Le mythe de l’identité arabo-musulmane

Le mythe de l’identité arabo-musulmane

Beaucoup de partis politiques en Tunisie ou en Égypte parlent de l’identité arabo-musulmane, comme unique identité qu’il ne faut pas modifier dans la constitution, car elle représente la réelle identité du peuple.

Le mythe de l’identité arabo-musulmane

Le mythe de l’identité arabo-musulmane

Depuis l’indépendance et jusqu’à aujourd’hui, la question de l’identité arabo-musulmane reste une revendication de tous les partis politiques et du peuple et reste pour eux une vérité sacrée est requise, la seule issue pour nous protéger de tout effacement culturel, même après le soulèvement contre les dictatures.

Ma question est si l’idée de l’identité arabo-musulmane n’est rien d’autre qu’un mensonge alimenté par les pro-islamistes et les pro-arabes? Est-ce que nous sommes vraiment des arabo-musulmans ? Loin de toute polémique du complot d’effacement identitaire, un peuple qui ne peut pas définir sa vraie identité est un peuple qui ne peut, ni se libérer ni évoluer et qui ne pourra pas arriver à une civilisation humaine digne de notre temps. Un peuple sans identité réelle est un peuple sans histoire, donc forcement, sans avenir, il va de soi qu’un peuple qu’on lui impose une identité est un peuple sans dignité.

Avant de savoir qui nous sommes, il faut d’abord définir ce que c’est que l’identité. Cette dernière peut définir un peuple, un groupe ou un pays ? Sur quels critères se base l’identité réelle d’un peuple ? Est-elle si importante pour un individu ? L’identité est primordiale pour pouvoir avancer ?

Se tromper sur la définition de l’identité nous empêcherait certainement d’avancer, alors, essayons d’approcher tous ces concepts.

L’identification d’un peuple est comme l’identification d’un individu, une personne qui ne connaît pas son sexe ne pourra choisir son orientation sexuelle et un peuple qui ne connaît pas son identité ne pourra pas choisir son orientation culturelle.

L’être humain et quel qu’il soit, a besoin d’être identifié au point de vue individuel ou social afin de pouvoir avancer vers l’avant et surtout dans la bonne direction, sinon, il va vivre la crise d’identité qui le bloquera sur tous les plans.

Définition simple de l’identité selon le dictionnaire : “Ce qui détermine une personne où un groupe, données qui déterminent chaque personne et qui permettent de la différencier des autres, L’identité regroupe les façons dont les individus ou les groupes se définissent par eux-mêmes, et sont définis par autrui”.

L’identité n’est pas que l’on prononce seulement ou que l’on peut imposer, mais elle est bien une réalité qui émane de l’intérieur et commode à la pratique à l’extérieur, il ne suffit pas de dire ou d’être convaincu d’être un homme ou une femme, mais il faut que le comportement arrive à en convaincre l’entourage de l’identité de la personne même. Il en va de même pour l’identité collective : il ne suffit pas simplement de le dire, mais plutôt de vivre cette identité, non pas uniquement dans le présent, mais dans le passé et à travers l’histoire également.

Il y a plusieurs critères pour définir un peuple ou un groupe, on se contente des plus importants, cités dans l’histoire :

    1. Critère du sang ou de la couleur de la peau : Ce critère est le plus ancien et remonte au temps de l’âge animal, comme pour la différence entre deux sortes d’animaux et la différence entre deux êtres humains, ce critère est utilisé dans l’histoire pour différencier les peuples sur des bases héréditaires et physionomiques. Ce critère a causé des massacres dans l’histoire et de l’esclavagisme ainsi que des crimes racistes et des génocides, aujourd’hui et suite à l’évolution de l’esprit humain, ce critère est considéré comme raciste et inhumain. Toute personne ou un groupe s’identifiant par ce critère est condamné par les esprits civilisés.
    2. Critère religieux, des croyances et critères idéologiques : Ce critère est évolutif par rapport à son précédent, il est apparu dans l’histoire pour faire opposition au critère racial, et explique que l’identité d’un peuple se définit par rapport à la croyance: C’est constaté chez les chrétiens, mais plus clairement dans l’islam sous la notion d’el umma. Ce critère a permis de créer des empires despotiques et impérialistes dans l’histoire dans lesquelles les minorités religieuses ou idéologiques sont opprimées et détournées au silence et à la soumission dans la majorité. Ce critère du religieux se considère plus dangereux que le critère de la race, il se base plutôt sur les idées que sur l’apparence.

