Israël .. l'opium du peuple arabe ..

Critique du Coran et ses versets - Chronologie - Histoire - Versets abrogés, Critique constructive des hadiths - quel apport dans la vie d'un musulman ? La réalité de la charia et de ses horreurs un peu partout dans le monde. Comment l'islam règle la vie des gens - comment les religieux oppressent le peuple
Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21208
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Israël .. l'opium du peuple arabe ..

Message non lu par yacoub » lun. 22 févr. 2016 19:25

Dernier message de la page précédente :

https://www.facebook.com/notes/david-be ... 0092150722

La détestation d’Israël en France et en Europe, est-elle irréversible ?
David Belhassen·lundi 22 février 2016

Jusqu'en 1967 et la Guerre des Six-Jours, la grosse majorité des Français et des Européens avait pour Israël une réelle empathie, voire une admiration.

Les idéalistes Hébreux étaient vus comme le sel de la terre, des pionniers révolutionnaires portant le flambeau de l'espoir pour tous les petits peuples réduits à l’état de lambeaux. Tout en défrichant et plantant des arbres, ils montraient la voie aux ethnies opprimées afin qu’ils revendiquent leurs terres, leurs cultures ancestrales et leurs patrimoines historiques, saccagés et volés par les prédateurs impérialistes. Tout en faisant la cueillette des pamplemousses, ils rêvaient que la résurrection d'Israël allait drainer dans son sillage celle des ‘damnés de l’Histoire’ : Arméniens, Basques, Berbères, Bretons, Corses, Kurdes, et bien d’autres encore. Tout en asséchant les marécages et succombant à la malaria, ils se disaient que leur existence était un sacré camouflet à tous ceux qui prônaient un déterminisme machiavélique exigeant de 's'adapter' au « verdict de l’Histoire » et aux oukases des vainqueurs, des blocs des “super puissances”, et de la nébuleuse arabo-islamique. Comme si une supériorité militaire ou démographique impliquait une suprématie civilisatrice.

En se levant à l'aube, ils refusaient obstinément l'idée perverse que l'Histoire de l’existence d'un pays démarrait après une conquête, ou que le conquérant était seul habilité à la ‘mise à zéro’ du compteur de l’Histoire. A travers les rayons du soleil qui leur brûlaient la peau, ils entrevoyaient une nouvelle conception du monde, celle de l'antériorité des droits des 'peuples premiers' sur leurs terres.

En dansant la hora – la bourrée locale - après une journée de dur labeur jusqu'au crépuscule, ils exigeaient la justice historique pour un peuple opprimé, spolié de sa terre. Ils osaient aspirer à une humanité qui ne soit plus régie par ‘la loi du plus fort’ mais par ‘le droit du plus juste’, et dans laquelle l'exploitation de l'homme par l'homme serait abolie.

Dans ce but, ils fondèrent le kibboutz, cette collectivité égalitariste qui fut une des plus belles réalisations humaines. De jeunes volontaires, venus des quatre coins du globe pour participer à cette formidable expérience humaine où l'argent était banni, repartaient chez eux enthousiastes, extasiés et fascinés de ce qu'ils avaient vu et vécu.

Qui pouvait imaginer à l'époque que nous vivions le chant du cygne de cette empathie ? En quelques années en effet, la fascination pour l'idéal des Hébreux revenus sur leur terre ancestrale fut balayée, et avec elle toutes les valeurs de l'État d'Israël. Le sionisme devint la risée de tous. Il fut même désormais affublé du sobriquet “d'expan-sionisme”.

En tant que « fruit véreux du sionisme » dixit les antisionistes, Israël est un État mis au ban des nations. Pis ! Le seul au monde dont la création est remise en cause. Et lorsqu'on concède du bout des lèvres son droit à l'existence, c'est après s’être empresser d'ajouter avec un petit air contrit : « par complexe de culpabilité dû à la Shoah ».

Mais on n’oublie pas de faire la remarque assassine : « Mais les Palestiniens ne doivent pas faire les frais de notre complexe envers les Juifs » !
C'est donc, qu'en son for intérieur, le commun des mortels en Europe conteste la légitimité intrinsèque, voire la légalité de l'État d'Israël.

