La France en péril par l'islamisation forcée

Tout ce qui ne rentre pas dans les autres subdivisions du forum - Exprimez vous et débattez entre vous - dans le respect de l'autre.
Avatar du membre
marmhonie
Police Militaire Virtuel
Police Militaire Virtuel
Messages : 788
Enregistré le : dim. 29 janv. 2017 22:30
Gender :
Status : Hors ligne

La France en péril par l'islamisation forcée

Message non lu par marmhonie » jeu. 10 mai 2018 09:31

La V République comment des erreurs dramatiques en persécutant son peuple catholique à plus de 63% pour intégrer l'Islam présent à 9% seulement. Or seuls les catholiques savent combattre l'Islam depuis toujours. Le rejet profond de Hollande/Taubira, partis avec seulement 4% d'estime des français, durant les pires persécutions catholiques en France, et sous le quinquénat des pires attentats islamistes en Europe jamais vus, montre tout le danger d'un Politique aveugle forçant l'islamisation irresponsable.
Image

Quand les CRS donnent l’assaut en pleine messe catholique en France !


Sainte-Rita. Promise à la destruction pour construire un parking, cette église du XVe arrondissement était occupée par des catholiques de rite traditionnel qui voulaient la sauver, tout simplement.

Les CRS les en ont délogé ce matin à l’aube.
À 5h30 du matin, la rue François Bonvin, dans le XVe arrondissement de Paris, est encore déserte. Mais passée la porte de la palissade en tôle ondulée ornée du slogan “En France, on tue les prêtres et on rase les églises”, qui protège l’église Sainte-Rita, une construction néogothique sans grâce datant de1900, règne une étrange effervescence. Une vingtaine de personnes ont dormi là, à même les bancs, dont l’abbé Guillaume de Tanoüarn, prêtre catholique de rite traditionnel, l’un des membres fondateurs de l’Institut du Bon Pasteur, une société de prêtres de droit pontifical dont il est l’un des fondateurs, qui dessert l’église depuis plusieurs mois ; plusieurs dizaines d’autres les ont rejointes au matin, comme je viens de le faire. Sous le porche, on partage un café et des crêpes, en prévision d’une rude journée.

Une église n'est pas un bâtiment comme un autre : son caractère sacré oblige à la respecter
C’est que l’abbé de Tanoüarn a appris, la veille au soir, que la police devait procéder, ce matin, à l’expulsion de cette petite communauté, sorte de ZAD catholique qui occupe depuis des mois cette église privée, pour éviter que son propriétaire, l’Association des chapelles catholiques et apostoliques, ne finalise sa vente à un promoteur qui entend la démolir pour en faire un parking. Pour les riverains, pour les fidèles attachés à cette église et pour la communauté de plusieurs centaines de personnes réunie tous les dimanches autour de l’abbé de Tanoüarn, une église n’est pas un bâtiment comme un autre : son caractère sacré oblige à la respecter.

Paris ne peut pas se payer le luxe, à l’heure du nihilisme triomphant et du djihadisme conquérant, de la disparition d’un lieu de culte, qui viendrait renforcer encore un peu plus le vide spirituel dont souffre cruellement notre pays sous François Hollande.
Image

Dans l’excitation de cet acte de résistance temporel, le spirituel n’a pas perdu ses droits
Tout à coup, une voix forte retentit : « Élévation ! » L’abbé Billot en est arrivé, en effet, à ce moment de la consécration où il lève l’hostie consacrée, devenue le corps du Christ, vers le ciel, pour la proposer à l’adoration des fidèles. Dans l’Église, le silence se fait instantanément, tous ceux qui un instant plus tôt étaient occupés à entasser des bancs se tournent vers l’autel et s’agenouillent en prière. Dans l’excitation de cet acte de résistance temporel, le spirituel n’a pas perdu ses droits.

Enfin les CRS fracassent la porte intérieure et commencent à dégager les bancs qui obstruent le passage. Dans le chœur, une vieille femme de 90 ans pleure en silence, consolée par un paroissien, sur ce sacrilège désolant.
Image

La masse des CRS se rapproche de l’autel, pressés d’en finir, sans attendre les vingt minutes qui auraient été nécessaires à l’abbé pour finir sa messe. Un groupe de fidèles tente de faire barrage, l’abbé Billot, les bras en croix, fait rempart de son corps. La confusion est à son comble, la scène chaotique.
Image

Voici une photo de l’abbé Billot traîné de force, à même le sol, par les hommes en uniforme.
Image

Ils n'auraient jamais osé contre une mosquée ou une synagogue !
Dans la confusion, un CRS fait usage de gaz lacrymogène. L’abbé de Tanoüarn, atteint, sent qu’il ne pourra pas finir sa messe.
Image
Il consomme les hosties qu’il vient de consacrer, pour éviter tout possible sacrilège, et sera escorté par les forces de l’ordre, entouré de son dernier carré de fidèles, hors de l’église, en une scène qui évoque irrésistiblement les sinistres inventaires de 1905, et ce laïcisme cathophobique agressif que la France a souvent confondu avec la laïcité..

