Revéil islamiste en Algérie

Critique du Coran et ses versets - Chronologie - Histoire - Versets abrogés, Critique constructive des hadiths - quel apport dans la vie d'un musulman ? La réalité de la charia et de ses horreurs un peu partout dans le monde. Comment l'islam règle la vie des gens - comment les religieux oppressent le peuple
Avatar du membre
nexus
Colonel Virtuel
Colonel Virtuel
Messages : 5345
Enregistré le : dim. 4 sept. 2011 23:34
Localisation : france
Gender : Male
Status : Hors ligne

Revéil islamiste en Algérie

Message non lupar nexus » mar. 6 déc. 2011 00:50

Algérie : Les islamistes se préparent à prendre le pouvoir???





L’arrivée au pouvoir des islamistes en Tunisie, au Maroc et en Egypte donne des ailes aux islamistes algériens. Le chef du Mouvement de la société pour la paix (MSP), Bouguera Soltani, estime que « la société algérienne veut être gouvernée par les islamistes ».

Il appelle les formations politiques et personnalités de cette mouvance à conclure une alliance en prévision des législatives prévues en Algérie en mai 2012. Le meilleur allié des islamistes aura été le président Bouteflika.

Lors d’un rassemblement préélectoral dans la wilaya de Bordj Bouararidj, à l’est d’Alger, Soltani a déclaré :

« Nous ne sommes pas encore au stade de l’alliance, mais le débat est ouvert avec les islamistes algériens, car nous sommes en devoir, nous islamistes algériens, d’être à la hauteur de attentes de notre société qui veut être gouvernée par les islamistes ».

Soltani s’y voit déjà

Bouguera Soltani, 57 ans, ancien instituteur d’arabe, considère que la percée historique des islamistes en Tunisie, au Maroc et en Egypte aura « un effet inducteur positif » sur la mouvance islamiste en Algérie.

Ancien ministre de la Pêche, Bouguera Soltani dirige le MSP depuis 2003. Son parti qui forme l’alliance présidentielle avec le FLN et le RND dispose actuellement de 52 sièges à l’assemblée nationale.

Soltani qui demeure sous le coup de poursuites judiciaires en Suisse pour tortures présumées sur un journaliste algérien, a reçu en novembre dernier le président d »Ennahda, Rached Ghanouchi, en visite de trois jours à Alger.

Ghanouchi et le modèle islamiste

Celui-ci expliquait alors son désir d’exporter l’islamisme version Ennahda qu’il définit ainsi :

« C’est un modèle serein qui se démarque de la pratique du terrorisme et du racisme. Notre modèle favorise également l’art et la création et se démarque complètement des appréhensions soulevées ici et là par des démocrates au sujet de l’islamisme politique ».

Ex-candidat à la présidentielle d’avril 2009, Mohamed Said, responsable d’une autre formation islamiste (non encore agréée), le Parti pour la Justice et la liberté (PJL), partage l’optimisme de Soltani quant à l’impact positif que pourraient avoir sur la mouvance islamiste algérienne, les victoires d’islamistes en Tunisie et au Maroc.

Les sociétés arabo-islamiques sont aujourd’hui prêtes

Samedi, il déclarait devant les militants de son parti :

« Je pense que les pays arabes ont essayé toutes les théories politiques, à commencer par le communisme au Soudan, le marxisme au Yemen du Sud, le Baas un peu partout, l’économie libérale ; maintenant il ya les mouvements islamistes qu’on voit arriver sur la scène. Je pense que les sociétés arabo-islamiques sont aujourd’hui prêtes à laisser ces mouvements tenter leurs chances ».

Mohamed Said y croit d’autant plus que « les islamistes modérés ont, selon lui, tiré les leçons par rapport à l’échec des tendances salafistes radicales, partisanes des Etats théocratiques » et qu » « aujourd’hui ils sont prêts à partager le pouvoir avec les partis laïques ».

« Nous n’avons pas de souci à nous faire, c’est à nos frères tunisiens et marocains de se référer à notre expérience, de profiter de notre expertise. Chez nous, les islamistes sont présents depuis 1997 dans les assemblées élues et dans le gouvernement ».

Les islamistes en Algérie, combien de divisions ?

Il est difficile de juger du poids électoral de la mouvance islamiste dans la mesure où tous les scrutins électoraux organisés depuis 1997 ont été faussés par des fraudes massives.

