APPEL DU 18 JUIN 2009 - CONTRE L'ISLAMISATION DE LA FRANCE ...

Expériences et témoignages des apostats de l'islam mais aussi des convertis à une autre religion - leur histoire - les problèmes rencontrés dans leur vie de tous les jours - Soutien et aide. Pour les tous "mécréants" qui subissent les attaques des musulmans orthodoxes - Racontez nous votre expérience...
Avatar du membre
Georges
Général de division Virtuel
Général de division Virtuel
Messages : 7037
Enregistré le : lun. 1 mai 2006 08:00
Gender :
Status : Hors ligne

Re: APPEL DU 18 JUIN 2009 - CONTRE L'ISLAMISATION DE LA FRANCE ...

Message non lu par Georges » dim. 13 janv. 2019 16:43

Dernier message de la page précédente :

Ils adorent les rebelles libyens, syriens ou iraniens mais traitent les rebelles français de...nazis !!!
Ils adorent les rebelles libyens, syriens ou iraniens mais traitent les rebelles français de...nazis !!!

Ah qu'il est beau ce spectacle que donnent ces jours-ci les intellocrates français ! Vous savez, ceux qui sont toujours prompts à soutenir les rebelles des pays du Sud ou qui incitent leurs gouvernements à les soutenir militairement.
Et vas-y que je te démolisse KHADAFI en Lybie en appuyant ses opposants grâce à mes avions Rafale ! Et vas-y que j'intervienne en Syrie pour permettre aux rebelles d'abattre Bachar EL-ASSAD ! Ou que je renverse Laurent GBAGBO en Côte d'Ivoire ou bloque une tentative de coup d'état au Gabon contre mon fidèle ami Ali BONGO etc...etc...

Or, ne voilà-t-il pas qu'une révolte secoue la France depuis bientôt un mois et demi ! Que ça pète de partout. Que des autoroutes sont bloquées, des radars détruits, des magasins pillés et des voitures incendiées sans compter un nombre important de blessés à cause de l'usage disproportionné du flash-ball par les forces de l'ordre. BHL (Bernard HENRY-LEVY), l'ange gardien de tous les rebelles du Tiers-Monde, va-t-il a apporter son soutien au "Gilets Jaunes" ?

Que nenni !

Depuis son ryad (palais) de Marrakech, il les traite de "Gilets bruns" et parle de "nuit des petits couteaux". En clair, les types qui râlent parce que le 10 du mois, leur frigo est vide sont, aux yeux du philosophe de plateaux-télés, des...nazis. Quant à Luc FERRY, l'ex-ministre de l'Education nationale, il appelle la police à faire feu sur les "manifestants violents" et réclame même l'intervention de...l'armée comme si la 5è puissance économique mondiale n'était qu'une vulgaire république bananière.

Et tous de s'y mettre dans ce concert de dénonciations : journalistes, intellectuels, artistes, grands patrons et tous ceux qui paradent à la télé du 1er janvier au 31 décembre. Ces messieurs-dames ont la trouille de perdre leurs avantages matériels et leur suprématie sociale. Une trouille bleue ! Alors ils voient dans les Gilets jaunes une émanation tantôt de l'extrême-droite tantôt de l'extrême-gauche "avec une pincée de racaille de banlieue", comme l'a précisé sur BFMTV un conard de député de droite.

Et si la Syrie ou l'Iran apportaient leur aide aux rebelles français ? MDR...

(Il n'y a qu'Alain FINKIELKRAUT, autre philosophe télévisuel (on a l'agora qu'on peut !), pour approuver les Gilets jaunes. Nous avons interrogé notre petit doigt pour savoir la raison de cette voix discordante. Ce dernier nous a répondu : "Il s'agit d'une révolte bleu-blanc-rouge, pas black-blanc-beur ! Et les banlieues sont très peu partie prenantes du mouvement". Sacré FINKIELCHOUCROUTE va !)...



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21855
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: APPEL DU 18 JUIN 2009 - CONTRE L'ISLAMISATION DE LA FRANCE ...