Dans ses premières années pourtant, l’opinion occidentale avait manifesté son ‘emballement’ pour ce minuscule État auquel personne ne donnait de chance de survie et qui avait miraculeusement vaincu la coalition arabiste. On devait – même de mauvais gré - reconnaître que la ‘résurrection’ de ce peuple tenait bel et bien du miracle ! Traduite en termes laïcs et rationnels, elle ne pouvait qu'interpeller les consciences. N'était-ce pas la première fois dans l'Histoire qu'un peuple chassé et spolié du pays de ses ancêtres y retournait, recrouvait sa terre désertifiée et la faisait refleurir à « la sueur de son nez » (c'est ainsi que la Bible le dit, et non à « la sueur de son front » ) ?

N'était-ce pas l'unique exemple d'un agrégat de cloportes qui recouvrait sa dimension de peuple, son État et sa souveraineté ? Un peuple dispersé parmi les nations « telle une brebis parmi les loups », ayant perdu à tout jamais - semblait-il - sa patrie décomposée depuis deux mille ans, et qui parvenait à retrouver à coups de pioches d'archéologie, son histoire, sa mémoire, son patrimoine, sa langue et sa culture ! Une ethnie réduite au statut de « congrégation religieuse décadente et fossilisée dans la liturgie de sa langue sacrée » (tel que les Juifs étaient perçus par les essayistes du XIXe siècle), qui fut souvent - si souvent - persécutée, meurtrie et amoindrie jusqu'à sa quasi extermination, et qui réussissait à ranimer la sève de son arbre sec ! Si on y ajoutait la dimension de ce qu'on appelle ( à tort) « la Shoah » (il valait mieux l'appeler « Hashmadah »), l'expression « renaître de ses cendres » prenait tout son sens.
C'est pourquoi dans les années 50 et aux débuts des années 60, l'opinion publique en France et en Europe, penchait naturellement pour le camp israélien. Israël était perçu comme un pays minuscule mais au dynamisme surprenant, un ilot démocratique et égalitariste dans une région où régnait le féodalisme le plus rétrograde et l'arbitraire des régimes arabistes-islamistes dictatoriaux et obscurantistes. Les Israéliens étaient regardés comme un petit peuple courageux luttant contre ses agresseurs sanguinaires.
Le soutien au réactionnaire camp 'arabe' (à l'époque on ne disait pas encore « palestinien »), était l'apanage des groupuscules néo-nazis et fascistes ou des lecteurs de la gazette Minute. Jusqu'aux premiers jours de la guerre de 1967, après que les menaces d’exterminations d'Israël proférées au Caire par Nasser furent reprises en chœur par l’ensemble des dirigeants du 'Monde arabe', le bombardement foudroyant des bases aériennes égyptiennes fut naturellement appréhendé comme un acte israélien de légitime défense et pas le moins du monde une agression ou une attaque surprise en vue d'expansionnisme.

Et puis, quelque chose changea, imperceptiblement. Se posa alors la question du bien-fondé de la riposte au blocus de Nasser, à ses rodomontades de « détruire l'entité sioniste » et « de jeter tous les Israéliens à la mer ». La riposte israélienne n'était-elle pas « disproportionnée » ? Telle fut la grande question qui commença à poindre... Et l'hostilité envers Israël prit alors forme.

Après cette guerre éclair de 1967, et surtout depuis 1968 (et jusqu'aujourd'hui !), on assista à un revirement orchestré par des intellectuels de gauche qui se défendaient hypocritement d'être mal intentionnés. Ceux-là même qui avant 1967, encensaient Israël pour son progressisme comme le cinéaste Jean-Luc Godard et consorts, se mirent à justifier a posteriori le dixit « peuple fier et dominateur » gaullien. Véhiculée par la gauche, la bonne réputation de l'État d’Israël s'effrita. Une nouvelle image de marque se présenta soudain au public français. Ce n'était plus le petit David qui pour sa survie luttait avec bravoure et victorieusement contre le Goliath panarabiste, jusqu’à forcer l'émerveillement et le respect, mais une "excroissance impérialiste", “la tête de pont du méchant colonialisme occidental contre les pauvres petits peuples arabes”.

Et le grand public immature et versatile commença à osciller entre les deux camps, au rythme des évènements et des positions intempestives du Général de Gaulle qui entendait mener une politique tiers-mondiste déclarée et pro-arabiste inavouée.

