Histoire de l'Algérie

Actualités dans le monde, Débats politiques et économiques intérieurs et internationaux - Opposition - Partis politiques - Leaders politique - Pouvoirs économiques.
Avatar du membre
Amada
Sous-lieutenant Virtuel
Sous-lieutenant Virtuel
Messages : 2885
Enregistré le : sam. 18 sept. 2010 20:01
Localisation : Marseille
Gender :
Status : Hors ligne

Histoire de l'Algérie

Message non lu par Amada » ven. 21 déc. 2012 17:48

La vérité historique sur l’Algérie

Voici un courrier adressé en 2008 au président algérien, Monsieur Bouteflika par M. André Savelli, professeur agrégé en histoire au Val de Grâce.

LETTRE à M. BOUTEFLIKA, Président de la République algérienne.

Monsieur le Président,

En brandissant l’injure du génocide de l’identité algérienne par la France, vous saviez bien que cette identité n’a jamais existé avant 1830. Mr Ferrat Abbas et les premiers nationalistes avouaient l’avoir cherchée en vain. Vous demandez maintenant repentance pour barbarie : vous inversez les rôles !
C’était le Maghreb ou l’Ifriqiya, de la Libye au Maroc. Les populations, d’origine phénicienne (punique), berbère (numide) et romaine, étaient, avant le VIIIème siècle, en grande partie chrétiennes (500 évêchés dont celui d’Hippone / Annaba, avec Saint Augustin). Ces régions agricoles étaient prospères.

Faut-il oublier que les Arabes, nomades venant du Moyen Orient, récemment islamisés, ont envahi le Maghreb et converti de force,« béçif » (par l’épée), toutes ces populations.
« Combattez vos ennemis dans la guerre entreprise pour la religion….Tuez vos ennemis partout où vous les trouverez » (Coran, sourate II, 186-7).
Ce motif religieux était élargi par celui de faire du butin, argent, pierreries, trésor, bétail, et aussi du bétail humain, ramenant par troupeaux des centaines de milliers d’esclaves berbères ; ceci légitimé par le Coran comme récompense aux combattants de la guerre sainte (XLVIII, 19, 20).

Et après quelques siècles de domination arabe islamique, il ne restait plus rien de l’ère punico romano berbère si riche, que des ruines (Abder-Rahman ibn Khaldoun el Hadram , Histoire des Berbères,T I, p.36-37, 40, 45-46. 1382).


Faut-il oublier aussi que les Turcs Ottomans ont envahi le Maghreb pendant trois siècles, maintenant les tribus arabes et berbères en semi esclavage, malgré la même religion, les laissant se battre entre elles et prélevant la dîme, sans rien construire en contre partie.


Faut-il oublier que ces Turcs ont développé la piraterie maritime, en utilisant leurs esclaves. Ces pirates barbaresques arraisonnaient tous les navires de commerce en Méditerranée, permettant, outre le butin, un trafic d’esclaves chrétiens, hommes, femmes et enfants. Dans l’Alger des corsaires du XVI ème siècle, il y avait plus de 30.000 esclaves enchaînés.
D’où les tentatives de destruction de ces bases depuis Charles Quint, puis les bombardements anglais, hollandais et même américain…..
Les beys d’Alger et des autres villes se maintenaient par la ruse et la force, ainsi celui de Constantine, destitué à notre venue, ayant avoué avoir fait trancher 12.000 têtes pendant son règne.


Faut-il oublier que l’esclavage existait en Afrique depuis des lustres et existe toujours. Les familles aisées musulmanes avaient toutes leurs esclaves africains. Les premiers esclavagistes, Monsieur le Président, étaient les négriers noirs eux-mêmes qui vendaient leurs frères aux Musulmans du Moyen Orient, aux Indes et en Afrique (du Nord surtout), des siècles avant l’apparition de la triangulaire avec les Amériques et les Antilles, ce qui n’excuse en rien cette dernière, même si les esclaves domestiques étaient souvent bien traités.

