revue de presse

Toutes les cultures - les dialectes et les langues du monde - se rencontrer et découvrir les autres - proposer ses services. Annuaires et liens - blogs et forums à découvrir ou à dénoncer.
OLD
Mort virtuellement
Mort virtuellement
Messages : 768
Enregistré le : lun. 16 sept. 2013 16:05
Status : Hors ligne

Re: revue de presse

Message non lu par OLD » mer. 2 oct. 2013 20:54

Dernier message de la page précédente :

des étudient d'arabie saoudite du temps ou j’habitais en france me dire que l'on nous appeler barbaria la terre des barbare :lollol

ici nous on aime se rappeler au bon vieux temps de la numidie, terre des numide

alors pourquoi pas numidia-land :P
ou la numidie tout simplement




OLD
Mort virtuellement
Mort virtuellement
Messages : 768
Enregistré le : lun. 16 sept. 2013 16:05
Status : Hors ligne

Re: revue de presse

Message non lu par OLD » ven. 4 oct. 2013 09:53

La guerre du Kippour a-t-elle été truquée ?

J’ai récemment reçu à Moscou une chemise bleu marine datée de 1975, qui contenait l’un des secrets les mieux gardés de la diplomatie du Moyen-Orient et des États-Unis. Le mémoire rédigé par l’ambassadeur soviétique au Caire Vladimir M. Vinogradov, apparemment le brouillon d’un rapport adressé au Politbureau soviétique, décrit la guerre d’octobre 1973 comme un complot entre les dirigeants israéliens, américains et égyptiens, orchestré par Henry Kissinger. Image

Cette révélation va vous choquer, si vous êtes un lecteur égyptien. Moi qui suis un Israélien et qui ai combattu les Égyptiens dans la guerre de 1973, j’ai été choqué aussi, je me suis senti poignardé, et je reste terriblement excité par l’incroyable découverte. Pour un Américain cela pourra être un choc.

A en croire le dit mémoire (à paraître in extenso dans le magazine prestigieux Expert de Moscou), Anouar al Sadate, qui cumulait les titres de Président, Premier ministre, président de l’ASU, commandant en chef des armées, avait conspiré de concert avec les Israéliens, avait trahi la Syrie son alliée, condamné l’armée syrienne à sa perte, et Damas à se retrouver bombardée, avait permis aux tanks de Sharon de s’engager sans danger sur la rive occidentale du Canal de Suez, et en fait, avait tout simplement planifié la défaite des troupes égyptiennes dans la guerre d’octobre 1973. Les soldats égyptiens et officiers se battirent bravement et avec succès contre l’armée israélienne – trop bien, même, au goût de Sadate, puisqu’il avait déclenché la guerre pour permettre aux USA de faire leur retour au Moyen-Orient. Tout ce qu’il réussit à faire à Camp David, il aurait pu l’obtenir sans guerre quelques années plus tôt.

Il n’était pas le seul à conspirer : selon Vinogradov, la brave grand-mère Golda Meir avait sacrifié deux mille des meilleurs combattants juifs ( elle ne pensait pas qu’il en tomberait autant, probablement) afin d’offrir à Sadate son heure de gloire et de laisser les USA s’assurer de positions solides au Moyen-Orient. Le mémoire nous ouvre la voie pour une réinterprétation complètement inédite du traité de Camp David, comme un pur produit de la félonie et de la fourberie.

Vladimir Vinogradov était un diplomate éminent et brillant ; il a été ambassadeur à Tokyo dans les années 1960, puis au Caire de 1970 à 1974, co-président de la Conférence de Paix de Genève, ambassadeur à Téhéran pendant la Révolution islamique, représentant au ministère des Affaires étrangères de l’URSS et ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie. C’était un peintre de talent, et un écrivain prolifique ; ses archives comportent des centaines de pages d’observations uniques et de notes qui couvrent les affaires internationales, mais son journal du Caire tient la place d’honneur, et parmi d’autres, on y trouve la description de ses centaines de rencontres avec Sadate, et la séquence complète de la guerre, puisqu’il l’observait depuis le quartier général de Sadate au moment précis où les décisions étaient prises. Lorsqu’elles seront publiées, ces notes permettront de réévaluer la période post-nassérienne de l’histoire égyptienne.

Vinogradov était arrivé au Caire pour les funérailles de Nasser, et il y resta comme ambassadeur. Il a rendu compte du coup d’État rampant de Sadate, le moins brillant des hommes de Nasser, qui allait devenir le Président par un simple hasard, parce qu’il était le vice-président à la mort de Nasser. Il avait aussitôt démis de leurs fonctions, exclu et mis en prison pratiquement tous les hommes politiques importants de l’Égypte, les compagnons d’armes de Gamal Abd el Nasser, et démantela l’édifice du socialisme nassérien.

Vinogradov était un fin observateur, mais nullement un comploteur ; loin d’être un doctrinaire têtu, c’était un ami des Arabes et il soutenait fermement l’idée d’une paix juste entre Arabes et Israël, une paix qui satisferaient les besoins des Palestiniens et assurerait la prospérité juive.

La perle de ses archives, c’est le dossier intitulé « La partie en jeu au Moyen-Orient ». Il contient quelques 20 pages dactylographiées, annotées à la main, à l’encre bleue, et il s’agit apparemment d’un brouillon pour le Politbureau et pour le gouvernement, daté de janvier 1975, juste après son retour du Caire. La chemise contient le secret mortel de la collusion dont il avait été témoin. C’est écrit dans un russe vivant et tout à fait agréable à lire, pas dans la langue de bois bureaucratique à laquelle on pourrait s’attendre. Deux pages ont été ajoutées au dossier en mai 1975 ; elles décrivent la visite de Vinogradov à Amman et ses conversations informelles avec Abou Zeid Rifai, le premier ministre, ainsi que son échange de vues avec l’ambassadeur soviétique à Damas.

Vinogradov n’a pas fait connaître ses opinions jusqu’en 1998, et même à ce moment, il n’a pas pu parler aussi ouvertement que dans ce brouillon. En fait, quand l’idée de collusion lui avait été présentée par le premier ministre jordanien, il avait refusé d’en discuter avec lui, en diplomate avisé.