En revanche, ce courant a largement progressé dans la société algérienne et acquis une solide expérience aux seins des institutions.

C’est au milieu des années 1990 que les autorités algériennes ont décidé d’intégrer les islamistes dans le jeu politique pour tenter de les amadouer.

C’est d’autant plus vrai que le pays avait connu deux expériences traumatisantes avec la victoire du FIS (Front islamique du Salut) aux élections locales de juin 1990 et aux législatives de décembre 1991.

Expériences électorales traumatisantes

L’annulation de ce scrutin, décidé par l’armée, avait précipité la démission du président Chadli Bendjedid en janvier 1992, suivie d’une insurrection armée qui a fait plus de 100 000 morts.

Depuis le milieu des années 1990, plusieurs ministres islamistes ont dirigé et dirigent d’importants portefeuilles ministériels. Les ministères des Travaux publics et du Commerce, notamment, sont aujourd’hui pilotés par des ministres du MSP alors que le patron de ce parti a été élevé au rang de ministre d’Etat avant de perdre son statut.

Depuis les législatives d’octobre 1997, les islamistes du MSP ou d’Ennahda disposent de plus d’une cinquantaine de députés à l’assemblée.

Si le chiffre peut paraitre négligeable vu le nombre de sièges à l’APN (389), il ne permet pas moins à ces députés de faire entendre leur voix et parfois faire adopter des lois jugées très conservatrices à l’exemple de celle qui interdisait en 2004 l’importation de l’alcool.

Toutefois, le meilleur VRP des islamistes reste… le président Bouteflika.

Bouteflika glorifie la révolution islamique en Iran

C’est que le président algérien, aujourd’hui âgé de 74 ans, a multiplié les concessions au profit du courant islamo-conservateur.

Avec le consentement de la hiérarchie militaire qui l’avait imposé en avril 1999, reconduit en 2004 et qui lui a permit de se représenter en 2009 pour un troisième mandat au prix d’une révision de la Constitution.

Réconciliation nationale et amnistie en faveur des terroristes islamistes, libération des activistes condamnés pour terrorisme, construction à Alger de la troisième plus grande mosquée du monde, persécution des chrétiens, violences et actes d’intolérance à l’égard des femmes, Tlemcen capitale de la culture islamique, chasse aux couples, fermetures des bars et débits de boissons…Bouteflika a ainsi grandement contribué à faire le lit des islamistes.

Les concessions de Bouteflika

En mai 2005, il a fait un autre cadeau royal aux islamistes en recevant en audience, au siège de la présidence, l’imam égyptien Al Kardaoui lequel n’a pas manqué d’apporter sa caution à la politique de réconciliation du président.

Et le chef de l’Etat est allé même jusqu’à glorifier la révolution islamique en Iran lors de sa visite en Iran en août 2008.

En se recueillant sur la tombe de l’imam Khomeiny, Bouteflika écrivait ceci :

« Tous les actes et paroles de Khomeyni restent une lumière qui guide les hommes épris de justice et qui œuvrent à la répandre entre l’humanité au moment où notre nation musulmane a tant besoin de s’inspirer de ses idéaux qui ont servi et continuent de servir l’Islam ».

Mais le meilleur gage qu’il aura donné à ce courant fut la nomination, entre 2006 et 2008, d’un crypto-islamiste, Abdelaziz Belkhadem, patron du FLN, à la tête du gouvernement.

En mai 2008, après deux années à la tête de l’exécutif, Belkhadem pouvait ainsi décréter

« le Coran seule Constitution de la société algérienne ».

Les islamistes n’auraient pas rêvé de meilleurs colporteurs que Belkhadem et Bouteflika.

Source: Tayeb Belmadi
05 Dec 2011


L'islam n'est pas la révélation de dieu a l'homme mais celle de l'homme sur dieu.
La religion en tant que source de consolation est un obstacle à la véritable foi, et en ce sens l'athéisme est une purification
L'athéisme est une négation de Dieu, et par cette négation, il pose l'existence de l'homme.


Avatar du membre
Lilith
Mort virtuellement
Mort virtuellement
Messages : 2691
Enregistré le : mar. 9 août 2011 19:21
Gender : None specified
Status : Hors ligne

Re: Revéil islamiste en Algérie

Message non lupar Lilith » mar. 6 déc. 2011 21:33

« le Coran seule Constitution de la société algérienne »
ah oui, c'est évident, vu qu'ils sont incapables de réfléchir, ils prennent ce qu'ils ont sous la main...