Message non lu par yacoub » sam. 6 juil. 2019 11:20




Avatar du membre
Georges
Général de division Virtuel
Général de division Virtuel
Messages : 7037
Enregistré le : lun. 1 mai 2006 08:00
Gender :
Status : Hors ligne

Re: APPEL DU 18 JUIN 2009 - CONTRE L'ISLAMISATION DE LA FRANCE ...

Message non lu par Georges » mer. 18 sept. 2019 14:16

Fondation de l'Islam : Chevènement dit oui
FONDATION POUR L'ISLAM de France. Jean-Pierre Chevènement devrait accepter, malgré les critiques, de présider cette institution censée oeuvrer à une meilleure intégration de l'islam dans la République.

1 / 3
Paris, dimanche. Jean-Pierre Chevènement est pressenti pour présider la Fondation pour les œuvres de l’islam de France : « C’est une bonne réponse à la poussée du terrorisme, conforme à l’intérêt des musulmans aussi bien qu’à l’intérêt de la France. » (LP/Yann Foreix.)
Par Propos recueillis par J Annick Alimi @JannickAlimi1
Le 15 août 2016 à 07h00

Le nom de Jean-Pierre Chevènement, 77 ans, a été avancé — et aussitôt contesté — le 3 août par François Hollande pour présider la Fondation pour les oeuvres de l'islam de France, un projet mis sur les rails en 2005 par Dominique de Villepin et que le gouvernement de Manuel Valls souhaite relancer et mettre en place d'ici à la fin de l'année. Son but : mieux intégrer l'islam dans la République. Dès 1999, Chevènement, alors ministre de l'Intérieur du gouvernement Jospin, avait lancé une grande consultation sur le sujet qui n'avait pu aboutir. Tenant d'une laïcité républicaine, il nous dévoile ses projets et sa vision de l'islam de France.
LA PRÉSIDENCE DE LA FONDATION

Vous êtes pressenti pour présider la Fondation pour les oeuvres de l'islam de France. Allez-vous accepter ?

JEAN-PIERRE CHEVÈNEMENT. Dès le début de cette année, nous avons eu, Bernard Cazeneuve, son cabinet et moi-même, plusieurs réunions sur le sujet. Car, dès 1999, j'avais, comme ministre de l'Intérieur, lancé une grande consultation sur l'islam de France. Le ministre de l'Intérieur m'a adressé une lettre le 26 avril, me proposant — et je pense qu'il n'a pas fait cette proposition sans l'avoir évoquée avec le Premier ministre et le président de la République — la présidence de cette fondation qui n'est pas encore constituée. J'apprécie beaucoup Bernard Cazeneuve pour sa modération, sa détermination, sa parole toujours maîtrisée.

Vous allez donc dire oui ?

Il s'agit d'une tâche d'intérêt public car les 4,1 millions de musulmans que compte la France doivent pouvoir exercer leur culte mais dans le respect de la laïcité et des principes de la République. Cette mission est tellement d'intérêt public qu'aucun responsable ne peut s'y dérober. Je ne m'y déroberai donc pas sauf si ma nomination devait entraîner des problèmes insolubles qui me forceraient à me retirer. Je dis à un certain nombre d'hommes politiques de l'opposition : il en va de l'intérêt du pays que cette fondation, d'ailleurs mise en place en 2005 sous la présidence de Jacques Chirac, puisse enfin fonctionner. Comme le dit Omar Sy, nous portons tous le maillot bleu de l'équipe de France.

Certains critiquent le fait que vous soyez une personnalité politique et un non-musulman...

Ce que l'on me propose est la présidence de la Fondation pour les oeuvres de l'islam de France qui a une vocation d'intérêt général, et non de l'association cultuelle qui y sera adossée. Le futur président de la Fondation ne sera pas chargé de promouvoir l'islam. Je n'y ai aucun titre, je ne suis pas musulman, je suis un républicain laïc. La laïcité n'est pas tournée contre la religion, elle libère la spiritualité de toute emprise de l'Etat. Je n'entends nullement m'immiscer dans la sphère du religieux.
SON PROGRAMME

Le moment est-il bien choisi pour relancer l'idée de cette fondation ?

