Hamid Zanaz

Expériences et témoignages des apostats de l'islam mais aussi des convertis à une autre religion - leur histoire - les problèmes rencontrés dans leur vie de tous les jours - Soutien et aide. Pour les tous "mécréants" qui subissent les attaques des musulmans orthodoxes - Racontez nous votre expérience...
Avatar du membre
lkm
Adjudant-chef Virtuel
Adjudant-chef Virtuel
Messages : 1839
Enregistré le : mar. 5 avr. 2005 08:00
Localisation : Pays Bas
Contact :
Status : Hors ligne

Hamid Zanaz

Message non lu par lkm » mar. 13 mai 2014 22:20

Hamid zanaz
Essayiste algérien et journaliste (ex professeur de philosophie à l'Université d'Alger), contributeur permanent à la revue des Rationalistes arabes « Al Awan » et d'autres revues et journaux arabes.
Publications en Arabe :
- Réponse décisive aux intégristes, Dar Saqui, Beyrouth, 2009
- Introduction à la philosophie de Cioran, éd. La maison des sciences arabe, Beyrouth, 2009
Collectif :
- Le tabou de la virginité dans le monde arabe
- l'esclavagisme en islam
- Mai 68,
- L'homosexualité dans le monde arabe
- la censure arabe
- Darwinisme,
- Sur la Bioéthique
- les minorités en terre d'islam, etc.
En Français :
-islamisme /Comment l'occident creuse sa tombe, éd. de Paris/Max Chaleil,sept 2013
- l'islamisme vrai visage de l'islam , éd. de Paris/Max Chaleil, mars 2012.
- L'impasse islamique, la religion contre la vie, préface de Michel Onfray, éd. Libertaires, 2009
- Réformer l'islam ? Autopsie d'une illusion caractérisée, édition Indépendante, 2007 -
- L'islamisme raconté à ma fille (prochainement)-

amazon




Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21005
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Hamid Zanaz

Message non lu par yacoub » dim. 9 nov. 2014 20:22




Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21005
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Hamid Zanaz

Message non lu par yacoub » dim. 26 avr. 2015 13:37

Salut Zeus :mrgreen:

Image

Image

Image



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21005
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Hamid Zanaz

Message non lu par yacoub » sam. 15 oct. 2016 20:23

« Ce n’est pas la misère qui a créé l’islamisme, c’est l’école ! »

Image

Malgré les interdictions et la répression, le journaliste et écrivain Hamid Zanaz se sent plus libre d’écrire dans certains médias arabophones qu’en France.

Ce détracteur résolu de l’islam explique pourquoi et nous livre son regard sur le monde arabe et l’Algérie.

Interview Mireille Vallette.


Hamid Zanaz est Algérien, il vit depuis une vingtaine d’années en France après de nombreuses années passées dans son pays. Il y est retourné tout récemment pour la première fois depuis son exil. Il est écrivain, traducteur et journaliste et écrit abondamment dans des médias arabes, tunisiens, algériens et libanais principalement. Pour lui, il n’y a rien à retenir de la religion du prophète, islam et islamisme sont synonymes.

Pessimiste, ironique et bon-vivant, il poursuit son œuvre-combat. Son dernier ouvrage est titré Islamisme: comment l’Occident creuse sa tombe.

- Vous ne voulez plus publier d’ouvrages en français. Pourquoi ?

Ce que je publie dans certains pays arabes, jamais je ne pourrais l’écrire en France. Même si en principe tout est interdit là-bas, le débat a lieu. Je viens de traduire du français en arabe un livre sur l’origine du monde qui est une vraie gifle à la religion. Ici, on a peur d’être traité de raciste. Dans les pays musulmans, je peux être traité de mécréant, jamais de raciste.

- D’autre exemple de ce que vous pouvez dire là-bas ?

Je peux écrire qu’il n’y a pas de différence entre islam et islamisme, ou que le public de Dieudonné est formé à 80% de racaille islamique. Pas en France ou alors seulement dans des sites au public limité, et au risque d’ennuis judicaires… Valls, lorsqu’il parle des djihadistes, il fait attention à ne pas dire qu’ils sont musulmans. C’est ridicule ! Je publie en ce moment une série d’articles dans un quotidien libanais arabophone. Ce sont des interviews de femmes arabes rebelles, dont Wafa Sultan et des femmes encore plus radicales. J’en ferai un livre en arabe intitulé « Ma voix n’est pas une honte », en référence à Mahomet dans l’un de ses Hadiths.

