Qu'est-ce que l'Islamophobie?

Critique du Coran et ses versets - Chronologie - Histoire - Versets abrogés, Critique constructive des hadiths - quel apport dans la vie d'un musulman ? La réalité de la charia et de ses horreurs un peu partout dans le monde. Comment l'islam règle la vie des gens - comment les religieux oppressent le peuple
Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21299
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: A propos du néologisme

Message non lu par yacoub » mer. 15 août 2012 17:08

Dernier message de la page précédente :

Salut, Chayr :mrgreen: et bienvenue sur ce site qui veut inciter les nés musulmans à utiliser leur cerveau au lieu de se le faire niquer par des corâneries aussi stupides que méchantes.

Mahomet était une ordure, une parfaite ordure, je te le concède comme les vulgaires Jug qui le suivent.




Avatar du membre
chayR
Recrue pour la Paix
Recrue pour la Paix
Messages : 6
Enregistré le : lun. 14 avr. 2008 08:00
Contact :
Status : Hors ligne

Re: A propos du néologisme

Message non lu par chayR » mer. 15 août 2012 18:09

@Yacoub,
merci pour tes paroles de bienvenue. Personellement, je ne suis pas né musulman, mais je pense faire partie des rares francophones qui ont traduit et translittéré le Coran de l'arabe coranique au français courant. De ce travail sont issues mes quelques réflexions sur le texte (qour'an), les pseudo paroles de Mouhammad (hadiths), le "conte des mille et une nuit de la vie du prophète" (Sirah).
Comme personne ne connait la vie de celui qui n'a même pas de nom (mouh-hammad, "celui qui est aimé/loué"), dont les mentions sont toutes de sources musulmanes et datent de périodes postérieures à 450 à 800 ans après sa mort présumée, il est difficile de savoir s'il est né dans une poubelle ou un berceau en or.
Tout ce que je puis affirmer, c'est que les émirs, sultans, imams et autres chefs de "islam" qui se réclament de cet inconnu, sont effectivement des criminels particulièrement pervers qui prônent la flagellation, la lapidation, le meurtre, l'égorgement, l'esclavage (dhimmitude) tant des femmes, des apostats ... que des personnes qui refusent de reconnaitre l'islam comme la seule et unique religion sur cette terre. chayR



Avatar du membre
temple33
Caporal Virtuel
Caporal Virtuel
Messages : 138
Enregistré le : dim. 12 août 2012 23:20
Status : Hors ligne

Re: A propos du néologisme

Message non lu par temple33 » mer. 15 août 2012 18:18

Intéressent que tu aies bossé direct dans le domaine... j aime bien ce site il y a pas mal d infos croustillantes. Moi les miennes sont limité au coran et a certains hadiths, il y en a tellement que j ai juste lu quelqu uns qui traitait des sujets auxquelles je tenais comme l esclavage, tolérance et autre domaine universel ...mais bon j avais plus le courage de lire ces merdes jusqu au bout. C était tellement con que j avais l impression que pour la première fois de ma vie, le fait de lire me rendrais plus con qu intelligent . Si tu as d autres infos intéressantes et croustillantes sur ce gland hésite pas a les lâcher au fur rien mesure.



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21299
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: A propos du néologisme

Message non lu par yacoub » mer. 15 août 2012 18:42

chayR a écrit :
Tout ce que je puis affirmer, c'est que les émirs, sultans, imams et autres chefs de "islam" qui se réclament de cet inconnu, sont effectivement des criminels particulièrement pervers qui prônent la flagellation, la lapidation, le meurtre, l'égorgement, l'esclavage (dhimmitude) tant des femmes, des apostats ... que des personnes qui refusent de reconnaitre l'islam comme la seule et unique religion sur cette terre. chayR
:shock:
Pour moi Mahomet est le principal désastre de Dar El Islam.
C'est notre Hitler.
Tant que il sera adulé, le monde est en danger.