Ce critère est apparu en dernier et partage les peuples selon la langue et la culture, il ne prend pas en compte le sang ni la physionomie ni les croyances, mais la langue parlée et ce que véhicule cette langue comme comportement social et culturel et qui crée une identité des peuples, comme les Kurdes, les Berbères, les Basques, les Arabes…

Ce critère et malgré son évolution par rapport aux précédents reste imparfait, car il limite d’un côté la liberté des individus à choisir leurs identités, de l’autre côté, il permet de créer des groupes fermés sur eux-mêmes et qui refusent toute évolution, ce qui s’en suit, ce sont des états nationalistes qui interdisent la diversité culturelle et linguistique. Le monde aujourd’hui vit dans cet état de préservation culturelle et linguistique et une division du monde en des pays.

Cette situation a créé dans certains de ces pays une injustice envers les minorités culturelles et linguistiques, surtout quand l’état d’un pays prend une identité culturelle unique ou principale et une langue officielle majoritaire, ce qui a engendré beaucoup d’effacement et de disparition des langues et des cultures, on prévoit une impasse à laquelle va se heurter le monde dans l’avenir.

  1. Critère du sol et du territoire :Critère nouveau et avant-gardiste qui se base sur le droit du sol, quelle que soit l’appartenance de la personne, sa religion, sa langue ou sa culture. La personne est considérée citoyenne à part entière dans un pays et un état qui respecte toutes les cultures et toutes les langues et dialectes ainsi que toutes les croyances et les idéologies, dans cette atmosphère diversifiée, vivra tout personne sur le sol d’un pays sans aucune injustice. Ce seul critère est pris en considération comme critère d’identité dans l’histoire, dans le présent et dans le futur. À travers l’histoire, les idéologies, les croyances et les personnes changent par contre, la terre ne change pas. Jean-Marie Adiaffi a cité, “Rien ne vaut la force de l’amour de l’homme pour sa terre, sa forêt, ses fleuves, ses montagnes, ses rochers, ses arbres, ses oiseaux, ses pierres.

En se basant sur ce critère du droit du sol, on peut avoir des pays civilisés qui avancent vers un avenir sans aucune discrimination tout en acceptant la différence qui est née du multiculturalisme, celle qui fait la richesse réelle d’un pays. Avec certainement cette identité réelle, on pourra se créer une union équilibrée et claire afin d’être reconnu et s’identifier par rapport à l’autre, cette dernière doit se baser sur l’endroit géographique, seul critère stable à travers l’histoire, la race, l’identité et les croyances étant présentes sur la terre, une terre sur laquelle nous vivons depuis toujours. Cela-dit, quelles que soient l’origine, la croyance, la langue ou la culture, le citoyen doit être reconnu à part entière et avec dignité sur la terre qu’il a choisie où vivre.

Quand on prend l’exemple de la Tunisie, on peut dire que chaque personne se sent tunisienne à part entière dans sa chaire et dans son esprit quelles que soient son origine ou sa croyance et se considère tunisienne nord-africaine, je crois à la toute-puissance de la terre sur laquelle nous vivons. La race n’est pas dans le sang ni dans les croyances ni dans la langue, mais elle est ultimement liée à la terre et à l’atmosphère de cette terre: c’est notre origine et la base de notre conception, c’est ce qui a fait notre propre culture, c’est le trait d’union entre les hommes et les femmes. Le symbole de la culture naît dans la considération des lieux où elle est née. Aimer un lieu doit se refléter à travers le respect dans les comportements et les attitudes de la personne envers ce lieu-là. Ce dernier qui n’est rien d’autre que la terre qui nous donne l’identité dont on est fier.

Quand on se pose la question à propos des Arabes installés au nord de l’Afrique, sont-ils les mêmes aujourd’hui ? Ils se sont certainement mélangé avec les Turcs, les Romains, les Phéniciens, mais aussi les Français, bref, tous ceux qui ont vécu sur cette terre, pour former les Nord-Africains. Serait de même pour un Africain qui habitera plusieurs siècles en Europe, il sera finalement un Européen. Logiquement, nous pourrons dire aujourd’hui que Maghrébins, Libyens et Mauritaniens ne sont pas des Arabes, mais ils sont réellement des Nord-Africains, qu’ils soient différents par la race, la couleur ou la langue, la religion ou les croyances, ils vivent sur la terre du nord d’Afrique et respirent l’air du nord d’Afrique. Nous ne rejetons pas nos origines, nous ne nions pas d’où nous venons, car les civilisations précédentes méritent tout respect et toute reconnaissance.

