La Turquie souhaite rétablir la peine de mort

Tout ce qui ne rentre pas dans les autres subdivisions du forum - Exprimez vous et débattez entre vous - dans le respect de l'autre.
Krinou
Maréchal d'islamla virtuel
Maréchal d'islamla virtuel
Messages : 9715
Enregistré le : mer. 28 déc. 2011 23:18
Localisation : Loin de BAC et de sa bouche d'égout
Status : Hors ligne

La Turquie souhaite rétablir la peine de mort

Message non lu par Krinou » mer. 14 nov. 2012 23:45

C'était l'une des conditions préalables à l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne. Ankara devait abandonner la peine de mort. La loi a été votée en 2002. Elle est appliquée depuis 2004, deux ans après l'accession au pouvoir de l'AKP, le Parti pour la justice et le développement, toujours aux affaires aujourd'hui. Pourtant, dimanche dernier, le Premier ministre islamiste Recep Tayyip Erdogan a ouvertement remis en cause cette loi lors d'un meeting de son parti. "Le pouvoir de pardonner un meurtrier appartient à la famille de la victime, pas à nous. Nous devons faire les ajustements nécessaires", a déclaré le chef du gouvernement turc.

Erdogan prétend s'appuyer sur les exemples des États-Unis, de la Russie et de la Chine afin, dit-il, de "réévaluer [sa] position". Deux jours plus tôt, en aparté devant des journalistes, le Premier ministre turc s'est même laissé aller à commenter l'affaire Breivik en Norvège. L'auteur du massacre d'Utoeya a été condamné en août dernier à la peine maximale, soit 21 ans de prison. Une sentence jugée trop faible par le Premier ministre turc qui pense que l'"on devrait pouvoir discuter de la peine de mort pour les crimes de terreur qui causent la mort de plusieurs personnes".

Des propos qui s'expliqueraient par la popularité d'une telle mesure. Selon Erdogan, la majorité des Turcs seraient très favorables au rétablissement de la peine capitale. Pourtant, d'après les analystes, le changement de cap du Premier ministre ne viserait en réalité qu'un seul homme : Abdullah Öcalan, le fondateur du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), une organisation jugée terroriste par la Turquie, les États-Unis et l'Union européenne. Le militant kurde a été arrêté en 1999 et condamné à mort avant que sa peine ne soit commuée en prison à perpétuité.

Mais les tensions se sont accrues ces dernières semaines, de nombreux combats opposant forces armées turques et combattants kurdes. Ces derniers revendiquent la levée des restrictions sur l'usage de la langue kurde dans la sphère publique et appuient la demande d'Abdullah Öcalan de bénéficier de meilleures conditions de détention ainsi que de pouvoir consulter ses avocats qu'il n'a pas vus depuis quinze mois. En soutien à leur chef, des milliers de prisonniers kurdes sont en grève de la faim depuis le 12 septembre dernier. Une rébellion spontanée qui ne semble pas ébranler Erdogan.

"Les parents des morts souffrent pendant que d'autres font la fête en mangeant des kebabs", s'est-il emporté. Le propos est violent, les réactions indignées. Les grévistes ont bientôt été rejoints par plusieurs députés kurdes du Parti pour la paix et la démocratie (BDP). Et la tension entre communautés est encore montée d'un cran dernièrement, lorsque l'armée a lancé des raids, au sud-est de la Turquie, visant ouvertement les militants kurdes du PKK. Mardi, trois de ses membres présumés ont été tués lors d'une opération dans la province d'Hakkari. De son côté, l'armée se vante d'avoir mis la main sur des stocks d'armes, de munitions et d'explosifs appartenant au groupe terroriste.

Face à un conflit qui, depuis vingt-huit ans, a causé la mort de plus de 40 000 personnes, Ankara joue plus que jamais la fermeté. Certains observateurs qualifient volontiers Erdogan de populiste, et rien ne semble entraver son ambition politique. Le Premier ministre ne fait en effet plus mystère de sa volonté de se présenter à l'élection présidentielle de 2014.