Avatar du membre
nexus
Colonel Virtuel
Colonel Virtuel
Messages : 5345
Enregistré le : dim. 4 sept. 2011 23:34
Localisation : france
Gender : Male
Status : Hors ligne

Re: Revéil islamiste en Algérie

Message non lupar nexus » sam. 10 mars 2012 18:55

Vu d'Algérie: Pourquoi «l'islamisme modéré» est une grosse arnaque
Pour le chroniqueur algérien Kamel Daoud, un islamiste est modéré avant de prendre le pouvoir, jamais après.


Les jeunes du FLN font des sit-in pour dénoncer les vieux du FLN et les ministres têtes de listes. C'est fascinant comme mécanique à voir à l'œil nu. Un dentier dont la partie basse s'en prend à la mâchoire haute cariée.

C'est que, même au sein de lui-même, le vieux parti est un parti pour les vieux. Même si on y entre la tête courbée, soumis, pérorant qu'on est FLNiste et qu'on est jeune et que les autres sont des harkis, cela ne sert à rien.

Ce parti n'est pas un parti de conviction ni même un appareil, mais un emploi de vieux. Dans le pays des ferrailles, ce parti est une question de biologie.

D'ailleurs, cela fait rire les étrangers quand ils voient que les mouvements de jeunes en Algérie, c'est 50 et plus. L'âge de l'éclosion c'est celui du système: la moyenne d'aujourd'hui c'est 70 ans.

L'argument est la «Vérité» pas le programme

Ceci, pour parler d'un problème intestinal. Reste l'autre souci: les islamistes, ici ou chez nos voisins. Question de fond et d'urgence: l'islamisme peut-il être modéré ? Réponse du chroniqueur: non avec «jamais» en bas de page. Cela va à l'encontre de la doctrine messianique de cette idéologie: le but est le califat définitif et restaurateur, pas un seul mandat ou deux. L'argument est «la Vérité», pas le programme.

Le Tunisien Ghannouchi a eu, un jour, ce terrible slogan à la bouche: «Le Fis a commis l'erreur de s'en prendre aux minorités agissantes».

Du coup, la nouvelle stratégie: épargner les «ennemis» et faire briller la vitrine internationale.

Dès que le pouvoir est dans la poche, on contre-attaque: d'abord, comme a dit un cheikh tunisien, il faut contrôler l'Education pour «récupérer les enfants des ennemis qui sont irrécupérables». Ensuite, créer de l'emploi pour les sympathisants de ce courant: officiers de mariage religieux, Justice, Culture, etc.

Ensuite, dès que c'est solide, on commence: on promet de fermer les débits d'alcool, on laisse les milices salafistes installer la peur et la menace en expliquant qu'ils sont aussi les enfants de ce pays comme l'a dit Ghannouchi. Puis doucement, pendant que tout le monde a le front au sol ou est en train de se laver les orteils, on précise que l'Islam est religion d'Etat et que la Charia est la référence des lois. De quoi paralyser les adversaires qui sont donc impies et pas citoyens adversaires.

Laïcs et progressistes hors jeu

C'est d'ailleurs la stratégie des islamistes au pouvoir: attirer le débat vers le terrain de l'absolu et hors du terrain du politique, l'opposant se retrouve à répondre de sa foi et de ses croyances face à un inquisiteur. Du coup, l'opposant laïc ou progressiste ou anti-islamiste perd. Qui va dire qu'il est contre «la Charia comme référence»? Personne: le concept est flou. Le flou est l'art des dictatures lentes.

Et du coup, au Maroc, comme en Tunisie, les islamistes retombent vers leurs vieux vices: la femme, le nu, l'art, le corps, le laïc. On ne parle pas d'indice de développement, d'économie, de relance, mais de «mœurs, d'authenticité, de langue nationale, de vérité, de propreté».

Au Maroc, les islamistes viennent de lancer une campagne de censure contre les revues étrangères et un concept «D'art propre». En Tunisie, le rêve du sixième Califat est au bout de chaque phrase. En Egypte, n'en parlons même pas!

C'est dire qu'il n'y pas d'islamiste modéré. Un islamiste est modéré avant de prendre le pouvoir, jamais après. Un islamiste ne vise pas un mandat mais l'éternité. Il ne veut pas votre voix mais votre conversion. Il ne veut pas construire le pays mais restaurer les premiers temps. Il ne peut pas concevoir la liberté sauf celle de vous imposer sa croyance. Et avec le printemps arabe, on découvre que cette secte, en plus de l'intolérance, vient de découvrir la stratégie de la ruse.

