L'appel au djihad contre la Suisse de Kadhafi

Expériences et témoignages des apostats de l'islam mais aussi des convertis à une autre religion - leur histoire - les problèmes rencontrés dans leur vie de tous les jours - Soutien et aide. Pour les tous "mécréants" qui subissent les attaques des musulmans orthodoxes - Racontez nous votre expérience...
Avatar du membre
Maried
Colonel Virtuel
Colonel Virtuel
Messages : 5875
Enregistré le : mer. 2 sept. 2009 15:19
Gender :
Status : Hors ligne

Re: Emission télé suisse romande

Message non lu par Maried » mar. 20 nov. 2012 14:58



"Qui n'empêche pas le mal le favorise"
Cicéron
_________________________________________________
ImageImageImage
ImageImage


Avatar du membre
Maried
Colonel Virtuel
Colonel Virtuel
Messages : 5875
Enregistré le : mer. 2 sept. 2009 15:19
Gender :
Status : Hors ligne

Re: Les Proies : dans le Harem de Kadhafi

Message non lu par Maried » mer. 28 nov. 2012 18:07



"Qui n'empêche pas le mal le favorise"
Cicéron
_________________________________________________
ImageImageImage
ImageImage

Avatar du membre
Proust
Major Virtuel
Major Virtuel
Messages : 2073
Enregistré le : lun. 2 juil. 2012 14:06
Gender :
Status : Hors ligne

Re: Les Proies : dans le Harem de Kadhafi

Message non lu par Proust » ven. 30 nov. 2012 09:59

Il semble que c'est un hoax, je n'ai pas trouvé confirmation de cette information.
Kadhafi et l'ambassadeur des USA ont été sodomisés par des Libyens, sans que les auteurs de ces viols soient punis.


Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n'est pas victime ! Il est complice.
George Orwell.

Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21116
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Les Proies : dans le Harem de Kadhafi

Message non lu par yacoub » dim. 2 déc. 2012 10:15

Image




Avatar du membre
Maried
Colonel Virtuel
Colonel Virtuel
Messages : 5875
Enregistré le : mer. 2 sept. 2009 15:19
Gender :
Status : Hors ligne

Re: Emission télé suisse romande

Message non lu par Maried » ven. 21 déc. 2012 17:19



"Qui n'empêche pas le mal le favorise"
Cicéron
_________________________________________________
ImageImageImage
ImageImage

Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21116
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Les Proies : dans le Harem de Kadhafi

Message non lu par yacoub » dim. 7 avr. 2013 19:30

  • « Personne n'aime le colonel »

    par Daniel Pipes


    http://fr.danielpipes.org/8830/personne ... le-colonel

    Version originale anglaise: "No One Likes the Colonel"
    Adaptation française: Anne-Marie Delcambre de Champvert

    Même après ses nombreuses années au pouvoir, le colonel libyen Mouammar al-Qadhdhafi continue d'exercer sa volonté politique à un rythme effréné. Les derniers efforts incluent: quasiment paralyser la campagne de réélection du Président Carter par des paiements au frère Billy ; déclarer l'union politique avec la Syrie; fournir un soutien à l'Iran peu après l'attaque de l'Irak ; accuser l'Arabie saoudite de le mettre lui- "sous occupation américaine" (provoquant une rupture dans les relations); monter une guerre des nerfs contre les avions de reconnaissance américains près de la côte libyenne, menacer Malte, à propos des plates-formes d'exploration pétrolière dans les eaux contestées; donner des pots de vin au gouvernement de Chypre pour qu'il accepte un émetteur pour la radio libyenne ; et transporter des troupes libyennes au sud du Tchad pour contrôler le pays et imposer l'union politique. Plus récemment, Qadhdhafi a été lié à la flambée de violence émanant d' un groupe de musulmans dans le nord du Nigeria qui a laissé plus de 100 morts.

    Ce ne sont que les derniers détails d'un grand plan pour la Libye. Qadhdhafi s'est impliqué dans tous les conflits du Moyen-Orient, dans les causes musulmanes aussi loin que les Philippines, et dans la «libération» des mouvements dans le monde entier. La Libye a un rôle clé dans l'OPEP, constitue un arsenal d'armes soviétiques, et aspire à des armes nucléaires à lui. De telles actions n'ont pas été sans conséquences ; elles ont fait de la Libye, un pays de trois millions de personnes, une force puissante inattendue dans le monde.

    Rôle de Qadhdhafi

    Et Qadhdhafi peut s'en attribuer le mérite. Avant la découverte du pétrole en 1959, la Libye était un état rudimentaire, politiquement dépendant de l'aide américaine et britannique et dépendant économiquement d'une main-d'œuvre non qualifiée avec un revenu annuel par habitant de 30 $. Le roi Idris de Libye a échoué à extorquer un quelconque pouvoir politique et économique en échange du pétrole du pays, et donc quand Qadhdhafi a pris le pouvoir dans un coup d'Etat sans effusion de sang le 1er Septembre 1969, il a hérité d'un état endormi, sans ambitions internationales. Qadhdhafi n'a pas perdu de temps à marquer le pays de sa personnalité. En quelques mois, le nouveau souverain s'est senti assez sûr pour mettre en place une constitution provisoire, pour défier le contrôle des compagnies pétrolières sur la production de pétrole et les prix, et pour expulser les Britanniques et les Américains de leurs bases libyennes.

    Grisé par ces premiers succès, Qadhdhafi s'est plongé dans les affaires internationales et du jour au lendemain la Libye s'est transformée en un acteur important sur la scène mondiale. Le nouveau pouvoir de la Libye découlait entièrement de son pétrole, sans lequel son influence ne serait pas plus grande que celle , disons, du Tchad ou du Niger. Pourtant, des milliards de dollars de pétrole à eux seuls ne rendent pas compte de la force libyenne: le Koweït et Abou Dhabi profitent de revenus comparables à ceux de la Libye, mais jouent des rôles moindres dans la politique internationale; leurs dirigeants manquent de dynamisme qui les pousse à se battre. Ils manquent de ce sens de mission qu'a Qadhdhafi.

