06 – Pourquoi toute cette haine envers l’islam ?

Pourquoi toute cette haine envers l’islam ?

Pourquoi toute cette haine envers l'islam ?

Pourquoi toute cette haine envers l’islam ?

Non je n’ai aucune haine contre l’islam ni contre aucune autre religion ou secte. le mot haine je n’aime pas, peut être beaucoup voient que j’ai une haine mais la réalité est tout autre que ça, oui j’ai une phobie de l’islam et j’ai une peur des idées qu’il propage et que beaucoup croient comme des vérités absolues.

J’ai une peur énorme des oulémas de l’islam qui propagent des mensonges que la masse considère comme des vérités. J’ai une peur de voir des gens suivre et tomber dans les pièges des personnes qui se disent défendre l’islam et appellent à la vérité divine en utilisant des méthodes mal saines qui bloquent les esprits et interdisent les hommes qui croient en cela d’évoluer.

J’ai peur de cette mentalité qui est la cause de notre retard et de notre malheur sur cette terre.

Oui j’ai une grande phobie de l’islam orthodoxe archaïque majoritaire et totalitaire mais je ne crois pas que ça atteint le stade d’une haine ou rancune, non je ne crois pas personnellement malgré que beaucoup m’accusent de ça.

Pour moi la haine vient du non savoir par contre moi je connais très bien l’islam donc je ne peux pas le haïr.

Par : Mohamed Karim Labidi

À lire aussi : La liberté est l’ennemie N°1 de l’islam >>>

03 – Pourquoi l’islam en tant que ennemi ?

Pourquoi l’islam en tant que ennemi ?

Pourquoi parmi toute les autre religion t’a voulu que l’islam en tant que ennemi ??

Pourquoi l’islam en tant que ennemi ?

Pourquoi l’islam en tant que ennemi ?

Parce que c’est la religion que je connais le plus, parce que je suis un ex-musulman, parce que ce qui m’intéresse c’est le monde dans lequel je vis ; le monde musulman et parce que je crois que l’islam est la plus forte religion, la plus jeune et celle qui a le plus de moyens pour doper les gens simples et jouer sur le coté sentimental et spirituel des gens pour les convaincre et parce que l’islam est la religion la plus totalitaire qui cherche à avoir le pouvoir sur la terre et ceux qui détiennent le pouvoir de cette religion utilisent la force physique pour arriver à leur fins et n’ont aucun respect pour la vie humaine.

Donc pour moi combattre les mensonges et critiquer l’islam orthodoxe et une priorité et un devoir humain et je crois que arrêter ce monstre ou cette maladie transmissible qui affecte les esprits est une grand victoire humaine contre tous les religions, sectes et idéologies de masse totalitaire et aussi une victoire pour la liberté et un grand pas vers l’humanisme responsable et digne d’un être humain.

Ceci va ouvrir les portes au monde musulman pour devenir civilisé et pour sortir de cette impasse ou on se trouve. Imagine le monde musulman sans l’islam et ses idées maladives et arriérées et sans aucune influence de la religion sur la politique, la société et les personnes, je t’assure qu’avec tout ce qu’on a comme richesse naturelle, comme endroits stratégiques, comme jeunesse qui aime vivre et comme esprits qui peuvent penser sans être bloquer par l’islam …imagine le sans tout cela et crois moi qu’on va vivre le paradis sur terre. L’islam ne fait que nous empêcher de vivre cela par tous les moyens possibles et impossibles.

Par : Mohamed Karim Labidi

À lire aussi : Je n’ai jamais vu un gouvernement aussi con que Bush >>>

12 – L’homosexualité dans l’islam

L’homosexualité dans l’islam

Il est connu que la sexualité dans l’islam est réduite aux seules relations entre hommes et femmes. Seul ce type de relation est légitime et naturel au yeux de l’islam qui plus est les autorise seulement dans des cadres bien précis qui diffèrent d’une secte à une autre. Ainsi on retrouve plusieurs formes de mariage, et le droit de propriété sur les esclaves et les femmes capturés lors des guerres contre les ennemis de l’islam.

L'homosexualité dans l'islam

L’homosexualité dans l’islam

Toute relation qui sort de ces contextes est strictement interdite et sévèrement punie, allant parfois jusqu’à la condamnation à mort car elle est considérée comme un acte contre la nature créée par Allah. Ce qui fait d’elle une offense directe à la volonté d’Allah.