La version officielle de la guerre d’octobre 1973 dit que le 6 octobre 1973, conjointement avec Hafez al-Assad de Syrie, Anouar al-Sadate déclencha la guerre, avec une attaque surprise contre les forces israéliennes. Ils traversèrent le canal de Suez et s’avancèrent dans le Sinaï occupé, juste quelques kilomètres. La guerre se poursuivant, les tanks du général Sharon avaient traversé à leur tour le canal, et encerclé la troisième armée égyptienne. Les négociations pour le cessez-le feu avaient débouché sur la poignée de main à la Maison Blanche. Image En ce qui me concerne, la guerre de Yom Kippour, comme nous l’avions appelée, constitue un chapitre important de ma biographie. En tant que jeune parachutiste, j’ai combattu, pendant cette guerre, j’ai traversé le canal, j’ai pris les hauteurs de Gabal Ataka, j’ai survécu aux bombardements et aux corps-à-corps, j’ai enseveli mes camarades, tiré sur les chacals du désert mangeurs d’hommes et sur les tanks ennemis. Mon unité avait été amenée par hélicoptère dans le désert, où nous avons coupé la ligne principale de communication entre les armées égyptiennes et leur base, la route Suez-Le Caire. Notre position, à 101 km du Caire, a servi de cadre aux premières conversations pour le cessez-le-feu ; de sorte que je sais que la guerre n’est pas un vain mot, et cela me fait mal de découvrir que moi et mes camarades en armes n’étions que des pions jetables dans le jeu féroce où nous, les gens ordinaires, étions les perdants. Bien entendu, je n’en savais rien à ce moment, pour moi, la guerre était la surprise, mais je n’étais pas général à l’époque.

Pour Vinogradov, aucune surprise : de son point de vue, tant la traversée du canal par les Égyptiens que les incursions de Sharon étaient planifiées, agréées à l’avance par Kissinger, Sadate et Golda Meir. Le plan comportait d’ailleurs la destruction de l’armée syrienne au passage.

Pour commencer, il pose certaines questions : comment la traversée pourrait-elle avoir été une surprise alors que les Russes avaient évacué leurs familles quelques jours avant la guerre ? La concentration des forces était facile à observer, et ne pouvait pas échapper à l’attention des Israéliens. Pourquoi les forces égyptiennes n’ont-elles pas avancé après avoir traversé, et sont-elles restées plantées là ? Pourquoi n’y avait-il aucun plan pour aller plus loin ? Pourquoi y avait-il un large espace vide de 40 km, non-gardé, entre la deuxième et la troisième armée, une brèche qui était une invitation pour le raid de Sharon ? Comment les tanks israéliens ont-ils pu ramper jusqu’à la rive occidentale ? Pourquoi Sadate avait-il refusé de les arrêter ? Pourquoi n’y avait il pas de forces de réserve sur la rive occidentale ?

Vinogradov emprunte une règle chère à Sherlock Holmes qui disait : quand vous avez éliminé l’impossible, ce qui reste, aussi improbable cela soit-il, doit être la vérité. Il écrit : on ne saurait répondre à ces questions si l’on tient Sadate pour un véritable patriote égyptien. Mais on peut y répondre pleinement, si l’on considère la possibilité d’une collusion entre Sadate, les USA et la direction israélienne. Une conspiration dans laquelle chaque participant poursuivait ses propres objectifs. Une conspiration dans laquelle aucun participant ne connaissait tous les détails du jeu des autres. Une conspiration dans laquelle chacun essayait de rafler la mise, en dépit de l’accord commun.

Le plan de Sadate

Sadate était au point le plus bas de son pouvoir avant la guerre : il perdait son prestige dans son pays et dans le monde. Le moins diplômé et le moins charismatique des disciples de Nasser se retrouvait isolé. Il avait besoin d’une guerre, d’une guerre limitée avec Israël, qui ne se terminerait pas par une défaite. Une telle guerre l’aurait soulagé de la pression de l’armée, et il aurait retrouvé son autorité. Les USA étaient d’accord pour lui donner le feu vert pour la guerre, chose que les Russes n’avaient jamais fait. Les Russes protégeaient le ciel égyptien, mais ils étaient contre les guerres. Sadate devait s’appuyer sur les USA et se dégager de l’URSS. Il était prêt à le faire parce qu’il détestait le socialisme. Il n’avait pas besoin de la victoire, juste d’une non-défaite ; il avait l’intention d’expliquer son échec par la déficience des équipements soviétiques. Voilà pourquoi il avait imparti à l’armée une tâche minimale : traverser le canal et tenir la tête de pont jusqu’à ce que les Américains entrent dans la danse.

Le plan des USA

Les USA avaient perdu leur emprise sur le Moyen-Orient, avec son pétrole, son canal, sa vaste population, au cours de la décolonisation. Ils étaient obligés de soutenir l’allié israélien, mais les Arabes n’arrêtaient pas de se renforcer. Il aurait fallu obliger Israël à plus de souplesse, parce que sa politique brutale interférait avec les intérêts américains. Si bien que les USA devaient conserver Israël en tant qu’allié, mais au même moment il leur fallait briser l’arrogance d’Israël. Les USA avaient besoin d’une occasion de « sauver » Israël après avoir autorisé les Arabes à frapper les Israéliens pendant un moment. Voilà comment les USA permirent à Sadate d’entamer une guerre limitée.

Le plan d’Israël

Les dirigeants israéliens se devaient d’aider les USA, leur principal fournisseur et soutien. Les USA devaient consolider leurs positions au Moyen-Orient, parce qu’en 1973 ils n’avaient qu’un seul ami et allié, le roi Fayçal. (Kissinger avait dit à Vinogradov que Fayçal essayait de l’endoctriner sur la malignité des juifs et des communistes.) Si les USA devaient retrouver leurs positions au Moyen-Orient, les positions israéliennes s’en trouveraient fortifiées d’autant. L’Égypte était un maillon faible, parce que Sadate n’aimait pas l’URSS ni les forces progressistes locales, on pouvait le retourner. Pour la Syrie, il fallait agir au plan militaire, et la briser. Image
Les Israéliens et les Américains décidèrent donc de laisser Sadate s’emparer du canal tout en contrôlant les cols de Mittla et de Giddi, la meilleure ligne de défense de toute façon. C’était le plan de Rogers en 1971, et c’était acceptable pour Israël. Mais cela devait être le résultat d’une bataille, et non pas une cession gracieuse.

Pour ce qui est de la Syrie, il fallait la battre à plate couture, au plan militaire. Voilà pourquoi l’état-major israélien envoya bien toutes ses troupes disponibles sur la frontière syrienne, tout en dégarnissant le canal, malgré le fait que l’armée égyptienne était bien plus considérable que celle des Syriens. Les troupes israéliennes sur le canal allaient se voir sacrifiées dans la partie, elles devaient périr pour permettre aux USA de revenir au Moyen-Orient.