    Il a vraiment une mission. Malgré sa réputation d'excentrique, même de fou, Qadhdhafi a suivi une politique cohérente pendant douze ans. Il a trois passions: l'islam et l'arabisme ; les conseils du peuple et le socialisme islamique : et l'agitation révolutionnaire. Un profond patriotisme comme musulman et Arabe définit l'identité de Qadhdhafi. Il n'a cessé de faire progresser la cause de l'Islam, que ce soit en imposant des règles islamiques en Libye, en exhortant les musulmans à faire de même ailleurs, ou en aidant les musulmans en conflit avec les non-musulmans. Les Arabes, parce qu'ils parlent la langue du Coran, ont une place particulière dans l'islam et servent comme modèles pour les autres musulmans. L'unité arabe est la première étape de la fraternité islamique.

    Qadhdhafi combat avec une inlassable hostilité tout ce qui entrave l'islam ou l'arabisme. Il ne peut pas pardonner aux Européens d'avoir colonisé tellement de pays musulmans et de leur imposer ce qu'il considère comme leur faiblesse, des pratiques malhonnêtes. Il condamne les Etats-Unis pour exploiter économiquement les musulmans et il considère Israël comme l'aboutissement de l'impérialisme occidental - pas seulement le contrôle politique d'un territoire, mais sa colonisation par les Européens et l'expulsion qui suivi , de ses habitants musulmans. La persistance d'Israël symbolise l'impuissance des Arabes et des musulmans, en raison de leurs divisions internes. La destruction d'Israël sera à la fois le catalyseur et le symbole de l'unité arabe et musulmane.

    Pour conduire les affaires publiques en Libye et dans le monde, Qadhdhafi a développé une idéologie politique qui lui est propre. Il estime que les conseils du peuple et le socialisme islamique proposé dans ses Green Books ( livres verts) peuvent résoudre les éternels problèmes de la répartition du pouvoir et des richesses. Ni démocratiques bourgeoises, ni marxistes autoritaires, ni capitalistes ni communistes, ses idées constituent une «troisième théorie». Depuis l'introduction de sa troisième voie en 1973, Qadhdhafi a de plus en plus insisté sur son application en Libye et dans d'autres pays où il exerce une influence; son enthousiasme pour les « livres verts » peuvent maintenant éclipser même sa dévotion au Coran. C'est ce qui explique la réglementation de plus en plus imprévisible sur l'Islam qui émane de la Libye (comme le changement dans la première année du calendrier islamique de 622 après Jésus-Christ , à 632). Bien que l'antipathie de Qadhdhafi à la fois pour le capitalisme et le communisme pourrait impliquer une attitude neutre à l'égard des grandes puissances, en fait, il favorise le bloc soviétique, car pour lui l'Occident est associé avec le colonialisme et le soutien à Israël, tandis que l'Union soviétique arme et aide le gouvernement de Qadhdhafi.

    Qadhdhafi de temps en temps parle de la situation des minorités musulmanes dans les pays communistes, notamment en Yougoslavie et en Bulgarie. Il n'a pas discuté publiquement des musulmans dans l'Union soviétique, cependant, même si des rapports ont circulé selon lesquels il avait évoqué ce sujet lors d'une réunion de 1977 avec Brejnev à Moscou: "Brejnev aurait évoqué la possibilité d'ouvrir un consulat soviétique à Benghazi, sur quoi Kadhafi a déclaré que tout irait bien si la Libye pourrait en ouvrir un à Tachkent. Lorsque Brejnev a demandé pourquoi Tachkent, Kadhafi a cité l'épargne, parce que je crois savoir qu'il y a beaucoup de musulmans dans cette partie de la Russie [sic] et je voudrais prendre soin de eux. La question n'a jamais été soulevée de nouveau. "

    Enfin, Qadhdhafi est attiré par l'agitation révolutionnaire; par tempérament, il ne peut supporter la tranquillité. Dans sa vie privée, dans la vie politique libyenne, dans le monde entier, Qadhdhafi crée constamment l'agitation, bouleverse le statu quo, et se complaît dans l'action pour elle-même. Aucun dirigeant n'a démissionné autant de fois, tenté si souvent de s'unir avec d'autres États, ou s'est mêlé de façon si irresponsable au monde entier. Cette inclination personnelle va bien pour expliquer l'effervescence de la politique libyenne depuis 1969.

    Traduisant ces principes en action, Qadhdhafi aide les musulmans contre les non-musulmans, les Arabes contre les non-Arabes, les révolutionnaires contre le statu quo, les républicains contre les monarques, et absolument n'importe qui qui hait Israël.

    Des choix difficiles ne se posent que rarement. L'Algérie révolutionnaire soutient la création d'un nouvel Etat arabe indépendant du Sahara occidental par le Polisario; le Maroc monarchique se bat pour y inclure le Sahara occidental au sein de ses frontières. Qadhdhafi a hésité pendant des mois ; tandis qu'il désapprouve de diviser le monde arabe encore plus par la création d'un nouvel état, il sympathise instinctivement avec le Polisario. En fin de compte, Qadhdhafi a suivi ses émotions et de la Libye depuis plusieurs années a fourni la plupart des matériels du Polisario. Le soutien au gouvernement éthiopien à partir de 1975 contre les sécessionnistes érythréens signifiait également faire passer les émotions devant l'idéologie. Mais de tels dilemmes ont été rares, car la plupart du temps, les préférences Qadhdhafi ont été totalement prévisibles.

    Activités mondiales

    En effet, la qualité bizarre des actions de Qadhdhafi résulte de sa certitude absolue et de sa constance. Il est complètement déterminé et engagé ; il a une vision de la vérité et fait tout ce qui est en son pouvoir pour la faire avancer. Le colonel, par exemple, encourage toute mesure contre Israël, s'opposant à l'Etat juif dans tous les forums internationaux, même inopportune, incluant le terrorisme, sans scrupule, et même proposant des plans tels que le torpillage du paquebot Queen Elizabeth II comme il transportait des Juifs en Israël pour célébrer le vingt-cinquième anniversaire de ce pays. Il est incontestablement fanatique mais rarement déconcertant, imprévisible, ou sournois.

    À certains égards, Qadhdhafi ressemble à deux autres despotes africains follement excentriques, Idi Amin et de Jean-Bedel Bokassa. Comme eux, il a parrainé une longue liste d'activités malveillantes et grotesques et il se moquait de la désapprobation dans le monde entier. Qui sinon Qadhdhafi déterrerait les os des Italiens enterrés en Libye, construirait un mur de béton de 200-mile pour se protéger d'un voisin (Egypte), ou signerait un traité de défense mutuelle avec la Guinée? Hors du temps il apparaît comme un personnage de l'opéra bouffe ou d'un roman d'Evelyn Waugh.

