L’idée d’Une seule origine…

L’idée d’Une seule origine…

Adam, le père commun de toute l’humanité, Eve l’unique mère de tout être humain, Dieu notre seul créateur, la seule origine de l’Univers. Le Un comme base de tous les nombres, le Point source de toutes écritures ou schémas. La racine absolue d’où on provient et vers laquelle on se dirige.

C’est sur cette idée que toutes les religions, les sectes et les politiques totalitaires se sont appuyés pour se faire entendre. Une seule et unique origine pour tout le monde, un seul gouvernement, un seul parti au pouvoir, une seule force, un seul responsable, une seule politique, une seule idéologie.

L'idée d'Une seule origine...

L’idée d’Une seule origine…

L’opposition est interdite, l’autre doit disparaître. Il n’y a qu’une seule force reconnue, une idée cache une autre, un mensonge sans preuve auquel on doit croire et prendre comme une vérité absolue. Même ceux qui se disent rationnels et scientifiques cherchent la vérité à travers le UN et oublient les autres UNS.

L’influence religieuse de cette approche est sans équivoque. La réunion de l’ensemble dans le UN était nécessaire pour pouvoir aborder l’univers infini qui nous entoure et l’approcher sans crainte et sans le risque de se perdre.

L’humanité a toujours su changer de direction à chaque fois qu’elle se confronte à une impasse. C’était, et c’est toujours le cas, le seul moyen de progresser dans les labyrinthes de la vie. Elle a inventé les religions, par nécessité, afin de pouvoir franchir un obstacle qui l’empêche d’aller vers l’avant.

Parce que l’Homme évolue, et le monde avec, chaque invention humaine devient, elle-même, un obstacle dans l’avenir. En revanche, les méthodes et les idées reçues demeurent les mêmes sous prétextes de l’origine commune. L’idée du Un absolu nous bloque sur tous les niveaux : idéologique, politique, économique…

Et continuer à ne plus avancer de la sorte ne fait que nous retarder de notre conquête de l’univers environnant. Notre orgueil nous empêche d’inaugurer une nouvelle étape, dont rêve l’humanité, celle du « Non Un absolu » mais du « Un infini » sans limite. Celle du Un multiple qui s’harmonise avec l’ensemble des autres Uns. Celle du Un souple, le Un d’être différant, le Un d’être plusieurs, le Un sans Un.

Il faut être capable de se libérer de cet Un pour reprendre le chemin de l’évolution. Cette idée doit être, non seulement, abandonnée mais aussi combattue par tous les moyens afin de se délivrer de son emprise. Pour pouvoir accéder à une nouvelle étape de notre évolution, on peut attendre passivement que cela se produise naturellement. Seulement, le problème c’est que cette solution nous fera perdre beaucoup de temps et le pire c’est qu’elle risque de nous coûter plusieurs vies humaines suite au développement galopant des armes de destruction massive.

L’ensemble de l’espèce humaine est menacé si une seule force gagne et décide d’exterminer le reste afin de confirmer et de réaliser l’idée du UN absolu. Notre temps n’est plus celui des anciens et les menaces sont différentes. Aujourd’hui, le monde est de plus en plus petit, la moindre action provoque des répercussions immédiates sur l’ensemble de la planète. Chacun de nous doit prendre son destin en main au lieu de continuer à se laisser guider par une poigné d’illuminé qui cherche à gouverner le monde au détriment des autres protagonistes.

La recherche du pouvoir du Un sur le monde est dévastatrice pour l’ensemble de l’humanité. Oui, la guerre des Uns est belle et bien lancé et chaque Un se croit le meilleure et cherche à détruire les autres Uns. Seulement, les plus dangereux de tous les Uns, se trouvent le Un islamiste et le Un impérialiste qui se rivalise pour la domination de la planète quitte à mettre la Terre à feu et à sang pour aboutir sur une seule force totalitaire.

Par : Mohamed Karim Labidi

À lire aussi : Les causes de la peur de l’islam?