Avatar du membre
Lilith
Mort virtuellement
Mort virtuellement
Messages : 2691
Enregistré le : mar. 9 août 2011 19:21
Status : Hors ligne

Re: A propos du néologisme

Message non lu par Lilith » mer. 15 août 2012 21:24

euh excuse moi ChayR, mais en arabe islam ou mouslim signifie "se rendre" ou "se soumettre"



ruccikadianswords
Caporal Virtuel
Caporal Virtuel
Messages : 133
Enregistré le : sam. 4 août 2012 23:27
Status : Hors ligne

Re: A propos du néologisme

Message non lu par ruccikadianswords » mer. 15 août 2012 21:45

Yacoub a écrit : :shock:
Pour moi Mahomet est le principal désastre de Dar El Islam.
C'est notre Hitler.
Tant que il sera adulé, le monde est en danger.

Ça fait plus d'un millier d'années qu'il est adulé , mais bizarrement il n'y a que ces deux dernières décennies que les gens se rendent compte du "danger" de l'Islam.


Aléa jacta EST \/

Avatar du membre
Maried
Colonel Virtuel
Colonel Virtuel
Messages : 5878
Enregistré le : mer. 2 sept. 2009 15:19
Gender :
Status : Hors ligne

Re: A propos du néologisme

Message non lu par Maried » jeu. 16 août 2012 13:50

Bonjour et bienvenue sur ce site ChayR
Sami qui est sur ce site dit que le coran est l'oeuvre d'un rabbin
Sami a aussi un site où tu pourras lui soumettre tes questions

@Ruccikadianswords

L'Occident est en guerre contre l'islam depuis des siècles et des siècles
souviens toi des croisades commencé en 10 éme siècle
souviens toi de l'expulsion des musulmans et des juifs d'Espagne en 1492
souviens toi de la défaite de Lépante infligée aux turcs


"Qui n'empêche pas le mal le favorise"
Cicéron
_________________________________________________
ImageImageImage
ImageImage

Avatar du membre
chayR
Recrue pour la Paix
Recrue pour la Paix
Messages : 6
Enregistré le : lun. 14 avr. 2008 08:00
Contact :
Status : Hors ligne

Re: A propos du néologisme

Message non lu par chayR » jeu. 16 août 2012 14:45

Lilith a écrit :euh excuse moi ChayR, mais en arabe islam ou mouslim signifie "se rendre" ou "se soumettre"
Bonjour,
"se rendre", "se soumettre" ? Moi, je veux bien, mais comme la langue arabe prend sa source dans le Coran, je me permet de signaler que l'UNIQUE occurence de la racine S L M est située dans la seule sourate n°2 al baqarah au seul verset n° 71 : "mousallamatoun" (mou-SaLaMat-oun).
Ce verset évoque une vache "parfaite", "sans défaut". Donc le sens premier de la racine S L M est "perfection" et non ce que les musulmans ultérieurs ont bien voulu lui faire signifier.
CQFD. chayR scripsit.



Avatar du membre
chayR
Recrue pour la Paix
Recrue pour la Paix
Messages : 6
Enregistré le : lun. 14 avr. 2008 08:00
Contact :
Status : Hors ligne

Re: A propos du néologisme

Message non lu par chayR » jeu. 16 août 2012 15:01

[quote="maried"]Bonjour ... Sami qui est sur ce site dit que le coran est l'oeuvre d'un rabbin...

Bonjour,
De nombreux savants ont envisagé que l'auteur du Coran puisse être un juif, voire un rabbin, et c'est loin d'être une thèse farfelue.
Cependant, il est des signes qui font fortement pencher pour l'affirmation que le rédacteur était plutôt un chrétien de la banche des arianistes. Il connaissait bien l'hébreu, langue de rédaction de la Torah qu'il maitrisait certes parfaitement, tout comme le syriaque et l'araméen, langues parlée dans l'arabie de l'époque de la rédaction du Coran.
Pourquoi un moine chrétien ? Parce que JAMAIS un juif ne proclamerait, comme le dit le Coran, que Jésus est "le Messie", que Jésus est fils de Maryam enfanté par le souffle divin.... autant de dogmes violemment rejetés par les juifs.
Enfin, on peut noter de très nombreuses allusions aux thèses arianistes comme la négation de la crucifixion de Jésus et surtout sa réincarnation et son ascension ... tous des dogmes fermement niés par les arianistes.
chayR scripsit.



