Belgique de mon coeur ...comment puis je t'aider ?

Actualités dans le monde, Débats politiques et économiques intérieurs et internationaux - Opposition - Partis politiques - Leaders politique - Pouvoirs économiques.
Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21274
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Belgique de mon coeur ...comment puis je t'aider ?

Message non lu par yacoub » dim. 27 mars 2016 16:43

Dernier message de la page précédente :

Les terroristes "nouvelle génération" sont des Narcisse en puissance; leur orgueil démesuré est leur talon d'Achille.

Image

Vous connaissez la tête de Salah Abdeslam ? Bien sur que vous la connaissez, aucun être humain aujourd’hui ne peut ignorer ce visage. Maintenant, connaissez-vous le visage de Mohammed Deif, l’artificier du Hamas ? Evidemment non.

La différence entre ces deux terroristes : une génération d’écart. Mohammed Deif, s’il est encore vivant, a 50 ans, Salah Abdeslam, la moitié de cet âge. Pour Salah Abdeslam, le terrorisme est le moyen de bénéficier de la notoriété qu’il recherche. C’est ainsi que le quotidien belge « Le Soir » rapporte qu’Abdeslam a délibérément laissé la pièce d’identité de son frère dans l’une des voitures utilisée pour les attentats de Paris, dans le but que leur nom devienne célèbre dans le monde entier. Le terrorisme comme arme du faiblement connu ; voilà une véritable nouveauté.

Chez Mohammed Deif, l’essentiel c’est la cause : c’est elle qu’il s’agit de promouvoir. Les individus qui la servent, eux, n’ont pas de visage. Quel intérêt auraient-ils de saturer les réseaux sociaux avec leurs faits d’armes ? La vieille génération de terroristes n’avait objectivement aucun intérêt à se retrouver devant l’objectif. La nouvelle considère que le terrorisme est le prolongement du narcissisme par d’autres moyens. Voilà pourquoi frapper leur orgueil et leur vanité, les montrer pour ce qu’ils sont, des « superlosers sociopathes » selon l’expression de l’écrivain Robert MacLiam Wilson, est une manière de leur refuser ce à quoi ils aspirent.

Mais hélas, nos médias font l’inverse à longueur de colonnes, transforment ces paumés en cerveaux alors que tout prouve qu’ils n’en ont pas, de cerveau. Pour soigner les gens, il faut un savoir et une intelligence, pour les tuer hélas rien de tel n’est requis. Soyons-en persuadé, les blessures narcissiques sont les seules dont les djihadistes ne se remettront jamais. Parce que pour le reste, les kamikazes préfèreront se faire tuer plutôt que de demeurer anonymes.




Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21274
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Belgique de mon coeur ...comment puis je t'aider ?

Message non lu par yacoub » mar. 29 mars 2016 16:49




Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21274
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Belgique de mon coeur ...comment puis je t'aider ?

Message non lu par yacoub » mer. 30 mars 2016 10:42

Attentats de Bruxelles: quel lien avec la laïcité? Réplique à AMAL-Québec

Daniel Baril 28 mars 2016

On ne s’habituera sans doute jamais (et c’est tant mieux) à la superficialité des propos des défenseurs de la « laïcité ouverte ». La dernière palme doit être accordée à Haroun Bouazzi, coprésident de l’Association des musulmans et arabes pour la laïcité au Québec (AMAL-Québec), qui fait un lien entre les attentats islamistes commis en France et en Belgique et les modèles de laïcité défendus par ces pays. Voici ce qu’il déclarait à Radio-Canada:


« La Belgique, en ratio, envoie le plus grand nombre de djihadistes en Syrie que n’importe quel autre pays. Le deuxième, c’est la France. Il est intéressant de voir que ce sont les deux champions de la laïcité rigide sont ceux qui envoient le plus de djihadistes en Syrie. »

« Il faut s’inspirer de la Belgique pour faire l’inverse […] et lutter contre les ghettos », avait-il déclaré auparavant.

