l'abolition de la prostitution comme esclavage ou pour regle

Tout ce que vous voulez savoir sur le sexe - sans limite et sans tabou ! ! ! - Interdit aux moins de 16 ans - ! ! !

Les deux camps s'affronte en se moment pour l'abolition de la prostitution comme esclavage ou pour reglementer et donner un statut digne à la prostitué et la respecter?

Pour l'abolition de la prostitution
7
54%
Contre l'abolition de la prostitution
6
46%
 
Nombre total de votes : 13

Avatar du membre
Maried
Colonel Virtuel
Colonel Virtuel
Messages : 5878
Enregistré le : mer. 2 sept. 2009 15:19
Gender :
Status : Hors ligne

Re: l'abolition de la prostitution comme esclavage ou pour r

Message non lu par Maried » sam. 2 nov. 2013 14:50

Dernier message de la page précédente :

343 salauds clament leur droit à leur-pute


"Qui n'empêche pas le mal le favorise"
Cicéron
_________________________________________________
ImageImageImage
ImageImage


Avatar du membre
fallenRaziel
Major Virtuel
Major Virtuel
Messages : 2324
Enregistré le : ven. 28 juin 2013 10:22
Contact :
Status : Hors ligne

Re: l'abolition de la prostitution comme esclavage ou pour r

Message non lu par fallenRaziel » sam. 2 nov. 2013 15:15

La prostitution est le fruit d'une demande. Supprimons la demande, l'offre disparaîtra. Si des femmes vendent leur corps, c'est parce qu'il existe des hommes prêts à payer pour ça ; il y en aurait pas, elles feraient autre chose.
Le sondage me paraît un peu trop extrême dans les deux sens, je ne suis ni pour l'abolition ni pour la conservation, il faut lutter contre le proxénétisme, ça c'est sûr, mais pour celles qui le font effectivement de leur plein gré, ça devrait être plus réglementé, et elles devaient bénéficier des avantages dont profitent tous ceux qui travaillent.


« Le christianisme devient sanguinaire en s'éloignant de ses textes, là où l'islam le devient en se rapprochant des siens »
"Si un dieu est disposé à empêcher le mal mais qu’il n’en est pas capable, alors il n’est pas tout puissant.
S’il en est capable mais qu’il n’est pas disposé à le faire, alors il est malveillant.
S’il n’en est pas capable ni disposé à le faire, pourquoi l’appelle-t-on un dieu ?"

"Si vous entendez parler un jour d'un homme qui a une case en moins et à qui Dieu parle dans son bain, c'est que je lui ai parlé... ou alors, c'est qu'il a un peu disjoncté." Le Métatron, Dogma.
"Soyons très clairs : Dieu parle. C'est plutôt votre structure physiologique qui ne pourrait pas résister à l'incroyable puissance vocale de Notre Seigneur. Si lui il essayait de vous parler, votre âme et votre coeur exploseraient sur-le-champ ; il nous a fallu cinq Adams pour en arriver à cette conclusion." Le Métatron, Dogma.
Image

Avatar du membre
Maried
Colonel Virtuel
Colonel Virtuel
Messages : 5878
Enregistré le : mer. 2 sept. 2009 15:19
Gender :
Status : Hors ligne

Re: l'abolition de la prostitution comme esclavage ou pour r

Message non lu par Maried » sam. 2 nov. 2013 16:00

Sans oublier que le mariage est une forme de prostitution mieux vaut l'union libre


"Qui n'empêche pas le mal le favorise"
Cicéron
_________________________________________________
ImageImageImage
ImageImage

Avatar du membre
Lilith
Mort virtuellement
Mort virtuellement
Messages : 2691
Enregistré le : mar. 9 août 2011 19:21
Status : Hors ligne

Re: l'abolition de la prostitution comme esclavage ou pour r

Message non lu par Lilith » sam. 2 nov. 2013 17:03

il faudrait juste le reconnaître comme un métier. il concerne majoritairement les femmes, mais aussi, de plus en plus, les hommes.

je ne veux pas juger du bien fondé ou pas de tels actes. chaque personne est responsable de ce qu'elle veut faire.

en revanche, l'esclavage qui consiste à mettre sur le trottoir des filles contre leur gré, ça s'appelle un crime, c'est complètement différent.




Avatar du membre
fallenRaziel
Major Virtuel
Major Virtuel
Messages : 2324
Enregistré le : ven. 28 juin 2013 10:22
Contact :
Status : Hors ligne

Re: l'abolition de la prostitution comme esclavage ou pour r

Message non lu par fallenRaziel » sam. 2 nov. 2013 17:05

Ca fait partie de la prostitution malgré tout. Si on parle de ce sujet, il faut parler de tous ses aspects.