Cependant, les plans des trois partenaires allaient se voir quelque peu contrariés par la réalité du terrain ; c’est ce qui se produit généralement avec les conspirations, rien ne se passe comme prévu, dit Vinogradov, dans son mémoire…

Contrariétés

Pour commencer, le jeu de Sadate se trouva faussé. Ses présupposés ne fonctionnèrent pas. Contrairement à ses espérances, l’URSS prit le parti des Arabes et commença à fournir par voie aérienne l’équipement militaire le plus moderne, aussitôt. L’URSS prit le risque d’une confrontation avec les USA ; Sadate ne croyait pas qu’ils le feraient parce que les Soviétiques étaient réticents envers la guerre, avant qu’elle éclate. Son second problème, selon Vinogradov, était la qualité supérieure des armes russes aux mains des Égyptiens. Elles étaient meilleures que l’armement occidental aux mains des Israéliens.

En tant que soldat israélien à l’époque, je ne puis que confirmer les paroles de l’ambassadeur. Les Égyptiens bénéficiaient de la légendaire Kalachnikov AK-47, le meilleur fusil d’assaut au monde, alors que nous n’avions que des fusils FN qui détestaient le sable et l’eau. Nous avons lâché nos FN pour nous emparer de leurs AK à la première occasion. Ils utilisaient des missiles antichars Sagger légers, portables, précis, qu’un seul soldat pouvait charger. Les Sagger ont bousillé entre 800 et 1200 chars israéliens. Nous avions de vieilles tourelles de 105 mm sans recul montées sur des jeeps, et il fallait quatre hommes sur chacune ( en fait un petit canon) pour combattre les chars. Seules les nouvelles armes américaines redressaient quelque peu l’équilibre. Image
Sadate ne s’attendait pas à ce que les troupes égyptiennes entraînées par les spécialistes soviétiques surpassent leur ennemi israélien, mais c’est ce qui se passa. Elles franchirent le canal bien plus vite que ce qui était prévu, et avec beaucoup moins de pertes. Les Arabes battaient les Israéliens, et c’était une mauvaise nouvelle pour Sadate. Il était allé trop loin. Voilà pourquoi les troupes égyptiennes s’arrêtèrent, comme le soleil au-dessus de Gibéon, et ne bougèrent plus. Ils attendaient les Israéliens, mais à ce moment les Israéliens étaient en train de combattre les Syriens. Les Israéliens se sentaient relativement tranquilles du côté de Sadate, et ils avaient envoyé toute leur armée au nord. L’armée syrienne reçut de plein fouet l’assaut israélien et commença à battre en retraite, ils demandèrent à Sadate d’avancer, pour les soulager un peu, mais Sadate refusa. Son armée resta plantée là, sans bouger, malgré le fait qu’il n’y avait pas un Israélien en vue entre le canal et les cols de montagne. Le dirigeant syrien Assad était convaincu à l’époque que Sadate l’avait trahi, et il le déclara franchement à l’ambassadeur soviétique à Damas, Muhitdinov, qui en fit part à Vinogradov. Vinogradov voyait Sadate tous les jours et il lui demanda en temps réel pourquoi ses troupes n’avançaient pas. Il ne reçut aucune réponse sensée : Sadate bredouilla qu’il ne voulait pas parcourir tout le Sinaï pour aller à la rencontre des Israéliens, qu’ils arriveraient bien jusqu’à lui tôt ou tard.

Le commandement israélien était bien ennuyé, parce que la guerre ne sa passait pas comme ils s’y attendaient. Ils avaient de lourdes pertes sur le front syrien, les Syriens se retiraient, mais il fallait se battre pour chaque mètre ; seule la passivité de Sadate sauvait les Israéliens d’un revers. Le plan pour en finir avec la Syrie avait raté, mais les Syriens ne pouvaient pas contre-attaquer efficacement.

Il était temps de punir Sadate : son armée était trop efficace, son avance trop rapide, et pire encore, il dépendait encore plus des Soviétiques, à cause du pont aérien. Les Israéliens mirent fin à leur avancée sur Damas et envoyèrent les troupes au sud, dans le Sinaï. Les Jordaniens pouvaient à ce moment-là couper la route nord-sud, et le roi Hussein offrit de le faire à Sadate et à Assad. Assad accepta immédiatement, mais Sadate refusa d’accepter l’offre. Il expliqua à Vinogradov qu’il ne croyait pas aux capacités de combat des Jordaniens. S’ils rentrent dans la guerre, c’est l’Égypte qui va devoir les tirer d’affaire. À un autre moment, il dit qu’il valait mieux perdre tout le Sinaï que de perdre un mètre carré en Jordanie : remarque qui manquait de sincérité et de sérieux, du point de vue de Vinogradov. Et voilà comment les troupes israéliennes marchèrent vers le sud sans encombre.

Pendant la guerre, nous les Israéliens savions aussi que si Sadate avançait, il s’emparerait du Sinaï en moins de deux ; nous examinions plusieurs hypothèses pour comprendre pourquoi il ne bougeait pas, mais aucune n’était satisfaisante. C’est Vinogradov qui nous donne la clé à présent ; Sadate ne jouait plus sa partition, il attendait que les USA interviennent. Et il se retrouva avec le raid de Sharon fonçant.
Image

La percée des troupes israéliennes jusqu’à la rive occidentale du canal est la partie la plus sombre de la guerre, dit Vinogradov. Il demanda à l’état-major de Sadate au début de la guerre pourquoi il y avait une large brèche de 40 km entre les deuxième et troisième corps d’armées, et on lui répondit que c’était une directive de Sadate. La brèche n’était même pas gardée, c’était un porte grande ouverte, comme un Cheval de Troie tapi au fond d’un programme d’ordinateur.

Sadate n’accorda pas d’attention au raid de Sharon, il était indifférent à ces coups de théâtre. Vinogradov lui demanda de faire quelque chose, dès que les cinq premiers chars israéliens eurent traversé le canal, mais Sadate refusa, disant que ça n’avait pas d’importance militairement, que ce n’était qu’une « manœuvre politique », expression fort brumeuse. Il le redit plus tard à Vinogradov, lorsque l’assise israélienne sur la rive occidentale fut devenue une tête de pont incontournable. Sadate n’écouta pas les avertissements de Moscou, il ouvrit la porte de l’Afrique aux Israéliens.