Bien que l’homosexualité soit interdite dans l’islam, l’histoire du monde musulman a connu beaucoup d’homosexuels célèbres parmi les poètes ou autres qui affichaient clairement leur homosexualité sans qu’on demande à ce qu’ils soient jugés, ou alors très exceptionnellement.

Par ailleurs, il ne faut pas oublier que la loi islamique préconise la non mixité. Ce qui crée des regroupements séparés d’hommes et de femmes. Et ce dans tous les domaines de la vie sociale. Naturellement, cela encourage de façon indirecte la pratique homosexuelle. Ce qui est contradictoire avec l’interdiction de cette pratique dans l’islam qui la considère comme contre nature. Dans ce cas est ce naturel de séparer les hommes et les femmes ??

Ce n’est pas la seule contradiction que comprend la charia. Loin de là, elle en regorge. D’un côté, elle interdit une pratique et de l’autre côté, elle l’encourage indirectement en lui donnant le support social favorable à son développement. En effet, si l’islam voit en l’homosexualité une pratique non naturelle, il aurait plutôt du encourager la mixité pour supprimer cette pratique. Mais il a fait complètement le contraire. Et ce n’est pas nouveau : ceux qui connaissent bien l’islam sont conscients du manque de cohérence de ses lois.

Comme si chacune avait été élaborée à part. Ce qui prouve bien qu’elles ont été mises en place hâtivement sans mûre réflexion par un être humain et non pas par un Dieu ou quel qu’autre force. Soit ces lois islamiques existaient bien avant l’islam, et Mohamed les a reprises en leur donnant un caractère sacré et divin ; soit elles découlent de la mentalité et de la nature mêmes de Mohamed, de ce qu’il aime et ce qu’il n’aime pas et a voulu imposer à tous les arabes sans prendre en considération la nature humaine dans sa diversité.

Tout cela est bien clair puisqu’en plus l’islam fait la distinction entre l’homosexualité masculine et féminine. En effet, cette dernière est moins répréhensible que la première qui est au contraire fortement sanctionnée. Par ailleurs, la punition de l’individu passif est plus lourde que celle de l’actif, car l’islam considère qu’il est contre nature d’être efféminé.

Alors qu’aujourd’hui, on sait très bien qu’il existe des personnes qui naissent efféminées ou qui le deviennent par simple choix personnel, en optant pour ce qui convient le mieux à leur nature. Chacun est libre de choisir sa vie sexuelle. De quel droit l’islam se permet-il d’obliger les gens à aller à l’encontre de leur propre nature pour en faire des hypocrites, uniquement pour satisfaire de prétendues lois islamiques copiées par Mohamed et imposées comme lois divines.

On peut se demander si cette pratique existait à l’époque de Mohamed. La réponse est oui sans doute. L’homosexualité est présente dans tous les peuples. De plus certains hadiths l’évoquent. Le coran également en parle au sujet du peuple de Loth pour lequel la pratique homosexuelle était répandue. Cette histoire est plagiée sur l’ancien testament.

Voici le verset en question : Chapitre 7 versets 80 et 81 « Souvenez vous de Loth ! il dit à son peuple : « vous livrez- vous à cette abomination que nul, parmi les mondes, n’a commise avant vous ? Vous vous approchez des hommes de préférence aux femmes pour assouvir vos passions vous étés un peuple pervers. » La condamnation de l’homosexualité est claire dans le coran ainsi que la punition qui l’accompagne.

Mais la mise en pratique de cette punition est presque inexistante dans le monde musulman car les conditions pour l’appliquer sont difficiles à réunir (témoins,…). Cependant on ne peut pas afficher son homosexualité ni la pratiquer librement. Tout se fait en cachette. C’est la règle d’or en islam quant aux comportements contraires à la loi islamique.

Car il faut être un grand hypocrite pour être un bon musulman et pour être respecté par les autres. Pour finir, je vais citer quelques versets du coran qui me paraissent bizarres.

