16 – Ma vie Ma Tunisie

Mohamed Karim Labidi

Ma vie Ma Tunisie

Découvrez le livre du Mohamed Karim Labidi “Ma vie Ma Tunisie”

Voici un fragment de mon livre témoignage : « Ma vie Ma Tunisie », vous pouvez méditer cet extrait que je partage avec vous, suivi d’une analyse, avant les élections du 23 octobre mais surtout suite à la polémique autour de la diffusion du film Persépolis sur Nesma TV.

“Je me rappelle bien de cet été de 1973, je m’amusais pleinement, entre sorties en familles, jeux, promenades le soir au port de la goulette, à Sidi Bou Saïd, Carthage ou hammam Lif et baignades. À l’horizon se mêlaient mes illusions du présent aux rêveries du futur.

Souvent, l’ami de mon père passait avec sa voiture accompagné de sa fille pour nous emmener, moi et mes sœurs à la mer, nos baignades étaient un régal.

Nous aimions les vagues, le vent et le sel. Nous aimions sentir le soleil pénétrer nos corps, nous rouler dans le sable, rire de tout.

C’était le temps de l’insouciance, des lendemains qui n’existaient pas. Plus rien n’avait d’importance, sinon de goûter simplement aux joies du grand large.

Mes sœurs mettaient leurs maillots de bain Bikini et se baladaient au bord de la page, quant à moi, je restais jouer et mon frère avec le sable sous l’œil attentif de l’ami de mon père, qui en même temps, appréciait quelques bières,

Les soirées coulaient tranquillement dans un bain d’allégresse et d’amitié partagée. Nous étions alors une famille ordinaire, parfois conservatrice, traditionnelle, comme la plupart des familles tunisiennes.

Ma mère faisait tout pour voir ses filles modernes ; Bourguiba, ce leader féministe, avait demandé clairement aux femmes tunisiennes d’enlever le voile traditionnel mais ma mère a gardé tout de même le « Sefséri » par habitude plus que par conviction.

Mes sœurs portaient des jeans, des minis jupes , des chemises à la mode. C’étaient, des jeunes filles imprégnées de la modernité naissante, vouée à combattre les freins conservateurs de l’arrière-garde traditionaliste qui limitaient le rôle de la femme à celui de « Bonne de maison».

Les vacances d’été viennent de finir et une de mes sœurs est rentrée à l’université, pour y étudier les sciences mathématiques, et s’approchait de plus en plus de l’islam politique sans s’en rendre compte.

Juste après quelques mois, j’ai remarqué que ma deuxième sœur, la plus proche à moi depuis ma naissance, commençait à changer et affichait un comportement bizarre qui ne laissait paraître aucun sourire. Nos échanges quotidiens ont fait naître un lien fort, qui m’a permis de remarquer cette différence subite.

Avant ce changement, elle faisait beaucoup d’efforts pour aider ma mère et nous amusions ensemble et jouons à la maison.

Mais depuis qu’elle est à l’université, elle a commencé à oublier cette joie, ce bonheur qui faisait toute la richesse de sa personnalité, elle était connue de son courage et de son esprit libre et critique, son humour, sa manière de cultiver des liens chaleureux avec les siens, elle avait beaucoup de ma mère et de son caractère fort, elle allait jusqu’au bout des choses sans abandonner.

Elle était devenue de plus en plus isolée, comme si elle avait un monde unique à elle, ne parlait presque avec personne, enfermée dans sa chambre

Un jour, j’ai entendu une discussion avec ma mère :

– Tu sais, maman, nous sommes cernés par les forces du mal.

– Que veux-tu dire, mon enfant?

– Il y a beaucoup de gens qui veulent nous détourner du chemin qui mène à Dieu.

– C’est étrange ce que tu dis là, Ma fille. Quelqu’un cherche-t-il à te faire du mal ?

– Oh non ! Je me sens si forte, maman ! Dieu est avec moi. Dieu est si bon ! Je ne me suis jamais sentie aussi près de Son cœur.

– C’est bien la première fois que je t’entends parler de Dieu avec autant de passion. Je t’en félicite. Mais pourquoi tes mains tremblent-elles à ce point ? Es-tu souffrante ?

Ma mère prit un siège, puis s’assit, abandonnant les préparatifs du déjeuner qui l’avait occupée depuis le début de la matinée.

Ma sœur resta debout, fit plusieurs fois le tour de la table de la cuisine ; de ses yeux s’échappaient des éclats coupants, lesquels exprimaient également une sorte de gêne que tentait en vain de dissimuler.

Chose surprenante, sa robe lui descendait jusqu’aux mollets, alors que d’habitude, elle portait des jupes plutôt courtes. Ma mère avait très bien compris que ça fille n’était pas dans son état normal.

– Si je suis souffrante ? reprit ma sœur. Pas le moins du monde ! Au contraire, je me sens aussi forte qu’un bloc de granit !

– Mais alors pourquoi trembles-tu ?

– Je tremble, car mon amour pour Dieu est immense. Et je sais qu’Il me regarde.

– Il nous regarde tous, rétorqua ma mère.

– Tu te trompes, maman. Dieu regarde seulement ceux qui ont tout sacrifié pour Lui, ceux qui se sont placé corps et âme sous Sa lumière.

– Depuis que tu es à l’université, tes mots ont bien changé. Et je trouve que tu as un peu perdu ta joie de vivre.

– Je n’ai jamais été si heureuse. J’ai rencontré de nouvelles personnes qui m’ont vraiment ouvert l’esprit et redonné la liberté.

– Je te remercie pour ta délicatesse, ma fille. Crois-tu que je t’ai élevée sous une cloche de verre ?

– Tu ne m’as pas élevée pour que je puisse accéder à la vraie parole de Dieu ! Lança ma sœur avec une rage qu’elle ne sut réprimer, comme si ma mère lui a caché la vérité de Dieu.

Elle s’assit à son tour, se frotta le visage avec ses mains. Pendant quelques secondes, son esprit sembla égaré dans le silence. Puis elle se leva, s’approcha de ma mère, se pencha légèrement vers elle et lui dit:

– Nous devons tous apprendre à écouter la parole de Dieu. Ce que nous avons fait pour Lui jusqu’à présent n’est rien. Désormais, tous nos gestes, tous nos actes comme nos pensées doivent être tournés vers Lui, sans quoi les portes du paradis ne nous seront pas ouvertes.

– Cesse ces mots, comme si je ne suis pas musulmane ! tes mots me font mal. Je ne veux plus t’écouter.

– Pourtant il le faudra bien, car c’est la volonté de Dieu.

Cette discussion glaça le sang de ma mère. Pourquoi sa fille était-devenue aussi dure dans ses propos ? Ma mère pratiquait la prière quotidiennement.

Elle avait éduqué ses enfants sans faire de différence entre eux, prêtant à chacun une égale attention, remplissant ainsi au mieux son rôle de mère. Elle n’avait à rougir de rien, si ce n’est de nombreuses disputes avec mon père. Mais elle n’en était pas responsable, n’ayant jamais voulu ce mariage.

Au contraire, Ma mère avait accepté son sort malgré sa peine et travaillait sans relâche pour le bien-être de sa famille.

Elle s’était battue pour que les siens puissent vivre sous leur propre toit, hâtant de cette façon l’indépendance de la famille. Vivre librement et sans la contrainte des autres, n’est-ce pas là le but auquel doit prétendre tout responsable de famille ? Que pouvait-elle faire de plus pour mériter l’amour de Dieu ?

Ma sœur prenait un virage qui annonçait des jours difficiles. Son changement d’attitude apparut davantage dans sa tenue vestimentaire. De jour en jour, ses habits prenaient de plus en plus de la longueur. De couleurs attrayantes dans les premiers temps, ils glissèrent progressivement vers le gris.

Un jour, je lui avais demandé la raison pour laquelle elle ne portait pas le « Sefséri » comme ma mère, elle m’avait répondu que celui-là représentait la femme musulmane par tradition, et que ce qu’elle portait elle, était les habits islamiques qui représentent la femme musulmane par conviction.

Je voulais alors connaître la différence entre la musulmane par tradition et la musulmane par conviction : Pour elle, la tradition n’était pas le vrai islam du temps du prophète, par contre son islam est identique à ce que Dieu a voulu et comme l’a vécu les premiers musulmans, et pour m’expliquer plus, elle m’a dit clairement que l’islam ne doit pas être séparé de la politique, parceque Dieu à dit “Et ceux qui ne jugent pas d’après ce qu’Allah a fait descendre, les voilà les mécréants.”.

Selon elle, cet habit qu’elle portait n’était pas un simple habit musulman mais aussi un uniforme qui représentait la tendance islamique tunisienne « Ennahda », pour les femmes musulmanes qui appartenaient à ce parti et pour montrer à tout le monde le nombre important de personnes à vouloir une république islamique.

Ma vie, ma Tunisie

Ma vie, ma Tunisie

C’est une des grandes erreurs de ma mère que de sous estimer le danger de l’infiltration de l’islamisme dans notre famille, elle se disait peut-être que cela était passager et que ma sœur allait retrouver son équilibre.

Malheureusement, elle ne connaissait pas leurs méthodes de manipulation, ils agissent sur les personnes qui veulent faire servir.

Les méthodes pour eux sont multiples pour arriver au but. Ma sœur était tombée dans le piège de l’amour d’un islamiste, un membre faudeur d’Ennahda, elle voulait se marier avec lui et fonder une famille exemplaire au service d’Allah, c’était son rêve de jeune fille.

Mohamed lui-même a utilisé cette méthode quand il s’est marié avec certaines de ses femmes afin d’avoir le soutien et l’alliance de leur famille et même de leur tribut, afin de servir sa cause, la propagation de l’islam.

Cela est remarquable aussi en Europe, à travers la conversion de beaucoup à l’islam suite au lien du mariage, généralement, ceux qui se convertissent, le font par amour, ce qui conduit nécessairement à l’infiltration islamiste dans les familles.

La deuxième erreur qu’à commit ma mère a été de ne pas agir à temps pour faire face à ce danger, car elle croyait à la liberté de chacune et à ses responsabilités, elle ne voulait rien imposer à ses enfants, afin que ces derniers assument leurs choix.

Elle nous a éduqués pour être responsable, elle ne voulait pas que ces enfants vivent ce qu’elle a vécu quand elle n’a pas eu le choix pour son mariage. Elle était amoureuse de son cousin paternel, et malgré cela, elle s’est retrouvée mariée, forcée, à mon père malgré son jeune âge. Elle en a beaucoup souffert.

Et c’est pour cette raison, qu’elle donnait la liberté à ses enfants pour faire le choix et vivre l’expérience, quitte à se brûler le doigt comme elle disait.

Malheureusement, l’infiltration islamiste a été la source de malheur de ma famille et des milliers d’autres familles, aux années quatre vingts, sous prétexte de la liberté, et du libre choix… “

Cette situation actuelle en Tunisie me rappelle ma famille pendant l’infiltration islamiste, la Tunisie d’aujourd’hui permet à un parti politique à connotation islamique de paraître officiellement mais qui risque d’être la source de son malheur.

Notre devoir est d’avertir cette population encore fragile et qui manque d’expérience dans le domaine de la politique et de la Liberté, une population en majorité influencée par l’emprise religieuse de l’islam, et que ces islamistes utilisent pour les embobiner dans l’islamisme et pour avoir leur soutien au pouvoir.

