Zemmour, Omfray et Finkelkraut refont l'Europe

Tout ce qui ne rentre pas dans les autres subdivisions du forum - Exprimez vous et débattez entre vous - dans le respect de l'autre.
Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21932
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Zemmour, Omfray et Finkelkraut refont l'Europe

Message non lu par yacoub » sam. 23 févr. 2019 15:40

Dernier message de la page précédente :

Injures contre Alain Finkielkraut : le suspect a évolué dans la mouvance salafiste
>Faits divers|Jean-Michel Décugis| 17 février 2019, 21h03 | MAJ : 19 février 2019, 10h30 |179
L’homme qui apparaît sur la vidéo en train d’insulter le philosophe a été identifié comme un islamiste radical, connu des services de renseignement.

Ses paroles haineuses ont déclenché un torrent d’indignations. Visage découvert, parfaitement identifiable avec sa barbe légèrement rousse, il a été, samedi, le plus virulent parmi les manifestants qui ont injurié Alain Finkielkraut dans le quartier Montparnasse, en marge de l’acte 14 des Gilets jaunes. « Tu es un haineux et tu vas mourir, tu vas aller en enfer » l’entend-on dire au philosophe sur l’une des vidéos devenue virale sur les réseaux sociaux.

LIRE AUSSI >Peschanski « frappé par le degré de haine que connaît le pays »

Selon nos informations, cet homme qui aurait été identifié par un policier est connu des services de renseignement pour avoir évolué en 2014 dans la mouvance radicale islamiste, d’obédience salafiste. Mais il n’a jamais fait l’objet d’un suivi au titre du Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT).

Ce manifestant radicalisé, originaire de Mulhouse, n’a pas encore été interpellé. Ni aucun de ces acolytes.

Le matin même, une enquête avait été ouverte par le parquet de Paris pour « injure publique en raison de l’origine, l’ethnie, la nation, la race ou la religion par parole, écrit, image ou moyen de communication ». Les investigations ont été confiées à la Brigade de répression de la délinquance à la personne (BRDP) de la PJ parisienne. Plusieurs manifestants agressifs ont notamment crié face au philosophe : « Barre-toi, sale sioniste de merde », « grosse merde sioniste », « nous sommes le peuple », « la France, elle, est à nous ».
Finkielkraut ne souhaite pas porter plainte, la LICRA si

C’est le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, qui, le premier, dans un tweet, a annoncé l’identification par ses services d’un suspect, « reconnu comme le principal auteur des injures ». Des policiers avaient dû s’interposer pour protéger Alain Finkielkraut.

Si le philosophe n’a pas souhaité pour l’instant porter plainte, la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) a fait part, elle, de son intention de saisir la justice. « L’injure publique à caractère antisémite ou raciste est punie par la loi du 29 juillet 1881, précise l’avocat David-Olivier Kaminski, président de la Licra Paris. Selon lui, il est aujourd’hui grand temps qu’un plan Marshall contre l’antisémitisme stoppe ce cancer qui fait mal à la France. »
À Lyon, enquête sur l’attaque d’un fourgon de CRS

Chronique de la haine ordinaire, une autre vidéo détaillant la violente d’attaque d’un fourgon de CRS, samedi, lors d’une manifestation des Gilets jaunes, à Lyon, a conduit le parquet à ouvrir une enquête pour « violence avec armes et en réunion sur personnes dépositaires de l’autorité publique ». « On est pris à partie et on reçoit des pavés », indique à sa hiérarchie un policier qui filme la scène depuis le véhicule et dont le sang froid impressionne.

Au volant, terrorisée, sa collègue, une jeune adjointe de sécurité, appartenant à une compagnie de CRS autoroutière, tente, sirène de police en action, de se frayer un chemin entre deux files de voitures, sous les jets de projectiles. « Nous avons voulu montrer la violence gratuite à laquelle sont confrontées les forces de l’ordre » explique Denis Jacob, le secrétaire général d’Alternative CFDT police, qui a diffusé la vidéo sur les réseaux sociaux.



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21932
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Zemmour, Omfray et Finkelkraut refont l'Europe

Message non lu par yacoub » sam. 14 sept. 2019 12:04

L’affaire Moix atteste que la France n’est plus une patrie littéraire
Cela désole Alain Finkielkraut

Alain Finkielkraut avec Elisabeth Lévy dans "L'esprit de l'escalier".

Image

Pour sa rentrée sur REACnROLL, Alain Finkielkraut revient entre autres sujets sur son plaidoyer pour une «écologie poétique» publié dans le Figaro, sur la responsabilité de Bolsonaro dans les incendies qui détruisent l’Amazonie, sur le drame des migrants en Méditerranée et sur le Grenelle des violences conjugales. À la fin d’un enregistrement passionnant de 50 minutes, Elisabeth Lévy lui a demandé ce qu’il pensait de la haine fratricide chez les Moix et du passé de l’écrivain. Causeur reproduit leur échange pour ses lecteurs pas encore abonnés à la webtélé.

Elisabeth Lévy. Deux petites questions au sujet des deux affaires Moix pour terminer. Le déballage familial autour de son livre Orléans et l’affrontement qu’il y a eu avec son frère pour savoir qui était la vraie victime de sévices. Sévices que le père nie d’ailleurs avoir exercés. Et ensuite, l’exhumation par l’Express de ses écrits et BD de jeunesse. Et de ses amitiés qui ont duré peut-être un peu plus longtemps. Est-ce qu’un écrivain peut tout se permettre concernant la vie privée, concernant l’intimité et concernant la réalité ?
>>> Retrouvez l’émission en intégralité en vous abonnant sur REACnROLL.tv <<<

Alain Finkielkraut. En tout cas, la preuve est faite une nouvelle fois que la France n’est plus une patrie littéraire, pour reprendre la très belle expression de Mona Ozouf. Quand un écrivain fait la couverture d’un quotidien, en l’occurrence Libération, ce n’est pas pour la qualité de son œuvre. C’est pour les turpitudes qu’il a subies ou commises. J’ai appris que dans Orléans, Yann Moix racontait en effet des sévices que lui infligeait son père et passait sous silence visiblement sa propre violence à l’égard de son frère. Mais, devant ce que vous avez très justement appelé ce « déballage », je voudrais invoquer ce que Soljenitsyne a appelé le droit de ne pas savoir !

