Freud et la Psychanalyse.

Commenter et informer des dernières découvertes scientifiques - historiques ou géologiques - Critiques des théories et des scientifiques.
Avatar du membre
nexus
Colonel Virtuel
Colonel Virtuel
Messages : 5387
Enregistré le : dim. 4 sept. 2011 23:34
Localisation : france
Gender :
Status : Hors ligne

Freud et la Psychanalyse.

Message non lu par nexus » mer. 28 août 2013 23:48

La psychanalyse utile ou illusions ?


Freud ne résiste pas à l'analyse

La psychanalyse n'est, au fond, qu'une foire aux illusions entretenue par ses adeptes, affirme Serge Larivée, qui vient de publier "La psychanalyse ne résiste pas à l'analyse". À quand la fin de la mascarade?" s'interroge-t-il.

À son avis, la psychanalyse, inventée par Sigmund Freud, n'obéit pas aux critères d'une véritable démarche scientifique, et ce, même si elle constitue un système de croyances sophistiqué. "Ce système conceptuel n'est pas cohérent avec ce qu'il est censé expliquer", estime le professeur de l'École de psychoéducation de l'Université de Montréal qui a analysé les données du corpus de la psychanalyse à la lumière d'une démarche scientifique.

Paru dans le dernier numéro de la Revue de psychoéducation (vol. 42, no 1), le texte de 45 pages signé par M. Larivée (auprès duquel on peut se le procurer) et le biochimiste Éric Coulombe se compose de quatre parties. Dans la première, les chercheurs présentent l'analyse des 31 cas traités par Freud, mettant en évidence "la non-efficacité de son approche". La deuxième est consacrée au caractère dogmatique des débuts de la psychanalyse, caractère qui sévit encore, selon MM. Larivée et Coulombe, dans certains milieux. Par la suite, à l'aide d'exemples tirés des écrits de Jacques Lacan, Françoise Dolto et Bruno Bettelheim ainsi que de la pratique actuelle, ils répondent à ceux "qui prétendent que la psychanalyse a évolué" et démontrent que tel n'est pas le cas. Enfin, ils mettent en évidence que la tentative des psychanalystes de récupérer le courant de la neuropsychologie à leur profit ne tient pas la route.

Ce n'est pas la première fois que M. Larivée remet en question l'héritage freudien. En 2003, il avait publié dans la même revue une critique plutôt assassine de la psychanalyse avec le professeur Hubert Van Gijseghem, aujourd'hui retraité. Cela avait valu aux auteurs de nombreux reproches de la part des tenants de la méthode. Serge Larivée est conscient des risques. Mais à ses yeux, il importe avant tout de porter un regard critique sur la science. "La psychanalyse n'a toujours pas fait ses preuves, dit-il. On n'a que des anecdotes. Mille anecdotes ne font pas un fait."

Citant l'écrivain Giovanni Papini, M. Larivée rappelle que Freud lui-même se décrivait comme un poète et un romancier. "Pour lui, la psychanalyse n'était rien d'autre que l'interprétation de sa vocation littéraire en termes de psychologie et de pathologie. Freud a d'ailleurs reçu le prix Goethe de littérature en 1930."
Déboulonner le mythe de la psychanalyse

Solidement ancrée dans l'imaginaire collectif, la psychanalyse fascine tout un chacun. Dans les magazines féminins, les films et nos conversations, on se réfère souvent à ses concepts: le complexe d'OEdipe, la libido, les souvenirs refoulés, l'inconscient, le moi, le ça, le surmoi, etc. "La psychanalyse suppose un déterminisme psychique strict, explique M. Larivée. L'entièreté de nos comportements et des éléments de notre vie intérieure, jusque dans les moindres détails, serait explicable par cette théorie. Selon la psychanalyse, tout a une cause psychique ou sexuelle, qu'elle prétend seule être en mesure de comprendre."

Ses détracteurs sont depuis toujours nombreux. Plusieurs scientifiques comme Jacques Bénesteau, auteur de Mensonges freudiens: histoire d'une désinformation séculaire, qualifient même la psychanalyse de pseudoscience. Serge Larivée abonde dans le même sens.