L'émergence d'un islam de France compatible avec la République représente une oeuvre de longue haleine d'autant plus nécessaire aujourd'hui que des courants salafistes se développent partout dans le monde, y compris en France depuis une quinzaine d'années, mettant à leur merci certains jeunes à l'esprit fragile. C'est une bonne réponse à la poussée du terrorisme, conforme à l'intérêt des musulmans, aussi bien qu'à l'intérêt de la France.



Avatar du membre
marmhonie
Police Militaire Virtuel
Police Militaire Virtuel
Messages : 809
Enregistré le : dim. 29 janv. 2017 22:30
Gender :
Status : Hors ligne

Re: APPEL DU 18 JUIN 2009 - CONTRE L'ISLAMISATION DE LA FRANCE ...

Message non lu par marmhonie » ven. 20 sept. 2019 20:21

Chevènement est un politicard remis en selle par Macron pour faire monter la révolte vers Marine Le Pen qu'il compte retrouver au second tour des Présidentielles de 2022 pour laquelle Macron est déjà en campagne.
Il va reproposer, moi ou l'apocalypse.
Sauf que cette fois Marine peut très bien passer, parce que Macron tue et massacre les gilets jaunes. Il joue avec le feu.
🔥🔥🔥



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21855
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: APPEL DU 18 JUIN 2009 - CONTRE L'ISLAMISATION DE LA FRANCE ...

Message non lu par yacoub » dim. 22 sept. 2019 14:20

Image


Image



Avatar du membre
Georges
Général de division Virtuel
Général de division Virtuel
Messages : 7037
Enregistré le : lun. 1 mai 2006 08:00
Gender :
Status : Hors ligne

Re: APPEL DU 18 JUIN 2009 - CONTRE L'ISLAMISATION DE LA FRANCE ...

Message non lu par Georges » sam. 30 nov. 2019 03:21

Selon l’Union internationale des oulémas musulmans, la France est le plus grand ennemi de l’Islam
Sur son site internet personnel, le président de l’UIOM, Ahmed Raïssouni, a publié un article portant le titre « La France, le plus grand ennemi de l’Islam ».

Selon l’Union internationale des oulémas musulmans, la France est le plus grand ennemi de l’Islam



L’Union internationale des oulémas musulmans (UIOM) a accusé la France en raison des attaques racistes perpétrées contre les musulmans en Europe.

Sur son site internet personnel, le président de l’UIOM, Ahmed Raïssouni, a publié un article portant le titre « La France, le plus grand ennemi de l’Islam ».

Selon Raïssouni, la totalité des harcèlements racistes, politiques, légaux et sociaux contre les musulmans en Europe, a été « inventée » et « testée » avant tout par la France, pour « être exportée » par la suite vers les autres pays européens.

Il a rappelé que de nombreux pays et régimes combattent les musulmans sous prétexte de lutte contre l’extrémisme et le terrorisme. Pour Raïssouni, la France est en guerre ouverte contre l’Islam.

Le président de l’Union a également indiqué que de nombreuses mosquées ont été fermées en Europe et que ceux souhaitant ouvrir ces mosquées ont été confrontés à la France en tant qu’obstacle. Il a notamment affirmé que la France considérait encore l’Afrique comme une colonie sous sa tutelle et qu’elle tentait ainsi de mettre fin aux activités islamiques sur ce continent.


"La où l'islam passe, la civilisation trépasse" Ibn Khaldoun
"l' islam est une loi pour les pourceaux" Ibn Roshd
"Je suis le prophète du carnage. Je suis le rieur sanglant" Mahomet
"le paradis est à l' ombre des épées" Mahomet
Les peuples non civilisés sont condamnés à rester dans la dépendance de ceux qui le sont.
Et la civilisation, c'est l'Occident, le Monde Moderne, dont la Turquie doit faire partie si elle veut survivre.
Mustafa Kemal, discours de 1928

https://www.facebook.com/georges.hulot.18

Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21855
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: APPEL DU 18 JUIN 2009 - CONTRE L'ISLAMISATION DE LA FRANCE ...