Elisabeth Lévy. (amusée et intriguée, dans un petit rire) D’accord.

Image

Alain Finkielkraut. Cela ne me regarde pas ! Ne m’infligez pas tout ça, ce n’est pas mon problème.

Elisabeth Lévy. Notez que je ne veux pas vous faire prendre partie dans la querelle. Je n’ai pas lu ce livre. Ce qui m’intéresse, supposons que ce soit un chef-d’oeuvre, est-ce que cela donnerait à Yann Moix tous les droits ? Finalement, toute l’indécence qu’il y a dans ce déballage, pourrait-on l’accepter si c’est pour que Yann Moix écrive À la recherche du temps perdu ?

Alain Finkielkraut. (amusé à son tour) Il est clair que ce n’est pas un chef-d’œuvre. Quand même ! La littérature a, malgré tout, partie liée d’abord avec l’imagination, et ensuite avec une certaine courtoisie. Vous parlez de la Recherche. Bon: Charles Haas a peut-être inspiré Swann, mais Swann, c’est Swann. Monsieur de Charlus, c’est Monsieur de Charlus! Le narrateur n’est même pas Proust lui-même.

Elisabeth Lévy. Bien sûr, mais peut-être qu’Anatole France n’aurait pas été très content d’être portraituré en Bergotte.

Alain Finkielkraut. Ce n’est pas Bergotte ! Je lisais encore tout récemment Sodome et Gomorrhe et la Prisonnière… Vous y avez une description inimaginable de 20 pages d’une œuvre musicale qui n’a pas existé, qui est le « Septuor de Vinteuil », ça ne peut donc vexer personne. Proust fait quand même un travail de création romanesque. Il efface les traces et là [chez Moix NDLR], on n’efface pas les traces, on déballe.

Elisabeth Lévy. Je précise en effet que dans l’ouvrage [de Moix NDLR], il garde les noms.

Alain Finkielkraut. Oui, et il ose appeler ça [un] roman. Donc si vous voulez, il joue sur les deux tableaux et c’est dommage. Le roman mérite d’être traité avec plus de considération, avec moins de désinvolture. Donc pour moi le roman, ce n’est pas ça et nous sommes très loin de la littérature.

À Relire: Oui, Causeur a lu « Orléans » de Yann Moix

Elisabeth Lévy. La deuxième affaire Moix est en quelque sorte une variation sur le thème de l’affaire Meklat… Je crois pouvoir dire qu’il y aura d’infinies autres variations [de ce genre NDLR] pendant les années à venir, puisqu’il s’agit de choses exhumées de sa jeunesse pour l’essentiel.

Alain Finkielkraut. Alors ce n’est pas [comme] l’affaire Meklat. Meklat, c’est des tweets, des messages sur la toile (je ne sais pas comment on dit!)

Elisabeth Lévy. (rire) Oui, des tweets, vous le dites très bien.

Alain Finkielkraut. Bon, ce sont des messages qui ont duré très longtemps. Jusqu’à 2015, 2016 enfin. La violence de Meklat n’est pas ancienne, il s’appelait Marcelin Deschamps peut-être mais sous son propre nom il a [aussi] invité à me « casser les jambes », bref il a toujours été très brutal. Avec Yann Moix, c’est autre chose, [nous sommes] dans sa jeunesse étudiante, pas tout à fait l’adolescence donc, il a commis des textes antisémites et révisionnistes. (…) Il a aussi préfacé un [livre de] Blanrue, je crois, qui est resté antisémite.

A lire aussi: Le dreyfusisme intempestif de Charles Péguy

Elisabeth Lévy. (…) Mais après tout, on a peut-être le droit d’être ami avec des antisémites. Je crois qu’il est semble-t-il resté lié d’amitié à Blanrue jusqu’en 2009-2010. Tout en étant pour les dernières années proche de BHL. Et notamment en 2010, il est déjà proche de BHL. Il défend Israël ! (poursuivant avec une certaine ironie) On peut dire que sur les questions juives, il est en pointe ! Il est plus juif que vous si je puis dire…

Alain Finkielkraut. Justement. C’est ça le problème. On ne va pas le condamner à la mort civile pour ses errements de jeunesse. De ce point de vue-là, en tout cas, je ne le poursuivrai pas de ma vindicte. Ce qui me gêne plus, c’est la manière d’où (dont?) il est sorti [de cette affaire NDLR], le zèle philosémite qui est le sien aujourd’hui. Comme vous le savez, lors d’une émission « On n’est pas couché », il a accusé Renaud Camus d’antisémitisme, notamment pour les propos [tenus sur] France Culture, sur lesquels je ne reviens pas. (…) C’est ça que je n’aime pas chez Yann Moix, c’est le zèle actuel. Il devrait précisément, du fait de sa faute ancienne, se montrer plus perspicace et peut-être aussi plus discret. Cela étant, je dois quand même reconnaitre que nous partageons tous deux, Yann Moix et moi, une même admiration pour Péguy…

(…)
>>> Retrouvez la suite de cette causerie sur le site REACnROLL.tv <<<



Laltruiste
Recrue pour la Paix
Recrue pour la Paix
Messages : 17
Enregistré le : mar. 10 sept. 2019 02:16
Status : Hors ligne

Re: Zemmour, Omfray et Finkelkraut refont l'Europe

Message non lu par Laltruiste » dim. 15 sept. 2019 17:08

yacoub a écrit :
sam. 14 sept. 2019 12:04
L’affaire Moix atteste que la France n’est plus une patrie littéraire
Cela désole Alain Finkielkraut

Alain Finkielkraut avec Elisabeth Lévy dans "L'esprit de l'escalier".

Image

Pour sa rentrée sur REACnROLL, Alain Finkielkraut revient entre autres sujets sur son plaidoyer pour une «écologie poétique» publié dans le Figaro, sur la responsabilité de Bolsonaro dans les incendies qui détruisent l’Amazonie, sur le drame des migrants en Méditerranée et sur le Grenelle des violences conjugales. À la fin d’un enregistrement passionnant de 50 minutes, Elisabeth Lévy lui a demandé ce qu’il pensait de la haine fratricide chez les Moix et du passé de l’écrivain. Causeur reproduit leur échange pour ses lecteurs pas encore abonnés à la webtélé.