La lune reflète la lumière du soleil

La lune reflète la lumière du soleil

Les islamistes affirment que la lune réfléchit la lumière du soleil – D’ailleurs, je me suis toujours demandé s’ils prenaient les gens pour des cons – en se basant essentiellement sur ce verset : « C’est celui (Dieu) qui a fait du soleil une clarté et de la lune une lumière […] » (Sourate 10, verset 5)

La lune reflète la lumière du soleil

La lune reflète la lumière du soleil

Considérons plus attentivement le verset que les missionnaires musulmans proposent à notre crédulité. « Le soleil est une clarté (thiaa) et la lune une lumière (nour). » Il faut toute la malhonnêteté d’un islamiste pour déceler un miracle dans l’utilisation de deux mots différents pour décrire deux astres de luminosité différente.

Que Dixit Bucaille nous remette en mémoire que « la Lune , non lumineuse par elle-même, ne fait que réfléchir la lumière qu’elle reçoit du Soleil et constitue un astre inerte » mais nous aimerions bien savoir où, dans ce verset, Mohamed évoque la réflexion de la lumière solaire par la lune ?

Voyez-vous quelconque miracle ? Peut-être que allez-vous déceler un détail et nous éclairer.

D’ailleurs, dans le verset 35 de la Sourate 24 ( La Lumière ), Mohamed décrit Allah avec le mot si heureusement utilisé pour la lune (nour) : « Dieu est la lumière des cieux de la terre !… » Il faut sans nul doute en déduire, pour reprendre les précieuses conclusions que notre missionnaire tire sur la lune, qu’Allah est « non lumineux par lui-même, et ne fait que réfléchir la lumière » d’un Dieu inconnu par les musulmans…

Nous ne voyons pas d’objection à cette exégèse audacieuse.

Rappelons que, malheureusement, le Coran n’était pas le premier à parler de la lune et du soleil. Anaxagore au Ve siècle av jc qui fut condamné pour impiété parce qu’il avait soutenu que le soleil était une pierre chaude et que la lune était constituée de terre. De même l’ancien testament a évoqué ce satellite et voici quelques versets qui sont d’ailleurs plus claires que le Coran.

« Voici, la lune même n’est pas brillante, Et les étoiles ne sont pas pures à ses yeux ; » (Verset : 25.5)

« …et qu’ils servent de luminaires dans l’étendue du ciel, pour éclairer la terre. Et cela fut ainsi. » (Verset : 1.15)

« Dieu fit les deux grands luminaires, le plus grand luminaire pour présider au jour, et le plus petit luminaire pour présider à la nuit; il fit aussi les étoiles. » (Verset : 1.16)

« Dieu les plaça dans l’étendue du ciel, pour éclairer la terre, » (Verset : 1.17)

« pour présider au jour et à la nuit, et pour séparer la lumière d’avec les ténèbres. Dieu vit que cela était bon. » (Verset : 1.18)

Le Coran n’a non seulement rien ramené de nouveau mais il a plagié. Peut-être qu’on aurait compris l’attitude des gens simples à croire tels propos mais que dire des musulmans d’aujourd’hui qui continuent à répéter les mêmes mots, la même ignorance. Leur a-t-on à ce point scellé la raison ?

« N’avez-vous pas vu comment Allah a créé sept cieux superposés et y a fait de la lune une lumière et du soleil une lampe ? » (Sourate 71 verset15 et 16)

 

Par : Mohamed Karim Labidi

À lire aussi : Définition du mot ex-musulman

Une foi, deux fois, trois fois….adjugé !

Une foi, deux fois, trois fois….adjugé !

Qu’est-ce que la foi ? Voilà une question qui mérite à la fois réflexion et délicatesse. Mais essayons d’être bref. La foi, c’est être convaincu de l’authenticité de ce que l’on croit. Avoir la foi, c’est une caractéristique propre à la nature humaine.

L’être humain, désormais, ne peut pas vivre sans foi cette dernière lui apporte un sentiment de sécurité et de sérénité dont il a besoin pour approcher un état d’équilibre moral et physique.

En quoi ou en qui peut-on avoir foi ?
Il faut d’abord préciser que le plus important n’est pas en qui ou en quoi avoir foi mais d’avoir la foi. Pour mieux comprendre cela, comparons une personne qui n’a jamais connu la foi à celle l’ayant déjà connue. Nous allons nous rendre compte que la deuxième personne vit beaucoup mieux que la première.

Une foi, deux fois, trois fois….adjugé !

Une foi, deux fois, trois fois….adjugé !