Il y a place pour deux explications, dit Vinogradov : impossible que l’ignorance militaire des Égyptiens fût aussi grande, et improbable que Sadate eût des intentions cachées. Et c’est l’improbable qui clôt le débat, comme le faisait remarquer Sherlock Holmes.

Si les Américains n’ont pas stoppé l’avancée aussitôt, dit Vinogradov, c’est parce qu’ils voulaient avoir un moyen de pression pour que Sadate ne change pas d’avis sur tout le scénario en cours de route. Apparemment la brèche avait été conçue dans le cadre de cette éventualité. Donc, quand Vinogradov parle de « conspiration », il se réfère plutôt à une collusion dynamique, semblable à la collusion concernant la Jordanie, entre la Yeshuva juive et la Transjordanie, telle que l’a décrite Avi Shlaim : il y avait des lignes générales et des accords, mais qui pouvaient changer selon le rapport de force entre les parties.

Conclusion

Les USA ont « sauvé » l’Égypte en mettant un point d’arrêt à l’avancée des troupes israéliennes. Avec le soutien passif de Sadate, les USA ont permis à Israël de frapper durement la Syrie.

Les accords négociés par les USA pour l’intervention des troupes de l’ONU ont protégé Israël pour les années à venir. (Dans son document important mais différent, ses annotations au livre de Heikal Road to Ramadan, Vinogradov rejette la thèse du caractère inévitable des guerres entre Israéliens et Arabes : d’après lui, tant que l’Égypte reste dans le sillage des USA, une telle guerre est à écarter. Effectivement, il n’y a pas eu de grande guerre depuis 1974, à moins de compter les « opérations » israéliennes au Liban et à Gaza.)

Les USA ont sauvé Israël grâce à leurs fournitures militaires.

Grâce à Sadate, les USA sont revenus au Moyen-Orient et se sont positionnés comme les seules médiateurs et « courtiers honnêtes » dans la région.

Sadate entreprit une violente campagne anti-soviétique et antisocialiste, dit Vinogradov, dans un effort pour discréditer l’URSS. Dans ses notes, Vinogradov charge le trait, affirmant que Sadate avait répandu beaucoup de mensonges et de désinformation afin de discréditer l’URSS aux yeux des Arabes. Sa ligne principale était que l’URSS ne pouvait ni ne souhaitait libérer le territoire arabe alors que les US le pouvaient, le voulaient, et le faisaient..

Vinogradov explique ailleurs que l’Union soviétique était et reste opposée aux guerres d’agression, entre autres raisons parce que l’issue n’en est jamais certaine. Cependant, l’URSS était prête à aller loin pour défendre les États arabes. Et pour ce qui est de la libération, bien des années sont passées, et ont prouvé que les USA ne voulaient ou ne pouvaient nullement en faire autant, alors que la dévolution du Sinaï à l’Égypte était toujours possible, en échange d’une paix séparée, et cela même sans guerre.

Après la guerre, les positions de Sadate s’améliorèrent nettement. Il fut salué comme un héros, l’Égypte eut la place d’honneur parmi les États arabes. Mais en moins d’un an, sa réputation se retrouva en lambeaux, et celle de l’Égypte n’a cessé de se ternir, dit Vinogradov.

Les Syriens avaient compris très tôt le jeu de Sadate : le 12 octobre 1973, lorsque les troupes égyptiennes s’arrêtèrent et cessèrent de combattre, le président Hafez al-Assad dit à l’ambassadeur soviétique qu’il était certain que Sadate était en train de trahir volontairement la Syrie. Sadate avait permis la percée israélienne jusque sur la rive occidentale de Suez, de façon à offrir à Kissinger une occasion d’intervenir et de concrétiser son plan de désengagement, confia Assad au premier ministre jordanien Abu Zeid Rifai, qui le dit à son tour à Vinogradov durant un petit déjeuner privé qu’ils prirent chez lui à Amman. Les Jordaniens aussi soupçonnent Sadate de tricher, écrit Vinogradov. Mais le prudent Vinogradov refusa de rentrer dans ce débat, tout en ayant bien l’impression que les Jordaniens « lisaient dans ses pensées ».

Lorsque Vinogradov fut désigné comme co-président de la Conférence de paix de Genève, il fit face à une position commune à l’Égypte et aux USA visant à saboter la conférence, tandis qu’Assad refusait tout simplement d’y participer. Vinogradov lui remit un avant-projet pour la conférence et lui demanda si c’était acceptable pour la Syrie. Assad répondit : oui, sauf une ligne. Quelle ligne ? demanda plein d’espoir Vinogradov, et Assad rétorqua : la ligne qui dit « la Syrie accepte de participer à la conférence ». Et la conférence fut un fiasco, comme toutes les autres conférences et conversations diverses.

Quoique les soupçons formulés par Vinogradov dans son document secret soient venus à l’esprit de différents experts militaires et historiens, jamais jusqu’alors ils n’avaient été formulés par un participant aux évènements, une personne aussi haut placée, aussi informée, présente aux moments clé, et en possession de tous les éléments. Les notes de Vinogradov permettent de déchiffrer et de retracer l’histoire de l’Égypte : désindustrialisation, pauvreté, conflits internes, gouvernement militaire, le tout étroitement lié à la guerre bidon de 1973.

Quelques années après la guerre, Sadate était assassiné, et son successeur désigné Hosni Moubarak entama son long règne, suivi par un autre participant à la guerre d’octobre, Gen Tantawi. Obtenu par le mensonge et la trahison, le traité de paix de Camp David protège toujours les intérêts américains et israéliens. C’est seulement maintenant, alors que le régime de l’après Camp David commence à donner des signes d’effondrement, que l’on peut espérer quelque changement. Le nom de Sadate au panthéon des héros égyptiens était protégé jusqu’à maintenant, mais à la fin, comme on dit, tout ce qui est caché un temps s’avèrera transparent.

Israel Shamir

PS. En 1975, Vinogradov ne pouvait pas prédire que la guerre de 1973 et les traités qui en découlèrent allaient changer le monde. Ils scellèrent l’histoire de la présence soviétique et de sa prépondérance dans le monde arabe, même si les derniers vestiges en furent détruits par la volonté américaine bien plus tard : en Irak en 2003, et en Syrie c’est maintenant qu’ils se voient minés. Ils ont saboté la cause du socialisme dans le monde, ce qui a été le commencement de sa longue décadence. L’URSS, l’État triomphant en 1972, le quasi gagnant de la guerre froide, finit par la perdre. Grâce à la mainmise américaine en Égypte, le schéma des pétrodollars se mit en place, et le dollar qui avait entamé son déclin en 1971 en perdant la garantie or se reprit et devint à nouveau la monnaie de réserve unanimement acceptée. Le pétrole des Saoudiens et des émirs, vendu en dollars, devint la nouvelle ligne de sauvetage de l’empire américain. Avec le recul et armés du mémoire de Vinogradov, nous pouvons affirmer que c’est en 1973-74 que se situe la bifurcation de notre histoire.