Malgré tous les problèmes qu’a rencontrés ma sœur suite à l’islamisme, elle tenait toujours à l’islam, pour elle l’islamisme est le vrai islam, qui pour elle, est la seule issue pour conserver son identité, ses idées en fait, ne lui étaient pas propres mais inculquées dans sa tête par son mari.

Finalement, l’islamisme fait de ses adeptes des prisonniers de lui-même et efface complètement leur raisonnement et j’avais compris la raison pour laquelle Bourguiba avait tellement peur des islamistes.

Étant jeune, je n’avais pas fait le rapprochement entre la peur de ma mère de l’islamisme pour sa famille et la peur de Bourguiba de l’islamisme pour son peuple, avec la différence, que lui, il a pris des mesures fermes, quant à elle, elle a laissé le choix à sa famille et l’a vu par la se déchirer et son rêve s’éteindre.

La Tolérance dont a adopté ma mère comme méthode, a aidé les islamistes à mettre la main par-dessus ma famille immédiatement. La méthode de Bourguiba d’oppression et de censure et par la suite Ben Ali a peut-être aidé les islamistes à mettre la main par-dessus la société tunisienne à long terme.

Celle-ci doit se rendre compte du danger de l’islamisme qui n’a fait que grandir dans l’obscurité, de plus en plus fort après avoir eu l’autorisation de participer politiquement à l’avenir de la Tunisie.

Que faut-il faire avec eux : leur donner la liberté ou la leur priver ?

Je pense que la censure ne peut pas être la solution, ni la liberté d’ailleurs. Il faut déterminer des lois claires dans la constitution afin de préserver la liberté de chacun et de défendre les libertés au nom de tous. Il ne faut pas interdire la parole au nom d’une religion ou d’une idéologie. Seules les diffamations et les mensonges devraient être interdits. Il faut cesser la violence verbale et physique.

J’espère que les Tunisiens vont devenir plus conscients et plus vigilants, qu’ils vont faire le bon choix pour la Tunisie de demain. Un moderniste par exemple, avec qui, au moins, on peut discuter est mille fois meilleur qu’un islamiste dangereux par ses opinions, qui prétend parler au nom de Dieu et avec qui, on ne peut discuter sans être accusé de mécréant.

C’est Aux Tunisiens de choisir un programme humain et non un programme issu des idées d’une religion.

Mon combat jusque-là est un combat culturel, une guerre d’idée et je dénonce toute forme de violence. Je suis contre ceux qui ont interdits la parole aux islamistes quel qu’ils soient, même Hizb ut-Tahrir et les salafistes car ceux-là ont le droit de s’exprimer en toute liberté, à condition, qu’ils respectent la liberté des autres et ne parlent qu’en leur nom, et qu’ils ne se mêlent pas des autres et qu’ils respectent la constitution moderniste.

Je suis tout à fait contre ces partis politiques à connotation islamique, ils ont le droit d’agir en associations ou fondations dans la société civile, mais pas en politique tant qu’il n’y a pas une constitution qui protège les tunisiens de leurs dérivés au nom de l’islam. Comme il y a eu l’interdiction de Hizb ut-Tahrir, la dissolution du RCD et autres, il faut interdire maintenant Ennahda, car il ne faut pas utiliser l’influence religieuse dans la scène politique.

Sinon, elle peut présenter un programme politique indépendant de la religion car elle n’a aucun droit de parler au nom de l’islam, ni d’utiliser les mosquées comme lieu de la propagande à l’appel aux manifestations, et surtout, interdire toute manifestation non autorisée. Les manifestations doivent se faire principalement le jour férié, dimanche, afin de ne pas nuire à l’ordre public.

La Tunisie ne connaîtra jamais la paix ni l’évolution moderne avec ces partis politiques islamiques. Il y aura certainement des divisions dans le parti même comme toujours, car il est fait de plusieurs tendances islamiques. Aujourd’hui, c’est le besoin du pouvoir qui les réunit, mais après les élections du 23/10, ce ne sera plus le cas, surtout si le peuple tunisien votera massivement les modernistes.

En tout cas et d’après mon expérience et ma connaissance de ce parti politique, il va vers la division, quel que soit le résultat de vote du 23/10, surtout si les Tunisiens sont conscients du danger de ce dernier. J’espère pouvoir sortir le livre qui va expliquer avec détail l’histoire de ce parti islamiste, Ennahda et ses relations avec l’islamisme international selon mon vécu.

Il faut des lois strictes et fixes dans la constitution qui punissent fermement :

Tout appel ou menace à la violence que ce soit physique ou morale, contre les personnes ou les groupes.

Tout acte de violence au nom d’une religion ou d’une idéologie ou autre.

Toute diffamation contre une personne ou un groupe.

Toute utilisation des lieux religieux à des fins politiques.

Toute personne qui s’habille de façon à cacher son visage, soit pour les femmes soit pour hommes, sauf les forces spéciales antiterroristes.

Toute personne qui interdit la liberté intellectuelle au nom d’une religion ou autres.

Toute personne qui parle au nom du peuple entier, chacun doit parler au nom de ceux qu’il représente.

Tout prosélytisme ou leçon de morale dans les lieux publics et le non-respect des personnes des autres croyances.

Toute non-reconnaissance d’une croyance, d’une ethnie ou d’une langue sur le sol national du pays.

Toute personne ou groupe qui reçoit du financement étranger quel qu’il soit.

Quelques exemples de lois pour empêcher les islamistes à limiter le droit des personnes en leur pays, et afin d’arrêter le danger de l’islamisme. Et c’est aux spécialistes de présenter une constitution solide qui respecte les droits.

Pas de liberté aux ennemis de la liberté.

Par : Mohamed Karim Labidi

À lire aussi : Que devrais-je faire cher esprit libre ?

11 -Définition du mot ex-musulman

Définition du mot ex-musulman

Définition du mot ex-musulman

Le mot ex-musulman est un mot composé de préfixe « ex » qui signifie ancien, et du mot « musulman » qui signifie une personne qui professe l’islam, et qui appartient à la religion islamique, le mot musulman vient de l’arabe muslim « celui qui se soumet à Allah et ce que Mohamed a enseigné ».

Être un musulman est appartenir à la communauté musulmane « el Oumma » et devenir un ex-musulman est se détacher de cet « oumma » et se libérer de cette soumission communautaire religieuse.

Définition du mot ex-musulman

Définition du mot ex-musulman

Mais malheureusement, pour la majorité des musulmans orthodoxes pour ne pas dire tous, le mot ex-musulman veut dire autre chose, puisqu’il est lié au mot arabe irtidād et rida qui veut dire : reculer en arrière et abandonner l’islam comme religion et foi, cela signifie dans la majorité des cas pour les musulmans une trahison et les ex-musulmans des traitres…

Cette signification fausse que les musulmans pensent des ex-musulmans, est liée à la religion islamique elle-même, qui se croit la seule et unique vérité et que toutes les autres sont fausses, ce qui veut dire pour elle, qu’abandonner l’islam par les musulmans veut dire quitter le vrai pour le faux et sortir de la lumière vers l’obscurité.

Et bien sur, il ne faut pas oublier que la majorité des musulmans aujourd’hui ont une idée bien claire, qui se résume en le fait qu’une personne qui abandonne l’islam ou bien un l’athée est sans principe ni morale ou bien considéré comme un traitre qui s’est « vendu » à l’occident et un pro- sioniste, ennemi des musulmans. Donc dire ou être un ex-musulman est une grande trahison qui mérite bien la mort ou la prison, et dans le cas le plus apaisé, l’humiliation et le rejet total.

Le problème est que les musulmans avec leur notion d’el « oumma », rajoutent à l’islam en plus d’une religion, une identité nationale qui regroupe tous les musulmans dans un seul et unique regroupement, ce qui fait que quitter ce groupe veut dire automatiquement la trahison, ce qui laisse la majorité des musulmans ne penser même pas à quitter l’islam, et même s’ils le font, ils vont le faire en cachette sans avoir le courage de le dire, par peur d’être poursuivis et accusés de tous les mots possibles par les musulmans.

Le choix de quitter l’islam est un choix personnel, qui est le fruit d’une réflexion individuelle du musulman qui a suivi dès sa naissance, un lavage de cerveau considérable dans sa famille, dans la société et dans les médias pour ne voir que l’islam, et ne laisse aucun autre choix pour douter ou pour choisir autre chose que l’islam.

C’est très rare qu’un musulman lui vienne à l’esprit de douter de l’islam ou de changer de croyance, et même s’il pense à cela, il est rapidement menacé et il est empêché par tous les moyens de se libérer.

Quitter l’islam ne veut pas dire être traitre comme croient beaucoup de musulmans orthodoxes, on peut quitter l’islam pour mille raisons personnelles ou autres, parce qu’on ne se sent pas bien dans cette croyance, ou parce qu’on trouve le salut et la paix dans une autre croyance, chrétienne, bouddhiste… etc, ou encore, être athée. Quitter l’islam et choisir d’être un ex-musulman qui est la libération d’une soumission despotique politique, sociale et religieuse.

Mais les musulmans orthodoxes croient dur comme fer que tout être humain est né de nature musulmane : [Mohamed a signalé que Allah a dit : “J’ai créé mes serviteurs dans la religion droite (pour les musulmans c’est l’islam) mais les diables de leur fit égarer.

Un autre hadith dit aussi :”Chaque enfant est né dans un état de « Fitrah», puis ce sont les parents qui font de lui un Juif, chrétien ou un zoroastrien, la manière d’un animal donne naissance à une progéniture normale. Avez-vous remarqué que sont nés mutilé ? ” (Al-Bukhari et Muslim).].

Et puisque l’islam est la seule vérité, pour eux, les ‘non-musulmans’ sont ainsi suite à l’éducation de leurs parents, et que se convertir à l’islam est un acte tout à fait naturel et juste et que c’est le retour à la nature humaine qui mérite tout respect ; par contre, quitter l’islam pour ceux qui naissent musulmans est une déviation de la nature humaine et un recul injuste, qui mérite un châtiment sévère et sans aucune pitié.

Toutes ces idées reçues qu’ont les musulmans sur les ex-musulmans doivent disparaître, et les musulmans eux-mêmes doivent comprendre et accepter que toute personne est libre de choisir sa croyance, et n’est pas obligée de suivre ses parents, cela s’applique sur les musulmans ou autres.

Le droit de quitter une croyance ou une origine doit être respecté, puisque chacun est libre, et que choisir d’être un ex-musulman ne veut pas dire être traitre, puisqu’on peut trouver des traitres parmi les musulmans eux-mêmes, qui ont sacrifié leurs pays et leurs familles comme on peut trouver des ex-musulmans loyaux et qui aiment leurs pays et leurs peuples.

Ce qu’on demande est le droit de quitter l’islam, et que les musulmanes acceptent qu’un musulman les quitte comme ils acceptent qu’un non-musulman se convertisse à l’islam. Mais cela semble impossible puisque l’islam est clair et net sur ce point, que quitter l’islam est formellement interdit et qu’il mérite la peine de mort.

La seule solution actuelle est de dénoncer haut et fort cet islam orthodoxe qui interdit d’être apostat, mais si un musulman dénonce cela, il va lui même être accusé par le musulman orthodoxe de trahison et d’apostasie. On reste alors dans ce cercle vicieux qui ne finit jamais tant que les musulmans n’ont pas le courage de dénoncer cet islam orthodoxe et de se libérer de cette soumission infernale.