Ne dit-on pas que vivre sans foi c’est comme vivre à l’état animal ? La vie serait tel un voyage sans boussole ou une nuit sans lumières… C’est à travers ces métaphores qu’apparaît l’importance de la foi. Cette dernière est nécessaire pour l’équilibre de l’être humain.

C’est une nécessité obligatoire. La foi sépare l’Homme de l’animal. N’oublions pas que pour atteindre le stade humain, l’homme a du laisser la foi pénétrer son être. En sentant sa présence, l’Homme a pu dépasser le stade animal et devenir un être humain.

C’est cette foi qui l’a incité à avancer et évoluer. La foi produit chez lui un sentiment de sécurité, la rassure et donne un sens à sa vie. Dans tous les cas de figure, avoir la foi c’est un plus, voire même un atout. Comme le fait d’être amoureux.

Ceci, nous permet de sentir l’amour de l’autre et ainsi vivre ou le fait de manger pour survivre. Avec la foi c’est pareil. Il s’agit d’un besoin pour vivre et survivre. Voilà pourquoi une personne avant la foi peu importe en qui ou en quoi vit mieux qu’une personne dépourvue de foi.

Y a-t-il une foi mieux qu’une autre ?
On ne peut pas juger et trancher que telle foi est mieux qu’une autre. L’unité de mesure si vous permettez l’utilisation de ces termes de la foi est le degré de sincérité. Est-on vraiment honnête à ce que ou à qui on croit ou à ce qu’on fait ?

Notre foi est-elle réelle ou tout simplement, comédie ? C’est comme dans l’amour, je reviens à ma comparaison, il faut croire en qui ou en quoi on aime et surtout l’aimer sincèrement. Il ne faut pas oublier que l’hypocrisie est l’ennemi de la foi. Mentir aux autre n’est rien par rapport au fait de mentir à soi-même et plus tard se croire. Pour résumer, la « véritable foi » c’est de croire sincèrement. La « fausse foi » est de mentir à soi-même et aux autres.

Quels sont les critères pour être considéré comme quelqu’un ayant la foi ?
En amour il n’y a pas de règles ou de critères standard, pareil en matière de foi. Cette dernière est une affaire purement personnelle et privée. On ne peut avoir la foi ni en suivant les fois des autres ni en empruntant les leurs. Croyez-vous que tout le monde aime de la même façon ? Certes non. Chaque personne doit choisir, puis comprendre et enfin croire.

La foi est une synthèse des expériences personnelle. Elle émane de l’intérieur et se manifeste à l’extérieur à travers nos comportements. C’est cette foi qui fixera, plus tard, notre conduite que ce soit dans la vie de tous les jours ou dans les relations avec nous-même, avec les autres et avec tout ce qui nous entoure.

La foi peut être basé sur des choses réelles, matérielles mais même, des hypothèses qu’on essaiera de tester ou d’affirmer à l’avance. C’est-à-dire considérer ces hypothèses comme des réalités. Ceci dépend de la façon dont pense chacun. Ce qui est une réalité pour moi peut être un mythe pour un autre, voire un mensonge et ainsi de suite.

Ceci nous montre une fois de plus que la foi est une affaire personnelle, spirituelle intérieure et privée. Elle dépend du degré de connaissance de la personne et de son degré d’évolution. On ne peut pas se limiter à un niveau bien précis. Il y aura toujours une possibilité de passer à un autre stade plus évolué, plus réel et plus logique.

Sans oublier de souligner les variables qui peuvent intervenir telles que le temps, l’espace, l’éducation ou l’état d’esprit de la personne. Chacun de nous a le droit de choisir sa foi. Nous ne sommes pas obligés de partager toute la même foi. La diversification est enrichissante pour l’humanité. C’est comme le fait de demander à quelqu’un d’aimer ce qu’on aime. D’ailleurs on n’est pas obligé d’aimer ce que les autres aiment Chaque personne est libre de choisir les critères de sa foi.

Peut-on changer notre foi ?
Non, si nous la changeons sur un coup de tête ou bien pour survivre les autres sans une conviction intérieure. Dans ce cas, on perdra et la foi d’origine et la nouvelle foi, et l’on échouera dans la « fausse foi » ou la foi du mensonge. Il y aura une divergence entre notre foi intérieure et celle des autres.

Nous aurons une double personnalité ce qui nous causera beaucoup de souffrance. C’est une perte totale e tous. Nos principes. Par conséquent, il vaut mieux garder sa foi intérieure même si elle est différente de tous les autres.