Traduction : Maria Poumier



OLD
Mort virtuellement
Mort virtuellement
Messages : 768
Enregistré le : lun. 16 sept. 2013 16:05
Status : Hors ligne

Re: revue de presse

Message non lu par OLD » ven. 4 oct. 2013 09:57

L’Iran tombera, avec ou sans guerre




Alors qu’aux États-Unis, ce 1er octobre 2013, 800 000 fonctionnaires fédéraux voient leur contrat suspendu sine die à l’exception des militaires, la Maison-Blanche a pris acte de l’impossibilité, pour l’instant présent, de nouvelles confrontations armées au Levant ou ailleurs. Image

Que ce soit en Syrie où, malgré le camp des enragés, il a bien fallu se résigner à « temporiser »… laisser du temps au temps aurait dit feu Mitterrand ! L’échange téléphonique entre les présidents Hassan Rohani et Barrack Obama – une première depuis la prise d’otages du 4 novembre 1979 à l’ambassade américaine de Téhéran et les trente-quatre années de guerre larvée qui suivirent – est certes une sorte de coup de théâtre, mais il ne change rien sur le fond. Un jeu subtil s’est au demeurant engagé ces derniers jours entre les joueurs de poker menteur judéo-protestants, le colt chargé sur la table, et un maître de la taqîya, cette « restriction mentale » – art de la dissimulation – commune aux minorités longuement persécutées de l’Orient proche. Pratique de la taqîya qui contribua puissamment, souvenons-nous en, au rayonnement et à l’influence de la Compagnie de Jésus !


L’Iran tombera, avec ou sans guerre

Par Léon Camus, 9 septembre 2009



L’Iran est en effet appelé par la logique même du système-monde – sauf rupture historique inattendue – à être absorbé par le Grand Marché unifié planétaire. Le serpent constricteur est patient qui guette sa proie. Aussi devrions-nous, afin de réduire définitivement l’Iran à de meilleurs sentiments occidentalistes, assister à la mise en œuvre de stratégies de substitution pour atteindre ce but… moins rapidement sans doute, mais moins brutalement et peut-être plus sûrement.

C’est là qu’entre en scène le Caucase, qui devrait jouer un rôle décisif dans une éventuelle stratégie de contournement ou d’encerclement de l’Iran. C’est en tout cas ce que semble devoir nous révéler la bataille qui se déroule en ce moment même et dans l’ombre, à propos des jeux Olympiques d’hiver de Sotchi… objets de toute les mauvaises intentions de ce bras armé du département d’État que sont les djihadistes tchétchènes et consorts – décidément présents sur tous les théâtres de déstabilisation, en Syrie, en Irak, au Liban, au Maghreb, en Afrique de l’Ouest et au Sahel, etc.

La place du Caucase dans la crise syrienne

Alors que tous les yeux sont braqués sur Damas, nul ne songe à porter son regard vers le Caucase. Et pourtant ! Opérons un léger retour en arrière. Le 30 juillet, le président Poutine recevait en audience privée le prince Bandar, chef des services de renseignement séoudiens. Ce dernier, dans le cadre d’un marchandage particulièrement inédit portant sur la sécurité des jeux Olympiques d’hiver de Sotchi en février 2014, aurait offert à la Russie – avec le plein accord de Washington – en contrepartie de l’acceptation de la chute du régime de Damas, un partenariat particulièrement avantageux pour Moscou, relatif au commerce mondial des hydrocarbures. Ceci dans le cadre d’une « stratégie russo-arabe unifiée » visant à trouver un terrain d’entente sur « les tarifs et les quotas de production qui maintiennent la stabilité des prix sur les marchés mondiaux », proposition assortie d’un compromis favorable quant au gazoduc South Stream, rival du projet euro-américain Nabucco (London Telegraph, 30 juillet 2013).

Il était ici question d’une véritable coopération entre le cartel de l’OPEP et la Russie, lesquels produisent ensemble et quotidiennement quelque 40 millions de barils de brut, soit 45 % de la production mondiale. Un tel rapprochement – s’il était intervenu – aurait indéniablement profondément modifié la carte géopolitique et de fait, par le truchement du royaume séoudien, rapproché les intérêts russes et occidentaux. À la vérité une telle proposition était d’entrée de jeu entachée d’irréalisme, mais acceptons-en l’hypothèse comme faisant partie d’un puzzle dont il est encore trop tôt pour rassembler toutes les pièces avec toute la pertinence nécessaire. Le prince Bandar aurait également, dans le cadre du volet commercial de sa proposition, fait miroiter au président russe la perspective d’achats d’armement pour un montant de 15 milliards de dollars. À titre de comparaison, la France signait le 29 août avec Riyad un contrat de défense d’1 milliard d’euros pour la modernisation de quatre frégates et de deux pétroliers-ravitailleurs (La Tribune, 26 août 2013). Notons que Paris ne pèse guère dans cette crise, étant a priori inconditionnellement ralliée à la politique du département d’État.

En outre et surtout, le royaume wahhabite s’engageait à garantir la pérennité de la base navale russe de Tartous sur les côtes syriennes, mais plus incroyable, le dignitaire séoudien aurait assuré son interlocuteur de « garantir la sécurité des [prochains] jeux Olympiques d’hiver… Les groupes tchétchènes qui les menacent étant contrôlés par nous », ajoutant que les groupes « tchétchènes opérant en Syrie étant un outil de pression, ceux-ci peuvent être mis à tout moment en position “marche” ou “arrêt”… ». Un étrange marché bien peu diplomatique dans la forme et sur le fond car en forme de chantage à peine déguisé ! On peut ici voir en imagination le président russe blêmir, répondant au séoudien « vous ne nous apprenez rien, nous savons depuis une décennie au moins que vous êtes derrière les terroristes du Caucase ».