Source : http://www.lepoint.fr/monde/pourquoi-la ... 851_24.php

Déjà que j'étais pas chaude pour l'entrée de la Turquie dans l'Union Européenne. :pendu:


LES RAISONS DE MON DÉPART DÉFINITIF D'iSLAMLA :

Avant de vous forger une opinion défavorable sur ma personne, suite aux propos malveillants d'un membre mal intentionné, merci de bien vouloir prendre le temps de lire, même partiellement, le topic dont vous trouverez le lien ci-dessous :

cette-fois-vous-dis-vraiment-adieu-peux ... t8188.html


Avatar du membre
nexus
Colonel Virtuel
Colonel Virtuel
Messages : 5345
Enregistré le : dim. 4 sept. 2011 23:34
Localisation : france
Gender :
Status : Hors ligne

Re: La Turquie souhaite rétablir la peine de mort

Message non lu par nexus » mer. 14 nov. 2012 23:52

Rien d'étonnant pour des pseudos islamistes modérés.
L'histoire de la famille qui doit pardonner au meurtrier c'est tiré en direct live de la charia, ça c'est la modernité version islamiste.


L'islam n'est pas la révélation de dieu a l'homme mais celle de l'homme sur dieu.
La religion en tant que source de consolation est un obstacle à la véritable foi, et en ce sens l'athéisme est une purification
L'athéisme est une négation de Dieu, et par cette négation, il pose l'existence de l'homme.

Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21072
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: La Turquie souhaite rétablir la peine de mort

Message non lu par yacoub » jeu. 15 nov. 2012 12:23

Salut Krinou

La peine de mort fait partie de la loi du talion qui fait partie de la charia, la prétendue loi divine, sortie du gourou sanglant et sanguinaire.

Erdogan n'est pas Mustafa Kémal, tout le monde en Turquie l'a compris.

Au passage, aucun pays majométan n'a interdit la peine de mort sauf la Turquie



Krinou
Maréchal d'islamla virtuel
Maréchal d'islamla virtuel
Messages : 9715
Enregistré le : mer. 28 déc. 2011 23:18
Localisation : Loin de BAC et de sa bouche d'égout
Status : Hors ligne

Re: La Turquie souhaite rétablir la peine de mort

Message non lu par Krinou » jeu. 15 nov. 2012 12:32

Bonjour Yacoub :)

C'est possible, mais si la Turquie veut entrer dans l'Union Européenne, il va falloir qu'elle revoit sa copie sur ce point.
C'est dommage, ils avaient fait de beaux efforts jusqu'ici, même s'ils ne veulent toujours pas reconnaître le massacre arménien.


LES RAISONS DE MON DÉPART DÉFINITIF D'iSLAMLA :

Avant de vous forger une opinion défavorable sur ma personne, suite aux propos malveillants d'un membre mal intentionné, merci de bien vouloir prendre le temps de lire, même partiellement, le topic dont vous trouverez le lien ci-dessous :

cette-fois-vous-dis-vraiment-adieu-peux ... t8188.html


Avatar du membre
samay
Adjudant-chef Virtuel
Adjudant-chef Virtuel
Messages : 1837
Enregistré le : dim. 4 févr. 2007 08:00
Gender :
Status : Hors ligne

Re: La Turquie souhaite rétablir la peine de mort

Message non lu par samay » jeu. 15 nov. 2012 13:44

L'islam hait tout ce qui est beau , humaniste , sentimental , joyeux .
Il n'aime que le sang , la mort , les tortures .



Avatar du membre
Maried
Colonel Virtuel
Colonel Virtuel
Messages : 5874
Enregistré le : mer. 2 sept. 2009 15:19
Gender :
Status : Hors ligne

Re: La Turquie souhaite rétablir la peine de mort

Message non lu par Maried » mar. 4 déc. 2012 15:59

samay a écrit :L'islam hait tout ce qui est beau , humaniste , sentimental , joyeux .
Il n'aime que le sang , la mort , les tortures .
:shock:
Erdogan poursuit à marches forcées l'islamisation du paysage publique et l'Armée turque n'ose intervenir de peur d'être taxée d'islamophobie

Preuve


"Qui n'empêche pas le mal le favorise"
Cicéron
_________________________________________________
ImageImageImage
ImageImage

Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21072
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: La Turquie souhaite rétablir la peine de mort

Message non lu par yacoub » jeu. 10 janv. 2013 12:19

  • Trois femmes kurdes tuées d'une balle dans la tête à Paris

    Des Kurdes manifestent le 10 janvier non loin du bâtiment du Xe arrondissement de Paris où trois femmes ont été retrouvées tuées d'une balle dans la tête.
    Des Kurdes manifestent le 10 janvier non loin du bâtiment du Xe arrondissement de Paris où trois femmes ont été retrouvées tuées d'une balle dans la tête. (Photo Thomas Samson. AFP)


    Leurs corps ont été retrouvés dans la nuit de mercredi à jeudi dans les locaux d'une association kurde à Paris, dans le Xe arrondissement.