Par : Mohamed Karim Labidi

À lire aussi : Prologue (El Fatiha) >>>

08 – Le mythe de l’identité arabo-musulmane

Le mythe de l’identité arabo-musulmane

Beaucoup de partis politiques en Tunisie ou en Égypte parlent de l’identité arabo-musulmane, comme unique identité qu’il ne faut pas modifier dans la constitution, car elle représente la réelle identité du peuple.

Le mythe de l’identité arabo-musulmane

Le mythe de l’identité arabo-musulmane

Depuis l’indépendance et jusqu’à aujourd’hui, la question de l’identité arabo-musulmane reste une revendication de tous les partis politiques et du peuple et reste pour eux une vérité sacrée est requise, la seule issue pour nous protéger de tout effacement culturel, même après le soulèvement contre les dictatures.

Ma question est si l’idée de l’identité arabo-musulmane n’est rien d’autre qu’un mensonge alimenté par les pro-islamistes et les pro-arabes? Est-ce que nous sommes vraiment des arabo-musulmans ? Loin de toute polémique du complot d’effacement identitaire, un peuple qui ne peut pas définir sa vraie identité est un peuple qui ne peut, ni se libérer ni évoluer et qui ne pourra pas arriver à une civilisation humaine digne de notre temps. Un peuple sans identité réelle est un peuple sans histoire, donc forcement, sans avenir, il va de soi qu’un peuple qu’on lui impose une identité est un peuple sans dignité.

Avant de savoir qui nous sommes, il faut d’abord définir ce que c’est que l’identité. Cette dernière peut définir un peuple, un groupe ou un pays ? Sur quels critères se base l’identité réelle d’un peuple ? Est-elle si importante pour un individu ? L’identité est primordiale pour pouvoir avancer ?

Se tromper sur la définition de l’identité nous empêcherait certainement d’avancer, alors, essayons d’approcher tous ces concepts.

L’identification d’un peuple est comme l’identification d’un individu, une personne qui ne connaît pas son sexe ne pourra choisir son orientation sexuelle et un peuple qui ne connaît pas son identité ne pourra pas choisir son orientation culturelle.

L’être humain et quel qu’il soit, a besoin d’être identifié au point de vue individuel ou social afin de pouvoir avancer vers l’avant et surtout dans la bonne direction, sinon, il va vivre la crise d’identité qui le bloquera sur tous les plans.

Définition simple de l’identité selon le dictionnaire : “Ce qui détermine une personne où un groupe, données qui déterminent chaque personne et qui permettent de la différencier des autres, L’identité regroupe les façons dont les individus ou les groupes se définissent par eux-mêmes, et sont définis par autrui”.

L’identité n’est pas que l’on prononce seulement ou que l’on peut imposer, mais elle est bien une réalité qui émane de l’intérieur et commode à la pratique à l’extérieur, il ne suffit pas de dire ou d’être convaincu d’être un homme ou une femme, mais il faut que le comportement arrive à en convaincre l’entourage de l’identité de la personne même. Il en va de même pour l’identité collective : il ne suffit pas simplement de le dire, mais plutôt de vivre cette identité, non pas uniquement dans le présent, mais dans le passé et à travers l’histoire également.

Il y a plusieurs critères pour définir un peuple ou un groupe, on se contente des plus importants, cités dans l’histoire :

    1. Critère du sang ou de la couleur de la peau : Ce critère est le plus ancien et remonte au temps de l’âge animal, comme pour la différence entre deux sortes d’animaux et la différence entre deux êtres humains, ce critère est utilisé dans l’histoire pour différencier les peuples sur des bases héréditaires et physionomiques. Ce critère a causé des massacres dans l’histoire et de l’esclavagisme ainsi que des crimes racistes et des génocides, aujourd’hui et suite à l’évolution de l’esprit humain, ce critère est considéré comme raciste et inhumain. Toute personne ou un groupe s’identifiant par ce critère est condamné par les esprits civilisés.
    2. Critère religieux, des croyances et critères idéologiques : Ce critère est évolutif par rapport à son précédent, il est apparu dans l’histoire pour faire opposition au critère racial, et explique que l’identité d’un peuple se définit par rapport à la croyance: C’est constaté chez les chrétiens, mais plus clairement dans l’islam sous la notion d’el umma. Ce critère a permis de créer des empires despotiques et impérialistes dans l’histoire dans lesquelles les minorités religieuses ou idéologiques sont opprimées et détournées au silence et à la soumission dans la majorité. Ce critère du religieux se considère plus dangereux que le critère de la race, il se base plutôt sur les idées que sur l’apparence.

Ce critère est apparu en dernier et partage les peuples selon la langue et la culture, il ne prend pas en compte le sang ni la physionomie ni les croyances, mais la langue parlée et ce que véhicule cette langue comme comportement social et culturel et qui crée une identité des peuples, comme les Kurdes, les Berbères, les Basques, les Arabes…

Ce critère et malgré son évolution par rapport aux précédents reste imparfait, car il limite d’un côté la liberté des individus à choisir leurs identités, de l’autre côté, il permet de créer des groupes fermés sur eux-mêmes et qui refusent toute évolution, ce qui s’en suit, ce sont des états nationalistes qui interdisent la diversité culturelle et linguistique. Le monde aujourd’hui vit dans cet état de préservation culturelle et linguistique et une division du monde en des pays.

Cette situation a créé dans certains de ces pays une injustice envers les minorités culturelles et linguistiques, surtout quand l’état d’un pays prend une identité culturelle unique ou principale et une langue officielle majoritaire, ce qui a engendré beaucoup d’effacement et de disparition des langues et des cultures, on prévoit une impasse à laquelle va se heurter le monde dans l’avenir.

  1. Critère du sol et du territoire :Critère nouveau et avant-gardiste qui se base sur le droit du sol, quelle que soit l’appartenance de la personne, sa religion, sa langue ou sa culture. La personne est considérée citoyenne à part entière dans un pays et un état qui respecte toutes les cultures et toutes les langues et dialectes ainsi que toutes les croyances et les idéologies, dans cette atmosphère diversifiée, vivra tout personne sur le sol d’un pays sans aucune injustice. Ce seul critère est pris en considération comme critère d’identité dans l’histoire, dans le présent et dans le futur. À travers l’histoire, les idéologies, les croyances et les personnes changent par contre, la terre ne change pas. Jean-Marie Adiaffi a cité, “Rien ne vaut la force de l’amour de l’homme pour sa terre, sa forêt, ses fleuves, ses montagnes, ses rochers, ses arbres, ses oiseaux, ses pierres.

En se basant sur ce critère du droit du sol, on peut avoir des pays civilisés qui avancent vers un avenir sans aucune discrimination tout en acceptant la différence qui est née du multiculturalisme, celle qui fait la richesse réelle d’un pays. Avec certainement cette identité réelle, on pourra se créer une union équilibrée et claire afin d’être reconnu et s’identifier par rapport à l’autre, cette dernière doit se baser sur l’endroit géographique, seul critère stable à travers l’histoire, la race, l’identité et les croyances étant présentes sur la terre, une terre sur laquelle nous vivons depuis toujours. Cela-dit, quelles que soient l’origine, la croyance, la langue ou la culture, le citoyen doit être reconnu à part entière et avec dignité sur la terre qu’il a choisie où vivre.

Quand on prend l’exemple de la Tunisie, on peut dire que chaque personne se sent tunisienne à part entière dans sa chaire et dans son esprit quelles que soient son origine ou sa croyance et se considère tunisienne nord-africaine, je crois à la toute-puissance de la terre sur laquelle nous vivons. La race n’est pas dans le sang ni dans les croyances ni dans la langue, mais elle est ultimement liée à la terre et à l’atmosphère de cette terre: c’est notre origine et la base de notre conception, c’est ce qui a fait notre propre culture, c’est le trait d’union entre les hommes et les femmes. Le symbole de la culture naît dans la considération des lieux où elle est née. Aimer un lieu doit se refléter à travers le respect dans les comportements et les attitudes de la personne envers ce lieu-là. Ce dernier qui n’est rien d’autre que la terre qui nous donne l’identité dont on est fier.

Quand on se pose la question à propos des Arabes installés au nord de l’Afrique, sont-ils les mêmes aujourd’hui ? Ils se sont certainement mélangé avec les Turcs, les Romains, les Phéniciens, mais aussi les Français, bref, tous ceux qui ont vécu sur cette terre, pour former les Nord-Africains. Serait de même pour un Africain qui habitera plusieurs siècles en Europe, il sera finalement un Européen. Logiquement, nous pourrons dire aujourd’hui que Maghrébins, Libyens et Mauritaniens ne sont pas des Arabes, mais ils sont réellement des Nord-Africains, qu’ils soient différents par la race, la couleur ou la langue, la religion ou les croyances, ils vivent sur la terre du nord d’Afrique et respirent l’air du nord d’Afrique. Nous ne rejetons pas nos origines, nous ne nions pas d’où nous venons, car les civilisations précédentes méritent tout respect et toute reconnaissance.

Pensons plutôt à la vie actuelle et aux générations futures, qui ne cessent de se projeter et de côtoyer le monde entier sans se soucier des frontières et de ses limites, pour devenir ce qu’elles veulent et réaliser le rêve d’être libre et d’appartenir à la terre et au droit du sol, sans jamais s’arrêter aux particularités. Dire que les Nord-Africains ne sont que des Arabes ou que des Magrébins, c’est nier l’origine de la terre et nier notre histoire avant l’arrivée des Arabes et de l’islam, le nord d’Africain existait bien avant les Arabes et l’islam et demeure jusque-là sur cette terre. Il ne faut surtout pas nier notre identité réelle qui va nous permettre d’évoluer et d’aller vers l’avant, sinon, nous allons tomber dans l’illusion de la fausse identité.

Aujourd’hui, l’identité arabo-musulmane est celle qu’affiche la majorité comme unique identité, par ignorance, par dogmatisme religieux ou même nationalisme. Cette identité n’est qu’un mythe et un mensonge inventé afin de cacher la vraie identité, celle qui existait bien avant l’arrivée de l’islam et des musulmans. C’est une injustice envers l’autre et envers le berbère qui revendique dans son combat sa présence, et une discrimination des non musulmans sur cette terre.

Les valeurs de l’islam et de cette identité arabo-musulmane effacent notre identité réelle et ne gardent que ce que l’islam retient, pour nous empêcher d’être fiers en dehors de l’islam et des Arabes. Finalement, notre identité réelle a été arabisée et islamisée sans nous donner le choix d’être ce que nous étions avant l’islam et ce que nous voudrons être. Le peuple tunisien est nord-africain et humain, un peuple diversifié et varié dans ses valeurs, ses origines et ses opinions, il doit se sentir libre à travers le droit du sol sans avoir honte ni avoir peur.

Le citoyen tunisien doit l’être à part entière, quelqu’un qui aime cette terre, son air et son âme, quelle que soit son origine, sa langue ou ses croyances, sans pour autant appartenir à la majorité ou nier les minorités. Toute personne a le droit de choisir son identité et de changer par soi-même, sans être accusé de traître ou autre.

L’identité est fortement liée au sol et à la terre ; à vous de méditer le sujet et de conclure par vous-même, ce qui pourrait nous faire avancer et non reculer.