Faut-il oublier qu’en 1830, les Français sont venus à Alger détruire les repaires barbaresques ottomans qui pillaient la Méditerranée, libérer les esclaves et, finalement, affranchir du joug turc les tribus arabes et berbères opprimées.
Faut-il oublier qu’en 1830, il y avait à peu près 5.000 Turcs, 100.000 Koulouglis, 350.000 Arabes et 400.000 Berbères dans cette région du Maghreb où n’avait jamais existé de pays organisé depuis les Romains. Chaque tribu faisait sa loi et combattait les autres, ce que l’Empire Ottoman favorisait, divisant pour régner.

Faut-il oublier qu’en 1830 les populations étaient sous développées, soumises aux épidémies et au paludisme. Les talebs les plus évolués qui servaient de toubibs (les hakems), suivaient les recettes du grand savant « Bou Krat » (ou plutôt Hippocrate), vieilles de plus de 2.000 ans. La médecine avait quand même sérieusement évolué depuis !


Faut-il oublier qu’à l’inverse du génocide, ou plutôt du massacre arménien par les Turcs, du massacre amérindien par les Américains, du massacre aborigène par les Anglais et du massacre romano-berbère par les Arabes entre l’an 700 et 1500, la France a soigné, grâce à ses médecins, militaires au début puis civils, toutes les populations du Maghreb les amenant de moins d’un million en 1830 en Algérie, à dix millions en 1962.

Faut-il oublier que la France a respecté la langue arabe, l’imposant même au détriment du berbère, du tamashek et des autres dialectes, et a respecté la religion ce que n’avaient pas fait les Arabes, forçant les berbères chrétiens à s’islamiser pour ne pas être tués, d’où le nom de « kabyle » – j’accepte.
Faut-il oublier qu’en 1962 la France a laissé en Algérie, malgré des fautes graves et des injustices, une population à la démographie galopante, souvent encore trop pauvre, – il manquait du temps pour passer du moyen âge au XX ème siècle – mais en bonne santé, une agriculture redevenue riche grâce aux travaux des Jardins d’Essais, des usines, des barrages, des mines, du pétrole, du gaz, des ports, des aéroports, un réseau routier et ferré, des écoles, un Institut Pasteur, des hôpitaux et une université, la poste…..
Il n’existait rien avant 1830 !

Cette mise en place d’une infrastructure durable, et le désarmement des tribus, ont été capitaux pour l’Etat naissant de l’Algérie.
Faut-il oublier que les colons français ont asséché, entre autres, les marécages palustres de la Mitidja, y laissant de nombreux morts, pour en faire la plaine la plus fertile d’Algérie, un grenier à fruits et légumes, transformée, depuis leur départ, en zone de friche industrielle.

Faut-il oublier que la France a permis aux institutions de passer, progressivement, de l’état tribal à un Etat nation, et aux hommes de la sujétion à la citoyenneté en construction, de façon, il est vrai, insuffisamment rapide.
Le colonialisme, ou plutôt la colonisation a projeté le Maghreb, à travers l’Algérie, dans l’ère de la mondialisation.

Faut-il oublier qu’en 1962, un million d’européens ont dû quitter l’Algérie, abandonnant leurs biens pour ne pas être assassinés ou, au mieux, de devenir des habitants de seconde zone, des dhimmis, méprisés et brimés, comme dans beaucoup de pays islamisés.


Il en est de même de quelques cent mille israélites dont nombre d’ancêtres s’étaient pourtant installés là 1000 ans avant que le premier arabe musulman ne s’y établisse. Etait-ce une guerre d’indépendance ou encore de religion ?
Faut-il oublier qu’à notre départ en 1962, outre au moins 75.000 Harkis, sauvagement assassinés, véritable crime contre l’humanité, et des milliers d’européens tués ou disparus, après ou avant, il est vrai, les excès de l’O.A .S., il y a eu plus de 200.000 tués dans le peuple algérien qui refusait un parti unique, beaucoup plus que pendant la guerre d’Algérie.