Elisabeth Lévy. Deux petites questions au sujet des deux affaires Moix pour terminer. Le déballage familial autour de son livre Orléans et l’affrontement qu’il y a eu avec son frère pour savoir qui était la vraie victime de sévices. Sévices que le père nie d’ailleurs avoir exercés. Et ensuite, l’exhumation par l’Express de ses écrits et BD de jeunesse. Et de ses amitiés qui ont duré peut-être un peu plus longtemps. Est-ce qu’un écrivain peut tout se permettre concernant la vie privée, concernant l’intimité et concernant la réalité ?
>>> Retrouvez l’émission en intégralité en vous abonnant sur REACnROLL.tv <<<

Alain Finkielkraut. En tout cas, la preuve est faite une nouvelle fois que la France n’est plus une patrie littéraire, pour reprendre la très belle expression de Mona Ozouf et du nounours hamza. Quand un écrivain fait la couverture d’un quotidien, en l’occurrence Libération, ce n’est pas pour la qualité de son œuvre. C’est pour les turpitudes qu’il a subies ou commises. J’ai appris que dans Orléans, Yann Moix racontait en effet des sévices que lui infligeait son père et passait sous silence visiblement sa propre violence à l’égard de son frère. Mais, devant ce que vous avez très justement appelé ce « déballage », je voudrais invoquer ce que Soljenitsyne a appelé le droit de ne pas savoir !

Elisabeth Lévy. (amusée et intriguée, dans un petit rire) D’accord.

Image

Alain Finkielkraut. Cela ne me regarde pas ! Ne m’infligez pas tout ça, ce n’est pas mon problème.

Elisabeth Lévy. Notez que je ne veux pas vous faire prendre partie dans la querelle. Je n’ai pas lu ce livre. Ce qui m’intéresse, supposons que ce soit un chef-d’oeuvre, est-ce que cela donnerait à Yann Moix tous les droits ? Finalement, toute l’indécence qu’il y a dans ce déballage, pourrait-on l’accepter si c’est pour que Yann Moix écrive À la recherche du temps perdu ?

Alain Finkielkraut. (amusé à son tour) Il est clair que ce n’est pas un chef-d’œuvre. Quand même ! La littérature a, malgré tout, partie liée d’abord avec l’imagination, et ensuite avec une certaine courtoisie. Vous parlez de la Recherche. Bon: Charles Haas a peut-être inspiré Swann, mais Swann, c’est Swann. Monsieur de Charlus, c’est Monsieur de Charlus! Le narrateur n’est même pas Proust lui-même.

Elisabeth Lévy. Bien sûr, mais peut-être qu’Anatole France n’aurait pas été très content d’être portraituré en Bergotte.

Alain Finkielkraut. Ce n’est pas Bergotte ! Je lisais encore tout récemment Sodome et Gomorrhe et la Prisonnière… Vous y avez une description inimaginable de 20 pages d’une œuvre musicale qui n’a pas existé, qui est le « Septuor de Vinteuil », ça ne peut donc vexer personne. Proust fait quand même un travail de création romanesque. Il efface les traces et là [chez Moix NDLR], on n’efface pas les traces, on déballe.

Elisabeth Lévy. Je précise en effet que dans l’ouvrage [de Moix NDLR], il garde les noms.

Alain Finkielkraut. Oui, et il ose appeler ça [un] roman. Donc si vous voulez, il joue sur les deux tableaux et c’est dommage. Le roman mérite d’être traité avec plus de considération, avec moins de désinvolture. Donc pour moi le roman, ce n’est pas ça et nous sommes très loin de la littérature.

À Relire: Oui, Causeur a lu « Orléans » de Yann Moix

Elisabeth Lévy. La deuxième affaire Moix est en quelque sorte une variation sur le thème de l’affaire Meklat… Je crois pouvoir dire qu’il y aura d’infinies autres variations [de ce genre NDLR] pendant les années à venir, puisqu’il s’agit de choses exhumées de sa jeunesse pour l’essentiel.

Alain Finkielkraut. Alors ce n’est pas [comme] l’affaire Meklat. Meklat, c’est des tweets, des messages sur la toile (je ne sais pas comment on dit!)

Elisabeth Lévy. (rire) Oui, des tweets, vous le dites très bien.

Alain Finkielkraut. Bon, ce sont des messages qui ont duré très longtemps. Jusqu’à 2015, 2016 enfin. La violence de Meklat n’est pas ancienne, il s’appelait Marcelin Deschamps peut-être mais sous son propre nom il a [aussi] invité à me « casser les jambes », bref il a toujours été très brutal. Avec Yann Moix, c’est autre chose, [nous sommes] dans sa jeunesse étudiante, pas tout à fait l’adolescence donc, il a commis des textes antisémites et révisionnistes. (…) Il a aussi préfacé un [livre de] Blanrue, je crois, qui est resté antisémite.

A lire aussi: Le dreyfusisme intempestif de Charles Péguy

Elisabeth Lévy. (…) Mais après tout, on a peut-être le droit d’être ami avec des antisémites. Je crois qu’il est semble-t-il resté lié d’amitié à Blanrue jusqu’en 2009-2010. Tout en étant pour les dernières années proche de BHL. Et notamment en 2010, il est déjà proche de BHL. Il défend Israël ! (poursuivant avec une certaine ironie) On peut dire que sur les questions juives, il est en pointe ! Il est plus juif que vous si je puis dire…

Alain Finkielkraut. Justement. C’est ça le problème. On ne va pas le condamner à la mort civile pour ses errements de jeunesse. De ce point de vue-là, en tout cas, je ne le poursuivrai pas de ma vindicte. Ce qui me gêne plus, c’est la manière d’où (dont?) il est sorti [de cette affaire NDLR], le zèle philosémite qui est le sien aujourd’hui. Comme vous le savez, lors d’une émission « On n’est pas couché », il a accusé Renaud Camus d’antisémitisme, notamment pour les propos [tenus sur] France Culture, sur lesquels je ne reviens pas. (…) C’est ça que je n’aime pas chez Yann Moix, c’est le zèle actuel. Il devrait précisément, du fait de sa faute ancienne, se montrer plus perspicace et peut-être aussi plus discret. Cela étant, je dois quand même reconnaitre que nous partageons tous deux, Yann Moix et moi, une même admiration pour Péguy…

(…)
>>> Retrouvez la suite de cette causerie sur le site REACnROLL.tv <<<
Bonjour c'est possible d'avoir le replay ?