Par : Mohamed Karim Labidi

À lire aussi : Question : Pourquoi l’état d’Israël ? >>>

01 – Al-Takia ou l’Art de tromper l’ennemi

Al-Takia ou l’Art de tromper l’ennemi

Au nom de l’Homme libre et rationnel

Que la logique, la tolérance et le droit à la différence l’emportent sur l’emprise totalitaire religieuse islamiste.

Al-Takia ou l’Art de tromper l’ennemi

Al-Takia ou l’Art de tromper l’ennemi

Nous exprimons notre colère et notre opposition à cette montée frénétique de l’international islamisme qui nous terrorise et nous étouffe intellectuellement et physiquement.

Merci de donner la parole aux esprits libres pour qu’ils puissent lever leurs voix face à la dictature islamiste. A nous tous, nous allons essayer d’analyser cette situation alarmante, à travers les différents points de vues, et tenter d’apporter des solutions efficaces pour faire face à cette barbarie sans nom.

Merci de bien lire cet article avec un esprit ouvert, sans préjugés préalables afin de participer à cette lutte internationale qui devient incontournable; avec de la volonté, nous vaincrons cette vermine qui nous range chaque jour davantage comme une épidémie qui ravage tout sur son passage.

J’aurai tant souhaité que cette première intervention publique ne soit pas en France, comme étant de Foi Athée, ex musulman tunisien, soit dans mon pays. Mais, je garde toujours espoir et j’œuvre, avec le soutien de tous pour que cette situation change un de ces jours.

Cet article est très long, mais il mérite d’être lu, je vais faire de mon mieux pour résumer au maximum ce vaste et épineux sujet sur “Al-Takia”.

Définition du mot “Al-Takia
Beaucoup pensent que “Al-Takia” se limite au domaine de la religion. Beaucoup l’attribut uniquement au chiisme. D’autres encore l’attache uniquement à la simulation. Or “Al-Takia” s’applique à tous les courants islamistes que ce soit dans le domaine du politique, de l’économique, du militaire ou du religieux. La simulation en soit n’est qu’une forme de “Al-Takia”.

Il existe essentiellement deux formes de la Takia :

    • I/ Al-Takia défensive :

Le recours à la Takia défensive permet de se protéger d’une agression extérieure qui peut aller jusqu’à nous ôter la vie. Elle est exercée en cas de légitime défense par toutes les minorités afin de préserver leur droit à la différence.

Cette forme de “Al-Takia” s’applique aussi au niveau de certains ordres sectaires comme le chiisme ou le soufisme, afin de survivre. Cette pratique apparaît également sur le plan individuel afin de se préserver de notre proche entourage. Je ne m’attarderai pas davantage sur cette approche qui relève effectivement de la simulation classique et sans danger.

  • II/ Al-Takia tactique :
    Al-Takia tactique à forte connotation politique, en vue de s’approprier le pouvoir sur un pays ou sur l’ensemble de l’humanité tôt ou tard, oeuvre pour l’extinction de la diversité et de la richesse humaine à travers des techniques bien sophistiquées qu’on va résumer à travers ces trois principaux points :
  • 1) Tout d’abord, la diversité des méthodes utilisées afin de toucher un maximum d’adeptes en fonction de leurs différents niveaux.
  • 2) Ensuite, l’utilisation de la procédure par étape afin d’infiltrer les esprits progressivement et les soumettre en douceur à leur emprise.
  • 3) Enfin, la force d’adaptation aux différentes situations qui se présentent en fonction de leur force et moyens du moment.

Le renouveau de ce type de Al-Takia, est apparu avec Mohamed à la Mecque. Ce dernier a voulu, avec la complicité de sa tribu de Bani Hachem, former une sorte d’opposition aux pouvoirs sociaux, politiques et religieux en place dirigés à l’époque par l’autre tribu concurrente de Bani Oumaïa.

L’objectif premier n’est autre que de récupérer l’emprise sur cette région du Globe et unir toutes les tribus arabes au nom d’un seul Dieu “Allah” et d’une seule religion “l’islam” en attendant une domination planétaire. En raison de la difficulté de cette mission, les différents protagonistes, et à leur tête Mohamed, ont parié sur “Al-Takia tactique” afin de mieux répondre aux exigences dominatrices de cette nouvelle croyance totalitaire.

Mohamed a exploité l’absence d’une religion, dotée d’un livre sacré, propre aux Arabes pour leur imposer une idéologie despotique. C’est grâce à la maîtrise de l’art de “Al-takia” qu’il a réussi à se maintenir et à se proliférer à l’échelle planétaire doucement mais sûrement.

“On est le fruit de son passé”
Avant d’évoquer “Al-Takia tactique” j’aimerai dire un mot sur mon passé en tant qu’ex intégriste ayant appartenu à un réseau international islamiste. C’est grâce à cette expérience que j’ai réussi à comprendre l’importance et l’envergure de la “Takia”.

C’est grâce à cette expérience que j’ai saisi la menace que représente cette pratique sur l’ensemble de l’humanité. Il y en a qui pensent que 4 ans dans ce genre de réseau, et vu mon jeune âge de l’époque, sont insuffisants pour divulguer autant d’informations sur le danger islamiste.

Je vous réponds qu’on peut obtenir une maîtrise ou même un doctorat au bout de quatre années. Quand pendant 4 ans on ne s’intéresse qu’à ce genre de question avec de surcroît des cours particuliers, la lecture de centaines de livres triés sur le volet, le visionnement de centaines de cassettes, je pense qu’on finit tout de même par retenir quelque chose sur son mode de fonctionnement.

N’oubliez pas non plus les missions et les voyages effectués pour le compte du réseau au coeur de l’Occident et surtout en Tunisie.

Je voudrai juste attirer votre attention sur les centaines de jeunes, comme moi, qui sont devenus aujourd’hui adultes tout en ayant acquis la même formation de base. Si moi j’ai réussi à m’en sortir tant bien que mal, eux y sont toujours et oeuvrent avec le même acharnement à la concrétisation des plans inhumains.

Je précise aussi que je ne parle que du réseau que j’ai connu de près sans compter tous ceux que j’ignore et qui sont aussi actifs tout en visant le même objectif.

Je ne vous demande pas de me croire sur parole mais de prendre conscience de l’ampleur de la menace et de réfléchir sur ce que je dénonce indépendamment des noms et de la forme que je présente dans mon témoignage “Karim mon frère”.

Au bout de plus que 15 ans d’analyse sur le mode du fonctionnement des islamistes, au bout de plus de 15 ans de recul après avoir quitté ce réseau, je réalise avec angoisse, sur la lumière de l’actualité internationale, que ce que j’ai appris s’applique à tous les mouvements islamistes dans le monde.

Donc, mon expérience se limite en fin de compte à l’approche d’une des pieuvres islamistes. Ces derniers se présentent tous comme étant les seuls représentants légitimes de la khilafa de la volonté divine sur Terre afin de répandre l’islam au nom d’Allah à l’échelle humaine. a seule différence réside dans le fait que chacun cherche à concrétiser cet objectif en fonction de son courant de pensée.

Plus le temps passe et plus le danger s’amplifie et devient plus difficile à combattre. Tous les moyens doivent être mis en œuvre afin d’éradiquer le mal et l’empêcher de se répandre davantage.

Tous, qu’on soit au sein du gouvernement, dans les associations, parmi l’élite intellectuelle, au cœur des médias, dans les milieux des affaires ou artistiques, nous devons tous s’ériger afin de lutter efficacement contre ce fanatisme qui nous prive de nos libertés et de nos différences au nom d’un certain Allah.

“Al-Takia” tel que je l’entends
“El Takia” est notre vraie religion et celle de nos parents. Celui qui ne l’exerce pas se considère comme un non pratiquant de l’islam authentique “disait El imam Ali (1er imam infaillible chiite). Puisque le thème de ce colloque est “islam contre islam”, je dois me contenter de parler uniquement de la Takia chez les rissalistes (les messagers), en particulier, et chez les islamistes en général puisqu’il s’agit du même fondement de base.

Je vais juste vous étaler le point de vue du réseau afin de mieux cerner son mode de fonctionnement et adopter les solutions adéquates pour lutter contre ce délire sans précédent qui existe d’ailleurs chez tous les islamistes, chiites soit-ils ou sunnites, avec une nuance tout de même; pour les chiites, seuls Ahl el beïth ont le droit de prendre les commandes de tous les musulmans et à ces derniers de se soumettre à eux pour instaurer El khilafa sur Terre alors que pour les sunnites, ce droit de commande revient aux chefs religieux.

L’objectif de tous les islamistes est le même, seules les visions diffèrent. J’ai cru au départ qu’il s’agissait d’un cours intensif en la matière comme on le rencontre aisément dans les formations classiques de n’importe quel autre service secret. Mais au fil du temps, j’ai réussi à me rendre compte que ça va bien au delà d’une simple pratique de circonstance de la simulation.

Il s’agissait en fait d’une croyance à part entière, une foi inébranlable en une tactique infaillible qui doit aboutir tôt ou tard sur l’objectif recherché.

Oui, “El Takia” est bien plus qu’une simple attitude, c’est un comportement sectaire qui se suffit à lui-même. C’est une religion en soi et une pratique à tous les niveaux soutenus par une foi inébranlable. Chez les rissalites, elle est plus importante que les cinq piliers de l’islam, elle doit passer avant tout afin de demeurer constamment insaisissable. D’ailleurs, cette approche, bien plus politique que religieuse, ne peut être assimilée que par ceux qui ont eu l’occasion de l’exercer avec assiduité.

“Al-Takia”, représentative du tissu sanguin de cette pieuvre internationale, s’adapte aux membres du corps rissaliste qui travaille le plus dans l’ombre afin de tirer les ficelles sans attirer les projecteurs sur eux. L’emblème de ce réseau est la citation de l’Imam Ali “Soyez parmi eux sans en faire partie” afin de ne pas être pointé du doigt et liquidé à la première revendication.

Pour que les choses soient bien claires pour tous, sachez que par le mot rissaliste je désigne l’islamiste en général et par le mot islamiste, tout court, je désigne tous ceux qui croient que la représentation de la nature divine sur Terre doit se réaliser au nom d’Allah et à travers la mouvance islamiste internationale.

Certes ma formation se limite à ce réseau mais quand j’observe le mode de fonctionnement des mouvements islamistes aujourd’hui, je constate qu’ils avancent tous dans cette direction et avec l’idée d’atteindre cet objectif. Par conséquent, consciemment ou non tout islamiste dans le monde se nourrit de cette idée de la domination planétaire de l’islam.

L’origine de “Al-Takia” selon le réseau

Je sais, on se croit dans un film de science fiction mais il n’y a que la réalité qui dépasse la fiction. Toujours selon ce réseau “Al-Takia”est la première leçon qui a été enseignée à Adam, après sa création divine, afin de démasquer Satan, expert dans cette technique, en le distinguant des anges parmi lesquels il se cachait afin de se rapprocher de Dieu conscient de ses viles intentions. L’extrême habilité de Satan dans l’exercice de la “Takia” empêchait le bon Dieu de s’en prendre à lui faute de flagrant délit.

C’est la raison pour laquelle Dieu a opté pour la création d’Adam et de son apprentissage de cette technique afin de mettre à nu Satan et sa fausse soumission à la volonté divine. Il fallait le dissocier des anges et justifier son renvoi du Paradis céleste.