C’est alors que les différents groupes palestinistes regroupés en une 'organisation mère', l’OLP d'Arafat ( qui s’était hissé au rang de chef de file grâce à l'appui de Nasser, le promoteur du panarabisme et de la Ligue arabe), se réunirent en secret pour exploiter le filon de la bêtise de la gauche européenne ! Doué d'un flair et d'une ruse remarquables, Arafat comprit dans quel sens le vent soufflait. Bien que lui-même pur produit du réactionnisme, il sentit que la métamorphose était impérative. Il ne savait pas encore comment, mais il fallait que quelque chose arrive. La victoire fulgurante d'Israël en 1967 lui en avait fourni l'occasion. Les anciens discours politico-théologiques foisonnant d'incantations haineuses primaires et islamistes contre Israël pouvaient enfin, non pas être révolus, mais articulés dans un langage pseudo progressiste, moderne, voire marxisant, bien approprié à un public occidental estudiantin petit-bourgeois-en-mal-de-contestation.
Des émissaires propagandistes formés par de brillants intellectuels Algériens, anciens FLN, sillonnèrent les universités et investirent les campus parisiens, affichant une rhétorique marxiste d’apparat, accusant les « colons sionistes d'expulser les Palestiniens de leurs terres ». Plus personne n'était apte à ne serait-ce qu’écouter l'argumentaire sioniste affirmant qu'il ne s'agissait que d'un retour des Hébreux sur la terre de leurs ancêtres et que ces "colons" ne chassaient personne et ne s'installaient que sur des collines rocailleuses inhabitées depuis l'époque de l'occupant romain dans la Judée de jadis.
Dans les quotidiens de gauche comme Combat ou Le Monde, des voix discordantes sur le déroulement de la guerre de 1967, insinuèrent même a posteriori que le bombardement au sol des avions égyptiens par l'armée de l'air israélienne, n'était pas une riposte à l'agression arabe, mais une offensive soigneusement préparée à l'avance. En fait, ils distillèrent l'idée perverse et sournoise que « c'était Israël l'agresseur ».

Beaucoup (y compris des membres de la "diaspora juive" !), adhérèrent à la thèse jusqu'à voir dans toute réaction armée israélienne aux menaces des 'États arabes' d’en « finir » avec Israël, quelque chose d’illégitime et même d’illégal. L'existence même de l’État d'Israël fut remise en question. Comme si une nouvelle ère de l’humanité n’attendait que son éradication pour s’épanouir. Comme si Israël était devenu “l’obstacle à la Pax Universalis” ! Voilà les racines de cette haine envers Israël.

Aujourd'hui, cette détestation viscérale de la ‘nouvelle gauche’ européenne à l’encontre d’Israël, n'a plus de retenue. Elle s'est pour ainsi dire 'lâchée', et rejoint sans plus aucun scrupule, à la fois les fantasmes les plus criminels des néo-nazis que la volonté assasine des panarabistes-palestinistes-islamistes de rayer Israël de la carte.
Lorsqu’on voit tous ces gouvernements européens machiavéliques entretenir des relations plus qu’amicales avec des Etats et des régimes qui prônent la destruction totale d’Israël et de “jeter à la mer” et génocider ses habitants Hébreux, lorsqu’on voit un Obama ou un Hollande prêt à fournir la bombe atomique au régime sanguinaire des Ayatollas iraniens, on a tendance à croire que la boucle est bouclée et que la fin d’Israël approche ou est irréversible.
Et pourtant il se peut que rien n’est encore définitvement joué dans le “Grand échiquier”. De plus en plus de simples quidams de par le monde commencent à émerger de la torpeur angélique pro arabiste-palestiniste dans laquelle ils ont baigné durant ces cinq décénies. Ils se réveillent et comprennent que si l’Etat d’Israël tombe, c’est tout le monde libre et humaniste qui tombera !
Bientôt, ces citoyens de bonne volonté feront tomber leurs gouvernements respectifs, leurs dirigeants pourris, corrompus, traîtres, et vendus ! Et les plus courageux et les plus idéalistes parmi eux formeront “Les bataillons de la liberté et de la dignité humaine”. Ils viendront combattre aux côtés d’Israël et ensemble Israéliens et “Justes des nations” seront le rempart invincible qui écrasera les Daesh, les Hamas, les El Qaïda et consorts.




Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21208
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Israël .. l'opium du peuple arabe ..

Message non lu par yacoub » jeu. 11 août 2016 12:59

L'algorithme de la haine d'Israël !