Précisons ici à propos du terrorisme fondamentaliste caucasien qu’il ne s’agit pas du tout d’un argument rhétorique de la part des Séoudiens. Les opérations dues aux islamistes du Caucase sont quotidiennes au Daguestan, en Ingouchie, en Kabardino-Balkarie et en Tchétchénie : assassinats de policiers, de juges, d’imams collaborateurs, attentats suicide contre des bâtiments officiels et des services de sécurité, incendie de magasin vendant de l’alcool, et caetera (AFP, 19 septembre 2013). Dans la même dépêche, il était rappelé que les rebelles du Caucase russe, acteurs proactifs du djihad en Syrie (Tchétchènes et Daguestanais au nombre approximatif de deux mille), représentent une menace bien réelle pour la sécurité de la Fédération de Russie… notamment à l’occasion des jeux Olympiques de Sotchi. Les autorités russes prennent de toute évidence très au sérieux la menace que représente « ces combattants originaires de Russie [qui] acquièrent actuellement en Syrie l’expérience de la guerre en milieu urbain ».

Sotchi dans le collimateur des bons amis du département d’État

Dans cet ordre d’idée, le chef de la rébellion islamiste dans le Caucase russe, Dokou Oumarov, a pour sa part appelé en juillet dernier « à empêcher par tous les moyens la tenue des jeux Olympiques d’hiver » de Sotchi, située certes sur les rivages de la mer Noire, mais aux abords immédiats du Caucase. Oumarov ne parle pas pour ne rien dire, il s’agit de l’homme qui a signé plusieurs attaques meurtrières en Russie, dont l’attentat à l’aéroport de Moscou-Domodedovo du 24 janvier 2011, lequel fit 37 morts, et les attentats de 2010 dans le métro de Moscou, 40 morts. Et la crainte du président Poutine de voir « ces bandits, forts de leur expérience syrienne » revenir « dans nos pays » s’est crûment exprimée jusque dans les colonnes du New York Times (« A Plea for Caution From Russia », 11 septembre 2013).

Pour revenir à la rencontre entre Vladimir Poutine et le prince Bandar, si elle s’est effectivement déroulée dans les termes précités, cela expliquerait la rumeur suivant laquelle, en cas de tirs de missiles américains sur la Syrie, Moscou pourrait ou aurait pu viser à son tour des objectifs sur le territoire séoudien… Effectivement de quoi faire réfléchir le Pentagone, frémir Wall Street – qui s’accommoderait volontiers d’un baril à 180 $ mais certainement pas à 250 – et engager in petto la Maison-Blanche à « temporiser ». Rumeur qui venait cependant contredire, au moins en surface, les déclarations réitérées du ministre des Affaires étrangères Sergei Lavrov suivant lesquelles Moscou ne bougerait pas en cas de frappes coalisées.

Parce que si l’on considère les choses attentivement, la Syrie constitue pour Moscou, à n’en pas douter, une ligne rouge à ne pas franchir. Si en effet la Syrie tombe dans l’escarcelle des États-Unis, alliés aux pétromonarchies wahhabites, c’en sera fait de l’Iran, avec ou sans guerre… et au-delà, c’est le Caucase qui tôt ou tard tombera. Ne pouvant abattre Damas, il fallait donc composer avec Téhéran. D’autant que Vladimir Poutine n’a pas, lui non plus – comme nous venons de l’indiquer – véritablement le choix face aux tragédies du Levant. Crises qui embrasent d’ores et déjà le Liban et l’Irak, où se confrontent et s’affrontent les mêmes protagonistes, le président russe se trouve donc, lui également, littéralement placé le dos au mur et doit, volens nolens, faire front.

La Syrie première étape vers la déstabilisation du Caucase

Dans cette occurrence et contrairement aux apparences, pour la Syrie comme pour l’Iran, la menace d’une intervention armée n’est pas définitivement écartée. Cela d’autant que les Gardiens de la Révolution, les Pasdaran, État dans l’État iranien, commencent à renâcler violemment, s’insurgeant d’un rapprochement jugé trop hâtif avec Washington. L’option militaire reste par conséquent sur la table des négociations, une dimension à ne pas perdre de vue. Ce pourquoi, en dépit des gages de bonne volonté qu’avait commencé à multiplier le nouveau président iranien Hassan Rohani, tels les grâces libératoires accordées à certains opposants incarcérés, le président Obama avait, l’avant-veille du sommet du G20 à Saint-Pétersbourg, jugé utile de rappeler, que le recours à la force contre l’Iran était toujours d’actualité… il n’excluait pas d’invoquer le cas échéant le National Defense Authorization Act l’autorisant à lancer une action militaire d’envergure sans approbation du Congrès.

Pour ne pas conclure, il faut préciser que les événements affectant actuellement le Levant, et par extension ou par contre-coup l’Iran et le Caucase, ne peuvent être compris ou interprétés hors d’une « grande stratégie de l’Empire américain ». C’est en effet à l’aune des grandes transformations géopolitiques en cours dans le monde, principalement dans le monde arabo-musulman de l’Atlantique à la Mer d’Oman – mutations visibles de tous mais incompréhensibles des non-initiés – que doivent finalement s’appréhender plans implicites ou explicites, de recompositions géopolitiques – précédées de démantèlements – des États-nations nées au Maghreb et au Machrek après la Seconde Guerre mondiale et portés par l’élan du nationalisme arabe. À ce titre et à la lecture de la carte des guerres et des balkanisations en cours au Proche-Orient, il ne faut pas être grand clerc pour apercevoir que l’éventuel dépeçage de la Syrie augure celui de l’Iran… et une recomposition étatique du Caucase sur des bases ethniques et confessionnelles.

Processus qui s’inscrit dans une logique globale qui, si elle n’est pas inéluctable, n’en sera pas moins difficile à inverser… sauf changement de paradigme dans les rapports de forces internationaux. Dans ce contexte, la crise syrienne doit être perçue comme la première ligne de défense de la Russie destinée à garantir le nord Caucase. L’attitude et la fermeté russes dans le dossier syrien s’expliquent de cette façon. Nous avons là une contre-stratégie qui apparaît maintenant au grand jour, mais sans que rien n’interdise de supposer qu’elle n’ait été à l’œuvre depuis longtemps et dans le plus grand silence, cela depuis les années de guerre froide. Après tout, la Route de la soie ne se rouvre-t-elle pas lentement, sans les États-Unis, entre Chinois, Russes et accessoirement avec les Allemands ? Or rien n’interdit de penser, en dépit des revers subis par la rébellion sur le champ de bataille syrien ou les déconvenues diplomatiques qui y sont liés, qu’une nouvelle guerre froide Est/Ouest ne s’esquisse au sein d’un nouveau monde désormais multipolaire.

