Hani ramadan, encore un enfumeur et un menteur manipulateur islamiste (terrosime intellectuel et djihad par la taqiya.)

Actualités dans le monde, Débats politiques et économiques intérieurs et internationaux - Opposition - Partis politiques - Leaders politique - Pouvoirs économiques.
Avatar du membre
Neverime
Sergent Virtuel
Sergent Virtuel
Messages : 432
Enregistré le : ven. 1 mai 2015 22:18
Localisation : Entre ce monde ténébreux et celui de la lumière...
Gender :
Status : Hors ligne

Hani ramadan, encore un enfumeur et un menteur manipulateur islamiste (terrosime intellectuel et djihad par la taqiya.)

Message non lu par Neverime » ven. 24 juin 2016 19:44

Allez hop prends-toi ça dans ta sale face d'islamiste Hani le terroriste!

Qu'en dites-vous? Pour ma part ça me donne envie d'écrire une quenelle!

[bbvideo=560,315]https://www.youtube.com/watch?v=YCGTTzssoaQ[/bbvideo]


"Il y a cent mille ans, une grande et puissante civilisation existait... et comme d'autres, elle a connu un évènement qui lui a été fatal. C'était quelque chose qu'ils n'attendaient pas, l'arrivée d'une force obscure et destructrice qui n'avait aucune limite dans sa soif insatiable de possessions et de domination. Ils nommèrent cet ennemi: les Destructeurs.

Tous les mondes qu'ils prenaient portaient la vie et ils ne laissaient derrière que des terres stériles hautement toxiques, vidées de toutes leurs ressources...

Avatar du membre
omar
Sergent Virtuel
Sergent Virtuel
Messages : 509
Enregistré le : mar. 4 mars 2014 12:02
Gender :
Status : Hors ligne

Re: Hani ramadan, encore un enfumeur et un menteur manipulateur islamiste (terrosime intellectuel et djihad par la taqiy

Message non lu par omar » ven. 24 juin 2016 20:47

Bonsoir Neverime, son frère est plus intelligent que lui, plus rusé. Lui il s'est fait grillé en disant que la charia est
possible en Êurope


«L'Occident n'oppose aucune idéologie à l'islamisme, sinon celle de l'argent»

Avatar du membre
Neverime
Sergent Virtuel
Sergent Virtuel
Messages : 432
Enregistré le : ven. 1 mai 2015 22:18
Localisation : Entre ce monde ténébreux et celui de la lumière...
Gender :
Status : Hors ligne

Re: Hani ramadan, encore un enfumeur et un menteur manipulateur islamiste (terrosime intellectuel et djihad par la taqiy

Message non lu par Neverime » ven. 24 juin 2016 22:07

Bonsoir, en effet, il est plus vicieux, plus insidieux.


"Il y a cent mille ans, une grande et puissante civilisation existait... et comme d'autres, elle a connu un évènement qui lui a été fatal. C'était quelque chose qu'ils n'attendaient pas, l'arrivée d'une force obscure et destructrice qui n'avait aucune limite dans sa soif insatiable de possessions et de domination. Ils nommèrent cet ennemi: les Destructeurs.

Tous les mondes qu'ils prenaient portaient la vie et ils ne laissaient derrière que des terres stériles hautement toxiques, vidées de toutes leurs ressources...

Avatar du membre
aland
Soldat Virtuel 1ere
Soldat Virtuel 1ere
Messages : 81
Enregistré le : jeu. 30 juil. 2015 14:02
Gender :
Status : Hors ligne

Re: Hani ramadan, encore un enfumeur et un menteur manipulateur islamiste (terrosime intellectuel et djihad par la taqiy

Message non lu par aland » sam. 25 juin 2016 15:37

On remplit les plateaux pour parler toujours de la même chose et ça fait de l'audience..est ce qu'il n'est pas trop tard ?

En tt cas ce que je trouve intéressant dans ce genre de débat c'est qu'on voit clairement le choc des civilisations



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21822
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Hani ramadan, encore un enfumeur et un menteur manipulateur islamiste (terrosime intellectuel et djihad par la taqiy

Message non lu par yacoub » sam. 25 juin 2016 20:10

C'est plus le choc de l'islam que le choc des civilisations.