En effet, il y est question de ceux qui seront au service des fidèles au paradis : de très beaux jeunes hommes nous dit-on !! Chapitre 102 versets 24 « Des jeunes gens placés à leur service circulèrent parmi eux semblable à des perles cachées. » Chapitre 106 versets 17 « Des éphèbes immortels circulent autour d’eux portant des cratères, des aiguières et des coups remplie d’un breuvage limpide »

Chapitre 126 versets 19 « Des éphèbes immortels circulent autour d’eux, tu les compareras, quand tu les verras, à des perles détachées » On se demande si l’homosexualité qui est interdite sur terre, devient autorisée au paradis, comme le vin qui y coule dans des rivières. Ou bien Mohamed dit-il cela pour rassurer les musulmans qui aiment cette pratique ? En tout cas, il est bien clair que pour échapper à la répression de la loi islamique dans cette vie, il faut se comporter en grand hypocrite.

Par : Mohamed Karim Labidi

À lire aussi : Destin, si je veux ! >>>

05 -L’islam maladie transmissible !

L’islam maladie transmissible !

Le terrorisme islamique moral ou physique vous entoure et il peut frapper n’importe où et n’importe quand. C’est une réalité que l’on ne peut nier ou cacher et voilà notre diagnostic : Nom de la maladie : ISLAM

Historique :

L'islam maladie transmissible !

L’islam maladie transmissible !

On essaiera de diagnostiquer cette maladie, en espérant trouver les remèdes adéquats pour protéger l’humanité de ses dangers et pourquoi ne pas lancer des campagnes de vaccination contre ce fléau.

C’est une maladie très ancienne dans l’histoire humaine. L´islam est apparu à la Mecque (en Arabie Saoudite) depuis1400 ans. C’est à cet endroit qu’on a détecté les premiers cas dangereux plus particulièrement chez une certaine personne se prénommant Mohamed qui a contaminé sa femme ensuite ses proches.

Puis, cette maladie s’est propagée jusqu’ à atteindre Médine avant de devenir la maladie d’État par excellence. Bref, le tiers de l’humanité a été contaminé durant un court laps de temps. Et voilà qu’elle commence à se proliférer. Au bout d’un moment, avec la chute de l’empire ottoman on a cru qu’elle avait disparu. Mais en réalité, elle avait entamé sa période d’hibernation pour apparaître à nouveau encore plus forte et plus dévastatrice, avec un objectif beaucoup plus ambitieux à savoir infecter toute la planète.

Syndrome de la maladie (le terrorisme islamique) :

Un virus d’idées infecte le cerveau de l’être humain lui donnant une folle envie de mourir en martyr et de tuer le maximum de gens non encore infectés parce virus. La personne atteinte qu’on appelle terroriste islamiste croit fermement qu’elle continuera sa vie après la mort dans un endroit meilleur que la terre appelé Paradis. Il perd tous repères avec la vie réelle et commence à vivre dans les rêves. Un monde totalement imaginaire avec des personnages imaginaires tels que Dieu, Anges, Satan, houria, djinn…

Virus responsable :

L’islam. La maladie s’attrape une fois qu’on a atteint l’état d’ivresse en matière d’islam. La personne ne se réfère plus qu’au Coran, qui serait la parole de Dieu et qu’aux hadiths, qui seraient les paroles et les actes de son soi-disant prophète Mohamed. Ce virus a un peu les caractéristiques du virus de SIDA. En effet, les patients sont tous séropositifs. Ce virus peut ne pas tuer mais une fois déclenché il devient mortel.

Transmission :

Cette maladie est transmissible génétiquement à partir du père ou mère. Jusque la, 1300millions d’individus sur terre sont atteints de cette maladie. Ils sont appelés communément (musulmans) . Elle devient plus dangereuse par la voie orale. Sa prolifération se fait au sein de la famille, dans les médias, à l’école ou même dans la rue et plus précisément dans les mosquées, les lieux de culte et les quartiers pauvres et se nourrit particulièrement des versets coraniques et des hadiths.

Dépistage et diagnostic :

Il est rare de pouvoir déceler ce virus chez une personne qui a atteint le stade final de cette maladie. La plupart des patients ne sont même pas conscients de leurs états critiques. Sauf des forces spéciales ou des membres très proches de lui pourront la déceler à partir de son comportement. Il manifeste une haine farouche envers les personnes saines, même si elles sont sa femme, ses frères, ses sœurs ou ses enfants. Dès que vous remarquez un tel comportement, n’hésitez pas à contacter le poste de police le plus proche pour l’hospitaliser de toute urgence avant qu’il ne commette un attentat.

