Algemeen Dagblad 2015

Algemeen Dagblad P13 Samedi 19 sptembre 2015

L’Algemeen Dagblad, souvent abrégé AD, est un quotidien néerlandais fondé à Rotterdam et publié pour la première fois le .,  il est en 2016 le deuxième plus grand journal du pays avec un tirage quotidien moyen de 317 626 exemplaires. Classé parmi les quotidiens néerlandais « populaires », à l’instar du De Telegraaf, il dispose d’une ligne éditoriale plutôt conservatrice, qui fait qu’il est parfois considéré comme un journal à droite de l’échiquier politique.

Mohamed Karim Labidi :

Interview de Mohamed Karim Labidi a paru dans le journal AD en sptembre 2015 sous le nom : Je n’ai plus rien à voir avec l’islam (Ik heb niks meer met islam te maken) de Niels Dekker

Vanuit Dordrecht voert de ex-moslim Mohamed Karim Labidi(49) een strijd tegen de islam.een atheistische activist dit vluchtte uit Tunesie en die als blogger op internet kritiek levert op zijn facebookpagina trekt hij fel van leer. Die strijd is niet zonder gevaar, maar Labidi is niet bang.” je loopt altijd risico”. ( tekst : Niels Dekker)

De Dordrecht, l’ex-musulman Mohamed Karim Labidi (49 ans) lutte contre l’islam, Un activiste athée qui a fui la Tunisie, blogueur sur internet, il critique l’islam sur sa page Facebook, il est furieux. Cette bataille n’est pas sans danger, mais Labidi n’a pas peur: «Tu es toujours en danger». (texte: Niels Dekker)

Hij wil zo snel mogelijk af van zijn voornaam Mohammed. Zodra Karim Labidi een permanente verblijsvergunning krijgt naar verwachting in april2017, doet hij direct een verzoek tot naamswijziging.

Il veut se débarrasser de son prénom Mohammed le plus tôt possible. Dès que Karim Labidi recevra un permis de séjour permanent, attendu en avril 2017, il soumettra immédiatement une demande de changement de nom.

Ik heb niks meer met islam te maken

Ik heb niks meer met islam te maken

De Volkskrant Magazine 2015

De volkskrant magazine

De Volkskrant (en français : « le Journal du Peuple ») est un quotidien néerlandais fondé en 1919.

Il fait partie des journaux nationaux publiés le matin.

En termes de diffusion, de Volkskrant est le troisième quotidien des Pays-Bas en 2016 avec un tirage de 217 796 exemplaires quotidiens, il se positionne donc après De Telegraaf et l’Algemeen Dagblad.

Classé parmi les quotidiens néerlandais « de qualité », il dispose d’un lectorat politiquement à gauche et proche du Parti travailliste. Historiquement sa ligne éditoriale est d’inspiration chrétienne-démocrate de centre-gauche, bien que depuis la seconde moitié des années 2000 le journal aurait adopté une ligne éditoriale « plus à droite » selon Philippe Remarque, son rédacteur en chef de 2010 à 2019.

Le journal est la propriété de DPG Media, successeur en 2019 de De Persgroep.

De Volkskrant Magazine 2015

De Volkskrant Magazine 2015

Mohamed Karim Labidi :

Article sur Mohamed Karim Labidi a paru dans le journal De Volkskrant Magazine en août 2015 sous le nom : Je vais te tuer, je vais vous décapite (Ik ga je doodmaken, kreeg ik naar mijn hoofd geslingerd) de Janny Groen

Er is Behoefte Aan een hulplijn voor ex-moslims.
Artikel Atheisme is onder Europese moslims een nog groter taboe dan in Tunesië merkte Afvallige Mohammed karim Labidi

Il y a un besoin d’une ligne d’assistance pour les ex-musulmans.
Article L’athéisme est encore plus tabou chez les musulmans européens qu’en Tunisie, a noté l’apostat Mohammed Karim Labidi

 

 

 

De Volkskrant Magazine

De Volkskrant Magazine 01

De Volkskrant Magazine

De Volkskrant Magazine 02

De Volkskrant Magazine

De Volkskrant Magazine 03

De Volkskrant Magazine

De Volkskrant Magazine 04

De Volkskrant Magazine

De Volkskrant Magazine 05

De Volkskrant Magazine

De Volkskrant Magazine 06

De Volkskrant Magazine

De Volkskrant Magazine 07

Magazine Marianne 2006

Magazine Marianne

Marianne est un magazine d’actualité hebdomadaire français, créé en 1997 par Jean-François Kahn et Maurice Szafran.