Message non lu par yacoub » sam. 30 nov. 2019 15:31

Le rôle de l’État n’est pas de réformer l’islam, mais de protéger la laïcité

Image

Publié dans le journal Le Monde le 18 décembre 2018


Pour expliquer le phénomène du fondamentalisme et de l’islamisme, la thèse sociologique pointant les difficultés sociales, politiques et économiques est celle qui a la plus d’écho en France. Selon ses adeptes, ces difficultés ne favoriseraient pas l’intégration des musulmans dans la société française, situation qui les conduirait à se réfugier dans le salafisme et le radicalisme. Ainsi parce que la cause est d’ordre socioéconomique, la solution résiderait dans une action sociale et politique. Cette thèse sociologique explique un phénomène qui n’est pas spécifique à la France par des éléments qui lui sont spécifiques. En limitant son champ de recherche à la France, elle ne peut présenter une explication fiable aux phénomènes du fondamentalisme et du radicalisme islamiques ni proposer des modalités de prévention efficaces.

L’analyse du phénomène du fondamentalisme et du salafisme dans sa réalité globale et historique réfute la thèse sociologique

L’analyse du phénomène du fondamentalisme et du salafisme dans sa réalité globale et historique réfute cette thèse sociologique. Elle montre que ce phénomène n’est pas nouveau ; il remonte aux premiers siècles de l’islam. Il est dû à des doctrines et des concepts mis en place par les musulmans comme réponses aux questions importantes qui les préoccupaient. Ces doctrines et concepts ont fini par s’imposer et à marquer ainsi l’islam, la manière de le comprendre et de le pratiquer.
Au début du XXème siècle, pour se protéger contre un Occident jugé menaçant pour l’islam et pour contrer les réformateurs modernistes, le discours fondamentaliste et salafiste dominant l’islam est devenu plus virulent. Ses adeptes ont fini par gagner, encore une fois, la bataille intellectuelle qui les opposait à leurs adversaires. Cependant, la révolution numérique qui a aboli les frontières géographiques et culturelles ne leur a pas donné le temps de savourer leur victoire ; elle a fait de l’isolement qu’ils ont choisi pour protéger leur religion et leurs traditions une chose impossible, ce qui a créé chez eux un sentiment de panique. Leur discours s’est alors davantage radicalisé et a pris une forme de combat s’inscrivant dans la vague de réislamisation des musulmans, jugés trop éloignés de vrai islam celui des salafs, c’est-à-dire les anciens ; lancée par les wahhabites au XIIIe, cette vague à pu se répandre grâce aux dollars du pétrole. Le phénomène du fondamentalisme et du salafisme qui a traversé la Méditerranée a créé le problème de l’intégration des musulmans en Occident. Ce dernier est donc d’avantage une cause qu’une conséquence du phénomène du fondamentalisme, du salafisme et du radicalisme même s’il utilise ce problème d’intégration qu’il a lui-même engendré pour se nourrir et se renforcer et même s’il profite du désarroi de la jeunesse pour les envoyer à la mort.

Le travail doit se faire avant tout sur le terrain de l’islam.

Ainsi, toute procédure de lutte et de prévention œuvrant uniquement dans le domaine social n’est que du bricolage et une perte de temps. Pour assécher profondément et durablement le terrain favorable au fondamentalisme et au radicalisme islamiques, le travail doit se faire avant tout sur le terrain de l’islam. Autrement dit œuvrer à une réforme de l’islam afin de proposer aux musulmans, à partir des mêmes textes, un islam nouveau adapté à l’époque actuelle. Cette réforme est nécessaire afin de mettre fin à l’écartèlement des musulmans entre le présent, auquel ils appartiennent, et le passé, auquel ils pensent devoir appartenir. Cet état psychologique en pousse beaucoup vers le fondamentalisme et vers le radicalisme pour se protéger ainsi que leur religion. Certains voient dans la violence le meilleur moyen pour forcer l’adhésion de tous à leur projet de société. A souligner que le phénomène de Daech a fait que beaucoup, qui ne veulent pas quitter leur religion, sont également dans le désarroi et se posent des questions au sujet de l’islam ; eux aussi réclament cette réforme. C’est pour cela que la réforme de l’islam est une question de responsabilité envers les musulmans eux-mêmes avant d’être une responsabilité envers les autres.