    Trois activistes kurdes ont été retrouvées mortes dans la nuit de mercredi à jeudi, tuées chacune d’une balle dans la tête, dans les locaux d’une association de la communauté kurde à Paris dans le Xe arrondissement.



    «La scène peut laisser penser qu’il s’agit d’une exécution, mais l’enquête devra éclaircir les circonstances exactes de ce drame», a précisé une source policière.

    Le ministre de l’Intérieur Manuel Valls s’est rendu devant l’immeuble qui abrite le «centre d’information du Kurdistan» au 147, rue La Fayette. Interrogé sur une éventuelle motivation politique à ces crimes, il s’est refusé à tout commentaire. «Soyez assurés de la détermination des autorités françaises», a-t-il dit à la presse.

    Sur les trois victimes, une était Fidan Dogan, 32 ans, permanente du centre d’information du Kurdistan, a déclaré le responsable du centre Leon Edart, responsable de la fédération des associations kurdes. Elle était également la représentante en France du Congrès national du Kurdistan, a précisé dans un communiqué diffusé sur place la Fédération des associations kurdes de France.

    Selon la fédération, les deux autres victimes sont Sakine Cansiz, présentée comme «une des fondatrices du PKK», et Leyla Soylemez, une «jeune activiste». Dès l’annonce de ces assassinats, des centaines de Kurdes se sont rassemblés devant l’immeuble, scandant «Elles ne sont pas mortes», «Nous sommes tous PKK!», «Turquie assassin, Hollande complice !»

    Selon le récit de Leon Edart, mercredi à la mi-journée, les trois femmes étaient seules dans les locaux du centre d’information, situé au premier étage et pourvu d’un digicode et de sonnettes. En fin d’après-midi, un membre de la communauté a essayé en vain de les joindre. Il a tenté de se rendre sur place, mais n’avait pas les clés et n’a pu entrer immédiatement.
    Appels à se rassembler

    Selon la fédération des Kurdes de France, des gens, inquiets, se sont alors rendus sur place. Ils auraient vu des traces de sang sur la porte qu’ils auraient alors défoncée. Ils ont découvert les trois corps vers 1 heure du matin, selon cette source. Deux des femmes auraient été tuées d’une balle dans la nuque, la troisième présentant des blessures dans le ventre et au front. Aucune plaque ne signale la présence du centre d’information du Kurdistan. D’après Leon Edart, les victimes auraient peut-être ouvert la porte à leur(s) assassin(s).

    «Selon des sources kurdes, des armes munies de silencieux auraient été utilisées», affirme dans son communiqué la Fédération des associations kurdes de France. Citant la police, la fédération affirme que le crime aurait pu se produire mercredi vers 15 heures. Elle appelle les Kurdes d’Europe «à se rassembler à Paris pour dénoncer cette attaque». La brigade criminelle de la police judiciaire parisienne a été chargée de l’enquête.

    Les Kurdes représentent une population de plus de 150 000 personnes réparties sur tout le territoire français avec une forte concentration en Île-de-France, en Alsace, en Lorraine et dans les Bouches-du-Rhône, selon une étude réalisée en 2006 par Rusen Werdi, experte de l’Institut kurde de Paris.

    Elle est formée de près de 90% de Kurdes de Turquie. On compte environ 6 500 Kurdes iraniens et 4 800 Kurdes irakiens. Le reste est formé de Kurdes de Syrie, du Liban et des ex-républiques soviétiques du Caucase.

    Les premiers migrants kurdes sont arrivés dans le cadre des accords bilatéraux entre la France et la Turquie signés en 1965. Ceux-ci - une main-d’œuvre masculine principalement - ont quitté leur terre pour des raisons économiques et ont longtemps occulté par habitude leur «kurdité».