Avatar du membre
Neverime
Sergent Virtuel
Sergent Virtuel
Messages : 432
Enregistré le : ven. 1 mai 2015 22:18
Localisation : Entre ce monde ténébreux et celui de la lumière...
Gender :
Status : Hors ligne

Re: Hani ramadan, encore un enfumeur et un menteur manipulateur islamiste (terrosime intellectuel et djihad par la taqiy

Message non lu par Neverime » sam. 25 juin 2016 20:54

Pour quelle raison "choc de l'islam" j'avoue ne pas comprendre ce que tu voulais dire par là?^^

En parlant de choc de civilisations ça me rappel mes quenelles écrites où des bienpensants sont confrontés à des gens qui leur mettent leur nez dans leur étrons toxiques pour bien leur faire comprendre ce qu'ils ont fait et ce qu'ils font...


"Il y a cent mille ans, une grande et puissante civilisation existait... et comme d'autres, elle a connu un évènement qui lui a été fatal. C'était quelque chose qu'ils n'attendaient pas, l'arrivée d'une force obscure et destructrice qui n'avait aucune limite dans sa soif insatiable de possessions et de domination. Ils nommèrent cet ennemi: les Destructeurs.

Tous les mondes qu'ils prenaient portaient la vie et ils ne laissaient derrière que des terres stériles hautement toxiques, vidées de toutes leurs ressources...

Maried
Colonel Virtuel
Colonel Virtuel
Messages : 5882
Enregistré le : mer. 2 sept. 2009 15:19
Gender :
Status : Hors ligne

Re: Hani ramadan, encore un enfumeur et un menteur manipulateur islamiste (terrosime intellectuel et djihad par la taqiy

Message non lu par Maried » dim. 18 sept. 2016 14:04

...


"Qui n'empêche pas le mal le favorise"
Cicéron
_________________________________________________
ImageImageImage
ImageImage

Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21822
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Hani ramadan, encore un enfumeur et un menteur manipulateur islamiste (terrosime intellectuel et djihad par la taqiy

Message non lu par yacoub » lun. 10 avr. 2017 15:28

Hani Ramadan expulsé de France

Image

Controverse Le directeur du Centre islamique de Genève menacerait l’ordre public dans l’Hexagone. Il s’en défend.
Hani Ramadan a répondu aux autorités françaises dans une lettre de cinq pages.

Hani Ramadan a répondu aux autorités françaises dans une lettre de cinq pages.
Image: Georges Cabrera

Hani Ramadan s’est fait expulser de France et a été ramené vers la Suisse. Le directeur du Centre islamique de Genève a été interpellé à Colmar samedi, où il participait à une conférence, selon un communiqué du Ministère français de l’intérieur. L’islamologue controversé fait l’objet d’une interdiction administrative du territoire français depuis vendredi.

???? Lutte contre l'#extrémisme et la #radicalisation : @MatthiasFekl a fait procéder ce soir à la reconduite vers la Suisse de Hani Ramadan pic.twitter.com/flYIEmpXY4
— Ministère Intérieur (@Place_Beauvau) 8 avril 2017

«Hani Ramadan est connu pour avoir dans le passé adopté un comportement et tenu des propos faisant peser une menace grave sur l’ordre public sur le sol français», justifient les autorités françaises. «Le Ministère de l’intérieur et les forces de l’ordre sont pleinement mobilisés et continueront de lutter sans relâche contre l’extrémisme et la radicalisation», indique Matthias Fekl, ministre de l’Intérieur français, dans le communiqué.

Conférences annulées

Hani Ramadan est le frère de l’universitaire Tariq Ramadan et petit-fils du fondateur des Frères musulmans égyptiens. Ces derniers mois, plusieurs de ses conférences ont été annulées en France, notamment pour possible «trouble à l’ordre public», en septembre à Nîmes, en octobre au Havre, puis en février à Roubaix. L’homme adore les conférences, il en prévoit d’ailleurs encore une aux Eaux-Vives ce mardi.

L’ancien étudiant de l’Université de Genève a régulièrement fait couler l’encre depuis qu’il a publié une tribune dans Le Monde en 2002 sur la lapidation des femmes (lire ci-contre). Il est le président de l’Union des organisations musulmanes de Genève (UOMG).

Est-il du coup le représentant des musulmans du canton? Contacté, le vice-président de l’UOMG était inatteignable hier pour répondre à cette question. Montassar BenMrad, président de la Fédération des organisations islamiques de Suisse, ne répondait pas non plus.