Et encore merci, Président Hollande, pour votre haine continuelle des catholiques !
Souvenez-vous comment il débuta son honteux mandat présidentiel : Piss Christ,
Image

& "Sur le concept du visage du fils de Dieu" de Romeo Castellucci où on déféquait sur le visage du Christ,
Image
etc.


Et Hollande termine son mandat dans la même haine en frappant des catholiques en pleine messe fin 2016.
Image
Adieu indigne Président !

Source complémentaire



Avatar du membre
marmhonie
Police Militaire Virtuel
Police Militaire Virtuel
Messages : 788
Enregistré le : dim. 29 janv. 2017 22:30
Gender :
Status : Hors ligne

Re: La France en péril par l'islamisation forcée

Message non lu par marmhonie » jeu. 10 mai 2018 09:36

50 ans de corruption pour islamiser la France



Image

Le scandale
Dès qu’il s’agit d’immigration ou d’islam, la censure officielle veille et tranche. Dimanche, le préfet Frédéric Potier, délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT a tweeté, amusé, en réaction à la suspension des comptes Facebook et Instagram du mouvement Génération Identitaire : « Je confirme, et ce n’est pas un incident technique… ».

Écraser l'indignation, en finir avec la laïcité
Il faut donc comprendre que cette sanction a été demandée par les pouvoirs publics. Il est reproché à Génération Identitaire de mener des campagnes contre l’immigration et l’islamisation, et ce faisant « d’attiser la haine ». Cette organisation, qui défend une Europe des nations, avait symboliquement bloqué dernièrement le col de l’Echelle (Hautes-Alpes), point de passage des clandestins.

En réponse à l’opération « Defend Europe », le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb avait dépêché des renforts de police et de gendarmerie, prenant acte de la faiblesse des contrôles aux frontières alpines et donc de la justesse de la cause. A contrario, ni Potier ni les responsables de Facebook n’ont jugé utile de suspendre le compte des black-blocs, ce mouvement anarchiste et anticapitaliste qui a fait de la violence et de la haine des flic sa signature.

La censure française pro musulmane
L’autre jour, Libération a fait sa une sur un de ces petits néo-fascistes, en lui accordant un entretien complaisant. Samedi, le maire de Béziers, Robert Ménard, a été agressé physiquement, à Saint-André-de-Cubzac (Gironde) par des militants de gauche, sans que personne ne s’émeuve. Le tort de Ménard est de soulever les problèmes liés à l’immigration de masse et à l’islam politique.

Sur ces sujets, la Politique française a lâché ses chiens depuis Giscard.
Source : blog.lefigaro.fr



Avatar du membre
marmhonie
Police Militaire Virtuel
Police Militaire Virtuel
Messages : 788
Enregistré le : dim. 29 janv. 2017 22:30
Gender :
Status : Hors ligne

Re: La France en péril par l'islamisation forcée

Message non lu par marmhonie » jeu. 10 mai 2018 09:39

L'islamisation forcée, c'est ça l'Islam modéré



Image
Chypre islamisé en force par la Turquie actuelle
Le coup de force de la Turquie contre l’île de Chypre en 1974, accomplie au mépris du droit international, est demeurée sans aucune sanction de la communauté internationale, quant à l’Union européenne sa nullité éclate au grand jour : continuer des discussions pour l’entrée de la Turquie dans l’Union – sous la pression des États-Unis… – alors que le tiers du territoire d’un de ses États membres est occupée par 40 000 soldats turcs, cela relève de l’inconscience absolue…
Image

Dans la partie occupée de Chypre, l’islamisation forcée se poursuit méticuleusement grâce à l’implantation de 300 000 colons turcs originaires de l’Anatolie, des êtres frustes et sans éducation mais musulmans jusqu’au bout des ongles.
Image

Des dizaines et des dizaines d’églises, de chapelles ou de monastères ont été transformées en mosquées ou en bergeries
Il s’agissait de rayer la mémoire la civilisation hellénistique, romaine et chrétienne de cette partie de l’île de Chypre. 200 000 chrétiens chypriotes ont du fuir l’occupation turque en 1974, il n’en reste plus qu’environ 150 000 : une minorité persécutée et dont le culte est désormais célébré avec une discrétion qui l’assimile à une chrétienté des catacombes.
Image
Source : Asia News



Avatar du membre
marmhonie
Police Militaire Virtuel
Police Militaire Virtuel
Messages : 788
Enregistré le : dim. 29 janv. 2017 22:30
Gender :
Status : Hors ligne

Re: La France en péril par l'islamisation forcée

Message non lu par marmhonie » jeu. 10 mai 2018 09:50

L'Algérie islamiste persécute la France


C'est l'état d'esprit de ce pays, avec l'Islam comme religion choisie démocratiquement en massacrant les chrétiens, c'est bien qu'ils assument.
Ils ont oublié les massacres de 1992 à 2004 ? Alors les massacres recommenceront, jusqu'à ce qu'ils comprennent.
Image
Liste des massacres