Pensons plutôt à la vie actuelle et aux générations futures, qui ne cessent de se projeter et de côtoyer le monde entier sans se soucier des frontières et de ses limites, pour devenir ce qu’elles veulent et réaliser le rêve d’être libre et d’appartenir à la terre et au droit du sol, sans jamais s’arrêter aux particularités. Dire que les Nord-Africains ne sont que des Arabes ou que des Magrébins, c’est nier l’origine de la terre et nier notre histoire avant l’arrivée des Arabes et de l’islam, le nord d’Africain existait bien avant les Arabes et l’islam et demeure jusque-là sur cette terre. Il ne faut surtout pas nier notre identité réelle qui va nous permettre d’évoluer et d’aller vers l’avant, sinon, nous allons tomber dans l’illusion de la fausse identité.

Aujourd’hui, l’identité arabo-musulmane est celle qu’affiche la majorité comme unique identité, par ignorance, par dogmatisme religieux ou même nationalisme. Cette identité n’est qu’un mythe et un mensonge inventé afin de cacher la vraie identité, celle qui existait bien avant l’arrivée de l’islam et des musulmans. C’est une injustice envers l’autre et envers le berbère qui revendique dans son combat sa présence, et une discrimination des non musulmans sur cette terre.

Les valeurs de l’islam et de cette identité arabo-musulmane effacent notre identité réelle et ne gardent que ce que l’islam retient, pour nous empêcher d’être fiers en dehors de l’islam et des Arabes. Finalement, notre identité réelle a été arabisée et islamisée sans nous donner le choix d’être ce que nous étions avant l’islam et ce que nous voudrons être. Le peuple tunisien est nord-africain et humain, un peuple diversifié et varié dans ses valeurs, ses origines et ses opinions, il doit se sentir libre à travers le droit du sol sans avoir honte ni avoir peur.

Le citoyen tunisien doit l’être à part entière, quelqu’un qui aime cette terre, son air et son âme, quelle que soit son origine, sa langue ou ses croyances, sans pour autant appartenir à la majorité ou nier les minorités. Toute personne a le droit de choisir son identité et de changer par soi-même, sans être accusé de traître ou autre.

L’identité est fortement liée au sol et à la terre ; à vous de méditer le sujet et de conclure par vous-même, ce qui pourrait nous faire avancer et non reculer.

Par : Mohamed Karim Labidi

À lire aussi : Question : Pourquoi l’état d’Israël ? >>>

La liberté est l’ennemie N°1 de l’islam

La liberté est l’ennemie N°1 de l’islam

Voilà 10 ans que j’ai quitté l’islam orthodoxe et que je me suis libéré de la tutelle islamique, et je suis toujours convaincu que l’ennemi numéro un de l’islam est la liberté : l’islam se développe certainement dans la censure et l’oppression et cela dès le début de l’apparition de l’islam, il y a 1400 ans, et c’est pour cela que les islamistes font absolument tout pour passer aux yeux de la masse musulmane comme des victimes et des opprimées. Ce n’est pas par hasard aussi que l’islam interdit la critique, tue l’apostat et refuse la discussion avec les non musulmans, sauf dans un but bien précis et dans un cadre bien déterminé à l’avance.

La liberté est l’ennemie N°1 de l’islam

La liberté est l’ennemie N°1 de l’islam

Que ça soit en Tunisie après le 7 novembre, ou après le 11 septembre, j’ai toujours été contre toute censure des islamistes dans le monde arabo-musulman ou ailleurs, et contre toute opération militaire contre eux, ainsi que contre leurs arrestations.

Je suis convaincu que tout cela ne va que les renforcer, cela est justifié par l’histoire en période de l’apparition de l’islam en Arabie, c’est surtout avec l’interdiction de celui-ci qu’il s’est propagé comme un virus partout.

L’islamiste se cache derrière des principes civilisés et humanistes comme la liberté simplement pour arriver au pouvoir et par la suite, interdire la liberté au nom de Dieu, Mohamed lui-même et à La Mecque s’est montrée tolérant et ouvert, mais dès qu’il a pris le pouvoir à la Médina, il a changé le discours.