Non, il n'y pas d'islamiste modéré, il n'y a que des islamistes encore plus rusés. Après l'illusion tragique de «la stabilité par la dictature», il nous faut encore lutter contre celle de «l'utopie par les ablutions collectives». La première a été facturée par 100 ans de sous-développements et de crimes. La seconde?

Kamel Daoud (Le Quotidien d'Oran)
http://www.slateafrique.com/83839/arnaq ... sme-modere


L'islam n'est pas la révélation de dieu a l'homme mais celle de l'homme sur dieu.
La religion en tant que source de consolation est un obstacle à la véritable foi, et en ce sens l'athéisme est une purification
L'athéisme est une négation de Dieu, et par cette négation, il pose l'existence de l'homme.

Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20768
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Revéil islamiste en Algérie

Message non lupar yacoub » mar. 18 juin 2013 13:21

Réunion d'une ébauche d'internationale islamiste, près d'Alger
En Algérie, des partis politiques islamistes du monde entier se sont réunis près de la capitale ces 15 et 16 juin. L’occasion, pour les partis islamistes algériens, de montrer qu’ils ont le réseau et la force nécessaire pour participer au pouvoir.



Abderrazak Mokri (d.) en 2011, alors vice-président du MSP, accueille Rached Ghanouchi (g.), leader du parti tunisien Ennahda AFP PHOTO / FAROUK BATICHE
Autres articles
Les tensions hydro-diplomatiques s'aggravent entre l’Ethiopie et l’Egypte
Centrafrique: mais où est donc l'insaisissable Joseph Kony ?
Scandale écologique en Guinée-Bissau
Mali: selon l'Unesco, la quasi-totalité des mausolées de Tombouctou a été ravagée
Rached Ghannouchi, le leader tunisien de Ennahda, le Hamas palestinien, les Frères musulmans turcs, des représentants pakistanais et koweitiens. Toutes ces figures internationales de l’islamisme politique ont été réunies près d’Alger ce week-end par le Mouvement de la société pour la paix (MSP), le premier parti islamiste Algérien.
L’occasion ? L’anniversaire de la mort du fondateur du MSP. Mais cette rencontre est surtout une nouvelle étape dans la stratégie de reconquête du parti algérien. Depuis quelques semaines,le MSP a un nouveau chef, Abderrazak Mokri. Et son objectif, c’est de redonner du pouvoir et de la force à son parti.
Campagne présidentielle
En s’affichant aux côtés des leaders internationaux, il montre qu’il bénéficie d’un soutien solide. Et surtout, lors de cette rencontre, plusieurs autres partis islamistes algériens sont venu affirmer leur volonté de s’unir avec le MSP.
Une manière de montrer qu’aujourd’hui, les divergences du passé sont mises de côté. Une manière aussi de dire au pouvoir, que la campagne présidentielle algérienne pour 2014 ne se fera pas sans les islamistes.

source




Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20768
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Revéil islamiste en Algérie

Message non lupar yacoub » sam. 21 avr. 2018 10:48

Dans les écoles coraniques algériennes, Hitler est un héros et les imams font son éloge
Publié par Ftouh Souhail le 21 avril 2018

Alors qu’un algérien sur trois vit en dessous du seuil de pauvreté, l’Algérie va inaugurer cette année la plus grande mosquée d’Afrique et la 3e plus grande du monde.

Avec sa capacité d’accueil de 120 000 fidèles, cette mosquée est la partie visible de l’iceberg qui cache l’islamisation qui s’accélère, dans ce pays, l’un des plus corrompus au monde.

Le régime algérien cherche l’instrumentalisation de la religion malgré le traumatisme causé par la guerre civile (1991-2001) déclenchée par le Front Islamique du Salut (FIS).

Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aïssa, a affirmé à Alger que le projet de la Grande Mosquée d’Alger, dont les travaux d’aménagement intérieur et de décoration viennent d’être lancés, serait livré vers la fin 2018.

Selon les médias algériens, le gouvernement veut que cette mosquée soit plus grande que celle du «Sheikh Zayed», la plus grande mosquée des Émirats arabes unis. Celle-ci est située à Abu Dhabi, à l’est de la capitale de l’émirat le plus riche des sept États membres des Émirats arabes unis.