Une réforme de l’islam ne se fera pas en France indépendamment des autres pays musulmans

Une véritable réforme est celle qui interroge l’islam en tant que religion et non celle qui s’intéresse à la gestion du culte musulman en France. C’est celle qui est orientée vers l’avenir et non celle qui est tournée vers le passé. C’est celle qui passe inévitablement par la réhabilitation de la pensée créatrice et rationnelle qui permettra à la pensée musulmane de se libérer de l’emprise de l’épistémologie salafiste qui considère que la vérité n’existe que dans le passé. C’est la défaite de cette pensée qui a bloqué la réflexion dans le domaine de l’islam et a permis au fondamentalisme et au salafisme de s’installer confortablement dans les esprits. C’est cette défaite qui empêche les musulmans encore aujourd’hui de questionner l’islam en profondeur. Les nombreuses conditions qu’ils s’imposaient limitaient l’activité de leur pensée donc de leur réforme. Aujourd’hui encore, certains comme Youcef el Qaradaoui veulent cette réforme limitée. Ils appellent à une jurisprudence ( fiqh) des minorités. Cela revient à dire d’une part que la réforme ne concerne que les questions secondaires relatives aux modalités de la pratique des règles de l’islam et non les règles en elles-mêmes, et d’autre part que cette réforme concerne uniquement les musulmans qui sont en situation de minorité notamment les musulmans d’Occident ; ils ne croient donc pas à une nécessité de changement réel de l’islam. La réforme de l’islam n’est pas une dérogation pour les musulmans d’Occident, elle concerne tous les musulmans, car elle concerne l’islam. C’est pour cela qu’une réforme de l’islam en France, qui créerait un islam spécifique à la France qui serait républicain et moderne alors que dans les autres pays il resterait traditionnel et archaïque, est une utopie.

La réforme de l’islam est avant tout un travail intellectuel qui revient aux musulmans

Si cette réforme de l’islam est avant tout un travail intellectuel qui revient aux islamologues musulmans, cela ne veut pas dire qu’elle doit se dispenser d’une action sociale. Aucune réforme de l’islam ni des sociétés musulmanes ne peut réellement se réaliser sans notamment un travail éducatif qui apprend à l’individu que d’autres manières de concevoir la religion, le monde et la relation avec l’autre sont possibles.
Ce travail éducatif est nécessaire à condition qu’il vienne en complément de la réforme, car en absence de celle-ci les conséquences peuvent aller à l’encontre des objectifs de cette même éducation. Inculquer aux jeunes musulmans les valeurs modernes et continuer de leur proposer en même temps un islam dont la version remonte au VIIe siècle et dont le discours va à l’encontre de ces mêmes valeurs modernes accentuera leur trouble les poussant à se retourner contre cette même modernité.

Le rôle de l’État n’est pas de réformer la religion mais de protéger la laïcité

La réforme de l’islam n’est pas une décision politique. Le rôle de l’État n’est pas de réformer l’islam, mais de protéger la laïcité. La République Française ne peut être forte qu’avec la consolidation de ce principe, car tout d’abord elle repose sur des valeurs : égalité, justice et liberté qui ne peuvent se concrétiser que dans un système où l’État est neutre sauf à se détourner de ces mêmes valeurs. Ensuite, parce que la France est un pays multiconfessionnel et multiculturel, ce n’est qu’en renforçant la laïcité qu’elle peut garantir sa stabilité sociale et politique. Ce qui procurera à la France sa force et sa grandeur, c’est son expérience dans le domaine de la laïcité, expérience qui lui donnera de l’avance par rapport à beaucoup d’autres pays, car avec le déplacement massif des populations et les moyens de transports qui rapprochent les peuples, nous vivrons de plus en plus dans des sociétés multiconfessionnelles. La séparation entre le politique et le religieux sera alors l’ultime solution, non seulement en France, mais dans tous les pays qui aspirent à une paix politique et sociale y compris les pays musulmans. Non seulement parce que les individus qui appartiennent à ces pays ne sont tous pas musulmans, mais aussi parce qu’au sein de l’islam il y a plusieurs islams qui provoquent des affrontements et des hostilités dont les musulmans doivent se passer. La laïcité est difficile à mettre en œuvre car elle est une étape dans la maturité qu’une très grande majorité de l’humanité n’a pas encore atteint.