Dans l'article de MM. Larivée et Coulombe, le père fondateur de la psychanalyse en prend pour son rhume. Mais aussi Lacan et Bettelheim. "La psychanalyse est probablement l'une des plus grosses fraudes depuis le début du 20e siècle, signale Serge Larivée. Freud a falsifié ses résultats et a menti sur les cas qu'il a supposément traités; il n'a guéri personne! Aujourd'hui, un chercheur qui commettrait ces écarts scientifiques perdrait à jamais ses fonds de recherche."

Et il précise que, même si Freud avait été d'une honnêteté scrupuleuse, la critique qu'il fait de la psychanalyse demeurerait valide.

http://www.techno-science.net/?onglet=news&news=11969


L'islam n'est pas la révélation de dieu a l'homme mais celle de l'homme sur dieu.
La religion en tant que source de consolation est un obstacle à la véritable foi, et en ce sens l'athéisme est une purification
L'athéisme est une négation de Dieu, et par cette négation, il pose l'existence de l'homme.

Avatar du membre
Donia
Mort virtuellement
Mort virtuellement
Messages : 3809
Enregistré le : mar. 11 sept. 2012 22:39
Status : Hors ligne

Re: Freud et la Psychanalyse.

Message non lu par Donia » jeu. 29 août 2013 00:02

Article très intéressant, merci Nexus :)

Quand on y regarde de près, il est vrai que la psychanalyse ne répond pas à une démarche scientifique, à proprement parler. Tout ce qu'elle affirme est indémontrable et relève presque selon moi du domaine de la superstition et de la croyance.

Je me souviens qu'au lycée le prof de philo vomissait littéralement Freud et la psychanalyse :mrgreen: Du coup, à cause de lui (ou grâce à lui ?), je n'ai jamais étudié la chose avec sérieux.

Je pense cela dit, que tout son travail n'est pas à jeter aux ordures, et que le subconscient par exemple est une réalité qu'il ne faut pas négliger, mais qui de toute façon ne peut pour l'instant, pas être étudié d'un point de vue scientifique strict... :roll:



Avatar du membre
nexus
Colonel Virtuel
Colonel Virtuel
Messages : 5387
Enregistré le : dim. 4 sept. 2011 23:34
Localisation : france
Gender :
Status : Hors ligne

Re: Freud et la Psychanalyse.

Message non lu par nexus » jeu. 29 août 2013 00:20

L'impression que j''ai est que cela ne guérit pas grand monde,par contre les gens dépensent des sommes folles chez les psycho et autres psychiatres dés qu'ils ont des bobos à (l'âme). :lollol
Sinon je connais un psychiatre il est complètement a l'ouest je me demande comment il peut soigner les gens. :lollol


L'islam n'est pas la révélation de dieu a l'homme mais celle de l'homme sur dieu.
La religion en tant que source de consolation est un obstacle à la véritable foi, et en ce sens l'athéisme est une purification
L'athéisme est une négation de Dieu, et par cette négation, il pose l'existence de l'homme.

Avatar du membre
Donia
Mort virtuellement
Mort virtuellement
Messages : 3809
Enregistré le : mar. 11 sept. 2012 22:39
Status : Hors ligne

Re: Freud et la Psychanalyse.

Message non lu par Donia » jeu. 29 août 2013 00:33

C'est bien connu que les psy sont souvent plus fêlés que leurs patients :ghee: Mais plus riches qu'eux c'est certain, au vu de ce qu'ils facturent pour soigner un bobo à l'âme ou pour écouter le récit d'un rêve :lollol



Avatar du membre
JohnGalt
Mort virtuellement
Mort virtuellement
Messages : 1492
Enregistré le : mar. 13 août 2013 16:43
Status : Hors ligne

Re: Freud et la Psychanalyse.

Message non lu par JohnGalt » jeu. 29 août 2013 00:50

Cela me fait penser dans le nouveau guide des folies dans la psychiatrie (DSM5) : ils ont tout mis. Si tu es triste après un deuil,tu es dépressif. On peux te refiler un médoc pour t’assommer.
On arrive toujours pas à comprendre dans son intégralité notre mélancolie.