« Le christianisme devient sanguinaire en s'éloignant de ses textes, là où l'islam le devient en se rapprochant des siens »
"Si un dieu est disposé à empêcher le mal mais qu’il n’en est pas capable, alors il n’est pas tout puissant.
S’il en est capable mais qu’il n’est pas disposé à le faire, alors il est malveillant.
S’il n’en est pas capable ni disposé à le faire, pourquoi l’appelle-t-on un dieu ?"

"Si vous entendez parler un jour d'un homme qui a une case en moins et à qui Dieu parle dans son bain, c'est que je lui ai parlé... ou alors, c'est qu'il a un peu disjoncté." Le Métatron, Dogma.
"Soyons très clairs : Dieu parle. C'est plutôt votre structure physiologique qui ne pourrait pas résister à l'incroyable puissance vocale de Notre Seigneur. Si lui il essayait de vous parler, votre âme et votre coeur exploseraient sur-le-champ ; il nous a fallu cinq Adams pour en arriver à cette conclusion." Le Métatron, Dogma.
Image

Avatar du membre
Lilith
Mort virtuellement
Mort virtuellement
Messages : 2691
Enregistré le : mar. 9 août 2011 19:21
Status : Hors ligne

Re: l'abolition de la prostitution comme esclavage ou pour r

Message non lu par Lilith » sam. 2 nov. 2013 18:48

fallenRaziel a écrit :Ca fait partie de la prostitution malgré tout. Si on parle de ce sujet, il faut parler de tous ses aspects.
pour moi, la prostitution n'est pas "sale". en faire un métier, c'est faire reconnaître ce domaine qui est tabou. les acteurs qui travaillent dans le porno, font des métiers liés au sexe, c'est du même ordre...

lorsqu'on est forcé, et qu'on subit des violences ça devient un crime...



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21198
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: l'abolition de la prostitution comme esclavage ou pour r

Message non lu par yacoub » jeu. 7 nov. 2013 11:58




Avatar du membre
Maried
Colonel Virtuel
Colonel Virtuel
Messages : 5878
Enregistré le : mer. 2 sept. 2009 15:19
Gender :
Status : Hors ligne

Re: l'abolition de la prostitution comme esclavage ou pour r

Message non lu par Maried » dim. 8 déc. 2013 14:01



"Qui n'empêche pas le mal le favorise"
Cicéron
_________________________________________________
ImageImageImage
ImageImage

sortilege
Recrue pour la Paix
Recrue pour la Paix
Messages : 22
Enregistré le : lun. 2 juil. 2018 18:20
Localisation : Drôme France
Gender :
Status : Hors ligne

Re: l'abolition de la prostitution comme esclavage ou pour regle

Message non lu par sortilege » jeu. 30 août 2018 15:50

admin a écrit :
sam. 16 juin 2007 15:00
L'abolition de la prostitution comme esclavage ou pour reglementer et donner un statut digne à la prostitué et la respecter?