Cela peut être justifié par la différence entre versets coraniques de La Mecque et ceux de la médina, ce qui est une preuve que l’islam utilise le double langage et la ruse pour arriver à son but. Cela en plus n’est propre à l’islam, mais à tous les mouvements racistes, dogmatiques et autoritaires, car se montrer tolérant et altruiste n’est qu’une façade pour convaincre la masse, ni plus ni moins, mais en réalité, les islamistes ne connaissent pas ce que veut dire mot liberté puisque l’islam ne contient rien de la liberté, cette religion est soumission et suivisme total.

Il ne faut pas tomber dans le piège des islamistes et croire à leur mensonge au nom de la liberté, malheureusement ils savent très bien que la majorité de la population islamique est soumise et dominée par le pressentiment religieux, alors ils en profitent pour gagner le maximum de voix avec une compagne fondée sur le côté émotif des musulmans.

Ces derniers croient en dieu et son paradis et qui votent pour eux par peur de allah, que plutôt se fonder sur un programme politique ou économique qui peut répondre aux attentes des Tunisiens.

Afin de faire face à ces islamistes et à leur endoctrinement déloyal en Tunisie ou ailleurs, il faut se créer des limites et les respecter, il faut que le gouvernement utilise des lois pour punir tout appel à l’acte de violence. Chacun a le droit de critiquer et de parler de son point de vue, mais sans dépasser ses limites, car il ne faut pas tomber dans la diffamation qui doit être condamnée elle aussi par la loi, ni dans les mensonges. Tout cela doit passer par la justice et les lois, sans cela, l’islamisme va continuer à grandir dans l’ombre pour maintenir la masse populaire dans l’ignorance, la soumission et la peur de leur dieu.

Toute personne qui veut interdire la liberté au nom d’une personne, d’une idéologie, de dieu ou d’une religion n’a pas de place dans le monde libre et civilisé ; les islamistes se croient détenus la vérité absolue et n’acceptent pas la critique et la liberté d’expression. Pourquoi n’acceptent-ils pas l’autre ? Il faut donner la liberté vraiment aux gens de dire et de faire ce qu’ils veulent dire ou faire dans la cadre de la loi bien claire et définie pour tout le monde, pas de diffamations, pas de mensonges, pas d’appel à la violence et pas de droit d’exclure l’autre. Celui qui ne respecte pas ces règles qu’il soit islamiste ou autre sera puni selon la loi comme un criminel qui transgresse la loi et pas parce que c’est un islamiste ou autre ; Quant à la violence verbale et physique, elle doit elle aussi être punie selon la loi et c’est ainsi qu’on donne la liberté à tout le monde.

La liberté est un droit pour tout le monde, par contre, pas de liberté pour ceux qui sont contre la liberté ou qui cherchent à l’interdire au nom du sacré ou autre, car le sacré pour l’un n’est pas nécessairement sacré pour l’autre.

Enfin, je finis pour dire que la liberté est l’ennemi numéro 1 de l’islam et pour cela que ces derniers qui pleurent le manque de liberté sont les premiers à l’interdire, une fois ils ont le pouvoir. Pour leur faire face et leur barrer la route, il faut instaurer un cadre libre bien solide, protégé par la constitution qui punit toute censure quelle qu’elle soit, tout le monde a le droit de parler, de critiquer et d’exprimer son point de vue par l’art, la parole ou les écrits ou encore le cinéma… Et toute personne s’opposant au nom de son dieu ou à ses croyances par la violence sera punie par la loi.

Par : Mohamed Karim Labidi 

À lire aussi : Le mythe de l’identité arabo-musulmane >>>

Miracle ! Mon œil !

Miracle ! Mon oeil !

Miracle ! Mon œil !

Miracle ! Mon œil !

Du latin mirari, “s’émerveiller”, (المعجزة) en arabe, le miracle demeure un mot à connotation très religieuse attribué à une intervention divine ou à des forces surnaturelles. Cette formule, comme plusieurs autres religieuses, n’existe en réalité que dans l’imaginaire humain afin de pouvoir interpréter les phénomènes qui lui échappent dans l’immédiat.