Onfray a démoli entièrement la psychanalyse dans l'un de ses derniers livres.



Avatar du membre
nexus
Colonel Virtuel
Colonel Virtuel
Messages : 5387
Enregistré le : dim. 4 sept. 2011 23:34
Localisation : france
Gender :
Status : Hors ligne

Re: Freud et la Psychanalyse.

Message non lu par nexus » jeu. 29 août 2013 01:04

C'est pas tout, il faut voir comment son soignés les gens atteints de pathologies comportementales et psychiatriques dans les hôpitaux et autres centres , ces gens sont transformés en zombies et aucun n'est jamais sorti guéri ou alors très peu :-x c'est pour dire de l'efficacité des méthodes utilisées . :ghee:


L'islam n'est pas la révélation de dieu a l'homme mais celle de l'homme sur dieu.
La religion en tant que source de consolation est un obstacle à la véritable foi, et en ce sens l'athéisme est une purification
L'athéisme est une négation de Dieu, et par cette négation, il pose l'existence de l'homme.

Avatar du membre
jug
Lieutenant Virtuel
Lieutenant Virtuel
Messages : 3443
Enregistré le : jeu. 3 sept. 2009 21:53
Localisation : Algerie
Gender :
Status : Hors ligne

Re: Freud et la Psychanalyse.

Message non lu par jug » jeu. 29 août 2013 01:09

Je pense que chaque époque a sa psychanalyse.
Les sociétés actuelles ont une approche différente de la psychanalyse.
Les fous d'hier ne sont pas ceux d'aujourd'hui.
Quand un gars fauché raconte n'importe quoi,on dit qu'il est fou.
Tandis que s'il était riche on dirait plutôt qu'il est excentrique.

D'ailleurs tous les prophètes étaient fous et riches y compris Jesus que l'on a prétendu pauvre.


Les pauvres gens deviennent souvent les plus grands salauds.

Avatar du membre
Angelotin
Lieutenant Virtuel
Lieutenant Virtuel
Messages : 3419
Enregistré le : dim. 19 févr. 2012 05:12
Gender :
Status : Hors ligne

Re: Freud et la Psychanalyse.

Message non lu par Angelotin » ven. 30 août 2013 00:49

Freud était le précurseur d'un domaine nouveau. Sans réel apport scientifique, Il n’était qu'au début d'une découverte et tentait d'expliquer la psychologie humaine avec ses concepts. Il est donc facile avec notre recul au 21iècle de discréditer ses travaux par rapport aux nôtres,alors qu'il a eu une formidable intuition de procéder
La psychanalyse a permis de comprendre les symptômes comme la nevrose, la psychose, le refoulement, Perversion etc... Ce qui rends aléatoire cette discipline, c'est la culture! Les références des peuples n'ont pas les mêmes désirs, ni les mêmes espoir, ni les mêmes craintes. En sommes la psychanalyse doit pouvoir changer et modifier ses références et faire de l'ethnopsychanalyse. Lorsque Mahomet fait des crises épilepsies, est un pervers sexuel, etc... les explications sont en référence à son époque et son contexte. Cela ne réduit en rien au fait que c'est un malade psychique, bien au contraire on peut comprendre mieux pourquoi il l'est!
Après cette plaidoirie de la psychanalyse, je rejoins Michel Onfray, expliquer notre monde moderne avec Freud n'a aucun sens!
La pointe de la recherche, aujourd'hui sont les neurosciences.


Ni Dieu, Ni Maitre. Athéisme naturaliste et humaniste. l'auto gestion comme forme politique. L'écologie pour nous sauver. La vie comme une romance gothique!.
"Vous n'avez pas besoin de religion pour justifier l'amour, mais c'est le meilleur outil jamais inventé pour justifier la haine."

Avatar du membre
fallenRaziel
Major Virtuel
Major Virtuel
Messages : 2324
Enregistré le : ven. 28 juin 2013 10:22
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Freud et la Psychanalyse.