Enfin, dans la mesure où les États-Unis répugnent aujourd’hui – face à une opinion publique américaine de plus en plus hostile à toute guerre et à toute confrontation directe, notamment terrestre – la réduction de l’Iran et son absorption par le grand Marché unique planétaire pourrait aussi bien s’atteindre par la déstabilisation du Caucase, cela grâce à l’islamisme radical. La voie suivie pourrait être celle de la création d’éventuels émirats wahhabites, ou mieux, la construction d’un Grand Azerbaïdjan qui absorberait le Haut-Karabagh avant d’annexer en fin de processus l’Azerbaïdjan oriental iranien. Le quotidien Le Monde ne titrait-il pas à ce sujet le 5 avril 2012, de façon assez emblématique : « Israël-Azerbaïdjan : le nouveau front anti-iranien ? »

Suivant cette dynamique, la République islamique d’Iran serait ainsi appelée à se morceler, tout comme l’Irak ou la Syrie en sont aujourd’hui précisément menacés. Nous sommes bien entendu, à ce stade, dans le domaine de la pure prospective. Néanmoins ce projet encore à peine esquissé de Grand Azerbaïdjan trouve sa place naturelle dans la logique de la grande stratégie d’encerclement évoquée plus haut et que rien dans l’évolution des faits et des crises ne vient jusqu’ici démentir ou contredire.



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21295
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: revue de presse

Message non lu par yacoub » ven. 4 oct. 2013 12:25

KOCEILA a écrit :jour

L’attaque de Nairobi : ce que les médias occidentaux n’ont pas voulu ou su vous dire

http://www.prorussia.tv/svideo/c023ce6c ... p4?start=1
Salut Koceila, tu peux enregistrer cette vidéo sur ton disque dur puis la télécharger sur le site, ce sera mieux que ce lien qui est déjà not found




OLD
Mort virtuellement
Mort virtuellement
Messages : 768
Enregistré le : lun. 16 sept. 2013 16:05
Status : Hors ligne

Re: revue de presse

Message non lu par OLD » ven. 4 oct. 2013 13:05

par Yacoub » 04 Oct 2013, 10:25

KOCEILA a écrit:jour

L’attaque de Nairobi : ce que les médias occidentaux n’ont pas voulu ou su vous dire

http://www.prorussia.tv/svideo/c023ce6c ... p4?start=1


Salut Koceila, tu peux enregistrer cette vidéo sur ton disque dur puis la télécharger sur le site, ce sera mieux que ce lien qui est déjà not found
slt yacoub, ah! ok, oui bonne idée je m'en occupe. @+



OLD
Mort virtuellement
Mort virtuellement
Messages : 768
Enregistré le : lun. 16 sept. 2013 16:05
Status : Hors ligne

Re: revue de presse

Message non lu par OLD » ven. 4 oct. 2013 13:18

euh! j'ai bien la video dans mon DD mais comment l’intégrer au poste sans passer par un site de storage sinon je met liens a jour?



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21295
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: revue de presse

Message non lu par yacoub » ven. 4 oct. 2013 13:45

Il y a ajouter des fichiers joints, c'est comme pour les avatars, tu utilises ça.
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.



OLD
Mort virtuellement
Mort virtuellement
Messages : 768
Enregistré le : lun. 16 sept. 2013 16:05
Status : Hors ligne

Re: revue de presse

Message non lu par OLD » ven. 4 oct. 2013 15:07

a la 1er tentative j'ai eu cette erreur:

Internal Server Error

The server encountered an internal error or misconfiguration and was unable to complete your request.

Please contact the server administrator, labidi.karim.med@xxxx.com and inform them of the time the error occurred, and anything you might have done that may have caused the error.

More information about this error may be available in the server error log.

Additionally, a 500 Internal Server Error error was encountered while trying to use an ErrorDocument to handle the request.
Apache Server at http://www.islamla.com Port 80

translate google..
Internal Server Error

Le serveur a rencontré une erreur interne ou une mauvaise configuration et a été incapable de compléter votre demande.

S'il vous plaît contactez l'administrateur du serveur, labidi.karim.med @ xxxx.com et les informer du moment où l'erreur s'est produite, et tout ce que vous pourriez avoir fait qui pourrait avoir causé l'erreur.

Plus d'informations sur cette erreur peut être disponible dans le journal des erreurs du serveur.

En outre, une erreur d'erreur 500 Internal Server a été rencontrée lors de la tentative d'utiliser un ErrorDocument de gérer la demande.
Apache Server at http://www.islamla.com Port 80

je tente une seconde fois en désactivant NoScipt et le par-feu si sa passe pas j'essaierai sous linux



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21295
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: revue de presse

Message non lu par yacoub » sam. 5 oct. 2013 10:33

Salut Angelotin, BarbieTurik, Krinou, Adil.

Salut Koceila, il se peut que c'est la taille du fichier vidéo qui a causé cette erreur interne.

Dans ce cas il faut aller sur un site qui héberge des vidéos et qui ne pratique pas la censure comme Youtube ou DailyMotion, tu la télécharges puis tu donnes le lien.



OLD
Mort virtuellement
Mort virtuellement
Messages : 768
Enregistré le : lun. 16 sept. 2013 16:05
Status : Hors ligne

Re: revue de presse

Message non lu par OLD » lun. 7 oct. 2013 20:31

KOCEILA jour

L’attaque de Nairobi : ce que les médias occidentaux n’ont pas voulu ou su vous dire

soir

désolé d'avoir mis le temps, petit problème de santé, mais voila un nouveaux lien pour la vidéo.

@+


http://www.prorussia.tv/embed/553/?titl ... /iframe%3E



Krinou
Maréchal d'islamla virtuel
Maréchal d'islamla virtuel
Messages : 9715
Enregistré le : mer. 28 déc. 2011 23:18
Localisation : Loin de BAC et de sa bouche d'égout
Status : Hors ligne

Re: revue de presse

Message non lu par Krinou » lun. 7 oct. 2013 20:35

Bonsoir Koceila :)

J'espère que tu vas mieux maintenant. :)


LES RAISONS DE MON DÉPART DÉFINITIF D'iSLAMLA :

Avant de vous forger une opinion défavorable sur ma personne, suite aux propos malveillants d'un membre mal intentionné, merci de bien vouloir prendre le temps de lire, même partiellement, le topic dont vous trouverez le lien ci-dessous :

cette-fois-vous-dis-vraiment-adieu-peux ... t8188.html

OLD
Mort virtuellement
Mort virtuellement
Messages : 768
Enregistré le : lun. 16 sept. 2013 16:05
Status : Hors ligne