David Belhassen·lundi 8 août 2016
Que l'on se revendique de droite ou de gauche, de l'extrême-droite ou de l'extrême-gauche, du centre libéral ou de l'écologisme bobo-caviar, du mondialisme ou de l'altermondialisme, du mélenchonisme ou du bovisme, il est un dénominateur commun à tout ce "beau" et immonde monde : La haine féroce d'Israël !
1. Le parcours initiatique commence par un antisionisme de bon ton avec une terminologie “progressiste” et une sémantique “innocente” du style : "Colons israéliens" ou “Territoires occupés”.
2. Puis, le slogan pseudo inoffensif " Deux Etats pour deux peuples", bascule vite en un antisionisme virulent jusqu'à développer un véritable syndrome de sionismophobie et d’israélophobie.
3. Au troisième stade, l'activisme palestinophile à tout crin transforme le "pauvre palestinien" en "victime ultime", telle une figure quasi christique.
4. Ensuite, on passe à la vitesse supérieure : l’exigence que “la résolution du problème palestinien" devienne le centre exclusif des préoccupations existentialistes de toute l’humanité.
5. La palestinophilie aigüe est alors boostée par un panarabisme engagé jusqu'à s'identifier totalement avec "la noble cause arabe".
6. Au terminus de cet itinéraire, pointe déjà la conversion à l'islam.
7. Le parachèvement est "l'auto-radicalisme", c'est-à-dire le jihadisme "pur et dur" prônant l'extermination des Israéliens jusqu'au dernier d'entre eux, et si possible celle de tous les "mécréants" de l'univers.
Ce processus algorithmique est inéluctable et irréversible. Vérifiez-le autour de vous !



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21208
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Israël .. l'opium du peuple arabe ..

Message non lu par yacoub » mar. 23 août 2016 12:27

David Belhassen

Cécile Duflot ou la Reine de la "burkinophilie" !

Il y a quelques jours, j'ai publié un article qui établissait la formule algorithmique qui transformait la haine d'Israël et l'antisionisme palestinophile en pan-arabisme islamophile.

J'avais cité comme exemple Mélenchon et Besancenot, en zappant sur la Reine incontestée de cet algorithme : Cécile Duflot, l'écolo-bobo anti-israélienne qui a osé revendiquer le port du burkini comme "réaction à la haine contre l'islam" (sic!).



Avatar du membre
Proust
Major Virtuel
Major Virtuel
Messages : 2073
Enregistré le : lun. 2 juil. 2012 14:06
Gender :
Status : Hors ligne

Re: Israël .. l'opium du peuple arabe ..

Message non lu par Proust » lun. 3 oct. 2016 14:34

Obsèques de Shimon Peres : plusieurs pays arabes, dont le Maroc, représentés

Shimon Peres, ancien président d’Israël, est mort dans la nuit de mardi 27 au mercredi 28 septembre à l’âge de 93 ans. Plusieurs pays arabes seront présents aux obsèques qui auront lieu vendredi à Jérusalem.

Le président palestinien Mahmoud Abbas, resté silencieux après l’annonce du décès de Peres, a finalement décidé d’assister aux obsèques de Shimon Peres après avoir reçu l’autorisation de la part des autorités israéliennes.

Le conseiller du roi Mohammed VI, André Azoulay, a quitté ce jeudi le Maroc pour se rendre en Israël afin d’assister aux obsèques, selon la presse marocaine. Le ministre égyptien des Affaires étrangères va représenter son pays lors des funérailles, après que le président égyptien a adressé une lettre de condoléances à Israël.

La Jordanie sera également représentée. Son roi Abdallah II de Jordanie a adressé jeudi par télégramme ses condoléances au président Reuven Rivlin.


Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n'est pas victime ! Il est complice.
George Orwell.


Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21208
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Israël .. l'opium du peuple arabe ..

Message non lu par yacoub » sam. 21 janv. 2017 11:18




Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21208
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Israël .. l'opium du peuple arabe ..

