. Et donc tout est passé au crible de cette analyse : en quoi une telle situation est-elle de notre faute ?Je me souviens aussi de mes querelles avec Derrida sur ce sujet et sur tous les sujets du reste !

Propos recueillis par Sara Daniel, aux Assises internationales du Roman de la Villa Gillet à Lyon



Avatar du membre
marmhonie
Caporal-chef Virtuel
Caporal-chef Virtuel
Messages : 255
Enregistré le : dim. 29 janv. 2017 22:30
Gender : Male
Status : Hors ligne

Re: Défendre les ex-musulmans

Message non lupar marmhonie » ven. 9 juin 2017 20:45

Il ne s'agit pas de défendre uniquement les courageux apostats, hommes et femmes et enfants, d'une mort certaine dans tous les pays musulmans (je dis en connaissance de cause "musulmans" et non "islamiques"), mais aussi leurs familles, leurs amis, et toutes ces personnes fragiles un temps de vie, qui tombe en désespoir dans les rigoles des sectes, les pkus imfâmes étant issues actuellement de l'Islam, cette fausse religion depuis sa naissance, issue du talmud, adressée aux guerriers arabes, qui en profitèrent pour étendre par leur barbarie primitive, la folie du meurtre légal, hallal, au nom d'Allah.

Je rappelle à notre pape qui cache avec honte son passé trouble de collaborateur sous la dictature fascite de son pays natal, que le Coran n'est pas un livre de paix, pas plus que sa conscience d'avoir balancé des amis proches à la Junta sanguinaire, ne lui permettra de retrouver la paix dans sa pauvre vie, en attendant lu seul, le jugement de Dieu.

Quand des génocides massifs de chrétiens se font depuis une décennie, Mr Bergoglio, pape ou plutôt soupape d'une mondialisation indigne, on ne proclamme pas son soutient aux pays meurtriers, on ne défend pas le Qatar, pays musulmans des pires financements de la mafia musulmane internationale, DÆCH, Boko Haram, et le traffic d'esclaves d'enfants, les exterminations d'apostats et des chrétiens.

Bergoglio finit la parenthèse de Vatican 2, usurpation anti-catholique, et interdisant que plus aucun pays au monde soit officiellement catholique, en renforçant l'Islamisation des démocraties. L'Histoire des religions n'oubliera pas, ni Saint Louis, ni d'obscurs cardinaux en place d'un pape courageux, Benoît XVI, mis de côté pour avoir puvertement accusé ces mêmes pays musulmans d'être corrompus.

On n'interdira pas les jeunes filles sans cervelles de porter leur voile en douce dans nos démocraties, insultant les valeurs laïques et républicaines. Avec le temps, la vie leur apprendra ce qu'il en coûte de pactiser avec le Mal.

Que l'on naisse ou qu'on meure, c'est pour la vie. Je ne vois donc aucun intérêt de perdre la moindre minute de vie avec la racaille, la pègre et les fous d'Allah, ni les forums prétendument de toutes les religions, aux mains d'islalistes complexés qui effacent les messages d'alertes, et virent à tour de bras les écrivains venant témoignager.

C'est aussi cela, défendre les ex-musulmans, en les prévenant de ces faux forums corrompus aux mains sales et à l'âme noire comme la cendre des cimetières.

Les ex-musulmans ont déjà gagné : vivants dans l'Islam, ils étaient dans la peur. Apostats courageux, ils vivent désormais dans l'espoir. Chacune et chacun est un héros que l'Histoire saura, en des temps meilleurs, reconnaître.

Courage et confiance, il fait aimer la vie, toujours, et son fruit permis, la liberté, qui nous permet de grandir pour devenir authentiquement humain.
Il n'existe qu'une communauté, l'humanité. Et qu'un mal, le Mal.

Le djihad, la taqiya, les fatwas, ne sont pas des repas de galats mais les boucheries humaines de l'humain redevenu en dessous de la bête immonde qui, elle, n'a pas d'âme, contrairement à chacun de nous, cotoyens d'une humanité fragile, paradis du miracle de la nature qu'il nous faut à tout pris préserver et transmettre.





Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 8 invités