En fait ce qu’on appelle “Miracle” (المعجزة) est provoqué par la force de l’esprit humain même si l’attribution est orientée vers une force extérieure. Ceci est dans les meilleurs des cas, autrement, on peut expliquer le phénomène par la ruse et la manipulation afin d’abuser de la crédulité des simples. En fait la vraie définition du mot “Miracle” n’est autre que le recours à des astuces bien sélectionnés et étudiés afin de tromper son entourage et l’impressionner pour davantage de prise de pouvoir sur son esprit afin de mieux le manier et l’exploiter à sa guise.

Tout au long de l’histoire et de l’évolution de l’être humain, on note un net détachement de ce dernier de ce qu’on appelle des miracles pour la simple raison qu’au fur et à mesure qu’on avance l’homme évolue et par là même se trouve apte à mieux expliquer les phénomènes de la nature plus rationnellement sans recourir à une divinité quelconque en premier et dernier secours. Je prends l’exemple de l’éclipse considéré comme étant un miracle divin pendant des millénaires pour la simple raison qu’on était incapable à l’époque de lui donner une interprétation logique.

En fait, il suffisait qu’un Homme soit au courant de la prééminence du phénomène pour qu’il puisse l’exploiter en sa faveur en invoquant une intervention divine avec laquelle il est sensé être en contact ou encore dont il est l’envoyé exclusif.

Ainsi, au fil du temps et de la démystification, progressive, des phénomènes naturels, les miracles ont tendance à reculé par la force des choses. La nature a de moins en moins de secret pour l’être humain dont l’évolution est en permanente progression afin de mieux la maîtriser. Si l’un de nos ancêtres ressuscite pour nous expliquer, aujourd’hui, que l’éclipse est une œuvre divine, il sera pris pour un fou et sera interné sans la moindre hésitation.

Pourtant, ces mêmes propos à son époque auraient fait de lui, systématiquement, un prophète et l’envoyé direct de Dieu au pire des cas s’il n’était pas pris, carrément, pour le Dieu en personne.

Généralement, ces prédicateurs prennent une apparence modeste et désintéressée afin de mieux séduire leurs adeptes. Leur renoncement au monde matériel, qu’il soit économique ou politique, fait partie de leur astuces afin de mieux pénétrer les esprits et mieux les subjuguer.

En réalité ces individus cherchent une emprise et un pouvoir beaucoup plus étendus et plus puissants afin de se perpétrer même après leurs morts et ceci sur plusieurs générations. Ce qui était communément appelé “Prophète” dans le passé se prénomme “Gourou” de nos jours en suivant le même mécanisme trompeur afin de séduire les foules et les dépouiller de leur libre arbitre.

L’emprise ne s’arrête plus à la personne puisqu’elle déborde sur l’ensemble de la famille afin de la spolier financièrement et spirituellement en en faisant une loque incapable de vivre par elle-même.

Le danger des religions et des sectes me paraît bien établit de nos jours, c’est pourquoi il faut combattre ces fléaux des miracles par tous les moyens possible afin de minimiser les dégâts à l’aube de ce troisième millénaire.

Par : Mohamed Karim Labidi

des liens   a voir :
Guérisseurs Philippins, la supercherie

L’idée d’Une seule origine…

Pourquoi toute cette haine envers l’islam ?

Pourquoi toute cette haine envers l’islam ?

Pourquoi toute cette haine envers l'islam ?

Pourquoi toute cette haine envers l’islam ?

Non je n’ai aucune haine contre l’islam ni contre aucune autre religion ou secte. le mot haine je n’aime pas, peut être beaucoup voient que j’ai une haine mais la réalité est tout autre que ça, oui j’ai une phobie de l’islam et j’ai une peur des idées qu’il propage et que beaucoup croient comme des vérités absolues.

J’ai une peur énorme des oulémas de l’islam qui propagent des mensonges que la masse considère comme des vérités. J’ai une peur de voir des gens suivre et tomber dans les pièges des personnes qui se disent défendre l’islam et appellent à la vérité divine en utilisant des méthodes mal saines qui bloquent les esprits et interdisent les hommes qui croient en cela d’évoluer.

J’ai peur de cette mentalité qui est la cause de notre retard et de notre malheur sur cette terre.

Oui j’ai une grande phobie de l’islam orthodoxe archaïque majoritaire et totalitaire mais je ne crois pas que ça atteint le stade d’une haine ou rancune, non je ne crois pas personnellement malgré que beaucoup m’accusent de ça.

Pour moi la haine vient du non savoir par contre moi je connais très bien l’islam donc je ne peux pas le haïr.