Laïcité communautarienne et laïcité républicaine

Manifestement, Haroun Bouazzi ne connait pas la Belgique. Il faut effectivement faire l’inverse de ce qu’a fait ce pays parce que la laïcité belge est précisément celle que met de l’avant AMAL-Québec, soit la laïcité communautarienne (ou laïcité ouverte) et qui est en partie responsable du ghetto islamiste bruxellois de Molenbeek.

La Belgique et la France présentent deux modèles bien différents de laïcité. Contrairement à la France qui a développé le modèle dit de laïcité républicaine, la laïcité belge tient plus du modèle multiculturaliste. Il n’y a pas de religion d’État en Belgique mais l’État reconnait cinq « religions officielles » : les religions catholique, protestante, orthodoxe, juive et musulmane. En vertu de cette reconnaissance, chacune d’elles bénéficie d’un accès aux écoles publiques où leurs représentants peuvent dispenser un enseignement religieux confessionnel. Tout le contraire de l’école laïque française.

Ces représentants religieux sont choisis par les communautés religieuses elles-mêmes et sont salariés par l’État. Selon une recherche du Centre interdisciplinaire d’étude des Religions et de la Laïcité (Université libre de Bruxelles) réalisée en milieu francophone, près de 37 000 élèves des écoles publiques fréquentaient les cours d’islam en 2011. Ces cours étaient et sont encore principalement donnés par des imams provenant de pays étrangers, principalement du Maroc, de Tunisie et de Turquie.

Haroun Bouazzi n’en affirme pas moins qu’il faut « éviter les lois qui excluent [les musulmans] de l’école ». L’exclusion serait, selon ses propos, l’effet de l’interdit du hidjab à l’école, une mesure qu’il considère « agressive et violente ». En fait, aucune loi fédérale belge et aucun règlement scolaire n’interdit le port de quelque vêtement religieux que ce soit. L’interdit, qui relève de chaque direction d’école, concerne le couvre chef, ce qui signifie que même la casquette est interdite. Selon une étude comparative de la laïcité belge et de la laïcité française réalisée par le sociologue Sylvain Crépon, ceux qui contestent cet interdit en Belgique sont les musulmans issus de l’immigration récente et qui instrumentalisent les lois existantes au profit de leur lutte contre la laïcité:


« ceux des opposants à l’interdiction des signes religieux qui mettent le plus en avant les règles juridiques nationales gérant les liens entre école et religion, à savoir la neutralité, sont les musulmans d’origine immigrée. On voit alors un processus d’acculturation tant juridique que politique à travers une quête cherchant à légitimer une pratique religieuse et culturelle nouvelle venue en Belgique », conclut Crépon.

Haroun Bouazzi et AMAL sont d’ardents défenseurs de la laïcité communautarienne dont le projet social est le développement de communautés séparées par leurs religions et leurs cultures respectives, exactement comme le modèle belge.

« Laïcité ouverte » = ghetto = radicalisation

En mettant insidieusement en lien les attentats islamistes de France et de Belgique avec ce qu’il appelle la « laïcité rigide » et en soulignant que ce sont ces deux pays qui ont fourni le plus de djihadistes étrangers, Haroun Bouazzi laisse croire que l’approche multiculturaliste canadienne représente une meilleure protection contre de tels attentats. Il s’est toutefois bien gardé de rappeler les récents attentats commis ou déjoués au Canada.

Pour rappel, mentionnons les deux attaques suicides contre des militaires à Saint-Jean-sur-Richelieu et à Ottawa en 2014; le complot déjoué pour faire exploser un train de Via Rail en 2103; le complot déjoué du « groupe des 18 » qui s’apprêtait à attaquer la tour du CN à Toronto et le parlement d’Ottawa; le plan avorté du « relationniste de Ben Laden » qui, en 2007, voulait se faire kamikaze au Québec, etc., etc. J’ai relevé au moins une douzaine de cas semblables dans cet autre texte de 2014. Plusieurs autres cas se sont ajoutés à la liste depuis, dont cette troisième attaque contre un militaire par un islamiste illuminé survenue le 18 mars dernier. Sans compter les quelque 5000 adolescents et jeunes adultes canadiens considérés comme radicalisés dont quelque 180 ont déjà gagné les rangs de l’État islamique. Sur ce plan, le Canada n’a peut-être pas grand chose à envier à la Belgique.