- Pour vous, la pauvreté en est-elle le terreau de l’intégrisme ?

Contrairement à ce que veulent croire les Occidentaux, ce n’est pas la misère et la discrimination qui ont créé l’islamisme, c’est l’école ! C’est la possibilité de lire. Avant, les religieux transmettaient un islam populaire, c’est-à-dire mal compris. Les gens étaient inconsciemment travaillés par la modernité, ils y adhéraient peu à peu. Lorsque l’enseignement a été arabisé en Algérie, les gens et les imams ont pu connaître l’islam savant, « le vrai islam ». Et quand ils l’ont connu, ils sont naturellement devenus intégristes et ils ont commencé à réclamer l’application de cet islam, la charia. Mais en fait, une bonne partie de la population lit peu, elle dépend souvent de quelqu’un qui cite ce qu’il y a dans les textes. En Algérie, c’est surtout l’Etat qui islamise, c’est l’offre qui crée la demande. Je regarde parfois des émissions sur des TV algériennes. L’autre jour, je tombe sur des questions-réponses avec un type connu, autoproclamé spécialiste de l’islam. Une femme dit : j’ai des problèmes avec mon mari, il fait ceci et cela qui n’est pas juste. Et lui répond : pour plaire à Allah, tu dois suivre tout ce que dit ton mari.

- Pensez-vous que la jeunesse du monde arabe représente un espoir ?

Non, la jeunesse du monde arabe ne change pas, mis à part une minorité. L’école fabrique des intégristes jour et nuit. J’ai été prof de philo au lycée. Lorsque tu traites de l’Etat par exemple, le programme t’oblige à faire la liste des méfaits et des avantages du capitalisme et du socialisme, puis à faire la synthèse et à donner la solution : c’est l’Etat islamique. Les jeunes ne sont pas fanatisés par internet, ils sont d’abord islamisés dans les mosquées et les institutions de l’Etat. L’Internet, c’est le passage à la pratique.

- Mais les préceptes, par exemple relatifs à la sexualité, sont extraordinairement sévères. La population réussit-elle à les respecter ?

Non, même s’ils sont programmés par le logiciel islamique, les gens ne peuvent pas résister, la vie est plus forte. C’est une vaste hypocrisie. Quand je suis arrivé en Algérie, je suis allé dans un bar où il y avait des femmes et des hommes, où l’on buvait de l’alcool. Mais c’est devenu presque clandestin, ces lieux ferment petit à petit… souvent sous la pression des habitants du quartier.

Comment est-ce que le pouvoir se maintient ?

Dans ce pays, il y a deux opiums, la religion et l’argent. L’Algérie ne se développe pas, mais pour garder le pouvoir, les autorités ont créé une sorte d’Etat-providence. Ils achètent la paix sociale et rappellent constamment qu’ils ont stoppé le terrorisme des années 90. Pour l’instant, ça marche. Mais il n’y a pas de pouvoir fort, les Algériens se sont toujours rebellés. En résumé, c’est le bordel !

- Et à votre avis, ce régime peut tenir jusqu’à quand?

Jusqu’à la famine… jusqu’à ce que la manne pétrolière soit épuisée ou concurrencée par d’autres formes d’énergie. Le problème de l’islam va se régler quand il n’y aura plus de pétrole. Franchement, qui écouterait l’Arabie saoudite ou le Qatar s’ils n’en ’avaient pas?

- En Algérie, avez-vous ressenti l’explosion démographique ?

Les bâtiments envahissent tout, on ne cesse de construire. Si ça continue comme ça, dans 50 ans, il n’y aura plus d’espace non-bâti. Il n’y a pas de travail. La pollution est terrible, les autoroutes délabrées… C’est le chaos partout. Mais j’y ai fait un beau séjour, il y a la famille, la mer…

- Que pensez-vous du cas tunisien ?

J’ai toujours aimé ce pays, c’est une exception dans le monde arabe. C’est dû à l’apport de Bourguiba, il avait vraiment compris le danger de l’islam, entre autres dans l’enseignement. L’éducation a bien fonctionné, elle a produit une élite laïque très bien formée et sa résistance à la pression religieuse est extraordinaire ! Je les admire ! Ces Tunisiens défendent la laïcité plus et mieux que les Français et dans un climat hostile.