Cependant. Oui, si ce changement surgit après une longue réflexion, tout en prenant en considération notre état d’esprit et nos connaissances. Une décision prise au fur et à mesure et qui nous aura amené vers une nouvelle foi. Une foi, généralement par notre entourage. C’est le résultat d’une recherche extérieure et d’une conscience intérieure à la fois.

Attention, cela ne nous donne pas le droit de dire que les autres fois ne nous empêche pas de parler et d’expliquer notre expérience personnelle aux autres, non pas dans le but de les convaincre mais d’enrichir le débat.

Enfin, certes la foi est importante pour l’être humain, mais encore plus quand ce dernier croit en lui-même. La foi n’est pas forcément liée à Dieu, surtout celui décrit par les religions monothéistes.

Avoir la foi en un Dieu, en deux Dieux, voire en plusieurs Dieux ; avoir la foi en la non existence de Dieu ; avoir la foi en soi-même ou en l’être humain en général, avoir la foi en une force surnaturelle…

Peu importe en quoi ou en qui pour vu que notre foi soi solide et réelle. La foi naît par nous et ne devrait être imposée ni par la tradition ni par la société…

Par : Mohamed Karim Labidi

À lire aussi : La liberté dans l’islam orthodoxe ? >>>

Pourquoi je suis athée?

Pourquoi je suis athée?

J’ai la foi en l’Homme. Je suis athée mais j’ai la foi car je ne crois pas qu’il existe une divinité autre que l’être humain. Mais cela ne m’empêche pas de respecter ceux qui croient en dieu et dont la croyance est personnelle et ne cherchent pas à l’imposer et que ça ne dépasse pas la sphère privée.

Pourquoi je suis athée?

Pourquoi je suis athée?

Pour moi un dieu n’est pas seulement qui a conçu le monde …

Un dieu devrait plutôt veiller sur ce monde et faire en sorte qu’il soit meilleur. Est dieu celui qui mérite de l’être et non pas celui qui se l’auto proclame.

Le sujet est très long mais je veux juste dire une chose ici et que je répète à moi-même : si dieu existe vraiment, je le combattrai de toutes mes forces et je refuserai de me soumettre à lui parce qu’il ne le mérite de l’être. Et ce jusqu’à ce qu’il me prouve le contraire.

Je suis dieu de moi-même. Et chacun l’est pour lui. Personne n’est dieu sur l’autre. Une seule chose me suffit pour avoir la foi athée : un dieu qui me demande de croire en lui ne mérite simplement pas d’être un dieu.

Pareil, un dieu qui me fera dépendre de lui et de sa croyance, je dois m’en libérer et le combattre. Car il est doublement malhonnête.

L’idée de dieu en elle même n’est pas mon souci premier. Mais je combats fermement tout ce qui est illogique et révolu, inventé par l’Homme et collé à dieu, qui n’est en fin de compte qu’un rêve de nos ancêtres, devenu un vrai cauchemar humain qui nous fais régresser sur tous les plans.

Quant aux religions, pour moi elles sont fabriquées de toute pièce par des humains. Et je dis toujours que même si dieu existe, les religions seraient donc l’invention du diable car elles sont loin d’être divines et encore moins humaines.

Donc je suis athée par la force de ma logique qui dit :

  • S’il existe et ne peut rien faire pour rendre ce monde meilleur, alors il ne mérite pas d’être un dieu.
  • S’il existe et ne veut rien faire pour rendre ce monde meilleur, alors il ne mérite pas d’être un dieu.
  • S’il existe et ne sait pas faire pour rendre ce monde meilleur, alors il ne mérite pas d’être un dieu.
  • S’il existe et qu’il a de fortes excuses pour en pas agir de la sorte, je lui réponds qu’une seule larme d’un être humain suffit pour rejeter toutes ses excuses et ne mérite donc toujours pas d’être un dieu.

Adieu dieu et je suis très clément avec lui. C’est pourquoi je suis athée

Par : Mohamed Karim Labidi

À lire aussi : Le pari de Pascal >>>

 

Prologue (El Fatiha)

Prologue (El Fatiha)

Prologue (El Fatiha)

Prologue (El Fatiha)

On va aborder le premier chapitre du coran : le prologue (El Fatiha) qui s’appelle aussi ” El Hamd ” ( le remerciement à Dieu).