    Pourtant, il y a plus pour Qadhdhafi. Contrairement à Amin et Bokassa, il ne montre aucun goût pour la barbarie et la cruauté. Depuis 1969, la Libye a été témoins de peu d'atrocités et sa répression est modérée selon les normes mondiales. En fait, les exécutions politiques ne semblent pas avoir eu lieu jusqu'en avril 1977, plus de sept ans après l'arrivée au pouvoir de Qadhdhafi. Bien que la brutalité intérieure ait augmenté en 1980, il est encore très loin des récents ravages en Ouganda, en Afrique centrale, ou en Guinée équatoriale, pour ne rien dire de l'Indochine. En outre, lorsque Amin et Bokassa construisent des cultes farfelus d'autoglorification, Qadhdhafi a une idéologie et des actes en accord avec des principes. Contrairement aux moyens mirobolants d'Amine et de Bokassa, Qadhdhafi vit modestement. Récemment, toutefois, un culte de la personnalité a été érigé autour de Qadhdhafi, parmi d'autres actes d'adoration, il accepte la vénération comme figure de messie de la part des Enfants de Dieu, un mouvement américain fana de Jésus. Enfin, mettre sur le même pied Qadhdhafi avec Amin et Bokassa implique à tort que c'est une figure d'une importance uniquement régionale. Il est beaucoup plus.

    La Libye a un revenu considérable venant du pétrole (à un moment il a atteint 20 milliards de dollars par an), mais une minuscule population non qualifiée d'environ trois millions de personnes. De cette alliance bizarre, Qadhdhafi a mis au point de nouvelles méthodes pour mener une politique aventureuse étrangère fondée non pas sur les ressources humaines, mais sur la richesse et la volonté de puissance. Les efforts pour l'étranger de Qadhdhafi impliquent toujours de donner de l'argent, d'acheter des services étrangers, et l'utilisation énergétique des installations limitées de la Libye.

    Les aides de la Libye vont au gouvernement et aux groupes d'opposition de façon à peu près égale. Plus de quarante gouvernements ont reçu des fonds à des fins non militaires; bien que la plupart d'entre eux soient arabes ou musulmans, Qadhdhafi fait de réels efforts pour atteindre d'autres pays aussi. De l'argent va à des causes humanitaires, comme les soins aux victimes des inondations et tremblement de terre au Pakistan ou l'alimentation des populations frappées par la famine en Somalie. Des sommes plus importantes vont au développement économique, une usine de boulettes au Soudan, et une grande variété de sociétés d'exploitation en commun (sociétés de transport, les entreprises commerciales, les usines, l'agro-industrie). Les bureaux de banque conjoints libyens ont ouvert dans dix-huit pays ; des écoles islamiques, des centres culturels, et des mosquées ont été construits dans le monde musulman avec des fonds libyens. Qadhdhafi a même accordé un prêt pour la construction d'une mosquée aux Black Muslims américains en échange de leur adoption d'une forme moins singulière d'islam.

    Les petits cadeaux gagnent la bonne volonté dans des endroits éloignés. Les pays les plus pauvres en Afrique (Burundi, Madagascar, Rwanda, Togo) reçoivent l'aide au développement, le Sri Lanka a obtenu 1 million de dollars pour accueillir la conférence des pays non alignés de 1977, et Tonga envisage d'étendre la piste principale à l'aéroport Fua'amotu avec 3 millions de dollars de la Libye. Trois gouvernements de gauche au bord de la faillite dans les Caraïbes (Grenade, Guyana, Jamaïque) ont récemment accepté une aide d'urgence, tandis que les clients soviétique plus près de la Libye (Angola, Ethiopie, Yémen du Sud) ont également bénéficié de largesses de la Libye. Les six voisins contigus de la Libye ont tous pris son argent à des fins non militaires, comme l'ont fait tous les pays limitrophes d'Israël.

    L'aide militaire est également largement répartie. Bien que Qadhdhafi ait assuré la France à plusieurs reprises au cours des années 1971-1974 que les avions Mirage libyens n'avaient pas été mis à la disposition de l'Egypte, le président Sadate a révélé plus tard qu'ils l'avaient été. Quand Israël a abattu cinq Mig syriens en Juin 1979, Tripoli a immédiatement proposé de les remplacer. Les troupes turques pourraient avoir utilisé des armes libyennes lors de leur invasion de 1974 de Chypre. Après le traité de paix israélo-égyptien, Qadhdhafi a offert une vaste aide militaire au Soudan quand Ja'far an-Numayri-a rompu avec Sadate. Les Iles Maldives ont reçu deux bateaux équipés d'un radar pour leurs garde-côtes. Quelques armes mises à jour ont fait une grande différence pour les forces armées de pays comme le Burundi, l'Afrique centrale, la Mauritanie et le Niger.

    Qadhdhafi récompense les gouvernements par d'autres moyens également. Il vend du pétrole, même à des prix toujours plus élevés, comme une faveur à être exploité à des fins politiques. Les menaces de boycott du pétrole ont convaincu Ferdinand Marcos des Philippines d' accepter la médiation libyenne dans sa lutte avec les rebelles musulmans. Vendre du pétrole à prix réduit à Malte a gardé Dom Mintoff asservi pendant des années. Un petit geste de générosité occasionnel peut faire une grande impression: Qadhdhafi gagné la faveur du Sri Lanka en payant pour une valeur de quatre ans de thé à l'avance. Les autorités libyennes gagnent aussi de influence en payant le prix fort pour la vaste gamme de biens et services étrangers qu'ils achètent. Lorsque ils achètent des produits tels que l'acier, le ciment, et des denrées alimentaires, qui sont homogènes en qualité et uniformes dans le prix, les responsables libyens choisissent souvent le vendeur qui est le plus politiquement coopératif.

    La Libye a besoin de dizaines de milliers de techniciens, d' éducateurs, de greffiers, d' ouvriers du bâtiment, et de travailleurs non qualifiés; une intense compétition internationale pour fournir ce travail permet à nouveau à Qadhdhafi d'obtenir des concessions politiques. L'Egypte et la Tunisie ont fourni le plus de main-d'œuvre pour la Libye dans les années 1970, mais les crises avec ces deux pays (la paix avec Israël, l'incident Gafsa)ont conduit à une réduction de leurs travailleurs en faveur des travailleurs en provenance de Turquie, Pakistan, Inde et d'autres lieux à l'est . Une telle diversification fait gagner de l'influence et du prestige à la Libye dans de nombreux pays, tout en réduisant sa vulnérabilité, celle de qui n'a qu'un seul fournisseur.