La terrible terreur algérienne islamiste frappe la France catholique
Image
Pourquoi tant de haine ?
Source



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21838
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: La France en péril par l'islamisation forcée

Message non lu par yacoub » jeu. 12 juil. 2018 15:01

Un auteur prisé des islamistes cité dans un manuel de français de 6e
Dans son chapitre sur l'islam, le manuel « Fleurs d'encre » s'est basé sur les traductions du penseur controversé Maurice Bucaille, révèle « Marianne ». Par Le Point.fr
Publié le 11/07/2018 à 20:12 | Le Point.fr
Image
Maurice Bucaille asséne, par exemple, que le texte sacré de l'islam a anticipé la découverte de l'embryon ou encore les premiers pas de l'homme sur la Lune, explique Marianne. (illustration)

Maurice Bucaille assène, par exemple, que le texte sacré de l'islam a anticipé la découverte de l'embryon ou encore les premiers pas de l'homme sur la Lune, explique Marianne. (illustration)


Piqué par la curiosité, un père de famille s'est décidé à feuilleter le manuel de français de sa fille, scolarisée en sixième dans un établissement situé à Arles, dans les Bouches-du-Rhône. Une soif de savoir qui a vite laissé place à la colère lorsqu'il s'est rendu compte qu'un auteur dont la prose est chérie par les islamistes était relayé dans le livre de cours de son enfant.

Dans son chapitre intitulé « Au commencement du monde », l'ouvrage Fleurs d'encre (Hachette Éducation) s'attache à faire découvrir les religions, dont l'islam, aux jeunes élèves. Pour illustrer son propos, le manuel publie diverses sourates traduites en français. Or, ces traductions émanent du livre La Bible, le Coran et la Science, écrit par un certain Maurice Bucaille en 1976 (Seghers). Méconnu du grand public, l'intellectuel n'était autre que le médecin de famille du roi Fayçal d'Arabie et véritable vedette du monde musulman, affirme Marianne.
Créationniste

« Quasiment toutes les bibliothèques des mosquées du Royaume-Uni » détiennent un ouvrage du penseur controversé, explique le quotidien anglais The Telegraph. Controversé, car Maurice Bucaille, né en 1920 et mort en 1998, était persuadé que le Coran avait anticipé toutes les grandes découvertes scientifiques modernes, contrairement à la Bible, bourrée d'erreurs et d'approximations. Une affirmation qui fait florès chez les islamistes.

Maurice Bucaille assène par exemple que le texte sacré de l'islam a anticipé la découverte de l'embryon ou encore les premiers pas de l'homme sur la Lune, explique Marianne. Mais « sans surprise, de telles assertions ont été ridiculisées par les scientifiques et les théologiens sophistiqués », tranche le Telegraph. Un argumentaire biaisé qui n'a pas empêché le succès de Bucaille, qui a même donné son nom à une doctrine : le « bucailléisme », le pendant musulman du créationnisme chrétien.

Interrogé par Marianne, Hachette Éducation, qui édite Fleurs d'encre, argue du fait que le manuel se contente de proposer des traductions de sourates, sans relayer les thèses de Bucaille. La célèbre maison d'édition n'avait d'ailleurs, selon ses dires, pas eu vent du caractère polémique des propos de Bucaille. Désormais mise au parfum, Hachette a assuré à l'hebdomadaire que Bucaille ne figurera pas dans la prochaine édition du manuel.



Avatar du membre
marmhonie
Police Militaire Virtuel
Police Militaire Virtuel
Messages : 788
Enregistré le : dim. 29 janv. 2017 22:30
Gender :
Status : Hors ligne

Re: La France en péril par l'islamisation forcée

Message non lu par marmhonie » sam. 10 nov. 2018 18:13

Un nouveau Coran (débarbouillé de ses appels aux meurtres et de sa charia liberticide) ou bien l’islam hors d’Europe !


Cet appel, Adhan en langue arabe, lancé depuis une église la transformera de facto en terre islamique
Autrement dit, en véritable "Dar al islam" !

Image
Dimanche 11 novembre 2018 la grande cathédrale de la ville belge de Malines diffusera l'appel islamique à la prière et en arabe par un muezzin !
L’appel à la prière, normalement entendu seulement dans les mosquées, fera partie d’un grand concert commémoratif de la Première Guerre mondiale. Cinq chœurs belges de 180 chanteurs participeront à cette scandaleuse cérémonie.

Matthieu XVI-13
" Or, quand il fut arrivé dans la région de Césarée de Philippe, Jésus se mit à demander à ses disciples : “ Et vous, que dites-vous qu’est le Fils de l’homme ? ”
- Le Messie Jésus ?
- Eh non, Mahomet et Allah !
Voici où nous en sommes avec le pape François qui multiplie en forces les invitations à ouvrir toutes les églises catholiques à l'islam.