Stades : la malade connaît

4 stades qui sont :

Le premier stade : soit on est dedans dès la naissance.Ceci est le cas de toute personne née de parents ou d’un père musulman(s), soit par la fréquentation des musulmans. La personne peut rester dans ce premier stade en ayant un état stable toute au long de sa vie, mais elle reste susceptible de passer au deuxième stade. Les meilleurs remèdes pour en guérir c’est d’abandonner les idées de l’islam et ce le plus vite possible ou de discuter avec des gens ouverts d’esprit. à ce stade, éviter au maximum tout rassemblement de partis ou de groupes islamiques.

Stade asymptomatique : c’est le deuxième stade. Il s’annonce par la pratique. Le malade fera donc les cinq prières par jour, le ramadan et lira le Coran, prendra pour modèle Mohamed et appliquera à sa vie ses hadiths et fréquentera les mosquées. Au cours de ce stade, le virus continuera à se multiplier et à progresser. L’immunité est peu altérée, voire normale, mais il faut d’urgence voir un psychiatre.

Pré terrorisme : c’est le troisième stade. Il se manifeste par une haine envers les non musulmans notamment contre l’Occident et les juifs. La personne ne fréquente plus les mosquées mais plutôt des endroits secrets où elle rencontre d’autres malades. Elle devient de plus en plus retirée et se détache petit à petit de sa famille. La vie ne vaut plus rien pour elle. Elle a atteint le désespoir. Si elle est encore consciente qu’elle se livre à la police sinon il faudrait la dénoncer au plus vite.

Terrorisme déclaré : c’est le quatrième et dernier stade. Le passage à l’action. En général, il serait trop tard pour espérer une guérison mais gardons toujours espoir..

Par : Mohamed Karim Labidi

À lire aussi : Sœur d’Aaron dans le coran ! >>>

08 – Une foi, deux fois, trois fois….adjugé !

Une foi, deux fois, trois fois….adjugé !

Qu’est-ce que la foi ? Voilà une question qui mérite à la fois réflexion et délicatesse. Mais essayons d’être bref. La foi, c’est être convaincu de l’authenticité de ce que l’on croit. Avoir la foi, c’est une caractéristique propre à la nature humaine.

L’être humain, désormais, ne peut pas vivre sans foi cette dernière lui apporte un sentiment de sécurité et de sérénité dont il a besoin pour approcher un état d’équilibre moral et physique.

En quoi ou en qui peut-on avoir foi ?
Il faut d’abord préciser que le plus important n’est pas en qui ou en quoi avoir foi mais d’avoir la foi. Pour mieux comprendre cela, comparons une personne qui n’a jamais connu la foi à celle l’ayant déjà connue. Nous allons nous rendre compte que la deuxième personne vit beaucoup mieux que la première.

Une foi, deux fois, trois fois….adjugé !

Une foi, deux fois, trois fois….adjugé !

Ne dit-on pas que vivre sans foi c’est comme vivre à l’état animal ? La vie serait tel un voyage sans boussole ou une nuit sans lumières… C’est à travers ces métaphores qu’apparaît l’importance de la foi. Cette dernière est nécessaire pour l’équilibre de l’être humain.

C’est une nécessité obligatoire. La foi sépare l’Homme de l’animal. N’oublions pas que pour atteindre le stade humain, l’homme a du laisser la foi pénétrer son être. En sentant sa présence, l’Homme a pu dépasser le stade animal et devenir un être humain.

C’est cette foi qui l’a incité à avancer et évoluer. La foi produit chez lui un sentiment de sécurité, la rassure et donne un sens à sa vie. Dans tous les cas de figure, avoir la foi c’est un plus, voire même un atout. Comme le fait d’être amoureux.

Ceci, nous permet de sentir l’amour de l’autre et ainsi vivre ou le fait de manger pour survivre. Avec la foi c’est pareil. Il s’agit d’un besoin pour vivre et survivre. Voilà pourquoi une personne avant la foi peu importe en qui ou en quoi vit mieux qu’une personne dépourvue de foi.

Y a-t-il une foi mieux qu’une autre ?
On ne peut pas juger et trancher que telle foi est mieux qu’une autre. L’unité de mesure si vous permettez l’utilisation de ces termes de la foi est le degré de sincérité. Est-on vraiment honnête à ce que ou à qui on croit ou à ce qu’on fait ?