Et que dire de l’attaque contre le métro de Londres en 2005 qui a fait 56 morts et 700 blessés? Que dire de l’attaque du métro de Madrid en 2004 qui a fait près de 200 morts et 1900 blessés? Difficile de mettre ces attaques sur le dos de la « laïcité rigide »…

Autrement dit, le codirecteur d’AMAL dit n’importe quoi. Le plus renversant, c’est d’entendre dire de la part d’un supposé défenseur de la laïcité que « la laïcité est une fausse solution ». Que faudrait-il de plus pour que ce qui reste de vernis laïque ne disparaisse totalement?

« Une insulte à l’intelligence »

Ces propos n’auraient pas valu qu’on s’y attarde si ce n’est qu’ils sont diffusés sans aucun commentaire ni contre-discours par Radio-Canada.

Le coprésident d’AMAL-Québec a sans doute puisé sa savante analyse dans ce ridicule rapport de deux chercheurs américains publié dans Foreign Affairs et à laquelle La Presse et Le Devoir ont donné écho: « The French Connexion ». En gros, les auteurs soutiennent que les attentats de Paris et de Bruxelles montrent que la « culture politique française », incluant la laïcité, est en cause dans la production de djihadistes puisque plus de djihadistes proviennent de France et de Belgique que du Royaume-Uni. Wow!

Il ne semble pas leur être passé par l’esprit que des gens dont la deuxième langue, voire la langue maternelle, est le français vont préférer immigrer dans un pays francophone plutôt qu’hispanophone, anglophone ou russophone.


« Ce texte ne fait aucun sens méthodologique. C’est une insulte à l’intelligence, a réagi l’ambassadeur de France aux États-Unis, Gérard Araud. La Belgique est à 45% francophone. Sa culture politique est sensiblement différente de celle de la France. »

Les cultures politiques et la laïcité de ces deux pays sont en effet bien différentes. Une réplique que La Presse et Le Devoir n’ont évidemment pas relayée et qu’on ne lira pas sur le site d’AMAL-Québec



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21274
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Belgique de mon coeur ...comment puis je t'aider ?

Message non lu par yacoub » lun. 2 juil. 2018 16:14

Image

Ce vendredi, le Conseil d’État belge a pris une décision historique. Suite à un recours juridique soutenu par Amnesty International, il a suspendu plusieurs ventes d’armes qui avaient été validées par la Région wallonne en 2017. Le motif de cette suspension ? Avant d’accepter ces ventes, la Région n’avait pas jugé nécessaire d’analyser la question du respect des droits humains et du droit international humanitaire par l’Arabie saoudite ! C’est pourtant une injonction fondamentale de la législation wallonne et européenne.

Nous nous sommes battus pour cette suspension, qui est une magnifique victoire pour notre organisation et pour toutes les personnes qui nous soutiennent. Mais le combat pour que la Région wallonne cesse définitivement de vendre des armes à des États criminels, et à l’Arabie saoudite notamment, ne s’arrête pas là. Il vous reste quelques semaines pour signer cette pétition et faire en sorte que la Région wallonne suspende toute vente à l’Arabie saoudite et mette enfin en place des procédures transparentes d’octroi des licences d’armes.

Nous comptons sur vous.

https://www.amnesty.be/camp/pour-un-con ... ieimmorale




Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21274
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Belgique de mon coeur ...comment puis je t'aider ?

Message non lu par yacoub » sam. 4 août 2018 13:33

Les vrais chiffres du parti Islam qui inquiètent le PS

Claude Demelenne


16/04/18 à 14:22 - Mise à jour à 14:21

Source: Le Vif

Elio Di Rupo et Laurette Onkelinx ont réagi de façon musclée au discours du parti Islam. N' en fait-on pas trop autour de cette formation ? Le PS craint une percée de l'extrême droite islamiste. Bien implantés dans certains quartiers populaires, les fous d'Allah veulent grignoter l'électorat socialiste d'origine arabo-musulmane.