    La Libye investit très peu dans les pays moins développés, préférant les marchés plus gros, plus stables de l'Occident. Ici aussi Qadhdhafi tire parti de la puissance de son argent, mais le plus souvent avec moins de succès. Par exemple, lorsque le journal italien La Stampa a publié une satire sur Qadhdhafi en 1974, Qadhdhafi demandé la démission de son rédacteur en chef juif et a menacé de rompre les relations diplomatiques avec l'Italie, s'il n'était pas satisfait : il ne l'a pas été et la fureur s'est apaisée. Deux ans plus tard, peut-être dans un cas similaire, la Libye a acheté 413 millions de dollars de stock dans Fiat, la société mère de La Stampa.

    Fidèle à son penchant anarchiste, Qadhdhafi soutient autant de nombreux mouvements d'opposition que de gouvernements établis. Ici, la composante musulmane de l'idéologie de Qadhdhafi apparaît plus clairement. Au Tchad, les rebelles musulmans qui ont pris les armes en 1966 contre le gouvernement central dirigé par les chrétiens et les animistes ont reçu une aide importante de Qadhdhafi à partir de 1970. Les sécessionnistes érythréens dépeignent leurs efforts en tant que mouvement musulman afin de gagner une aide libyenne contre le gouvernement central de l'Ethiopie chrétienne. Dans la guerre civile libanaise de 1975-77, Qadhdhafi bien sûr a soutenu la faction la plus musulmane, le Front national. Des sentiments de fraternité musulmane poussent Qadhdhafi à donner un soutien sans bornes à l'OLP. Plus à l'est, il aide les rebelles musulmans de Thaïlande et des Philippines.

    Qadhdhafi soutient aussi des activistes musulmans qui luttent contre les gouvernements dirigés par des musulmans moins zélés. Il aide plusieurs organisations subversives musulmanes en Egypte dans l'espoir que l'une d'elles soit assassinera des personnalités politiques égyptiennes ou réalisera un coup d'Etat. Avant que les relations entre la Libye avec le gouvernement turc ne se soient réchauffées, Qadhdhafi a été accusé d'avoir aidé ses opposants extrémistes musulmans. Les rapports ont dévoilé que Qadhdhafi avait financé le groupe armé qui a repris la Grande Mosquée à La Mecque en novembre 1979; les deux Libyens présents étaient ses agents. Le soutien libyen à l'opposition islamique au Shah a commencé au milieu des années 70, et Qadhdhafi prétend aujourd'hui avoir été le premier dirigeant extérieur à l'Iran à aider Khomeiny. Et dans une démonstration que l'Islam peut être plus important pour Qaddhafi que les alliances géopolitiques, des armes libyennes pour un temps ont été envoyées aux groupes islamistes qui combattent le gouvernement de l'Afghanistan après le coup soutenu par les Soviétiques en avril 1978.

    De nombreux régimes arabes ne répondent pas aux normes de Qadhdhafi, de sorte qu'il a souvent été l'instigateur de coups contre eux. Il a été accusé d'avoir tenté de renverser les gouvernements du Maroc, d'Algérie, de Tunisie, d'Égypte, du Soudan, et de Jordanie et dans de nombreux cas, d'essayer plus d'une fois. Même si le gouvernement libyen généralement a nié toute implication dans ces coups qui avaient échoué, il a parfois dévoilé son jeu alors qu'ils étaient en cours. Le Roi Hassan du Maroc a été près de perdre la vie dans un complot de 1971, date à laquelle Qadhdhafi a placé ses troupes en alerte et annoncé leur disponibilité à aider les rebelles à contester; devant l'intense embarras de la Libye et sa déception, le roi Hasan rapidement reprit le pouvoir. Le complot contre le gouvernement soudanais qui s'est déployé en Juillet 1976 a éclos en Libye, où les conspirateurs ont été formés, armés et logés ; tandis que la tentative de coup d'Etat était en cours, Qadhdhafi envoyait des avions libyens sur Khartoum.

    Les outils d'influence mondiale

    Qadhdhafi étend les aides à pratiquement tous les mouvements séparatistes en Europe occidentale qui se tournent vers lui, y compris les groupes sécessionnistes des îles Canaries, Basques, Nord Irlandais, Écossais Gallois, Bretons, Corses, Sardes. Aider ces rebelles procure à Qadhdhafi une certaine influence ; mais permettre à des groupes hors la loi, presque toujours non-européens d'ouvrir des bureaux, même des sièges, en Libye lui donne encore plus de contrôle.

    Les organisations représentées à Tripoli ont inclus le Front Polisario (Sahara occidental), l'Union démocratique républicaine du Mali, l'armée de résistance tunisienne, le Frolinat (Tchad), les Ansar (Soudan), le Front pour la libération de l'Egypte, le Front de Libération de Palestine, le Front populaire de libération d'Oman et du golfe arabo[persique], l'Arabistan Mouvement de libération (Iran), le Pattani Front de libération nationale (Thaïlande), le Moro Front de Libération (Philippines), ainsi que les mouvements dirigés contre les régimes actuels au Maroc, Mauritanie, et Afghanistan.

    Qadhdhafi finance ces groupes, les arme, et leur donne accès à des camps d'entraînement libyens et à la radio. Parce qu'il peut remporter tout ce qu'il donne, ces organisations révolutionnaires écoutent Qadhdhafi. Cela est devenu évident en décembre 1976, lors de négociations entre le gouvernement philippin et le Moro Front National de Libération ; pour assurer leur succès, Qadhdhafi a pratiquement exclu le Front des pourparlers et est arrivé à un accord en leur nom avec le régime de Manille.

    Qadhdhafi exerce un frein encore plus strict sur les légions étrangères qu'il parraine. Ces trois légions sont composées d'étrangers et même dirigées par des étrangers et elles ont chacune une mission distincte: religieuse, militaire et terroriste. L'Association pour la propagation de l'Islam, fondée en 1970, forme lesprédicateurs musulmans bien disposés à l'égard de l'Islam intolérant de Qadhdhafi et il les envoie à l'étranger avec des fonds suffisants. En 1977, l'Association a envoyé 350 missionnaires, dont deux seulement étaient Libyens ; la plupart d'entre eux ont été envoyés à l'Afrique subsaharienne, ce dernier grand champ de bataille pour les âmes entre chrétiens et musulmans. D'autres ont été envoyés en Malaisie dans une tentative de bouleverser l'équilibre religieux.de ce pays.