C’est cette guerre d’indépendance, avec ses cruautés et ses horreurs de part et d’autre, qui a fondé l’identité algérienne. Les hommes sont ainsi faits !
Monsieur le Président, vous savez que la France forme de bons médecins, comme de bons enseignants. Vous avez choisi, avec votre premier ministre, de vous faire soigner par mes confrères du Val de Grâce. L’un d’eux, Lucien Baudens, créa la première Ecole de médecine d’Alger en 1832, insistant pour y recevoir des élèves autochtones. Ces rappels historiques vous inciteront, peut-être, Monsieur le Président, à reconnaître que la France vous a laissé un pays riche, qu’elle a su et pu forger, grâce au travail de toutes les populations, des plus pauvres aux plus aisées -ces dernières ayant souvent connu des débuts très précaires -.

La France a aussi créé son nom qui a remplacé celui de Barbarie.
Personne ne vous demandera de faire acte de repentance pour l’avoir laissé péricliter, mais comment expliquer que tant de vos sujets, tous les jours, quittent l’Algérie pour la France ?

En fait, le passé, diabolisé, désinformé, n’est-il pas utilisé pour permettre la mainmise d’un groupe sur le territoire algérien ?

Je présente mes respects au Président de la République, car j’honore cette fonction.
Un citoyen français,
André Savelli,
Professeur agrégé d’Histoire au Val de Grâce.
http://www.dreuz.info/2012/12/article-2 ... 28Dreuz%29


"Connais-toi toi-même" (Socrate)
Mon forum des apostats de l'islam:
http://apostats-de-lislam.xooit.org/index.php


Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20953
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Histoire de l'Algérie

Message non lu par yacoub » sam. 22 déc. 2012 20:06

Salut Amada,très intéressant cet article.
Un journal italien commente les déclarations de Hollande
Par : Rubrique Radar

Avec “quelques gestes symboliques” en hommage aux victimes de l’ancienne puissance coloniale, le président Hollande a fait un autre pas en avant sur le terrain déjà travaillé par ses prédécesseurs, a écrit, jeudi, le journal du soir italien Corriere della Sera, au sujet du passé colonial français en Algérie. “Des gestes importants aussi sur le plan personnel (en allusion au chef de l'État français), son père étant partisan de ‘l’Algérie française’. Il y a aussi des intérêts économiques à pousser vers une relation plus solide”, a relevé le Corriere della Sera. Évoquant la situation en Algérie, le journal a souligné que le pays, “à peine effleuré par le Printemps arabe, vit maintenant une période de stabilité et de paix relative après la spirale terroriste de ces dernières années”. Dans ce cadre, il a ajouté que “le chemin vers la démocratie et les droits est encore long mais les biens énergétiques ont rempli les caisses de l’État et augmenté le bien-être malgré le chômage et la pauvreté dans certaines zones”.
Modifié en dernier par yacoub le sam. 22 déc. 2012 20:17, modifié 1 fois.



Avatar du membre
spin
Adjudant-chef Virtuel
Adjudant-chef Virtuel
Messages : 1806
Enregistré le : jeu. 7 janv. 2010 13:51
Localisation : France, sud-est
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Histoire de l'Algérie

Message non lu par spin » sam. 22 déc. 2012 20:15

Yacoub a écrit :Salut Amada très intéressant cet article.
Salut Yacoub (et les autres), je me permets de reporter ici une remarque de détail que j'ai déjà lancée sur un autre forum qui le reproduit :
« Les premiers esclavagistes, Monsieur le Président, étaient les négriers noirs eux-mêmes qui vendaient leurs frères aux Musulmans du Moyen Orient… »
Tidiane Ndiaye a écrit un livre que je recommande sur la traite arabo-musulmane et ses monstruosités, « Le génocide voilé » (Gallimard), où il conteste ou au moins relativise cette idée d’un esclavage entre Noirs qui aurait précédé celui imposé par les musulmans. Pour lui c’était plus proche du servage et nettement plus humain. La traite arabo-musulmane a été l’horreur absolue, sans précédent. La transatlantique pour laquelle nous multiplions les repentances était (relativement !) bien plus douce. Voir http://bouquinsblog.blog4ever.com/blog/ ... iaye_.html

à+


De quel droit refuserions-nous de faire usage du plus grand don de Dieu ? N'est-ce pas un formidable blasphème que de croire contre la raison ? (Vivekananda)
http://daruc.pagesperso-orange.fr/divers/islamp.htm
http://bouquinsblog.blog4ever.com/blog/ ... ique_.html