L'Eglise oecumenique est devenue conciliaire, puis conciliante, puis islamisante
Dites bien qu'avec notre pape François, on ne verra jamais l'inverse. Se faire islamiser par des curés et des évêques catholiques ayant renié leur foi, le pape actuel ne demande que cela. Et les pays islamiques aussi.
Image

Pauvres de nous !
Malheureusement ces faits n'ont plus rien d'insolites tant ils deviennent courants et en France nous ne sommes pas en reste. Rappelons qu'en septembre 2017 "chaque vendredi, tout au long du mois d’août, l’église Saint-Christophe-de-Javel, située à Paris dans le XVème arrondissement, a résonné d’invocations et de rappels vibrants plus islamiques que foncièrement catholiques, et ce, avec la bénédiction pleine et entière du curé…"
Image

Voilà les fruits insolites du relativisme conciliaire auquel le pape François lui-même adhère sans réserve quand on se souvient de sa demande, le 29 novembre 2014, au Grand Mufti d'Istanbul de prier avec lui :
"Le pape a croisé très visiblement les doigts, incliné longuement la tête en fermant profondément les yeux, deux à trois minutes, pour prier à l'évidence. Et pour… signifier qu’il priait. Et ce en direction du mihrab, cette niche cernée de deux colonnes, qui indique la qibla, donc la direction de la ka’ba de la Mecque." (Jean-Marie Guenois, le Figaro).
Image

On nous vole notre patrimoine chrétien qui a 2000 ans d'existence
« Les capitalistes nous vendront la corde avec laquelle nous les pendrons » prophétisait avec cynisme Lénine ! Et ces catholiques conciliaires, en appliquant l'immonde Nostra Aetate, ne sont-ils pas entrain de travailler à leur propre perte alors même que le fondamentalisme islamiste sème la mort et la désolation partout dans le monde ?
Image

Pauvre Eglise ! Pauvre Seigneur à nouveau crucifié par ceux-là mêmes qui sont revêtus de la couleur rouge, la couleur cardinalice, qui rappelle le sang des martyrs ! Honte à eux et nullam partem avec ceux d'entre eux qui se comportent de la sorte !



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21838
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: La France en péril par l'islamisation forcée

Message non lu par yacoub » jeu. 20 déc. 2018 17:08

Mathieu Bock-Côté : « Le Pacte de Marrakech pose les bases normatives et philosophiques d’un droit à la migration »
par Clémentine

Invité de France 24, le sociologue Mathieu Bock-Côté estime que le Pacte de Marrakech, qui vient d'être approuvé par 150 pays à l'ONU (dont la France), pose les bases normatives et philosophiques d’un droit à la migration. Il redoute en particulier la volonté manifeste de contrôler le discours public sur les migrations, de restreindre l'espace de la parole publique légitime dans le débat sur l'immigration.

Voici quelques passages du Pacte (à lire ici), qui illustrent les craintes de Mathieu Bock-Côté :

Préambule, § 10 :

Le Pacte mondial est le fruit d’un examen sans précédent de données et d’éléments de preuve recueillis au moyen d’un processus ouvert, transparent et inclusif. (...) Nous avons appris que les migrations font partie intégrante de la mondialisation, reliant entre elles les sociétés d'une même région et d’une région à l’autre et faisant de nous tous des pays d’origine, de transit et de destination. (...) Nous devons en outre mettre à disposition de tous les citoyens des informations objectives, claires et fondées sur des données factuelles au sujet des avantages et des difficultés que présentent les migrations, en vue de démonter les discours trompeurs qui donnent une image négative des migrants. (...)

Objectif 16 : Donner aux migrants et aux sociétés des moyens en faveur de la pleine intégration et de la cohésion sociale

(...) nous entendons :

a) Promouvoir le respect mutuel des cultures, des traditions et des coutumes entre les communautés d’accueil et les migrants grâce à l’échange et à la mise en œuvre de pratiques optimales en matière de politiques, programmes et activités d’intégration, y compris en ce qui concerne les moyens de promouvoir l’acceptation de la diversité et de faciliter la cohésion sociale et l’inclusion ; (...)

Objectif 17 : Éliminer toutes les formes de discrimination et encourager un débat public fondé sur l’analyse des faits afin de faire évoluer la manière dont les migrations sont perçues

(...) nous entendons :

c) Promouvoir une information indépendante, objective et de qualité, y compris sur Internet, notamment en sensibilisant les professionnels des médias aux questions de migration et à la terminologie afférente, en instituant des normes déontologiques pour le journalisme et la publicité et en cessant d’allouer des fonds publics ou d’apporter un soutien matériel aux médias qui propagent systématiquement l’intolérance, la xénophobie, le racisme et les autres formes de discrimination envers les migrants, dans le plein respect de la liberté de la presse ; (...)

f) Favoriser les campagnes de sensibilisation à l’intention des communautés d’origine, de transit et de destination, le but étant d’amener le public à considérer les effets positifs qu’ont des migrations sûres, ordonnées et régulières, sur la base d’éléments tangibles et de faits, et de mettre un terme au racisme, à la xénophobie et à la stigmatisation à l’égard de tous les migrants ;

Samuel Laurent, journaliste chez les "Décodeurs" du Monde, dénonce sur Twitter la "fausse nouvelle" consistant à dire que le Pacte de Marrakech tendrait à interdire la critique de l'immigration massive dans la presse. Pourtant, au vu des citations qui précèdent, on est en droit d'être dubitatif. Il est en effet question de ne plus subventionner les médias hostiles aux migrations, autrement dit de les faire mourir. Ce n'est certes pas une "interdiction", mais c'est tout comme. Il est par ailleurs dit clairement que les médias devront servir à donner une image (seulement) positive des migrations. Cela s'appelle de la propagande.