    Le Bureau de l'Exportation de la Révolution (connu aussi comme Le Bureau arabe des liaisons) dirige des camps de commando pour étrangers en Libye, six près de la côte méditerranéenne, quatre à la frontière avec la Tunisie, et un dans le cœur du pays, à Sebha. Les Egyptiens, les Tunisiens et des autres Arabes, les Africains subsahariens, les Pakistanais, les Indiens, les Vietnamiens, les Coréens du Nord, et les Européens de l'Ouest participent, mais il n'y a pas de Cubains ou de Soviétiques, et l'organisation est dirigée par des Palestiniens. Les troupes, au nombre de 7.000, sont bien payées, bien formées, très politisées, et obéissent à une discipline stricte. Certains soldats s'inscrivent à l'étranger, mais la plupart, menacés d'expulsion pour être entrés illégalement en Libye à la recherche de travail, préfèrent le service militaire au lieu du Bureau..

    Les soldats des camps se sont souvent aventurés hors de la Libye, pour aider le Front Polisario (via une route du désert baptisée la «piste Qadhdhafi"), occupant la bande d'Aouzou au nord du Tchad, et combattant dans la guerre civile du Tchad. D'autres ont monté un coup au Soudan et assisté trois tyrans africains: Amin, Bokassa, et Francisco Macias Nguemo de la Guinée équatoriale.

    Les troupes tanzaniennes ont menacé de renverser Idi Amin au début de 1979, alors Qadhdhafi a envoyé 1.500 Libyens et des légionnaires en Ouganda. (Avant de quitter la Libye, les soldats ont dit qu'ils étaient envoyés à Malte pour participer aux célébrations marquant le retrait des troupes britanniques.) Lorsque l'aide d'Amin a fondu, ils ont été submergés et les 1.100 survivants ont été capturés. Qadhdhafi a payé les Tanzaniens 40 millions de dollars pour leur retour.

    Le matin du 27 Janvier 1980, trois cents légionnaires, soldats de la Résistance Armée tunisienne ont attaqué la ville de Gafsa dans l'ouest de la Tunisie. Certains avaient voyagé par voie de terre, de la Libye, d'autres avaient pris un vol jusqu'à Alger en provenance de Libye et ils se sont faits passer pour un groupe sportif avant de se rendre à la frontière. La propagande libyenne les avait convaincus que dès qu'ils auraient hissé le drapeau de la révolte, un soutien populaire massif en Tunisie les aiderait à vaincre le régime de Bourguiba. En fait, ils n'ont trouvé aucune sympathie locale et le gouvernement a repris le contrôle facilement.

    Jusqu'en 1975, le gouvernement libyen s'est fondé sur l'indépendance des groupes étrangers pour mener ses missions terroristes. Cette année, la création d'une légion étrangère terroriste, le service spécial des Renseignements, a permis à Qadhdhafi d'initier et de contrôler des détournements, des assassinats, des sabotages et enlèvements. Comme c'est observé dans le Rapport de l'Afrique contemporaine, Qadhdhafi était devenu omniprésent à la mi-1976:

    En plus du projet d'enlèvement d'Abdul Menim Houni à l'aéroport de Rome en Mars, et les complots d'assassinats en Egypte et en Tunisie le même mois, il a été accusé en mai de la planification du sabotage dans le delta du Nil et d'avoir armé les terroristes en Iran. En Juillet, il a été accusé d'avoir orchestré la tentative de coup d'Etat au Soudan et en août, de la responsabilité des attentats en Egypte et pour une attaque contre un avion d'El Al à Istanbul. Toujours en août, Sadate a prétendu que Kadhafi et George Habash du FPLP avaient dirigé le détournement (Entebbe) d'un avion d'Air France à la fin de Juin

    Dans une interview de Juillet 1976, Qadhdhafi a défendu le terrorisme, en faisant valoir que l'utilisation de la force par les peuples opprimés luttant pour leur libération était convenable.

    Qadhdhafi fournit aux terroristes de l'argent, des armes, et de faux documents. Les valises diplomatiques et les câbles de sécurité des ambassades libyennes procurent un réseau inestimable pour les fournitures et l'information. Les Palestiniens qui ont tué onze athlètes israéliens aux Jeux olympiques de Munich en 1972 ont reçu leurs armes par la valise diplomatique libyenne (et les personnes tuées par la police ouest-allemande ont eu des funérailles nationales en Libye). La Libye sert aussi de refuge privilégié pour les desperados de différentes sortes. Selon le président Sadate, Illitch Ramires Sanchez («Carlos»), le terroriste le plus notoire du monde, a vécu deux ans dans un petit hôtel du littoral, près de Tripoli, le même hôtel qui abritait les cinq Japonais membres de l'Armée Rouge qui ont attaqué le consulat américain à Kuala Lumpur en 1975 ainsi que l'anarchiste allemand Hans Joachim Klein, qui a été blessé dans l'enlèvement des ministres de l'OPEP à Vienne en décembre 1975. En outre, Idi Amin probablement est resté là pendant un certain temps après son renversement.

    Qadhdhafi ne restreint pas l'utilisation de la terreur à des étrangers. Au printemps de 1980, les agents de Qadhdhafi ont traqué des exilés libyens qui s'opposaient à son régime. Leur assassinat, celui de quatre dissidents à Rome, deux à Londres, et un dans chacune des villes suivantes à Athènes, Beyrouth, Bonn, Milan, a suscité l'opprobre international. La plupart ont été abattus, mais l'un a été étranglé et un autre décapité. Les menaces à l'encontre des étudiants dissidents libyens vivant aux États-Unis a conduit Washington à expulser plusieurs diplomates libyens et a failli provoquer une rupture des relations.

    Qadhdhafi utilise ses relations internationales en tant qu'arabe et musulman pour étendre l'influence de la Libye. Sous prétexte de travailler à forger une seule nation arabe, il a tenté d'unir la Libye avec un nombre vertigineux d'autres pays, y compris le Sahara occidental, le Maroc, la Mauritanie, Malte (seulement Qadhdhafi voit Malte comme arabe), l'Egypte, le Soudan, la Syrie, et leTchad. Dans chaque cas, les négociations sont rompues quand l'autre côté a commencé à se rendre compte des intentions de Qadhdhafi de dominer l'Union.