Message non lu par fallenRaziel » ven. 30 août 2013 18:08

Le freudisme, ce n'est ni plus ni moins que la tentative d'un homme névrosé de faire passer sa pathologie pour une généralité en l'appliquant à tout le monde. Rappelons que Freud voulait se taper sa mère et sa fille. Personnellement j'ai jamais eu envie de coucher avec mon père ni de tuer ma mère, en fait ça aurait même été plutôt l'inverse XD


« Le christianisme devient sanguinaire en s'éloignant de ses textes, là où l'islam le devient en se rapprochant des siens »
"Si un dieu est disposé à empêcher le mal mais qu’il n’en est pas capable, alors il n’est pas tout puissant.
S’il en est capable mais qu’il n’est pas disposé à le faire, alors il est malveillant.
S’il n’en est pas capable ni disposé à le faire, pourquoi l’appelle-t-on un dieu ?"

"Si vous entendez parler un jour d'un homme qui a une case en moins et à qui Dieu parle dans son bain, c'est que je lui ai parlé... ou alors, c'est qu'il a un peu disjoncté." Le Métatron, Dogma.
"Soyons très clairs : Dieu parle. C'est plutôt votre structure physiologique qui ne pourrait pas résister à l'incroyable puissance vocale de Notre Seigneur. Si lui il essayait de vous parler, votre âme et votre coeur exploseraient sur-le-champ ; il nous a fallu cinq Adams pour en arriver à cette conclusion." Le Métatron, Dogma.
Image

Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21822
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Freud et la Psychanalyse.

Message non lu par yacoub » ven. 30 août 2013 18:25

Bien avant Michel Onfray il y avait ce livre.

Image



Avatar du membre
fallenRaziel
Major Virtuel
Major Virtuel
Messages : 2324
Enregistré le : ven. 28 juin 2013 10:22
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Freud et la Psychanalyse.

Message non lu par fallenRaziel » ven. 30 août 2013 18:49

Intéressant, je l'achèterai bien. C'est vulgarisé ou très pointu ?


« Le christianisme devient sanguinaire en s'éloignant de ses textes, là où l'islam le devient en se rapprochant des siens »
"Si un dieu est disposé à empêcher le mal mais qu’il n’en est pas capable, alors il n’est pas tout puissant.
S’il en est capable mais qu’il n’est pas disposé à le faire, alors il est malveillant.
S’il n’en est pas capable ni disposé à le faire, pourquoi l’appelle-t-on un dieu ?"

"Si vous entendez parler un jour d'un homme qui a une case en moins et à qui Dieu parle dans son bain, c'est que je lui ai parlé... ou alors, c'est qu'il a un peu disjoncté." Le Métatron, Dogma.
"Soyons très clairs : Dieu parle. C'est plutôt votre structure physiologique qui ne pourrait pas résister à l'incroyable puissance vocale de Notre Seigneur. Si lui il essayait de vous parler, votre âme et votre coeur exploseraient sur-le-champ ; il nous a fallu cinq Adams pour en arriver à cette conclusion." Le Métatron, Dogma.
Image

Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21822
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Freud et la Psychanalyse.

Message non lu par yacoub » ven. 30 août 2013 19:08

C'est très lisible mais il démonte bien l'escroquerie de la psychanalyse et au passage, il n'épargne ni Françoise Dolto ni Lacan mais moi, j'ai beaucoup aimé.



Krinou
Maréchal d'islamla virtuel
Maréchal d'islamla virtuel
Messages : 9715
Enregistré le : mer. 28 déc. 2011 23:18
Localisation : Loin de BAC et de sa bouche d'égout
Status : Hors ligne

Re: Freud et la Psychanalyse.

Message non lu par Krinou » sam. 31 août 2013 00:37

La psychanalyse, ce n'est jamais que le don de savoir analyser la personne que l'on a en face de soi.
Les voyants et autres diseuses de bonne aventure ne font pas autre chose que de la psychanalyse en laissant croire à leur interlocuteur qu'on les devine alors même qu'ils se livrent eux-même sans s'en rendre compte.