    Les événements politiques dans les différents pays (révolution islamique en Iran en 1979, coup d’Etat militaire en Turquie en 1980...) ont ensuite précipité l’arrivée massive des Kurdes en Europe et notamment en France. L’ouverture de la France à cette immigration a notamment reposé sur l’arrivée de la gauche au pouvoir en 1981, réputée plus sensible à la question kurde.
http://www.youtube.com/watch?v=6qqcq21QIM4



Avatar du membre
Proust
Major Virtuel
Major Virtuel
Messages : 2073
Enregistré le : lun. 2 juil. 2012 14:06
Gender :
Status : Hors ligne

Re: La Turquie souhaite rétablir la peine de mort

Message non lu par Proust » lun. 15 avr. 2013 13:37



Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n'est pas victime ! Il est complice.
George Orwell.

Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21072
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: La Turquie souhaite rétablir la peine de mort

Message non lu par yacoub » lun. 20 juil. 2015 19:21

Source

Turquie : attentat-suicide à la frontière syrienne, 30 morts


Image
Sur les lieux de l'attentat-suicide à Suruç en Turquie, le 20 juillet 2015.

Deux attaques ont frappé simultanément Suruç, en Turquie, et la ville syrienne voisine de Kobané, où deux combattants kurdes ont été tués. Les autorités turques pointent du doigt l'État islamique.

Pour les autorités turques, il y a de "fortes raisons" de penser que les jihadistes de Daech sont responsables de l'attaque. Au moins 30 personnes ont été tuées ce lundi 20 juillet lors d'un attentat-suicide à Suruç, dans le sud de la Turquie. L'attaque a aussi fait une centaine de blessés. Cette ville se situe à proximité de la frontière syrienne.

Au même moment, un attentat-suicide perpétré dans la ville syrienne voisine de Kobané a fait au moins deux morts. "Un kamikaze a fait exploser un véhicule piégé à un point de contrôle dans le sud de Kobané. Deux combattants kurdes ont été tués par l'explosion", selon le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme Rami Abdel Rahman.

À Suruç, la déflagration s'est produite dans le jardin d'un centre culturel, selon le ministère de l'Intérieur turc. La ville est située à une dizaine de kilomètres de Kobané, d'où les jihadistes du groupe État islamique (EI) ont été chassés en janvier, après quatre mois d'intenses combats face aux milices kurdes de Syrie.

Des milliers de réfugiés kurdes de Syrie

De nombreuses ambulances et un important dispositif de policiers et de sauveteurs ont été dépêchés sur les lieux de l'explosion, selon les images des télévisions turques. La ville de Suruç accueille des milliers de réfugiés kurdes de Syrie, qui ont quitté la région de Kobané lors de l'offensive lancée par les combattants d'EI en septembre dernier. Cette attaque et les violents combats qui ont suivi ont provoqué l'exode de quelque 200.000 personnes vers la Turquie voisine. Selon les autorités locales turques, environ 35.000 Syriens seulement ont regagné leur pays depuis la fin de la bataille.

Fin juin, le groupe EI a mené une attaque surprise à Kobané, marquant son retour à l'intérieur de la ville par trois attentats-suicides. Les combats qui ont suivi ont entraîné la mort de plus de 120 civils. Après quelques jours, les milices kurdes ont repris le contrôle total de la ville.[/quote]



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21072
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: La Turquie souhaite rétablir la peine de mort

Message non lu par yacoub » mar. 12 janv. 2016 17:03

http://www.lefigaro.fr/actualites/2016/ ... uicide.php
EN DIRECT - Explosion à Istanbul : l'assaillant était un membre de Daech

L'attaque mardi matin dans le quartier touristique de Sultanahmet, près de la basilique Sainte-Sophie et de la Mosquée bleue, a fait au moins dix morts et quinze blessés. Toutes les victimes décédées sont d'origine étrangère.