Et le Canton? Les services du conseiller d’Etat en charge de la Sécurité indiquent que Pierre Maudet «ne se prononcera pas sur un dossier de compétence confédérale» tout en précisant que cette expulsion fait suite «à une décision française motivée par la protection de l’ordre et la sécurité publique et non pas à cause des menaces à la sécurité intérieure».

«En général, on ne s’exprime pas sur des cas particuliers. Chaque pays est obligé de reprendre ses citoyens si un autre pays les expulse», indique de son côté Lulzana Musliu, porte-parole de l’Office fédéral de la police.

Décision politique?

Dans une réponse de cinq pages au ministre français de l’Intérieur envoyée dimanche soir aux médias, Hani Ramadan nie menacer l’ordre public mais dit défendre «le dialogue des civilisations fondé sur le respect». Il annonce aussi qu’il va «bien entendu faire opposition à cette décision (ndlr: l’expulsion)». A ses yeux, elle est «injustifiée».

Selon nos sources, la décision de la France est davantage politique que liée à de nouveaux éléments sur Hani Ramadan. Le climat de l’autre côté de la frontière est tendu, suite à une série d’attentats meurtriers, revendiqués par des organisations islamistes.

Beaucoup soupçonnent le gouvernement socialiste, en mauvaise posture à la veille de l’élection présidentielle, de ne pas avoir choisi par hasard d’interdire maintenant cet habitué de la France de fouler son territoire.

Vagues de réactions

Sur les réseaux, son expulsion est âprement commentée. «Des Hani Ramadan, il y en a des dizaines en France», a twitté Marion Maréchal-Le Pen. D’autres le défendent volontiers.

Esther Benbassa, la sénatrice verte du Val de Marne (grande banlieue parisienne) qui a signé le dernier rapport parlementaire sur la déradicalisation en France, ne mâche pas non plus ses mots. «Dans un contexte où les jeunes manquent de repères, ce qui engendre un retour vers le religieux, souvent calme et serein, on peut tout à fait imaginer que des personnalités de ce genre ne soient plus tolérées», souligne-t-elle. (TDG)



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21822
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Hani ramadan, encore un enfumeur et un menteur manipulateur islamiste (terrosime intellectuel et djihad par la taqiy

Message non lu par yacoub » sam. 11 nov. 2017 15:42

Hani Ramadan reste interdit de séjour en France
Tribunal administratif de ParisLe recours du directeur du Centre islamique de Genève contre son interdiction de territoire est rejeté.
Image

Photo d'archive. L'islamologue Hani Ramadan a vu son recours rejeté par la justice française. Image: Georges Cabrera/Tribune de Genève


Les arguments de l’islamologue Hani Ramadan n’ont pas convaincu le Tribunal administratif de Paris. La justice française a rejeté cette semaine le recours du directeur du Centre islamique de Genève contre son interdiction d’entrée et de séjour en France datée du 7 avril 2017. Le Genevois avait été reconduit à la frontière le 8 avril, après une conférence donnée à Colmar. Le Ministère français de l’intérieur indiquait à l’époque que Hani Ramadan «est connu pour avoir dans le passé adopté un comportement et tenu des propos faisant peser une menace grave sur l’ordre public sur le sol français». L’actuel ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, a conclu au rejet de la requête du Genevois par un mémoire en défense le 5 septembre, indique par ailleurs le Tribunal.

L’arrêté a beau lui avoir été notifié alors qu’il se trouvait sur le territoire français, il n’y a pas de vice de procédure selon la justice. Hani Ramadan objectait également que les propos qui lui sont attribués «sont anciens». Mais un tweet après l’attentat de Barcelone du 17 juillet atteste de sa persistance à «proférer des commentaires de nature à alimenter les théories conspirationnistes», décrit le tribunal.

Ses libertés d’expression et de réunion ont-elles été restreintes de manière «excessive»? Non, selon la décision de justice. Cette mesure peut faire l’objet d’une demande de levée. En d’autres termes, son interdiction de territoire n’est pas définitive. Les rapporteurs ne reconnaissent aucune erreur de fait ou d’appréciation et estiment que l’atteinte portée à ces libertés «n’est pas disproportionnée au regard de l’objectif d’ordre et de sécurité publics». (TDG)

Créé: 10.11.2017, 19h23


Sophie Simon et Julien de Weck Mis à jour à 18h40



Avatar du membre
yacoub
Être-soi-meme
Être-soi-meme
Messages : 21822
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2005 08:00
Localisation : Paradis d'Allah au milieu des houris
Gender :
Contact :
Status : Hors ligne