Message non lu par yacoub » dim. 26 mars 2017 15:32

L’Algérie, l’Égypte, la Syrie, l’Irak : où sont vos juifs ?” – Hillel Neuer aux États Arabes à l’ONU


vendredi, mars 24, 2017 7:47 29k

Lors du dernier Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, tradition oblige, Israël a été la cible de tous les pays qui une fois de plus l’ont accusé de pratiquer l’apartheid. Les condamnations allaient, comme à l’accoutumée pleuvoir sur l’Etat Juif, mais c’était sans compter sur le courage d’un homme, Hillel Neuer, le directeur exécutif d’UN Watch……

En résumé ci-dessous les allégations traditionnelles des « pays qui défendent les droits de l’homme »…

Qatar: « Israël continue l’apartheid en Palestine, ce qui constitue un crime contre l’humanité »

OLP: « Israël pratique le nettoyage ethnique et impose un régime d’apartheid »

Soudan: « Violence et terrorisme sont exercés contre le peuple palestinien »

Syrie: «Israël pratique les violations en tous genres dont la construction de murs d’apartheid pour voler des terres »

Bahreïn: «Le mur de séparation est le symbole de la politique d’apartheid pratiquée par Israël … »

Arabie Saoudite: « Les pratiques israéliennes sont la discrimination et l’extrémisme … »

etc..

Réponse du directeur exécutif d’UN Watch, Hillel Neuer

« Monsieur le Président, permettez-moi tout d’abord de préciser que tout ce que nous venons d’entendre — issu des pays les plus violents vis-à-vis des droits de l’homme, celui des femmes, de la liberté de culte, de la presse, de la liberté d’expression — est absolument faux; et, en effet, c’est Orwellien.

Plus de 1,5 million d’Arabes vivent Israël et quels que soient les défis auxquels ils sont confrontés, ils jouissent cependant du droit de vote et d’éligibilité à la Knesset, ils travaillent comme avocats, médecins, et siègent même à la Cour suprême.

J’aimerais poser quelques questions aux membres de cette commission, les États arabes qui ont justement commandé ce rapport, à l’Egypte, l’Irak et les autres:

Combien de Juifs vivent dans vos pays?

Combien de Juifs vivent en Égypte, en Jordanie, en Irak, au Koweït, au Liban, au Maroc, en Libye?

Il y a quelques années, le Moyen-Orient était plein de Juifs.

L’Algérie comptait 140 000 Juifs. Algérie, où sont vos Juifs?

L’Égypte comptait 75 000 juifs. Où sont vos Juifs?

La Syrie, des dizaines de milliers de Juifs. Où sont vos Juifs?

En Irak, il ya avait plus de 135 000 Juifs. Où sont vos Juifs?

Monsieur le Président, de quelle apartheid parle-t-on ?

Pourquoi y a t-il une commission des Nations Unies sur le Moyen-Orient qui n’inclut pas Israël?

De quelle apartheid s’agit-il Monsieur le Président?

Monsieur le Président, pourquoi nous réunissons-nous aujourd’hui sur un point de l’ordre du jour qui vise un seul État, l’État juif ?

Où est l’apartheid, Monsieur le Président? »

Et un long silence plane alors sur la chambre du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies.



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21208
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Israël .. l'opium du peuple arabe ..

Message non lu par yacoub » sam. 11 août 2018 16:10

Majorité hébraïque de longue date à Jérusalem et inexistence historique du peuple palestinien: des vérités à taire!

Aymerich Michel 7 Janvier 2018 16 commentaires
Hébreux juifs priant au "Mur des lamentations" (Kotel, vestige du Temple de Salomon, qui donne tout son sens à la phrase: "L'an prochain à Jérusalem")

Hébreux juifs priant au "Mur des lamentations" (Kotel, vestige du Temple de Salomon, qui donane tout son sens à la phrase: "L'an prochain à Jérusalem")

Par Michel AYMERICH

(Actualisé le 08/01/2018 à 13:30)

Les Juifs constituaient déjà en 1844 la population relativement la plus nombreuse à Jérusalem, capitale de l’État des Hébreux [1]. C'était, pourtant, sans compter les Hébreux non-Juifs, tels les Samaritains survivants du lent génocide commis par les ancêtres de «Daesh» (l’État islamique). Sans compter non plus les Hébreux arabisés et islamisés sous la contrainte [2]. Il faut toujours avoir à l'esprit que l'apostasie - soit le retour à la religion d'origine (juive, chrétienne ou autre) ou le passage à l'athéisme - est punie de mort en Islam. Ce n'est pas un hasard...