Re: revue de presse

Message non lu par OLD » lun. 7 oct. 2013 20:43

par Krinou » 07 Oct 2013, 18:35
Bonsoir Koceila :)

J'espère que tu vas mieux maintenant. :)
bsr ma chére Krinou,

sa va mieux merci, j'ai le glucose qui a piqué du nez, un bon petit traitement suivie d'un petit régime et sa ira mieux je l’espère :P



Krinou
Maréchal d'islamla virtuel
Maréchal d'islamla virtuel
Messages : 9715
Enregistré le : mer. 28 déc. 2011 23:18
Localisation : Loin de BAC et de sa bouche d'égout
Status : Hors ligne

Re: revue de presse

Message non lu par Krinou » lun. 7 oct. 2013 20:47

Prend soin de toi surtout. :hug:


LES RAISONS DE MON DÉPART DÉFINITIF D'iSLAMLA :

Avant de vous forger une opinion défavorable sur ma personne, suite aux propos malveillants d'un membre mal intentionné, merci de bien vouloir prendre le temps de lire, même partiellement, le topic dont vous trouverez le lien ci-dessous :

cette-fois-vous-dis-vraiment-adieu-peux ... t8188.html

Avatar du membre
JohnGalt
Mort virtuellement
Mort virtuellement
Messages : 1492
Enregistré le : mar. 13 août 2013 16:43
Status : Hors ligne

Re: revue de presse

Message non lu par JohnGalt » lun. 7 oct. 2013 21:32

Koceila, j'ai bien aimé ton article sur la guerre de 73. Comme quoi, Kissinger reste le mal incarné alors que certains pensent que c'était un génie diplomatique.Cela me fait à un certain Talleyrand qui a vendu la Belgique française aux Anglais.



OLD
Mort virtuellement
Mort virtuellement
Messages : 768
Enregistré le : lun. 16 sept. 2013 16:05
Status : Hors ligne

Re: revue de presse

Message non lu par OLD » mar. 8 oct. 2013 08:45

jour

slt John! si tu n'avais garder ton avatar je ne t'aurais pas reconnu :sweatdrop:

Kissinger pour moi est un sioniste est donc tous se qui va avec.



OLD
Mort virtuellement
Mort virtuellement
Messages : 768
Enregistré le : lun. 16 sept. 2013 16:05
Status : Hors ligne

Re: revue de presse

Message non lu par OLD » mar. 8 oct. 2013 08:49

Et si on remplaçait Pâques par l’Aïd ?

mais qu'arrive t-il a cette pauvre france :?:


Image

Elle s’appelle Dounia Bouzar, elle est, paraît-il, « anthropologue du fait religieux », et elle a été nommée dimanche à l’Observatoire de la laïcité par le Premier ministre. La dame ayant siégé au Conseil français du culte musulman, des esprits malveillants pourraient objecter qu’elle est un tout petit peu juge et partie, mais en tout cas, elle prend sa mission très au sérieux. Elle démarre même très fort.

Dans sa première interview, accordée au magazine Challenges, elle déclare que la France doit continuer à montrer l’exemple d’un État assumant son credo laïc… et qu’elle doit remplacer deux fêtes chrétiennes fériées par Yom Kippour et l’Aïd. Le clergé, un peu réticent jusque-là, n’y serait plus opposé, donc tous les voyants sont au vert.

Et comme Challenges n’est pas un magazine économique pour rien, on fait montre de sens pratique : aussitôt dit, aussitôt fait, l’article en ligne est assorti d’un petit sondage pour les lecteurs, qui peuvent cocher la case de leur choix dans la liste des fêtes chrétiennes à faire éventuellement passer à la trappe.

Cette curieuse conception de la laïcité en ayant surpris plus d’un, Dounia Bouzar a dû préciser sa pensée, qui selon elle vise à « désamorcer l’islam radical » : « Le discours radical multiplie les occasions de faire croire aux musulmans qu’il y a un complot contre l’islam et fait tout pour séparer les musulmans des autres. Moi, je me suis dit que faire une place symbolique aux fêtes juives et musulmanes pouvait être une manière de leur couper l’herbe sous le pied. »

Et voilà, tout est clair. C’est la théorie bien connue du « grain à moudre ». C’est le discours radical qui alimente les tensions. Si on donne des gages de bonne volonté, l’islam radical n’aura plus de grain à moudre. Et hop, l’affaire sera dans le sac, notre pays ne sera plus qu’amour, tendresse et baisers laïcs dans le cou.

Maintenant, je considère la liste de Challenges, et je me demande si supprimer l’Ascension, que plus personne ne connaît, ou l’Assomption, date à laquelle, de toutes façons, eu égard à la chaleur, personne ne bosse réellement, aura une charge « symbolique » suffisante ?

Pâques, en revanche… Un lapin en chocolat sur une tête de gondole, cela a quelque chose de terriblement agressif pour qui n’a pas la foi chrétienne, voire de comploteur, avec ses grandes oreilles et ses petits yeux sournois…

Mais une fois que l’on aura commencé à couper l’herbe sous le pied du « discours radical », il faudra — c’est logique — tondre tout le gazon. De vous à moi, ces clochers omniprésents dans la campagne française sont un peu comme les fêtes chrétiennes qui trustent le calendrier… cela peut agacer. Transformons-en tout un lot en mosquées. Et toc ! L’islam radical sera bien déconfit de ne plus avoir de grain à moudre. Ça, c’est une bonne idée. Surtout si le clergé catholique est d’accord et plus du tout réticent.

Allez, on continue, la pelouse est encore trop haute : les rues de Paris. Le boulevard Saint-Michel, le boulevard Saint-Germain, la rue Saint-Honoré, la rue Saint-Denis, la rue Saint-Dominique, la rue Saint-Jacques… Un vrai martyrologe. Une place Saint-Augustin mais aucune place Averroès… Quant au prophète et à ses compagnons, on les cherche désespérément sur les lignes du métro, entre Saint-Placide, Saint-Sulpice, la Trinité et Abbesses. Et si c’était cela, qui rendait certains un peu nerveux dans les couloirs, le soir ? Damons le pion de l’islam radical en lui offrant quelques stations « symboliques », il sera drôlement désappointé. Le discours radical se nourrissant de rancœurs et de frustrations, l’islam radical ne disparaîtra que lorsque les chrétiens auront enfin cessé de la ramener. Comme en Syrie et au Pakistan, par exemple ?




Répondre