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21932
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Zemmour, Omfray et Finkelkraut refont l'Europe

Message non lu par yacoub » mar. 17 sept. 2019 04:54




Avatar du membre
Georges
Général de division Virtuel
Général de division Virtuel
Messages : 7059
Enregistré le : lun. 1 mai 2006 08:00
Gender :
Status : Hors ligne

Re: Zemmour, Omfray et Finkelkraut refont l'Europe

Message non lu par Georges » jeu. 3 oct. 2019 04:18

“Dérive raciste, xénophobe” : des journalistes du “Figaro” veulent l'exclusion de Zemmour
Par Auteur
valeursactuelles.com
/ Lundi 30 septembre 2019 à 19:17 134
Image

Un communiqué de la Société des Journalistes du quotidien demande à sa rédaction de “mettre un terme à cette situation ambiguë”, ce lundi 30 septembre.

Une fois n'est pas coutume, les propos d'Eric Zemmour lui valent un torrent de critiques, de réactions indignées. Et peut-être même de sanctions. Ce lundi 30 septembre, après le discours qu'a tenu le polémiste à la Convention de la droite, la SDJ des journalistes du Figaro en appelle à la rédaction du journal.
« Tous nos problèmes sont aggravés par l’immigration »

« La SDJ s’interroge sur la position [d'Eric Zemmour], fort commode, de rentier de la polémique qui est la sienne : salarié du Figaro, il se lâche à l’extérieur sans retenue, arguant du fait que cela ne regarde pas ses employeurs et collègues de travail », écrit le syndicat. Et de poursuivre : « Les journalistes du Figaro, dans leur immense majorité, ne veulent pas être associés à ses provocations. La SDJ demande instamment à la direction de la rédaction de mettre un terme à cette situation ambiguë. »

Communiqué de la @SDJduFigaro sur Eric Zemmour

"(...) Les journalistes du Figaro, dans leur immense majorité, ne veulent pas être associés à ses provocations.

La SDJ demande instamment à la direction de la rédaction de mettre un terme à cette situation ambiguë." pic.twitter.com/ovv9VOLg0V

— SDJFigaro (@SDJduFigaro) September 30, 2019

Samedi 28 septembre, à la Convention de la droite, l'écrivain de 61 ans avait tenu un discours ferme sur l'immigration. « En France, comme dans toute l’Europe, tous nos problèmes sont aggravés par l’immigration : école, logement, chômage, déficits sociaux, ordre public, prisons […]. Et tous nos problèmes aggravés par l’immigration sont aggravés par l’islam. C’est la double peine », avait-il estimé. Une prise de parole diffusée par LCI - qui s'est depuis excusé -, et qui a suscité près de 400 saisines auprès du CSA, a fait savoir cette dernière. L'instance de contrôle de l'audiovisuel va donc instruire une enquête et décidera par la suite d'éventuelles sanctions imposées à la chaîne.
« Il se situe clairement hors du champ de l'acceptable »

Lundi soir, dans un texte diffusé en interne et intitulé « Les élucubrations de Zemmour appellent une réponse ferme de la direction », le syndicat a ajouté que dimanche, « la section du SNJ a interpellé la direction du Figaro par courriel (Brezet, Tremolet, Threard et Feuillée) pour demander leur réaction par rapport aux déclarations de Eric Zemmour à la Convention de la droite. »

« Les dernières interventions publiques de Zemmour appellent à une réaction de la direction du Figaro. Il se situe désormais clairement hors du champ de l'acceptable. Le SNJ attend donc une réaction claire pour que l'implication personnelle d'un journaliste du Figaro dans une dérive raciste xénophobe, homophobe et misogyne à des fins purement commerciales (il veut assurer l'audience des multiples émissions auxquelles il participe) soit sanctionnée de la façon la plus claire et rapide. Zemmour n'a plus rien à faire au Figaro », a écrit Patrick Bèle, délégué SNJ au Figaro, à la direction du journal.
Une enquête diligentée par le parquet de Paris ?

Le texte interne précise que « la direction du Figaro n’a pas jugé bon de nous répondre jusque-là. Pourtant il y a urgence à clarifier la situation ». Et d'ajouter, au sujet d'Eric Zemmour : « Son appartenance à la rédaction du Figaro fait que ses abjectes élucubrations jettent un discrédit sur l’ensemble des journalistes du Figaro. Il est temps que la direction fasse cesser cette situation inacceptable pour permettre à tous de travailler dans la sérénité. Et préserver la réputation de notre titre qui est notre plus important capital : le Figaro. ». Par ailleurs, le parquet de Paris étudie la possibilité de diligenter une enquête, de source judiciaire.



Avatar du membre
Georges
Général de division Virtuel
Général de division Virtuel
Messages : 7059
Enregistré le : lun. 1 mai 2006 08:00
Gender :
Status : Hors ligne

Re: Zemmour, Omfray et Finkelkraut refont l'Europe

Message non lu par Georges » jeu. 3 oct. 2019 06:11

Éric Zemmour maintient ses propos sur l'islam et l'immigration

[img]data:image/png;base64,iVBORw0KGgoAAAANSUhEUgAAABAAAAAJCAYAAAA7KqwyAAAAGXRFWHRTb2Z0d2FyZQBBZG9iZSBJbWFnZVJlYWR5ccllPAAAABhJREFUeNpi/P//PwMlgHHUgFEDgAAgwAD+lBrvy+NcxAAAAABJRU5ErkJggg==[/img].
Éric Zemmour lors de son discours à la « Convention de la droite », le 28 septembre 2019. | SAMEER AL-DOUMY / AFP

Dans son talk-show « Zemmour et Naulleau », diffusé mercredi soir sur la chaîne Paris Première, le polémiste a défendu son discours prononcé samedi, lors de la « Convention de la droite », et qui a entraîné l'ouverture d'une une enquête pour « injures publiques » et « provocation publique à la discrimination, la haine ou la violence».