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21299
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: A propos du néologisme

Message non lu par yacoub » jeu. 16 août 2012 19:33

Bonsoir chayR j'ai visité ton site. Très bien fait mais il ne m'a pas convaincu.

Je crois plutôt ce que dit Fréderic Lenoir :

La secte judéo-chrétienne elkassaïte issue de la secte ébionite a sûrement inspiré Mahomet.
Il y a prohibition des boissons fermentés, nourriture licite et illicite,
et utilisation des crachats, des urines et autres saletés du corps des "saints" comme remède contre les maladies.

Ils refusent de reconnaitre la divinité du christ mais le considèrent comme messie.
A leurs yeux Jésus est le dernier des prophètes, le sceau de la prophétie.
Ce qui a été adopté par Mahomet mais à son service



Avatar du membre
Proust
Major Virtuel
Major Virtuel
Messages : 2073
Enregistré le : lun. 2 juil. 2012 14:06
Gender :
Status : Hors ligne

Re: A propos du néologisme

Message non lu par Proust » ven. 17 août 2012 10:12

chayR a écrit : Comme personne ne connait la vie de celui qui n'a même pas de nom (mouh-hammad, "celui qui est aimé/loué"), dont les mentions sont toutes de sources musulmanes et datent de périodes postérieures à 450 à 800 ans après sa mort présumée, il est difficile de savoir s'il est né dans une poubelle ou un berceau en or.
Tout ce que je puis affirmer, c'est que les émirs, sultans, imams et autres chefs de "islam" qui se réclament de cet inconnu, sont effectivement des criminels particulièrement pervers qui prônent la flagellation, la lapidation, le meurtre, l'égorgement, l'esclavage (dhimmitude) tant des femmes, des apostats ... que des personnes qui refusent de reconnaitre l'islam comme la seule et unique religion sur cette terre. chayR
Bienvenue chayR, j'ai lu quelque part que Mahomet n'a jamais existé et que tout cela a été une simulation des empereurs omeyades.


Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n'est pas victime ! Il est complice.
George Orwell.

Avatar du membre
Maried
Colonel Virtuel
Colonel Virtuel
Messages : 5878
Enregistré le : mer. 2 sept. 2009 15:19
Gender :
Status : Hors ligne