Une partie importante (la majorité d'entre-eux?) des «Arabes» sont originaires des pays avoisinants: Syrie, Égypte, Yémen, etc., mais aussi de Turquie et d'Afrique du Nord (voir vidéo ci-dessous: Gaza: Le ministe de l’intérieur du Hamas avoue par erreur l'origine du peuple "palestinien").

Ainsi Marx, écrivant sur Jérusalem, notait-il: «Les Musulmans forment environ un quart de l'ensemble de la population composée de Turcs, d'Arabes et de Maures [Notons qu'il n'est nullement question de l'existence de «Palestiniens» en cette année 1854 ! M.A.] qui sont évidemment les maîtres à tous égards puisqu'ils ne sont aucunement affectés par la faiblesse de leur gouvernement situé à Constantinople.» [3]

Nathan Weinstock, dans un article que j'ai reproduit en juin 2016 fait une observation pertinente:

«Enfin, le rôle clef que tient la dhimmitude dans le conflit palestinien trouve une belle illustration dans la construction du concept de « peuple palestinien ». Henry Laurens a étudié l'émergence du terme « Falastin » vers 1908-1909 et ce qui retient l'attention, c'est que si la notion de « Palestinien » englobe toutes les vagues successives d'immigrés musulmans venus s'installer en Terre Sainte au XIXème siècle, arabes ou non (Hauranis de Syrie, Maghrébins, Tcherkesses, Bosniaques, etc.), en revanche les composantes juives de cette même population palestinienne en voie de formation s'en trouvent exclues. C'est le cas du vieux yichouv et des Juifs du monde arabo-musulman (originaires du Maghreb, de Boukhara, du Yémen), même arabophones. Tout Musulman s'intègre de droit à la communauté palestinienne, tout Juif palestinien en est écarté a priori : jeté aux chiens.» [4]

POPULATION DE JÉRUSALEM

de 1844 à 2012
Une majorité hébraïque de longue date, à Jérusalem qui s'est maintenue dans un contexte hostile, marqué par un long passé génocidaire et la terrible dhimmitude...
Une majorité hébraïque de longue date, à Jérusalem qui s'est maintenue dans un contexte hostile, marqué par un long passé génocidaire et la terrible dhimmitude...

Une majorité hébraïque de longue date, à Jérusalem qui s'est maintenue dans un contexte hostile, marqué par un long passé génocidaire et la terrible dhimmitude...

Zahir Muhsein, membre du comité exécutif de l’OLP, expliquait dans une interview donnée au journal néerlandais Trouw, mars 1977: «Le peuple palestinien n’existe pas. La création d’un État palestinien n’est qu’un moyen pour continuer la lutte contre l’État d’Israël afin de créer l’unité arabe. En réalité, aujourd’hui, il n’y a aucune différence entre les Jordaniens, les Palestiniens, les Syriens et les Libanais. C’est uniquement pour des raisons politiques et tactiques, que nous parlons aujourd’hui de l’existence d’un peuple palestinien, étant donné que les intérêts arabes demandent que nous établissions l’existence d’un peuple palestinien distinct, afin d’opposer le sionisme. Pour des raisons tactiques, la Jordanie qui est un État souverain avec des frontières bien définies, ne peut pas présenter de demande sur Haifa et Jaffa, tandis qu’en tant que palestinien, je peux sans aucun doute réclamer Haifa, Jaffa, Beersheba et Jérusalem. Toutefois, le moment où nous réclamerons notre droit sur l’ensemble de la Palestine, nous n’attendrons pas même une minute pour unir la Palestine à la Jordanie» [5].

Arafat, comme Zahir Muhsein, expliquait ouvertement dans une interview oubliée [6] que le "peuple palestinien" était une invention pour détruire Israël...

Cliquez sur la photo pour accéder à la vidéo...

Tout un chacun peut constater qu'il n'est pas fait ample publicité à ce qui aujourd'hui apparaît comme des aveux, tant la propagande palestiniste massive a laissé croire qu'un peuple - le peuple "palestinien" - existait avant "l'invasion" par les Juifs de la dite Palestine. "Invasion" de leur propre pays!

Cette propagande a laissé croire que les "Palestiniens" seraient distincts des Arabes, plus exactement des musulmans, dont les origines réelles sont tues...

La raison en est simple:

1) 57 pays regroupés dans l'Organisation de la coopération islamique (OCI) exercent une pression dans le sens de cette révision de l'histoire et plus généralement dans le sens du narratif musulman...