Éric Zemmour a défendu, dans son émission diffusée mercredi soir sur Paris Première, ses propos violents sur l'islam et l'immigration tenus le week-end dernier, qui ont suscité un tollé et entraîné l'ouverture d'une enquête judiciaire.

« Je maintiens » et « je n'injurie personne », a-t-il lancé au cours du talk-show « Zemmour et Naulleau », invité à revenir sur ce discours prononcé samedi à la « Convention de la droite » et diffusé en direct sur LCI.

Alors que mi-septembre, la Cour de cassation validait définitivement une première condamnation du polémiste pour provocation à la haine religieuse, le parquet de Paris a annoncé mardi l'ouverture d'une enquête pour « provocation publique à la discrimination, la haine ou la violence », après son discours de samedi.
« C'est une insulte envers tous les musulmans de France »

Dans ce discours, le polémiste a notamment fustigé l'« idéologie diversitaire » et la « guerre d'extermination » visant « l'homme blanc hétérosexuel », citant également l'écrivain Renaud Camus, théoricien du « grand remplacement » de la population blanche et chrétienne par une population immigrée musulmane.

Ses propos ont été abordés d'emblée dans le talk-show de Paris Première (chaîne payante du groupe M6), qui avait été enregistré en avance. Éric Zemmour a notamment répondu à son comparse Éric Naulleau, qui lui a reproché d'avoir « franchi des limites », notamment en dressant « la comparaison entre le nazisme et l'islam ».

« C'est une insulte envers tous les musulmans de France, dont la plupart vivent paisiblement, et envers tous ceux qui, soit personnellement soit à travers leur famille, ont subi le nazisme », lui a lancé Éric Naulleau, jugeant ses déclarations « indignes ».
« J'ai le droit de le dire »

« L'islam est une religion totalitaire qui prend en charge les individus que ça te plaise ou non, et deuxièmement j'ai le droit de le dire, on a le droit de critiquer une religion », lui a répliqué Éric Zemmour, après avoir invoqué, en appui de ses propos, plusieurs auteurs comme « Paul Claudel qui comparait l'islam au nazisme ».

Invité par la présentatrice de l'émission Anaïs Bouton -- qui s'est dite personnellement « choquée » par ses déclarations -- à s'expliquer sur sa participation à la « Convention de la droite », organisée par des proches de Marion Maréchal, lors de laquelle il a tenu ces propos controversés, Éric Zemmour a affirmé que « ce n'était pas une réunion partisane ou électorale », ni « une réunion autour de Marion Maréchal ».

La direction de Paris Première avait fait savoir avant la diffusion de l'émission qu'elle avait convoqué le polémiste mardi, « afin de revenir sur sa participation récente à des événements politiques et sur les propos particulièrement choquants et provocateurs » qu'il avait tenus, et qu'il lui avait « été rappelé fermement les conditions de sa participation » à « Zemmour et Naulleau ».



Avatar du membre
marmhonie
Police Militaire Virtuel
Police Militaire Virtuel
Messages : 867
Enregistré le : dim. 29 janv. 2017 22:30
Gender :
Status : Hors ligne

Re: Zemmour, Omfray et Finkelkraut refont l'Europe

Message non lu par marmhonie » jeu. 3 oct. 2019 09:59

Nous sommes dans les eaux troubles et glauques en ce début d'octobre 2019.


Voici l'intervention d'Erik Zemmour le 28 septembre 2019 :
Image
https://www.youtube.com/watch?v=KjEnE0QZa9k

Je voulais entendre les explications d'Erik Zemmour qui me font froid dans le dos, et glacent mon esprit d'amour pour nos fragiles démocraties.
Voici la vidéo d'Éric Zemmour s’expliquant sur sa participation à la Convention de la droite en septembre 2019 :
Image


Qui manipule qui ? Comment en est-on arrivé là ?


Image
(on clique sur la signature)

Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21932
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Zemmour, Omfray et Finkelkraut refont l'Europe

Message non lu par yacoub » jeu. 3 oct. 2019 14:11

Par la Barbe du Saint Prophète
Par la lune fendue
Par le soleil qui se couche dans une eau boueuse
Par l'âne Yaffour qui s'est converti à la RATP,
Par l'étoile qui scintille
Par l'eau qui mouille
Par le feu qui brûle

Eric Zemmour a le droit de critiquer la RATP qui est une idéologie politico-religieuse dont l'ennemi numéro 1 est la liberté.
Pour moi, un bon mahométan est un mahométan qui a apostasié la RATP même s'il se sait condamné à mort comme Salman Ruchdie.



Avatar du membre
spin
Adjudant-chef Virtuel
Adjudant-chef Virtuel
Messages : 1927
Enregistré le : jeu. 7 janv. 2010 13:51
Localisation : France, sud-est
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Zemmour, Omfray et Finkelkraut refont l'Europe

Message non lu par spin » jeu. 3 oct. 2019 16:02

yacoub a écrit :
jeu. 3 oct. 2019 14:11
Pour moi, un bon mahométan est un mahométan qui a apostasié la RATP même s'il se sait condamné à mort comme Salman Ruchdie.
Rushdie ! :shock: Au moins pour les noms propres c'est mieux de faire attention, pour permettre de chercher sur le net. Au fait, un résumé de son bouquin (enfin, de la partie à Jahiliya, j'avoue n'avoir pas lu entièrement le reste) : http://bouquinsblog.blog4ever.com/les-v ... an-rushdie


De quel droit refuserions-nous de faire usage du plus grand don de Dieu ? N'est-ce pas un formidable blasphème que de croire contre la raison ? (Vivekananda)
http://daruc.pagesperso-orange.fr/divers/islamp.htm
http://bouquinsblog.blog4ever.com/blog/ ... ique_.html

Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21932
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Zemmour, Omfray et Finkelkraut refont l'Europe

Message non lu par yacoub » ven. 4 oct. 2019 13:53

RTL prend ses distances avec Eric Zemmour, même si « la porte ne lui est pas fermée »

Déjà écarté de ses chroniques hebdomadaires l’an passé, il n’interviendra plus dans les débats le vendredi.

Par Mouna El Mokhtari Publié hier à 18h43, mis à jour à 08h55


RTL prend ses distances avec Eric Zemmour, condamné une deuxième fois et de manière définitive le 17 septembre pour « provocation à la haine raciale ». Il fait l’objet d’une nouvelle enquête après un violent discours xénophobe et islamophobe samedi, prononcé lors d’un événement organisé par des soutiens de Marion Maréchal.