A première vue, il s’agit du énième épisode d’un éternel débat. A première vue seulement. Car le débat ne porte plus sur la moralité – la prostitution est-elle un vice, et les clients sont-ils hommes fautifs? – mais sur des notions éthiques – la prostitution est-elle une forme d’exploitation qui doit être abolie ou une activité qu’il faut réglementer?
Ces questions divisent les mouvements de femmes dans le monde. En gros, deux camps s’affrontent. L’un milite pour l’éradication de la prostitution: c’est le cas de la Coalition contre le trafic des femmes, par exemple. L’autre camp considère les prostituées comme des «travailleuses sexuelles», à qui il faut donner des droits: c’est la position de groupes basés surtout aux Pays-Bas, aux Etats-Unis et en Angleterre. Entre les deux camps, les échanges sont vifs. La Coalition affirme que l’autre camp défend les intérêts des «maquereaux et des trafiquants». Ce dernier répond que les abolitionnistes, enfermées dans la tour d’ivoire du féminisme universitaire, sont coupées du vécu quotidien des femmes prostituées.
La ligne de partage repose sur la distinction entre la prostitution «libre», revendiquée par les «travailleuses sexuelles», et la prostitution «forcée», qui serait le lot de la majorité des femmes, selon les abolitionnistes. Les deux camps reconnaissent que cette distinction est simpliste, mais pour des raisons différentes. Il est évident que la petite Népalaise de 12 ans, vendue à un bordel d’Inde où sévit le sida, n’a jamais été consentante. Pas plus que ne dispose de son libre arbitre la toxicomane new-yorkaise qui doit remplir son quota de passes pour que son proxénète lui donne sa dose de drogue. Mais qu’en est-il de l’Ukrainienne qui, chômeuse, va travailler en Allemagne comme serveuse et se retrouve dans un bordel ?
«La distinction entre la prostitution libre et forcée occulte l’impact considérable des conditions sociales et économiques, que sont la pauvreté, la marginalisation, l’absence de perspectives et l’antériorité d’abus sexuels», estime Aurora Javate de Dios, de la branche Asie-Pacifique de la Coalition. «La crise économique, les désastres naturels, les troubles politiques et les conflits rendent femmes et enfants plus vulnérables et en font des proies faciles pour les recruteurs du sexe, et cela partout, mais surtout dans les pays en développement», ajoute-t-elle. A ses yeux, les lois visant à distinguer les deux types de prostitution légitimeront implicitement les relations patriarcales et serviront, au mieux, à identifier les formes extrêmes de coercition, sans tenir compte du facteur pauvreté.
Dans l’autre camp, la frontière entre la prostitution libre et forcée paraît tout aussi aléatoire. «Quand les gens ont-ils la liberté de choix, en particulier sur le marché du travail? L’ouvrier dans une usine chimique à qui son salaire permet à peine de survivre? La femme qui, à cause de son origine sociale, ne pourra jamais développer ses compétences? Pourquoi cette question du choix ne devrait-elle s’appliquer qu’à la prostitution?», demande Lin Chew, ancienne porte-parole de la Fondation contre le trafic des femmes, une ONG des Pays-Bas.
Les deux parties se rejoignent toutefois sur la nécessité de la dépénalisation et de l’abrogation des lois qui répriment les prostituées au nom de la moralité et de l’ordre public. Au-delà, les points de vue divergent à nouveau. Pour les abolitionnistes, les femmes sont des victimes, mais quiconque tire profit de leur exploitation doit être condamné. Pour les groupes de défense des prostituées, on n’aidera pas les travailleuses sexuelles si on condamne leurs employeurs à la clandestinité. On peut cependant essayer de garantir un minimum, à savoir, que ces travailleuses soient protégées des risques du métier et traitées correctement.

les deux camps s'affronte en se moment pour l'abolition de la prostitution comme esclavage ou pour reglementer et donner un statut digne à la prostitué et la respecter?...Abolitionnisme(Elles/ils défendent la décriminalisation de la personne prostituée et la criminalisation de ceux qui profitent de sa prostitution), réglementarisme(libéralisation des industries du sexe)?....1 ou 2

le meilleur texte que j'ai trouvé sur le sujet est le suivant
http://www.aspasie.ch/webpdf/Solidarite77.pdf
Bonjour.
Merci pour cet excellent article sur la prostitution .
Les mafias et les divers régimes se sont servis du sexe pour faire des profits immenses ,bien supérieurs a ceux des "maquereaux " ?
Cette répression vaine du sexe sert la prohibition qui profite aux racketteurs pour faire monter les prix .C'est surtout vrais pour les commerces d'enfants .Au plus il y a de pression, au plus les prix montent et les mêmes rackettent les clients et les coupables que sont ces clients .



sortilege
Recrue pour la Paix
Recrue pour la Paix
Messages : 22
Enregistré le : lun. 2 juil. 2018 18:20
Localisation : Drôme France
Gender :
Status : Hors ligne

Re: l'abolition de la prostitution comme esclavage ou pour regle

Message non lu par sortilege » jeu. 30 août 2018 15:55

Pour l'esclavage, cela me semble un peut différent ,puisque les "maîtres" s'achètent un humains mâle ou femelle et en fait ce qu'il veut en vertu des lois sur l'esclavage légal .
Ce qui important, c'est de pouvoir s'oppose légalement aux esclavagistes dans le cadre légale et la légitime défense .
L'esclavagisme me semble être la loi du plus fort ou du plus lourdement armé ?



sortilege
Recrue pour la Paix
Recrue pour la Paix
Messages : 22
Enregistré le : lun. 2 juil. 2018 18:20
Localisation : Drôme France
Gender :
Status : Hors ligne

Re: l'abolition de la prostitution comme esclavage ou pour r

Message non lu par sortilege » jeu. 30 août 2018 15:58

Lilith a écrit :
sam. 2 nov. 2013 18:48
fallenRaziel a écrit :Ca fait partie de la prostitution malgré tout. Si on parle de ce sujet, il faut parler de tous ses aspects.
pour moi, la prostitution n'est pas "sale". en faire un métier, c'est faire reconnaître ce domaine qui est tabou. les acteurs qui travaillent dans le porno, font des métiers liés au sexe, c'est du même ordre...

lorsqu'on est forcé, et qu'on subit des violences ça devient un crime...
En effet Lilith,l'esclavage permet de légitimer l'excision et la castration des esclaves ,comme leur exploitation sans limite .




Répondre