Avatar du membre
nexus
Colonel Virtuel
Colonel Virtuel
Messages : 5345
Enregistré le : dim. 4 sept. 2011 23:34
Localisation : france
Gender :
Status : Hors ligne

Re: Histoire de l'Algérie

Message non lu par nexus » sam. 22 déc. 2012 23:16

Spin.
De nos jours on pratique l'indignation sélective et l'hypocrisie intellectuelle .
Tidiane Ndiaye remet certaines pendules à l'heure sans tomber dans les niaiseries et culpabilisations sélectives pratiquées en occident.
Il remet juste en place des faits historiques longtemps occultés concernant ces faits de traite pratiquée par les arabo muslmans envers ces populations .
Les occidentaux ont une grande part de responsabilité dans cette immense catastrophe pour le continent Africain et ses peuples au même titre que les arabo musulmans qui eux ont pratiqué et organisé la stérilisation des populations masculines en plus du travail forcé .Les occidentaux quant eux ont surtout pratiqué un esclavage basé sur le travail forcé et c'est ce que révèle Tidiane Ndiaye dans son ouvrage en n'occultant surtout pas la responsabilité des négriers arabo musulmans chose que l'on n'a tendance à faire aujourd'hui et à tout coller sur le dos occidentaux.Ce genre d'omissions sont dans l'air du temps.


L'islam n'est pas la révélation de dieu a l'homme mais celle de l'homme sur dieu.
La religion en tant que source de consolation est un obstacle à la véritable foi, et en ce sens l'athéisme est une purification
L'athéisme est une négation de Dieu, et par cette négation, il pose l'existence de l'homme.


Avatar du membre
Maried
Colonel Virtuel
Colonel Virtuel
Messages : 5872
Enregistré le : mer. 2 sept. 2009 15:19
Gender :
Status : Hors ligne

Re: Histoire de l'Algérie

Message non lu par Maried » mer. 9 janv. 2013 12:52

Algérie. Avec plus de 8 enfants par femme, la fécondité algérienne était, au moment de l’indépendance, une des plus fortes du monde arabe. La transition démographique a démarré plus tardivement que chez ses voisins — une particularité qui doit moins à la politique nataliste du gouvernement qu’aux effets d’une économie de rente qui a quasiment permis d’entretenir la population « du berceau jusqu’à la tombe ». En deux décennies, sa fécondité s’est effondrée pour rejoindre celle de la Tunisie et du Maroc (lire « Le temps de la jeunesse arabe »). Mais, depuis 2000, elle connaît une évolution inverse à celle des pays voisins et recommence à progresser. La résorption de la crise et la baisse de la violence politique ont contribué à l’augmentation du nombre de mariages (341 000 mariages célébrés en 2009, pour 280 000 en 2005).


"Qui n'empêche pas le mal le favorise"
Cicéron
_________________________________________________
ImageImageImage
ImageImage

Avatar du membre
samay
Adjudant-chef Virtuel
Adjudant-chef Virtuel
Messages : 1837
Enregistré le : dim. 4 févr. 2007 08:00
Gender :
Status : Hors ligne

Re: Histoire de l'Algérie

Message non lu par samay » mer. 9 janv. 2013 14:23

Les musulmans n'ayant aucun sens de la vérité historique et même de la vérité tout court puisque la vérité est haram , il est bon que ceux qui les ont sorti de la misère et de la crasse islamiques la leur rappellent de temps à autre . D'autant qu'après leur départ , c'est l'islam et donc le mensonge , l'hypocrisie et la mauvaise foi qui ont repris le dessus .
Ce qu'écrit monsieur Savelli n'est pas la vraie histoire de l'Algérie seulement , mais de tous les pays qui ont subi la colonisation islamique .Par exemple , il a fallu l'arrivée d'archéologues mécréants pour apprendre aux égyptiens que les pyramides n'étaient pas de simples WC publics pour les bédouins de passage ...