L'assaillant était un membre de Daech, annonce le premier ministre turc


Lors d'un nouveau point presse, le premier ministre turc Ahmet Davutoglu a annoncé que l'assaillant était membre de l'Etat islamique. Le chef du gouvernement a également indiqué que "toutes les victimes (étaient) de nationalité étrangère", présentant ses condoléances à leurs familles et promettant de faire toute la lumière sur cet attentat qui a visé les touristes et de sévir contre cette organisation. Tant que Daech sera à nos frontières, la Turquie continuera sa lutte antiterroriste, a-t-il ajouté.

Il a par ailleurs déclaré que les Syriens vivant en Turquie ne devaient pas être "blâmés" pour l'attaque de Sultanahmet. Le terroriste présumé a été identifié comme étant un ressortissant syrien de 28 ans. Dans l'après-midi, le vice-premier ministre turc Numan Kurtulmus a indiqué à la presse que cet homme était tout récemment entré en Turquie depuis la Syrie et qu'il n'était pas connu des services de police.

Au moins 9 Allemands tués dans l'attentat

Au moins 9 des 10 personnes tuées dans l'attentat suicide sont des ressortissants allemands, a indiqué à l'AFP un responsable turc. Le premier ministre turc Ahmet Davutoglu a préalablement annoncé par téléphone à la chancelière allemande Angela Merkel que la plupart des personnes tuées lors de cette attaque étaient des touristes allemands, selon les médias turcs.



Avatar du membre
Maried
Colonel Virtuel
Colonel Virtuel
Messages : 5874
Enregistré le : mer. 2 sept. 2009 15:19
Gender :
Status : Hors ligne

Re: La Turquie souhaite rétablir la peine de mort

Message non lu par Maried » mer. 29 juin 2016 10:40

Turquie : ce que l’on sait de l’attentat à l’aéroport Atatürk d’Istanbul

Les secours déployés devant l’aéroport d’Atatürk.

L’aéroport international Atatürk d’Istanbul a été la cible d’un attentat-suicide dans la soirée du mardi 28 juin. Le premier ministre, Binali Yildirim, a fait état de 36 personnes tuées. Il a aussi évoqué « de nombreux blessés », sans donner de chiffre, mentionnant toutefois qu’un petit nombre se trouve dans un état grave.

Lors d’une conférence de presse, le premier ministre turc a expliqué que les assaillants étaient arrivés à l’aéroport à bord d’un taxi. Vers 22 heures (21 heures à Paris), trois kamikazes ont ouvert le feu contre des passagers avec des fusils-mitrailleurs avant de se faire exploser dans l’un des terminaux. Ni leur identité ni leur nationalité n’ont été communiquées. Interrogé pour savoir si un quatrième assaillant aurait pu s’échapper, M. Yildirim a précisé que les autorités ne disposaient pas d’éléments confirmant cette hypothèse, mais qu’elles envisagaient à ce stade toutes les possibilités.

Suspendus dans les heures qui ont suivi l’attaque, les vols ont repris vers 3 heures, mercredi (2 heures à Paris). Le premier ministre turc a rejeté toute mise en cause d’une défaillance en matière de sécurité dans l’aéroport Atatürk, l’un des plus fréquentés d’Europe et le onzième au niveau mondial.

Les services de secours après l’attaque à l’aéroport Attaturk d’Istambul le 28 juin.
■L’identité des victimes encore inconnue

Il est probable que des ressortissants étrangers comptent parmi les victimes de l’attaque, a précisé le chef du gouvernement. Peu avant les déclarations de Binali Yildirim, le ministre de la justice avait fait état de 147 blessés, mais ce chiffre n’a pas été confirmé par le premier ministre. L’ambassade d’Arabie saoudite en Turquie a affirmé dans la nuit qu’au moins sept Saoudiens ont été blessés dans l’attaque et que tous sont dans un état stable.
■La piste de l’EI privilégiée

Si aucune revendication n’a été reçue pour l’heure, les autorités turques penchent déjà vers l’hypothèse d’un attentat perpétré par l’organisation Etat islamique (EI). « Les indices pointent Daech [acronyme arabe de l’EI] », a ainsi déclaré le premier ministre. Lors de deux attentats précédents à Istanbul, les autorités s’étaient aussi empressées d’attribuer l’attaque à cette organisation terroriste.