    L'islam joue un rôle encore plus important dans les relations extérieures de Qadhdhafi. Par les convaincre de sortir du christianisme («la religion de l'impérialisme») pour se convertir à l'islam, Qadhdhafi a forgé des liens avec deux hommes forts d'Afrique: Albert-Bernard Bongo, président du Gabon, en Septembre 1973, et Jean-Bedel Bokassa, président (et plus tard empereur ) de l'Afrique centrale, en Octobre 1976. Qadhdhafi était même présent dans la mosquée à Bangui, Centrafrique, lorsque Bokassa s'est converti.

    Par la suite, les deux, Bongo et Bokassa arboraient leur Islam avec légèreté confirmant la nature politique de leurs conversions. L'influence libyenne est également perceptible dans la Charte nationale algérienne de Juin 1976, qui fait de l'islam la religion d'État, et dans le décret mauritanien de Juin 1978 portant création de préceptes de l'islam comme la loi du pays.

    Mais Qadhdhafi a été encore plus non orthodoxe dans ses méthodes. Lors de ses entretiens de novembre 1972 à Tripoli, sur l'unité entre le Yémen du Nord et le Yémen du Sud, il a menacé d'arrêter leurs diplomates jusqu'à ce qu'ils atteignent un accord (ils l'ont atteint). Il a aidé à déjouer une tentative de coup d'Etat contre le président soudanais Numayri en Juillet 1971, en forçant à atterrir un avion survolant la Libye BOAC avec deux leaders du coup d'État à bord. Ils ont été détenus en Libye et, finalement, remis au gouvernement soudanais pour être exécutés. Musa as-Sadr chef des chiites duodécimains au Liban, a disparu lors d'une visite d'Etat en Libye en août 1978. Les autorités libyennes affirment qu'il a quitté Tripoli sur le vol Alitalia 881 pour Rome le 31 août, mais les enquêtes ont clairement démontré qu'il n'avait jamais quitté la Libye. Il semble que Sadr, un invité de l'Etat, ait été assassiné par ses hôtes libyens.

    Qadhdhafi a réagi avec une avidité incroyable à la découverte de pétrole sur le plateau continental entre la Libye et ses voisins pauvres en pétrole, la Tunisie et Malte. En Janvier 1975, Malte a proposé de diviser le plateau à mi-chemin entre les deux pays. En réponse, la Libye a revendiqué tout-ce qui est au delà de 12 miles des eaux territoriales maltaises. En mai 1976, les deux pays ont convenu de soumettre leur litige à la Cour internationale de La Haye, de même que la Libye et la Tunisie trois mois plus tard. Depuis lors, les Libyens ont placé les plates-formes d'exploration dans les eaux contestées à quatre reprises, provoquant presque la guerre. Dans un geste moqueur agressif, les cartes du gouvernement de la Libye ont été publiées en septembre 1976 incluant environ 7500 miles carrés de l'Algérie, un montant similaire du Niger, et 37.000 miles carrés du Tchad. Qadhdhafi ne s'efforce pas de contrôler le territoire algérien, mais les portions nord du Tchad (connu sous le nom de la bande d'Aouzou) et le Niger étaient à l'époque déjà sous contrôle libyen.

    Lorsque Zulfikar Ali Bhutto du Pakistan a annoncé qu'il allait construire une «bombe islamique», Qadhdhafi s'est de bon cœur porté volontaire pour financer la recherche. La participation libyenne a cessé d'être purement financière à la mi-1979 quand au Niger un camion transportant vingt tonnes de 70 pour cent d'uranium, connu sous le nom "yellow cake", a disparu de son trajet normal vers la mer. Quelques semaines plus tard, les nomades ont trouvé le camion, renversé et vidé, dans la partie du Niger de facto sous le contrôle libyen. En échange d'une aide à la recherche et d'uranium, le Pakistan aurait donné à Qadhdhafi une ou deux bombes qu'il aurait produites. Selon le Christian Science Monitor, Qadhdhafi "peut utiliser la bombe pour faire sauter le canal de Suez comme un geste de haine personnelle envers le président Anouar el-Sadate ».

    Un record d'inutilité

    Pour toute l'hyperactivité de Qadhdhafi, il y a peu de résultats; les promesses vides et le fanatisme de sa part ont à plusieurs reprises miné ses efforts incessants de projection de puissance. Parler grand mais payant petit a déçu de nombreux alliés potentiels, en particulier en Afrique. A l'intérieur des deux ans de sa conversion à l'islam, le président gabonais Bongo a abrogé tous les accords de coopération qu'il avait signés avec la Libye parce Qadhdhafi ne les avait pas honorés. "Les [Arabes] ne sont pas des gens sérieux et ils n'honorent pas les accords signés par eux", a t-il conclu. Plus récemment, Qadhdhafi avait convaincu les Maltais de mettre fin à 181 ans d'une présence militaire britannique sur leur île en promettant de rattraper la perte de revenus (qui s'élevaient à environ un tiers du budget national). Mais quand vint le moment de payer, Qadhdhafi a soumis Dom Mintoff à une inquisition humiliante aux mains du conseil d'un peuple. En fin de compte, les Maltais n'ont pas reçu d'argent de la Libye et ont rejeté la responsabilité de leur situation économique carrément sur Qadhdhafi.

    Mais même quand il livre ce qu'il a promis, Qadhdhafi aliène souvent les bénéficiaires en exigeant trop comme un quid pro quo. Par exemple, il a insisté pour que le Népal rompe les relations diplomatiques avec Israël en échange de 50.000 dollars en cas de catastrophe. Peu d'Etats, même les plus petits, vendent leur politique étrangère à un prix avantageux.