2) Les principales puissances impérialistes d'Occident entretiennent de longue date des relations largement amicales (intérêts obligent!), de la nature d'alliances stratégiques avec les grands pôles islamiques alliés ou concurrents et entités afférentes (Arabie saoudite; Qatar et Koweit; Turquie néo-ottomane; pôle indo-pakistanais; Organisation de la coopération islamique; Frères musulmans; République islamique d'Iran; Hezbollah, etc.).

Ceci de la part des puissances impérialistes d'Occident, afin d'avoir un accès privilégié aux ressources énergétiques détenues par les pays de l'OCI.

En matière de politique extérieure, ces mêmes puissances tentent de canaliser la propension de l'Islam à l'extension illimitée contre des pays comme l'URSS (hier) et la Fédération de Russie aujourd'hui, et contre la République populaire de Chine.

En matière de politique intérieure, elles poursuivent le but de diviser le mouvement ouvrier en semant la division et en l’affaiblissant structurellement par le choix de privilégier l'immigration d'une force de travail de culture musulmane, dont les gouvernants de droite et dits "de gauche" ne facilitent pas -et pour cause!- l'apostasie de ses membres... [7]

Notes:

[1] Michel AYMERICH, Jérusalem, capitale de l’État des Hébreux autodéterminés! http://a-contre-air-du-temps.over-blog. ... mines.html

[2] Michel AYMERICH, Les «Palestiniens», un peuple inventé par anti-hébraïsme! http://a-contre-air-du-temps.over-blog. ... aisme.html

[3] Michel AYMERICH, Marx et les bolcheviks face à l'Islam ! http://a-contre-air-du-temps.over-blog. ... islam.html

[4] Michel AYMERICH, HISTOIRES DE CHIENS,http://a-contre-air-du-temps.over-blog. ... hiens.html

[5] Michel AYMERICH, John Kerry, idiot utile de la Oumma ou calculateur cynique ? Questions sur l’État Hébreu, la démocratie et l'islam...http://a-contre-air-du-temps.over-blog. ... islam.html

[6] Le plus beau cadeau du Fatah à Israël : Arafat a dit “Le peuple “Palestinien” a été inventé pour détruire Israël “ https://infos-israel.news/plus-beau-cad ... re-israel/

[7] Michel AYMERICH Le piège de la « lutte contre l’islamophobie », une contribution nécessaire de l'organisation Lutte ouvrière... http://a-contre-air-du-temps.over-blog. ... riere.html
Les " Palestiniens ", un peuple inventé par anti-hébraïsme ! - A contre air du temps

Les " Palestiniens ", un peuple inventé par anti-hébraïsme ! - A contre air du temps

Par Michel AYMERICH Je reproduis, ci-dessous, avec l'autorisation de David Belhassen, une discussion qu'il a eu sur sa page Facebook où il a fait la démonstration d'une haute érudition, comme à...

http://a-contre-air-du-temps.over-blog. ... aisme.html
Quelle solution au conflit judéo-islamique, dit " israélo-arabe "? - A contre air du temps

Quelle solution au conflit judéo-islamique, dit " israélo-arabe "? - A contre air du temps

Il conviendrait de remplacer "juif" par Hébreu et ce faisant de trouver la carte plus grande qui recouvrait dans le passé le pays qu'habitaient les Hébreux avant l'arabisation et l'islamisation ...

http://a-contre-air-du-temps.over-blog. ... arabe.html
A propos de " Israël - Des droits historiques et géographiques " - A contre air du temps

A propos de " Israël - Des droits historiques et géographiques " - A contre air du temps

Par Michel AYMERICH Je reproduis ci-dessous l'article de Michel Garroté paru sur le site Europe-Israël [1]. Je le reproduis parce-qu'il permet d'enrichir l'argumentaire d'ensemble constitué par mes

http://a-contre-air-du-temps.over-blog. ... iques.html
Quelques réflexions sur le parti pris anti-israélien, forme moderne de l'antisémitisme - A contre air du temps

Quelques réflexions sur le parti pris anti-israélien, forme moderne de l'antisémitisme - A contre air du temps

Par Michel AYMERICH Le parti pris anti-israélien est souvent insidieux, il n'apparaît ouvertement que lorsque l'Etat hébreu est attaqué et que son gouvernement prend la décision de le défendr...

http://a-contre-air-du-temps.over-blog.com/




Répondre