© Belga


"Le parti Islam place la religion au-dessus des lois. Il veut imposer la charia, mais c'est la loi qui doit s'imposer sur la foi". Le président du PS joint l'acte à la parole : dans sa ville de Mons, il refusera toute demande de rassemblement de ce parti qui "menace l'ordre public".La patronne du PS bruxellois, Laurette Onkelinx, préconise une "politique de fermeté". Il faut "frapper fort", dit-elle, contre ce "parti liberticide" qui "ne respecte pas nos valeurs fondamentales". Les deux dirigeants socialistes rappellent que le PS prône l'inscription de la laïcité dans la Constitution, ce qui donnerait une base légale à l'interdiction de ce type de parti.

Le parti Islam, pas si marginal

L'interrogation est légitime : n'en fait-on pas trop autour du parti Islam, marginal, lilliputien même, non représentatif de l'électorat musulman ? La réponse à cette question est absolument négative. Car le parti Islam n'est pas si minuscule et insignifiant qu'il n'y paraît. Son stock électoral, encore limité, pourrait grandir lors des prochains scrutins.





Les chiffres ne trompent pas. Ils sont plutôt alarmants. Créé à la veille du scrutin communal de 2012, le parti Islam aligne d'emblée des résultats qui interpellent. Présent dans seulement trois communes bruxelloises, il réussit à obtenir un élu dans deux d'entre elles (Molenbeek et Anderlecht), échouant de peu à Bruxelles-Ville. Les scores du parti Islam sont tout sauf ridicules pour une première expérience : 4,13% à Anderlecht (c'est mieux que le PTB et le Vlaams Belang), 4,12% à Molenbeek (c'est mieux que la NV.A et le Vlaamns Belang) et 2,9% à Bruxelles-Ville. A Molenbeek, le candidat du parti Islam, Ait Jeddig Lhoucine, réalise le 6eme score en voix de préférence, tous partis confondus.



Dépassant les 4% parmi l'électorat global, à Molenbeek, quel score réalise le parti Islam au sein de l'électorat musulman de la commune ? Impossible d'évaluer un pourcentage fiable, car il n'existe évidemment pas, en Belgique, de recensement religieux. Seule existe, à ce jour, une étude du sociologue Jan Hertogen (ancien chercheur à la KUL, qui collabore notamment avec l'UCL), datant de 2015, estimant à environ 40% la population musulmane à Molenbeek. Si l'on émet l'hypothèse que l'électorat issu de cette population forme la quasi totalité de l'électorat du parti Islam, il est probable - mais scientifiquement difficilement vérifiable - que celui-ci a capté la voix de bien plus que 4% de la population musulmane qui a participé au scrutin d'octobre 2012.

Deux ans plus tard, lors des élections législatives de 2014, le parti Islam veut élargir sa base. Il se présente dans deux circonscriptions, Bruxelles-Capitale et Liège. Une fois de plus, ses scores sont étonnants. Dans la circonscription bruxelloise, le parti Islam recueille 9.421 voix (près de 2%). C'est mieux que le Parti Populaire (8.651 voix), le CD&V (8.193 voix), le Vlaams Belang (5.165 voix) et Nation (extrême droite francophone, 1630 voix). Au final, il n'est pas anodin que près de 10.000 électeurs bruxellois aient voté pour une formation favorable à l'instauration, en Belgique, de la charia, la loi islamique.

Peu implanté à Liège, le parti Islam y a pourtant fait davantage que de la figuration : 4.000 voix sur l'ensemble de la circonscription, dont 1.577 voix (1,6%) dans le canton de Liège et des pourcentages quasi similaires dans les cantons populaires de Herstal, Saint-Nicolas et Dison. Dans la cité ardente, le parti Islam fait à lui seul plus de voix que les deux listes d'extrême droite, Nation et Wallonie d'abord.


Petit parti deviendra grand ?