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21838
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: La France en péril par l'islamisation forcée

Message non lu par yacoub » ven. 21 déc. 2018 15:59

Rennes : il aurait crié "Allah Akbar" avant de percuter plusieurs véhicules


ENQUETE - Un individu a été interpellé mercredi soir à Rennes (Ille-et-Vilaine) après avoir foncé volontairement dans un bus et une voiture. Au moment de la commission de son geste, il aurait, selon des témoins, crié "Allah Akbar" à plusieurs reprises. Il a été placé en garde à vue.
20 déc. 14:02 - La rédaction de LCI

Les conséquences auraient pu être dramatiques. Fort heureusement, il n'y a aucun blessé à déplorer. Mercredi soir, vers 23h30 à Rennes (Ille-et-Vilaine), un homme au volant de son véhicule a percuté volontairement un bus ainsi qu'une voiture. Selon des témoins, le conducteur aurait crié "Allah Akbar" "à plusieurs reprises" au moment de la commission de son acte, fait savoir le parquet de Rennes ce jeudi.


Le trentenaire était seul au volant de son véhicule au moment des faits. Il "a traversé un rond point central, situé rue de Rochester, et percuté volontairement un bus puis un véhicule automobile à bord duquel se trouvaient deux personnes", selon le communiqué.
Évaluation psychiatrique

Interpellé et placé en garde à vue, l'individu trentenaire devait faire l'objet ce jeudi d'une évaluation psychiatrique. "Il aurait déjà été suivi au plan psychiatrique", indique le parquet.

L'homme, qui "n'est pas connu des services spécialisés au titre de la radicalisation", a déjà été condamné pour des infractions de droit commun liées à une consommation d'alcool, selon un communiqué du procureur Nicolas Jacquet.

L'enquête a été confiée au commissariat de police de Rennes.



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21838
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: La France en péril par l'islamisation forcée

Message non lu par yacoub » sam. 23 févr. 2019 16:58

Mort du Jihadiste français Fabien Claim
Image

Celui qui avait revendiqué les attentats du 13 novembre 2015 a été tué ce mercredi par une frappe ciblée tandis que son frère, Jean-Michel, serait gravement blessé.

Une frappe de la coalition internationale a tué le djihadiste français Fabien Clain mercredi en Syrie. Son frère, Jean-Michel, aurait quant à lui été gravement blessé au cours de cette même attaque, rapporte Franceinfo.

Fabien Clain, surnommé Omar ou Abu Adam Al-Faransi, né le 30 janvier 1978 à Toulouse, en France, est donc « présumé » mort le 20 février 2019 à Al-Baghouz Fouqani, en Syrie. Il était suivi par les services antiterroristes depuis 2001.



Avatar du membre
Georges
Général de division Virtuel
Général de division Virtuel
Messages : 7021
Enregistré le : lun. 1 mai 2006 08:00
Gender :
Status : Hors ligne

Re: La France en péril par l'islamisation forcée

Message non lu par Georges » jeu. 7 nov. 2019 06:08

Pourquoi le cirque de Chanteloup-les-Vignes a été incendié et sera encore incendié

06 Nov 2019Julien MartelImmigration
Pourquoi le cirque de Chanteloup-les-Vignes a été incendié et sera encore incendié

.

Des émeutes afro-musulmanes et tentatives d’abattre des Français blancs en la personne des forces de l’ordre ont récemment éclaté dans une vingtaine de villes de France gangrenées par l’immigration. Incendies d’école à Béziers, guets-apens pour tuer des policiers et des pompiers à Mantes-la-Jolie, incendies d’un cirque à Chanteloup-les-Vignes, etc. etc. etc. Tout cela existe depuis longtemps mais prend une tournure de plus en plus violente et massive.

Dans cet article d’un certain GF publié en 2000, l’échec de l’intégration républicaine des populations allogènes d’Afrique subsaharienne, maghrébine et d’Orient était expliqué brillamment par l’impossibilité d’une cohabitation harmonieuse entre races et civilisations trop différentes. Les explications bien-pensantes traditionnelles servies 24 heures sur 24 par les médias subventionnés y sont réfutées efficacement. L’inutilité des remèdes qui ne font que déplacer ou aggraver le phénomène est également bien mis en lumière.

La seule issue possible et acceptable à la lente soumission, à la sournoise dégradation et au génocide goutte-à-goutte du peuple français semblent donc l’expulsion des populations allogènes qui ont envahi la France depuis 60 ans, la mise au pas définitive des traîtres collabos et la reconstruction du pays sur des bases ethniques et civilisationnelles saines.