    Au cours des dix dernières années la ferveur radicale de Qadhdhafi lui a coûté presque tous ses alliés. Il a tout simplement jamais su quand s'arrêter. Les Tunisiens ont enduré sabotage, tentatives d'assassinat, et agression sur les champs de pétrole contestés, jusqu'à l'attaque de Gafsa, tout cela a épuisé leur bonne volonté. La faction de Qadhdhafi au Tchad se tourna contre lui, lorsque la Libye a demandé un morceau de territoire du Tchad. Les tentatives pour s'unir avec l'Egypte ont tourné à l'aigre au point que Qadhdhafi et Sadate ont cherché à s'assassiner l'un l'autre. Le sentiment anti israélien poussé à l'extrême n'a pas empêché une rupture dans les relations avec l'OLP en 1979, et son expulsion de la Libye. Khomeiny ne peut pas pardonner à Qadhdhafi le meurtre de Musa Sadr, son parent par alliance. Qadhdhafi est un scélérat national en Ouganda, en Afrique centrale, et aux Philippines; seuls l'Algérie et le Pakistan ont réussi à maintenir de bonnes relations de façon constante. Même si la représentation internationale en Libye a triplé depuis 1969, le pays est isolé; les revenus du pétrole achètent assez d'amis pour l'empêcher de devenir un paria.

    Qadhdhafi a gagné de nombreuses batailles, mais pas une seule guerre. Le Polisario est perdant, l'attaque de Gafsa a échoué, Sadate a continué à faire la paix avec Israël, le Tchad a dégénéré en anarchie, Idi Amin et Bokassa ont été renversés, les Érythréens et les Éthiopiens sont dans une impasse, Israël a résisté au terrorisme, la ruse de la mosquée de la Mecque s'est soldée par un échec d'une manière sanglante, le Front national au Liban s'est désintégré, les rébellions des thaïlandais et philippins sont retombées pour une halte, et le coup de Billy Carter n'aboutit à rien. Pas une seule des tentatives de Qadhdhafi lors de coups d'Etat n'a renversé un gouvernement, et pas une force rebelle n'a réussi, les séparatistes n'ont pas créé un nouvel état, les campagne terroristes n'ont pas brisé le moral du peuple, aucun plan pour l'union n'a été mené à bien, et aucun pays sauf la Libye ne suit la «troisième théorie». Qadhdhafi a récolté l'amertume et la destruction sans atteindre aucun de ses objectifs. Une plus grande inutilité peut difficilement être imaginée.



Avatar du membre
jug
Lieutenant Virtuel
Lieutenant Virtuel
Messages : 3443
Enregistré le : jeu. 3 sept. 2009 21:53
Localisation : Algerie
Gender :
Status : Hors ligne

Re: Les Proies : dans le Harem de Kadhafi

Message non lu par jug » dim. 7 avr. 2013 20:15

Toujours aussi con,mon cher Yacoub,

A balancer des pavés,sans commentaire,à croire que t'es un zombie.
Je n'aimais pas trop Kadhafi mais toi mon gars t'es vraiment pas le mec qui pourrait déblatérer sur ce dictateur....trop loin du compte.


Les pauvres gens deviennent souvent les plus grands salauds.

Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21116
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Les Proies : dans le Harem de Kadhafi

Message non lu par yacoub » ven. 12 avr. 2013 18:52

Ce décérébré ne veut pas me lâcher la grappe,
j'ai beau ignorer ce triste con, il revient à la charge.



Avatar du membre
Maried
Colonel Virtuel
Colonel Virtuel
Messages : 5875
Enregistré le : mer. 2 sept. 2009 15:19
Gender :
Status : Hors ligne

Re: Sarkozy financé par Kadhafi ?

Message non lu par Maried » dim. 16 juin 2013 14:30



"Qui n'empêche pas le mal le favorise"
Cicéron
_________________________________________________
ImageImageImage
ImageImage

Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21116
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Les Proies : dans le Harem de Kadhafi

Message non lu par yacoub » mar. 30 juil. 2013 13:06

angelotin a écrit :J'ai du un peu de mal à faire le lien entre ce dictateur et ses penchants sexuels déviant.
creusons la question!

Kadhafi dirige la prière du vendredi dans une mosquée à Banjul
Le guide Mouammar Kadhafi a dirigé la prière de ce vendredi dans la mosquée de "Manarat Mouammar Kadhafi" à Banjul, en Gambie.
Dans son sermon, le guide Mouammar Kadhafi a affirmé que les musulmans ont une grande confiance dans leur religion car Dieu a promis de faire triompher l'Islam sur toutes les autres religions.
http://www.panapress.com/Kadhafi-dirige ... index.html

Le Colonel Mohammar El Kadhafi préside la prière à Sokodé
http://www.youtube.com/watch?v=z6sduBRoVVI

Kadhafi prie avec des enfants
http://www.rts.ch/video/info/journal-co ... prier.html

Kadhafi parle aux femmes avant d'aller prier, oubliant les députés
Pour tenter d'apaiser cet incident diplomatique, l'ambassade libyenne en Italie a expliqué, dans un communiqué publié dans la soirée, que ce retard était dû à la traditionnelle prière du vendredi, a rapporté l'agence de presse italienne Ansa.
http://www.ledevoir.com/international/a ... es-deputes
:hehe:
Kadhafi a interdit la polygamie en Libye sauf pour lui.

C'est le complexe de Mahomet.

Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais.

D'où l’absence totale d'éthique dans le mahométisme.



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21116
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Les Proies : dans le Harem de Kadhafi

Message non lu par yacoub » mer. 11 sept. 2013 19:11

"Tout le monde doit devenir musulman. (...) Il y a 50 millions de Musulmans en Europe. Il y a des signes qu'Allah va faire triompher l'Islam en Europe — sans sabres ni armes ni conquête militaire. Les 50 millions de musulmans vont transformer l'Europe en un continent musulman en quelques décennies. (...) Allah mobilise la nation musulmane de Turquie. Ce qui ajoutera 50 autres millions de musulmans en Europe. C'est fâcheux pour l'Europe, comme ça l'est pour les Etats-Unis. Car ils vont devoir accepter de devenir Islamiques et suivre le cours de l'histoire ou déclarer la guerre aux Musulmans."

Colonel Kadhafi



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21116
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Les Proies : dans le Harem de Kadhafi

Message non lu par yacoub » ven. 1 nov. 2013 13:03

Éloge du colonel Kadhafi, adepte des pratiques des gens de Loth, par Dieudonné.

https://www.youtube.com/watch?v=yOCxxLqedtE



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21116
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: L'appel au djihad contre la Suisse de Kadhafi

Message non lu par yacoub » ven. 15 août 2014 12:43

Le colonel Kadhafi a pris le pouvoir en 1969 suite à un coup d'état contre le roi Sennoussi d'origiine algérienne.

Il a imité le colonel Nasser d’Égypte et le colonel Boumédiène d'Algérie.