Mireille Vallette




Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21005
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Hamid Zanaz

Message non lu par yacoub » mer. 23 nov. 2016 11:03

Musulmans, telles sont vos chaînes !
23 novembre 2013, 14:20 Auteur : Hamid Zanaz 2 commentaires



Hamid Zanaz, auteur de islamisme ,comment l’Occident creuse sa tombe, Octobre 2013

Il a renié et rejeté tout le patrimoine religieux islamique, il voulait le détruire entièrement. Il a prôné, sa vie durant, une déconnexion totale avec tout ce qui est islamique.

Ce n’est pas un raciste ni un ‘islamophobe’. Lui c’est Abdellah Al Quassimi, il savait de quoi parler. Savant religieux dans une première vie, il a écrit plusieurs ouvrages où il a défendu férocement l’islam, voire le wahhabisme. Mais le cheikh n’a pu résister à sa raison, il a annoncé son athéisme acerbe dans des livres devenus aujourd’hui des classiques de l’athéisme arabe. Et en dépit de toute l’hostilité manifestée à son encontre, il n’a jamais renoncé à sa thèse principale : dieu n’existe pas et l’islam est l’obstacle majeur devant l’évolution des sociétés arabes. Les pouvoirs ont tout fait pour envoyer l’athée saoudien aux calendes grecques. Même après sa mort, Ils ont essayé de profaner sa pensée en achetant quelques tristes témoignages évoquant son virtuel retour à la foi islamique avant sa disparition ! Un vrai attentat spirituel. Mais l’internet ne cesse de le ressusciter. Dorénavant la lecture de ses livres est possible gratuitement sur le net :

– Les arabes : comment ils se sont égarés ? (1940).

– Telles sont vos chaînes ! (1946)

– Un désert sans dimensions (1967)

– Esprit, qui t’a vu ? (1967)

– Les arabes, un phénomène sonore ! (1977) etc.

Mort au Caire en 1996, il est donc le contemporain de Mohamed Arkoun, Malek Chebel, Abdelwahab Meddeb, pour ne citer que les plus connus en France, ceux qui prétendent être des spécialistes de la pensée de l’islam, voire ses dépositaires. Mais comme par hasard, ils ne citent jamais Abdullah ! Lui qui a publié certains de ses livres en arabe à Paris même, pour fuir la censure islamique ! Inconnu pour ces éminents spécialistes, chantants un islam des Lumières en France. Ils ont caché un penseur libre qui pourrait remettre en cause leur fonds de commerce, en l’occurrence, l’apologie de cet islam virtuel. Négligé, censuré, et pourtant s’il y a quelqu’un qui mérite le statut de philosophe au XXème siècle arabe c’est bien lui. Car c’est le seul qui a osé bousculer l’écosystème islamique.

Traduction :

« Les Hommes trouvent leurs religions comme ils trouvent leurs patries, leurs terres, leurs maisons et leurs pères. Ils les trouvent c’est tout, ils ne les cherchent pas, ne les comprennent pas, ne les choisissent pas, non plus. »

« On apprend de l’homme de religion quand nous sommes plus petits que lui, mais dès que nous serons plus grands que lui, nous le dégageons, voire le pendons. »

« Le péché est, dans toutes ses formes, une résistance contre la vie. »

« Celui qui se suicide pour ou sans aucune idée, est plus noble et plus courageux que n’importe quel martyr dans n’importe quelle guerre. »

« On a voulu, imaginé ensuite, on a cru et à la fin, on est convaincu. »

« Ceux qui ne savent pas bien sourire finissent par institutionnaliser les larmes et appeler à considérer cela comme adoration. »

« La vertu est pour l’homme une symbiose avec la nature, non à l’éviter, la craindre, l’interdire ou l’adorer. »

« L’occupation d’Allah de notre esprit est la pire des colonisations. »



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21005
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Hamid Zanaz

Message non lu par yacoub » ven. 9 déc. 2016 18:23

«La glaciation du Coran est à l’origine de tous les problèmes»

Dans son nouveau livre, l'essayiste et philosophe Hamid Zanaz parcourt les thèmes liés à l’islam d’aujourd’hui. Entre Algérie et France, le paysage est sombre.

Le petit dernier de Hamid Zanaz est sorti. C’est un pot-pourri d’interviews données en français ou en arabe entre 2009 et 2016. Après le livre de Wafa Sultan, on n’est pas dépaysé. Mais au lieu de citer les versets et les hadiths, il analyse en observateur averti l’islam d’aujourd’hui.