La radio, qui faisait appel à l’essayiste ponctuellement dans le cadre d’un débat le vendredi matin, précise toutefois que « dans le cadre de la pluralité des opinions à laquelle RTL est attachée, la porte ne lui est pas fermée » en tant qu’invité lors d’émissions. Mais la station du groupe M6 considère, en effet, que « suite à sa prise de position, Eric Zemmour a changé de statut » et ne peut plus être vu comme un journaliste lambda.
Lire notre éditorial : Eric Zemmour et la haine télévisée

« Le bureau de la SDJ salue le fait que la direction a (…) contacté Eric Zemmour pour lui faire part de son profond désaccord tant sur la forme que sur le fond. Tout en restant très attachée à la diversité des opinions, elle lui a signifié que ses thèses sont incompatibles avec l’esprit des débats auxquels il participait à l’antenne, et plus largement avec le “vivre ensemble” qui caractérise RTL », a salué la société des journalistes (SDJ) dans un message interne.

Chroniqueur sur l’antenne de RTL depuis 2010, Eric Zemmour avait perdu en 2018 son billet bihebdomadaire (le mardi et le jeudi) dans la matinale de la station. La société des journalistes de RTL s’était désolidarisée à plusieurs reprises des propos de son chroniqueur, l’accusant de « ternir les valeurs » portées par la chaîne, notamment en 2014 à l’occasion d’une interview qu’Eric Zemmour avait donnée au journal italien Corriere della sera, puis en 2016 lorsque celui-ci avait affirmé « respecter les djihadistes prêts à mourir pour ce en quoi ils croient ».
Article réservé à nos abonnés Lire aussi « L’incitation à la haine raciale doit être combattue, pas débattue. Alors, pourquoi continuent-ils à inviter Zemmour ? »
400 signalements au CSA

Depuis sa violente charge lors de l’événement organisé par les soutiens de Marion Maréchal, diffusée en direct sur LCI, chaîne d’information en continu du groupe TF1 qui a reconnu par la suite une erreur, le CSA a reçu près de 400 signalements.

Eric Zemmour était néanmoins à l’antenne mercredi 2 octobre, comme il l’est depuis 2011, dans le talk hebdomadaire « Zemmour & Naulleau » de la chaîne payante du groupe M6 Paris Première. L’essayiste a maintenu certains de ses propos et estimé qu’il n’injuriait « personne ». « Il a été convoqué, les règles et les conditions qui régissent sa participation à l’émission lui ont été rappelées », a expliqué le directeur de la communication du groupe M6 Matthieu Bienvenue.

« Il m’a confirmé que son intention n’était pas de se présenter à des élections et de participer activement à des campagnes, pour quelque parti que ce soit. Si tel avait été le cas, on aurait considéré qu’il fallait qu’il passe de chroniqueur à invité dans l’émission, précise Philippe Bony, PDG de Paris Première. L’important pour nous, c’est que le débat ait lieu sur notre antenne dans des conditions qu’on estime au niveau. » La saison dernière, l’émission a réuni 120 000 téléspectateurs en moyenne.

De leur côté, les journalistes du Figaro, ont pris leurs distances à l’égard de celui qui officie comme chroniqueur dans leurs pages, demandant à leur direction dans un communiqué de mettre un terme à « une situation ambiguë ».
Article réservé à nos abonnés Lire aussi Tal Bruttmann : « Chez Zemmour, la “lutte des races” tient lieu de programme politique »

Mouna El Mokhtari



Avatar du membre
Georges
Général de division Virtuel
Général de division Virtuel
Messages : 7059
Enregistré le : lun. 1 mai 2006 08:00
Gender :
Status : Hors ligne

Re: Zemmour, Omfray et Finkelkraut refont l'Europe

Message non lu par Georges » ven. 4 oct. 2019 14:28

Dans son éditorial de mardi 1er octobre, le journal Le Monde affirme:

Il [Zemmour] franchit un nouveau palier dans l’inacceptable en proclamant la mort de la République et en appelant à la guerre civile afin de repousser « l’invasion » et de « restaurer » la France catholique éternelle.

et carrément :

il a eu droit à trente-deux minutes de haine sans contradicteur en direct sur la chaîne LCI, filiale de TF1 et propriété du groupe Bouygues. C’est une infamie.

et enfin l'appel à la censure :

Eric Zemmour doit cesser d’être un « bon client » pour les journalistes et les médias qui les emploient. Il doit être traité pour ce qu’il est : un délinquant

Je n'ai pas mémoire d'un éditorial du Monde aussi violent sur les prédicateurs islamistes qui ont un autre bilan que Zemmour. Le Bataclan, déjà oublié ? Et Charlie ?



Avatar du membre
marmhonie
Police Militaire Virtuel
Police Militaire Virtuel
Messages : 867
Enregistré le : dim. 29 janv. 2017 22:30
Gender :
Status : Hors ligne

Re: Zemmour, Omfray et Finkelkraut refont l'Europe

Message non lu par marmhonie » ven. 4 oct. 2019 17:44

Georges a écrit :
ven. 4 oct. 2019 14:28
Dans son éditorial de mardi 1er octobre, le journal Le Monde affirme:
Il [Zemmour] a eu droit à trente-deux minutes de haine sans contradicteur en direct sur la chaîne LCI, filiale de TF1 et propriété du groupe Bouygues. C’est une infamie.
Si le journaliste avait regardé la diffusion en direct sur LCI, il n'aurait rien écrit, parce que la transmission fut CATASTROPHIQUE comme jamais je n'avais vu cela depuis la naissance de l'ORTF !

Voici quelques captures d'écran du direct :

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

On se demandait ce qui se passait. Le son était très faible, la caméra devenait floue, puis le noir complet avec le silence, puis de nouveau des images distordues, bref la catastrophe.

L'intervention a été mise en ligne sur youtube nettoyée, et encore, il en reste.
Image
https://www.youtube.com/watch?v=69jOdtJ2DXg

Merci LCI pour un loupé historique de la télévision française, merci pour les coupures, le son inaudible par moments.
Vous l'auriez fait exprès, vous n'auriez pas fait mieux (et donc pire).