Par : Mohamed Karim Labidi

À lire aussi : La liberté est l’ennemie N°1 de l’islam >>>

Sœur d’Aaron dans le coran !

Sœur d’Aaron dans le coran !

On ne cesse de nous le radoter : le Coran fourmille de miracles. Alors que nous savons qu’en nous armant d’un minimum d’ouverture d’esprit et d’un sens critique, les miracles qu’il rapporte deviennent rapidement des faits préfabriqués et entraînent pour nous la disparition de l’enchantement éphémère que nous avions pu concevoir en lisant quelques sourates.

Sœur d'Aaron dans le coran !

Sœur d’Aaron dans le coran !

Pour duper les gens simples d’esprit et leur faire croire que le Coran est divin, tout est bon. Heureusement que de plus en plus de personnes commencent à douter de ces miracles et à réaliser combien les textes coraniques sont contradictoires. La science est d’ailleurs là pour le prouver. Cette fois, nous nous pencherons sur les erreurs dont est parsemé le Coran.

En traduisant le Coran en français ou en toute autre langue, on cherche à cacher les erreurs et les contradictions qu’il renferme mais, comme le dit le proverbe tunisien : « Celui qui vole l’emporte sur celui qui cache. » Il suffit de refuser de se soumettre à cette religion qui aveugle l’esprit pour être à même de repérer les erreurs que comportent ses textes dits « sacrés. ».

Sachant que le Coran en langue arabe comporte encore plus d’erreurs flagrantes que les autres versions, il est facile de comprendre que les mots peuvent y être facilement interprétés dans un sens ou dans un autre, ceci afin de les faire correspondre à une idée fixée au préalable. Malheureusement, pour s’apercevoir de la manipulation, il faut posséder une bonne connaissance et de la langue arabe et du Coran lui-même. Si le musulman de base n’y voit que du feu, les oulémas, en revanche, connaissent parfaitement tout cela.

D’ailleurs, ils étudient erreurs et contradictions pour le but de les dissimuler au peuple. Depuis son apparition, il y a 1400 ans, les oulémas cherchent même à corriger ces contre-sens et anachronismes par le biais de plusieurs méthodes toutes plus malhonnêtes les unes que les autres : le détournement des sens des mots, l’introduction de mots non arabes et aussi la création d’une grammaire s’adaptant au seul Coran… On le voit : la liste est longue. Notons-le aussi : c’est la langue arabe qui doit se rallier au Coran et non l’inverse.

Mais aujourd’hui n’est plus hier et ce genre de pratique ne peut plus passer inaperçu. Aussi devient-il très difficile de modifier la dernière version que l’on a datée de 1932. Et même si les différences semblent tout d’abord minimes, elles n’en existent pas moins et sont loin d’être insignifiantes.

Ainsi peut-on lire dans le chapitre XIX (Marie), verset 28 : “Ô. Soeur de Aaron ! ton père n’était pas un homme mauvais et ta mère n’était pas une prostituée”. Mais le Aaron ici cité n’est pas le frère de Marie, mère de Jésus, mais plutôt celui de Moïse. Voilà un verset qui vient le confirmer : “Paix sur Moïse et Aaron” (Chapitre 37, verset 120)

Le Coran confond visiblement Marie, mère de Jésus et Marie, sœur de Moïse. Tout le monde sait d’ailleurs que Marie n’a jamais eu aucun frère répondant au nom de Aaron. Et ce n’est là qu’un exemple parmi tant d’autres, l’un de ceux qu’il est plus facile de distinguer en arabe qu’en français.

Bien sûr, les oulémas connaissent cette erreur qui relève de l’anachronisme pur et simple. Mais ils cherchent à la contourner en affirmant qu’il s’agit d’un autre Aaron et non de Aaron, frère de Moïse.

Seulement voilà : cette explication ne fournit pas pour autant à Marie, mère de Jésus, un frère appelé Aaron ! Le seul frère qu’aurait eu la mère du Christ s’appelait Yahya, et, en réalité, ce Yahya n’était pas son frère par le sang. Simplement, ils avaient grandi ensemble lorsque Marie avait été confiée à Zacharie, le père de Yahya, qui l’avait prise en charge.