Istanbul a déjà été ciblée trois fois cette année, et les attentats se sont récemment multipliés en Turquie, ayant fait près de deux cents morts et des centaines de blessés. Ces derniers sont liés à deux menaces distinctes : celle qui découle de la reprise du conflit avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), autonomiste et en guerre contre Ankara depuis 1984, et celle représentée par l’EI, qui dispose d’une implantation clandestine importante sur un territoire turc longtemps utilisé comme voie de transit vers l’espace syro-irakien et comme base arrière.

L’attaque de l’aéroport d’Istanbul, par son ampleur, sa cible et son mode opératoire, se distingue toutefois de celles précédemment attribuées au groupe djihadiste. Mais elle comporte des similarités avec celle survenue le 22 mars à l’aéroport de Zaventem à Bruxelles, revendiquée par l’EI.


A l’issue d’une réunion de crise, le président turc Recep Tayyip Erdogan a vivement condamné un attentat qui visait selon lui à « déstabiliser la Turquie en faisant couler le sang des innocents ». Il a également lancé un appel à la communauté internationale :

« J’espère vivement que l’attaque visant l’aéroport Atatürk sera un tournant, une charnière, pour la lutte commune à mener, avec en tête les pays occidentaux, sur toute la planète contre les organisations terroristes. »

Washington, qui a dénoncé ces attaques, a promis dans la soirée son soutien à Ankara. « L’aéroport international Atatürk, comme l’aéroport de Bruxelles qui a été attaqué plus tôt cette année [le 22 mars], est le symbole des connexions internationales et des liens qui nous unissent », a affirmé le porte-parole de l’exécutif américain, Josh Earnest.

Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a, lui aussi, réclamé une coopération internationale accrue pour combattre de tels actes, espérant « que les auteurs de ce crime seront identifiés et poursuivis en justice ». Le président français, François Hollande, a « condamné fermement » un « acte abominable », lors d’une conférence de presse, à l’issue du premier jour du sommet européen à Bruxelles.


"Qui n'empêche pas le mal le favorise"
Cicéron
_________________________________________________
ImageImageImage
ImageImage

Avatar du membre
aland
Soldat Virtuel 1ere
Soldat Virtuel 1ere
Messages : 81
Enregistré le : jeu. 30 juil. 2015 14:02
Gender :
Status : Hors ligne

Re: La Turquie souhaite rétablir la peine de mort

Message non lu par aland » mer. 29 juin 2016 11:58

Bonjour,
j'ai appris l'attentat à l'aéroport d'Istanbul, j’espère de tout cœur que ça va s’arrêter !!!!
je suis étonnée qu en plein ramadan il y est des attentats y a t il un lien justement qui pourrait expliquer ces attentats durant ce mois qui est sensé être le mois de la méditation ? où on laisse de côté toute haine et vengeance ?



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21072
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: La Turquie souhaite rétablir la peine de mort

Message non lu par yacoub » mer. 29 juin 2016 13:00

Le mois de ramadan est le mois le plus meurtrier dans tous les pays d'islam.

Le bilan du triple attentat-suicide qui a frappé mardi soir l'aéroport international Atatürk d'Istanbul s'est alourdi à 41 morts et 239 blessés, a annoncé mercredi le gouvernorat de la première mégapole de Turquie.



Avatar du membre
omar
Sergent Virtuel
Sergent Virtuel
Messages : 508
Enregistré le : mar. 4 mars 2014 12:02
Gender :
Status : Hors ligne

Re: La Turquie souhaite rétablir la peine de mort

Message non lu par omar » dim. 17 juil. 2016 21:38

Il y a eu un coup d'état en Turquie qui a échoué mais 200 morts


«L'Occident n'oppose aucune idéologie à l'islamisme, sinon celle de l'argent»

Avatar du membre
Proust
Major Virtuel
Major Virtuel
Messages : 2073
Enregistré le : lun. 2 juil. 2012 14:06
Gender :
Status : Hors ligne

Re: La Turquie souhaite rétablir la peine de mort

Message non lu par Proust » lun. 18 juil. 2016 14:38

omar a écrit :Il y a eu un coup d'état en Turquie qui a échoué mais 200 morts
Turquie : des milliers de militaires, policiers et juges arrêtés ou limogés

http://www.leparisien.fr/international/ ... 976565.php


Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n'est pas victime ! Il est complice.
George Orwell.


Répondre