LES RAISONS DE MON DÉPART DÉFINITIF D'iSLAMLA :

Avant de vous forger une opinion défavorable sur ma personne, suite aux propos malveillants d'un membre mal intentionné, merci de bien vouloir prendre le temps de lire, même partiellement, le topic dont vous trouverez le lien ci-dessous :

cette-fois-vous-dis-vraiment-adieu-peux ... t8188.html

Avatar du membre
BarbieTurik
Mort virtuellement
Mort virtuellement
Messages : 5926
Enregistré le : lun. 15 juil. 2013 16:49
Localisation : Raxacoricofallapatorius
Status : Hors ligne

Re: Freud et la Psychanalyse.

Message non lu par BarbieTurik » sam. 31 août 2013 01:47

Sans parler de Freud ou des autres, je ne trouve pas que la psychologie soit du n'importe quoi et que les psychiatres, psychologues et compagnie soient des timbrés chez lesquels on passe des années pour rien.

Psychanalyse en fait je n'en sais rien, psychologue et psychiatre en revanche, je connais.
Je rappelle que le psychiatre est un médecin habilité à délivrer des ordonnances.

Ce sont des gens auxquels on raconte absolument tout, et qui mettent le doigt là où ça fait mal, à ce titre il est difficile de les porter en haute estime.
Il s'agit plus pour eux d'aider les patients en les mettant sur la piste, afin qu'eux même comprennent ce qui cloche et qu'ils puissent y trouver les ressources nécessaires au dépassement de leur condition.

Concernant Freud, il aurait fait un très bon Mahomet tellement il ramenait tout au sexe. :twisted:
On ne peut pas nier le fait que grâce à lui on écoute désormais les patients au lieu de se contenter de les enfermer en les laissant se taper la tête contre les murs.



Avatar du membre
tempel1
Recrue pour la Paix
Recrue pour la Paix
Messages : 28
Enregistré le : dim. 18 août 2013 17:35
Status : Hors ligne

Re: Freud et la Psychanalyse.

Message non lu par tempel1 » sam. 31 août 2013 06:46

nexus a écrit :C'est pas tout, il faut voir comment son soignés les gens atteints de pathologies comportementales et psychiatriques dans les hôpitaux et autres centres , ces gens sont transformés en zombies et aucun n'est jamais sorti guéri ou alors très peu :-x c'est pour dire de l'efficacité des méthodes utilisées . :ghee:
Psychiatres , psychologues , neurologues , les limites sont fumeuses imprécises , et pour tout dire
subjectives .
Concrètement , voir prosaïquement , ces médecins agissent non scientifiquement et " essaient " les médicaments ils les testent : " nous allons essayer " tel ou tel ! : ce sont des empiriques Ils vendent des mots , comme des cosmétiques :twisted: Le dernier c'est le " bipolaire" :lollol
Voici un texte de Guy Rouquet que je voulais faire connaitre depuis longtemps , excusez pour la longueur mais cela évitera peut-être d'acheter un livre dans l'immédiat !

LA RAISON D’ÊTRE DE L'ASSOCIATION PSYCHOTHERAPIE VIGILANCE

par Guy ROUQUET, président

« Psychothérapie Vigilance est au service des demandeurs de soin psychique
et des victimes de psychothérapies déviantes ou abusives.»

Il est des mots qui inspirent confiance, celui de "psychothérapeute" par exemple. Qui pratique « la thérapie de l’esprit » semble au-dessus de tous soupçons. Comment pourrait-on craindre quoi que ce soit de la personne qui a choisi de consacrer sa vie à prodiguer des soins psychiques, à s’investir dans le champ de la santé mentale pour aider le patient, celui qui souffre, à trouver les ressources qui lui permettront de connaître, sinon la guérison, du moins un certain apaisement et la force de faire un pas de plus vers les autres et lui-même ?

Poser la question devrait être une clause de style, une pure formalité. La réponse est dans la question. Elle devrait l’être, elle ne l’est pas. S’interroger, c’est soulever en fait un gigantesque point d’interrogation. Et Psychothérapie Vigilance a choisi de s’interroger justement : pour tenter de comprendre, exercer son esprit critique et, à sa manière, éclairer l’opinion publique sur une pratique a priori admirable mais dont les contours professionnels par trop incertains et sujets à caution ont favorisé l’éclosion de pseudo-thérapeutes à l’incapacité invalidante et au dessein douteux. C’est dire du même coup que l’association est le produit d’une découverte, d’une réflexion et d’un espoir.