Cette version s’extrait, selon le réseau, du verset coranique suivant : “Lorsque Ton Seigneur confia aux Anges : “Je vais établir sur la Terre un vicaire “Khalifa”. Ils dirent : “Vas-Tu y désigner un qui y mettra le désordre et répandra le sang, quand nous sommes là à Te sanctifier et à Te glorifier ?”

– Il dit : “En vérité, Je sais ce que vous ne savez pas !”.” (Chapitre 2, verset (30)) Le réseau prétend que celui qui s’est exprimé au nom des anges n’est autre que Satan en personne qui se positionnait au plus haut de la pyramide en raison de son exemplaire soumission apparente à la volonté divine. C’est grâce à son extrême maîtrise de “Al-Takia”qu’il a réussi à occuper un rang aussi prestigieux auprès de Dieu.

C’est la raison pour laquelle Dieu a répondu aux anges, qui soutenaient Iblis dans cette opposition à la volonté divine par ignorance de ses vraies intentions : “je sais ce que vous ne savez pas”. En fait, ce que les anges ne soupçonnaient pas c’est que Satan voulait être le seul représentant de Dieu sur Terre en l’absence de L’Homme qui risque de lui voler la vedette. La décision divine de créer Adam avait pour objectif de mettre à nu Satan afin de l’éloigner de son proche entourage et le remplacer par l’Homme.

Ainsi, pour que ce dernier puisse démasquer Satan, il fallait que Dieu lui enseigne en premier le bon maniement et la maîtrise de l’art de “Al-Takia”. Adam transmet cette technique à sa descendance, à travers les différentes générations, jusqu’à ce qu’elle arrive à nos jours.

Selon ce réseau, il n’y a que la descendance de la famille de Mohamed et les enfants d’Israël qui connaissent cette vérité. Seulement pendant que le judaïque l’exerce au service de Satan, le musulman s’en sert au service de Dieu.

Selon ce réseau toujours, Adam a mangé de l’arbre interdit avec la complicité secrète de Dieu. Le réseau n’admet pas l’idée selon laquelle Adam a pu enfreindre un ordre divin et se salir comme l’avait fait Satan avant lui. Il part du principe selon lequel Adam a fait semblant de pécher en levant l’interdiction de toucher à l’arbre à la demande secrète de Dieu.

Il fallait apparaître comme ayant péché afin de bien démontrer aux anges la mauvaise foi de Satan et ses manigances pour éloigner Adam du droit chemin. Il faut croire qu’Adam était un bon élève et qu’il a bien retenu la leçon sur “Al-Takia”. Adam dans cette complicité étroite et secrète avec Dieu afin d’embrouiller les pistes s’est bel et bien servi d’Eve, symbole de la faiblesse et de l’ignorance, afin de renforcer sa fausse image de pécheur tenté par le diable afin d’enfreindre l’ordre divin.

C’est la raison pour laquelle la première règle de la pratique de “El Takia” est de profiter de la faiblesse et de l’ignorance de l’autre (où le mot Autre ici renvoie à la masse populaire simpliste “El Aamma” ). Il faut se servir de cette dernière afin de passer inaperçu et se fondre dans la foule.

Selon eux cette masse n’a pas le choix ou bien elle se soumet aux oulémas de l’islam ou bien elle risque d’être exploitée par l’ennemi. En d’autres termes où elle accepte de se sacrifier pour répandre la volonté divine et regagner le Paradis ou bien elle sera sacrifiée injustement par l’ennemi et finit en Enfer.

Je ne veux pas trop rentrer dans les détails, je voulais juste vous donner un exemple afin de saisir le mode de fonctionnement des islamistes où la vie humaine n’a aucune espèce d’importance en comparaison avec l’objectif visé.

On trouve, d’une part, l’histoire de Joseph où, selon le réseau, toute cette mise en scène n’est autre que l’application de la Takia par Jacob, en complicité avec Joseph et son frère aîné, afin d’entrer en Égypte. Jacob s’est volontairement beaucoup intéressé à Joseph pour rendre les autres frères jaloux (selon le réseau un prophète de Dieu, comme Jacob, devrait être un juste parmi les justes, il ne peut faire du favoritisme sauf si ça relève de la Takia).

Au point culminant de la jalousie, quand les frères se mettent à comploter pour assassiner Josèphe, rentre en scène le rôle du grand frère, afin de proposer de le jeter dans un puits vide tout en sachant qu’il allait être récupéré par les caravaniers.

Vous connaissez la suite de l’histoire où l’objectif de cette takia tactique n’est autre que l’atteinte du cœur du pouvoir en Égypte et ramener l’ensemble de sa famille. Ce chapitre coranique est étudié dans l’École “El Qaïm” du réseau comme étant un exemple à suivre et une leçon de l’utilisation de “Al-takia” par les juifs sur ordre divin à l’époque, mais qui se poursuit de nos jours au service de Satan afin de satisfaire des ambitions personnelles.

D’autre part, dans le deuxième exemple la complicité s’est faite entre Moïse, sa mère et sa tante qui n’est autre que la femme du Pharaon qui est d’origine juive et qui a réussi à s’infiltrer au sommet du pourvoir grâce à la Takia. Une fois le jour J’arrivé, des proches du Pharaon qui travaillent pour le compte des juifs ont prévenu le Pharaon sur le danger que représente le peuple juif sur son trône afin de le pousser à commettre des atrocités et inciter ce dernier à quitter la terre d’Égypte à la demande de Moïse, alors qu’il l’avait refusé à son prédécesseur. C’est la raison pour laquelle la femme du Pharaon complote avec sa soeur afin de sauver Moïse et pouvoir l’accueillir chez elle.

Selon le réseau c’est grâce à l’utilisation de la takia que Moïse a pu être épargné et élevé dans le palais du pharaon en attendant qu’il grandisse et que le peuple juif perde patience à force de subir des injustices et se décider à quitter la Terre d’Égypte pour rejoindre la Terre promise tout en étant plus nombreux et plus riche. Selon le réseau, c’est exactement la même tactique qui a été empruntée par les sionistes afin de créer l’Etat d’Israël. Après l’exode des juifs en Europe dans le but de s’enrichir et de se multiplier, il fallait mettre en garde Hitler contre leur danger pour qu’il opte vers le massacre du siècle et inciter les survivants à admettre la création de l’Etat d’Israël.

Selon le réseau, sans la provocation volontaire de ce massacre, les juifs n’auraient jamais accepté de quitter l’Europe et de créer l’Etat d’Israël.

Pour ce réseau, Mohamed, sur les traces de ses ancêtres, s’est mis aussi à la Takia au début de la révélation afin de pouvoir réussir sa mission divine. La révélation progressive du Coran démontre l’utilisation de la Takia à travers le principe de “El naskh ouél mansoukh” qui consiste à abroger un verset par un autre sensé gommer l’effet du premier. L’abrogation se base sur la Takia afin de tromper l’ennemi et l’induire en erreur.

Mohamed n’a pas été soutenu par hasard par les médinois lors de son exode, plusieurs branches de ses adeptes y étaient sur place et attendaient avec patience le feu vert sous le masque de la Takia. De même que le message de tolérance de Mohamed, au début de sa prophétie, n’est autre qu’une des tactiques de la Takia, juste le temps de se renforcer pour pouvoir se permettre de changer de discours.

Bien plus tard, après la mort de Mohamed, on invoque également le recours à la Takia par Ali, le cousin du prophète, qui accepte “Al khalifat” Abou Bakr, l’un des apôtres de Mohamed, uniquement afin de se protéger.

En fait, il faut refaire la lecture de l’ensemble de l’histoire de l’islam sous la lumière de la Takia pour saisir ses vraies tournures et ses vraies intentions de base. Je ne peux m’étaler davantage là-dessus, je réserve tout un chapitre sur la Takia dans mon prochain livre : “Révolution contre révélations”.

La pratique de “Al-Takia” aujourd’hui
Je commence par ce hadith de Mohamed qui dit : “Les différences de ma nation sont une miséricorde”. Beaucoup interprète ce hadith comme un appel à la différence entre les musulmans en tant que point positif. C’est peut être le cas pour les musulmans mais nullement pour les non musulmans.

Pour les islamistes ce hadith est l’équivalent du proverbe qui dit “Tous les chemins mènent à Rome”. Toute la question est de savoir ce que c’est que Rome pour toutes ces différentes tendances islamistes de la plus modéré à la plus barbare d’entre elles. Eh bien si la réponse est de transformer l’ensemble de la Terre en “Rome “, je dis non tout de suite à la domination planétaire de l’islam en écrasant toutes les nuances humaines sur son passage.

Al-Takia moderne islamiste est apparue au Moyen-Orient, à la suite de la chute de l’empire Ottoman Turque et avec l’apparition du père de l’islamisme politique moderne Jamel El Dine El Afghani comme symbole apparent dans lequel tout islamiste se réfère qu’il soit chiite ou sunnite.

Avec la faiblesse du monde musulman, et l’apparition de l’Occident comme nouvelle force internationale, l’élite musulmane a reçu un grand choc sans pour autant perdre de vue son objectif final. Elle estime que c’est le sommeil des musulmans qui a incité les juifs à s’enfuir vers l’Occident afin de le manipuler et de le monter contre eux.

Les islamistes considèrent que les juifs ont réussi en partie dans la destruction du monde arabo-musulman afin de faire prévaloir la voix de Satan au détriment de la voix divine. Excusez-moi je suis obligé d’utiliser ces termes blessants afin de mieux reproduire le mode de fonctionnement de l’international islamiste.

En fait, selon cette dernière le monde musulman a été puni par Dieu parce qu’il s’est éloigné de son objectif de base qui n’est autre que la représentation de la volonté divine. C’est de sa faute si la volonté de Satan a pris le dessus sur celle de Dieu.

Le musulman traditionaliste moyen part du principe que rien n’existe et ne peut exister en dehors de la volonté divine. De son point de vue, c’est Dieu qui orchestre sa vie dans ses moindres détails, il ne lui reste qu’à se soumettre à son ordre sans se permettre de remettre quoi que ce soit en cause. C’est Dieu qui le guide sur le droit chemin de l’islam afin de sauver son âme de tout égarement et l’introduire dans son Paradis céleste.

Par conséquent le tout est interprété à la lumière de ce mode de raisonnement qui ne laisse aucune place pour le libre arbitre. La moindre catastrophe naturelle est interprétée comme étant un signe divin. Si elle se produit dans le camp de l’ennemi c’est un signe de soutien pour la communauté musulmane, mais si elle s’abat sur des musulmans c’est un signe de colère divine et un rappel à l’ordre.

Par conséquent, il fallait rattraper le temps perdu et revenir sur la scène internationale par le biais de la Takia afin de redevenir de nouveau une force incontournable. C’est le début des mouvements islamistes à connotation politique évidente afin de récupérer les rênes du pouvoir dans tous les coins et recoins de la planète.

Au départ, c’est le monde arabe qui était visé en premier avant de s’attaquer au monde musulman d’une manière générale et l’ensemble de la planète par la suite. A ce titre, j’ai envie de dire au monde occidental que si vous avez l’intention de continuer à attendre des preuves, vous allez en avoir à ne savoir quoi faire le jour où il n’ y aura plus d’humanité libre. Vous allez avoir, inchallah, ces preuves mais il sera trop tard parce que la parole ne sera accordée qu’à Allah et qu’à ses soi-disants représentants.