Le théâtre du combat de Hamid Zanaz, me confie-t-il lors d’un bref entretien, est désormais le monde arabe. L’essayiste vient de sortir dans cette langue deux nouveaux ouvrages, l’un sur Camus, l’autre intitulé «Eloge de la raison». Dans ce dernier, il cible avec virulence l’islam. Mais contrairement à la France, où le cercle vertueux des médias l’exclut, la presse algérienne (même l’équivalent du Monde), lui consacrent des articles élogieux. Étrange paradoxe.

Pourtant, dans l’Algérie islamiste, «on a l’impression d’être dans une mosquée. Rien contre la religion, rien en dehors de la religion, tout dans la religion.» Zanaz y a récemment fait un séjour pour présenter ses livres. Il adore la chaleur, la mer, sa famille. Je lui ai demandé s’il peut se promener sans crainte dans le pays et si avec un parent si sulfureux, ses père et mère, frères et sœurs ne sont pas exposée à des représailles: «Non, c’est une islamisation douce, il n’y a pas d’assassinats pour raison religieuse. La violence n’est pas physique, mais morale. Et après les années de terreur qu’a vécues la population, cette tranquillité lui convient. Le pouvoir joue beaucoup là-dessus.»

Image

Hamid Zanaz sur les terres familiales en Algérie



«D’où vient la violence islamique?» interroge le titre de son dernier ouvrage. la ne recouvre qu’une parcelle des sujets traités. Sa dédicace en est un indice: «En hommage aux victimes de la barbarie djihadistes et à tous ceux qui luttent contre l’islamisation de l’existence.» Autres thèmes: l’Algérie où il a longtemps vécu avant de choisir la France, l’impossible réforme de l’islam, l’angélisme des autorités politiques.

C’est un rescapé: «J’ai tout appris! Comment faire ses ablutions, prier, jeûner, défendre l’islam, et même comment laver le mort avant de l’enterrer. Je me demande comment je ne suis pas tombé dans l’islamisme après ce lavage de cerveau…»

Selon lui, tout bon musulman est pétri de culpabilité pour n’avoir pas réussi à instaurer l’État islamique, par persuasion ou par force. Et s’il est fier, c’est «de ce qu’il est, non de ce qu’il fait. Au lieu d’être ce qu’il va devenir, il veut être ce qu’il a été (…) Il vit un développement sans progrès, car il reste collé au sacré: l’interdit, le halal, le paradis, l’enfer, les supplices de la tombe…» C’est une conscience malheureuse.

L’un de ses ouvrages s’intitule: «Réformer l’islam, autopsie d’une illusion caractérisée». Pour Zanaz, un islam réformé, c’est la fin de l’islam. Et être intégriste, c’est «aller jusqu’au bout de sa foi». L’islam est par essence une religion totalitaire, il est donc difficile de faire la différence entre islamisme et islam du «juste milieu». Exemple: qui parmi les modérés du juste milieu appelle à «abroger les versets hostiles aux juifs, aux athées, aux chrétiens»?

Pour Zanaz, l’islamisme modéré est une chimère. «Y’a-t-il un fascisme modéré? Peut-on parler d’un nazisme light?»

L’origine de tous les problèmes et de l’impossible réforme, c’est «la glaciation du Coran vu comme parole directe de Dieu».

Si rien n’est fait…

En Occident, la mosquée n’est pas simplement un lieu de culte. Elle fidélise le jeune et le prépare à devenir un soldat de l’islam. Selon Zanaz, prôner l’expansion de l’islam est son rôle principal. «Le prosélytisme est inhérent à la religion islamique et l’expansionnisme est consubstantiel à l’islam.»

Si rien n’empêche cette expansion, si les concessions se poursuivent, les musulmans en viendront à des revendications qui paraissent encore insensées: polygamie, application du droit pénal coranique dans les territoires où se concentrent les musulmans… «Il existe une islamisation radicale en Europe».

Le retour du religieux parmi les jeunes est une «bombe à retardement, elle éclatera dans la gueule de tous ceux qui n’osent plus dire non aux agresseurs de la République, de ceux qui financent la religion par l’argent du contribuable, de ceux qui ont abandonné des quartiers entiers aux radicaux islamiques.»