D’une découverte renversante par sa nature et son importance : depuis une quinzaine d'années, sous couvert de psychothérapie, des professionnels – les uns dûment diplômés, les autres autoproclamés – se livrent à des expériences littéralement criminelles et passibles des tribunaux. Des expériences où, abusant de la confiance et de l’ignorance du demandeur de soins, certains « psys » (1) s’ingénient à instaurer un état de dépendance durable sur leurs patients après avoir détruit leurs repères et points d’appui. Pire, à en faire des agents recruteurs zélés pour étendre et endoctriner leur clientèle captive.

D’une réflexion aussi, suscitée par la déception pour ne pas dire la consternation. Comment de pareilles déviances étaient-elles possibles ? Comment des thérapeutes pouvaient-ils être à ce point pervers et dévastateurs ? Etait-ce de l’incompétence, de l’inconscience ou de l’arrogance ? Il fallut bien se rendre à l’évidence. Les personnes concernées, se croyant investies d’une « mission » divine, agissaient en toute connaissance de cause. Comment avaient-elle pu en arriver là ? En tirant le fil, tout un réseau se découvrit, toute une trame. Les apprentis sorciers faisaient partie d’un système parfaitement organisé où les besoins spirituels étaient psychologisés et les attentes psychologiques spiritualisées. L’anomalie n’en était pas une. Elle s’inscrivait dans une dynamique globale, dans un cadre de pensée et un mode opératoire ayant pour dénominateur commun le New Age (2). Une question poussant l’autre, le champ immense de l’imposture se découvrit. « Les charlatans de la santé » (3) prospéraient, « le grand décervelage » se généralisait, les faiseurs de miracles comptaient leur sous… Parmi eux, maîtres en manipulations mentales et grands pourvoyeurs de sectes, des psychothérapeutes, trop de psychothérapeutes… Pourquoi ? Parce que la profession n’est toujours pas réglementée en France, que le titre n’est pas protégé et que le simple particulier croit que le psychothérapeute est un praticien hautement spécialisé, - à coup sûr moins inquiétant que le psychiatre, plus efficace que le psychologue, moins compliqué que le psychanalyste. Qu’il le croit et que l’intéressé, avec la complaisance de certaines officines et organes de presse dits spécialisés, s’arrange pour le laisser dans cette illusion.

D’un espoir enfin, alimenté par de nombreuses lectures, rencontres et entretiens. Que l’Etat, avec tous les moyens d’observation, d’analyse, de décision, dont il dispose, agisse avec autorité et fermeté pour donner à la profession de praticien en psychothérapie ses lettres de noblesse. Le plus tôt sera le mieux. A force d’être pris et de se prendre pour un médecin, à tout le moins pour un auxiliaire médical indispensable, le « faux » psychothérapeute se montre de plus en plus entreprenant, n’hésitant pas à recourir à des techniques commerciales rodées et de plus en plus agressives comme à infiltrer des associations, sociétés, congrégations et structures en mesure de fournir à peu de frais une clientèle utile et intéressante. La notoriété est là, avec son miroir aux alouettes bien installé dans le paysage.

La préoccupation première du psychothérapeute autoproclamé est d’ordre économique. Un patient doit durer. C’est d’abord un client, qu’il faut fidéliser. Et, pour ce faire, il existe plusieurs moyens (4). Trouver de nouveaux clients est une obsession. Sans vergogne, avec un aplomb au cynisme inouï, le pseudo-thérapeute détecte des problèmes psychiques ou mentaux chez un sujet sain et équilibré. Il le convainc de suivre une thérapie, puis s’ingénie à déclencher une vraie souffrance à partir d’un mal imaginaire. Suprême perversion, voici le consultant qui remercie chaleureusement celui qui a su lui révéler « son véritable état ». Et le client – reconnaissant – devient rabatteur, s’applique à entraîner son entourage et ses relations dans la soi-disant thérapie. Les maladies cachées sont sournoises, les plus graves celles qui n’existent pas. Il n’est pas normal de se sentir bien. Qui le pense et le proclame est à plaindre. Il faut le convaincre de suivre une thérapie. Le pays tout entier est un marché en puissance. Force est de constater qu’il le devient, qu’il n’est plus temps de tergiverser pour y mettre le holà.