Le verset 37 du chapitre 3 nous dit à ce sujet : « Son Seigneur l’agréa alors du bon agrément, la fit croître en belle croissance. Et Il en confia la garde à Zacharie. Chaque fois que celui-ci entrait auprès d’elle dans le Sanctuaire, il trouvait près d’elle de la nourriture. Il dit : “Ô Marie, d’où te vient cette nourriture ?” – Elle dit : “Cela me vient d’Allah”. Il donne certes la nourriture à qui Il veut sans compter. « Zacharie : c’est le père de Jean-Baptiste (Yahya). »

Comme on le voit, tous les moyens sont bons pour cacher ces graves erreurs et contre-sens à la masse des croyants. De telles falsifications relèvent du rôle des oulémas, et ce depuis des siècles. Ils sont d’ailleurs formés entre autres pour cette mission. Alors parole divine ou invention humaine ?

On peut lire l’interprétation suivante de ce verset :
Ibn Jabir a avancé : « Concernant l’appellation “sœur d’Aaron”, il est connu qu’à cette époque les gens s’attribuaient aux Prophètes et aux hommes vertueux en prenant leurs noms. Cet Aaron désigné est un autre Aaron que le frère de Moïse (que le salut de Dieu soit sur lui), et il a ajouté qu’il était un homme pieux et juste et lors de sa mort, 40 000 hommes avaient suivi son convoi funèbre et ils portaient tous le nom Aaron parmi les fils d’Israël. »

D’autres disent que l’on appelait Marie, « sœur de Aaron » parce qu’elle descendait de Aaron …

Tout cela n’a rien de logique. De plus ces interprétations s’appellent « ahad », c’est-à-dire qu’elles ont été rapportées par une seule personne. En outre, aucune source historique ne parle de ce fait. Et puis Marie n’a jamais fréquenté d’hommes, du moins d’après l’Islam, alors comment peut-elle avoir un frère, voire un ami ? Et même en admettant que ce qu’ils avancent est vrai et que tout le monde s’appelait Aaron à cette lointaine époque et dans l’entourage de Marie, cela ne prouve en rien qu’elle a côtoyé l’un d’eux.

D’autres disent qu’en effet, Marie n’avait pas de frère. Mais chez les Arabes, tout le monde peut utiliser le terme « frère » – ou « sœur. ». C’est-à-dire “celui avec qui l’on a le même père et/ou la même mère”. Chez les Arabes (et les Africains), le « frère » peut être tout simplement un cousin proche ou éloigné. Or il y avait, paraît-il, à l’époque un juif d’une grande bonté et réputé pour sa piété, qui appartenait à la tribu de Marie et qui s’appelait Haroun (Aaron).

Donc, de quelque façon que l’on retourne la question, on finit par aboutir à l’équation suivante : « Frère = une personne très proche, un familier. » Or, nous savons tous que Marie passait son temps à méditer chez Zacharie et ne recevait personne, et surtout pas d’hommes. Dans ces conditions, d’où vient ce « frère » ?

Même s’il s’agissait d’un homme pieux comme le prétendent certaines traductions, l’Histoire l’aurait aussi évoqué ! Des preuves auraient prouvé son existence. On observera d’autre part que le reste du verset confirme l’hypothèse du frère par le sang de Marie, puisque l’on y évoque ses parents. En bonne logique en effet, si l’on dit : « Ô sœur de X, ton père était… et ta mère… » X est dans le contexte le frère par le sang – et personne d’autre.

Mais alors, pourquoi le Coran ne s’est-il pas contenté de dire : « Ô Marie.. » ?

On raconte que cette erreur fut commise à l’époque de Othmane (3e calife) et que, comme tant d’autres, elle ne fut pas corrigée par la suite.

Par conséquent, le Coran, au même titre que les autres livres sacrés devraient être considéré comme un ouvrage mythologique. D’autant que les lois datant du VIIe siècle qu’il nous rapporte sont aujourd’hui parfaitement obsolètes.

Quant à moi, je propose de le mettre tout bonnement au musée. C’est la seule place qu’il mérite, la seule où il pourra montrer sans danger au monde la haine et la cruauté humaines des versets qu’il égrène parfois avec poésie. Quant aux verset soft, ils ne sont que le reflet de la sagesse de certains penseurs de cette époque. Pour prendre conscience des unes comme de l’autre, nous n’avons besoin ni du Coran, ni d’un quelconque autre livre déclaré « sacré » par les ambitions humaines.

Par : Mohamed Karim Labidi

À lire aussi : Miracle ! Mon œil ! >>>

Pin It on Pinterest