Je me demande honnêtement ce que le journaliste du Monde a bien pu entendre, comprendre.
Durant les premières minutes, la caméra tremblante revenait sur Marion Le Pen, en zooman, et encore du flou.
Dans ces conditions, que dire ?


Image
(on clique sur la signature)

Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21932
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Zemmour, Omfray et Finkelkraut refont l'Europe

Message non lu par yacoub » ven. 18 oct. 2019 16:00

Eric Zemmour, ce célèbre néo-nazi antisémite Les musulmans, c'est bien connu, sont les nouveaux juifs


On peut lire dans Le Monde de bien violentes tribunes contre le journaliste Eric Zemmour. A lire l’historien Tal Bruttmann, Eric Zemmour est plus ou moins un nazi, et les musulmans sont les nouveaux juifs.
Dans une tribune parue dans Le Monde ce 2 octobre 2019, Tal Bruttmann, auteur de livres sur Vichy et sa politique anti-juive, s’emploie à dépeindre Zemmour comme l’héritier tout à la fois d’Augustin Barruel, des adeptes des Protocoles des Sages de Sion, du collaborationniste Henry Coston, de Poujade, et enfin des suprémacistes américains. Fait significatif, nous nous trouvons devant un article prétendant analyser de manière critique un auteur dont à aucun moment on ne prend la peine de citer ne serait-ce qu’une ligne. Tant par le ton que par les syllogismes utilisés, ce portrait nous a étrangement rappelé la littérature communiste des années 1950, laquelle n’avait pas son pareil pour nazifier l’adversaire de droite, qu’il s’agisse du sobriquet « Poujadolf », ou des croix gammées peintes sur les affiches appelant au retour du général de Gaulle en 1958. Entendons-nous bien : que l’on puisse considérer que Zemmour ait franchi le Rubicon séparant la droite « classique » (dont il est issu) de l’extrême droite est une chose. Le rattacher aux courants historiques les plus antisémites de cette même extrême droite en est une autre.
Zemmour, maurrassien contre-révolutionnaire et fasciste ?
Le discours de Zemmour, écrit Bruttmann, s’inscrit « ouvertement dans la veine fasciste, assumé et revendiqué comme tel ». L’auteur de ces lignes a-t-il pris la peine de lire les écrits de Zemmour traitant de l’identité française ? Auquel cas, il devrait savoir que non seulement Zemmour n’a jamais revendiqué un discours fasciste mais qu’il se revendique plutôt, d’une double filiation bonapartiste et gaulliste. Son essai Mélancolie française est de ce point de vue tout à fait explicite.


« On ne s’étonnera pas d’entendre celui qui tente de réhabiliter Pétain, tout en réécrivant une histoire qui s’arrange des faits, citer comme références aussi bien le contre-révolutionnaire Joseph de Maistre (1753-1821) que l’écrivain fasciste Pierre Drieu la Rochelle (1893-1945). » Quelle est donc la finalité de cette étrange « tambouille » qui mélange allègrement les tentatives de réhabiliter Pétain (dont Zemmour s’est fait le héraut au mépris de la réalité historique) et deux écrivains aussi différents que Maistre et Drieu La Rochelle ? Penchons-nous plutôt sur ce qu’écrit de Zemmour un contre-révolutionnaire assumé, ancien rédacteur en chef du journal lepéniste National-Hebdo et aujourd’hui chroniqueur dans le journal d’extrême droite Rivarol. Agacé qu’un « métèque » puisse être promu par les médias comme une figure de proue de sa famille politique, Martin Peltier a commis un petit livre au sujet du désormais « sulfureux » journaliste : À poil Zemmour 1 : « Jamais tu ne penseras à la fusion des trois internationales, or, socialisme, humanitarisme, comme le ferait un penseur contre-révolutionnaire, ni à la convergence des blocs Est-Ouest, ni à la maçonnerie. Tu n’as ni les obsessions ni les curiosités de la contre-révolution. » 2 Puis, Peltier enchaîne sur ce qui selon lui manque à Zemmour pour être un nationaliste français à part entière : « Maurras était agnostique comme tu l’es peut-être, mais il connaissait l’Eglise, et l’Eglise de France, aussi bien que les rues de Martigues. Toi, quand il s’agit de catholicisme, tu bugues […] Il te manque une case pour sentir avec justesse l’ancienne France. » 3 Car si la judéité de Zemmour semble étrangement absente du texte de Bruttmann, l’extrême droite, elle, n’est pas prête à en faire fi. Même après cette fameuse « convention de la droite ». 4
L’extrême droite n’oublie pas que Zemmour est juif
La méfiance envers Zemmour à l’extrême droite est ancienne. Ancien secrétaire général du GRECE et cadre du FN puis du MNR dans les années 1990, Pierre Vial entendait dès 2010 mettre en garde ses lecteurs contre ce qu’il appelait de « grandes manœuvres juives de séduction à l’égard de l’extrême droite européenne » :« Nous pensons qu’il y a une « opération Zemmour » destinée à susciter au sein de la droite de la droite une sympathie pour le message qu’incarne Zemmour : face à l’immigration-invasion, union sacrée des Européens, des Américains et des Juifs. »5 Dans le même texte, Vial citait Henry de Lesquen, co-fondateur du Club de l’Horloge et à l’époque président de Radio Courtoisie : « Le système dans son ensemble a missionné le berger Zemmour pour conduire les brebis de la droite dans les filets du politiquement correct » 6. Plus récemment, Rivarol toujours titrait en couverture : « Eric Zemmour, nationaliste français ou juif travaillant pour Israël ? » (28 novembre 2018). Il ne s’agit nullement ici de légitimer tel ou tel discours, seulement d’appeler à davantage de rigueur en ne celant pas que l’extrême droite la plus idéologiquement formée ne porte pas dans son cœur cet enfant du décret Crémieux qu’est Éric Zemmour. Autant d’éléments que Bruttmann aurait dû intégrer plutôt que de donner libre cours à des considérations de nature polémique, décrétant par exemple que le « péril noir » chez Zemmour ferait écho au « péril jaune » d’antan. L’Afrique comptait environ 150 millions d’habitants en 1930, 300 en 1960, 600 en 1990 et enfin 1 milliard en 2010. Le nombre total de migrants « sud-nord » a triplé de 1960 à 2000. Il est passé de 20 à 60 millions de personnes. Enfin, depuis 2007, 2 millions d’africains sont entrés en Europe7. Mais à lire Tal Bruttmann, tout ce que peut écrire Zemmour est discrédité, avant même d’avoir été discuté, ce dernier n’étant en définitive rien d’autre qu’un conspirationniste. Bruttmann a-t-il lu l’abbé Barruel ? La question est légitime dans la mesure où il dresse une analogie entre Barruel et Zemmour sans citer ni l’un ni l’autre. On voit mal en effet comment démontrer une filiation entre un chantre de la contre-révolution, Barruel, et un bonapartiste revendiqué, Zemmour, en faisant l’économie d’un travail de citations mises en parallèle (fut-ce un échantillon d’une ou deux phrases) de l’un et de l’autre. Même chose pour les Protocoles des Sages de Sion auxquels il rattache les écrits de Zemmour. Toujours est-il que de Barruel aux Protocoles, Bruttmann enchaîne avec les antisémites du XXe siècle, n’hésitant pas à faire de Zemmour un « héritier » (sic) d’Henry Coston.