Chaque jour qui passe ajoute à la confusion. L’espoir d’y remédier n’en demeure pas moins grand. Conscients du danger, les pouvoirs publics semblent désireux de prendre les mesures qui s’imposent. Lesquelles ? La situation est difficile. Le laxisme dure depuis trop longtemps. De négligence en petit renoncement, le problème est devenu énorme. Car non content de préconiser des recettes, méthodes et pratiques qui viennent bouleverser la vie de son patient au point de le rendre dépendant de sa personne pour des années, le praticien dénaturé tend à faire de certains de ses « meilleurs » patients – à la fois les plus dociles, les mieux contrôlés et les mieux introduits dans la sphère sociale – des thérapeutes à son image. Car ne doutant de rien, le peuso-thérapeute verse insensiblement dans la mégalomanie, formant des praticiens en psychothérapie, formant des formateurs de praticiens en psychothérapie, les accréditant… Le marché est là, juteux, et le réseau n’est jamais bien loin, avec ses compérages et ses portes d’accès vers des sectes déclarées ou des groupements à vocation sectaire. Dans l’ombre du « pervers narcissique » (5), plus ou moins voyante, celle du « gourou » (6).

Si elle est le produit d’une découverte, d’une réflexion et d’un espoir, Psychothérapie Vigilance est également celui d’une détermination bien affirmée. Pour l’association, il ne s’agit pas de dresser un constat ou d’entreprendre un état des lieux. D’autres l’ont fait et le font, à commencer par la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires, l’Union nationale des associations de défense des familles et des individus et le Centre contre les manipulations mentales (7)… Son intention est de devenir une force d’appoint dans la grande bataille engagée pour réglementer la profession et assainir le milieu. Mais sa vocation première est d’être à l’écoute des patients, de les éclairer, de répondre à leurs interrogations, de les diriger vers des structures qualifiées, des personnes ou des organismes à même de les aider à se reconstruire, à porter plainte au besoin, à demander réparation, à mettre hors d’état de nuire les thérapeutes pathologiques et pathogènes qui violent, droguent et abusent les esprits fragiles ou fragilisés qui ont le malheur de se confier à eux…

Les psychosectaires avancent masqués. Mais leurs masques sont invisibles. Pluriels aussi. Sous le masque il s’en trouve souvent d’autres. Le machiavélisme est tel qu’il paraît incroyable. Et il faut être particulièrement averti sur le sujet pour prêter l’oreille et ajouter foi aux propos tenus par les victimes. Victimes au demeurant bien peu nombreuses à se manifester. Car, à de rares exceptions près, elles ne savent pas qu’elles le sont. Et quand elles en prennent vraiment conscience, la honte est là, celle d’avoir été dupées, d’avoir manqué de discernement. Et puis raconter c’est se remémorer, revivre des situations pénibles, aviver des plaies douloureuses. Se taire plutôt. Se suicider parfois. Plutôt mourir que souffrir à nouveau, plutôt se suicider que de brûler celui auquel on a cru de toutes les fibres de son être, plutôt disparaître que de porter préjudice à sa « mère » ou à son « père » symbolique, à ses « frères » et « sœurs » toujours sous emprise. Le comble de la perversité est de détruire le for intérieur, de l’avoir investi, d’en avoir fait une place forte pour anéantir les vrais parents et les amis de naguère.

Psychothérapie Vigilance se veut d’abord au service des victimes. En élargissant cette notion aux proches qui souffrent et qui pâtissent de voir leur fils, leur fille, leur conjoint, leur mère ou leur père, s’abîmer comme un beau navire en pleine mer, alors que le ciel est bleu, la mer tranquille, le chant des sirènes mélodieux… Conseiller, diriger vers qui de droit, accompagner, recueillir des témoignages, recenser les plaintes, délivrer les esprits, telle est la raison d’être de l’association.