Re: A propos du néologisme

Message non lu par Maried » dim. 19 août 2012 10:19

Arius et l'arianisme pour les nuls
Toutes les grandes disputes théologiques pendant douze cents ans ont été grecques. Qu’auraient dit Homère, Sophocle, Démosthène, Archimède, s’ils avaient été témoins de ces subtils ergotismes qui ont coûté tant de sang?
Arius a l’honneur encore aujourd’hui de passer pour avoir inventé son opinion, comme Calvin passe pour être fondateur du calvinisme. La vanité d’être chef de secte est la seconde de toutes les vanités de ce monde; car celle des conquérants est, dit-on, la première. Cependant, ni Calvin ni Arius n’ont certainement pas la triste gloire de l’invention.
On se querellait depuis longtemps sur la Trinité, lorsque Arius se mêla de la querelle dans la disputeuse ville d’Alexandrie. où Euclide n’avait pu parvenir à rendre les esprits tranquilles et justes. Il n’y eut jamais de peuple plus frivole que les Alexandrins; les Parisiens mêmes n’en approchent pas.
Il fallait bien qu’on disputât déjà vivement sur la Trinité, puisque le patriarche auteur de la Chronique d’Alexandrie, conservée à Oxford, assure qu’il y avait deux mille prêtres qui soutenaient le parti qu’Arius embrassa.
Mettons ici, pour la commodité du lecteur, ce qu’on dit d’Arius dans un petit livre qu’on peut n’avoir pas sous la main.
« Voici une question incompréhensible qui a exercé depuis plus de seize cents ans la curiosité, la subtilité sophistique, l’aigreur, l’esprit de cabale, la fureur de dominer, la rage de persécuter, le fanatisme aveugle et sanguinaire, la crédulité barbare, et qui a produit plus d’horreurs que l’ambition des princes, qui pourtant en a produit beaucoup. Jésus est-il Verbe? S’il est Verbe, est-il émané de Dieu dans le temps ou avant le temps? s’il est émané de Dieu, est-il coéternel et consubstantiel avec lui, ou est-il d’une substance semblable? est-il distinct de lui, ou ne l’est-il pas? est-il fait, ou engendré? Peut-il engendrer à son tour? a-t-il la paternité ou la vertu productive sans paternité? Le Saint-Esprit est-il fait ou engendré, ou produit, ou procédant du Père, ou procédant du Fils, ou procédant de tous les deux? Peut-il engendrer, peut-il produire? son hypostase est-elle consubstantielle avec l’hypostase du Père et du Fils? et comment, ayant précisément la même nature, la même essence que le Père et le Fils, peut-il ne pas faire les mêmes choses que ces deux personnes qui sont lui-même?
« Ces questions si au-dessus de la raison avaient certainement besoin d’être décidées par une Église infaillible.
« On sophistiquait, on ergotait, on haïssait, on s’excommuniait chez les chrétiens pour quelques-uns de ces dogmes inaccessibles à l’esprit humain, avant les temps d’Arius et d’Athanase. Les Grecs égyptiens étaient d’habiles gens, ils coupaient un cheveu en quatre: mais cette fois-ci ils ne le coupèrent qu’en trois. Alexandros, évêque d’Alexandrie, s’avise de prêcher que Dieu étant nécessairement individuel, simple, dune monade dans toute la rigueur du mot, cette monade est trine.
Le prêtre Arious, que nous nommons Arius, est tout scandalisé de la monade d’Alexandros; il explique la chose différemment; il ergote en partie comme le prêtre Sabellious, qui avait ergoté comme le Phrygien Praxeas, grand ergoteur. Alexandros assemble vite un petit concile de gens de son opinion, et excommunie son prêtre. Eusébios, évêque de Nicomédie, prend le parti d’Arious: voilà toute l’Église en feu.
« L’empereur Constantia était un scélérat, je l’avoue, un parricide qui avait étouffé sa femme dans un bain, égorgé son fils, assassiné son beau-père, son beau-frère et son neveu, je ne le nie pas; un homme bouffi d’orgueil, et plongé dans les plaisirs, je l’accorde; un détestable tyran, ainsi que ses enfants, transeat: mais il avait du bon sens. On ne parvient point à l’empire, on ne subjugue pas tous ses rivaux sans avoir raisonné juste.
« Quand il vit la guerre civile des cervelles scolastiques allumée, il envoya le célèbre évêque Ozius avec des lettres déhortatoires aux deux parties belligérantes(7). « Vous êtes de grands fous, leur dit-il expressément dans sa lettre, de vous quereller pour des choses que vous n’entendez pas. Il est indigne de la gravité de vos ministères de faire tant de bruit sur un sujet si mince. »
Constantin n’entendait pas par mince sujet ce qui regarde la Divinité, mais la manière incompréhensible dont on s’efforçait d’expliquer la nature de la Divinité. Le patriarche arabe qui a écrit l’Histoire de l’Église d’Alexandrie fait parler à peu près ainsi Ozius en présentant la lettre de l’empereur:
« Mes frères, le christianisme commence à peine à jouir de la paix, et vous allez le plonger dans une discorde éternelle. L’empereur n’a que trop raison de vous dire que vous vous querellez pour un sujet fort mince. Certainement si l’objet de la dispute était essentiel, Jésus-Christ, que nous reconnaissons tous pour notre législateur, en aurait parlé; Dieu n’aurait pas envoyé son fils sur la terre pour ne nous pas apprendre notre catéchisme. Tout ce qu’il ne nous a pas dit expressément est l’ouvrage des hommes, et l’erreur est leur partage. Jésus vous a commandé de vous aimer, et vous commencez par lui désobéir en vous haïssant, en excitant la discorde dans l’empire. L’orgueil seul fait naître les disputes, et Jésus votre maître vous a ordonné d’être humbles. Personne de vous ne peut savoir si Jésus est fait, ou engendré. Et que vous importe sa nature, pourvu que la vôtre soit d’être justes et raisonnables? Qu’a de commun une vaine science de mots avec la morale qui doit conduire vos actions? Vous chargez la doctrine de mystères, vous qui n’êtes faits que pour affermir la religion par la vertu. Voulez-vous que la religion chrétienne ne soit qu’un amas de sophismes? est-ce pour cela que le Christ est venu? Cessez de disputer; adorez, édifiez, humiliez-vous, nourrissez les pauvres, apaisez les querelles des familles au lieu de scandaliser l’empire entier par vos discordes. »
« Ozius parlait à des opiniâtres. On assembla un concile de Nicée, et il y eut une guerre civile spirituelle dans l’empire romain. Cette guerre en amena d’autres, et de siècle en siècle on s’est persécuté mutuellement jusqu’à nos jours. »
Ce qu’il y eut de triste, c’est que la persécution commença dés que le concile fut terminé; mais lorsque Constantin en avait fait l’ouverture, il ne savait encore quel parti prendre, ni sur qui il ferait tomber la persécution. Il n’était point chrétien(8), quoiqu’il fût à la tête des chrétiens; le baptême seul constituait alors le christianisme, et il n’était point baptisé; il venait même de faire rebâtir à Rome le temple de la Concorde. Il lui était sans doute fort indifférent qu’Alexandre d’Alexandrie, ou Eusèbe de Nicomédie, et le prêtre Arius, eussent raison ou tort; il est assez évident, par la lettre ci-dessus rapportée, qu’il avait un profond mépris pour cette dispute.
Mais il arriva ce qu’on voit, et ce qu’on verra à jamais dans toutes les cours. Les ennemis de ceux qu’on nomma depuis ariens accusèrent Eusèbe de Nicomédie d’avoir pris autrefois le parti de Licinius contre l’empereur. « J’en ai des preuves, dit Constantin dans sa lettre à l’Église de Nicomédie, par les prêtres et les diacres de sa suite que j’ai pris, etc. »
Ainsi donc, dès le premier grand concile, l’intrigue, la cabale, la persécution, sont établies avec le dogme, sans pouvoir en affaiblir la sainteté. Constantin donna les chapelles de ceux qui ne croyaient pas la consubstantialité à ceux qui la croyaient, confisqua les biens des dissidents à son profit, et se servit de son pouvoir despotique pour exiler Arius et ses partisans, qui alors n’étaient pas les plus forts. On a dit même que de son autorité privée il condamna à mort quiconque ne brûlerait pas les ouvrages d’Arius: mais ce fait n’est pas vrai. Constantin, tout prodigue qu’il était du sang des hommes, ne poussa pas la cruauté jusqu’à cet excès de démence absurde, de faire assassiner par ses bourreaux celui qui garderait un livre hérétique, pendant qu’il laissait vivre l’hérésiarque.
Tout change bientôt à la cour; plusieurs évêques inconsubstantiels, des eunuques. des femmes, parlèrent pour Arius, et obtinrent la révocation de la lettre de cachet. C’est ce que nous avons vu arriver plusieurs fois dans nos cours modernes en pareille occasion.
Le célèbre Eusèbe, évêque de Césarée, connu par ses ouvrages, qui ne sont pas écrits avec un grand discernement, accusait fortement Eustache, évêque d’Antioche, d’être sabellien; et Eustache accusait Eusèbe d’être arien. On assembla un concile à Antioche; Eusèbe gagna sa cause; on déposa Eustache; on offrit le siège d’Antioche à Eusèbe, qui n’en voulut point; les deux partis s’armèrent l’un contre l’autre; ce fut le prélude des guerres de controverse. Constantin qui avait exilé Arius pour ne pas croire le Fils consubstantiel, exila Eusèbe pour le croire: de telles révolutions sont communes.
Saint Athanase était alors évêque d’Alexandrie; il ne voulut point recevoir dans la ville Arius, que l’empereur y avait envoyé. disant qu’Arius était excommunié; qu’un excommunié ne devait plus avoir ni maison, ni patrie; qu’il ne pouvait ni manger, ni coucher nulle part et qu’il vaut mieux obéir à Dieu qu’aux hommes. Aussitôt nouveau concile à Tyr, et nouvelles lettres de cachet. Athanase est déposé par les Pères de Tyr, et exilé à Trèves par l’empereur. Ainsi Arius et Athanase, son plus grand ennemi, sont condamnés tour à tour par un homme qui n’était pas encore chrétien.
Les deux factions employèrent également l’artifice, la fraude, la calomnie, selon l’ancien et l’éternel usage. Constantin les laissa disputer et cabaler; il avait d’autres occupations. Ce fut dans ce temps-là que ce bon prince fit assassiner son fils, sa femme, et son neveu le jeune Licinius, l’espérance de l’empire, qui n’avait pas encore douze ans.
Le parti d’Arius fut toujours victorieux sous Constantin. Le parti opposé n’a pas rougi d’écrire qu’un jour saint Macaire, l’un des plus ardents sectateurs d’Athanase, sachant qu’Arius s’acheminait pour entrer dans la cathédrale de Constantinople, suivi de plusieurs de ses confrères, pria Dieu si ardemment de confondre cet hérésiarque, que Dieu ne put résister à la prière de Macaire; que sur-le-champ tous les boyaux d’Arius lui sortirent par le fondement, ce qui est impossible; mais enfin Arius mourut.