Avatar du membre
Maried
Colonel Virtuel
Colonel Virtuel
Messages : 5872
Enregistré le : mer. 2 sept. 2009 15:19
Gender :
Status : Hors ligne

Re: Histoire de l'Algérie

Message non lu par Maried » mer. 9 janv. 2013 14:31

Mais d'après Lorie la décadense de l'Egypte a commencé avant l'islam
ce sont les chrétiens nestoriens soumis aux byzantins qui ont contribué à la décadense de l'Egypte


"Qui n'empêche pas le mal le favorise"
Cicéron
_________________________________________________
ImageImageImage
ImageImage

Avatar du membre
samay
Adjudant-chef Virtuel
Adjudant-chef Virtuel
Messages : 1837
Enregistré le : dim. 4 févr. 2007 08:00
Gender :
Status : Hors ligne

Re: Histoire de l'Algérie

Message non lu par samay » mer. 9 janv. 2013 14:42

maried a écrit :Mais d'après Lorie la décadense de l'Egypte a commencé avant l'islam
ce sont les chrétiens nestoriens soumis aux byzantins qui ont contribué à la décadense de l'Egypte
Sincèrement Maried , avec tout ce qu'il nous est donné de constater peut on encore jeter la pierre aux chrétiens ? On voit bien que quels qu'aient été leurs défauts ils n'ont jamais égalé l'islam dans l'art de transformer l'or en cailloux .



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20953
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Histoire de l'Algérie

Message non lu par yacoub » jeu. 10 janv. 2013 11:44

Non, la vérité n'est pas haram, seulement l'islam est la vérité.
Puis après, on déforme le sens des mots, ainsi l'esclavage devient la liberté, le mensonge devient la vérité, la guerre devient la paix.



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20953
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Histoire de l'Algérie

Message non lu par yacoub » lun. 9 févr. 2015 19:44

pouvez vous me dire pourquoi la France a gagné la guerre militairement en Algérie mais l'a perdue politiquement et s'est retirée ? je ne comprends vraiment pas
merci
:shock:
Pour De Gaulle islamité et francité c'est comme l'huile et l'eau on a beau essayé de les mélanger
elles se sépareront fatalement

La France ne peut intégrer que des apostats de l'islam
le roi Hassan II le disait aussi à propos de ses propres sujets marocains
"ce seront des mauvais français"

Le Roi Hassan II a aussi expliqué pourquoi jamais un mahométan ne peut être laïque

https://www.youtube.com/watch?v=WX8MSLCgFb0

https://www.youtube.com/watch?v=PVHFmCb0Tf0



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20953
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Histoire de l'Algérie

Message non lu par yacoub » jeu. 8 oct. 2015 17:34




Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20953
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Histoire de l'Algérie

Message non lu par yacoub » jeu. 26 oct. 2017 12:14

L’islamisme s’empare de l’université

Image

Des campagnes de «hidjabisation» et de «kamissisation» sont organisées de temps à autre ; des organisations estudiantines aux relents islamistes font la loi dans les campus et s’arrogent les prorogatives des gardiens de la morale et des bonnes mœurs.

Ils sont aidés par les chaînes de télévision à travers des reportages et des télé-prêches de prédicateurs de tout bord. Enfin, l’administration a fini par céder et à traduire ces appels par les faits. Les débats autour de l’université tournent désormais autour des «chiffons» en lieu et place de la probité intellectuelle et des questions de savoir et de la qualité de l’enseignement.

Cet ogre dormant nommé «islamisme» ou qualifié par certains de «conservatisme» menace désormais nos universités qui risquent de devenir des arènes violentes entre «les radicalistes» d’un côté et les «progressiste» de l’autre, loin du débat serein, tolérant et objectif. De nombreux observateurs ne cessent de tirer la sonnette d’alarme sur ce danger qui guette nos établissements du supérieur, sans que les autorités ne prennent les mesures nécessaires pour mettre fin à cette inquisition qui ne dit pas son nom.

Au début du mois d’octobre, la directrice de la résidence universitaire pour filles de Fesdis de Batna avait émis une directive instruisant les filles à porter une tenue «décente» et de tenir le «comportement d’une bonne musulmane qui préserve sa foi». Par cette instruction, la directrice transgresse et la Constitution et les lois de la République en toute impunité.

