Page 42 sur 42

Re: Pleure oh pays bien aimé !

Posté : sam. 5 janv. 2019 16:25
par yacoub

Dernier message de la page précédente :

Image
C'est scandaleux, honteux, lâche, et inadmissible.
Ce matin le chanteur chrétien Ghiles Allaf a été sauvagement agressé par des individus inconnus sur sa route vers l'église de larvaa nath yirathen.il a eu plusieurs blessures sur son corps et même sa guitare n'a pas était épargné, d'après ces premiers déclarations il a aussi reçu des menaces de mort.
Quelle malheur pour notre pays l'intolérance a atteint le sommet.
Des procédures judiciaires seront lancées prochainement. Oulach Smah.

Re: Pleure oh pays bien aimé !

Posté : ven. 11 janv. 2019 16:39
par yacoub
Xénophobie et racisme en Algérie: ce que révèle l’affaire Miss Algérie 2019

Ammar Kessab
Expert en politiques culturelles
Image
Le problème du racisme en Algérie est longtemps resté tabou. Soit au nom d’une religion musulmane qui soi-disant ne reconnait pas les “races”, ou soit au nom d’un socialisme postindépendance qui considère théoriquement que tous les citoyens sont égaux, l’élite Algérienne, comme le régime en place, ont maintenu pendant cinquante ans un statu quo sur un problème qui devient aujourd’hui impossible à dissimuler, tant que le racisme prend des propositions alarmantes, et semble suivre à un parcours à l’occidentale, c’est-à-dire qu’il devient décomplexé parmi les petites gens, et est parfois assumé par les pouvoirs publics.

Aujourd’hui le plus grand pays d’Afrique par sa superficie, l’Algérie a une profondeur géographique et culturelle africaine encore méconnue par les habitants du Nord du pays, et ignorée par le système scolaire et universitaire.

Peu d’Algériens savent par exemple que la capitale de la Côte d’Ivoire Abidjan, est plus proche de la ville de In Guezzam dans le sud de l’Algérie, que d’Alger la capitale. Ainsi, il est tout à fait normal que de millions d’Algériens soient noirs ou très mattes de peau.

En plus du rejet de la diversité culturelle par le pouvoir central, cette méconnaissance de la réalité géographique, ethnique et culturelle par le Nord qui concentre les pouvoirs politiques et culturels, a été longtemps favorisée par une barrière naturelle aride, qui a limité les liens entre le Nord et le Sud : c’est le Sahara Algérien. Mais sous l’impulsion de plusieurs facteurs, la donne est en train de changer.

L’augmentation du niveau d’instruction des habitants du Sud, accompagnée par le développement très rapide des nouvelles technologies et des infrastructures de transport, ont permis de faciliter les liens et les déplacements entre le Sud et le Nord. Ainsi, peu visibles il y’a à peine deux décennies dans les domaines de la politique, des médias et des affaires, plusieurs figures du Sud du pays s’imposent dans de nouveaux paysages.

Ils se distinguent également dans les luttes sociales : les mobilisations ses dernières années des habitants du Sud contre le chômage et contre l’exploitation du gaz du schiste, largement diffusées sur les réseaux sociaux, ont permis à beaucoup d’Algériens du Nord de découvrir qu’ils avaient de nombreux concitoyens noirs.

Ce phénomène a coïncidé avec l’arrivée de nouvelles populations subsahariennes qui se sont installées dans les grandes villes du Nord de l’Algérie. Très vite, ces populations ont été victimes de violences par les populations locales, dans le Nord comme dans le Sud, et ont été la cible d’un discours et de décisions politiques et officiels hostiles (propos de l’actuel Premier ministre Ahmed Ouyahia et l’ordre donné par le ministère du Transport aux transporteurs privés et publics pour ne pas transporter les Subsahariens).

Ainsi, peu à peu, la xénophobie à laisser place au racisme, en ce sens que l’hostilité envers les Subsahariens allait se généraliser pour toucher les Algériens noirs aussi. Ce “nouveau” racisme s’est bien sûr nourrit sur un racisme qui existait déjà, mais qui était jusque-là dissous dans une dialectique politico-religieuse.

Les propos racistes dont a été victime Miss Algérie 2019 à cause de sa couleur de peau, a marqué ce passage d’une xénophobie nauséabonde qui touchait les migrants Subsahariens, à un racisme anti noirs qui ne distingue pas entre un Algérien et un Subsaharien. Ce glissement très dangereux s’est opéré sous l’impulsion des autorités publiques, à travers des décisions très maladroites, et celle de plusieurs “intellectuels” qui ont stigmatisé mes migrants Subsahariens, puis les habitants du Sud du pays.

Le racisme est un fléau qu’il faut contenir rapidement. Continuer à s’en prendre aux migrants subsahariens peut causer des ravages incommensurables sur la cohésion nationale pour les raisons que nous avons expliqué plus haut. En plus d’arrêter immédiatement de s’en prendre aux migrants subsahariens, y compris dans les médias, il est important que les pouvoirs publics légifèrent rapidement contre les racistes, car le racisme est un délit et non pas une opinion.

Re: Pleure oh pays bien aimé !

Posté : mer. 16 janv. 2019 10:40
par Georges
Kamel Daoud et Boualem Sansal, l'hymne à la liberté de deux écrivains algériens

Par Alexandre Devecchio Mis à jour le 15/01/2019 à 11:05 Publié le 14/01/2019 à 18:09

Kamel Daoud et Boualem Sansal, l'hymne à la liberté de deux écrivains algériens

RENCONTRE - Adversaires des islamistes et du régime de Bouteflika, les deux plus grands écrivains algériens de leur époque se respectent et s'admirent. Pourtant, ils n'avaient jamais croisé leur regard dans la presse. Pour Le Figaro, ils ont échangé longuement. À propos de l'Algérie, de la France, de l'islam, de l'exil et d'Albert Camus…

Leur première rencontre s'est faite dans les nuages. C'était il y a une dizaine d'années. Les deux écrivains algériens étaient tous les deux à 10.000 mètres d'altitude: dans un avion quelque part entre Alger et Marseille. Kamel Daoud est assis une ou deux rangées devant Boualem Sansal, qui ne l'a pas remarqué. «Je n'osais pas aller lui parler. J'ai passé la majorité du vol retourné à me dire: “j'y vais ou j'y vais pas?” A la fin, j'en avais un torticolis!, se souvient Daoud. J'admire énormément Boualem Sansal. Et pourtant pour un Algérien en admirer un autre, c'est très difficile! (rire) J'admire son œuvre, mais aussi l'homme: sa liberté et son indépendance.»

L'admiration est réciproque: «Kamel Daoud a été une lumière dans le ciel pour moi, affirme l'auteur du Serment des barbares. Dans les années 1990 je n'avais plus d'espoir. Je pensais que l'Algérie allait tomber, définitivement. Un jour, j'ouvre le quotidien d'Oran (où Daoud a été chroniqueur pendant une quinzaine d'années, NDLR) et je lis une chronique: je me dis, “ça existe encore ce ...