Le journal se veut « de combat et d’opinion, jamais partisan, toujours militant ». Sa devise est cette phrase d’Albert Camus : « Le goût de la vérité n’empêche pas de prendre parti ». Sa ligne éditoriale emprunte à la fois à la gauche et au conservatisme.

Articles dans MARIANNE N° 461 du 18 au 24 – 2006 : Après les Chrétiens, les Juifs et les Musulmans, les incroyables martyrs d’aujourd’hui

Marianne - Actualités et débats

Marianne – Actualités et débats

2 1 3 1 4 1 5 6 7 8 9 10 11 12 13

Contact Mohamed Karim Labidi

Ma vie, ma Tunisie 2018

Ma vie, ma Tunisie de Mohamed Karim Labidi

Je suis né à Tunis dans une famille musulmane traditionnelle de neuf enfants, pareille à n’importe quelle autre. J’ai gardé de mon enfance des souvenirs paradisiaques.

Mais j’ai perdu très vite la légèreté d’esprit propre à cet âge. Avec le recul, je constate que j’en ai été privé par les cinq années d’enfer qu’a vécues entre 1975 et 1980 ma famille livrée à l’infiltration islamiste .

Ce bouleversement qui m’a marqué pour le reste de ma vie préfigure ce qu’a vécu la Tunisie en 2011 . En effet, ce qui arrive au niveau d’un pays arrive aussi au niveau d’une ville, d’une famille, d’un individu. Nous sommes l’histoire, souvent à notre insu.

Il me semble important aujourd’hui de témoigner de cette descente aux enfers et de porter au grand jour mon vécu dans la mouvance islamiste. Je décrirai les mécanismes et les méthodes qui ont conduit ma famille à adhérer aux théories islamistes, ses hésitations, ses déchirements, son éclatement, puis mon histoire personnelle dans les rets d’un mouvement chiite international à l’idéologie messianique qui continue aujourd’hui d’œuvrer en toute impunité après avoir transféré ses bases de l’Iran vers la Syrie et l’Irak.

Liver traduit en Arabe : رحلة وطن مع الاسلام السياسي

 

رحلة وطن مع الاسلام السياسي

رحلة وطن مع الاسلام السياسي

sur amazon.fr

Contact Mohamed Karim Labidi

Le colloque Islam contre islam 2004

Le colloque “Islam contre islam” 30/01/2004 Paris

prochoix.31.interieur Page 068

Mohamed Karim Labidi

Le colloque “Islam contre islam” organisé par l’association AIME a été de ces évènements qui font date. Le 30 octobre 2004, pour la première fois en France, ont été réunis douze intervenants, dont dix issus de pays soumis à l’islam, pour enfin donner la parole à cette majorité silencieuse qui ne se réclame pas de l’islam. Comme on n’est pas nécessairement musulman parce qu’on naît dans un pays maghrébin, arabe ou dans certaines parties de l’Asie, les orateurs ont exprimé avec force leur refus de céder devant le fascisme vert. C’est ainsi qu’on a pu entendre Younes Shaikh, condamné à mort pour blasphème au Pakistan en 2001 (atheisme.org avait diffusé l’information dès le 21 août 2001 et régulièrement suivi l’évolution de son procès).

Younes Shaikh a été libéré après trois ans de captivité et est actuellement réfugié en Europe. Alors qu’il pourrait se contenter de vivre caché sans s’exposer, Younes Shaikh a choisi de parler haut et fort. Son verdict, sans appel, fut donné excellemment dans la dernière phrase de son intervention : “l’islam est un crime contre l’humanité.”

Le pakistanais Ibn Warraq confirma, par sa présence, que le courage était le dénominateur commun de ce colloque unique. Jamais en France n’avait été organisée une réunion où put être clamée haut et fort la non appartenance à l’islam d’individus nés sous cette chape de plomb.

Ibn Warraq est le célèbre auteur de Pourquoi je ne suis pas musulman, un brillant réquisitoire contre l’islam. En se référant au texte du Coran et des Hadith, Ibn Warraq a dénoncé les exhortations au meurtre proférées par l’islam contre les apostats et les exécutions qui y sont relatées. La distinction entre islam et islamisme n’a aucun fondement.

La force du colloque fut de permettre aux sans-voix d’alerter sur la nocivité du discours de l’islam politique, manipulateur et oppresseur des femmes.