En découvrant l’islam, l’Algérie a rejeté la modernité

La religion a toujours été présente dans les pays musulmans, même si ses manifestations changent d’un pays à l’autre. «Ce qui est nouveau, c’est la tentative d’appliquer la charia, les lois coraniques.» L’essayiste prend l’exemple de l’Algérie. La montée vertigineuse de l’intégrisme ne s’explique pas par le manque d’instruction, la médiocrité scolaire, l’absence de culture, etc. Jusqu’à la fin des années 1980, les Algériens vivaient la modernité parce qu’ils ne connaissaient pas l’islam savant, ils pratiquaient «une occidentalisation inconsciente». «L’Algérie de mon enfance (les années 70) n’avait rien à voir avec l’Algérie d’aujourd’hui.» Les Algériens ont rencontré l’islam des livres, mais surtout l’enseignement des radicaux: «…en évidant soigneusement les crânes à l’école, on a ouvert les portes à l’obscurantisme... Les musulmans ont voulu «réislamiser leur vie». Ils ont rejeté la modernité qui s’opposait au «vrai islam».

Après la colonisation, les régimes ont créé un «désordre mental». Les musulmans pratiquants confondent le culturel et le cultuel, la connaissance et la croyance, l’information et le catéchisme. La religion et l’irrationalité s’emparent de leur vie.

Seule une révolution mentale pourrait «peut-être désamorcer la bombe de la charia qui tique-taque depuis longtemps dans le ventre de tous les pays d’islam»…

La foi exerçait une répression symbolique et physique dans les sociétés musulmanes. «Avec l’intégrisme, elle aspire à se transformer nettement en un appareil d’état répressif.» Pourtant, la société algérienne s’éloigne d’une pratique littérale: pas de flagellation, pas de mariage avant un certain âge, les femmes peuvent être juges. Pour s’éloigner vraiment de l’obscurantisme et du sous-développement, il faudrait selon Zanaz moderniser les programmes scolaires, interdire les partis islamistes, promouvoir une diversité culturelle, garantir la liberté de conscience, supprimer l’article de la constitution qui dit « l’islam est la religion de l’État». Un programme bien audacieux!

Dans les pays arabes, les tentatives modernistes et libérales ont été brisées par l’archaïsme religieux, l’ancêtre de l’intégrisme d’aujourd’hui qu’instaurent avant tout les Frères musulmans. Les fidèles se laissent volontiers bercer par «des récitations langoureuses du texte coranique». Ils répètent des phrases apprises par cœur, sans fondement, telles que «L’islam est une religion de paix, l’islam est compatible avec la philosophie des droits de l’homme, l’islam n’est pas misogyne…»

Sans une libération totale de la manie du retour aux sources, aux textes sacrés, à la recherche de l’islam des origines, «les fruits de toute tentative de revivification ne tombent mûrs que dans le panier du projet islamo-fasciste».

Les porteurs de valises de l’islam conquérant

La gauche «noyée dans l’angélisme» porte les valises de l’islam. Pour elle, il est tout naturel de critiquer le christianisme, «mais si on touche à l’islam, on n’est plus rationaliste, mais raciste». Et le terme-piège d’islamophobie, suspendu comme une épée de Damoclès, interdit l’analyse.

Certains en appellent au «vrai islam. «Mais y a-t-il un vrai islam? Personne n’a la moindre idée de ce prétendu islam humaniste, spirituel, paisible.» L’expression permet de s’abstenir de chercher dans les textes les raisons de la religiosité violente. «On sollicite même les services d’imams pour convaincre des musulmans que ce qui existe dans leur religion est inexistant!»

Les Éditions de Paris, Max Chaleil, 72 p.



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21005
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Hamid Zanaz

Message non lu par yacoub » dim. 8 janv. 2017 13:43

Un extrait de son livre sorti au mois d’octobre/

D’où vient la violence islamique? Ed Max Chaleil 2016

Image



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21005
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Hamid Zanaz

Message non lu par yacoub » sam. 18 nov. 2017 17:53

Image



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21005
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Hamid Zanaz

Message non lu par yacoub » mar. 21 nov. 2017 17:39

Monsieur Edwy Plenel, ne me défendez pas! (OPINION)

Contribution externe Publié le mardi 21 novembre 2017 à 10h06 - Mis à jour le mardi 21 novembre 2017 à 12h46

Affaire Ramadan: une essayiste française entendue par les enquêteurs
Tariq Ramadan porte plainte contre la Belge qui l'a accusé de violences sexuelles
Affaire Tariq Ramadan: la chute d'un guide voire d'un "gourou"

Opinions
Une opinion d'Hamid Zanaz, journaliste et essayiste algérien résidant en France.