« Car Zemmour ne se contente pas uniquement de remplacer dans sa rhétorique largement puisée dans les années 1930 la figure du juif par celle du musulman. Il ne rechigne pas à jalonner son propos de signaux à peine cachés, qui sont autant de marqueurs évocateurs pour ceux qui savent qui sont les « cosmopolites citoyens du monde » et qui se cache derrière le « pouvoir des banques » et « l’universalisme marchand » mentionnés dans ses propos. En cela, il s’inscrit là aussi dans les théories de l’« alt-right » et autres suprémacistes américains, pour qui les Juifs tirent les ficelles du « grand remplacement ». Raison pour laquelle, il y a près d’un an, une synagogue à Pittsburgh, aux Etats-Unis, fut prise pour cible et onze personnes tuées. »
Anathème contre anathème
Zemmour serait donc l’héritier d’un courant idéologique qui irait d’Henry Coston à l’assassin de la synagogue de Pittsburgh. Cet acharnement à rapprocher Zemmour de la tradition antisémite, d’hier et d’aujourd’hui, sonne comme un déni implicite de sa judéité. Une identité juive qui n’a pourtant rien de fantasmatique. Prolongeons donc jusqu’à l’absurde le postulat selon lequel Zemmour partagerait une idéologie d’inspiration judéophobe avec les tueurs néo-nazis, de Pittsburgh ou de la ville de Halle en Allemagne. Ces derniers iraient-ils jusqu’à s’abstenir de frapper la synagogue où Zemmour a ses habitudes, du fait de sa seule présence ? Auquel cas on pourrait faire de Zemmour un néo-nazi d’honneur. Sa judéité n’en est pas moins évidente pour toute cette frange du judaïsme d’« en bas », en première ligne face aux violences judéophobes depuis bientôt une vingtaine d’années, souvent religieux et d’origine séfarade, et se retrouvant parfois dans certains des propos de l’essayiste.
Enfin, une fois admis comme recevable l’idée d’une proximité (fantasmatique) entre Zemmour et néo-nazis, il n’y aurait dès lors aucune raison valable (sur le plan du raisonnement) de donner tort à Aude Lancelin lorsque celle-ci écrit sur son compte Twitter : « Le tueur de Christchurch, 49 morts, se revendique de Renaud Camus (2019). Anders Breivik, 77 morts, se revendique de son ami Alain Finkielkraut (2011) qui l’invite sur la radio publique.» Fussent-ils déclamés matin, midi et soir, les discours catastrophistes bâtis à partir d’un « point Godwin » sans cesse réinventé (« les mots de Zemmour conduisent à quelque chose s’apparentant à Auschwitz, nous savons grâce à Primo Levi que c’est avec des mots que tout cela commence ») n’y changeront rien. Un point Godwin que Zemmour n’a d’ailleurs pas manqué d’utiliser lors de la Convention de la droite usant de la comparaison absurde entre Islam et nazisme et convoquant le souvenir du pacte germano-soviétique. « Islam, nazis, collabos ! » crient les uns. « Zemmour nazi, musulmans, nouveaux juifs » répondent en chœur les autres. Nous sommes en passe d’atteindre le niveau zéro du débat d’idées.



Avatar du membre
Georges
Général de division Virtuel
Général de division Virtuel
Messages : 7059
Enregistré le : lun. 1 mai 2006 08:00
Gender :
Status : Hors ligne

Re: Zemmour, Omfray et Finkelkraut refont l'Europe

Message non lu par Georges » sam. 19 oct. 2019 03:54



"La où l'islam passe, la civilisation trépasse" Ibn Khaldoun
"l' islam est une loi pour les pourceaux" Ibn Roshd
"Je suis le prophète du carnage. Je suis le rieur sanglant" Mahomet
"le paradis est à l' ombre des épées" Mahomet
Les peuples non civilisés sont condamnés à rester dans la dépendance de ceux qui le sont.
Et la civilisation, c'est l'Occident, le Monde Moderne, dont la Turquie doit faire partie si elle veut survivre.
Mustafa Kemal, discours de 1928

https://www.facebook.com/georges.hulot.18

Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21932
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Zemmour, Omfray et Finkelkraut refont l'Europe

Message non lu par yacoub » dim. 20 oct. 2019 02:20




Avatar du membre
Georges
Général de division Virtuel
Général de division Virtuel
Messages : 7059
Enregistré le : lun. 1 mai 2006 08:00
Gender :
Status : Hors ligne

Re: Zemmour, Omfray et Finkelkraut refont l'Europe

Message non lu par Georges » mer. 23 oct. 2019 02:08



"La où l'islam passe, la civilisation trépasse" Ibn Khaldoun
"l' islam est une loi pour les pourceaux" Ibn Roshd
"Je suis le prophète du carnage. Je suis le rieur sanglant" Mahomet
"le paradis est à l' ombre des épées" Mahomet
Les peuples non civilisés sont condamnés à rester dans la dépendance de ceux qui le sont.
Et la civilisation, c'est l'Occident, le Monde Moderne, dont la Turquie doit faire partie si elle veut survivre.
Mustafa Kemal, discours de 1928

https://www.facebook.com/georges.hulot.18

Répondre