Comme elle l’avait déjà fait lors de la réunion laïque du 5 février 2004 organisé par la Coordination Laïque et Féministe pour une loi contre les signes religieux à l’école, Azar Majedi (Iran) a conquis l’auditoire en attaquant l’islam politique.

Son propos fut clair et sans ambiguïté : “Il faut fermer les écoles confessionnelles.” Houzan Mahmoud (Irak) lança un vibrant appel au secours pour la société irakienne qui, après avoir subi la dictature de Saddam Hussein, est désormais soumise aux diktats de l’islam. Les femmes en sont les premières victimes.

Fatemolla Badrul H. Mahmud (Bangladesh) a insisté à son tour sur le danger de l’islam politique, issu d’un pays qui sombre de plus en plus dans le fanatisme musulman. Fort de son expérience personnelle, Karim Labidi (Tunisie) a développé l’insidieuse stratégie des fanatiques poseurs de bombes à savoir la Takia, la ruse qui permet de tromper l’ennemi.

Quand on a la connaissance de l’ampleur du danger montrée par les conférenciers, le propos ne souffre d’aucune hésitation ou timidité et Kébir Jbil et Nadia Amiri ont réservé leurs flèches contre les soutiens serviles de l’islam politique. Kébir Jbil a revendiqué avec force le droit de ne pas être classifié comme musulman en vertu de son patronyme et a dénoncé l’existence du Conseil Français du Culte Musulman. Nadia Amiri a mis son verbe de qualité au service de la laïcité sans oublier de rappeler avec justesse la persistance de nombreuses discriminations.

Même constat et revendication chez Tewfil Allal qui a plaidé pour une vraie laïcité, en France comme au Maghreb. Caroline Fourest a dévoilé le fond de la pensée de frère Tariq Ramadan et, pour ma part, j’ai plaidé pour le droit à la libre critique des religions.

Cette rencontre exceptionnelle a permis de mettre en avant ceux-là mêmes qui souffrent de l’islam dans leur quotidien. Persécutés, chassés de leurs pays, leur présence impose le respect. On attend avec impatience les accusations d’islamophobie que des islamogauchistes bien-pensants et couards ne manqueront pas, sinon de proférer, du moins de ressasser au plus profond d’eux-mêmes.

D’un avis unanime, il faut saluer le courage et la détermination de Samia Labidi, présidente de l’association organisatrice. C’est d’ailleurs avec beaucoup d’émotion qu’on a pu remarquer la brève visite de Taslima Nasreen, venue saluer avec simplicité ses collègues de combat. Jamais la parole n’avait été donnée avec autant de liberté pour se défaire de l’oppression islamique. Mais cette excellente initiative a aussi excédé les fanatiques : le site internet de l’AIME a été complètement détruit dans la nuit qui a précédé le colloque.

L’ensemble des contributions des intervenants au colloque (à lire avec la version 6.0 d’Acrobat Reader dont le téléchargement est gratuit)

Le texte de mon intervention : Pour le droit à la libre critique des religions

2 novembre 2004

Prochoix N31 Revue

Le colloque "Islam contre islam"

Le colloque 02

Le colloque "Islam contre islam"

Le colloque 03

Le colloque "Islam contre islam"

Le colloque 04

Le colloque "Islam contre islam"

Le colloque 05

Le colloque "Islam contre islam"

Le colloque 06

Le colloque "Islam contre islam"

Le colloque 07

Le colloque "Islam contre islam"

Le colloque 08

Le colloque "Islam contre islam"

Le colloque 09

Le colloque "Islam contre islam"

Le colloque 10

Le colloque "Islam contre islam"

Le colloque 11

Le colloque "Islam contre islam"

Le colloque 12

Le colloque "Islam contre islam"

Le colloque 13

Le colloque "Islam contre islam"

Le colloque 14

Le colloque "Islam contre islam"

Le colloque 15

Le colloque "Islam contre islam"

Le colloque 16

Le colloque "Islam contre islam"

Le colloque 17

Le colloque "Islam contre islam"

Le colloque 18

Le colloque "Islam contre islam"

Le colloque 19

Le colloque "Islam contre islam"

Le colloque 20

Le colloque "Islam contre islam"

Le colloque 21

Le colloque "Islam contre islam"

Le colloque 22

Le colloque "Islam contre islam"

Le colloque 23

Le colloque "Islam contre islam"

Ma vie, ma Tunisie 2018 >>>

Pin It on Pinterest