Je vais me contenter de vous citer quelques exemples de l’application moderne de la Takia et comment il est extrêmement difficile de collecter des preuves dans ce sens.

1) premier exemple : “l’islamisme modéré” :
Si je prends l’exemple de certains oulamas (savants) chiites aujourd’hui comme Ayatollah El Sisténi qui paraît comme étant tout ce qu’il y a de plus modéré. Ses adeptes sont acceptés dans le monde entier comme étant représentatifs d’un islam tolérant. A ce titre toutes les portes leur sont ouvertes en Asie, en Occident et en Afrique afin de créer des associations et de recruter en toute liberté. On oublie souvent que ces adeptes pacifistes sont ce qu’on appelle “El moukallidin” (les suivistes) puisqu’ils se contentent d’avancer sur la voie de leur maître spirituel qui dispose d’une autorité sans faille sur eux.

Autrement dit, tant que le maître appelle à la paix, ils sont tout ce qu’il y a de plus pacifistes, mais le jour où il change de trajectoire et qui les appelle à la violence, ils vont obéir au quart de tour sans la moindre hésitation. Le jour où le maître demande à ses adeptes de faire un don de leur vie à Dieu, l’humanité va se trouver devant une armée de kamikaze incontrôlable et dévastatrice.

Comme vous devez le savoir maintenant dans le chiisme, qui dispose d’un clergé et d’une hiérarchie à l’identique des Eglises, la mort d’un Ayatollah nous conduit vers son successeur. Ainsi, il suffit qu’un maître pacifiste décède et il suffit qu’il soit remplacé par un fanatique pour renverser les données et se trouver devant une situation catastrophique.

Je vais vous expliquer en quoi consiste l’approche de Al Sisténi quand il n’appelle pas, pour l’instant, à la guerre contre l’Occident. Sa position se compare avec celle des juifs orthodoxes qui refusent de reconnaître ‘État d’Israël tant que le Messie n’est pas arrivé. Pour les chiites, une bonne fraction considère qu’il ne faut pas bouger tant que le Mehdi (le sauveur) n’est pas revenu afin de répandre la parole divine sur l’ensemble de la planète. Je vous laisse imaginer la panique dans laquelle on risque de se retrouver si un de ces jours un Ayatollah lance une fatwa qui annonce la sortie du Mehdi et que l’ensemble des musulmans de part le monde devrait suivre ses instructions au doigt et à l’œil.

En voici un exemple dramatique des conséquences de la Takia, une bombe à retardement qui risque de nous exploser en pleine figure à tout moment en mettant la vie de nos enfants et petits enfants en danger imminent.

Par ailleurs, on ne doit pas perdre de vue les mouvements islamistes sunnites, tel celui des frères musulmans en Egypte ou ceux qu’on rencontre en Jordanie, au Koweit, ou en Afrique du Nord, qui avancent au nom de la démocratie afin d’atteindre le pourvoir et le transformer en une réelle dictature à vie et sur plusieurs générations ultra religieuse.

2) deuxième exemple : L’islamisme d’État 
Par ailleurs, les pays dits islamiques, comme l’Arabie saoudite, l’Iran ou encore le Soudan, ou pro islamiques comme la Syrie ou le Liban ( je ne site pas l’Irak parce qu’il n’est ni l’un ni l’autre, c’est une dictature comme une autre de part le monde n’ayant rien à voir avec le soutien actif de l’islamisme international, l’erreur américaine est fatale et aura des répercussions sur le monde entier puisqu’elle n’a fait que renforcer son “axe du mal” au lieu de l’anéantir).

Ces pays qui se disent respectueux des lois internationales représentent le plus grand soutien aux islamistes à l’échelle planétaire. Je ne dirai pas qu’on est en présence d’un financement au niveau des Etats, mais j’affirme que ces derniers ferment souvent les yeux sur les réseaux de financement qui se pratiquent chez eux et les encouragent dans leur action à travers ces trois méthodes :

1) Ces pays font en sorte que leurs populations respectives baignent dans l’ignorance volontairement sans lever le petit doigt pour les aider à se libérer de l’emprise religieuse traditionaliste orthodoxe . En tête de liste figure l’Arabie saoudite et les pays du Golfe d’une manière générale.

2) La propagande politique et médiatique qui positionnent les pays arabo-musulmans et la “Oumma Islamia “comme étant des victimes du complot judéo-chrétien qui cherche à les détruire et à les dominer. Il suffit de suivre quelques émissions sur les chaînes satellites arabes pour s’en rendre compte du danger que cette interprétation de la situation actuelle provoque auprès du citoyen moyen et majoritaire dans ces sociétés. Cette réalité laisse la masse populaire de cette partie du globe en état d’alerte surtout avec ce qui se passe ces dernières années en Palestine et en Irak.

Le résultat est sans surprise les islamistes n’ont jamais autant recruté et n’ont jamais eu autant de soutient dans les classes moyennes qui se manipulent avec un rien d’effort dans ce sens. Le juif et l’Occident sont présentés comme des boucs émissaires un peu partout à travers les rues, les mosquées, et même l’Internet. C’est pourquoi, on note un retour au religieux sans précédent plus pour s’opposer à ceux qui sont présentés comme étant les ennemis de l’islam et des musulmans que par intime conviction.

3) Les territoires arabo-musulamans servent de plateforme incontestable aux différents trafics logistiques et financiers de ces mouvements intégristes et terroristes. Une sorte de complicité s’est instaurée entre certains gouvernements arabes et des islamistes afin que ces derniers puissent s’activer en toute quiétude à conditionde ne pas intenter au pouvoir en place. C’est une façon de dire “Je ferme les yeux sur vos magouilles à condition qu’elles ne se retournent pas contre nous”. Je pense tout particulièrement à la Syrie qui sert d’escale pour passer en Iran ou au Liban en toute sécurité. Ces différents protagonistes œuvrent tous afin de faire de l’islam une force redoutable contre la force judéo-chrétienne.

3) troisième exemple : l’islamisme intégriste et terroriste :
Peu importe si son point de vue est vrai ou faux, l’essentiel est de réaliser que c’est leur mode de fonctionnement et le fondement de leur croyance. Selon ce réseau ce que les chiites font vis-à-vis du corps sunnite majoritaire, les juifs le font vis-à-vis du corps chrétien majoritaire.

A chaque fois une minorité qualitative s’empare d’une majorité quantitative afin de s’en servir pour combattre l’ennemi. En d’autres termes, les islamistes se considèrent dans une guerre implicite de religions où les deux protagonistes ne sont autres que l’alliance judéo-chrétienne contre l’alliance chiito-sunnite où les islmistes se considèrent comme étant le bien qui doit combattre le mal chez l’autre.

L’internationale islamiste adopte une double stratégie en parallèle, à la fois, dans le monde occidental et oriental. A travers ses attentats ce n’est pas le nombre des victimes qui l’intéresse mais plutôt les répercussions à moyen long terme qui risquent de tomber en sa faveur. Mohamed disait : “L’islam est devenu puissant grâce à sa forte capacité de terroriser l’ennemi”.

Oui, l’objectif premier des attentats perpétrés dans le monde est de semer la terreur dans le camp de l’adversaire afin de créer une psychose et déstabiliser avec un minimum d’effort. C’est la raison pour laquelle les frappes sont espacées et ne répondent pas à une logique particulière afin de demeurer insaisissable. Le but des attentats n’est autre qu’un rappel à l’ordre de “l’ennemi de Dieu “afin de lui faire comprendre qu’il est toujours présent sur la scène internationale.

C’est en terrorisant l’ennemi que l’islamisme soulève sa population contre lui en raison de manque de sécurité et de politique efficace de proximité. Le résultat immédiat est l’image négative et faible que risque d’afficher soudainement des gouvernements habituellement puissants comme c’est le cas de l’Occident qui perd de jour en jour de sa crédibilité aux yeux de ses citoyens.

L’islamisme, intégriste et terrorisme, vise le maximum pour avoir le minimum. C’est dans ce sens qu’à travers sa politique de la terreur, il permet aux courants dits modérés d’êtres mieux acceptés au sein des sociétés d’accueil. Pire que le cas de la France je n’en connais pas, elle légitime leur action en créant un islamisme de France sous le patronage de l’État afin de représenter la communauté arabo-musulmane qui ne se reconnaît ni de près ni de loin dans ce CFCM.

C’est “grâce” si j’ose dire aux attentats que la France a commencé à s’intéresser à cette communauté afin de chercher à mieux la comprendre et à mieux l’encadrer à travers la tentative avortée de créer l’Islam de France.

Du côté des pays arabo-musulmans touchés par la barbarie, on assiste à un retour aux pratiques de l’islam au niveau du gouvernements afin de barrer le chemin aux islamistes, alors qu’ils ne font que répondre à leur exigences indirectement. C’est une façon de dire “Ce que vous voulez faire, nous allons l’accomplir à votre place sans pour autant quitter le pouvoir “.

Ainsi, au lieu d’aider ses populations à se libérer de l’emprise religieuse, les Etats en place les enfoncent davantage pourvu que le pouvoir ne leur file pas entre les doigts. Au lieu d’aller au devant de la modernité en marquant davantage la séparation de la mosquée de l’Etat, on multiplie les discours “Au nom de Dieu” et les représentations officielles lors des fêtes religieuses afin de rassurer la masse dans son ignorance.

Parmi les cibles indirectes que visent le terrorisme et l’intégrisme internationales c’est la frappe de l’économie et tout particulièrement le tourisme ainsi que les investissements étrangers en raison du climat d’insécurité qui s’instaure à tous les niveaux sociaux.

Par ailleurs, les attentats ne sont pas toujours revendiqués par leurs vrais instigateurs. C’est une façon d’embrouiller les pistes et faire perdre davantage pied à l’ennemi que ce soit en Orient ou en Occident. La désinformation circule à tous les niveaux afin d’obtenir l’impossible en se servant d’une force étrangère.

L’exemple le plus flagrant est l’attaque de l’Irak par les américains. Tout le monde sait que l’ennemi juré des islamistes est Saddam qui connaît toutes leurs combines et représente une entrave de taille pour leur accès au pouvoir en Irak comme ils avaient réussi à l’obtenir en Iran.

Le 11 septembre était l’occasion idéale afin d’impliquer les iraquiens et provoquer une guerre dans le but de destituer Saddam et récupérer les rênes du pouvoirs tôt ou tard avec l’aide stupide des américains qui ne cessent de pécher par ignorance. Seuls les islamistes n’auraient jamais réussi à provoquer la chute de ce dictateur notoire.

Bref, on voit comment l’islamisme intégriste profite directement ou non à la fois à l’islamisme “modéré” et Etatique qui oeuvrent tous, consciemment ou non, à une domination planétaire si on ne réagit de suite à ce fléau du 21ème siècle.

Quelles sont les solutions afin de les démasquer et déjouer leurs plans ?
La solution miracle n’existe pas, mais plusieurs alternatives subsistent afin de freiner cette menace. Une fois qu’on a bien réalisé que l’objectif ultime de la Takia est d’arriver à dominer l’ensemble de la planète au nom d’une seule idéologie de masse, l’islam, et d’un seul Dieu Allah. Il est vrai que l’atteinte de cet objectif est du domaine de l’impossible tant qu’il y aura des forces adverses qui se défendront corps et âmes afin d’y faire face.