Il occupe la 5éme position. Ce chapitre est le plus lu et connu, par les musulmans, dans le monde C’est le chapitre qui se répète obligatoirement lors des cinq prières, donc plus de 17 fois au moins par jour.

Cette sourate comporte 6 versets auquels s’ajoute celui de l’ouverture « Au nom de Dieu clément miséricordieux » qui n’est considéré comme étant un verset que dans deux sourates : « El Fatiha » (le prologue) et le 27echapitre « El Naml » (les fourmis). En dehors de ces deux exceptions, cette ouverture, tout en figurant au début de chaque sourate, n’est pas considérée comme un verset. C’est uniquement à la tête du 9e chapitre « El Taouba » (l’immunité) qu’elle ne figure pas.

Ce premier chapitre est clair, on remarque que celui qui parle n’est pas Dieu « Louange à Dieu »…Si c’était Dieu qui parle, il aurait dit « Louange à moi seigneur des mondes ». C’est celui qui récitait, peut être Mohamed en personne ou Gabriel, qui lui prêtait parole. Ce phénomène se répète souvent, on passe des louanges à Dieu à des louanges à soi ou à lui, comme si plusieurs personnes prennent la parole à tour de rôle. Des fois, il utilise le singulier et d’autres fois le pluriel mais toujours le masculin.

Les musulmans attribuent ces irrégularités au miracle coranique. La seule explication logique qui transparaît, c’est qu’ils s’attribuent l’ensemble des auxiliaires de la conjugaison. C’est la raison pour laquelle dans les prières soufies on dit : « Lui c’est Moi et Moi c’est Lui. Il est l’Autre, Il est les Autres, Il est Nous et Nous c’est Lui. Vous c’est Nous, Toi c’est Moi et Moi c’est Nous. Nous c’est Eux et Eux c’est Moi… » Il est difficile de s’arrêter si on tient compte de toutes les combinaisons possibles.

C’est là qu’on réalise que ce Dieu a été inventé par l’Homme pour l’Homme. Par conséquent si on remplace Dieu, dans ce chapitre, par Homme on serait plus réaliste et plus rationnel. Je vous invite à relire ce chapitre en remplaçant « Dieu » par l’Homme » et je vous laisse constater la différence de l’impact. Vous pouvez appliquer cette règle sur l’ensemble du coran et vous allez constater que tout ce qui a été attribué à Dieu peut être aisément réalisé par l’Homme.

Par conséquent, Dieu n’est autre qu’un rêve humain qui se réalisera tôt ou tard. Le fait d’appliquer cette règle vous permet de voir Dieu partout comme il est dit dans le coran puisqu’il n’est autre que nous-mêmes. Vous remarquez que l’Homme peut venir en aide à l’humain et qu’il peut être remercié dans ce sens.

Ne vous semble-t-il pas que c’est l’Homme qui doit être sacralisé au lieu de Dieu ? N’est-ce pas le vrai message que les religions et les prophètes veulent nous transmettre ? L’être humain n’est-il pas capable de respecter les préceptes des religions, afin de s’améliorer, sans recourir à Dieu et au dogme religieux ? N’est-il pas suffisamment responsable afin d’assumer les conséquences de ses propres actes sans viser d’atteindre le paradis ou d’échapper à l’enfer ? Je vous laisse avec cette réflexion.

El Fatiha (le Prologue) remix

Sourate 1 : 7 versets

1-Au nom de l’Homme : le clément, le Miséricordieux.

2-Louange à l’Homme, seigneur des mondes.

3-Le clément, le miséricordieux.

4-Maître des jours du jugement.

5-C’est toi (Homme) que nous adorons, et c’est toi (Homme) dont nous implorons secours.

6-Guide-nous dans le droit chemin,

7-Le chemin de ceux que tu as comblés de faveurs (le chemin des grand Hommes qui ont servi l’humanité), non pas le chemin de ceux qui encourent ta colère ( non le chemin de ceux qui appellent à la guerre et à la violence) , ni des égarés ( ni ceux qui n’ont servi à rien, en bien comme en mal ).

Par : Mohamed Karim Labidi

À lire aussi : À la vitesse de la lumière vers l’ignorance >>>

Pin It on Pinterest