"Qui n'empêche pas le mal le favorise"
Cicéron
_________________________________________________
ImageImageImage
ImageImage

Avatar du membre
Maried
Colonel Virtuel
Colonel Virtuel
Messages : 5878
Enregistré le : mer. 2 sept. 2009 15:19
Gender :
Status : Hors ligne

Re: A propos du néologisme

Message non lu par Maried » mer. 14 nov. 2012 11:26



"Qui n'empêche pas le mal le favorise"
Cicéron
_________________________________________________
ImageImageImage
ImageImage

Avatar du membre
Maried
Colonel Virtuel
Colonel Virtuel
Messages : 5878
Enregistré le : mer. 2 sept. 2009 15:19
Gender :
Status : Hors ligne

Re: A propos du néologisme

Message non lu par Maried » mer. 2 janv. 2013 11:05

René Naba confond islamophobie et arabophobie :shock:


"Qui n'empêche pas le mal le favorise"
Cicéron
_________________________________________________
ImageImageImage
ImageImage

Avatar du membre
Maried
Colonel Virtuel
Colonel Virtuel
Messages : 5878
Enregistré le : mer. 2 sept. 2009 15:19
Gender :
Status : Hors ligne

Re: A propos du néologisme

Message non lu par Maried » ven. 11 janv. 2013 13:49

De l’islamophobie, vous dites ?!?


Chers messieurs Moussaoui et Boubaker,

Autant vous le dire tout de suite je vous trouve plus lamentables que les plus fervents défenseurs d’un Islam radical hurlant leur haine dans les rues du Caire ou de Tunis. Eux au moins peuvent être considérés comme des fanatiques, c’est à dire des êtres conditionnés par des plus malins qu’eux car le QI d’un fanatique religieux qui hurle devant les grilles d’une ambassade, d’un théâtre parisien ou dans un territoire occupé est en général inversement proportionnel à celui qui les manipulent, eux pour le moins ont la pauvreté, l’illettrisme, ou la peur comme fausse excuse. Mais vous, messieurs Moussaoui et Boubaker vous n’avez pas d’excuse , à moins que l’hypocrisie et la lâcheté en soient une…

Vous, comme les fous de dieux que vous êtes censés combattre en tant que représentants du culte musulman en France, en tant que leaders d’opinion, vous invitez les Musulmans de France à prendre la rue, à jeter des cailloux, à hurler comme des fous en leur disant que ces dessins sont des insultes, et des provocations…

La liberté d’expression ne se discute pas, il n’appartient pas à un Premier Ministre ni à un ministre des affaires étrangères, ni à un prêtre, ni à un Imam, ni à un représentant du culte musulman, ni à un éditorialiste de dire si un journal a raison de publier tel ou tel article, telle ou telle caricature, ni même à vous…. Seule la justice dans les pays libres comme le nôtre peut être saisie afin de juger ensemble s’il y a un délit. En revanche vous avez le droit de ne pas trouver cela drôle, c’est à dire messieurs, vous pouvez critiquer.