Re: Hani ramadan, encore un enfumeur et un menteur manipulateur islamiste (terrosime intellectuel et djihad par la taqiy

Message non lu par yacoub » sam. 12 oct. 2019 06:11

Racismes : ne plus jouer avec les mots
Par Rokhaya Diallo, journaliste et réalisatrice et Esther Benbassa,
directrice d’études à l’EPHE (Sorbonne), sénatrice de Paris — 19
septembre 2019 à 18:16
Libération
Une critique de l’islam doit être possible, pas le rejet de l’islam et
des musulmans. Il doit être possible d’interroger la norme blanche
d’une société sans être accusé de racisme anti-Blanc, comme vient d’en
faire les frais Lilian Thuram.

Racismes : ne plus jouer avec les mots

Tribune. La dernière université d’été de La France insoumise (LFI) a
relancé, suite à une intervention d’Henri Peña-Ruiz, la polémique
autour de l’islam. L’islamophobie serait-elle un rejet de l’islam en
tant que religion ou un rejet des musulmans ? On pourrait poser la
même question sur la judéophobie : haine du judaïsme ou haine des
juifs ? Il est vrai que dans ce dernier cas, on n’ose pas trop le
faire…

Le mot «antijudaïsme», pourtant, existe bien. Il désigne une haine
religieuse du juif repérable dès l’Antiquité, qui a dominé la société
d’Ancien Régime mais qui a considérablement détérioré, concrètement,
la condition juive. Face au christianisme, religion du «vrai Israël»
spirituel, se serait trouvé le judaïsme, porté par un «Israël charnel»
prétendument déchu, incapable de reconnaître la messianité et la
divinité de Jésus. Peuple «déicide» qui payera lourdement le tribut de
cette infériorité…


Alors, l’«islamophobie», rejet de l’islam ou rejet des musulmans ? Les
deux. Comme la judéophobie est à la fois haine du judaïsme et haine
des juifs. L’ambiguïté persiste dans le cas de l’islamophobie sans
doute parce qu’il n’existe pas un autre terme se référant
spécifiquement à la religion, comme ce fut le cas de celui
d’antijudaïsme. Mais aussi en raison de la réalité concrète ordinaire
à laquelle le mot renvoie, qui est en fait un rejet du musulman plutôt
que de l’islam.

Le racisme antimusulman contemporain s’enrichit d’un autre amalgame
avec la figure du migrant récent ou actuel. Si l’immigration actuelle
était composée de migrants d’origine chrétienne, on peut penser que
l’opposition de la population française à ces vagues de migrants
aurait été moindre.

Il va de soi qu’on peut critiquer l’islam comme n’importe quelle
religion. Curieusement, pourtant, c’est l’islam, et d’abord lui, qui
est aujourd’hui critiqué et non le bouddhisme ou le catholicisme, etc.
Encore moins le judaïsme et cela pour des raisons historiques bien
précises. Après la Shoah, ce n’est tout simplement plus aussi simple.
Ceux qui se hasarderaient à le critiquer trop violemment savent à
quelle accusation ils s’exposeraient : celle d’antisémitisme, tout
simplement.

Qu’on passe au tamis de la critique certaines pratiques et certains
discours de l’islam d’aujourd’hui devrait être considéré comme
possible et légitime dans un pays laïc dont la loi de 1905 appelle au
respect de tous les cultes sans en reconnaître aucun. Les attentats
terroristes et leurs répercussions désastreuses ont nourri cette
critique. Mais les polémiques autour de l’islam et des musulmans -
port du voile, prières de rue, burkini - datent d’avant ces attentats.

Un islam d’Europe va bien finir par se construire. Mais pour qu’il se
construise sans trop de heurts, encore aurait-il fallu depuis
longtemps œuvrer à endiguer les discriminations, les humiliations et
le racisme antimusulman qui sévissent dans nos territoires. Aucune
réforme concernant l’organisation du culte musulman n’a vraiment
abouti. Parce que les pratiques sont déjà ancrées, avec ses poches de
racisme systémique dans la société et au sein même des différentes
strates de l’État. Même s’il n’y a pas, en France, d’islamophobie ou
de racisme d’État ouvertement institué.