.

L’intégration républicaine est un échec total. L’idéologie assimilationniste du melting-pot, du creuset républicain, qui a nié par dogmatisme les réalités ethniques, se trouve confrontée à l’installation de ghettos et à la racialisation de la société.

.

L’idéologie dominante, via les médias, trouve deux parades sophistiques à cette défaite cinglante du républicanisme multiracial : soit on met en exergue des cas minoritaires d’insertion réussie – qui ne prouvent rien, l’exception confirmant la règle -, soit on accuse les pouvoirs publics de ne pas « consacrer assez de moyens » à l’insertion et de ne pas « lutter contre les ghettos » en répartissant les populations immigrées sur l’ensemble du territoire, selon une logique de « mixité sociale ».

.

Pierre Cardo, député-maire UDF de Chanteloup-les-Vignes (Yvelines), déplorait l’échec de la loi Besson de 1990, qui prévoyait un quota de logements sociaux à toutes les villes pour éviter les ghettos et répartir les immigrés. J-M Decugis, de son côté (Le Figaro, 05/01/1999), déplorant les « exactions dans les banlieues », expliquait qu’elles sont le fait de « la ségrégation sociale ou ethnique qui débouche inéluctablement sur la violence ».

.

.

Ce raisonnement est stupide. Il est abstrait et technocratique. Dès qu’on essaie de disperser des populations allogènes dans des quartiers peuplés de Français de souche, la criminalité s’installe par poches comme la dégradation de la vie sociale et de l’environnement. Les Français de souche fuient et le ghetto se réinstalle. On revient à la case départ. En réalité disperser les populations immigrées revient à favoriser leur colonisation urbaine et territoriale. Et cela ne fait en rien baisser la criminalité, dont la cause n’est pas le ghetto, mais la mentalité des intéressés eux-mêmes, où qu’ils se trouvent ; et même dans les cités balnéaires ou les stations de ski où on leur paye des vacances pour les « calmer », en vain évidemment.

*

* *

On s’imagine sottement que si l’intégration ne fonctionne pas, ce n’est pas, bien entendu, parce que les populations concernées sont inintégrables, mais « parce qu’on ne fait pas encore assez d’efforts ». Jusqu’où faudra-t-il faire des efforts ? Créé par Rocard et retoiletté par Juppé, le « Haut-Conseil de l’intégration » fut une montagne qui a accouché d’une souris. Aucune des mesures entreprises ne fonctionnait sur le terrain.

.

Hamlaoui Mekachera, ex-secrétaire général de cette institution coûteuse et fantomatique, reconnaissait : «d’intégration, on n’en parle même plus». Il ajoutait, attribuant la création de ghettos à une mauvaise gestion administrative et non à la responsabilité des intéressés eux-mêmes : « alors que les offices HLM continuent à loger un Malien dans un ensemble où sa communauté est déjà importante, c’est une erreur et cela ne lui rend pas service». Si l’office HLM avait refusé de loger le Malien dans une cité malienne, on aurait crié à la discrimination et au racisme. Il l’accepte et on l’accuse de créer des ghettos.

.

La politique de dispersion des populations immigrées semble être maintenant la réponse à l’échec de l’intégration, en pensant, sans le dire à des quotas d’allogènes zone par zone, afin de les mélanger aux autochtones. « Certes, de quotas, il ne saurait être question, tant ce concept est politiquement incorrect. Alors, tout au plus, parle-t-on d »‘harmonisation », doux euphémisme pour une réalité qui ne veut pas dire son nom », note Alice Sedar (Le Figaro, 05/01/1999).

.

Appliquant ce concept, la municipalité de Chanteloup-les-Vignes, dans un élan de romantisme volontariste, a essayé de mélanger dans ses HLM des « couples français à faible revenus avec beaucoup d’enfants » et « des familles étrangères à revenu plus élevé mais avec peu d’enfants » ; cette étrange politique de « mélange socio-racial forcé » a sombré dans le ridicule. Coincés par la réalité, beaucoup de mairies et d’organismes HLM violent la loi en attribuant des logements selon des critères ethniques, afin d' »éviter les ghettos » ou d’éviter les seuils trop importants de populations afro-maghrébines au-delà desquels (ce que tout le monde sait sans oser le dire) la paix sociale disparaît.

.

Ironie des contradictions du système : M. Frédéric Pascal, président de la filiale immobilière de la Caisses des dépôts et vice-président d’Amnesty International a été condamné à 8 000 F d’amende pour discrimination raciale : la société avait refusé un logement à un Algérien au motif que, libéré par un Français, il devait revenir à un autre Français, afin de maintenir des « quotas ethniques » dans le quartier. M. Pascal sait maintenant que, pour la justice, être Algérien, c’est une « race ».

.

Bref, le système se mord la queue : il essaie de lutter contre les ghettos en appliquant en sourdine des quotas ethniques illégaux et, voyant que ça fonctionne mal, tente maintenant de favoriser par sa politique sociale l’implantation d’allogènes dans des zones habitées par des Français de souche.