Il a instauré un régime dictatorial basé sur la terreur comme Mahomet PBSL.

il était musulman mais il ne croyait pas aux hadiths et donc
tout Boukhari tout Muslim tout Daoud ont été interdits sur le pays il a interdit aussi l’alcool et a instauré la Loi Divine mais basée uniquement pas sur le coran:
exemple le voleur avait la main coupée mais la femme adultère le buveur de vin le sodomite n'étaient que fouettés.

Mais le colonel Kadhafi visitait les maternelles les collèges et les lycées à la recherche de filles pouvant satisfaire sa libido et dès qu'un frais minois lui plaisait il le faisait enlever et satisfaisait sa lubricité sur lui.

Il a fait tuer tous les communistes de son pays mais aussi il a renvoyé les communistes du Soudan qui ont demandé l'asile politique les renvoyant à une mort certaine.

Le colonel Kadhafi était hanté il voulait l'islamisation de toute la terre.

Il a réussi à convertir à l'islam 5 présidents Africains:
-Albert Bongo
-Jean Bedel Bokassa
-Idi Amine Dada
Le colonel Kadhafi a adressé une lettre au Pape lui enjoignant de reconnaitre Mahomet comme Prophète
et que le Saint Coran est la Parole d'Allah.

Et vous êtes nostalgiques de cet homme.



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21116
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: L'appel au djihad contre la Suisse de Kadhafi

Message non lu par yacoub » ven. 20 mars 2015 18:31

Ce n'était pas un grand chef d'état, le colonel Nasser a fait un coup d'état en 1952.

Il aurait pu opter pour la laîcité et la démocratie; il a maintenu les lois scélérates contre les coptes pourtant 10% de la population.

Les coptes n'avaient pas le droit d'enseigner la langue d'arabe, la langue d'Allah; c'était des citoyens de seconde classe; même un enfant musulman pouvait cracher sur un copte, le copte ne pouvait pas se défendre.

Le coup d'état du colonel Nasser a inspiré le colonel Boumédiène et le colonel Kadhafi avec les résultats que l'on sait sur la mahométisation des sociétés.



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21116
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: L'appel au djihad contre la Suisse de Kadhafi

Message non lu par yacoub » lun. 22 juin 2015 14:18




Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21116
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: L'appel au djihad contre la Suisse de Kadhafi

Message non lu par yacoub » dim. 28 juin 2015 15:53

«Les coptes aiment le maréchal Sissi », me confiait cet automne une amie française établie depuis des années au Caire. Il est vrai que les chrétiens d’Égypte se sentent mieux depuis l’arrivée à la tête de l’État de l’ancien ministre de la Défense, Abdel-Fatah El-Sissi, plébiscité lors de l’élection présidentielle du 28 mai 2014, après avoir renversé, le 3 juillet 2013, le président Mohamed Morsi, membre de la confrérie islamiste des Frères musulmans, qui avait été élu un an auparavant. Ce changement a été cautionné par l’Église au plus haut niveau, notamment par le patriarche des coptes-orthodoxes, Théodore II.

Le président Sissi, qui se montre bienveillant envers le primat de la principale Église d’Égypte, a visiblement l’intention d’œuvrer à la pacification des relations entre les diverses communautés qui composent la nation. Plusieurs initiatives récentes illustrent aussi sa volonté de considérer les coptes comme des citoyens de plein droit.

Le 11 octobre, le Premier ministre, Ibrahim Mahlab, a participé à une cérémonie marquant la fin des travaux de restauration d’une église historique, appelée communément « la Suspendue », à laquelle les coptes sont très attachés. Situé dans le quartier du Vieux-Caire, ce très ancien édifice, bâti au Ve siècle, doit son surnom à son impressionnante élévation. L’église a en effet été construite à dix mètres au-dessus du niveau du sol, sur les tours d’une antique forteresse, dite de Babylone, érigée là au temps de l’Empire romain. Selon la tradition copte, la Sainte Famille, fuyant les persécutions d’Hérode, aurait fait halte en cet endroit. L’achèvement du chantier était donc très attendu. Au cours de l’inauguration, le Premier ministre, qui est musulman, a tenu à reconnaître le patriotisme des coptes en citant une parole du défunt Chenouda III, prédécesseur de Théodore II : « L’Égypte n’est pas un État où nous vivons, mais un pays qui vit dans notre âme. »
Dix jours après, ce même dirigeant, aux côtés du patriarche et d’autres dignitaires religieux représentant diverses Églises, a annoncé le lancement d’une campagne pour promouvoir le pèlerinage des étrangers sur les pas de la Sainte Famille. Un circuit spirituel en six jours a été préparé en étroite collaboration avec la hiérarchie chrétienne.

Les coptes sont très fiers d’avoir accueilli Jésus, Marie et Joseph pour un séjour qui aurait duré trois ans et demi. Une fête inscrite au calendrier liturgique de leur Église commémore d’ailleurs cet événement qui n’est pas qualifié de « fuite » mais, comme il se doit, « d’entrée de la Sainte Famille en Égypte ». À partir du Sinaï puis, après une étape dans ce qui est aujourd’hui Le Caire, les exilés venus de Palestine se seraient embarqués sur une felouque pour descendre le Nil vers le sud. Des sanctuaires jalonnent le parcours présumé des hôtes sacrés jusqu’à Dronka, où le monastère Sainte-Marie (Deir El-Moharraq) marque le point ultime de leur périple.

Les chrétiens attendent maintenant le vote d’un projet de loi en cours d’examen portant sur une amélioration des conditions relatives à l’édification de leurs lieux de culte. La nouvelle Constitution, adoptée par référendum en janvier dernier, en fait une priorité pour le Parlement qui sera élu en 2015. Il s’agit « d’assurer aux chrétiens la liberté de pratiquer leurs rites religieux » (art. 235).

Jusqu’à présent, aucune loi ne régit les demandes de permis de construire des églises qui relèvent donc de l’arbitraire de l’État. En fait, l’autorisation nécessite un décret présidentiel qui n’est délivré qu’avec le feu vert du ministère de l’Intérieur, lequel impose des règles telles que l’éloignement de certains bâtiments (écoles, édifices gouvernementaux, mosquées, etc.). Il faut y ajouter les tracasseries administratives. Les délais sont donc interminables (au moins quinze ans) et des refus toujours possibles. Tout cela prive d’églises des quartiers urbains et des villages habités
http://www.lanef.net/t_article/embellie ... -26006.asp




Répondre