Razika Adnani
Razika Adnani

Écrivain, philosophe et islamologue. Elle est membre du conseil scientifique de centre civique d'étude du fait religieux CCEFR, membre du Conseil d’Orientation de la Fondation de l'islam de France, membre du groupe d'analyse de JFC Conseil et Présidente Fondatrice des Journées Internationales de Philosophie d'Alger.
Image



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21855
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: APPEL DU 18 JUIN 2009 - CONTRE L'ISLAMISATION DE LA FRANCE ...

Message non lu par yacoub » sam. 7 déc. 2019 12:40

« La nature d’une civilisation, c’est ce qui s’agrège autour d’une religion.
Notre civilisation est incapable de construire un temple ou un tombeau.
Elle sera contrainte de trouver sa valeur fondamentale, ou elle se décomposera.
C’est le grand phénomène de notre époque que la violence de la poussée islamique.
Sous-estimée par la plupart de nos contemporains, cette montée de l’islam est analogiquement comparable aux débuts du communisme du temps de Lénine.
Les conséquences de ce phénomène sont encore imprévisibles.
A l’origine de la révolution marxiste, on croyait pouvoir endiguer le courant par des solutions partielles.
Ni le christianisme, ni les organisations patronales ou ouvrières n’ont trouvé la réponse.
De même aujourd’hui, le monde occidental ne semble guère préparé à affronter le problème de l’islam.
En théorie, la solution paraît d’ailleurs extrêmement difficile. Peut-être serait-elle possible en pratique si, pour nous borner à l’aspect français de la question, celle-ci était pensée et appliquée par un véritable homme d’État.
Les données actuelles du problème portent à croire que des formes variées de dictature musulmane vont s’établir successivement à travers le monde arabe. Quand je dis « musulmane », je pense moins aux structures religieuses qu’aux structures temporelles découlant de la doctrine de Mahomet. Dès maintenant, le sultan du Maroc est dépassé et Bourguiba ne conservera le pouvoir qu’en devenant une sorte de dictateur.
Peut-être des solutions partielles auraient-elles suffi à endiguer le courant de l’islam, si elles avaient été appliquées à temps.
Actuellement, il est trop tard ! Les « misérables » ont d’ailleurs peu à perdre.
Ils préféreront conserver leur misère à l’intérieur d’une communauté musulmane. Leur sort sans doute restera inchangé. Nous avons d’eux une conception trop occidentale. Aux bienfaits que nous prétendons pouvoir leur apporter, ils préféreront l’avenir de leur race. L’Afrique noire ne restera pas longtemps insensible à ce processus. Tout ce que nous pouvons faire, c’est prendre conscience de la gravité du phénomène et tenter d’en retarder l’évolution. »

André Malraux, le 3 juin 1956.

Et comme nous avons désagrégé notre civilisation et que nous en sommes fiers et que parallèlement nous refusons de combattre l’islam au nom de nos valeurs devenues folles, et que nous accompagnons un transfert de populations dans des proportions jamais atteintes au cours de l’histoire, il est évident que l’Europe Occidentale vit ses derniers moments, sauf si les peuples européens se réveillent et bloquent brutalement le processus initié par leurs « élites » politiques.

Dans le cas contraire, la démographie musulmane aura raison de la démocratie et la fameuse laïcité sera balayée comme un fétu de paille, mais avant cela, beaucoup de sang aura coulé, participant à la stratégie de l’intimidation et tétanisant la grande masse des occidentaux à soutenir les insolents et francs tireurs voulant s’opposer à ce suicide.
Bien au contraire, les résistants subissent la coercition via les appareils judiciaires et médiatiques afin de les offrir comme cibles aux éléments guerriers de l’islam et ainsi décourager d’autres éventuels volontaires.(D.D.).



Répondre