Notre foi est-elle réelle ou tout simplement, comédie ? C’est comme dans l’amour, je reviens à ma comparaison, il faut croire en qui ou en quoi on aime et surtout l’aimer sincèrement. Il ne faut pas oublier que l’hypocrisie est l’ennemi de la foi. Mentir aux autre n’est rien par rapport au fait de mentir à soi-même et plus tard se croire. Pour résumer, la « véritable foi » c’est de croire sincèrement. La « fausse foi » est de mentir à soi-même et aux autres.

Quels sont les critères pour être considéré comme quelqu’un ayant la foi ?
En amour il n’y a pas de règles ou de critères standard, pareil en matière de foi. Cette dernière est une affaire purement personnelle et privée. On ne peut avoir la foi ni en suivant les fois des autres ni en empruntant les leurs. Croyez-vous que tout le monde aime de la même façon ? Certes non. Chaque personne doit choisir, puis comprendre et enfin croire.

La foi est une synthèse des expériences personnelle. Elle émane de l’intérieur et se manifeste à l’extérieur à travers nos comportements. C’est cette foi qui fixera, plus tard, notre conduite que ce soit dans la vie de tous les jours ou dans les relations avec nous-même, avec les autres et avec tout ce qui nous entoure.

La foi peut être basé sur des choses réelles, matérielles mais même, des hypothèses qu’on essaiera de tester ou d’affirmer à l’avance. C’est-à-dire considérer ces hypothèses comme des réalités. Ceci dépend de la façon dont pense chacun. Ce qui est une réalité pour moi peut être un mythe pour un autre, voire un mensonge et ainsi de suite.

Ceci nous montre une fois de plus que la foi est une affaire personnelle, spirituelle intérieure et privée. Elle dépend du degré de connaissance de la personne et de son degré d’évolution. On ne peut pas se limiter à un niveau bien précis. Il y aura toujours une possibilité de passer à un autre stade plus évolué, plus réel et plus logique.

Sans oublier de souligner les variables qui peuvent intervenir telles que le temps, l’espace, l’éducation ou l’état d’esprit de la personne. Chacun de nous a le droit de choisir sa foi. Nous ne sommes pas obligés de partager toute la même foi. La diversification est enrichissante pour l’humanité. C’est comme le fait de demander à quelqu’un d’aimer ce qu’on aime. D’ailleurs on n’est pas obligé d’aimer ce que les autres aiment Chaque personne est libre de choisir les critères de sa foi.

Peut-on changer notre foi ?
Non, si nous la changeons sur un coup de tête ou bien pour survivre les autres sans une conviction intérieure. Dans ce cas, on perdra et la foi d’origine et la nouvelle foi, et l’on échouera dans la « fausse foi » ou la foi du mensonge. Il y aura une divergence entre notre foi intérieure et celle des autres.

Nous aurons une double personnalité ce qui nous causera beaucoup de souffrance. C’est une perte totale e tous. Nos principes. Par conséquent, il vaut mieux garder sa foi intérieure même si elle est différente de tous les autres.

Cependant. Oui, si ce changement surgit après une longue réflexion, tout en prenant en considération notre état d’esprit et nos connaissances. Une décision prise au fur et à mesure et qui nous aura amené vers une nouvelle foi. Une foi, généralement par notre entourage. C’est le résultat d’une recherche extérieure et d’une conscience intérieure à la fois.

Attention, cela ne nous donne pas le droit de dire que les autres fois ne nous empêche pas de parler et d’expliquer notre expérience personnelle aux autres, non pas dans le but de les convaincre mais d’enrichir le débat.

Enfin, certes la foi est importante pour l’être humain, mais encore plus quand ce dernier croit en lui-même. La foi n’est pas forcément liée à Dieu, surtout celui décrit par les religions monothéistes.

Avoir la foi en un Dieu, en deux Dieux, voire en plusieurs Dieux ; avoir la foi en la non existence de Dieu ; avoir la foi en soi-même ou en l’être humain en général, avoir la foi en une force surnaturelle…

Peu importe en quoi ou en qui pour vu que notre foi soi solide et réelle. La foi naît par nous et ne devrait être imposée ni par la tradition ni par la société…

Par : Mohamed Karim Labidi

À lire aussi : La liberté dans l’islam orthodoxe ? >>>