*

* *

L’exemple des États-Unis n’a pas été retenu. Dans les années soixante, dans la foulée de la grande vague libérale des civil rights et de l’utopie du melting pot, les autorités américaines ont activement favorisé la mixité de l’habitat et de la scolarité (busing) entre Noirs, Latinos et Blancs. Résultat : les Blancs déménageaient des zones au-delà d’un certain seuil d’allogènes, estimé à 12%, et retiraient leurs enfants des écoles où l’on imposait un pourcentage d’enfants d’autres origines. Le volontarisme des autorités n’a rien pu faire contre ce « réflexe ethnique ». Le sociologue William S. Cohen, figure de la gauche libérale antiraciste, notait avec ce pragmatisme anglosaxon que les idéologues français ne comprendront jamais : « la politique anti-ghetto de mélange forcé a fait fuir les Blancs et renforcé les ghettos. Peut-on accuser de mauvaises intentions racistes une famille blanche qui déménage de son quartier ou retire ses enfants de l’école publique parce que, objectivement, la situation se dégrade du fait de la présence de nouvelles minorités ethniques ? » (Los Angeles Times, 03/1 1/1995).

.

Aujourd’hui, aux États-Unis, l’administration favorise la politique des ghettos selon la logique du « chacun chez soi », afin d’éviter les frictions ethniques. États, Comtés et pouvoir fédéral attribuent des « zones » aux Noirs, aux Blancs, aux Latinos et aux Asiatiques, selon la logique d’un apartheid de fait. Un rapport commandé par l’État de Californie en 1994 notait : « les tensions raciales les plus fortes ont lieu entre Extrême-orientaux (Chinois, Coréens, Japonais d’origine) et Noirs ; en revanche, les zones de cohabitation entre Asiatiques et Blancs ne posent pas de difficultés ».

.

Aux États-Unis, depuis cette discrète et systématique « politique des ghettos », les tensions ethniques et les émeutes urbaines sont beaucoup moins fortes qu’en France. Le Brésil a adopté la même politique, ainsi que le Mexique, autres pays multiraciaux.

.

Malheureusement, ce qui est possible aux États-Unis, immense pays continent qui ne manque pas de place, ne l’est pas dans les pays d’Europe, où les distances sont faibles et les densités de peuplement fortes. De plus, les États-Unis sont intrinsèquement un pays d’immigration et, dès leur fondation, une société multiraciale. Le communautarisme de partition est viable en Amérique, pas en Europe. En Europe, l’impasse est absolue : la politique des ghettos est impossible, la politique de la mixité ethnique aussi.

*

* *

La politique des ghettos est impossible : les territoires urbains ne sont pas assez grands et les moyens de transports trop denses pour éviter les frictions ethniques. Des villes comme Roubaix, Mantes-la-Jolie, Créteil, Trappes, aujourd’hui majoritairement peuplées d’allogènes (donc ghettos) posent des problèmes insurmontables à tout leur environnement urbain. En Californie, dans le Michigan, en Floride, ou dans la région de Washington, les zones entièrement noires ou latinos sont comme contenues dans un cordon sanitaire implicite et ne posent aucun problème majeur aux autres zones ethniques. Les États-Unis sont, depuis l’origine, un pays d’immigration et d’imperméabilité ethnique ; c’est le fondement de leur contrat social. En Europe, ce modèle de cohabitation territoriale des ethnies – comme au Moyen-Orient d’ailleurs – est inapplicable et invivable.

.

La politique de la mixité ethnique est également impossible ; et elle l’est dans tous les pays du monde. Pris par un soudain élan de démagogie sociale, la mairie de Paris s’est avisée, au début des années quatre-vingt-dix, de construire dans certains arrondissements des logements sociaux, confortables et à bas prix, réservés, au nom d’une « discrimination positive » qui n’osait pas dire son nom, aux familles africaines et maghrébines. Afin d’ «apaiser les tensions» et de «favoriser l’intégration » en mêlant ces populations aux Français de souche. Dix ans après, on lit dans la revue Paris-Le Journal, édité par la mairie de Paris, sous la signature du groupe « Paris-Liberté » du conseil municipal : « La délinquance continue de progresser à Paris : 284 663 crimes et délits y ont été constatés en 1998 contre 272 145 en 1997, soit une hausse de 4,6 %, c’est-à-dire le double de la moyenne nationale. […] La délinquance des mineurs est en très forte progression » (n°94, avril 1999). Or les progrès de l’insécurité (dans les écoles, dans la rue, du fait de braquages et de cambriolages) concernent très exactement les arrondissements et les quartiers où des logements sociaux pour immigrés ont été construits aux frais du contribuable : sud-XVe, XVIIe, XIXe.

.

.

L’exemple de la nouvelle Afrique du Sud, fondée sur le mythe de la cohabitation multiraciale, n’est venu à l’esprit de personne. Là-bas, depuis l’abolition de l’apartheid et l’instauration du pouvoir noir, l’insécurité est telle, la criminalité noire a subi une telle hausse que les Blancs, les Asiatiques, les Métis, les Zoulous, les Xhosas s’enferment et se barricadent dans leurs zones respectives. Le paradoxe de la nouvelle Afrique du Sud, c’est que depuis l’abolition juridique de l’apartheid, l’apartheid de fait est encore plus fort !