" Monsieur, la France n’est pas un pays raciste. Dire le contraire est un mensonge, une connerie. Alors taisez-vous.

Je suis de culture islamique et universelle, algérien résidant en France depuis plus d’une vingtaine d’années. En vous lisant et en vous écoutant depuis un certain temps sur le sujet de l’islam et des musulmans en France, je me demande, Monsieur Plenel (1), si nous vivons dans le même pays !

Dans vos articles, dans vos livres, dans vos interventions sur les plateaux de télévision, vous ne cessez de nous présenter, nous les Arabes, les Kabyles, les croyants, les non-croyants, avec éloquence et malice, comme des victimes passives d’un racisme inhérent à la société française. Nous sommes, selon vos analyses, des citoyens de seconde zone, rejetés, discriminés. Non seulement par une majorité de Français, mais par la République française elle-même !

Permettez-moi, Monsieur l’avocat autoproclamé des pauvres "musulmans", de vous dire que sous l’apparence de votre analyse complexe et de votre indignation scénarisée, vous n’annoncez que des balivernes. N’est-il pas irresponsable et idiot de lancer des mensonges que les faits démentent tous les jours ?

Les Arabes et les musulmans ne vivent pas dans un ghetto en France, ils ne sont pas les juifs du passé comme vous le dites avec légèreté, et sans mesurer les dégâts que pourrait provoquer ce discours calamiteux. Par la vulgarisation du ridicule mot de l’islamophobie, vous avez créé une guerre civile dans l’âme de chaque jeune issu de l’émigration. Depuis des années vous adressez des messages dangereux et irresponsables aux jeunes issus de l’émigration : la France ne veut pas de vous, la France n’aime pas votre religion, la France ne vous considère pas comme des Français à part entière, vous êtes discriminés à l’embauche, la France vous refuse le logement, la France a exploité vos parents, le colonialisme a massacré vos grands-parents, la France refuse de reconnaître ses crimes en Afrique du Nord, etc.

Comment voulez-vous, après toute cette incitation insidieuse à la haine, que certains de ces jeunes ne prennent pas les armes contre leur propre pays sali par votre discours mensonger ?

Ce discours essentialiste est responsable de l’islamisation des quartiers car vous avez poussé les jeunes dans les bras des Frères musulmans de l’Union des organisations islamiques de France, les amis de votre ami Tarik Ramadan.

Monsieur, la France n’est pas un pays raciste, dire le contraire est un mensonge, une connerie ni moins ni plus. Et c’est un étranger de culture islamique qui vous le rappelle ! Sachez, Monsieur le défenseur d’une cause fictive, que je ne me reconnais absolument pas dans votre discours de victimisation, alors que je ne vous ai rien demandé. Ne me défendez pas, je n’ai pas besoin de vous ni d’aucun autre tuteur. Le temps du paternalisme est révolu.

"Musulmans", dites-vous ? Les musulmans sont-ils tous musulmans, Monsieur l’intellectuel ? Les musulmans sont-ils musulmans à perpétuité ? Je ne vous permets pas de me désigner par une partie de moi-même, supposée ou réelle ! Comme j’ai le devoir de vous dire qu’au moment où les intellectuels dans le monde dit "arabe" luttent avec courage et travaillent pour l’avènement d’une culture post-islamique, vous encouragez ici l’obscurantisme et ses promoteurs tels que Tarik Ramadan.

Comme tous ceux que vous appelez faussement arabes et musulmans, de France et de Navarre, je suis majeur et vacciné. Ne parlez pas à ma place ! Merci.

(1) Auteur du livre-plaidoyer "Pour les musulmans" (2014), Edwy Plenel est cofondateur du site d’investigation et d’opinion Mediapart. Il a été récemment la cible de "Charlie Hebdo". Le périodique satirique l’a caricaturé en une sous la forme des singes de la sagesse qui se couvrent la bouche, les oreilles et les yeux pour ne pas voir. Une allusion aux liens de l’homme de presse avec l’islamologue Tariq Ramadan, ciblé par plusieurs dénonciations d’agressions sexuelles voire de viols (dans le cadre du #balancetonporc). En réponse, Plenel a déclaré que cette une fait partie d’une "campagne générale de guerre aux musulmans". Des propos considérés comme un appel au meurtre par la rédaction de l’hebdo.




Répondre