Agents de sécurité ou police religieuse ?

Pour se dédouaner, souvent les directeurs des résidences et les recteurs se cachent derrière de fallacieux prétextes et évoquent des plaintes supposées émanant des agents de sécurité «qui signalent des comportements jugés indécents, voire vulgaires de la part des étudiantes» qui se livrent selon des témoignages de certains directeurs de cités U «au jeu de la séduction». D’autres s’appuient sur des réclamations exprimées par les organisations étudiantes pour mettre fin à ce qu’ils appellent «la dépravation des filles».

Mais surtout, ce sont les agents de sécurité qui imposent leur diktat et leur loi et «harcèlent au quotidien les étudiantes jugées trop libres», accuse de son côté une étudiante, résidente à la cité U de Dély Ibrahim. On se souvient de l’histoire de l’étudiante qui s’est vue refuser l’accès à l’université par un agent de sécurité au fallacieux motif que la jupe portée par celle-ci, alors qu’elle était pourtant accompagnée par son époux, n’était pas admise et ne répondait pas aux «préceptes» prônés par l’agent de sécurité, conforté par ses responsables, dont l’actuel ministre de l’Enseignement supérieur, Tahar Hadjar, à l’époque recteur de l’université Alger 1 avant de se rétracter et demander des excuses deux jours plus tard, soit le jour de sa nomination au gouvernement. A cause d’une histoire d’accoutrement, la pauvre étudiante humiliée a failli ainsi rater toute une année de sa carrière.

Pourtant, le texte du règlement intérieur ne précise aucunement les mensurations, les modèles, les coupes, ainsi que les couleurs… ; en d’autres termes, le code vestimentaire à respecter.



Chantage par la famille

Tentant de minimiser la polémique, les responsables assurent que les étudiantes «ne se sentent pas insultées par ces mesures». Or, dans les faits, il s’agit plutôt de la loi de l’omerta. En effet, beaucoup d’entre elles évoquent le chantage exercé par les intendantes qui n’hésitent pas à faire appel à la famille et se trouvent ainsi traitées comme des petites écolières «Pour le moindre refus de céder à leur orientation parfois pas très saine, les intendantes téléphonent à nos parents en inventant des prétextes déshonorants emballés dans un discours moralisateur voire religieux, créant ainsi une crise au sein de la famille», confie une étudiante d’une résidence universitaire d’Alger.

«Certains parents n’hésitent pas un instant à retirer leurs filles des cité universitaires, mettant ainsi fin à leurs études.» Ce climat pourri a été accentué par la diffusion de la chaîne Ennahar TV d’une supposée enquête scandaleuse sur la débauche dans les résidences universitaires, mettant en scène de prétendues étudiantes s’adonnant à l’alcool et la drogue, et d’autres sujettes à des actes de prostitution, créant ainsi une panique sans précédent dans tous les établissements du pays et l’inquiétude des parents.

Cela a donné lieu à une surenchère dont les gardiens de la chasteté et de la morale publique se sont emparée et qui ont vu là une occasion inespérée pour occuper l’espace du savoir et en faire une chasse gardée. Des prêcheurs à la petite semaine s’érigent ainsi en donneurs de leçons et vérificateurs des tenues vestimentaires et du bon comportement du sexe faible. Un terrain dans lequel patauge l’islamisme frustré de ne pouvoir exercer pleinement son pouvoir sur les étudiants.



Même les garçons..
.

Dans ce jeu des interdits à coloration religieuse, même les garçons n’y échappent pas. Adel, étudiant en économie, a subi durant une année le diktat de ses voisins de chambre. «mon colocataire a exercé sur moi une pression énorme, aidé pour ce faire par d’autres étudiants et se comportait avec moi en tuteur autoproclamé. Il m’interdisait de fumer, d’écouter de la musique ; il m’obligeait à prier et surveillait mon accoutrement qui, selon lui, ne cadre pas avec les préceptes de l’islam», nous dira-t-il. Ce qui l’a contraint à abandonner sa chambre et se réfugier chez un ami dans une autre cité U.