Face aux caricatures de Charlie hebdo, vous auriez dû au pire les ignorer mais en tant que citoyen français vous auriez dû les défendre, oui les défendre, si vraiment l’Islam est une religion d’amour comme vous le dites, et je n’ai aucune raison de ne pas vous croire. Mais alors expliquez à vos ouailles ce que c’est que la tolérance, l’humour, la moquerie…et la critique.

Au lieu de cela vous incitez à la haine messieurs Moussaoui et Boubaker, vous parlez monsieur Moussaoui d’acte islamophobe à propos de ces caricatures mais les dessinateurs de Charlie hebdo n’interdisent pas aux croyants de croire, ils s’en moquent. Les dessinateurs de Charlie hebdo ne rêvent pas de voir Israël réduite en cendre mais critiquent la politique israélienne , ils n’interdisent pas l’accès à l’éducation aux jeunes filles, ils ne rêvent pas de voir les programmes scolaires passés au crible de la religion , ils ne détruisent pas des lieux de cultes à coups de lance-roquettes dédicacées à Allah. Moi je vous retourne le compliment, vos difficultés à vous situer par rapport aux violences islamistes participent à favoriser l’ islamophobie.

Si demain des excités vont détruire des choses dans les rues de Paris ce sera à cause de vous et non de Charlie Hebdo, car Charlie Hebdo est dans son rôle contrairement à vous. Vous, vous devriez condamner la haine sans assortir constamment vos propos fades d’un “mais” ce petit mot des condamnations molles, je condamne les manifestations contre les ambassades américaines “mais”il faut reconnaitre que… Quand on condamne il n’y a pas de mais….

La vérité c’est que dans votre tête vous n’avez pas encore assimilé l’Islam en Démocratie, vous avez peur de la foi non pratiquante, la foi intime qui ne regarde que celui qui croit, la foi qui ne donne pas de leçon aux autres, qui n’a pas besoin de costumes ni de postures pour exister, vous n’avez pas assimilé vous qui vivez en France pourtant la Démocratie, la République ni la Laïcité…

En fait l’islamophobie est votre fond de commerce, car elle resserre les rangs en même temps qu’elle fait serrer les poings, vous avez peur de la foi privée, de la “croyance vue de ma fenêtre”, celle qui a fait déserter les Églises françaises, car ce qui les remplissait ce n’était pas la foi mais l’endoctrinement, il en va de même pour les mosquées. Un jour des musulmans n’auront pas peur de dire qu’ils sont croyants et qu’ils mangent du porc et boivent de l’alcool, un jour des musulmans n’auront pas peur de dire que le ramadan est un souvenir lointain, que l’on peut croire sans bêler, que l’on peut croire sans rites et que personne n’a le pouvoir ni l’autorité de juger la foi de l’autre.

Au nom du peuple français et de ses valeurs, je vous demande donc de revenir sur vos condamnations et vos caricatures verbales et verbeuses, je vous demande de soutenir la liberté d’expression en expliquant aux excités de la crise de foi que des dessins même les plus crus ne peuvent pas abimer l’Islam, que ces dessins sont la preuve que votre opinion sera protégée par la loi… Et expliquez le ensuite à ce gouvernement de gauche, aux journalistes CSP+ qui pèsent le pour et le contre, croyant faire ainsi leur métier mais ne se rendant pas comptent qu’ils se tirent une vraie balle dans le pied. Expliquez le aussi aux Évêques de France qui en vous comprenant espèrent regagner une audience perdue.

Philippe Torreton


"Qui n'empêche pas le mal le favorise"
Cicéron
_________________________________________________
ImageImageImage
ImageImage

Avatar du membre
Maried
Colonel Virtuel
Colonel Virtuel
Messages : 5878
Enregistré le : mer. 2 sept. 2009 15:19
Gender :
Status : Hors ligne

Re: A propos du néologisme

Message non lu par Maried » mer. 2 oct. 2013 11:49



"Qui n'empêche pas le mal le favorise"
Cicéron
_________________________________________________
ImageImageImage
ImageImage


Répondre