Intervenant lors d’un cycle de formation au profit des imams sélectionnés pour encadrer la Grande Mosquée, le ministre algérien des Affaires religieuses a indiqué que :

«les travaux d’aménagement intérieur et de décoration ont été lancés, de concert avec les architectes, designers, graphistes et calligraphes, pour parachever les décors intérieurs et extérieurs.

Actuellement, nous sommes en passe de former le staff religieux chargé de l’encadrement de la mosquée», a ajouté le ministre, soulignant que «la formation sera nationale avec une expérience internationale qui tient compte du référent religieux national».

La formation, qui s’étalera sur 8 mois, permettra de sélectionner les plus compétents selon un plan d’action bien ficelé et des mécanismes d’évaluation en plusieurs étapes, a ajouté le responsable algérien.

«Nous souhaitons tirer profit des modèles de gestion de certaines mosquées, à l’image d’Al-Azhar (Egypte), des mosquées des deux lieux saints (Arabie Saoudite) et de la mosquée de Zayed Ben Soltane (Emirats arabes unis) et en choisir le plus approprié, ou bien mettre en place notre propre modèle», a-t-il ajouté.

Par ailleurs, le ministre a fait savoir que son ministère avait dégagé un montant de 25 millions d’euros, au titre de l’exercice 2018, pour l’impression du Coran, ajoutant vouloir faire renaître certaines pratiques qui avaient disparu durant les années 1990, telles les chaires scientifiques au sein des mosquées.

De son côté, l’Agence turque de coopération et de coordination (TIKA) a restauré une grande mosquée ottomane dans la capitale.

Dans le cadre de cette fièvre islamiste qui frappe l’Algérie, un projet de loi est prévu pour l’orientation du secteur.

Le ministre a expliqué que cette législation sera élaborée et soumise au Parlement pour faire office d’«image unificatrice du religieux en Algérie qui reflète l’attachement du peuple à sa religion, celle de ses ancêtres, et protège le référent religieux national».
Alger prétend contrer les idées «étrangères»

Pour une fois, le sionisme n’est pas en cause.

Le président Abdelaziz Bouteflika, a appelé lundi 16 avril 2018 à «faire face avec clairvoyance [aux idées] étrangères auxquelles est confrontée l’unité du peuple algérien sunnite».

«L’unité du peuple algérien sunnite est confrontée aujourd’hui à des idées qui nous sont complètement étrangères et à d’effrayantes thèses religieuses qui ont été dans un passé très proche source de fitna, et pourraient encore l’être si elles ne sont pas appréhendées avec clairvoyance», a précisé le président Bouteflika dans un message, à l’occasion de la célébration de la journée du Savoir (Yaoum El-Ilm), lue en son nom par le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, à l’Opéra d’Alger.

A ce propos, Bouteflika a affirmé que «l’Algérie indépendante a veillé à la mobilisation de tous les moyens juridiques, financiers et humains afin d’ancrer notre sainte religion dans toutes les régions du pays, au sein de notre peuple et dans nos références juridiques afférents au Livre et à la Sunna».

Il a fait remarquer aussi que son «pays demeure exposé à la déferlante civilisation occidentale sur le monde d’aujourd’hui… l’avènement de la mondialisation et des moyens de communication modernes ainsi que certains évènements ayant secoué le monde musulman, et de nouvelles idées, ô combien étrangères au peuple algérien, ont graduellement ébranlé notre cohésion idéologique et intellectuelle au point d’affecter la stabilité de l’Algérie et de la faire basculer dans l’enfer du terrorisme et des affres de la tragédie nationale».
Le gouvernement algérien coupable d’islamisation de la société

L’islamisation en Algérie s’accélère donc. Cette tendance se manifeste dans l’environnement social et les pratiques quotidiennes de la population. Les jeunes femmes n’osent plus porter des vêtements non islamiques. Elles sont de plus en plus nombreuses, ces Algériennes, qu’elles soient lycéennes, collégiennes, universitaires et même écolières, à porter le voile.

Comme à l’époque du Front islamique du salut (FIS), une nouvelle vague de «converties» au hidjab déferle sur le pays. Le hidjab est devenu un phénomène de société, y compris parmi les femmes issues des catégories socioprofessionnelles élevées.

Les idées salafistes, djihadistes et islamo-conservatrices convainquent de plus en plus de jeunes hommes. Le nombre des mosquées ne cesse d’augmenter. On compte 17 000 mosquées, soit 1 mosquée pour 2 235 de personnes, sans compter les écoles coraniques.