Lorsque Lilian Thuram a évoqué le complexe de supériorité qui
traversait les supporteurs blancs dans les stades, il ne se doutait
pas, quant à lui, de l’ampleur de la levée de boucliers qu’il
susciterait. Des protestations incroyablement nombreuses ont fusé pour
dénoncer la prétendue essentialisation du groupe «blanc» commise par
l’ancien footballeur. Des dénonciations bien tonitruantes au regard de
l’indifférence suscitée par les manifestations racistes qui faisaient
l’objet des commentaires de Thuram.

Depuis des décennies, les joueurs de football noirs sont exposés à
toutes sortes de vexations racistes allant des cris de singes au
lancer de peaux de bananes en passant par des injures racistes.
Étrangement, alors que jamais ces agissements inadmissibles n’ont
mobilisé une telle énergie, il a suffi d’évoquer la position dominante
des personnes blanches dans la hiérarchie raciale pour que de toutes
parts l’on accuse Thuram de racisme… anti-Blancs !

Le racisme ne se résume pas à des interactions individuelles
désobligeantes, il s’agit d’un système découlant d’une histoire. La
place des minorités en France est conditionnée par un passé colonial
et esclavagiste, elles ont fait l’objet de théories raciales qui les
ont mises dans une condition d’infériorité. Cette condition se traduit
aujourd’hui par un traitement structurellement inégalitaire dans
l’accès à des biens ou à des services (logements, emplois…) et dans le
traitement institutionnel (contrôles au faciès, situation des
outremers…).

Si des personnes blanches peuvent être exposées à des déconvenues du
fait de leur appartenance, ce qui est tout à fait condamnable, elles
ne sont désavantagées ni politiquement ni socialement par le fait
d’être blanches. On ne peut en aucun cas comparer la position de
personnes qui subissent un racisme protéiforme et systémique et
peuvent se voir questionner quant à la légitimité de leur présence sur
le sol français, avec une interaction - si malheureuse soit-elle - qui
s’inscrit dans un rapport strictement interpersonnel.

Lorsque Lilian Thuram évoque un complexe de supériorité, il fait écho
au fait que la société est organisée pour conforter les personnes
blanches dans l’idée qu’elles sont la norme. En réalité, cet
engouement pour la notion de racisme anti-Blancs masque la volonté de
minorer la réalité du racisme en France et de concevoir un bloc de
solidarité entre les personnes qui sont placées au sommet de la
pyramide raciale et qui, qu’elles le veuillent ou non, en sont les
bénéficiaires. Comme l’invocation d’une laïcité déformée, visant à
exclure des minorités religieuses de la sphère publique, l’invocation
du racisme anti-Blancs est un mécanisme de préservation visant à
stigmatiser les minorités pour mieux ignorer leurs problématiques.
C’est aussi le moyen de les présenter comme des menaces pour la
majorité.


Qui croit vraiment qu’une religion ou une population minoritaire
puisse un jour dominer l’espace public ou que des minoritaires,
arabes, musulmans ou noirs puissent jamais accaparer le pouvoir ? Tout
cela est surtout la traduction d’une angoisse profonde, celle de voir
une identité nationale fantasmée se dissoudre au profit de groupes
dont on imagine qu’ils sont structurés dans une optique de «grand
remplacement».

C’est surtout le constat de la perte de privilèges. Il n’est
aujourd’hui plus possible de se soustraire aux discours antiracistes
portés par les minorités, ce confort qui permettait de balayer leurs
revendications d’un revers de main est aujourd’hui remis en question.
Et au lieu d’être entendus, ces questionnements sont rejetés,
critiqués. Et chacun croit pouvoir jouer avec les mots pour s’épargner
la confrontation au réel.
Rokhaya Diallo journaliste et réalisatrice , Esther Benbassa
directrice d’études à l’EPHE (Sorbonne), sénatrice de Paris



Maried
Colonel Virtuel
Colonel Virtuel
Messages : 5882
Enregistré le : mer. 2 sept. 2009 15:19
Gender :
Status : Hors ligne

Re: Hani ramadan, encore un enfumeur et un menteur manipulateur islamiste (terrosime intellectuel et djihad par la taqiy

Message non lu par Maried » sam. 12 oct. 2019 15:27

L'islam est une religion raciste d'esprit totalitaire le non musulman est considéré comme impur


« L’islam est une religion totalitaire », maintient Eric Zemmour sur Paris Première

Image


"Qui n'empêche pas le mal le favorise"
Cicéron
_________________________________________________
ImageImageImage
ImageImage

Répondre