*

* *

Dans la vie, il faut reconnaître que certains problèmes n’ont pas de solution, sauf la crise, cette accoucheuse de l’histoire. Politique des ghettos, politique forcée de la mixité ethnique ? Des deux côtés, le cul-de-sac.

.

Découragé, Gérard Dezempte, le maire RPR d’une commune de 8 500 habitants de l’Isère, Charvieu-Chavagneux, en proie à une criminalité afro-maghrébine croissante, déclarait à la presse en janvier 1999, avec une lucidité désabusée: « Si l’on veut lutter contre les ghettos, il faut changer de législation. Il faut adopter une notion de seuil de tolérance. Il y a aujourd’hui un déséquilibre des populations dans les quartiers. Et cela nous conduit progressivement vers la guerre civile ».

.

Pour la petite histoire, notons que le conseil municipal de Charvieu-Chavagneux avait voté, le 24 septembre 1998, l’organisation d’un référendum sur « le peuplement étranger des logements HLM», autrement dit leur peuplement afro-maghrébin. Le préfet a cassé la délibération comme illégale, malgré les 13 000 signatures d’une pétition populaire en faveur du référendum. C’est ça, la « démocratie moderne ».

.

Pour sortir d’une impasse, il faut crever l’abcès. Les médications douces du docteur République ont fait long feu. On attend le chirurgien.

.

Malheureusement, cette « ségrégation » n’est pas le fait d’une insuffisance de crédits de l’État (la « politique de la ville » coûte près de 20 milliards par an), mais s’explique parce que les Français de souche ne supportent pas de vivre dans des quartiers où la concentration afro-maghrébine est trop forte, du fait du comportement même de ces populations. Aucun volontarisme étatique n’y pourra rien ; l’intégration ne se décrète pas et ne se finance pas. C’est la logique des ghettos de Los Angeles, où aucun Coréen n’acceptera l’installation de Noirs dans son quartier. Mais l’État français n’a jamais admis les réalités ethniques, comme d’autres n’admettaient pas la rotondité de la Terre.

.

Parlant de « quartiers défavorisés » (pourtant irrigués par la manne financière des contribuables) le député Cardo explique : « La mixité sociale reste un vœu pieux. On ne modifiera pas les règles. Les logements sociaux qui restent libres se trouvent essentiellement dans les quartiers où la vie est difficile, où il y a de l’insécurité, et on ne fera pas revenir dans nos quartiers les gens qui en sont partis ».

.

A-t-on réfléchi aux faits suivants ? Les Polonais, les Italiens, les Portugais, les Espagnols – voire même les Asiatiques – qui ont immigré massivement en France à partir des années soixante n’ont jamais eu besoin de coûteuses « politiques d’insertion » pour participer à la vie économique, pour s’insérer dans le tissu social, pour échapper à la délinquance. Avec les Africains et les Maghrébins, même une lourde assistance sociale ne parvient pas à les insérer, à les inciter à se prendre en charge. Il y a un problème. L’idéologie dominante ne peut évidemment pas admettre que la cause de cette impossible insertion n’est ni sociale, ni économique, ni financière, mais ethnique.

.

Si l’insertion des Afro-maghrébins ne fonctionne pas, ce n’est pas parce que la politique d’insertion est mauvaise, c’est parce que l’insertion même de ces populations est consubstantiellement impossible.

.

La distance ethno-culturelle entre ces populations et les Européens est beaucoup trop importante pour qu’une cohabitation paisible soit envisageable. La perspective même de voir croître en Europe des « territoires », de plus en plus étendus, occupés par des communautés allogènes qui, à partir de ces poches, vont rayonner, est inadmissible. Pourtant c’est ce à quoi nous assistons. Les pouvoirs publics, totalement dépassés, ne mesurent absolument pas l’ampleur de ce grignotage ni les conséquences dramatiques qu’il va avoir. Ils s’accrochent au dogme sans effet de l’intégration et à la dispersion des populations contre la formation de ghettos, tout en menant, de l’autre main, une politique communautariste et pro-islamique, sans aucun moyen d’empêcher l’extension des zones de non-droit.

.

GF

Article originellement publié en 2000 sous le titre « Pourquoi l’intégration républicaine ne fonctionne plus ».


"La où l'islam passe, la civilisation trépasse" Ibn Khaldoun
"l' islam est une loi pour les pourceaux" Ibn Roshd
"Je suis le prophète du carnage. Je suis le rieur sanglant" Mahomet
"le paradis est à l' ombre des épées" Mahomet
Les peuples non civilisés sont condamnés à rester dans la dépendance de ceux qui le sont.
Et la civilisation, c'est l'Occident, le Monde Moderne, dont la Turquie doit faire partie si elle veut survivre.
Mustafa Kemal, discours de 1928

https://www.facebook.com/georges.hulot.18

Répondre