On est en pleine science fiction que nous devons prendre au sérieux afin de limiter les dégâts au maximum. Il ne faut surtout pas sous estimer les capacités de l’islam orthodoxe, il suffit de remonter son histoire afin de constater ce qu’il a pu réaliser en un peu de temps. L’annonce du retour du Mehdi, un personnage fabriqué de toute pièce, ne passera pas inaperçue avec la performance médiatique actuelle pour mobiliser la foule avec une simple phrase : “le Mehdi est de retour”.

Mohamed qui connaît bien les points faibles de sa religion disait : “Je ne crains pas pour vous l’ennemi extérieur, mais je redoute fortement celui qui vient de l’intérieur.” Ce hadith nous dévoile tout simplement le biais par lequel l’islamisme peut être attaqué. Par conséquent, le changement dans les pays arabo-musulmans ne peut provenir que de l’intérieur, le fait de le matraquer de l’extérieur ne fait que le forcer chaque jour davantage et de pire en pire.

La guerre contre cette menace mondiale ne peut, à mon avis, apporter ses fruits que dans la mesure où chacun de nous se donne la main pour participer à son combat chacun selon ses moyens. Sachez que l’islamise se base sur cinq grands circuits et pour le mettre à mort nous devons nous mobiliser sur cinq vaisseaux afin de bloquer leur productivité tôt ou tard.

Premier Vaisseau militaire :
1) Il faut tout d’abord éliminer les ingrédients extérieurs qui alimentent les haines à l’intérieur des pays arabo-musulmans. Je pense au conflit israélo-palestinien, et créer un État Palestinien à côté de l’Etat Israélien. Le statut de Jérusalem devrait être reporté et réglé par la suite, pour l’instant limitons-nous aux frontières reconnues en 1967. Il faut retirer ce prétexte de taille aux islamistes qui s’en alimentent sans limite pour soulever les masses populaires et gagner leurs sympathies.

2) Ensuite, il faut absolument que les américains et ses allier se retirent coûte que coûte de l’Irak afin de le laisser se reconstruire de l’intérieur en toute indépendance sous le contrôle de l’O.N.U. Maintenant que le mal est fait essayons de limiter les dégâts. Sachez que Saddam, tout ayant été un dictateur notoire, il n’a jamais traité avec les islamistes en étant même leur pire ennemi, donc, sa chute est un gain de temps et une victoire islamistes sans précédent.

Il faut stopper les américains dans leur ignorance du monde arabe et musulman et dans leur égoïsme qui ne semble pas connaître de limites. Ils s’en foutent du reste du monde et ne pensent qu’à leur intérêt et continuent à soutenir le régime wahhabite en Arabie saoudite, mettant en place le mal d’El Qaïda qui se retourne contre eux en premier avant de contaminer le monde entier. Et maintenant, ils nous ouvrent un nouveau camp d’entraînement en Irak toujours au nom du combat de l’axe du mal.

Après l’Iran, on va assister à la création d’un nouvel Afghanistan et quelques années après on verra surgir des terroristes islamistes irakiens partout dans le monde comme on a pu voir avec les terroristes arabes afghans.

3) il faut renforcer la collaboration internationale en matière de lutte contre le terrorisme. Une cellule internationale de lutte contre le terrorisme à base de spécialistes du monde entier devrait être dotée de moyens illimités afin de sauvegarder la planète de cette imminente menace qui nous concerne tous à égalité. Cette cellule doit être sous la direction de l’O.N.U. et doit comporter deux structures :

a) Une structure de collecte d’information pour le compte d’un service secret indépendant. L’objectif est d’infiltrer, d’observer et de contrôler les différentes mouvances et leurs modes de mobilisation afin de créer de nouveaux réseaux.

b) Une structure d’intervention rapide sous le contrôle de l’O.N.U. prête à intervenir pour frapper et neutraliser les terroristes partout dans le monde avec le soutien et la complicité des services sur place qui doivent lui prêter main forte à chaque fois que ça s’avère nécessaire. Il est temps de différencier entre un terroriste et un islamiste. Le premier est un criminel contre l’humanité et qu’il soit passif ou actif, il doit être frappé partout où il se trouve sans la moindre hésitation. Alors que le second on doit lui rendre un grand service en le mettant sous surveillance rapprochée afin qu’il n’accède au point de non retour en renforçant le camp des premiers.

Quand à la différenciation que nous devons appliquer afin de distinguer un musulman d’un arabe, elle vise de tomber dans l’amalgame du à l’ignorance de l’autre qui nourrit à sa manière cette montée de l’intégrisme religieux. Nous devons apprendre à faire la part des choses afin de ne pas s’attaquer systématiquement à toute femme qui porte le voile ou à n’importe quel homme qui fait pousser sa barbe. Ce sont ce genre de discriminations qui alimentent le rejet et l’incompréhension de l’autre. Il faut sensibiliser la masse populaire de ce danger afin qu’elle puisse collaborer dans cette lutte dans la mesure du possible.

Je suis contre le voile dans les écoles et les administrations tout comme je m’oppose contre tous signes religieux ostentatoires, mais je ne suis pas contre le voile dans les espaces publiques où chacun, du moment qu’il est majeur, est libre de son corps.

Je suis catastrophé quand je me fais arrêter dans la rue uniquement parce que je porte une barbe ou parce que j’ai le profil de l’emploi. Si moi je demeure compréhensif face à ce genre de réactions, d’autres auront du mal à avaler la pilule et deviennent les proies idéales des islamistes recruteurs.

Notre combat se dirige contre une idéologie archaïque et non contre des personnes physiques, il ne s’agit pas de remplacer un terrorisme intellectuel par un autre, loin de là, il s’agit de se protéger et de défendre notre droit à la différence et à la liberté de conscience dans tous les sens du terme.

La majorité silencieuse qui est restée sans voix jusqu’à présent devrait se solidariser à l’échelle internationale afin de former une force invincible, à l’intérieur comme à l’extérieur des pays arabo-musulmnans, pour faire face à cette minorité terroriste fasciste qui ne se reconnaît qu’en elle-même.

Deuxième Vaisseau culturel :
Ce sont les esprits libres issus de cette partie du globe qui résument, à moyen long terme, la solution efficace pour éradiquer le mal à sa racine en connaissance de cause. Cette élite doit œuvrer pour mettre en place une révolution culturelle face à l’esclavagisme intellectuel et religieux qui cherche à maintenir la masse sous sa tutelle afin de l’exploiter au maximum pour atteindre ses objectifs mondialistes sans prendre en compte la seule valeur sacrée du droit à la vie. Pour y arriver plusieurs points doivent être prises en compter et concrétiser d’urgence.

1) Je ne dirai pas qu’il faille, seulement, fermer les organes de presse écrite ou audiovisuels, des chaînes satellites de propagande islamiste ou pro islamiste, on doit aller jusqu’à promulguer une loi dans ce sens afin de boucher les brèches qui nous ramènent à la politique d’endoctrinement et de lavage de cerveau en longueur de temps envers une population démunie et incapable de faire la part des choses.

2) Les actes et faits des esprits libres doivent être protégés de tout risque de censures abusives. Les athées du monde arabo-musulman doivent pouvoir s’exprimer librement en toute sécurité. Il faut cesser de prendre soin des sensibilités religieuses au détriment de la liberté d’expression et de conscience, qui à chaque fois qu’elle émane de la bouche d’un athée, la sentence d’apostasie suivie de la condamnation à mort tombe sans que personne n’ose s’y opposer. Les ex-musulmans ont envie de lever leur voix aussi fort que celle des religieux sans être traités d’islamophobes, de traîtrise ou de mécréance uniquement parce qu’ils ont osé penser par eux sans se référer à la moindre nature divine sacrée.

3) Les médias du monde entier doivent donner la parole aux spécialistes, aux libres penseurs, aux athées, aux laïques… et à toute personne ouverte et tolérante pour sensibiliser les autres et les amener à prendre conscience de l’ampleur de cette maladie dangereuse.

4) Le programme de l’éducation nationale doit être révisé à tous les niveaux : primaire, secondaire et universitaire, afin de devenir conforme aux exigences de notre époque. Permettre et encourager l’impression d’ouvrages critiquant l’islam dans ses fondements que ce soit en arabe ou en toutes autres langues. Financer la création de chaînes de télévision et de radio ainsi que des organes de presse athée et laïque afin de réveiller la masse de sa léthargie ancestrale et l’extirpe des filets et de l’emprise islamistes.

5) Isoler tous les chefs et responsables religieux qui appellent au développement du prosélytisme pour mieux spolier les simples d’esprits de leur identité. Le racolage qu’on interdit aux sectes dans les rues et les lieux publics doit être proscrits au même titre aux adeptes des religions.

Troisième Vaisseau social :
L’absence du droit de disposer de soi même est particulièrement flagrante dans les pays arabo-musulmans, qui, étant encore imbibés par l’emprise religieuse, craignent encore les représailles et le châtiment divin. Le régime patriarcal qui y règne prive les enfants d’être soi-même et provoque des crises d’identité graves et difficiles à gérer avec l’avance dans l’âge.

La frustration et l’hypocrisie dans le domaine sexuel se dessinent à tous les niveaux sociaux tout en provoquant une double moralité implicite qui devient une coutume connue et reconnue de tous. Les non dits se tassent chaque jour davantage, je pense tout particulièrement à l’exercice de l’homosexualité féminine et surtout masculine à l’intérieur de toutes les familles sans que personne ose soulever la question ouvertement de peur d’être marginalisé sur le champs, voire même condamné et emprisonné pour non respect des mœurs du pays.

Face à cet état de fait trois points doivent être concrétisés :
1) Les enfants doivent être protégés de toute influence parentale et doivent choisir leurs chemins librement. Les parents ne sont là que pour les assister. La religion qui s’hérite de père en fils doit cesser de s’imposer. Chacun est libre de choisir la religion qui lui convienne, d’en changer quand il le désire ou de n’en avoir aucune sans mettre sa réputation ou sa vie en danger.

2) Supprimer l’ensemble des lois qui se mêlent de la vie privée des citoyens. La liberté des mœurs incite les gens à adopter un comportement responsable au lieu de vivre éternellement sous tutelle comme des incapables dépourvus de jugement intègre.

3) Encourager la création des associations non gouvernementales afin de combler les lacunes de l’État qui ne peut à lui seul assumer l’ensemble des tâches et répondre aux besoins de ses citoyens. Les formations pour la défense des droits des animaux sont bien plus actives que celles qui doivent œuvrer pour la défense des droits de l’Homme et du citoyen. L’argent dépensé dans les constructions des mosquées et dans l’impression gratuite du Coran doit être prioritairement distribué envers les nouvelles formations laïques qui poussent comme des champignons et ne demandent qu’à être encadrées et soutenues afin de se poursuivre dans la dignité.