Le cas le plus emblématique est celui d’Anouar Rahmani, étudiant en droit au centre universitaire de Tipasa et également écrivain, subit lui aussi depuis des années des pressions énormes de la part d’associations étudiantes à cause de ses écrits et de ses opinions jugés anti-musulmans et accusé d’athéisme. Des plaintes ont même été déposées contre lui et des pages Facebook de prétendus étudiants ont appelé les responsables de le révoquer purement et simplement des bancs de l’université.

Et les témoignages ne s’arrêtent pas là puisque certains étudiants parlent même de campagne de «salafisation» au sein des universités, notamment dans les wilayas de l’intérieur du pays. des tracts sont souvent distribués au su et au vu d’une administration parfois complice.



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20953
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Histoire de l'Algérie

Message non lu par yacoub » jeu. 11 janv. 2018 13:40

Hocine Aït Ahmed : « Du temps de la France, l’Algérie, c’était le paradis ! »

Nous n’allons pas écrire ici la biographie d’Hocine Aït Ahmed, l’un des chefs historiques (ce qu’il refusait d’être) du FLN et de l’indépendance algérienne.
Cette figure emblématique de la révolution algérienne est décédée le 23 décembre en Suisse, à l’âge de 89 ans. Il sera enterré ce prochain vendredi 1er janvier 2016 à Aïn El Hammam (wilaya de Tizi Ouzou).

Il avait adhéré au PPA (Parti du peuple algérien) dans les années 40 et fut l’une des principales victimes de la « chasse aux Kabyles », ce qui l’obligea à s’installer au Caire (Égypte). Il a aussi été arrêté par les autorités françaises, en compagnie de Ben Bella, Lacheraf, Boudiaf (qui sera assassiné) et Khider, lors du détournement de l’avion (1956) qui devait les conduire du Maroc à Tunis.
Dès son retour en Algérie, Hocine Aït Ahmed s’oppose aux dérives totalitaires et fonde le FFS (Front des forces socialistes). Parti qui comptabilisera plus de 400 assassinats non reconnus. Il tourne le dos au FLN quand un pouvoir militaire se met en place. Emprisonné lors du coup d’État de Boumédiène (1965), il s’évade de la prison d’El-Harrach en 1966, et s’exile une première fois en Suisse.

Aït Ahmed effectue son retour au pays en 1999, 23 années plus tard, et se présente aux élections présidentielles mais se retire la veille du scrutin afin de dénoncer la fraude inévitable et reconnue.

Il considérait que tout espoir de rédemption était dès lors perdu pour l’Algérie – avait-il tort ? – et que l’avenir de son pays aurait pu être totalement différent. Il n’aura pas eu la chance de voir l’Algérie dont il avait rêvé et pour laquelle il a sacrifié sa vie.

Hocine Aït Ahmed reconnaissait le rôle positif de la colonisation, réfugié en Suisse. Il déclarait, dans le numéro de juin 2005 de la revue Ensemble, organe de l’Association culturelle d’éducation populaire : « Chasser les pieds-noirs a été plus qu’un crime, une faute car notre chère patrie a perdu son identité sociale. » Il ajoutait : « N’oublions pas que les religions, les cultures juives et chrétiennes se trouvaient en Afrique bien avant les arabo-musulmans, eux aussi colonisateurs, aujourd’hui hégémonistes. Avec les pieds-noirs et leur dynamisme – je dis bien les pieds-noirs et non les Français -, l’Algérie serait aujourd’hui une grande puissance africaine méditerranéenne. Hélas ! Je reconnais que nous avons commis des erreurs politiques et stratégiques.
Il y a eu envers les pieds-noirs des fautes inadmissibles, des crimes de guerre envers des civils innocents et dont l’Algérie devra répondre au même titre que la Turquie envers les Arméniens. »
« Du temps de la France, l’Algérie, c’était le paradis ! »

Je suis totalement certain que « ses » paroles ne seront pas reconnues lors des manifestations populaires qui lui rendront hommage ce 1er janvier 2016 !



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 20953
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Histoire de l'Algérie

Message non lu par yacoub » mar. 13 mars 2018 16:44





Répondre