Le parti Islam a annoncé que, lors des élections d'octobre prochain, il présentera une liste non plus dans trois, mais cette fois dans 28 communes. Est-ce possible ou s'agit-il d'un effet d'annonce pour faire le buzz, tactique également utilisée en communication politique ? Si la formation religieuse arrive à son objectif, c'est en région bruxelloise que le potentiel de progression de ce parti semble le plus important. Selon son porte-parole, il devrait être présent dans 14 des 19 communes bruxelloises. Dans ses fiefs de Molenbeek et d'Anderlecht, il pourrait franchir la barre symbolique des 5%. Dans ces deux communes, lors du scrutin de 2012, une liste islamo compatible, le parti Egalité, s'était présentée aux électeurs, réalisant un score avoisinant les 2%. Si ce parti Egalité est absent du prochain scrutin - ce qui sera sans doute le cas - une partie de ses électeurs musulmans rigoristes pourraient se tourner vers le parti Islam.

Le parti Islam pourrait également séduire une partie des électeurs musulmans déçus des partis traditionnels. Pour les plus conservateurs de ces électeurs musulmans, les motifs de déception ne manquent pas. Notamment, les partis, de gauche comme de droite, ont tenu bon sur la question de la laïcité, refusant d'appliquer la politique d'accommodements dits "raisonnables" et son cortège de dispositions controversées, sinon... déraisonnables : par exemple, autoriser le port du voile islamique dans l'ensemble des écoles et dans les administrations, aménager des plages horaires non-mixtes pour les femmes dans les piscines publiques, adapter les jours fériés en fonction du ramadan, voire permettre à un imam d'accompagner les classes lors des excursions scolaires, pour vérifier que "tout de passe bien" (certains ont proposé cette mesure surréaliste)...

Les accommodements dits "raisonnables" en faveur de l'islam conservateur ne sont plus à l'ordre du jour. Personne n'en veut dans la classe politique, comme d'ailleurs parmi les citoyens musulmans eux-mêmes, hormis une minorité, celle là même qui pourrait se tourner vers un parti Islam offensif pour imposer le respect des dogmes religieux. Il s'agit d'un réservoir de voix à ne pas sous-estimer pour le parti Islam.

Islam drague l'électorat arabo-musulman du PS

Jusqu'à ce jour, le vote en faveur du PS, surtout à Bruxelles, est le premier choix pour les électeurs d'origine arabo-musulmane. Historiquement, le PS a été le premier parti, dès la fin des années 1980, à ouvrir ses listes à de nombreux candidats issus de l'immigration, notamment maghrébine, dont certains accéderont à des postes ministériels (Rachid Madrane, Fadila Laanan...). Les socialistes touchent les dividendes de leurs choix politiques avant-gardistes : une fraction importante des citoyens d'origine arabo-musulmane constituent un électorat captif pour le PS. En clair, ces citoyens n'envisagent pas de poser un autre choix que le vote en faveur du PS. C'est vers ce vote que lorgne le parti Islam, estimant qu'il peut convaincre un nombre croissant de musulmans. Une pure chimère ? On peut le penser, tant la grande majorité des musulmans de Belgique sont loin des élucubrations du parti Islam sur la charia et la transformation de notre pays en un Etat islamique.. Mais le danger n'est pas nul pour le PS. Surtout à Bruxelles, où chaque voix compte, dans un contexte de compétition exacerbée avec le MR pour la place de premier parti dans la Région.

L'évolution du corps électoral et les transferts de voix réservent parfois des surprises.Ainsi, qui aurait pensé que les bataillons d'électeurs communistes, en France, se rallieraient massivement au Front National ? Il ne faut pas sous-estimer l'attrait que peut exercer le parti Islam dans certains quartiers populaires.D'où l'attitude ferme des dirigeants du PS qui n'ont pas envie de laisser à la NV.A et leurs alliés libéraux, le monopole du combat contre le parti Islam. Paradoxalement, et même si exagérer l'importance de ce parti serait une erreur, c'est le PS qui a sans doute le plus à perdre, dans un scénario d'implantation d'une nouvelle formation confessionnelle sur l'échiquier politique




Répondre