Quatrième Vaisseau politique : Notre plus urgent besoin n’est pas l’instauration de la démocratie, hélas, nous en sommes encore bien loin. Nous sommes des assoiffés de liberté d’expression afin d’être nous mêmes et de s’assumer en tant que tel. Aujourd’hui, l’instauration de la démocratie nous plongera définitivement dans une dictature islamiste dont on aura encore plus de mal à s’en sortir. La masse risque d’être assommée encore davantage afin que le pouvoir ne file pas entre les mains du dictat islamiste. Pour éviter de tomber dans ce genre d’excès nous devons œuvrer dans ce sens :

1) Interdire la création de tout mouvement politique à connotation religieuse. Même ceux qui se présentent sous leurs visages des plus modérés ne sont pas autorisés de se présenter aux élections libres. Seuls les partis progressistes et laïques respectueux du droit à la différence peuvent être admis comme des représentants d’une nation de constitution laïque qui s’exprime au nom de son peuple et de ses besoins et non au nom d’un Dieu et ses caprices.

2) Tendre la main aux repentis au lieu de les inciter à moisir dans les filets des islamistes. Il faut les encourager à déserter le camp de l’ennemi afin de le dénoncer et réparer une partie de leur égarement du à leur jeune âge et à leur ignorance des conséquences de leur engagement sur l’avenir de l’humanité. Au lieu de refuser leur réhabilitation en leur collant l’étiquette islamiste pour l’éternité, vous devez les inciter à témoigner pour mieux contourner le mal au lieu de les enfoncer davantage en les obligeant à renforcer le camp de l’ennemi même si le coeur n’y est pas.

3) Prendre garde des pays islamistes ou pro-islamistes qui s’affichent sous le masque de l’ouverture et de la tolérance alors qu’ils n’en pensent pas un traître mot. Faire pression sur ce genre de régime afin de les inciter à opter vers l’évolution et la prise en compte de l’ensemble des composantes de leurs sociétés. Il faut les isoler et les marginaliser au maximum afin de les affaiblir doucement mais sûrement.

Cinquième vaisseau économique :
Les islamistes ne souffrent pas de sources de financement afin de mieux répandre leurs tentacules de pieuvre sur l’ensemble de la planète. Entre l’obligation religieuse de la zakat (l’aumône) et du khoums (sorte d’impôt sur la fortune), entre les dons des richissimes hommes d’affaires et commerçants afin de se laver de leur pêchers et entre le soutien financier carrément au niveau de l’Etat des pays arabo-musulmans qui ne cessent de proliférer les constructions des mosquées partout dans le monde sous prétexte qu’il faille défendre la culture et l’identité arabo-musulmane et la protéger de l’envahissement occidental, je pense que les islamistes ont encore de beaux jours devant eux.

En revanche, ceux qui militent afin que les choses changent vers le mieux en optant vers la séparation de la mosquée de l’État ne disposent que de quelques mots d’encouragement prononcés sur les bouts des lèvres. C’est pourquoi, il est urgent de doter cette fraction, de plus en plus majoritaire, de moyens adéquats et à la hauteur de ses responsabilités afin qu’elle puisse faire face à cette vermine et freiner son escalade.

Pour se faire nous devons :
1) Créer un slogan pour cette campagne de lutte contre l’obscurantisme qui doit être publié dans tous les médias à l’unanimité afin de récolter des fonds et renforcer les moyens de lutte contre ce fléau du 21ème siècle à travers la sensibilisation des gens de la menace qu’il représente.

2) Créer un fond monétaire international sous l’égide des Nations Unies afin de faire participer les États dans le but de financer des projets qui œuvrent dans ce sens afin de leur venir en aide et participer à la mise à mort du mal à sa racine.

La lutte contre ce fléau doit s’appliquer à l’échelle internationale et doit s’exercer à travers tous les domaines politique, culturel, social, économique…Tous les acteurs qu’ils soient individuels ou collectifs doivent y participer. Il faut œuvrer simultanément à longs, moyens et courts termes.

Vous êtes nés musulmans, mais vous voulez que vos enfants naissent libres. Vous vivez en guerre et vous voulez que vos enfants vivent en paix. Alors agissons ensemble de toute urgence pour respecter les perspectives suivantes : L’arme première pour lutter contre la montée de l’intégrisme et du terrorisme islamiste est de lever l’ignorance afin de sensibiliser la masse populaire de la menace que cela représente. L’instruction n’a rien à avoir avec le nombre des diplômes. Malgré le faible taux d’analphabètes en Occident, on note un manque crucial de la connaissance de la culture avoisinante.

Le manque d’information, dans les pays du tiers monde, constitue l’appui indispensable et l’ingrédient idéal pour alimenter le fanatisme et l’obscurantisme islamistes. Cette règle s’applique à l’échelle internationale et à tous les niveaux y compris au plus haut sommet de l’Etat qui ne cesse d’attribuer le statut de réfugié politique à des islamistes notoires sous prétexte qu’ils sont victimes des dictatures de leur pays d’origines.

Pour faire face à cette dangereuse menace, il faut priver l’internationale islamiste de ses deux atouts majeurs. D’une part, l’ignorance, l’inconscience et la bonne foi de l’immense majorité humaine. D’autre part, l’ordre international qui ne prend en compte que l’aspect matériel et concret des choses.

Eh oui, la présomption d’innocence en l’absence de preuves tangibles est leur arme fatale contre l’Occident et la démocratie. La solution est entre les mains des esprits libres à l’échelle internationale. Nous devons travailler la main dans la main afin d’éradiquer cette vermine qui nous range chaque jour davantage.

Au lieu de passer votre temps à médiatiser les horreurs commises par les islamistes en leur faisant de plus en plus de publicité, vous ferez mieux de tendre la main à ceux qui appellent à la paix entre les peuples loin, bien loin de l’emprise religieuse. Vous êtes tous les ingrédients qui alimentez cette montée sans précédents des discours obscurantistes qui se nourrissent de la bêtise humaine.

Al-Takia est d’un côté une science et d’un autre une pratique, un comportement, une tactique, une protection et une stratégie. C’est une étape à vivre afin de pouvoir passer à l’étape suivante. Il est vrai que c’est difficile de faire le tour de cette question en si peu de temps, c’est pourquoi je suis tenu de me limiter à ses conscients adeptes occasionnellement ou d’une façon permanente.

Je ne veux pas vous plonger dans la paranoïa inutile et paralysante, je veux juste que vous fassiez la part des choses en prenant conscience du danger sans lui donner plus d’importance qu’il n’en a déjà. J’ai envie de reconnaître que l’Orient ne fonctionne pas comme l’Occident. Si ce dernier réclame des preuves à tout bout de chemin au nom du rationalisme, l’Orient s’en passe volontiers au nom de l’intuition.

Si l’Occident taxe l’autre moitié du monde d’illuminisme, cette dernière le traite de naïf et de primaire qui se limite aux apparences des choses au lieu d’en avoir une lecture au second degré voire même plus. Nous sommes peut être un peu trop dans le caché et vous êtes un peu trop dans l’apparent pour pouvoir sentir de près le danger islamiste à sa juste valeur et surtout pour pouvoir admettre et intégrer son mode de fonctionnement pour lutter efficacement contre.

Sachez tout de même que les islamistes ont eu la modestie d’apprendre le mode de raisonnement occidental tout en gardant le leur, ce qui fait qu’ils soient en avance sur vous sur ce point. Hélas, la sous-estime est à sens unique et c’est-ce qui rend la situation encore plus critique.

Peu importe si l’attitude islamiste est logique ou non à vos yeux, l’essentiel est de réaliser que des milliers y croient sans l’ombre d’un doute. Même s’il s’agit à vos yeux de pure science fiction, vous devez en tenir compte si vous voulez réussir à y faire face un de ces jours.

Par : Labidi Karim Mohamed

À lire aussi : La traversée des siècles >>>

07 – Internet fenêtre sur le monde

Internet fenêtre sur le monde

Nous savons tous que, aujourd’hui, Internet constitue une fenêtre grande ouverte sur le monde entier. On y trouve presque tout. Mais ce monde est vaste et l’on peut s’y perdre. D’autant que, dans cette vie limitée qui est la nôtre dès la naissance, nous ne pouvons pas arriver à tout savoir car, à force de vouloir tout savoir, on finit en fait par ne plus rien savoir.

C’est ainsi que nous verrions notre vie s’écouler sous nos yeux sans que nous puissions apporter quoi que ce soit à l’Humanité. En effet, un apport, fût-il minime, sera toujours mieux que rien.

Internet fenêtre sur le monde

Internet fenêtre sur le monde

Pour pouvoir vraiment apporter sa contribution à l’Humanité de façon efficace, c’est-à-dire pour la faire évoluer, l’être humain, en tant qu’individu, doit se spécialiser et choisir, avec précision, ce qu’il veut connaître et ce qu’il veut faire dans cette vie. Par ailleurs, avec le temps, il se spécialisera de plus en plus jusqu’à ce qu’il devienne une source de richesses pour les autres. C’est à ce moment là qu’il aura accompli son devoir vis-à-vis de l’Humanité qui nous est si chère.

Malheureusement, à une certaine époque, une bonne partie de l’Humanité était ignorante et analphabète. Les gens n’avaient aucune existence individuelle, ils se fondaient dans la masse. De ce fait, ils étaient obligés d’appartenir à un clan, à une tribu ou à un groupe pour se distinguer des autres mais aussi pour jouir d’une protection. En dehors du groupe idéologique auquel il appartenait, l’individu n’avait aucune importance. La majorité dépourvue de savoir se contentait de suivre une minorité savante – ou prétendue telle- et qui contrôlait tout.

Heureusement, depuis ces temps reculés, la situation n’a cessé d’évoluer. Aujourd’hui la majorité sait lire et écrire et l’accès à Internet se démocratise de plus en plus même s’il reste tout de même beaucoup à faire en la matière.

Et malgré notre volonté de forger nous-mêmes nos propres idées, chose qui nécessite beaucoup de recherches et une infinie patience, beaucoup d’entre nous, faute de temps, de courage et de moyens financiers, émotionnels ou intellectuels, abandonnent leurs recherches personnelles et se réfugient dans des groupes idéologiques qui leur proposent des idées toutes faites, une sorte de « prêt à porter » de l’idée. Ils perdent ainsi toute capacité – qu’ils détenaient pourtant jusque là – de s’auto-réaliser.

Le dicton « Il y a un remède à tous les maux» reste valable, fort heureusement. Malgré les multiples obstacles, l’Humanité a su, toujours, trouver les solutions qui lui permettraient de les surmonter et de continuer sa marche en avant.

Même si de plus en plus de sites Web spécialisés se créent, les sites virtuels personnels en sont encore à leurs balbutiements, balbutiements cependant fort utiles puisqu’ils facilitent l’accès à l’information détaillée. De tels sites permettent à chacun de donner son point de vue sur divers sujet, de partager ses expériences, son vécu et ses connaissances avec les autres.

Et même si ce genre de sites est le plus souvent le travail d’une seule personne, sa finalité reste le partage. De même qu’il permet à son auteur de se corriger et d’évoluer grâce aux critiques, il permet aux autres l’accès à diverses expériences que, sans le site en question, ils n’auraient pu connaître.

Voilà donc le vrai but de ce site personnel. C’est ma maison, mon intérieur, où vous trouverez tout ce que je pense en toute liberté. C’est mon espace privé et je vous invite à le visiter. Je reste ouvert à toutes vos critiques même les plus sévères. Cela m’aidera à évoluer car je crois fermement en une chose : l’esprit fermé voit sous un seul angle mais l’esprit ouvert, lui, voit sous tous les angles.

Par :Mohamed Karim Labidi

À lire aussi : Une foi, deux fois, trois fois….adjugé ! >>>