Le régime a même généralisé les classes préscolaires dans les mosquées. Si certaines familles y envoient leurs enfants par conviction, d’autres sont «contraintes» de le faire, vu l’absence de classes préscolaires dans les écoles primaires publiques. Des enfants de 4 et 5 ans sont inscrits dans ces classes islamiques, qui chantent des hymnes guerriers contre les infidèles, juifs et chrétiens.

Dans les écoles coraniques algériennes, on enseigne aux enfants à détester particulièrement les juifs. Hitler est même un héros et les imams font son éloge. Après le Coran, Mein Kampf et Les Protocoles des Sages de Sion sont les livres les plus lus en Algérie. Entretenir la haine et le ressentiment d’Israël est aussi adopté dans les écoles civiles. Cet antisémitisme extrême est propagé et assumé, sans aucune forme de gêne par le gouvernement algérien.

Ces jeunes, intoxiqués par l’islamisme intolérant sont les futurs djihadistes, des futurs Mohamed et Abdelkader Merah.

Un Rapport récent du centre de recherche américain Hudson Institute, mentionne que l’islamisation de l’Algérie prend de l’ampleur. Cette «islamisation domine tous les débats» estiment les chercheurs.

En novembre 2015 Le Bureau National de Vigilance Contre l’Antisémitisme en France a été fortement indigné, comme les très nombreux correspondants qui l’ont alerté, sur le scandaleux antisémitisme officiel de l’État algérien, révélé par une vidéo découverte par I24 NEWS et qui montre les soldats de la gendarmerie nationale algérienne défiler et chanter “MORT AUX JUIFS – TUEZ LES JUIFS”.

Il s’agissait d’une marche des gendarmes algériens lors de la célébration de la fête d’indépendance, dont les Français en général et les Juifs en particulier ont été chassés, alors qu’ils y vivaient depuis des siècles, avant même la conquête arabo musulmane.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Ftouh Souhail pour Dreuz.info.



Avatar du membre
marmhonie
Caporal-chef Virtuel
Caporal-chef Virtuel
Messages : 317
Enregistré le : dim. 29 janv. 2017 22:30
Gender : Male
Status : Hors ligne

Re: Revéil islamiste en Algérie

Message non lupar marmhonie » mar. 8 mai 2018 19:05

C'est l'état d'esprit de ce pays, avec l'Islam comme religion choisie démocratiquement en massacrant les chrétiens, c'est bien qu'ils assument.
Ils ont oublié les massacres de 1992 à 2004 ? Alors les massacres recommenceront, jusqu'à ce qu'ils comprennent.
Image
Liste des massacres
Source


Image
http://meilleurforum-net.meilleurforum.net
Le Meilleur forum d'Étude, sans contingent, sans censure, total anonymat de chacun, sécurité optimale & respect !

Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20768
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Revéil islamiste en Algérie

Message non lupar yacoub » mer. 9 mai 2018 10:09

Tant que l'islam restera en Algérie, il y aura des massacres. Aujourd'hui c'est comme un volcan en sommeil. Mais il n y a pas que l'Algériie qui doit être désislamisée, le Maroc, la Tunisie aussi. Le pire est la Mauritanie qui est une république islamique avant même l'Iran de 1979.



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20768
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender : Male
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Revéil islamiste en Algérie

Message non lupar yacoub » mer. 9 mai 2018 11:09

Il y a des années que je suis banni du forum Florence_Yvonne et hier elle m'a envoyé deux Mp que je ne peux lire

Forum des déistes, athées et inter-religieux Forum des déistes, athées et inter-religieux
Bonjour yacoub,

Vous avez reçu un nouveau message privé de la part de florence_yvonne
sur "Forum des déistes, athées et inter-religieux" - http://www.forum-religions.org et avez demandé à être averti dans ce cas.

Vous pouvez voir votre nouveau message et y répondre en cliquant simplement sur le lien suivant :
http://www.forum-religions.org/privmsg?folder=inbox

Rappelez-vous que :
1. Vous ne serez plus averti des nouveaux messages privés tant que vous ne vous serez pas connecté sur "Forum des déistes, athées et inter-religieux"
2. Vous pouvez choisir de ne plus être averti de l'arrivée de nouveaux messages privés en modifiant l'option appropriée dans votre profil.





Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 9 invités