Le psychosectaire est un danger public. Ses agissements sont criminels. Rarement isolé, il évolue au sein d’un réseau, lui-même compris dans un réseau plus vaste, avec toutes sortes de ramifications. Ce n’est pas par hasard qu’il a un faible pour l’araignée (8). La toile se tisse jour après jour. Ses fils ne se voient guère, mais tous sont reliés les uns aux autres. Le piège est au point, et fonctionne d’ailleurs à merveille.

Le site de Psychothérapie Vigilance a été conçu pour recueillir et donner la parole. Pour soutenir et accompagner les structures, les associations et les particuliers « luttant au quotidien contre les thérapeutes recourant à des techniques et des méthodes dites de manipulation mentale ou de sujétion psychologique » (9). Pour rendre hommage aussi à tous les opérateurs et professionnels de la santé mentale qui, dans une démarche scientifique « authentiquement respectueuse du droit et de la dignité des demandeurs d’aide psychologique ou de développement personnel » exercent leur métier avec humilité, dévouement et compétence. Pour s’incliner aussi devant les malades et leurs souffrances, pour leur dire notre compassion, pour accueillir les doléances de leur entourage et les aider à trouver la solution la plus adaptée à leur situation.

Le site de Psychothérapie Vigilance est indépendant et n’a aucune vocation commerciale. Il est entièrement financé par des fonds privés et toutes les contributions apportées le sont à titre gracieux. Ouvert depuis le 10 février 2003, il propose d’ores et déjà des textes de qualité, certains inédits à ce jour ; en particulier, de Martine Maurer qui a répondu d’abondance aux nombreuses questions qui lui ont été posées depuis plusieurs semaines. L’association remercie non moins chaleureusement Jean-Marie Abgrall, Anne Fournier, Renaud Marhic, Michel Monroy, Alfredo Silleta, les éditions Hommes et Perspectives, les éditions du Castor Astral et le Groupe d’Etude des Mouvements de Pensée en vue de la Prévention de l’Individu (GEMPPI) pour la qualité de leurs témoignages, de leurs remarques et de leurs réflexions. Ces participations en appellent beaucoup d’autres. Pour nettoyer les nouvelles écuries d’Augias, nous ne serons jamais assez nombreux (10).

(1) cf. « Vous avez dit psy ? », dans la rubrique « Psy ? »
(2) cf. l’entretien accordé à Guy Rouquet par Renaud Marhic, auteur de « Le New Age - son histoire, ses pratiques, ses arnaques » (Le Castor Astral, 1999), dans la rubrique « Nos invités ».
(3) cf. « les Charlatans de la santé » de Jean-Marie Abgrall (Payot, 1998).
(4) cf. « La Dérive sectaire » d’Anne Fournier et Michel Monroy (PUF, 1999) et « Le Syndrome des faux souvenirs » d’Elisabeth Loftus et Katherine Ketchman (Editions Exergue,1994 et 1997).
(5) cf. « Le Pervers narcissique et son complice » d’Alberto Eiguer (Dunod, 1989), « Comment choisir son psychothérapeute ? » de Martine Maurer (Hommes et perspectives, 2001), ainsi que sa contribution originale intitulée « Perversion narcissique et perversion relationnelle », dans la rubrique « Manipulation mentale ».
(6) Lire à ce sujet « Vrais et faux gourous » et « L’Orient dévoyé », dans l’ouvrage de Bernard Fillaire, « Le Grand décervelage » (Plon, 1993), le chapitre intitulé « Le gourou » dans « La Mécanique des sectes » de Jean-Marie Abgrall (Payot,1996 et 2002), et « Multiples facettes du gourou » dans « La Dérive sectaire » (cf. supra).
(7) MIVILUDES - 66, rue de Bellechasse – 75007 Paris.
UNADFI - 130, rue de Clignancourt – 75008 Paris.
CCMM - 3, rue Lespagnol, 75020 Paris.
(8) Il est significatif que pour de nombreux gourous et agents psychosectaires l’araignée soit un animal symbolique très prisé. Le rêve suprême est de prendre le monde entier dans sa toile.
(9) La raison sociale de Psychothérapie Vigilance est donnée dans la rubrique « Accueil ».
(10) Texte mis en ligne le 19 février 2003.





Répondre